Le langage un moyen d
8 pages
Français

Le langage un moyen d'expression

-

Description

Cette article tente de faire la démonstration que le langage est consubstantiel de l'émotion et de la notion du temps.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 26 novembre 2013
Nombre de lectures 0
Langue Français
2.29.Le langage, un moyen dexpression. Certains prétendent que le langage nous permet dexprimer nos sentiments. Jentends bien. Mais le langage nous permet avant tout de ressentir, daccéder à lémotion comme de concevoir la notion du temps. Pas de langage, alors pas de sentiment, pas démotion, ni de délai31.
Tous les systèmes nerveux centralisés sont pourvus de langages, de quelques niveaux que ce soit. En cela, il faut bien comprendre que nimporte quel animal, pourvu dun système nerveux centralisé, est en possession dun langage plus ou moins évolué. Tous les êtres vivants ainsi constitués, sont pourvus démotions dun niveau égal à celui de lévolution de leur langage.
Les végétaux sont sensibles à lexpression. Un arbre réagit différemment si la personne qui vient sabriter sous son branchage, manifeste de la gaieté ou de la tristesse. Cela ne veut pas dire pour autant que larbre possède un langage. Il sagit dune simple réaction et non pas dune réflexion. En labsence de système nerveux centralisé, les végétaux nont pas la possibilité de se représenter les impressions auxquelles ils sont sujets. Si les végétaux ont manifestement des sensations, ils nont vraisemblablement pas de sentiments. A mon sens, tout sentiment est la sublimation32 sensation. Les pulsions dune sont des réactions directes aux sensations, que les stimuli soit internes ou externes. La sublimation dune sensation sopère par la construction de sa représentation symbolique. Tout système de représentations symboliques constitue un langage, un langage verbal ou non verbal.
Tout système nerveux traite de linformation, sur le mode notamment des acquisitions. Il y a là opposition entre larc réflexe, qui est un faisceau neuronal préétabli (inné, réflexe), et lautomatisme, qui est un faisceau neuronal acquis. Il existe dautres faisceaux nerveux acquis dont la permanence est conditionnelle, le système glial, ou le réseau de bactéries.
Les automatismes suppléent les réflexes, en ce quils se substituent à eux ou quils prolongent les réactions premières.
Les automatismes sont déjà une inflexion des réactions primaires (réflexes), quand ces dernières manquent defficacité. Lautomatisme est une réflexion quand à lajustement dun réflexe. La réflexion, en ce quelle suspend la réaction, instaure la durée. Retenons cela !
La pondération des circuits neuronaux, quils soient innés ou acquis, nécessite lintervention de représentations qui infléchissent les pulsions. Les automatismes pondèrent les réflexes, mais les automatismes sont eux-mêmes sujets à pondération. Que de tensions !
La collaboration entre les différents systèmes nerveux, particulièrement les systèmes neuronal et glial, concoure à la possibilité de suspendre la réaction, du simple fait que la vitesse de transmission de linformation est dun rapport de dix pour un entre le premier et le second.
Nous ne pouvons parler de langage quà partir du moment ou le traitement des informations donne lieu à lémergence de représentations symboliques. Toute représentation constitue un gabarit de référence.
Le traitement, des informations véhiculées par les sens jusquau cerveau, se fait à laide de représentations. Ce traitement par effet de généralisation ou de spécification donne lieu à lémergence de gabarits.
Le gabarit de référence est une abstraction de lensemble des aspects qui nous
31Déverbal de lancien français :  delaier , signifiant différer.
32 Sub : mouvement de bas en haut, opposé à cata. Limus : oblique. Sublimer prend le sens dune élévation inclinée  se lever vers , qui est un mouvement antagoniste de lépistémè  se pencher sur .