//img.uscri.be/pth/0e28967999f4eee1c5d34a662362d940b61ad5f5

Recherches sur l'histoire des Tsiganes

-

Documents
25 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Revue Hommes & Migrations (N°1314 avril-juin 2016)

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 27 août 2016
Nombre de lectures 248
Langue Français
Signaler un abus
Titre :Recherches sur l'histoire des Tsiganes Auteur :Julien Radenez Publication :Revue Hommes & Migrations (N°1314 avril-juin 2016)
Mon travail de recherches, encore inachevé, est une enquête sur les traces matérielles d’individus ou de groupes identifiés comme Tsiganes. Les sources archiviques, éparses et disparates, sont à peine exploitées. Ces lacunes documentaires
rendent difficile la compréhension du processus historique de la présence tsigane dans sa dimension sociale et culturelle.
Le terme générique Tsigane recouvre une multitude de dénominations dont l’étude fait apparaître deux ensembles : les (A)egyptianiet les (A)cingani. Les noms Egyptien et Tsigane, dans les variantes linguistiques médiévales, constituent un corpus
sériel significatif.
Les(A)egyptiani
Vraisemblablement, le mot latin (A)egyptianus et le mot grec Gyftos [Γύφτος] (Gitan) sont issus du mot grec Aigyptios [Αιγύπτιος] (Egyptien).
ème 1 A la fin du 13 siècle , le patriarche de Constantinople Grégoire II de Chypre écrit au grand logothète de l’Empire byzantin Théodore Mouzalon au sujet de la collecte 2 des impôts desAigyptious et Athinganous[Αίγυπτίους και Αθιγγάνους] . Il est possible que les Egyptiens et les Athinganes, jugés hérétiques par les Grecs orthodoxes, soient
assimilés sur la base de critères religieux.
3 En 1300,Nikolaos Aigyptios[Νικόλαος Αίγύπτιος] est parèque à Gomatou 4 (Chalcidique , Grèce). Il est semblable àNikolaos Ainitis, Aigyptios [Νικόλαος Αίνίτης, Αίγύπτιος]. Vers 1325, un parèqueAigypt(i)on [Αίγύπτ(ι)ον] est l'époux d’une
1 Entre 1283 et 1289.2 Probablement à Monemvasia (Péloponnèse, Grèce). La ville appartient à l’Empire byzantin, sous contrôle d’Andronic II Paléologue. Elle servira de base à la reconquête du Péloponnèse (fondation du despotat de Morée).3 Parèque (paroikos) : serf.4 La Chalcidique et le mont Athos appartiennent à l’Empire byzantin.
1
5 propriétaire à Ierissos (Chalcidique). En 1350, l'empereur byzantin Jean V Paléologue 6 garantit à son oikeiosDemetrios Kokalas la moitié d’une propriété du monastère athonite Saint-Pantéleimon à Hagios Mamas (Chalcidique), avec ses terres et ses 7 parèquesAigyptokatzivellous [Αίγυπτοκατζιβέλλους]. En grec, Katsivelos [Κατσίβελος] est analogue à Gyftos [Γύφτος]. Le patronymeKoutzouvelis [Κουτζουβελης] (1300), Katziveli [Κατζιβέλη] (1300),Katzyveli [Κατζυβέλη] (1310), Katzyvellon[Κατζύβελλον] (1338) ouKatzivelachis[Κατζιβελάχης] (1341) est localisé en Chalcidique. Vers 1350, le pèlerin Ludolf von Sudheim relate que lesMandopolinisontEgyptiens disant être de la 8 lignée de Pharaon [Egyptii dicentes, se esse de genere Pharaonis] etchrétiens avec les chrétiens, musulmans avec les musulmans [cum Grecis Greci, cum Sarracenis Sarraceni]. En 1362, un acte mentionneVlachi et Vitani egipciorumDubrovnik (Croatie), à République de Raguse . En 1404, l'archevêque de Sultaniya (Iran) Johannes III 9 s'intéresse auxCyngani ou peuple de Pharaon[Cyngani sive populus Pharaonis] dispersés
dans le monde.
En Grèce, on trouve des vestiges appelésAigyptokastro [Αιγυπτόκαστρο], littéralement château Egyptien. Ils sont situés à Mosynopolis (Thrace), Eleuthères (Attique), Pleuron (Étolie), Kalidona (Élide) et Arla (Achaïe).Aigyptokastro[Αιγυπτόκαστρο] ouGyftokastro [Γυφτόκαστρο] en grec équivaut àTchingenekale[Çingenekale] en turc. Il existe aussi Atsinganokastro [Ατσιγγανόκαστρο] à Syros (Cyclades) etAthinganochori[Αθιγγανοχώρι] à Vistonida (Thrace). Vers 1415, l’écrivain Mazaris constate que la langue desAigyptioi [Αιγύπτιοι] compte parmi les sept premières du Péloponnèse.
A partir de 1417, l’Allemagne, la France, la Suisse, la Belgique, les Pays-Bas, l’Italie et l’Espagne accueillent des étrangers venus d’Egypte ou de petite Egypte :Egipten (Hildesheim, Allemagne) en 1417 ;cleynen Egypten (Frankfurt am Main, Allemagne),
Egipeten(Colmar, France) etklainen Egyptenland(Zürich, Suisse) en 1418 ;Parvi Egipti(Thonon-les-Bains, France) etpetit Egypte (Saint-Laurent-sur-Saône, France) en 1419. En 1422, la ville de Tournai (Belgique) reçoitpluiseurs gens de estrange nation qui se 5 Anna fille de Limotzervoul(ou)[Αννα ή θυγ. του Λιμοτζερβούλ(ου)].6 Oikeios : serviteur familier.7 Katsivelos [Κατσίβελος] serait dérivé du mot italien cattivello ou cattivo (mauvais, méchant, malin), lui-même issu du mot latin captivus (captif), au sens de captivus diaboli (captif du diable).8 Mandopolis oumandapolosdérivé des mots grecs mantis [μάντις] (prophète ou devin) et polos serait [πόλος] (poulain ou natif de la Terre Sainte).9 Raguse, possession de la République de Venise jusqu’en 1358, est vassale du royaume de Hongrie.
2
disoient de Egipte. Les autorités commentent :Et jasoit ce que ces gens se deissent estre de Egipte, se ne estoient-ilz, comme depuis fut sceu, que de une ville de Alemaigne nommée en 10 latin Epipolensis. Ici l’origine égyptienne est affirmée par les invités et infirmée par les
hôtes. L’Egypte ou la petite Egypte serait une référence avantageuse. Les archives décrivent deux ducs, les frères André et Michel, et deux comtes, Jean et Thomas, de petite Egypte, accompagnés d’hommes, de femmes et d’enfants. Munis d’un sauf-conduit de l’empereur romain germanique Sigismond , ils bénéficient de la protection et de 11 l’hospitalité des seigneurs. Les sources révèlent que les Egyptiens sont condamnés à un pèlerinage (pénitentiel) à cause de leur infidélité religieuse (apostasie). Ils se seraient convertis à l’islam sous la contrainte des Turcs, puis reconvertis au christianisme sous la 12 13 14 menace de Sigismond . De passage à Bologne , Forli et Lucques (Italie), les Egyptiens arrivent à Rome en 1423, à l’occasion du cinquième Jubilé de l'Église catholique, et 15
obtiennent un sauf-conduit du pape Martin V. Les lettres de Sigismond (1417 ou 1418), Amédée VIII de Savoie (1419), Martin V (1423) et Alphonse V d’Aragon (1425), à valeur de passeports diplomatiques, attestent des privilèges accordés aux compagnies
égyptiennes. Les ducs et comtes de petite Egypte, aux titulatures byzantines, seraient les
émissaires d’Etats grecs ou latins entrés dans les réseaux de patronage nobiliaire. Ils sont peut-être les chefs militaires d’une entreprise de guerre.
En 1483, le pèlerin Bernhard von Breydenbach raconte que lessarracenos ne viennent pas d’Egypte mais d’un lieu proche de Modon (Péloponnèse) appelégippe terra. En 1497, le pèlerin Arnold von Harff développe le même récit et conclut que la terreGyppe est lapetite Egypte [kleynem Egyppten]. En 1587, Daniel Specklin situe la petite Egypte [Klein-Egypten] dans l’Epire [Epirio] (Grèce et Albanie).
10 Epipolensis correspond à Herbipolis, la ville de Würzburg (Allemagne).11  En 1550, Sebastian Münster informe que le sauf-conduit aurait été délivré à Lindau (Allemagne) en 1417, à l’occasion du concile de Constance (1414-1418).12  Sigismond est le fondateur de l’ordre du Dragon, un ordre de chevalerie similaire à l'Ordre de Saint-Georges, dont le but était de protéger le royaume et la chrétienté contre ses ennemis, principalement les Turcs.13 LeDuca di Egitto...Andreaà Bologne (Italie) en 1422 est semblable auduca de Egittoà Naples (Italie) vers 1435.14 A Forli (Italie) en 1422, un chroniqueur rapporte quequelques-uns disaient qu’ils étaient de l'Inde[aliqui dicebant, quod erant de India:]. L’Inde renvoie à l’Orient. Au Moyen Âge, on compte trois Indes India inferior(au-dessous du Gange),India superior(au-dessus du Gange) etIndia ultima(au-dessous du Nil).15  Le Jubilé (Année sainte) est une célébration de l'indulgence. L’Année sainte 1423 succède au Grand Schisme d'Occident (1378-1417) et au concile de Constance (1414-1418).
3
En 1416,seigneur Emaus d’Egypte et ses 220 compagnons [herrn Emaus aus Aegypten und seinen 220 Genossen] seraient reçus à Brașov (Transylvanie, Roumanie). er En 1476, le roi de Hongrie Matthias I accorde le statut de sujets de la couronne aux égyptiens ou, communément appelés, cziganos[egiptiacos seu, ut vulgariter nuncupantur, cziganos] de la ville de Sibiu (Transylvanie). En 1496, le roi de Hongrie Vladislas II octroie un sauf-conduit àThomas Bolgar Voïvode Pharaon[Thomam Bolgar Vayvodam 16
17 Pharaonum], en récompense d’un service militaire rendu à Pécs (Hongrie).
Successeurs des Byzantins, les Ottomans désignent les Tsiganes par les mots Kıpti, c’est à dire Egyptiens ou Coptes, et Çingene. En 1430 ou 1480, le registre des 18 19 timars comptabilise 431 foyersKıptidans le sanjak de Nikopol (Bulgarie). Vers 1477, le cadi Muhittin recense 31 foyers (soit 155 personnes)Çingenedans la ville d'Istanbul (Turquie). En 1668, le voyageur turc ottoman Evliya Çelebi note dans sonLivre des ème voyages (Seyahatname) qu'au 15 siècle le sultan Mehmed II a déplacé des Tsiganes
anatoliens [Anadolu çingeneleri] de Balat (Turquie) et des Tsiganes rouméliens [Rumeli
kıptileri] de Gümülcine (Komotini, Grèce) à Istanbul (Turquie).
Les(A)cingani
Vraisemblablement, le mot latin (A)cinganus et le mot grec Tsinganos [Τσιγγάνος] (Tsigane) sont issus du mot grec Athinganos [Αθίγγανος] (Athingane).
En 1304,Nicole Acingano(Crète, Grèce). En 1316 et 1319,à Héraklion  habite 20 une ordonnance interdit l’entrée dans la ville à toutaçinganus nec acingana. Les arrêts civils et mémoriaux de l’île de Crète enregistrentLucas Acingano etIoh. Condoiani Acingano1373, en Nic. Acingani1378, en Stamata Açingana, Gaitani Açinganus etMavrangello Açingano en 1379,Guilielminus Açingano de Misitra1389, en Nic. Vassalo Açingani en 1393,Ioh. tis Parudas acinganus,Sophya Açingana,Pepani Açingana et Ioh. tis Parudhas acinganus en 1394. Le pèlerin Symon Semeonis observe en 1323 près de
16 Thomas Bolgar ou Polgar.Polgarus Wojewoda Cyganorum(1501) dansMetrica Regni Poloniae.17 Fabrication de munitions (globulis pyxidum) et d’armes de guerre, à destination de l’évêque Sigismond.18 Timar (tımar) : concession foncière.19 Sanjak (sancak) : province.20 Le Duché de Candie est une possession de la République de Venise.
4
Héraklionen dehors de la ville suivant le rite Grec et affirmant être de la lignéeune gens 21 de Chaym[gentem extra civitatem ritu Grecorum utentem, et de genere Chaym se esse
asserentem]. Il ajoute que la gens nomadise de champ en champ et de caverne en caverne. L’appellationAtziganospilios[Ατζιγγανόσπηλιος], littéralement grotte Atzigane, s’applique à plusieurs cavernes crétoises.
22er En Valachie (Roumanie), le prince Dan I attribue 40 familles atsiganes [ацигане м челеди] au monastère de Tismana en 1385. Celles-ci ont été offertes par le
er er23 prince Vladislav I au monastère de Vodita vers 1370. Le prince Mircea I attribue 300
familles tsiganes [300 цыганских семейсти] au monastère de Cozia en 1388. En 24er Moldavie (Roumanie), le prince Alexandre I attribue 31 familles tsiganes [31 25 семейство цыган] et 12 familles tatares au monastère de Bistrița en 1428 . La majorité
ème des Tsiganes de Valachie et de Moldavie resteront esclaves jusqu’au milieu du 19 siècle. En Transylvanie (Roumanie), les toponymesCyganvayaet (1370) 26 27 Chykanmyklosfalva(1406) indiquent l’implantation des Tsiganes dans le territoire. 28
Le patronymeCiganouChiganest répandu dans le royaume de Hongrie. A Zagreb (Croatie) ,Nicolaus Cigan (1378, 1383, 1392), Nicolaus Cygan1383), (1382, Nicolaus 29 carnifex dictus Cigan (1384),Nicolaus carnifex, Cigan dictuset (1397) Nicolao Chigan30 (1402) semblent identiques. En 1389,Georgius Chigan etJohannes Chygan dictus sont répertoriés dans le comitat de Zala. En 1398, l'archevêque d'Esztergom (Hongrie) Jean 31 Kanizsai assigne en justice un conditionarius nomméCygan (Cigan, communément 32 33 Chigan) [vulgo Cygan (Cigan, Chigan)]. En 1399,Gregorius dictus Chygan est iobagio à Torčec (Croatie). En 1400,Petro Chygan est iobagio à Ipeľské Predmostie (Slovaquie). 34 En 1401,Chygan dictus Pétertest nobilis familiaris dans le comitat de Sáros. En 1402,
21 Gens : groupe familial ou nation.22 La principauté de Valachie est indépendante.23 er  En guerre contre les Ottomans, Mircea I constitue une grande armée d'hommes libres et de serfs. Il s’allie à Sigismond et participe à la bataille de Nicopolis (1396).24 La principauté de Moldavie est vassale du royaume de Pologne.25 Micola voïvode des Cigani[Micola Ciganorum wayvode] est cité à Bistrița en 1487.26 La principauté de Transylvanie est vassale du royaume de Hongrie.27 Actuellement le village de Crișeni (Roumanie), Cigányi en hongrois.28 Actuellement le village de Ţigăneştii de Criş (Roumanie), Cigányfalva en hongrois.29 Le royaume de Croatie est uni au royaume de Hongrie.30 Carnifex : boucher.31 Comitat : province.32 Conditionarius : noble sous condition.33 Iobagio : serf. 34 Nobilis familiaris : noble familier.
5
35 Benedictus Cygan est iobagio dans le comitat de Tolna etPaulus Chygan est hospes dans le comitat de Vas.Petri filii Johannis et Benedictus dictus Chyganpuis (1402),
Andree filii Johannis dicti ChyganetBenedicti dicti Chyganrésident à (1410) Tompa et Erdeifaludans le comitat de Zala. (Hongrie) Thomas Petri dictus Chigandu (1402) comitat de Zagreb,Thomas filius Petri dicti Cygan de Beryvoyzenthywan (1406) du comitat de Belovár-Kőrös,Thomas Chygandu comitat de Veszprém et (1407) Thomas Cygan dictus nobilis de Zenthlwandu comitat de Baranya seraient une seule et (1411) 36 même personne : Thomas Cigány de Berivojszentiván . Noble chargé de hautes 37 fonctions politiques et militaires, il aurait servi Jean Albeni et Sigismond, et serait mort
(sans descendance) en 1415 à la bataille de Doboj (Bosnie). En 1407,Chiganus[Chiganum] est le fils de Benedictus dit Tharcha voïvode[Benedictum dictum Tharcha 38 vayvodam] dans le comitat de Zagreb. En 1418,Andrea Chygan à Csorna (Hongrie),
Georgius ChiganDunaszeg (Hongrie) et à Andreas, alter Andreas Chigan, Jacobus filius Dominici, alter Jacobus similiter ChiganKemecse (Hongrie) comptent parmi les à iobagiones. En 1423, à Spiš (Slovaquie) dans le comitat de Szepes, Sigismond octroie un
sauf-conduit àLadislaus voïvode des Cigani [Ladislaus Waynoda Ciganorum]. Le texte stipule que le voïvode est le seul à jouir du droit de punir ou d’acquitter sessujets 39 [subjectos]. Le nomZygan1341) ou (1289, Scygan (1326) désigne une propriété du 40
comitat de Zemplin et le nomZygan (1327, 1373),Scygan (1329) ouCiganune (1385) propriété du comitat de Szabolcs. Ces noms de lieux ne se réfèrent pas aux Tsiganes.
En 1401, à Cracovie (Pologne) dans le royaume de Pologne,Micolay Cziganpaye une taxe. En 1405, à Lviv (Ukraine),Petir Czigans’acquitte d’un impôt. En 1427, à Sanok 41 (Pologne),Nicolaus Cygande Sanok [est palatin Pallatinus Sanocensis] au service du roi de Pologne Ladislas II. En 1399, à Rožmberk nad Vltavou (République Tchèque) dans le royaume de Bohême, leCikán noir, serviteur de Ondřej[Cikán črný, Ondřejóv pacholek] est peut-être un Tsigane. Une chronique bohémienne, non datée, remarque des Valaques et
des Tsiganes [wlacyli sie cykani] en 1416. Une autre chronique, datée 1476, signale des Tsiganes [cikani] à Prague (République Tchèque) en 1417. La même année, à Znojmo
35 Hospes : hôte. 36 Szentiván ou Szent Iván est le nom du domaine sur lequel il aurait construit un château.37 Evêque de Veszprém, de Pécs puis de Zagreb et chancelier de Sigismond.38 Noble voïvode (nobilis voivoda) ou peut-être serf de château (iobagio castri).39 Voïvode (voivoda) : commandant. Synonyme de duc (dux).40 Actuellement le village de Cigánd (Hongrie).41 Palatin (palatinus) : gouverneur.
6
42 (République Tchèque) dans la margraviat de Moravie , séjournent des Tsiganes [Czigeinern].
Le chroniqueur Hermann Korner dépeint300 hommes et femmes, sans compter les nourrissons et les enfants, d’apparence très laids, noirs comme des Tartares, se donnant le nom de Secanos [CCC. homines utriu que sexus, demtis parvulis & infantibus, forma
turpissimi, nigri ut Tartari, Secanos se nuncupantes]. En 1417, ils auraient parcouru les villes hanséatiques de l’Allemagne du Nord: Lunebourg, Hambourg, Lübeck, Wismar, 43 Rostock, Stralsund et Greifswald. En 1424 et 1426 , le chroniqueur Andreas von 44 Regensburg témoigne du passage des Tsiganes [Cingarorum vulgariter Cigäwnär vocitataRatisbonne (Allemagne) dans le Saint-Empire romain germanique. La] à Gens
des Zingari [Gens Zingarorum], originaire des régions hongroises, serait en exil pour commémorer la fuite de l’enfant Jésus en Egypte. Elle est conduite parLadislaus voïvode des Cigani[Ladislaus Waynoda Ciganorum], en possession du sauf-conduit de Sigismond.
En 1433, à Famagouste (Chypre) dans le royaume de Chypre ,Jani Cinganusest 45 serviteur scribe de la cour[famullus scribe curie] du roi Jean II de Lusignan. En 1464, le
46 roi Jacques II de Lusignan cède au seigneurNicolo Giafunile revenu d’un impôt,le droit 47 des Cingani[il dretto delli Cingani]. En 1444, à Nauplie (Grèce), le Conseil des Quarante 48 décide de réintégrerJohanne Cingano de Neapoli Romanieposte de au drongaire des acingani[drungarium acinganorum], conformément aux privilèges accordés par l’ancien 49 50 gouverneur Ottaviano Bono . En 1456, à Mytilène (Lesbos , Grèce),Azinganus serventis
51 se procure une esclavine [sclavina]. En 1470, à Corfou (Grèce), le bailli confère ledit Fief des Cingani [dicto Feudo Cinganorum] au baronMichael de Ugotisses héritiers. et ème Formé dans la seconde moitié du 14 siècle sous le règne des Angevins, le fief a
appartenu aux baronsAloysius de Citro,Adam de S. Ippolito,loannelus de Habitabulopuis Jacobo Dondi. Les serfscingani[cinganos] du fief sont peut-être des migrants de l’Epire
42 La margraviat de Moravie est un Pays de la Couronne de Bohême.43 La Hanse est une puissante ligue commerciale.44 Période marquée par les guerres des féodaux et de l'Église catholique contre les paysans et les partisans de Jan Hus (les hussites) en Bohême.45 Le royaume de Chypre est un Etat latin d’Orient, sous domination franque.46 Famille Giaf(f)uni ou Jaf(f)uni.47 Nauplie est une possession de la République de Venise.48 Drongaire : commandant ou amiral.49 Podestat de Nauplie de 1397 à 1399 et de 1403 à 1406.50 Lesbos est une possession de la République de Gênes.51 Corfu est une possession de la République de Venise.
7
appeléshomines vageniti. En 1474,Anastas Cigano etKosta Ciganorecensés à sont 52 Mantoudi (Eubée , Grèce).
ème ème Au 15 et 16 siècle, une multitude de Grecs, d’Albanais et de Cingani (Zingani) ou Cingari (Zingari) migrent des Balkans vers l’Italie et l’Espagne. Il s’agit
d’une migration d’établissement, corporative et urbaine.
53 En 1398,Vito Cingari(Italie). En 1448,juge à Naso  est Nicolo Zingaro est 54 propriétaire terrien près de Carpi (Italie). En 1469, unCingano est ménestrel (joueur de citole) à la cour de Borso d'Este, duc de Ferrare (Italie). Marco Pio, seigneur de Carpi (Italie), accorde unsauf-conduit pour les Cingali [Littera Passus pro Cingalis]au conte Michael de Egypto minoriet sa compagnie d'Egyptianosvers 1470, puis au conteIoannes
de Egypto parvosa compagnie d' et Egyptiacos en 1485. En 1475,Zinganobatelier est
[barcharuol] à Jesolo (Italie), près de Venise. En 1479, les héritiers du défuntPietro Cingani, soldat bolognais mort au combat, réclament leurs droits au doge de Venise. Diamante Zingarode fille Francesco Zingaro (1481) etIacopo Zingaro fils de Andrea er Zingarosont baptisés à Pise (Italie). En 1484, Hercule I  (1482) d'Este, duc de Ferrare (Italie), permet àPietro Giovanni detto Cingaro de passer avec son navire sur la rivière
Secchia. En 1485,Francesco Cinganoest prêtre de l'église San Cassiano à Venise (Italie).
En 1488, le diplomate Giovanni Lanfredini met en garde Laurent de Médicis, gouverneur de Florence (Italie), contreChocietto, altrimenti chiamato Zingano. UnCingharo est camérier [cameriere] de Giovanni II Bentivoglio, gouverneur de Bologne (Italie). La
même année (1488),Lorenzo Perrone, detto Cingarodomestique et cuisinier est er [domestico e cuoco] de Ferdinand I , roi de Sicile péninsulaire, à Naples (Italie).Cola Cingaroses compagnons sont transporteurs [ et carreri] à la solde de la Couronne d'Aragon à Manfredonia (Italie). En 1490,Bartolomei Cristofori Cingani est batelier [barcaroli] à Vicence (Italie). En 1495,Andrea Cinganoest capitaine [patron] d’un navire
vénitien qui transporte des estradiots [stratioti] de Nauplie (Grèce) à Otrante (Italie). 55 En 1499,Andrea Cinganoest amiral [armiraio], puis en 1500, comite [comito] du navire vénitien deVetor da Leze, tandis queMichiel Cingano est capitaine [patron] du navire vénitien deHironimo Querini. 52  Eubée ou Négrepont, possession de la République de Venise jusqu’en 1470, appartient à l’Empire ottoman.53 Naso est une commune de la province de Messine dans le royaume de Sicile.54 Carpi est une seigneurie souveraine de la Maison Pio de Savoie.55 Estradiot (stradiotto) : cavalier mercenaire d’origine balkanique.
8
De façon récurrente, les Cingani sont recrutés comme mercenaires par les seigneurs, alliés ou ennemis. En 1469,14000 Turcs, 2000 Cingani et nombre de Bosniaques [14000 Turchi, 2000 Zingani et molte Bossenexe] conduits par Isa-Beg 56 Ishaković auraient envahi la Croatie. En 1472, 15000 Turcs,Albanais, Cingani et Bosniaques [albanexii, zingari et boxenexii] auraient attaqué le Frioul (Italie). En 1477,
Bosniaques et Cingani[Bossignachi e Zingani] auraient défendu le Frioul (Italie) contre les Turcs.
Quelques personnages, aux noms ou surnoms évocateurs, intriguent et 57 bousculent la chronologie : Ranieri Buondelmonti detto lo Zingano [ÇinganiFlorence] à (Italie), Albertino Zingarello [CingarellusPorto Venere (Italie) et Guido Zingarelli] à 58 ème59 [Cingarelli] dei Rossi à Pise (Italie) au 13 siècle ; Antonio Solario detto lo Zingano à Civita d'Antino (Italie) vers 1382 et Bartolomeo Cincani detto il Montagna né à 60 Orzinuovi (Italie) vers 1450.
Dès la fin du Moyen Âge, la présence tsigane se manifeste, individuellement et collectivement, par l’anthroponymie et l’ethnonymie. Tous les (A)egyptiani et les (A)cinganiun statut juridique et une fonction contractuelle, preuve d’un ont enracinement profond.
La permanence tsigane s’inscrit à la fois dans la stabilité et la mobilité. Stabilité des parèques des propriétés monastiques grecques ou des iobagiones des domaines seigneuriaux hongrois d’une part . Mobilité des compagnies égyptiennes (circulation 61 sélective) ou des réfugiés grecs, albanais et cingani (migration massive) d’autre part.
Dans la perspective de nouvelles recherches, il faudrait étudier le contexte historique de la quatrième croisade et de laPartition des terres de l'empire de Romanie[Partitio terrarum imperii Romaniae] au profit des Francs et des Vénitiens.
56 Isa-Beg Ishaković (İshakoğlu İsa Bey) est gouverneur du sanjak de Bosnie, ancien gouverneur du sanjak de Skopje.57 Chevalier, capitaine et podestat.58 Procureur.59 Peintre.60 Peintre et graveur. 61 Le cas des esclaves des principautés valaques et moldaves est particulier.
9
DATES 1597
1595»14181591
1590
1587
158115831580
»14221578»14171576»14191575
1572»14181569»1416155715531550»1418
LIEUX -
Suisse
-
-
France : Strasbourg
Egypte
Chypre
Suisse : Basel
Africa/Zeugitana
Allemagne : Augsburg
Egypte
Allemagne
-
Aphrica Zeugitana EgypteSuisse
Allemagne
EXTRAITS Nubianis...Cingaros
Zygeni...Zigeuner...Zigani...Behemi
Zigeuner...Cingari...Gittani...Aegyptii
il Rè di Colucut...Cingara
Zuyginer
Sarrasins...Boëmiens...Zingani
Cinquanes...Agariens
Zigeiner...Heiden
Zingani...Zingari...Ziegeiner...Egyptenaren...Heylieden...Gentiles...AegyptiosZügeuner...Ziganos...Behem
Egyptiens
Ziegeuner
Zigani
Zinganos...Zeugitanos...Zinganis...CenganisEgyptiens...Bohémiens...SinguaniZaginer...Zagyner...Zingri
Gentilibus Christianis...Zuginer...Tartaros...Cianos
REFERENCESBonaventura Vulcanius :De literis et lingua Getarum, sive Gothorum(1597) = Joseph Justus ScaligerMartin Crusius :Annales suevici(1595)
Philipp Camerarius :Operae horarum subcisivarum, sive meditationes historicae(1591)Cesare Vecellio :Habiti antichi et moderni di tutto il mondo(1590)Daniel Specklin :Collectanea in usum chronici argentinensis (1587)Jean Palerne :D'Alexandrie à Istanbul, Pérégrinations dans l'Empire Ottoman(1991)Estienne de Lusignan :Description de toute l’isle de Cypre(1580)Christian Wurstisen :Basler Chronik(1580)
Abraham Ortels (Ortelius) :Synonymia geographica(1578)
Achilles Pirminius Gasser (Gasserus) :Annales Augustani/ Augsburger Annalen(1576)André Thevet (Thevetus) :La cosmographie universelle(1575)Cyriacus Spangenberg :Mansfeldische Chronica(1572)
Georg Goldschmidt (Fabricius) :Rerum Misnicarum(1569)
Dominicus Marius Niger :Geographiae commentaria(1557)Pierre Belon (Bellonius) :Voyage au Levant(1553)Aegidius Tschudi :Chronicon Helveticum(1734)
Sebastian Münster (Munsterus) :Cosmographiae Universalis,
»14171542
1538»14181537»14181521»14391516»14181506
1502»1417
14991497
1496
1495
1491
1490
Egypte ?
Aphrica
Suisse
Allemagne
Allemagne
Suisse
Uxia regio
Allemagne
Cilicia Italie : Venezia ?Grèce : Methoni [Μεθώνη] = ModoneHongrie : Budapest = Buda
Grèce : Methoni [Μεθώνη] = ModoneItalie : Otranto
Grèce : Methoni [Μεθώνη] = Modone
Grèce : Methoni
Egipcions
Maurusiis...Cinganis
Zyginer...Heiden
Mauri
Zigenos...rege Zindelone
Ziginer
Uxios...Cinganos
Tartaros...Cianos
Cilices...AegyptiosAndrea Cingano...Michiel CinganoSuyginer...kleynem Egyppten
Thomam Bolgar Vayvodam Pharaonum, una cum aliis Pharaonibus sub viginti quinque tentoriis, & conductu, sive comitiva sua vagantibusEgyptianer...Heyden
Andrea Cingano
Ziegienner
Boemiens...Giptiens
VI(1550)Andrew Boorde :The Fyrst Boke of the Introduction of Knowledge(1547)Ludovico Celio Ricchieri (Rhodiginus) :Lectionum antiquarum, XXX(1542)Johannes Stumpf :Schweytzer Chronick(1606)
Kaspar Hedio :Paraleipomena rerum memorabilium(1537)
Johann Turmair (Aventinus) :Annalium Boiorum(1554)
Heinrich Brennwald :Schweizerchronik(1908)
Raffaele Maffei (Volaterranus) :Commentariorum rerum urbanarum(1506)Albert Krantz (Crantzius) :Saxonia(1520)
Polidoro Virgili (Vergilius) :De rerum inventoribus(1499)Marin Sanudo (Sanuto) :I diarii di Marino Sanuto, II(1879)Arnold von Harff :Die Pilgerfahrt des Ritters Arnold von Harff (1860)ÆSauf-conduit : II. Ulászló»György Pray :Annales regum Hungariae, ab anno Christi CMXCVII ad annum MDLXIV, IV(1767)Alexander Pfalzgraf bei Rhein»Sigmund Feyerabend :Reyssbuch dess Heyligen Lands(1584)Marin Sanudo (Sanuto) :La Spedizione di Carlo VIII in Italia(1873)Dietrich von Schachten»Reinhold Röhricht, Heinrich Meisner :Deutsche Pilgerreisen nach dem heiligen Lande(1880)Jehan de Cucharmoys :Le sainct Voyage de Hierusalem de