La pyramide de Maslow
4 pages
Français

La pyramide de Maslow

-

Description

La pyramide de satisfaction des besoins de Abraham Maslow est un référentiel, qui me sert de mesure dans nombre de mes démonstrations. Vous trouverez ici une interprétation de la pyramide des besoins qui contredit le concept de son auteur, mais qui reste, à mon sens, la condition nécessaire pour assurer sa validité.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 24 septembre 2017
Nombre de lectures 232
Langue Français
2.16.La pyramide de Maslow La Pyramide de Maslow propose une hiérarchisation de la satisfaction des besoins au regard dune double évolution.
Une évolution des niveaux dabstraction qui permettent denvisager une réalisation des besoins dautant plus élaborés quils sont évolués.
La Pyramide de Maslow est aussi, une modélisation entre les deux aspirations antagonistes qui nous divisent, saffirmer en tant quindividu et se fondre dans le tout. Cet antagonisme est corrélaire à lévolution de nos sociétés en ce quelles permettent lémergence de lindividu, ou quelles le maintiennent à sa plus simple expression.
La satisfaction des besoins vitaux élémentaires repose sur des comportements égoïstes, où lindividu se place dans une perspective dassouvissement immédiat. Je trouve, je prends, je me sers. Ce mode de fonctionnement est évidemment très fragile, et lopportuniste peut devenir à tout moment lopportunité dun autre.
Pour assurer la sécurité de nos approvisionnements comme celle de notre protection, nous sommes beaucoup plus forts si nous pouvons compter sur lautre pour surveiller nos arrières pendant que nous surveillons les siens. Et si nous sommes trois, lun dentre nous peut dormir tranquille pendant que les autres veillent. Les fondements de la coalition reposent sur ces principes, qui impliquent rapidement un développement de structures complexes. La performance du groupe impose une organisation dautant plus élaborée, quil grandira en nombre. Plus le groupe est important, plus la spécialisation des individus devient sectorisée, plus le schéma relationnel se complexifie.
Lappartenance au groupe est une condition nécessaire pour assurer sa survie. Le groupe organise la quête et le partage des ressources vitales qui permettent à chacun denvisager une régulation de lassouvissement de ses besoins vitaux. Seul le groupe peu assurer laccès à un certain niveau de sécurité, tant sur le plan de la ration alimentaire comme celui de la protection ou de la reproduction. Ce niveau de sécurité est impensable en tant quindividu isolé, qui doit en permanence rester sur le guet. Et même si le groupe génère lui-même ses propres dangers, ils sont relatifs comparés à ceux quaffronte un être isolé. Cette sécurité relative permet laccès au confort et au repos.
Le phénomène de coalition impose une fusion des individualités dans laquelle elles se dissolvent. Cette fusion procure un sentiment dunité originelle, tant elle nous rapproche de létat ftal, où nous faisions un, partie du tout, dans lunivers amniotique, qui nous procurait à la fois substrats essentiels, sécurité et confort. Ce sentiment retrouvé nous rattache encore une fois à lorigine et fait sens, tant il procure limpression de complétude.
Laspect fusionnel nempêche pas les individus qui y participent, déprouver le besoin de se rassurer sur les liens qui les unissent au groupe. Cest à cette condition quils auront la certitude de pouvoir tirer partie de cette association. La reconnaissance du groupe permet de confirmer que nous sommes bien une unité constitutive du tout, que le groupe fonctionne bien avec nous, et que nous aussi, nous aurons droit à notre part.
Toute coalition tend à répartir les rôles de chacun. Cette répartition laisse émerger à nouveau, non plus un sentiment purement égoïste, mais plutôt une aspiration égotiste, une culture du soi. La fusion se granule autour des aspirations de chacun à être pour autrui. Cest le besoin dexister. Chacun tend à concevoir lorganisation du groupe autour de sa personne et aspire à donner du sens à son appartenance, à sa relation au groupe. Cest la renaissance de lindividualité qui, pour exister, doit croire quil peut à la fois décider de son destin tout en lui appartenant. Tout groupe développe sa propre dynamique et se caractérise par des réseaux dinfluences entrelacés. Ces phénomènes de micro coalitions prennent corps autour dun meneur dont lautorité repose sur sa capacité à circonvenir la prétention des autres à exister. Ce stade dévolution