IV. Bulletins régionaux
In: Revue d'histoire de l'Église de France. Tome 4. N°20, 1913. pp. 165-209.
Citer ce document / Cite this document :
IV. Bulletins régionaux. In: Revue d'histoire de l'Église de France. Tome 4. N°20, 1913. pp. 165-209.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rhef_0300-9505_1913_num_4_20_2065RÉGIONAUX BULLETINS
BOURGOGNE
AIN
Bulletin de la Société Gorini. Tome vm. Bourg, 1911.
Abbé L. Alloing : Autun et Belley, p. 17-27. A l'occasion de l'élec
tion de M. le chanoine Manier, vicaire général d' Autun, à l'évêché de
Belley, cette conférence a été lue à une réunion de la Société Gorini,
présidée par Sa Grandeur. Après avoir fixé la situation géographique
des deux diocèses d'abord assez éloignés, le conférencier montre com
ment ils sont devenus limitrophes. Puis il énumère les possessions des
abbayes mâconnaises dans la Bresse et le Bugey et les hommes d'Église
que Belley doit à Autun et qu' Autun doit à Belley, Mgr Manier étant
le dernier anneau de cette chaîne qui unit les deux diocèses.
Abbé Genolin : Note sur la Séparation de Confort de la paroisse de
Lancrans, p. 28-32. Confort est le pays natal de la célèbre sœur Rosalie,
mais ce n'était, avant 1851, qu'un hameau de Lancrans ; il est intéres
sant de voir comment ce hameau est devenu paroisse.
" Abbé F. Page : Le prieuré et le chapitre de Meximieux (suite), p. 33,
165, 297 et 378. M. Page a conduit son récit jusqu'au milieu du xvie siè
cle. Dans cette nouvelle série d'articles, il étudie les usages du temps,
les constitutions du chapitre, ses acquisitions, les registres paroissiaux
de Meximieux, le gouvernement des divers doyens, la collégiale et ses
chapelles, etc. Il arrive ainsi jusqu'à la peste de 1628. Ce travail, rédigé
sur des documents, est une vivante résurrection du passé.
Abbé L. Joly : Les commencements de la chartreuse de Portes, p. 76-
94. C'est le deuxième article de cette étude sur l'antique monastère.
Partant de la source historique principale, le testament de Bernard,
l'auteur fixe la date de la fondation, examine la situation, parle des
premiers religieux. Il se dégage de cette histoire comme un parfum de
sainteté.
Abbé Ph. Boulet : Mémoires de M. de Varicourt, ancien curé de Gex,
puis êçêque d'Orléans, p. 113, 271, 369. Pages captivantes, puisque
M. de Varicourt, leur auteur, fut mêlé intimement au drame révolu
tionnaire, d'abord comme député du clergé de Gex aux États généraux,
puis comme prêtre persécuté. Le récit, conduit jusqu'à la journée du
20 juin 1792 et à la Convention, abonde en anecdotes caractéristiques
et pourra contribuer à jeter plus de lumière sur ces tragiques événements.
M. l'abbé Boulet l'a fait précéder d'une introduction sur la famille de
Varicourt, et, se contentant de citer textuellement les passages les plus
intéressants, il les relie par de courtes analyses des omis.
Abbé F. Sornay : L'abbé Guillaume Galen, curé de Leyment, p, 128,
285, 355. Biographie très édifiante d'un saint curé de campagne du dio
cèse de Belley, mort en 1885, par un de ses amis et successeurs. BEVUE D'HISTOIRE DE L'ÉGLISE DE FRANCE 166
Abbé S. Rochet : Les prêtres de V Ain pendant la Résolution, Mon-
thieux, p. 142; Villars-les-Dombes, p. 253. C'est la suite d'une série
d'études dont plusieurs ont paru dans le Messager du dimanche, s
emaine religieuse du diocèse. L'auteur a été enlevé par la mort le 31 juil
let 1911 et son œuvre brusquement interrompue. Il reste pourtant
quelques notices manuscrites qui seront publiées plus tard; mais com
bien il est regrettable que M. Rochet n'ait pu mettre à son œuvre la
dernière main !
Chanoine Ch. Dementhon : Le chapitre de l'église cathédrale de
Belley depuis 1823, p. 153 ; simple nomenclature, arec dates, de tous
les membres du vénérable corps auquel appartient M. Dementhon,
depuis la restauration du diocèse de Belley avec le département de
l'Ain comme circonscription.
Abbé G. Renoud : Au pays de Gex, Madame Guyon, les Nouvelles-
Catholiques, p. 225. Dans un premier article M. Renoud raconte avec
beaucoup de verve le séjour de M me Guyon à Gex en 1681, dans la maison
des Nouvelles-Catholiques. Il explique par suite de quelles circon
stances la célèbre quiétiste fut conduite en ce pays et aussi les raisons
qui la firent s'en éloigner. Tout cela serait véritablement comique, si
la religion n'était en jeu.
Abbé Boillot : Le sanctuaire de Notre-Dame de Consolation, dans
les hautes montagnes du Doubs p. 315. Quel rapport a donc ce sanc
tuaire avec les pays de l'Ain? C'est qu'il doit son origine à François
de La Palud, sire de Varambon en Bresse, miraculeusement délivré
par la sainte Vierge de sa captivité en Babylonie.
Docteur Charles Reboul : Un curé en Bresse pendant la Révolut
ion. Notice sur Pierre Reboul, p. 337. C'est le premier article d'une lon
gue série d'études révolutionnaires consacrées à Pierre Reboul, curé de
Saint- André d'Huiriat, par son petit-neveu. Celui-ci conduit son récit
depuis la naissance à Mâcon, le 2 février 1754, jusqu'à son arrivée à
St- André, en 1785, après le vicariat de Lancié et la cure de Vergisson.
Abbé Alloing : Chronique trimestrielle, p. 95, 200, 319, 386. Voir à
la page 389 une notice sur l'abbé Rochet.
Tome ix. Bourg, 1912.
Abbé Genolin : Un enfant cPApremont, Vabbé J. Chapelu, curé de
Confort, p. 5-27. Après avoir exposé le sectionnement de Confort déta
ché de Lancrans (v. 1911), M. Genolin, raconte la fondation de la pa
roisse par l'énergique abbé Chapelu, son premier curé, avec l'aide de la
sœur Rosalie et des filles de la Charité. Rien de savoureux comme cette
originale figure de prêtre.
Abbé F. Page : Le prieuré et le chapitre de Meximieux, p. 37, 129,
275. Fin de cet important ouvrage. M. Page poursuit l'histoire de
Meximieux pendant le xvne et le xvme siècle. Puis, abrégeant le récit
de la Révolution qu'il a déjà fait dans un autre volume, il montre ce
qu'est devenue la collégiale au xixe siècle. La conclusion, c'est que le
prieuré et le chapitre furent pour Meximieux de grands bienfaits.
Docteur Ch. Reboul : Un curé en Bresse pendant la Revolution. No* BULLETINS REGIONAUX 167
ticesur Pierre Reboul, p. 60, 148, 241, 345. L'auteur aborde la période
révolutionnaire et montre son héros prêtant le serment à la Consti
tution civile du clergé, mais avec des réserves, puis le rétractant plus
tard; c'est ensuite la détention à Pont-de-Veyle; puis à Châtillon et
à Brou, enfin sa mise en liberté après thermidor; tout cela bien
enchâssé dans les événements de l'histoire générale et départementale.
Abbé G, Renoud : Au pays de Gex; les Nouvelles-Catholiques, p. 77 et
193. Cette seconde partie du travail de M. Renoud fait l'histoire de
cette maison fondée à Gex pour recevoir les jeunes converties, depuis
le départ de Mme Guyon jusqu'à la Révolution, alors que les religieuses
furent supprimées. C'est pour l'auteur l'occasion de mettre au jour
plusieurs documents inédits des archives de l'Ain et même de rectifier une
erreur de Brossard qui, dans l'Inventaire de ces archives, confond les
Nouvelles-Catholiques avec les Ursulines.
Abbé Th. Malley : Quelques vieux instituteurs de Bourg, p. 113-128.
Portrait quelque peu humouristique de ces vieux magisters, braves
gens mais jaloux de leur indépendance. Ch. Démia, directeur des éco
les sous Mgr Camille de Neuville, eut à compter avec eux.
Paul Richard : Un ancien tableau du Rosaire, dans l'église des
Allymes, commune d'Ambérieu-en-Bugey, p. 164.
Abbé Boulet : Mémoires de Mgr de Varicourt, curé de Gex, puis êvê-
que d'Orléans p. 182, 299, 373. Le vaillant curé nous apparaît mainte
nant sur les chemins de l'exil en Angleterre, en Belgique et en Allemag
ne. C'est toujours le même récit simple, parfois spirituel, et émaillé
d'anecdotes piquantes.
Abbé Joly : Les commencements de la chartreuse de Portes (fin), p. 166
et 309. L'accueil sympathique fait au nouveau couvent, ses bienfai
teurs, la consécration de deux églises, les immunités accordées aux rel
igieux, telles sont les principales questions traitées.
Ignotus : Sur les hauteurs, la paroisse de Retord, p. 225, 384. Premiers
articles d'un travail sur cette curieuse paroisse qui se compose unique
ment de fermes situées sur sept communes de la montagne. On expose
la fondation de la paroisse en 1674 par Mgr d'Arenthon d'Alex, évêque
de Genève, ce qui permet de rectifier une erreur commise par Guigue
dans sa Topographie historique de l'Ain, et répétée par M. Philipon son récent Dictionnaire topo graphique.
Abbé Alloing : Le diocèse de Belley, p. 89, 206. Continuation d'une
synthèse historique destinée à servir comme de plan à une histoire
religieuse de pays de l'Ain. Il y est question des anciennes églises, des
monastères bénédictins, clunisiens et cisterciens de ces pays.
Le Bugey. Tome n. Belley, 1911-1912.
Chanoine Ch. Dementhon : Promenade à Bellegarde- Nantua,
p. 1-33. La Société « Le Bugey » organise de temps en temps des
promenades à travers la province dont elle s'est donné pour mis
sion de faire connaître l'histoire. Le compte rendu en est publié et
l'on y trouve plus d'un renseignement sur l'histoire ecclésiastique et
l'archéologie religieuse des régions visitées. C'est ainsi que la présente 168 REVUE D'HISTOIRE DE I/ÉGLISE DE PRANCE
relation nous intéresse par un résumé historique sut Pabbaye de
Nantua.
Chanoine Ch. Dementhon : Promenade de Glandieu à Lhuis, p. 193.
Ici, c'est le prieuré de Lhuis, c'est sa vieille église, qui attirent notre
attention et trouvent en M. Dementhon un narrateur compétent,
puisqu'il est enfant de Lhuis.
Chanoine Ch. Dementhon : Promenade de Chazey-Lagnieu-Saint-
Sorlin, p. 512. La chapelle du château de Chazey, l'église de Lagnieu,
autrefois collégiale, la chapelle de la Croix avec sa Vierge de Miséri
corde, le prieuré de Saint-Sorlin avec son antique église, tels sont les
souvenirs qui sont ici évoqués.
C. Rénaux : Le comté de Savoie-Belley, p. 33-100. Étude ayant pour
but de prouver que les origines de la maison de Savoie doivent être
placées dans le comté de Belley. La démonstration semble manquer
de rigueur et de clarté; elle intéresse pourtant l'histoire du diocèse
de Belley, en ce que les anciens évêques étaient seigneurs temporels
de la ville (carte par M. Ratinet)
Abbé L. Joly : Ordonnaz, le prieuré et la paroisse (fin), p. 124 et 250.
Poursuivant son étude, M. l'abbé Joly la conduit depuis le milieu du
xvie siècle jusqu'à nos jours; il énumère les prieurs, il raconte les diff
érends survenus entre les habitants et le cur& de Rossillon, l'érection
de la chapelle vicariale en paroisse, et l'histoire d' Ordonnaz pendant et
depuis la Révolution (tiré à part).
Comte M. de Seyssel : Le Bugey, esquisse historique, p. 135, 471.
Dans un travail de caractère général comme celui-ci, il y a toujours
à glaner pour l'histoire ecclésiastique.
A. Callet : Jean-Baptiste Royer, évêque constitutionnel de VAin, puis
métropolitain de Paris (1733-1807), p. 287-322. Résumé fort intéres
sant de ce que l'on sait jusqu'à présent sur ce personnage ecclésias
tique. Les meilleures sources ont été mises à contribution.
A. Callet : Les confréries d'autrefois. La confrérie de Saint»
Ennemond à Ceyzérieu ; une visite pastorale en 1767, p. 153.
P. Saint-Olive : Le merveilleux au xve siècle dans le Bugey « a
parte Delphinatus », p. 321. Il s'agit d'un miracle à Saint-Genis et
d'un procès de sorcellerie aux Avenières.
A. Dubois : Monographie de la commune de Bélignat, p. 337 et 498,
II ' Chanoine est aussi question Tournier de : la Les paroisse, premiers notamment habitants du à Bugey la page (suite), 508. p. 273.
C'est le compte rendu des fouilles faites par l'auteur avec M. Guillon
en 1894, avec M. Déchelette en 1900, de la grotte-abri de la Bonne-
Femme, à Brégnier Cordon (Ain).
Annales de la Société d'émulation de l'Ain.
Tome xliv, 3e et 4e fasc. Bourg, 1911,
Edmond Chapoy : Honoré d' Urfé dans ses rapports avec la Bresse et
le Bugey, p. 227-249. Travail très documenté d'après les archives de
Châteaumorand (Loire), de Léran (Ariège), etc., et le livre de M. le RÉGIONAUX 169 BULLETINS
chanoine Reure sur la Vie et les œuvres d'Honoré d' Urfê. Plusieurs gra
vures (tiré à part).
A. et F. Balland : Saint- Julien-sur-Reyssouze, p. 250 et 347. Résumé
des principaux événements survenus dans cette commune de 1300 à
1852. Cette seconde partie part du 1er août 1790. C'est donc l'histoire
de la Révolution à Saint Julien qui se trouve racontée d'après les regis
tres municipaux dont ces éphémérides donnent l'analyse.
J. Guédel : L'architecture romane en Dombes, p. 293 et 391. Étude
de première valeur, sur les écoles romanes et les églises rurales de ce
style. M. Guédel a pris la peine de voir les églises dont il parle et d'en
noter tous les détails architecturaux. De ses observations se dégage
un type, souvent reproduit avec quelques variantes, et dont la plus
parfaite expression paraît être l'église de Saint-Paul-de-Varax (can
ton de Villars, arrondissement de Trévoux).
Tome xliv. Bourg, 1911.
A. Cornet : Les petites escholles de Ch. Démia dans VAin, p. 50-78.
Charles Démia, né à Bourg-en-Bresse, promoteur du diocèse de Lyon,
sous l'archevêque Camille de Neuville, fut nommé par lui directeur
des écoles. Démia est un véritable précurseur de saint Jean-Baptiste
de La Salle. Il fonda les prêtres et les sœurs de Saint-Charles, qu'il
forma à donner l'instruction élémentaire aux pauvres. Le présent
article, rédigé sur l'ancien registre des écoles qui est aux archives du
Rhône, fait connaître celles qui furent établies dans les pays de l'Ain
qui dépendaient autrefois du diocèse de Lyon. Devant cette enumer
ation, on serait bien embarrassé d'affirmer que l'Église n'a rien fait
pour l'instruction du peuple.
E. Dubois : Cahiers de doléances des bailliages de Bourg, Belley et
Gex et de la sénéchaussée de Trévoux, p. 93, 153, 269. On ne trouvera pas
dans ce travail le texte in extenso des cahiers, mais une classification
par ordre de matières des doléances contenues dans les cahiers : dolé
ances relatives à l'ordre politique, à l'ordre social, à l'administration
provinciale et communale, aux finances, etc. Ces doléances touchent
à tant de questions que l'histoire ecclésiastique ne peut manquer d'y
trouver son compte
T. Ferret : L'Église de Brou, l'architecte, la construction, la restau
ration au xixe siècle, p. 137-172. L'auteur de cet article est l'architecte
même qui a présidé à la restauration de Brou au xixe siècle ; c'est pour
quoi on trouvera bientôt sous sa plume plus de détails sur cette re
stauration qui a duré plus de vingt ans. Il ne fait guère ici que détermi
ner quel fut l'architecte primitif, le Flamand Von Boghem et non Jean
Perréal.
Bulletin de la Société des sciences naturelles et d'archéologie de l'Ain.
2« trimestre 1910 - 4e trimestre 1911. Bourg, 1910-1911.
Abbé A. Chagny : La vie politique de Marguerite d'Autriche (suite),
1910, p. 40, 66; 1911, p. 21, 49, 79, 123. Dans une première partie
l'auteur raconte la vie de Marguerite, sa jeunesse et la formation de 170 REVUE D'HISTOIRE DE l'ÉGLISE DE FRANCE
ses idées religieuses, son passage en Bresse, comme duchesse et douair
ière de Savoie, sa régence dans les Pays-Bas; il aborde ensuite dans
une seconde partie la répression de l'hérésie dans les pays de l'Ain,
jusqu'au xvie siècle. Travail fouillé, documenté et d'une lecture fort
agréable. Peut-être gagnerait-il à faire la part moins grande aux génér
alités sur la sorcellerie et l'Inquisition.
Abbé L. Joly : En Terre Sainte, 1911, p. 39. A son retour d'un voyage
en Palestine où il a pu se rendre compte de l'état des découvertes ar
chéologiques à Jérusalem et à Nazareth, M. Joly en a fait le sujet d'une
intéressante conférence.
Bulletin de la Société des naturalistes de l'Ain.
N° 29 (15 novembre 1911). Bourg, 1911.
Hannezo : Les noms celtiques de sources du département de VAin,
p. 47-56. Curieuse étude onomastique.
Emile Chanel : Les réjouissances pour la paix d'Aix-la-Chapelle
à Bourg (2 mars 1749), p. 57,
N° 30 (15 mars 1912). Bourg, 1912.
Emile Chanel : Rapport sur les travaux d'aménagement du temple
Sîzernore, p. 49.
Emile Chanel : Petit trésor troupe à Izernore. Deniers des évêchés de
Genève et de Lausanne, p. 58.
É. Chanel : Une cachette de Vâge du bronze à Treffort (Ain), p. 63.
Emile : Étude sur les élections municipales de Vancienne ville
de Bourg, jusqu'en 1643, p. 67-112. Cette étude, qui n'est pas sans valeur
puisqu'elle est faite d'après les archives municipales, demanderait
un ordonnance meilleure qui favoriserait la clarté.
Louis Alloing.
COTE-D'OR
Mémoires de la Commission des Antiquités de la Côte-d'Or.
Tome xv, années 1906-1910. Dijon, s. d.
C. Oursel : Topographie historique de Dijon : le quartier des Tanner
ies, p. 1-164.
Jules Gauthier : Le livre d'heures de Bénigne Serre (1524), Livre de
raison de la famille Bretagne (1641-1727), p. 165-178.
Henri Chabeuf : Un primitif du xve siècle. La Circoncision, p. 179-
192. Il s'agit d'un tableau appartenant à M. E. P., de Paris, attribué
au mystérieux « maître de Flémalle » du xve siècle ; le décor du tableau
est l'intérieur de Notre-Dame de Dijon.
Henri Chabeuf : Une fondation d' Isabelle de Portugal à la Chart
reuse de Bâle, p. 239-254. Isabelle était duchesse de Bourgogne en
1433, date de la fondation.
La Revue de Bourgogne. Année 1911, n°* 4-6. Dijon.
La Direction : Une épêe de Jeanne d'Arc ? p. 193-202. On trouvera
groupées là un certain nombre d'opinions émises à propos d'un article BULLETINS RÉGIONAUX 171
portant le même titre paru à la page 129, dans lequel M. Metman atti
rait l'attention sur une épée existant au Musée de Dijon et qui pourr
ait aroir appartenu à la Pucelle.
Amédée Vïalay : Les subsistances sous la Convention (particuliè-
rement dans V Yonne) et le carême civique, p. 226-240.
H. Chabeuf : Un peintre dijonnais. J.-B. Lallemand (1736-1803?%
p. 257-272.
G. Jeantojh : La Bourgogne est-elle une province du Nord? p. 277-
283. C'est entre Chalon et Mâcon que le Midi et le Nord se différen
cient par l'acuité de leurs toits et de leurs clochers, leur droit ancien
et leur langage.
J. Thomas : La correspondance de Bossuet en Bourgogne, suppl.
au n° 5, 8 p. D'après la publication de la correspondance de Bossuet
par MM. Urbain et Levesque.
L. Simon : Les idées d'un œnologue bourguignon au temps de la
Révolution, p. 338-342. Il s'agit de dom Gentil, prieur de l'abbaye de
Fontenay au moment de la Révolution et grand œnologue ; il voulut
mettre au service de la Nation ses connaissances en cette matière et les
exposa dans un mémoire adressé en l'an III au représentant Calés.
Henri Drouot : Vin, vignes et vignerons de la Côte dijonnaise pen
dant la Ligue, p. 343-361. Tableau des misères de cette époque trou
blée.
Marcel Mayer : Le parc de la Colombière à Dijon. Son origine, ses
jardiniers, son histoire, p. 362-371. Ce parc appartenait aux princes
de Condé.
Année 1912. Dijon.
A. Cornereau : La statue de Louis XIV à Dijon, p. 1-19.
Evénemens à Dijon quelqu' années avant la Révolution et depuis Van
1788 jusqu'à Vannée 1800 inclusivement, p. 29-37, 71-100. Publication
d'un ms. inédit. Les événements sont narrés depuis 1775, mais surtout
de 1789 à 1800. La personnalité de l'auteur inconnu y occupe peu
de place ; mais il semble être un ardent révolutionnaire.
Jacques Chênedoixent : Souvenirs de la vieille Bourgogne, p. 100-
112. Quelques notes de folk-lore.
E. Fyot : Le peintre Quantin, p. 129-164. Né entre 1595 et 1605,
mort en 1636, cet artiste dijonnais peignit surtout des tableaux d'un
caractère essentiellement religieux pour les églises de sa ville natale.
Jacques Chênedollent : L'hôtel de Xainctonge à Dijon et ses habi-
tants, p. 173-180. Parmi ces derniers il faut relever Anne de Xainct
onge, qui quitta en 1595 la maison paternelle pour devenir la fondat
rice des Ursulines en Franche-Comté.
Paul Gaffarel : Saint Hugues et la basilique de Cluny, p. 194-212.
Essai de biographie du grand abbé clunisien du xie siècle.
Alphonse Germain : A Montréal, p. 213-223. Étude sur l'église et
surtout les belles stalles (1522) de ce petit village de l'Avallonnais.
Henri Drouot : Tabourot des Accords, ligueur, p. 232-237.
Joseph Salvini : La vente du domaine de la Colombière (1792-1801),
p. 237-239, C'est le domaine des princes de Condé à Dijon. 172 REVUE D'HISTOIRE DE L'ÉGLISE DE FRANCE
Dr Ch. Jourdin : Le signe de la Trinité dans quelques signatures
bourguignonnes au xvie siècle provenant d'anciennes minutes de notaires,
p. 265-272. Le Dr Jourdin a émis l'hypothèse extrêmement ingénieuse
et assez documentée que le signe 4 appelé jusqu'à présent « quatre
de commerce », qu'on rencontre surtout dans des marques commerc
iales du xvie siècle, représente l'idée de la Trinité. Il en a relevé un
grand nombre d'exemples aussi dans des signatures manuscrites,
reproduites dans cet article.
E. Fyot : Un Rubens? p. 284-289. Essai d'attribution d'une Des
cente de croix du Musée de Dijon.
H. Chabeuf : Comment fut détruite V église abbatiale de Cluny, p. 289-
291. M. démontre que la responsabilité du vandalisme révo
lutionnaire à Cluny incombe non pas aux habitants, mais à l'avidité
d'un acquéreur et à l'indifférence du pouvoir central.
H. Drouot : Une enseigne subversive en 1593, p. 292-294. Une
enseigne jugée caricaturer Henri IV entraîne pour son propriétaire
une accusation d'hérésie.
E. Fyot : Notes bressanes. L'église de la Frette ; le gisant d'Ormes,
p. 357-361. d'archéologie.
Revue bourguignonne publiée par l'Université de Dijon.
Tome xxi, 1911, n. 2-4. Dijon, 1911.
Ch. Bertucat : La juridiction municipale de Dijon. Son étendue;
n. 2, p. 87-235.
Résumés de mémoires présentés à la Faculté des lettres de V Université
de Dijon pour... diplômes d'études supérieures, n. 3. Entre autres :
F. Béraud, Remy Belleau, p. 22-23 ; Archinet, J.-J. Rousseau, ses
emprunts aux Jansénistes et à Bossuet dans sa lettre à d'Alembert,
p. 24-32 ; P. Midant, La morale sociale de Cl.-H. de Rourroy de Saint-
Simon (1760-1825), p. 39-49; U. Rondot, Le P. Malebranche (le
savant chrétien), p. 83-88; L. Simon, Les subsistances à Dijon de
1789 à 1794, p. 89-92 ; Élise Bouchacourt, Les écoles et V enseignement
à Dijon depuis leur réorganisation en 1445 jusqu'à l'établissement du
collège Godran en 1581, p. 112-118 ; M. Segaud, La Fronde en Bour
gogne: le rôle du Parlement et de la Chambre de ville de Dijon, Millotet
maire et avocat général, p. 119-123 ; V. Flipo, La succession des styles
à Saint-Bénigne (de Dijon), p. 123-130.
Tome xxn, 1912. Dijon, 1912.
E. Champeaux : Ordonnances franc-comtoises sur l'administration
de la justice (1343-1477), avec une introduction sur les sources, la rédac
tion et l'influence de ces ordonnances, n. 1 et 2.
Henri Hauser : Le traité de Madrid et la cession de la Bourgogne à
Charles-Quint, étude sur le sentiment national bourguignon en 1525-
1526, n. 3. Conclusion dans le sens de la persistance d'un sentiment
bourguignon antifrançais après la réunion à la couronne. RÉGIONAUX 173 BULLETINS
Mémoires de la Société bourguignonne de géographie et d'histoire.
Tome xxvii. Dijon, 1912.
Henri Dbouot : Relation inédite de la reddition de la ville et du
château de Dijon à Henri IV (en 1595), p. 204-251.
Gabriel Dumay : Guyard de Pontailler, chevalier de la Toison d'or,
et Guillaume, son fils, seigneurs de Talmay (1392-1471), p. 268-469.
Société d'archéologie de Beaone. Mémoires.
Année 1910. Beaune, 1911.
P. Latour : Le rétable de V Hôtel-Dieu de Beaune, p. 147-151. L'au
teur attribue cette remarquable peinture, représentant le Jugement
dernier, à Memling.
Abbé Voillery : Beaune historique et archéologique, p, 153-180.
Aperçu très général.
Bulletin de la Société archéologique et biographique du canton
de Montbard. Montbard.
N° 2, juillet 1910.
Louis Farcy : Monographie de Villaines-en-Duesmois,\>. 21-24. (Suite
et Hn : n° 3, p. 35-37 ; n° 4, p. 39-40 ; n<> 5, p. 67-72.) Peu critique.
N° 3, novembre 1910.
Le Petit Fontenay, p. 10-11, Notule sur la maison de l'abbaye de
Fontenay à Montbard.
L'église Saint-Thomas (de Montbard), p. 11-15. Renseignements
divers sur cette église fondée en 1183 et érigée en prieuré en 1189.
Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de Semur.
Tome xxxvii, années 1910-1911. Semur, 1912.
Louis Caillet : Consécration d'une annexe du cimetière de Notre?
Dame de Semur (9 juillet I486), p. 31-33.
Paul Barbier : Les rouelles gauloises sur les monnaies antiques,
p. 49-62. L'auteur tente d'identifier la « rouelle » si fréquente sur les
monnaies antiques avec le primitif symbole religieux dit « swastika »
et s'étend complaisamment sur des rapports qu'il trouve entre ce
dernier et le motif iconographique de la croix chrétienne.
Eugène Griselle : Histoire de la Visitation de Semur, p. 63-67*
C'est la publication d'un extrait d'une histoire manuscrite de l'ordre
de la Visitation en 11 vol. in-fol., rédigée en 1693 (M. Griselle a oublié
de nous dire où elle se trouve).
Alfred de Vaulabelle : La police à Semur au xvine siècle, p. 68-81.
Huguenet : La compagnie des chevaliers de V Arquebuse à Semur,
p. 82-88.
Joseph Salvini.