//img.uscri.be/pth/610b3aa054a4e9040ea86d2c0eef9a7fc696a5a6
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Néotectonique de la Sologne et de la Champagne berrichonne (sud du Bassin de Paris). Apports et problèmes liés à l'utilisation du chevelu hydrographique. - article ; n°3 ; vol.26, pg 137-150

De
16 pages
Bulletin de l'Association française pour l'étude du quaternaire - Année 1989 - Volume 26 - Numéro 3 - Pages 137-150
La Sologne et la Champagne berrichonne sont situées dans le Sud du bassin de Paris. Ces régions présentent comme caractéristique commune d'avoir un faible relief et un contraste lithologique peu marqué. Elles sont de plus quasi dépourvues d'affleurements naturels ou artificiels. Dans un tel cadre la démarche du géologue est donc indirecte, essentiellement déductrice et s'appuie pour l'essentiel sur les données des sondages, les pierres remontées par les labours, l'étude du chevelu hydrographique, les éléments visibles sur les photographies aériennes et les images satellites. Enfin ces résultats sont confrontés avec ceux des études géophysiques.
L'étude néotectonique présentée ici est basée sur l'observation du chevelu hydrographique. Outre la reconnaissance des principaux ensembles lithologiques auxquels la région se prête bien le travail a porté essentiellement sur la mise en évidence de six directions de fracturation soulignées par des alignements et/ou des changements d'orientations de chevelu hydrographique. Les résultats sont comparés avec ceux acquis sur le terrain ou déduits de l'utilisation de la télédétection et de la géophysique.
La bonne corrélation entre ces données et celles tirées de l'emploi des autres méthodes montre l'intérêt du travail. Certains accidents sont confortés, d'autres voient s'accroître le faisceau de présomptions en faveur de leur existence. Quelques résultats paraissent encore mal expliqués et ouvrent la voie à de nouvelles recherches.
Sologne and the Berry area of Champagne are situated in the southern part of the Paris Basin. These regions have in common a low relief and poor lithological contrast. In addition, they possess almost no natural or artificial outcrops. In such a setting, the geologist's approach is indirect, essentially deductive, and is based mainly on data from drillholes and stones turned up by ploughing, and on the study of the drainage network, features visible on aerial photographs and satellite images. Finally, these results are compared with those from geophysical studies.
The neotectonic(1) study presented here is based on observation of the drainage network. Besides reconnaissance of the main lithological units, to which the region lends itself well, the work concerned essentially the identification of six directions of fracturing shown up by alignments and/or changes in orientation of the drainage pattern. The results are compared with those acquired in the field or deduced from the use of remote sensing and geophysics.
The good correlation between these data and those resulting from the use of the other methods shows that the work is valuables. Certain features have been confirmed, and for others there are now more reasons to suppose that they exist. Some results still seem to be poorly explained, and open up new avenues of research.
14 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Serge Debrand Passard
Régis Fleury
Gérard Lablanche
Nicole Debéglia
Néotectonique de la Sologne et de la Champagne berrichonne
(sud du Bassin de Paris). Apports et problèmes liés à l'utilisation
du chevelu hydrographique.
In: Bulletin de l'Association française pour l'étude du quaternaire - Volume 26 - Numéro 3 - 1989. pp. 137-150.
Citer ce document / Cite this document :
Debrand Passard Serge, Fleury Régis, Lablanche Gérard, Debéglia Nicole. Néotectonique de la Sologne et de la Champagne
berrichonne (sud du Bassin de Paris). Apports et problèmes liés à l'utilisation du chevelu hydrographique. In: Bulletin de
l'Association française pour l'étude du quaternaire - Volume 26 - Numéro 3 - 1989. pp. 137-150.
doi : 10.3406/quate.1989.1903
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/quate_0004-5500_1989_num_26_3_1903Abstract
Sologne and the Berry area of Champagne are situated in the southern part of the Paris Basin. These
regions have in common a low relief and poor lithological contrast. In addition, they possess almost no
natural or artificial outcrops. In such a setting, the geologist's approach is indirect, essentially deductive,
and is based mainly on data from drillholes and stones turned up by ploughing, and on the study of the
drainage network, features visible on aerial photographs and satellite images. Finally, these results are
compared with those from geophysical studies.
The neotectonic(1) study presented here is based on observation of the drainage network. Besides
reconnaissance of the main lithological units, to which the region lends itself well, the work concerned
essentially the identification of six directions of fracturing shown up by alignments and/or changes in
orientation of the drainage pattern. The results are compared with those acquired in the field or deduced
from the use of remote sensing and geophysics.
The good correlation between these data and those resulting from the use of the other methods shows
that the work is valuables. Certain features have been confirmed, and for others there are now more
reasons to suppose that they exist. Some results still seem to be poorly explained, and open up new
avenues of research.
Résumé
La Sologne et la Champagne berrichonne sont situées dans le Sud du bassin de Paris. Ces régions
présentent comme caractéristique commune d'avoir un faible relief et un contraste lithologique peu
marqué. Elles sont de plus quasi dépourvues d'affleurements naturels ou artificiels. Dans un tel cadre la
démarche du géologue est donc indirecte, essentiellement déductrice et s'appuie pour l'essentiel sur les
données des sondages, les pierres remontées par les labours, l'étude du chevelu hydrographique, les
éléments visibles sur les photographies aériennes et les images satellites. Enfin ces résultats sont
confrontés avec ceux des études géophysiques.
L'étude néotectonique présentée ici est basée sur l'observation du chevelu hydrographique. Outre la
reconnaissance des principaux ensembles lithologiques auxquels la région se prête bien le travail a
porté essentiellement sur la mise en évidence de six directions de fracturation soulignées par des
alignements et/ou des changements d'orientations de chevelu hydrographique. Les résultats sont
comparés avec ceux acquis sur le terrain ou déduits de l'utilisation de la télédétection et de la
géophysique.
La bonne corrélation entre ces données et celles tirées de l'emploi des autres méthodes montre l'intérêt
du travail. Certains accidents sont confortés, d'autres voient s'accroître le faisceau de présomptions en
faveur de leur existence. Quelques résultats paraissent encore mal expliqués et ouvrent la voie à de
nouvelles recherches.Bull. AFEQ 1989-3, 137-150
NÉOTECTONIQUE DE LA SOLOGNE ET DE LA
CHAMPAGNE BERRICHONNE (SUD DU BASSIN DE PARIS).
APPORTS ET PROBLÈMES LIÉS À L'UTILISATION
DU CHEVELU HYDROGRAPHIQUE.
par Serge DEBRAND-PASSARD*, Régis FLEURY*,
Gérard LABLANCHE* et Nicole DEBEGLIA*
RÉSUMÉ
La Sologne et la Champagne berrichonne sont situées dans le Sud du bassin de Paris. Ces régions présentent comme caractéristique
commune d'avoir un faible relief et un contraste lithologique peu marqué. Elles sont de plus quasi dépourvues d'affleurements naturels
ou artificiels. Dans un tel cadre la démarche du géologue est donc indirecte, essentiellement déductrice et s'appuie pour l'essentiel sur
les données des sondages, les pierres remontées par les labours, l'étude du chevelu hydrographique, les éléments visibles sur les photo
graphies aériennes et les images satellites. Enfin ces résultats sont confrontés avec ceux des études géophysiques.
L'étude néotectonique(1> présentée ici est basée sur l'observation du chevelu hydrographique. Outre la reconnaissance des principaux
ensembles lithologiques auxquels la région se prête bien le travail a porté essentiellement sur la mise en évidence de six directions de
fracturation soulignées par des alignements et/ou des changements d'orientations de chevelu hydrographique. Les résultats sont comparés
avec ceux acquis sur le terrain ou déduits de l'utilisation de la télédétection et de la géophysique.
La bonne corrélation entre ces données et celles tirées de l'emploi des autres méthodes montre l'intérêt du travail. Certains accidents
sont confortés, d'autres voient s'accroître le faisceau de présomptions en faveur de leur existence. Quelques résultats paraissent encore
mal expliqués et ouvrent la voie à de nouvelles recherches.
Mots-clés : Néotectonique, Bassin de Paris, Chevelu hydrographique, géophysique, télédétection.
ABSTRACT
NEOTECTONIC OF SOLOGNE AND CHAMPAGNE BERRICHONNE (SOUTH OF PARIS BASIN. THE USE OF DRAINAGE PAT
TERNS FOR INTERPRETATION OF GEOLOGY
Sologne and the Berry area of Champagne are situated in the southern part of the Paris Basin. These regions have in common a
low relief and poor lithological contrast. In addition, they possess almost no natural or artificial outcrops. In such a setting, the geologist's
approach is indirect, essentially deductive, and is based mainly on data from drillholes and stones turned up by ploughing, and on the
study of the drainage network, features visible on aerial photographs and satellite images. Finally, these results are compared with those
from geophysical studies.
The neotectonic(1) study presented here is based on observation of the drainage network. Besides reconnaissance of the main
lithological units, to which the region lends itself well, the work concerned essentially the identification of six directions of fracturing
shown up by alignments and/or changes in orientation of the drainage pattern. The results are compared with those acquired in the field
or deduced from the use of remote sensing and geophysics.
The good correlation between these data and those resulting from the use of the other methods shows that the work is valuables.
Certain features have been confirmed, and for others there are now more reasons to suppose that they exist. Some results still seem to
be poorly explained, and open up new avenues of research.
Key-words: Neotectonic, Paris Basin, drainage network, geophysical, remote sensing.
* B.R.G.M., Orléans.
(1) Néotectonique est utilisé ici dans le sens de tectonique récente (Eocène supérieur à actuel).
(1) Neotectonics is used here in the sense of recent tectonics (Late Eocene to present).
Contribution au Colloque «Méthodologie et application de la néotectonique». Orléans, 3-5 sept. 1988, co-organisé par le Département
des Sciences de la Terre de l'Université d'Orléans, et le B.R.G.M., sous l'égide du Comité national français de l'INQUA. 138
La Sologne et la Champagne berrichonne sont s 1/50 000) soit environ 9 000 km2. Quelques portions
ituées dans le Sud du bassin de Paris, approximati de cartes appartenant à des domaines géologiques
vement au centre du territoire métropolitain (fïg. 0). fondamentalement différents n'ont pas été prises en
L'absence de relief et un contraste lithologique peu compte (fig. 1).
marqué constituent leurs caractéristiques communes Le terme chevelu hydrographique est utilisé ici
auxquelles se joint le manque d'affleurement tant na dans son sens large et inclut toutes les portions na
turel qu'artificiel. turelles des thalwegs dont l'origine est imputable à
Dans ce cadre, l'utilisation du chevelu hydrogra la circulation de l'eau que celle-ci soit permanente
phique fournit des données complémentaires essent ou temporaire.
ielles. La présente étude se distingue toutefois par Les données de base sont le résultat de 20 années
l'importance de la surface traitée (18 cartes à de travaux par la même équipe.
1 [" Limite des cartes géologiques à 1/50 000 Secteur étudié £b
Fig. 0. - Carte de localisation.
Fig. 0. - Location map. BRGM ET NÉOTECTONIOUE OE LA CHAMPAGNE DE LA BERRICHONNE SOLOGNE fi
Fig. 1. - Chevelu hydrographique non traité.
Apports et problèmes liés a l'utilisation Carte de référence. du chevelu hydrographique Fig. I. - Untreated drainage pattern. S DCBRANO-PASSAIIO f> HEURT 6. LASLANCHC tt H. DCBtUIA-HAflCHANO Reference map. NÉOTECTONIQUE DE LA SOLOGNE Fig. 2. - Esquisse géologique. Données de terrain
ET DE LA CHAMPAGNE BERRICHONNE BRGM Fig. 2. - Geology based on field data.
Apports et problèmes liés â l'utilisation T Boundary between upper and lower terraces du chevelu hydrographique
B Limit of Bourdonnais sands S DEBRAND PASSABO R FIEURY G LABLANCHE It U OEBÉGUA MARCHAND L of lacustrine deposits EZJ
E Limit of Eocene detrital deposits L_J
As Limit of clay-with-flints outcrops
C Upper limit of Cretaceous rocks
J Lower limit of Cretaceous rocks
1, 2, 3 : Limestone scarps
1 Middle Oxfordian
2 Upper Bathonian
3 Lower Bajocian NÉOTECTONIQUE DE LA SOLOGNE Fig. 2 bis. - Lithologie déduite du chevelu. ET DE LA CHAMPAGNE BERRICHONNE BRGM Fig. 2 bis. - Lithology inferred from
Apports et problèmes liés â l'utilisation drainage pattern. du chevelu hydrographique
T Boundary between upper and lower terraces S OEBRANO PASSARO R FIEURY S LABIANCKE «t N DEBÉGUA HARCHANO B' Limit of Bourbonnais sands
L* of lacustrine deposits EZ2
As' Limit of clay-with-flints outcrops
C Upper limit of Cretaceous rocks
V Lower limit of Cretaceous rocks
F, 3', 4': Limestone scarps
1' Middle Oxfordian
3' Lover Bajocian
4' Within the Lias 142
APPORTS DU CHEVELU HYDRO ments de grande amplitude qui ne peuvent correspon
GRAPHIQUE dre à des artefacts. Les linéaments W-E (fig. 6) qui
se suivent sur plusieurs dizaines de kilomètres cor
respondent à ce dernier cas. Ils intéressent à la fois la lithologie et la structure.
Ils seront développés séparément afin de bien dis Tous les autres linéaments ont été éliminés.
tinguer ce qui revient à l'une et à l'autre. Cette sélection effectuée, six directions princi
pales ont été retenues.
Lithologie
Directions Nord-Sud
Elle conditionne essentiellement la fréquence des
Elles peuvent être subdivisées en 3 : Nord 170- collecteurs qui sont d'autant plus nombreux que les
180° E, Nord 10-20° E et Nord 30-40° E. terrains sont moins perméables. Cet aspect apparaît
bien sur les figures 2 et 2 bis qui montrent 2 grands Ces directions sont proches mais elles n'ont pas
domaines, l'un méridional avec un chevelu dense, toutes le même âge ni la même histoire géologique.
l'autre septentrional plus lâche. La limite entre ces De plus, tous les auteurs s'accordent sur une rotation
2 domaines suit assez exactement celle du toit du des contraintes entre le Miocène supérieur et le Quat
Jurassique. La zone délimitée*1* par les 2 courbes (J ernaire. Les directions reconnues correspondent,
et J') correspond au domaine de transition (Crétacé pour partie à la réactivation d'une facturation d'âge
résiduel ou colluvionné) où l'influence de la litho hercynien, pour partie à des fractures nouvelles, elles
logie des terrains jurassiques (marnes et calcaires) même résultantes des différentes contraintes subies
reste prédominante. par ces régions entre le Miocène supérieur et l'ac
tuel. Si l'on poursuit l'analyse sans toutefois entrer
dans un trop grand détail, plusieurs autres domaines
caractérisés par une perméabilité de plus en plus Direction méridienne (N 170-180° E)
grande et des fréquences décroissantes du chevelu
C'est la direction des accidents majeurs de la répeuvent être reconnus :
gion (fig. 3) : la faille de Sennely qui ampute le Bloc — Le Crétacé armoricain du Sous-bloc bituridge, la faille de San- — les alluvions argileuses du Bourdonnais cerre qui sépare le Bloc armoricain du Bloc bour— les argiles à silex guignon (Debeglia, Debrand-Passard, 1980). — les alluvions des basses terrasses
• La faille de Sennely (3-1) apparaît peu mais est D'autres distinctions sont possibles : toutefois soulignée par le cours rectiligne de la San-
— les alluvions des hautes terrasses guette, sous-affluent de la Sauldre. Un jeu éocène — les calcaires lacustres de la faille décale le toit des Argiles à silex.
— les dépôts alluviaux, tertiaires ou quaternaires • La faille de Sancerre (3-2) est constituée par un anciens, résiduels. faisceau complexe auquel quelques petits aligne
ments de thalwegs peuvent être rattachés. Des stries, Néotectonique : structure visible et âge visibles sur du matériel éocène supérieur indiquent
un jeu postérieur. L'examen détaillé du chevelu hydrographique ré
vèle l'existence d'un certain nombre de linéaments • L'accident du Moulon (3-3) s'inscrit dans le pro
d'orientations diverses. La majorité d'entre eux cor longement d'un accident géophysique connu. Il n'y
respondent à des accidents connus ou présumés. a pas de preuve d'un rejeu récent.
D'autres sont distants mais parallèles à certains de
ses accidents et apparaissent comme des données Direction Nord 10-20° E
nouvelles intéressantes. Enfin, quelques uns ne peu
vent être reliés à aucun fait connu. La distinction n'est pas toujours aisée entre ces
accidents et les précédents. Les plus importants sont La sélection des linéaments toujours subjective
situés ^ l'Ouest de la faille de Sennely. Ce sont s'appuie sur les critères suivants : en priorité sont
(fig. 4) : retenus tous les linéaments qui se superposent à des
accidents reconnus lors du levé de la carte ou déduits • la faille de la Trégonce (4-1) et du Renon (4-1')
• la de la Théols (4-2) des investigations géophysiques et de l'étude des
photographies aériennes et des images satellites. En Un rejeu récent est possible pour ce dernier ac
second sont également retenus les linéaments paral cident. Il expliquerait la différence morphologique
lèles au premier. Enfin en dernier ressort les linéa- importante qui existe entre, au Sud, les deux rives
de la Théols, et plus au Nord celles de l'Arnon. Si (1) La réduction de la taille des cartes (à l'origine le 1/200 ), la
suppression de la couleur nous ont conduit à dédoubler la figure cela était, l'abaissement du compartiment oriental se
sous peine de la rendre incompréhensible. rait d'une quinzaine de mètres et correspondrait aux Fig. 3 - Principaux accidents et linéaments BRGM ET NÉOTECTONIQUE DE LA CHAMPAGNE DE LA BERRICHONNE SOLOGNE ft de direction méridienne.
Fig. 3 - Main N-S faults and lineaments. Apports et problèmes liés à l'utilisation du chevelu hydrographique Lineaments inferred from drainage pattern.
S MBRAND PASSARO R H.EURY G LABIANCHE It N DEBÉGLIA MARCHAND Faults identified in the fields. Inferred from
geophysics. Teeth on down thrown side
(on surface for field observations, in the basement
for geophysical interpretation).
Linéaments déduits de l'étude du chevelu hydrographique
Failles reconnues sur le terrain
— -r-r Données géophysiques
Las barbalutas indiquant las eompartimants abaissés, an surtaea pour las donnéas da tarraln, au nlvaau du soda pour la Géophysiqua NÉOTECTONIQUE DE LA SOLOGNE Fig. 4 - Principaux accidents et linéaments ET DE LA CHAMPAGNE BERRICHONNE de direction N 10-20° E. BRGM
Apports et problêmes liés à l'utilisation Fig. 4 - Main N 10-20° E faults and lineaments. du chevelu hydrographique Lineaments inferred from drainage pattern.
S DEBRANO PASSARO R FIEURY G LABLANCHE l) H. OEBÉGLIA HARCHANO Faults identified in the fields. Inferred from
geophysics. Teeth on down thrown side
(on surface for field observations,
in the basement for geophysical interpretation).
Linéaments déduits da l'étude du chevelu hydrographique
Failles reconnues sur le terrain
Données géophysiques
Las barbaluras indiquant las compartimants abaissés, an surfaca pour las donnéas da terrain, au nfraau du soda pour la Géophysique