Le sens
11 pages
Français

Le sens

-

Description

Exploration du sens, des sens, de ce qui fait sens, sur le mode de l'anecdote objectivée par la réflexion.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 20 novembre 2013
Nombre de lectures 11
Langue Français
2.10.Le sens Le sens prend naissance dans la chose qui se crée.
Je me suis souvent posé question de ce qui motivait ma propension à générer du sens. Cest une propension inhérente à tout système réflexif, qui obéit aux niveaux dabstraction parvenus.
Je me suis interrogé si jétais obsédé par lidée davoir raison. Il nen est rien. Vous pouvez démonter tout ce que javance, et mopposer des propositions plus pertinentes, je men réjouirais, et je mapproprierais vos arguments sans aucun complexe, pour si possible, les développer plus avant et enrichir ma réflexion.
Peut-être me suis-je dit, je rejoue incessamment la concurrence qui me liait avec mon frère, en vue de soctroyer chacun, les prérogatives du père absent. Cette trame est sans doute plus présente que je ne voudrais le croire, mais si elle constitue un fondement modalisateur de mon fonctionnement, elle ne produit pas pour autant, le sens auquel je suis tant attaché.
Jai suivi un bilan de compétence, et je dois remercier Muriel, qui mavait pris en charge, et grâce à laquelle jai pu avancer sur certains points. Depuis lâge de trois ans, autant que je men souvienne, je suis mu dune obsession à tout modéliser. Et je modélise à quatre états : (oui, non, peut-être, méta…), en deux dimensions, relatives au temps et la mise en perspective de toute proposition dans le système méta, qui la définie et la circonscrit. Cest le principe même de lobjectivation. Toute vérité est avérée, seule et seulement, par les conditions qui la régissent.
Outre le fait, que cette modélisation me permet déchapper à moi-même, tenir mes émotions à distance et éviter la souffrance, ou plus exactement, la formidable terreur de ce qui pourrait me terrasser, cela mautorise à me situer dans une perspective dont la combinatoire et les agencements que je construis de ma perception du monde, font sens dans lenchevêtrement du système de relations au centre duquel je me sens en adéquation. Une seule quête :  vivre à propos , comme le préconisait Montaigne. La recherche dune abstraction pragmatique (dont les applications sont cohérentes et opératoires avec le monde, avec le vivant), cest ce qui me permet dexister. Cest ce qui me permet dêtre pour les autres, bien que cette tentative soit le plus souvent vouée à léchec, tant les niveaux dabstraction auxquels jévolue semblent totalement abscons, à la grande majorité de mes interlocuteurs.
Générer du sens me permet de créer une structure ascendante, substitutive de lautorité paternelle, dont jai été privée, et aménager les surfaces de réparation, dans lesquelles je peux encore fonctionner et avoir le sentiment de vivre, dexister, grâce à lémergence dune orientation, qui me laisse croire au possible dun chemin à parcourir. Croire, que je peux à certaines conditions, minsérer dans le monde, en faire partie, tout en étant moi-même.
Le sens prend naissance dans la chose qui se crée. Quest-ce à dire ?
Il nous faut retourner encore, à la question duelle du :  comment, versus pourquoi ? . Comment ça marche et de la volonté de qui ?
Le sens est une production de tout système réflexif. Cest une lecture du monde qui nappartient quà celui qui la produit, quil la partage tout ou partie avec dautres, ou non.
Comprendre le sens, cest accepter quil ny ait pas de sens au préalable. Cest lidée, la représentation que nous construisons du monde qui lui donne un sens. Il va de soit, que toute personne se situe au centre du sens quelle produit, quelle hérite de ce sens, ou quelle en définisse un principe inédit.
Les enfants construisent leur sens en relation à lincarnation quils croient être de lamour mutuel de leurs parents. Amour, dont lévidence reste souvent à démontrer, et qui