Chronique ; n°16 ; vol.3, pg 494-504

-

Documents
12 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue d'histoire de l'Église de France - Année 1912 - Volume 3 - Numéro 16 - Pages 494-504
11 pages

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1912
Nombre de visites sur la page 94
Langue Français
Signaler un problème

Chronique
In: Revue d'histoire de l'Église de France. Tome 3. N°16, 1912. pp. 494-504.
Citer ce document / Cite this document :
Chronique. In: Revue d'histoire de l'Église de France. Tome 3. N°16, 1912. pp. 494-504.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rhef_0300-9505_1912_num_3_16_3631CHRONIQUE
d'administrateur par mort Nominations M. de l'abbé Mgr Canappe Eugène épiscopales. apostolique. Duval, (1901-1907), ancien — A L'évêcbé la suite était vicaire administré de de général, l'application la Guadeloupe, qui jusqu'à remplissait de ces la vacant loi derniers les de fonctions depuis Séparatemps la
tion aux colonies concordataires (la Martinique, la Guadeloupe, la Réunion,
les îles Saint-Pierre et Miquelon et la Guyane française), tous ces pays ont été
remis à la Propagande, c'est-à-dire sont devenus pays de missions ; et la Propa
gande, à son tour, les a confiés à la Congrégation du Saint-Esprit, qui devra y
assurer le service religieux, par les chefs ecclésiastiques, par ses propres mis
sionnaires et par le clergé colonial qu'elle formera dans son séminaire des colo
nies. Le R. P. Pierre-Louis Genoud, qui vient d'être chargé de la Guadeloupe,
a été sacré à Paris, dans l'église de Notre-Dame-des-Victoires, le 2 juillet, par
S. Ém. le cardinal Amette. Le nouveau prélat est né le 4 avril 1860, à Douvaine,
diocèse d'Annecy. Après d'excellentes ^études secondaires à Evian-les-Bains, il
entrait dans la Congrégation du Saint-Esprit, où il a été successivement profes
seur en théologie au séminaire des colonies à Paris, puis au séminaire des Missions
de la Congrégation, à Chevilly, et maître des novices depuis 1896.
Il convient encore de signaler, parmi nos missionnaires récemment élevés à
l'épiscopat, Mgr Jules Moury, né le 11 octobre 1873 à Agnat, près de Brioude
(Haute-Loire), évêque titulaire d'Ariassus, qui a reçu la consécration episcopate
des mains de Mgr Dechelette le jeudi 6 juin; — Mgr Rey, originaire de Juliénas,
en Maçonnais, qui succède à Mgr Bonne comme archevêque de Tokio; — le
P. Bertieux, natif de Saint-Jean-de-Boiseau, dans la Loire-Inférieure, nommé
vicaire apostolique des îles Salomon méridionales; — et le P. Jean-Claude Com-
baz, né en 18&6 à Saint-Beron (Savoie), élu évêque de Nagasaki.
Congrès eucharistiques. — Celui tenu à Boulogne du 11 au 13 juin a été présidé
par Mgr Lobbedey, évêque d'Arras. — A Vienne, dans l'Isère, le congrès
tenu du 19 au 23 juin, sous la présidence de Mgr Maurin, évêque de Grenoble,
commémorait le sixième centenaire du concile œcuménique réuni dans cette
ville en 1311-1312.
Congrès diocésains. — Sept diocèses ont tenu ces deux derniers mois, sous la
présidence de leur évêque respectif,leur assemblée annuelle. Ce sont : Périgueux,
le 19 mai; Bourges, les 21, 22 et 23 mai; Moulins, les 27, 28, 29 mai; Amiens,
les 1er et 2 juin; Toulouse, les 4, 5 et 6 juin; Tours, les 21, 22 et 23 juin; Aix»
les 30 juin et 1er juillet.
1er Congrès national des Associations de chefs de famille. — Le congrès a été
tenu sous la présidence de M. Guiraud, professeur à la Faculté des lettres de
Besançon, le jeudi 23 mai. La répartition proportionnelle scolaire a été l'objet
d'un excellent rapport. Le Conseil d'État a reconnu le droit des communes de
voter des subventions aux enfants pauvres des écoles libres. En Vendée, 98 com
munes sur 300 environ ont fait cette première application de la R. P. S. CHRONIQUE 495
Eglises nouvelles. — S. Ém. le cardinal Amette a présidé l'Assemblée
générale de l'œuvre des chapelles de secours. M. le chanoine Roland Gosselin a lu
un rapport de M. Goyau d'où il résulte que depuis la loi de séparation neuf
paroisses nouvelles ont été érigées à Paris et quinze en banlieue. En outre, dix
chapelles de secours ont été ouvertes à Paris et en — A Valen-
tigny, Mgr Gauthey, archevêque de Besançon, a procédé à la pose de la première
pierre d'une église qui va être élevée dans cette commune. — L'église Notre-
Dame de Genève, construite sur l'initiative du cardinal Mermillod, puis ravie
aux catholiques genevois, leur a été restitué ces derniers temps, et une première
communion générale y a été célébrée le dimanche 16 juin.
Notre-Dame de Lourdes. — Les Ada apostolicse Sedis publie, sous la date du
10 mai, le décret de la Sacrée Congrégation consistoriale ajoutant le titre de
Lourdes au diocèse de Tarbes, à seul titre d'honneur en raison du sanctuaire de
la Vierge.
La loi de Séparation . — D'après le rapport communiqué par le ministre de«
finances (27 juin) sur les opérations effectuées en exécution des lois relatives à
la séparation des Églises et de l'État, il résulte que la suppression des fabriques
menses et séminaires, et l'absence de toute association mutuelle régulièrement
formée, ont nécessité l'apposition du séquestre sur 68 551 établissements dont
le service des Domaines a dû gérer le patrimoine.
« Pour déterminer la consistance de ce patrimoine et en prendre possession,
l'administration a rencontré les plus sérieuses difficultés. Elle a eu, d'autre part,
à répondre, dès le commencement de sa gestion, à de multiples réclamations-
émanant soit des auteurs des fondations pieuses ou de leurs héritiers, soit des
créanciers des anciens établissements ecclésiastiques. D'après les tableaux-
statistiques annexés au rapport du directeur général des Domaines, son admin
istration a eu à examiner plus de 44 000 demandes.
« A la suite de l'examen de ces demandes, ou en exécution des décisions ren
dues par les tribunaux et les cours à qui elles ont été soumises, l'administration
a restitué aux ayants droit des biens mobiliers et immobiliers d'une valeur su
périeure à 37 millions et a payé aux créanciers dont les titres ont été réguli
èrement établis une somme totale de plus de 32 millions.
« Néanmoins, sur les 68 551 établissements ecclésiastiques placés sous séquest
re, 67 425 étaient complètement liquidés au 31 décembre dernier, et l'adminis
tration des Domaines avait remis ou était en mesure de remettre immédiates
ment aux établissements attributaires désignés par la loi une masse de bien,
d'une valeur totale de 335 millions; elle estime, d'autre part, à 57 millions en
viron la valeur de ceux qui pourront encore recevoir la même destination quand
elle aura terminé ses opérations. Les services communaux ou départementaux
d'assistance et de bienfaisance recueilleront ainsi, en définitive, un patrimoine
de près de 400 millions. »
La Séparation aux colonies. — L'Officiel a publié, à la date du 28 mars,le aecret
portant règlement d'administration publique pour l'exécution du décret du
6 février 1911, déterminant les conditions d'application aux colonies de la Mart
inique, de la Guadeloupe et de la Réunion des lois sur la séparation des Églises
et de l'État et l'exercice public des cultes, en ce qui concerne : 1° l'attribution
des biens; 2° les édifices du culte; 3° les Associations cultuelles, qui ne se feront
pas; 4° la police des cultes. 496 REVUE D'HISTOIRE DE x'&GLISE DE FRANCE
Spoliations. — Le Journal officiel a publié une série de décrets consommant
la spoliation de fabriques ou menses des départements suivants : Basses-Pyrén
ées, Pyrénées-Oientales et Rhône (7 mai); Marne et Aveyron (9 mai); Sar-
the, Seine-et-Oise, Seine-et-Marne, Pas-de-Calais et Oise (11 mai) ; Charente
Gôte-d'Or, Bouches-du-Rhône, Aisne et Aveyron (18 mai); Loiret, Gironde»
Haute-Garonne, Jura et Meurthe-et-Moselle (20 mai) ; Nord, Bouches-du-Rhône,
Somme, Calvados, Seine-Inférieure, Sarthe, Puy-de-Dôme et Loire-Inférieure
(12 mai).
Le même journal a encore publié des listes complémentaires d'attribution
des biens ayant appartenu aux établissements publics du culte qui avaient leur
siège dans les départements suivants : Nord (29 mai) ; Eure et Vosges (4 juin) ;
Aube, Calvados, Finistère, Haute-Loire, Loire-Inférieure, Manche, Meurthe-
et-Moselle, Nord, Orne, Pas-de-Calais, Basses-Pyrénées, Savoie, Haute-Savoie
(10 juin) ; Hérault, Meurthe-et-Moselle, Saône-et-Loire, Calvados*
Côte-d'Or, Côtes-du-Nord, Eure, Ille-et- Vilaine, Loiret, Manche, Morbihan,
Puy-de-Dôme et Seine-et-Oise (14 juin) ; Gironde, Hérault, Isère, Meurthe-et-
Moselle, Morbihan, Oise, Puy-de-Dôme et Savoie (17 juin).
Fermeture d'écoles congréganistes. — En exécution de la loi contre les con
grégations portant interdiction de l'enseignement congréganiste, le ministre dô
l'Intérieur vient de prescrire la fermeture, avant le 1er octobre prochain, de
cent écoles primaires (Voir le Journal officiel des 24 et 27 juin 1912).
On trouvera dans l'Officiel, à la date du 7 juin, un arrêt rapportant les mesures
de fermeture totale prises contre l'établissement des sœurs de la Miséricorde
de Billom, autorisé à Gerzat (Puy-de-Dôme) par décret du 26 juin 1855, cet
établissement restant autorisé pour les services statutaires étrangers à l'ensei-
nement.
Une décision au sujet des écoles libres de Saint-Pierre et Miquelon. — On
se souvient qu'en 1908 la population de Saint- Pierre se souleva parce que l'ad
ministration locale, se basant sur un décret du 15 août 1908, forgé tout exprès
pour ce pays, refusait arbitrairement l'autorisation d'ouvrir une école libre
de garçons. Le gouvernement dut céder devant l'attitude énergique de nos
marins, mais il se rattrapa sur le règlement scolaire qu'il édicta le 5 avril 1909.
Ce règlement est un chef-d'œuvre de tyrannie administrative; d'après l'article
8 de ce règlement, les enfants doivent avoir dix ans révolus pour être admi-
à l'école libre. Mgr Legasse forma un recours au Conseil d'État contre ce règl
ement et en particulier contre l'article 8. Dans sa séance du 3 mai, le Conseil
d'État vient d'annuler l'article 8 de l'arrêté sus-visé avec ce considérant que
sur ce point l'arrêté du 5 avril 1909 est entaché d'excès de pouvoir. C'est l'arrêté
tout entier qui aurait dû être annulé, car la plupart des dispositions de cet arrêté
sont contraires au droit commun, et de nature à rendre sinon impossible, du
moins très difficile le fonctionnement régulierjdes écoles chrétiennes de la colonie.
Récompenses académiques. — L'Académie des sciences morales et politiques
a décerné le prix François-Joseph-Audifjred d'une valeur de 15 000 francs à
Mgr Augouard, évêque du Congo (11 mai 1912). Ce vaillant missionnaire compte
trente-quatre ans de séjour dans le continent noir. Il y a fondé pour les indigènes
des écoles de français, des ateliers, des hôpitaux, des établissements de culture,
et, grâce à ses efforts persévérants et dévoués,on parle aujourd'hui notre langues
dans tout le Congo. CHRONIQUE 497
L'Académie des inscriptions et belles-lettres a décerné la 5e médaille du
concours des Antiquités de la France à M. R. N. Sauvage, pour son Abbaye de
Saint-Marlin de Troarn; la 4e médaille à M. Vidal, pour son Benoît XII
En outre, l'Académie a décerné la première mention à M. l'abbé Denis, curé
de Saint-Pierre-de-Chevillé (Sarthe), et à M. J. Chappée pour leur ouvrage;
Archives du Cognel (24 mai).
Dans la liste des prix de vertu qui viennent d'être attribués par l'Académie
française (30 mai), nous relevons le nom du Frère Evagre, provincial des
Frères des Écoles chrétiennes de Palestine, qui reçoit 6 000 francs sur le
prix Montyon, et celui de M. l'abbé Heinrich, supérieur des Marianites au
Japon, auquel l'illustre assemblée accorde 2 000 francs sur le prix Broquette.
L'œuvre dé l'encouragement des études supérieures dans lé clergé. — Fondée
en 1895, cette Œuvre terminait l'an dernier sa quinzième année d'existence.
Une brochure publiée à cette occasion par M. Jordan, son dévoué secrétaire,
nous apprend quel en est le bilan matériel et moral. On sait que l'œuvre a pour
objet de susciter dans le clergé une élite intellectuelle, de faire des spécialistes,
des savants. Pour atteindre ce but, elle cherche à discerner quelques vocations
scientifiques et leur assurer un entier développement en les affranchissant de
tout souci matériel. Les demandes, pour être accueillies, doivent être accompag
nées de l'approbation de l'Ordinaire, et les boursiers sont choisis par un comité
recruté dans le monde savant, à l'Institut et parmi les membres de l'enseign
ement supérieur et secondaire. Encouragée par l'épiscopat, les ressources n'ont
jamais fait défaut à l'Œuvre. Mais à l'heure actuelle, les nouveaux souscripteurs
sont trop rares, et parmi les souscripteurs de la première heure les vides causés
par la mort sont d'autant plus sensibles que l'Œuvre a toujours été alimentée
plutôt par un petit nombre de fortes souscriptions que par un grand nombre de
petites. Cette diminution de ressources sera sans doute passagère. L'œuvre
naissante doit faire crédit à l'avenir. Les résultats obtenus sont trop marquants
pour ne pas susciter de nouveaux Mécènes. Grâce à ses subventions, en effet,
qui depuis l'origine atteignent 77 550 francs, signalons d'abord le concours
que l'Œuvre a été heureuse de prêter à deux entreprises collectives d'un haut
intérêt, à la Bibliothèque de l'École française par la publication des Lettres com'
munes de Jean XXII et de Benoît XII,et aux Archives d'histoire religieuse de la
France pour la préparation d'un premier volume sur les nonciatures de Cl
ément VIL Ce n'est pas le lieu, et il serait trop long, de reproduire la liste des
principaux travaux des bénéficiaires de l'Œuvre, mais on aura quelque idée
des services qu'elle a rendus et ce qu'on peut espérer d'elle pour l'avenir si j'
ajoute que depuis la fondation seize anciens boursiers sont ou ont été professeurs
ou chargés de conférences dans des Instituts catholiques ; — six ont été ou sont
professeurs de grands séminaires; — cinq ont été ou sont aumôniers
de lycées ou de collèges libres ; — neuf ont obtenu le grade de docteur es lettres ;
— deux le grade de docteur es sciences; — huit le doctorat en droit canonique
ou en théologie ; — cinq le diplôme de langues sémitiques de l'Institut catho
lique de Paris. Puissent ces résultats, preuve indiscutable de l'utilité de l'Œuvre,
lui amener de nouveaux et nombreux adhérents !
Nécrologie. — Mgr Marie-Prospère-Adolphe de Bonfils, évêque du Mans,
est décédé dans la matinée du dimanche 2 juin. Le prélat défunt était originaire
de Cherbourg, où il naquit le 7 avril 1841, d'une famille noble du Midi, qui so RBVUB ©'HISTOIRE DB L'ÉGLISE DE FRANCE 498
glorifie de la parenté de saint Bonfîglio, l'un des fondateurs des Servîtes de Marie.
Ancien élève de l'Université, il fit ses études théologiques au séminaire Saint-
Sulpice, où il reçut l'ordination sacerdotale le 23 décembre 1865. Il débuta dans
le ministère paroissial, à Paris, comme vicaire à Saint-Ferdinand des Terne»,
puis à Saint- Thomas- d'Aquin, devint second aumônier du lycée de Vanvea
(5 mars 1872), puis aumônier à Sainte-Barbe-des-Champs,à Fontenay-aux- Roses
(4 octobre 1875), et, de là, revint à Vanves comme premier aumônier le 1er oc
tobre 1878. Quand il en sortit, en 1887, ce fut comme curé de Colombes, puis
il passa à la cure de Saint- Jacques du Haut-Pas (20 novembre 1893) et, enfin,
à celle de Saint-Roch (18 mai 1896), où il laissa le souvenir d'une piété douce,
d'une bonté pénétrante et d'une délicate finesse. Là vint le chercher le choix
du Souverain Pontife, qui l'élevait à la dignité épiscopale, et ce fut dans sa
paroisse même, à Saint-Roch, que le cardinal Richard vient le sacrer, le 29 juin
1898. Mgr de Bonfils prit possession de son siège le 11 juillet 1898. Il l'aura
donc occupé pendant quatorze ans. Évêque du Mans, il se fit remarquer par
ses qualités d'administrateur, fort nécessaires dans un diocèse qui compte
425 000 âmes, 38 paroisses, 350 succursales et 111 vicariats, jadis rétribués.
Toutes les œuvres ayant été fauchées par la persécution, son activité s'est
étendue à tout. Il a organisé solidement l'enseignement chrétien à tous les de
grés, constitué, l'un des premiers, l'œuvre du Denier du culte, relevé ses séminai
res et redonné un lustre tout nouveau au culte de saint Julien, le premier évê
que du Mans, aussi bien qu'au pèlerinage de Notre-Dame du Chêne, la Vierge
si vénérée des Manceaux qu'il couronnait, il y a quelques années, au nom du
Souverain Pontife, en des fêtes grandioses. Il a présidé un synode diocésain et
plusieurs congrès. Ses funérailles ont eu lieu (7 juin) au Mans, sous la présidence
de Mgr Oury, ancien archevêque d'Alger. 15 évêques étaient présents à la céré
monie. Les cinq absoutes données, le corps du prélat a été descendu dans le
caveau des évêques du Mans à la cathédrale, où s'est faite l'inhumation.
Le R. P. Maumus, dominicain est mort le 15 juin, à l'âge de soixante-dix ans.
Un monument au R. P. de la Croix. — Ce monument a été inauguré à
Poitiers, sur l'esplanade de l'Hypogée, le 22 juin, sur l'initiative delà Société
des Antiquaires de l'Ouest. Curieuse figure que celle de ce jésuite, natif du
Hainaut (1831-1911), tour à tour peintre, musicien, archéologue. On se rap
pelle la découverte qu'il fit sur les dunes de Poitiers d'un Hypogée des pre
miers siècles de l'Église, unique en son genre. Aidé d'inscriptions et de vieilles
fresques, il les peupla de soixante-douze martyrs poitevins oubliés (vers
1880). Les discussions s'élevèrent âpres, violentes même sur la destination
du monument dont nul ne méconnaissait néanmoins la valeur exceptionnelle
et sur l'interprétation des inscriptions. Le f ouilleur était convaincu ; il fit
face à l'attaque et réussit à convaincre plus d'un adversaire, et non des
moindres. NOUVEAUX ET PÉRIODIQUES LIVRES
I. HISTOIRE GÉNÉRALE
Armel (P.), Elude sur le recrutement du clergé constitutionnel (El. francise,
mai 1912, p. 490-512).
Dudon (Paul), Les séminaires français avant la Révolution (Études, S juin 1912,
p. 585-606). D'après le travail de M. Degert.
La Gorce (P. de), Histoire religieuse de la Révolution français*. Paris, Pion,
1912, in-8, t. h, 527 p.
La Gorce (Pierre de), 1791-1792. — Une année de politique religieuse (JLt
Correspondant, 10 et 25 mai 1912, p. 417-448, 778-807).
A l'Assemblée législative, l'un des représentants de Maine-et-Loire, Joseph
Delaunay, lut, le 6 novembre, une adresse émanant, disait-il, du directoire
de ce département et remplie de faits absolument faux. Delaunay y prétendait
notamment que les prêtres constitutionnels étaient partout assassinés et
maltraités jusqu'aux pieds des autels. Ce faux fut le point de départ d'une
loi qui envoya bientôt en prison ou en exil des milliers d'innocents.
Mollat (G.), Les papes d'Avignon (1305-1378). Paris, Lecoffre, 1912, in-12,
xv-423 p.
Monsabert (Dom de), État sommaire des fonds concernant l'histoire monasti
que conservés àans la série des Archives départementales de la Vienne 5e arti
cle (Rev. Mabillon, mai 1912, p. 43-76 ).
Sevestre (Em.), L'organisation du clergé paroissial à la veille de la Révolution,.
Correspondance du curé de Saint-Nicolas de Coutances à l'occasion de son pro~
ces avec les chanoines prébendes (1784-1885). Paris, Picard, 1911, in-8, 136 p.
Sicard (Abbé Augustin), L'ancien clergé de France, Les Êvêques avant là
Révolution. Paris, Lecoffre, 1912, in-8, vi-644 p.
Sicard (Abbé Le clergé de France pendant la Révolution, t. i. L'ef
fondrement. Paris, Lecoffre, 1912, in-8, 604 p.
Staerk (Dom Antonio), Les manuscrits latins du ve au xinc siècle conservés
à la Bibliothèque impériale de Saint-Pétersbourg. Description, textes, inédits,
xxii- reproductions 320 p., 40 autotypiques. plan., et xxix-100 Saint-Pétersbourg, p. Krois, 1910, 2 vol. in-fol.,
X., Les Églises et les usages civils (La Révolution française, 14 mai 1912,
p. 425-428).
Lettre à Portalis écrite par le préfet des Côtes-du- Nord (29 fructidoran XI)
se plaignant qu'on ait interdit l'affectation des églises à des usages civils.
Réponse du ministre invitant le préfet à se conformer à la circulaire minist
érielle. 500 BEVUE D'HISTOIRE DE L'ÉGLISE DE FRANCE
II. BIOGRAPHIES
Brachet (de), La Terreur dans l'Ouest. Le conventionnel JfB. LeCarpentier
(1759-1829). Paris, Perrin, 1912, in-8, xvi-404 p.
Callen (J.), Saint Seurin de Bordeaux, d'après Fortunat et Grégoire de Tours.
Paris, Picard, 1912, in-8, 257 p.
Coulon (R.), Jacobin, Gallican et « Jppelan », le P. Noël Alexandre. Contri
bution à l'histoire théologique et religieuse du xvme siècle ( Rev. Sciences phi-
losoph. et théolog., janvier et avril 1912, p. 49-80, 279-331),
Degert (Antoine), Saint Charles Borromée et le clergé français [Bull, de littér.
ecclés.. avril 1912, p. 145-159).
Deloche (Maximin), La maison du Cardinal de Richelieu. Paris, Champion»
1912, in-8, 586 p.
Faucher (Xavier, 0. P.), Les confesseurs de la foi pendant la Révolution fran
çaise. Le Vén. Père Joseph Delbès, des Frères Prêcheurs. Paris, Lethielleux
[1912] in-8, 42 p.
Fleury (P. Bernard), Un- moine bibliophile au xve siècle. Le P. Jean Joly,
cordelier de Fribourg (Rev. hist. eccl. Suisse, 1912, p. 27-33).
Goûta y (Edouard), Un moine au xxe siècle. Dom Mayeul Lamey, prieur
majeur des Bénédictins de Cluny, 1842-1903. Œuvres choisies, Paris, Bloud
1911, in-16, 300 p.
Kremers (W.), Ado von Vienne, sein Leben und seine Schriften. Stegl. Missions-
druckerei, I Theil. 1911, in-8, 106 p.
Laferrière (J.), Étude sur Jean Duvergier de Hauranne, abbé de Saint-Cyran
(1581-1643). Paris, Picard, 1912, in-8, vni-238 p.
Lorédan (J.), Un grand procès de sorcellerie au xvne siècle. L'abbé Gaufridy
et Madeleine de Demandolx (1660-1670). Paris, Perrin, 1912, in-8, 440 p.
Matrod (H.), Notes et documents sur le voyage de Frère Jean de Plan-Carpin
(1245-1247) (Et. francise, mai 1912, p. 472-489, suite).
Munke (B.), Vita S. Honorati, Halle, 1911, in-8, 63 p.
Piccard (Mgr), Saint François de Sales et sa famille (Annales Salésiennes,
avril 1912).
Pisani (P.), Un chapitre de l'histoire religieuse de la Révolution. Claude Le Blanc
de Beaulieu, génovéfain, puis curé et évêque constitutionnel, puis évêque de
Soissons (1753-1825) (Rev. du Clergé franc, 1er juin 1912, p. 513-527).
Prutz (Hans), Die falsche Jungfrau von Orléans (1436-1457). Munich, Frantz
1911, in-8, 48 p.
Reymond (Maxime), Henri de Lenzbourg ou Henri de Bourgogne (Rev..
hist. eccl. suisse, 1912, p. 56-58).
A propos des fouilles faites à la cathédrale de Lausanne, on a retrouvé le
tombeau d'un évêque Henri (985-1019), fondateur de l'église romane. Pour
les uns, c'est Henri Lenzbourg; pour M. Reymond, il est Bourgogne.
Tardif (L.), Saint Lezin, évêque d'Angers. Notice sur sa vie, son culte en Anjou
(Extr. de la Semaine relig. d'Angers), Angers, Grassin, 1911, in-8, 86 p.
Thureau-Dangin (P.), Mgr d'Hulst et l'apostolat intellectuel (Le Correspon-
dant, 25 mai 1912, p. 649-660).
' LIVRES NOUVEAUX ET PERIODIQUES 501
III. HISTOIRE LOCALE
Amiel (Jean), Histoire de la Bibliothèque publique de Carcassonne. Paris, Le
Soudier, 1911, in-8, vm-190 p.
Bligny-Bondurand, Statistique des opinions religieuses du diocèse d'Alais
Paris, Impr. nat., 1911, in-8, 91 p.
Chaillan (Abbé), Un pèlerinage arlésien à Notre-Dame de Rocheforl, en 1635,
d'après une relation inédite de l'époque. Bergerac, Castanet, 1912, in-8, 10 p.
Chevalier (Chanoine Ulysse), Chartes de Saint-Maurice de Vienne, de l'ab
baye de Léoncel et de l'église de Valence (Collection de cartulaires dauphinois,
t. x, lre livraison). Paris, Picard, 1912, in-8, 36 p.
Chrétien, Pouillê de l'ancien diocèse de Noyon. Fasc. 4 : Doyenné de Curchy,
de Nesle, de Ham. Montdidier, Bellin, 1911, in-4.
Clergeac (A.), Chronologie des archevêques, évêques et abbés de l' ancienne pro
vince ecclésiastique d'Auch et des diocèses de Condom et de Lombez. Abbeville,
Paillart, 1911, in-8, xvn-214 p.
Lemasson (Aug.), Saint Jacut. Son histoire, son culte, ses Iégende3, ses vies an
ciennes. Essai historique. Saint-Brieuc, Impr.Saint-Gùillaume,l9l2, in-8, 109 p. (Auguste), Histoire du royal monastère de Saint- J acut-de-V lsle-de-
la-Mer, composée en 1649 par F. D. Noël Mars, religieux bénédictin de
ladicte abbaye. Saint-Brieuc, Fr. Guyon, 1912, in-8, 132 p.
Latouche (Robert), Mélanges d'histoire de Cornouaille (ve-xie s.). Paris,
Champion, in-8, 123 p.
Morel (E.), Les calendriers perpétuels en usage dans les diocèses de Beauvais,
Noyon et Senlis du xme siècle au xvine. Compiègne, Imp. du Progrès de
l'Oise, 1911, in-8, 101 p.
Moulin (Paul), Documents inédits relatifs à la vente des biens nationaux dans
le département des Bouches-du-Rhône. Marseille, Barlatier, 1912_. in-8.
Mullot (H.) et Sivade (H.), Armoriai des archevêques de Narbonne et des
évêques de Carcassonne, d'Alet, de Mirepoix, de Saint-Papoul. Narbonne,
Caillard, 1911, in-8 (Extrait du Bull, de la Comm. archéol. de Narbonne).
Reuss (Rod.), La constitution civile du clergé et le directoire du département
du Bas-Rhin (fuill. 1791-juill. 1792) [Rev. hist., mai-juin 1912, p. 1-31).
Schwab, Documents relatifs à la vente des biens nationaux dans le
des Vosges. Épinal, Imp. nouvelle, 1911, in-8.
Uzureau (F.), Le miracle eucharistique des Ulmes (Maine-et-Loire) , 2 juin 1668ï
S. 1. n. d. 1912.
L'enquête rigoureuse auquel l'événement donna lieu, les témoignages
authentiques que rapporte l'auteur démontrent la réalité du fait miracul
eux, dont le retentissement fut si grand en France et à l'étranger.
Uzureau (F.), Andegaviana (xne série). Paris, Picard, 1912, in-8, 572 p. (F.), Les élections et le cahier du Tiers État de la ville d'Angers (1789)
Angers, G. Grassin, 1912, in-8, 39 p.
Uzureau (F.), Les victimes de la Terreur en Anjou. Listes des personnes déâé-
dées dans les prisons d'Angers. Angers, G. Grassin, 1912, in-8, 55 p.
Vogt (Albert), Notre-Dame de Genève. — La Rentrée des catholiques dans leur
église (14 mai 1912) (Le Correspondant, (25 mai 1912, p. 750-764), 502 REVUS D'HISTOIRE BE L'ÉGLISE DE FRANCE
IV. ORDRES RELIGIEUX
Berlière (U.), L'ordre monastique des origines au xne siècle* Maredsous, 1912,
in-8, vni-275 p.
Bourx (Marcel), Coup d'œil historique sur la Congrégation des Sœurs de la Cfod-
rité et de V Instruction chrétienne de Nevers. Nevers, Vallière, 1911, in-8, 95 p..
Gsailan (Abbé), Un moine arlésien diplomate, Joseph de Peint (1679-1745).
Bergerac, Castanet, 1912, in-8, 41 p.
Dangu (E.), L'abbaye et le village de Saint- Jean-aux-Bois en la forêt de Cuise.
Compiègne, Progrès de l'Oise, 1911, in-8, n-100 p.
Gratien (P.), Les Franciscains à l'Université de Paris {Et. francise, juin 1912»
p, 640).
Discussion avec le P. Bihl au sujet des chaires qu'avaient les franciscains
à Paris. Le P. G. affirme à l'encontre du P. B. que ces religieux, de 1238 à
1253, n'avaient qu'une chaire à l'Université de Paris.
Gratien (P.), La fondation des Clarisses de l'Ave Maria et l'établissement des
Frères Mineurs de l'Observance à Paris (1478-1485) (Et. francise, juin
191^ p. 605-621).
Guilloreau (Dom Léon), Les prieurés anglais de l'ordre de Cluny (1er arti*
cle) (Rev. Mabillon, mai 1912 p. 1-42).
Il y eut un peu plus de quarante couvents en Angleterre. La plupart furent
fondés entre 1077 et 1222. D. Guilloreau étudie ici l'origine de ces prieurés,
leur organisation et leurs rapports avec le chef d'ordre.
Hallays (André), Silvacane (Gaulois du Dimahche, 6 mai 1911).
Leenhart (Camille), Quelques notes tirées des archives de Fontfroide (1185-
1910). Cahors, Coueslant, 1911, in-4, 26 p.
Méhu (Eugène), Salles-en-Beaujolais. Le prieuré des Bénédictins de Cluny. Le
chapitre noble des chanoinesses-comtesses. Villefranche, 1912, in-4, xvi-540 p.
Rosenkranz ((Anton), Beilràge zur Kenntniss der Gesla abbatum Fontanel-
lensium. Bonn, Georgi, 1911, in-8, 102 p.
Roussel (J.), Le prieuré de Marteroy et son emplacement. Vesoul, Bon, 1911,
in-8, 54 p.
Roux (Charles), Saint-Gilles, sa légende, son abbaye, ses coutumes. Paris, Lemerrc,
1911, in-4, 355 p.
Stosiek (A.), Dos Verhàltniss Karl's des Grossen zur Klosterordnung mit beson-
derer Rucksicht auf die Régula Benedicti. Greifswald, 1909, in-8, 73 p. (dissert.).
■V. PROTESTANTISME
Bjehler (E.), Jean Le Comte de la Croix, réformateur à Grandson. Contribution
à l'histoire de la Réformation dans la Suisse romande. Trad, par E. Butticaz.
Lausanne, Imp. réunies, 1912, in-8, 133 p.
î1)nbrune-Berbinau (P.), Aux Nouvelles-Catholiques de Lyon en 1747 (Bull.
Soc. hist. Prot. franc, mars-avril 1912, p. 144-155).
Cette maison, loin d'être une « école de religion », était un asile d'oisiveté
où des étrangers s'étaient embusqués.