Regards sur les publications helléniques ; n°2 ; vol.19, pg 287-299

-

Documents
14 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Dialogues d'histoire ancienne - Année 1993 - Volume 19 - Numéro 2 - Pages 287-299
13 pages

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1993
Nombre de visites sur la page 21
Langue Français
Signaler un problème

Monsieur Panagiotis N.
Doukellis
Regards sur les publications helléniques
In: Dialogues d'histoire ancienne. Vol. 19 N°2, 1993. pp. 287-299.
Citer ce document / Cite this document :
Doukellis Panagiotis N. Regards sur les publications helléniques. In: Dialogues d'histoire ancienne. Vol. 19 N°2, 1993. pp. 287-
299.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/dha_0755-7256_1993_num_19_2_2122DHA 19,2 1993 287-299
REGARDS SUR
LES PUBLICATIONS HELLÉNIQUES
Chronique 1993
élément prétend absence paraître bibliographie nécessité raisons Proposer La (diminution arbitraire, pas commun d'un d'une terminologie à hellénique circuit l'exhaustivité un chronique bulletin voire est du commercial politique la nombre aberrant. langue qui sur des !. exposerait l'Antiquité. comptes du des dans Cependant, satisfaisant monde connaisseurs rendus laquelle les Il grec tendances va un des antique etc.) ils de certain du livres sont soi ont grec actuelles constitue que dont écrits nombre imposé moderne, l'on le de peut seul un de ne la
champ de recherche cher aux historiens de la Faculté des Lettres de
Salonique. Les livres de L. Manolopoulos, Ixdaiç, 'Enavaaxaaiç ,
Pour toute correspondance s'adresser à P. Doukellis, Département
d'Histoire, Université Ionienne, GR-49100 Corfou. Mes remerciements
vont à la bibliothèque du KERA/Fondation Nationale de la Recherche
et à la bibliothécaire Rhea Micha, sans qui cette entreprise ne serait
pas menée à terme. 288 Chronique, Regards sur les publications helléniques
,K{vt\o\ç ,Y.\)\i$o\1(\ ari\v ápeuvct тле noXmxifc opoXoyiotc tuv
EXXfivov (= Contribution à la recherche de la terminologie
politique dans la Grèce antique), Thessalonique 1991, 303 p. (en grec,
résumé en anglais) et de B.I. Anastasiadis, XapaxTnpiap.oi xoivojvixúv
отро>ц.ато)У xai т\ ^vvoia idÇiç отцу apyotia EXXáSa (= Désignations des
classes sociales et le concept de taxis en Grèce ancienne)
Thessalonique, Faculté des Lettres de l'Université de Salonique
1992, p. 197 (en grec, résumé en anglais) font état d'une équipe qui
travaille sur le vocabulaire politique du monde antique.
On peut dire que les deux livres abordent leur objet de
recherche de façon à peu près similaire : il s'agit de tracer
l'évolution du champ sémantique des mots-pôles, propres à chaque
étude — stasis, epanastasis, neoterismos et kinesis pour l'un et taxis
pour l'autre — depuis les poèmes homériques jusqu'à la période
hellénistique et même impériale, en s'arrêtant tout particulièrement
aux auteurs de la période classique. L. Manolopoulos entre dans les
dédales d'une terminologie extrêmement polysémantique, relative
aux conflits civils qui se déclenchaient à l'intérieur des cités grecques
et avance son argumentation à partir de cas historiques bien concrets,
repérés dans les histoires d'Hérodote, Thucydide, ou chez des
philosophes comme Aristote.
Le mot taxis se trouve au centre des interrogations de
B.I. Anastasiadis, qui dès le premier abord souligne l'incompati
bilité de la terminologie politique actuelle avec les phénomènes de
la cité antique. La quête des critères de différenciations sociales chez
les anciens l'amène très vite à explorer des couples antithétiques
comme plousioi - penetes, oligoi - polloi, ou à approfondir le sens de
termes comme genos, meros et d'autres encore.
La lecture de ces livres fort intéressants serait facilitée et
enrichie par des tableaux récapitulatifs montrant les contenus et les
croisements ou les différenciations des divers syntagmes qui font
l'objet de leurs études. D'autre part, il faudrait s'interroger sur le
bien-fondé d'une approche opérée à partir d'un échantillon des
données littéraires, ou pour mieux dire à des données dont les
critères de colla tionnement ne sont pas clairement indiqués.
Inscrite dans la tradition de l'historiographie française
M. Sakalaki, H anáxri ottiv eXXTyvxxri ap^aixii eno)(/| . Miá tyuxoxoivd) -
vioXoYixVi прооеууюц (= La Ruse à l'époque grecque archaïque. Une
approche psycho-sociologique), Athènes Ed. tou Eikostou protou
1992, 81 p. ISBN 960-7058-19-4, étudie les spécificités idéologiques
et psycho-sociologiques de l'époque archaïque, à travers l'analyse
des situations de mensonge, de parjure, de fraude. La ruse, selon D'HISTOIRE ANCIENNE 289 DIALOGUES
l'auteur est étroitement liée avec le niveau de développement des
rapports sociaux et elle représente une méthode appropriée pour
dépasser le statu quo établi et parvenir à des fins jusque là interdites.
Ce n'est qu'avec la naissance de la pensée philosophique au
Ve siècle, que la fraude se met à l'écart, au profit d'un nouveau
système de valeurs fondé sur le logos.
Suite à cette étude sur l'idéologie archaïque présentons le
livre de E. Nicolaïdou-Kyrianidou, Les fondements métaphysiques
de la politique de Platon (Des premiers dialogues à la République) ,
Athènes Bibliothèque Sophie N. Saripolos - Univ. d'Athènes 1992,
243 p. (en français). Bien qu'il s'agisse d'un livre qui explore la
philosophie politique de Platon, il présente un grand intérêt pour les
historiens des idées et idéologies du monde antique. Il met en
vedette, à l'aide des connotations modernes, les positions
métaphysiques qui justifient et conditionnent la conception
platonicienne de la politique. Partant de la phrase énoncée par
H. Joly il y a quinze ans environ, à savoir "comment entamer une
nouvelle étude sur une philosophie aussi ancienne et qui fait l'objet
d'un commentaire aussi perpétuel", l'auteur expose dans une
première phase de son œuvre les principes méthodologiques suivis
pour la constitution de son corpus d'information. Un livre important l'approche novatrice mise en œuvre et pour les résultats obtenus.
Il contribue largement à mieux saisir des questions qui déterminent
même la pensée moderne : la relation entre la politique et la science,
l'utilité de la théorie politique, la relation entre politique et
ontologie, la relation de la raison politique et de la raison morale.
La Société numismatique hellénique inaugure sa collection de
monographies avec une étude de G. Touratsoglou, The coin circulation
in ancient Macedonia (ca. 200 B.C. - 268-286 A.D.) The Hoard
evidence, Bibliotheca of the Hellenic Numismatic Society 1,
Athènes 1993, 88 p. + XIIT pi. (en grec et en anglais) sur la circulation
monétaire en Macédoine durant la période qui va de 200 avant J.-C.
jusqu'à la fin du règne de Gallien, au moment donc où l'on interdit la
frappe des monnaies aux cités grecques. L'auteur travaille, comme
son titre l'indique, à partir des données fournies par des trésors
monétaires repérés en Macédoine et dresse des tableaux de
renseignements très utiles. On constate avec lui la concordance qui
existe entre la circulation monétaire, telle qu'elle est testée par des
actes individuels de suspension de la circulation, qui sont les trésors
et les événements politiques et militaires que connaît la Macédoine
durant une période de plus de cinq siècles. 290 Chronique, Regards sur les publications helléniques
P. Chryssostomou, H беаааХио^ 6eá Ev <y)o8ía ^ Фра{а веа (= La
déesse thessaliote Enodia ou la déesse de Phères), Thèse dactylograp
hiée, Faculté des Lettres de Salonique 1991, 491 p. + 4 cartes + 84 pi.
a entrepris la tâche d'étudier le dossier épigraphique et
archéologique relatif au culte de la déesse Enodia, connue aussi en
tant que déesse de Phères, ou Enodia de Phères. Le culte de la déesse,
désignée par l'auteur comme la déesse thessaliote par excellence, est
attesté à Phères dès la période protohistorique, mais il acquiert de
l'importance à partir de la géométrique. Son culte est diffusé
un peu partout en Thessalie et même avant l'époque classique on le
rencontre à Pagases, Larisa, Krannon, Gonnoi, Pythio et ailleurs.
L'auteur ne se limite pas à présenter le dossier des
renseignements épigraphiques et archéologiques ; il avance beaucoup
plus et il essaie de déterminer l'identité de cette déesse à travers ses
fonctions et les attributs iconographiques. En effet, il s'agit d'une
divinité associée à la fois avec le monde des ténèbres et le monde de
la lumière, protectrice de l'espace urbain, aussi bien que kourotrofos.
P. Chryssostomou trace les limites du culte de la déesse thessaliote
par rapport avec d'autres divinités ; il rejette toute théorie de
syncrétisme avec Artémis et Brimo et il considère que Enodia est fille
de Déméter. Son culte est largement associé à celui de Zeus Thaulios
et Zeus Aphrios.
Les limites entre le rationnel et l'irrationnel, ou mieux
l'utilisation de l'irrationnel par le rationnel est l'objet de dix
communications réunies dans D. Kyrtatas (éd.), "Oijnç évunviou.
H хрт)ог) tíov oveipcov gtt\v eXXïivixt) xai ро)ц.сихт) ар^аготт^та
(= L'utilisation des rêves dans l'Antiquité grecque et romaine),
Iraklio Presses Universitaires de Crète 1993, 327 p. ISBN 960-7309-
45-6. Quelle est la place des rêves dans les textes littéraires depuis
Homère jusqu'aux chroniqueurs byzantins ? Les dix auteurs du recueil
s'accordent pour soutenir que le rêve est un topos littéraire qui sert de
moyen pour renonciation des messages spécifiques selon le genre
littéraire qui les emploie, selon les époques etc. Loin de s'interroger
sur le bien-fondé ou non d'un rêve, les auteurs du recueil montrent que
l'Antiquité et le Haut Moyen Age avaient développer sérieusement
un discours sur les songes, qui fonctionnait en tant que véhicule
polyséman tique de communication.
Il est vrai que depuis les travaux de S. Dakaris sur l'Épire
antique nous manquions de synthèses sur l'archéo-histoire de la
Grèce occidentale. H. Tzouvara-Souli, Ap.ppaxia (- Ambracie), Arta
1992, 220 p. propose un livre sur l'histoire et l'archéologie
d'Ambracie, qui fut une importante colonie corinthienne fondée sur un D'HISTOIRE ANCIENNE 291 DIALOGUES
coude du fleuve Arachthos dans la deuxième moitié du Vile siècle.
En réalité l'auteur essaie de présenter une monographie sur la
topographie urbaine de la ville, en explorant principalement des
rapports de fouilles de sauvetage. On ne peut dire jusqu'à présent que
la recherche sur l'organisation des colonies corinthiennes de la mer
Ionienne connaisse un essor comparable à celui de l'autre rive de la
mer. H. Tzouvara-Souli se limite à un collationnement trop
archéologique ; le raisonnement historique fait défaut et l'histoire
d'Ambracie reste à écrire.
Il semble que l'histoire rurale antique et plus précisément les
vestiges architecturaux provoquent la curiosité et l'intérêt de
beaucoup d'entre nous. Ainsi N.G. Ashton (avec la collaboration de
E. Pantazoglou), Siphnos, Ancient towers, Athènes 1991, 157 p. (en
grec et en anglais) ISBN 960-220-127-4 présentent sous forme de fiche
les 56 tours antiques qu'ils ont pu repérer sur l'île de Siphnos
(Cyclades). L'auteur, après un bref historique de l'île durant
l'Antiquité, nous introduit à la question de ces établissements ruraux
dont le fonctionnement n'est pas toujours clair. A cet égard
N.G. Ashton semble reconnaître trois phases différentes. Les
constructions les plus anciennes, attribuées au dernier quart du Vie,
étaient des tours de guet qui formaient un réseau de transmission des
messages d'une acropole à l'autre en cas de dangers venus par la mer.
Durant le Ve siècle le nombre de ces constructions s'accroît ; les tours
ne servent plus uniquement en tant que moyens de transmission des
renseignements, elles servent aussi en tant que lieux de protection de
la population locale aussi bien que de la production en métaux
précieux de l'île. La troisième phase qui va jusqu'au Ile siècle voit
les tours transformées en installations vouées à l'exploitation des
ressources agraires.
"l'extraction" d'un seul Malheureusement, la méthode de
élément, pour l'étudier séparément de son contexte géographique et
social n'est pas toujours la mieux indiquée. On se félicite d'avoir sous
les yeux les informations et les dessins sur les 56 tours antiques de
Siphnos, mais toute tentative d'analyse de ces données passe
nécessairement par la connaissance du contexte bien concret, propre à
ces constructions.
Bien que le livre de Th. Skouras, Ta Spaxóonna тцс Eupoiaç
(= Les maisons des dragons à l'île d'Eubée), Chalkis 1991, 157 p. +
32 pi. ne réponde pas aux prérogatives d'une étude scientifique, il a
le mérite de présenter, à sa façon, un ensemble de treize constructions
rurales, dont certaines inconnues et qui depuis le début du XIXe siècle 292 Chronique, Regards sur les publications helléniques
soulèvent un certain nombre de questions. Il s'agit de constructions de
dimensions variables, mises en place durant la période qui va du Vie
au ITIe siècles. L'appareil des murs est en pierre sèche ; parfois les
pierres sont à peine travaillées, tandis que leurs dimensions
colossales ont hanté l'imagination des gens du pays qui considèrent
ces constructions en tant que maisons des dragons. On a émis plusieurs
hypothèses sur la nature, l'utilisation, la datation de ces
constructions. On les a considérées comme étant des lieux de culte, des
tours de garnison, des bergeries, des tours agraires et d'autres encore.
Th. Skouras passe en revue les diverses hypothèses et aboutit à
l'élaboration d'une nouvelle selon laquelle les drakospita d'Eubée
sont en rapport direct avec des carrières de pierre. Un livre utile pour
l'étude d'autres cas parallèles en mer Egée, mais à utiliser avec le
maximum de précaution.
Parallèlement à ces deux études qui traitent des établiss
ements ruraux antiques et dans une perspective ethnoarchéologique on
se justifie de présenter deux autres publications qui ont comme objet
des constructions de ce genre, mais qui datent des deux - trois derniers
siècles. Le livre de L. Politi, To loúXi xt^ç Hneípou . Oi о\к\а\ю{ xai ti
lOTopia touç (= Souli en Épire. Les habitats et leur histoire), Athènes
1992 ISBN 960-220-219-X (en grec) a comme objet l'organisation
spatiale des villages montagneux de Souli. Pour ce qui concerne notre
rubrique sur l'habitat antique, signalons que les villages de Souli ont
commencé à se former au début du XVIIe siècle et ils ont été
abandonnés au début du XIXe siècle. L. Politi explore la morphologie
architecturale de Souli et elle enrichit son étude avec un nombre
important de photographies et de dessins.
Mais la bibliographie grecque sur les installations rurales s'est
considérablement enrichie avec le livre magnifique de
N. Sifounakis, Miá aYVwaxTi apxvrexxovixïi : oi ^.avxpeç отт\ Arip.vo xai
axa áXXa VTiaiá tou {JopeioavaxoXixoú Aiyaíou (= Une architecture
inconnue: Les bergeries à Limnos et dans les autres îles de l'Egée
septentrionale), Athènes Kastaniotis 1993, 169 p. ISBN 960-03-1105-
6 (en grec). Le livre en question répond parfaitement aux
interrogations actuelles de l'archéo-histoire des installations
rurales. Certes, l'auteur ne vise pas à présenter une étude-béquille
pour des archéo-historiens. Loin de là, il décrit de façon claire, les
constructions rurales de l'Egée septentrionale, telles qu'elles sont
utilisées depuis des siècles. Le livre abonde en photos et dessins
d'excellente qualité. N. Sifounakis expose les techniques et les
matériaux dont sont construits les mandres, explore la partie DIALOGUES D'HISTOIRE ANCIENNE 293
Relevé de la bergerie de Kontias (Limnos) tiré du livre de
N. Sifounakis pour illustrer la disposition des pièces dans une ferme
de l'île et la superficie qu'elles y occupent.
1) Étable ; 2) Grange ; 3) Espace habité ; 4) Pièce utilisée par le
berger ; 5) Péribole ; 6) Aire. 294 Chronique, Regards sur les publications helléniques
"centrale" ainsi que les dépendances qui peuvent se trouver dans le
péribole, les enclos, les aires, la grange, et d'autres et procède à une
typologie des bercails selon leurs fonctions, qui vont du simple abri
d'un paysan à un type de ferme combinant partie résidentielle et
lieux de travail.
Les divers aspects de la culture des vignes et de la fabrication
du vin de l'Antiquité à nos jours font l'objet du volume des Actes d'un
petit Colloque tenu en septembre 1990. Iaxopi'a tou eMtivixoú xpaaiotf
(= Histoire du vin grec), Rencontre de Santorin 7-9/9/1990, Athènes
Fondation ETBA 1992, 310 p. ISBN 960-244-022-8 (en grec, résumés en
anglais, français, allemand). La culture de la vigne, les
représentations iconiques de la vigne, les moyens de transport et
surtout de stockage, les rapports sociaux noués autour de la
production vinicole reviennent incessamment dans la discussion, qu'il
s'agisse de l'Antiquité, de l'époque byzantine, des temps modernes.
On ne peut dire que le poids de quelques 25 communications soit
toujours le même. Le mérite du volume se trouve dans les approches
comparatistes ainsi que dans la présentation des pratiques
traditionnelles liées à la culture de la vigne et au vin.
Signalons la thèse de V. Mandi, Determination of the
provenance of marble used in ancient monuments with techniques of
Electron paramagnetic resonance and Newton activation analysis,
Thèse dactylographiée, Univ. d'Athènes 1993, 281 p. (en grec,
résumé en anglais), qui soutenue au Département de Chimie présente
un intérêt majeur pour l'archéologie et l'histoire. Le collationnement
d'une grande masse de données sur les particularités chimiques et
structurales du marbre a permis à V. Mandi de constituer une banque
des données pour mieux répondre à des problèmes relatifs aux
monuments en marbre des Cyclades et de l'Attique et bien
évidemment à la question fondamentale des échanges des matériaux
de construction entre les diverses cités du monde égéen.
Dans le secteur des publications documentaires, Th. Sarikakis,
Хшкл проашпоурафш (= Prosopographie de Chios), Athènes 1989,
XIV + 501 p. ISBN 960-85007-0-2 (en grec) a édité la prosopographie
de l'île de Chios en Egée orientale. Son œuvre, fruit de longues
études, acquiert plus d'importance, lorsqu'on sait qu'il n'existe à
présent aucun recueil ni corpus des documents épigraphiques de Chios
antique. Dorénavant on possède un grand fichier de quelques 3500
personnes qui, du reste, attend sa mise en valeur. DIALOGUES D'HISTOIRE ANCIENNE 295
De son côté, V. Kontorini, Inscriptions inédites de Rhodes II,
Athènes Kardamitsas 1989, 223 p. + XLIX pi., ISBN 960-7262-00-X
(en grec, résumé en français) présente un second recueil des 84
inscriptions rhodiennes inédites (y compris quelques fragments). Les
textes enrichissent nos connaissances sur l'histoire et surtout la
prosopographie rhodiennes pour un laps de temps qui va du Ille
siècle avant jusqu'au premier siècle de l'époque impériale. Le livre
est divisé en deux parties, dont la seconde constitue un dossier disons
"autonome", car l'auteur y a réuni un nombre important d'inscriptions
en rapport immédiat avec le sanctuaire d'Halios.
La publication des nouvelles archives pour l'historien est très
bien représentée par la thèse, il y a longtemps soutenue d'ailleurs, de
P. Pantos, Ta афраугацата ттк amoXixiiç KaXXmoXetoç (- Les sceaux de
Kallipolis en Étolie), Athènes 1985, LIX + 637 p. et 49 pi. Les fouilles
qui ont eu lieu sur le site de la petite ville étolienne de Kallipolis
ont révélé, au sein d'une maison privée, une chambre où
apparemment les propriétaires de la maison gardaient leurs propres
archives. Les fouilleurs du site formulent l'hypothèse d'une
bibliothèque en bois sur laquelle étaient stockés des papyrus
contenant des contrats et des lettres échangées. L'auteur distingue
plus de trois cents types iconographiques et il les présente classés en
cinq catégories d'après les thèmes figuratifs (animaux, figures
masculines, figures féminines, portraits, objets divers). Il se trouve
que la majorité du matériel en question est composée des sceaux
officiels de cités hors d'Étolie, des sceaux des chancelleries royales
et même des sceaux de personnalités importantes. P. Pantos est ainsi
amené à soutenir l'hypothèse selon laquelle nous avons affaire à une
maison appartenant à une famille des leaders politiques de la ville
et même du koinon des Étoliens de la fin du Ille siècle et du début du
Ile siècle avant J.-C. A partir de l'archive privée, l'auteur esquisse
l'histoire d'une ville moyenne de l'Étolie, qui était Kallipolis. On se
félicite ainsi d'avoir, outre la présentation des nouvelles données
archéologiques, une esquisse historique sur la vie et les rapports
politiques de Kallipolis avec le monde extérieur. Souhaitons que
cette thèse prenne le chemin de l'imprimerie le plus vite possible,
enrichie éventuellement avec certaines cartes qui illustreraient au
mieux les exploits de l'auteur !