//img.uscri.be/pth/d44d959250f2c77d3cc212145ee619fe8781f07d
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
Lire

PANÉTIUS DE RHODES (~ 180 env.-env. ~ 110)

De
2 pages

Universalis_Article publié par Encyclopaedia Universalis PPAANNÉÉTTIIUUSS DDEE RRHHOODDEESS ((~~ 118800 eennvv..--eennvv..

Publié par :
Ajouté le : 27 mars 2014
Lecture(s) : 25
Signaler un abus
PANÉTIUS DE RHODES (~ 180 env.-env. ~ 110)

Philosophe stoïcien grec, originaire de Rhodes, Panétius (ou Panaitios) fut le disciple de Diogène de Babylonie et d'Antipater de Tarse, puis le maître de Posidonius. Son œuvre est totalement perdue (fragments réunis par M. Van Straaten, Panaetii Rhodii Fragmenta, 1962) : elle comprenait notamment un traité Du devoir, que Cicéron a utilisé dans son De officiis. Panétius a exercé, avec l'historien Polybe, une grande influence sur les milieux politiques romains, notamment sur ce que l'on a appelé « le cercle des Scipions » : Scipion Émilien, Rutilius Rufus, Laelius, le poète Lucilius (sur ce milieu, cf. R. M. Brown, A Study of the Scipionic Circle, 1934). Il a fourni les justifications philosophiques au parti conservateur dans sa lutte contre le parti des réformes, groupé autour des Gracques (cf. I. Hadot, « Tradition stoïcienne et idées politiques au temps des Gracques », in Revue des études latines, t. XLVIII, 1970). Comme on le voit clairement par la casuistique développée au livre III du De officiis de Cicéron, Panétius, à la suite de Diogène de Babylonie, se livrait à une interprétation si déformante des dogmes fondamentaux du stoïcisme qu'il aboutissait concrètement à la négation des principes moraux du système. On a souvent présenté Panétius comme celui qui a fait triompher l'humanitas dans le stoïcisme (M. Pohlenz, Die Stoa, Göttingen, 1959, t. I), mais il s'agissait de l'humanité de l'homme aristocratique, et non de celle de l'homme universel.

Auteur: PIERRE HADOT