De Max Weber encore - article ; n°2 ; vol.64, pg 193-206

-

Documents
15 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Archives des sciences sociales des religions - Année 1987 - Volume 64 - Numéro 2 - Pages 193-206
14 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1987
Nombre de lectures 25
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo
Signaler un problème

Jean Séguy
De Max Weber encore
In: Archives des sciences sociales des religions. N. 64/2, 1987. pp. 193-206.
Citer ce document / Cite this document :
Séguy Jean. De Max Weber encore. In: Archives des sciences sociales des religions. N. 64/2, 1987. pp. 193-206.
doi : 10.3406/assr.1987.2447
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0335-5985_1987_num_64_2_2447Sc soc des Rel. 1987 64/2 octobre-décembre) 193-206 Arch
Jean GUY
DE MAX WEBER ENCORE..
propos de
Randall COLLINS Weber Skeleton Key Londres
Sage 1986 151p Masters of Social Theory 3)
Franco FERRAROTTI Max Weber destino della
ragione Rome-Ban Laterza 1985 191 Biblioteca
Laterza 141)
La Storia il Quotidiano ibid. 1986 258
Michel ISTAS Les Morales selon Max Weber Paris Cerf
1986 154p
Wolfgang MOMMSEN Max Weber et la politique alle
mande 1890-1920 Paris PUF 1985 548
Michel MAFFESOLI La Connaissance ordinaire Précis
de sociologie comprehensive Paris Librairie des Méri
diens 1985 260
Max WEBER Sociologie du droit Paris PUF 1986
242 Coll Recherches Politiques
La diffusion de la pensée de Weber hors Allemagne est faite lentement on
le sait On note avec autant plus intérêt la relative abondance actuelle études
son sujet Les ouvrages retenus par la présente note portent pour la plupart
témoignage en ce sens certains essayent même prolonger la réflexion amorcée
par auteur sur histoire le social et son appréhension
Max Weber et la politique
Max Weber und die deutsche Politik date de 1959 et vient peine de sortir en
fran ais traduit sur la seconde édition celle de 1973 il existe une traduction
anglaise et une autre en italien par ailleurs Regrettons le retard et réjouissons-
nous de posséder enfin en fran ais un ouvrage qui été contesté mais qui aussi
et certainement marqué le domaine des recherches wébériennes 1)
Ce livre le montre bien la politique joué un rôle essentiel dans existence
de Weber Il bien aussi partir une documentation abondante faite
de recours la correspondance de intéressé ses travaux savants ses articles
193 DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS ARCHIVES
de presse la presse de époque et la littérature secondaire sur la période
quel fut engagement de Weber Fasciné dès son adolescence par le politique et
la politique il afficha toujours patnote allemand ouvertement impénaliste et
pour cela même démocrate encore que son idéal de la chose nous paraisse très
autoritaire seuls de libres allemands pouvaient pensait-il prétendre imposer
parmi les nations occidentales en expansion
Weber ne cessa pas toute sa vie durant de faire connaître ses opinions sur les
affaires de la cité de défendre ses points de vue offrir son avis sur les options du
gouvernement allemand Il utilisa pour cela la tribune des groupements politiques
auxquels il appartenait il intervint souvent dans la presse en particulier mais
non exclusivement pendant la guerre de 1914-18 révélant un talent certain de
polémiste Il joua aussi un rôle au service de son pays dans la négociation du traité
de Versailles Enfin il est bien connu il collabora aux travaux préliminaires
la rédaction de la Constitution de Weimar Son rôle en occurrence été
diversement apprécié
Sur ce chapitre ouvrage de Mommsen se montre relativement sévère Il fait
en effet grief Weber avoir inspiré les dispositions constitutionnelles sur
lesquelles Hitler devait appuyer pour accéder au pouvoir Est-ce bien sérieux
quand on remarque que le sociologue allemand mort en 1920 jamais eu
occasion entendre parler du nazisme Ce que on sait de lui ne va pas non
plus dans le sens une sympathie possible pour un régime dictatorial et policier
De plus auteur le note ici même avec une Constitution différente Hitler aurait
probablement pu accéder au pouvoir en 1933 Le libéral désespéré que fut
Weber selon la juste définition de Mommsen le dénonciateur passionné
il se révéla être de Allemagne impériale et du pouvoir personnel de
Guillaume II ne mérite pas être confondu avec un quelconque fourrier du
nazisme Il en est pas moins évident Mommsen le démontre bien et les
controverses postérieures son livre ont pas invalidé son apport en occurren
ce que Weber est proclamé partisan une démocratie plébiscitaire Mais
là encore on est loin et du nazisme et du fascisme si on en tient aux termes
mêmes de analyse du gaullisme et de la Constitution de la Ve République
fran aise que Mommsen nous livre en conclusion inattendue de son
ouvrage Doit-on cependant et parce que la démocratie plébiscitaire serait
susceptible une réinterprétation de sens autoritaire mettre en cause
Mommsen le fait les concepts du charisme et de leadership charismatique
est là passer de fa on indue selon nous du domaine politique celui de la
discussion scientifique les mêmes critères ne valent pas dans un et dans autre
On regrette que Mommsen ne ait pas compris
Ces réserves faites importance de ouvrage ici commenté est attestée parles
controverses mêmes il provoquées et continue de susciter Elles ne doivent
pas empêcher voir un apport pour le plus gros bienvenu notre connaissance
de la pensée wébérienne On voit trop facilement Weber comme un savant pur et
simple alors que hors la salle de cours où il interdisait en principe toute
prise de position politique il fut un observateur un théoricien et un participant
passionné de la vie allemande et internationale en son temps
De la politique au droit
De la politique au droit est le saut auquel nous contraint la publication de
la Sociologie du droit de Weber Cet apport la connaissance une uvre encore
194 MAX WEBER
trop peu traduite en fran ais et parfois difficilement accessible même dans ses
traductions certaines ne sont-elles pas frappées épuisement chronique nous
paraît réjouissant
Est ici traduit de allemand un manuscrit découvert aux Etats-Unis en 1957
Intitulé Rechtssoziologie il été publié abord en Allemagne par les soins de
Johannes Winckelmann chez éditeur Luchterhand Neuwied am Rhein en
1960 Il comprend les pages de la Sociologie du droit figurant dans le
conomie et société 321-350 dans la traduction fran aise celles-ci ont été
omises ici Le traducteur retenu seulement les pages et les chapitres de cet
ouvrage composite qui sont ici inédits en fran ais Ils correspondent au
eh VII de la deuxième partie conomie et société et figureraient au de cet si celui-ci avait été publié en fran ais entend)
Cette Sociologie du droit est préfacée par Philippe Raynaud et introduite par
Grosclaude le traducteur un et autre juristes et sociologues Leurs commentai
res traitent certes du contenu de ouvrage mais autant de la méthodologie et des
perspectives wébériennes en général Ils mettent accent en particulier sur le
couple compréhension-explication et sur la priorité accordée la première dans
son fonctionnement autre part ils soulignent fortement faut-il ajouter
juste titre le refus de toute nécessité causale de la part de Weber
Les sociologues des phénomènes religieux noteront avec intérêt le fait noté
par Grosclaude dans son Introduction que auteur de la Sociologie du droit
omet pas de commenter longuement les rapports unissant droit et religion
charisme et prophétie interviennent la naissance de la pensée juridique
Rome dans les peuplades tranques dans le droit nordique Par contre ce sont des
religions institutionnalisées et une pespective théocratique qui imprègnent et
expliquent les droits hindou israëlite et musulman Mais il faut recourir aux
intérêts et idéologies bourgeois pour saisir la logique des systèmes juridiques
rationnels modernes Ces allusions rapides et fort condensées au contenu de
ouvrage commenté suscitent immanquablement une question doit-on lire les
stades du développement du droit selon Weber stades ici saisis par leur
arête religieuse comme les étapes une évolution du charisme la rationa
lité fonctionnelle Philippe Raynaud qui pose cette interrogation fournit aussi
la réponse la seule possible selon nous en occurrence les stades de
histoire du droit selon Weber sont des idéauxtypes ils ne représentent pas des
étapes nécessaires une histoire finalisée En autres termes Weber ne saurait
passer pour evolutionniste
La lecture ici rapidement faite par Raynaud etJ Grosclaude des articula
tions les plus générales de la méthodologie wébérienne se réfère essentiellement
Julien Freund Raymond Aron subsidiairement De manière implicite mais non
moins ferme pour cela la perspective parsonsienne qui imprégné tant de
commentaires de Weber ces dernières décennies se trouve récusée et ceci de deux
fa ons une part dans le refus rapidement mais fortement souligné comme
nous venons de le voir un prétendu évolutionnisme wébérien autre
part dans la fa on dont est traitée ici dans Introduction en particulier la
spécificité du rapport Marx dans oeuvre de Weber Marx connu et lu quoique
pas toujours cité voit retenir de lui et exploiter ce qui paraît acceptable impi
toyablement critiquer et rejeter ce qui ne est pas au mètre de la pensée wébé
rienne ainsi de la nécessité économique et de la monocausalité Tout se passe
comme si avec le père du matérialisme dialectique le sociologue de Heidel
berg faisait un pas en avant et deux de côté. Weber ne pourfend pas Marx il
ignore encore moins il entretient avec lui un rapport critique
195 DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS ARCHIVES
Et encore le charisme..
est aussi une lecture résolument et ouvertement postparsonsienne que on
trouve dans le travail déjà ancien de Ferrarotti Max Weber il destino della
ragione Paru en 1964 puis réimprimé en 1968 ce petit ouvrage vient de connaître
une troisième édition le lire hui on impression retrouver les
principales orientations une autre et récente réflexion sur Weber par le même
auteur Orfano di Bismarck 1982 ci Arch. no 59 21985 208-209 Substantiel
lement la pensée de notre collègue peu changé un ouvrage autre au plus
elle est approfondie et élargie si elle bouge est par déplacements légers des
accents et des intérêts En gros on qualifiera volontiers le Destino par sa proximité
plus grande au texte wébérien dans Orfano par contre la maîtrise déjà acquise
du texte et assurance de la pensée son sujet permettent une réflexion plus
globalisante Mais de un autre ouvrage on relève la même admiration
distanciée égard du maître de Heidelberg
Notons cependant dès le Destino la présence discrète mais réelle de certaines
critiques encontre de Max Weber Pour Ferrarotti en effet le concept de
charisme marque la limite de sa pensée il traduirait incapacité où il se trouve
imaginer une issue autre que non rationnelle aux problèmes de Allemagne
wilhelmienne Nous avons déjà exprimé notre insatisfaction de cette réduction
un concept expérience supposée de son auteur il toujours plus que ses
coordonnées dans un phénomène ce par quoi il est nouveau relativement
par rapport elles Sans tomber nous-même dans la réduction nous ferons
observer ici que explication ferrarottienne des limites supputées de Weber
est pas sans rapports nous le répétons elle ne réduit pas avec les
propres engagements de son auteur et la conception il prône des rapports entre
sociologie et action Pour lui la première trouve son sens dans insatisfaction
per ue du statu quo social et dans la volonté oeuvrer la transformation
rationnelle du monde cf Destino 111 Allant encore plus loin et rejoignant
non plus Marx seulement mais encore Comte Spencer et Durkheim la fois
notre collègue romain va écrire les sociologues sont la recherche du
fondement de la nouvelle morale ibid. Affirmation dont le son personnel
ne saurait échapper qui pris soin de lire les trois préfaces écrites pour les trois
successives éditions du Destino et reproduites toutes dans la dernière
Ferrarotti est pas un simple penseur universitaire faisant dans empyrée de
ses principes abord il fut un homme politique au sortir de la seconde Guerre
mondiale et de la résistance Nous avons eu occasion attirer précédemment
attention sur cet aspect de sa vie et sur son influence reconnue avouée
assumée dans la vision interventionniste il entretient de la sociologie Arch.
no 61 avril-juin 1986 179-81 Dans cette perspective nous suggérerons que
Ferrarotti voit une limite de la pensée wébérienne dans le concept de charisme
parce que lui-même se refuse toute domination elitaire et mise pour une
démocratie aux bases aussi larges que possible Il suffit de lire les préfaces
successives du Destino pour saisir cela Rarement ailleurs il faut le souligner
sociologue aura livré aussi clairement et volontairement ses lecteurs les clefs de
sa biographie intellectuelle Ne cachons pas notre admiration pour la manière
claire et simple peut-être peu imitable dont Ferrarotti présente dans les trois
documents déjà dits les coordonées sociopolitiques de sa réflexion et balise
son parcours On comprend cette lecture comment le jeune homme des années
45 pu se passionner pour la pensée de Max Weber elle lui permettait sans
196 MAX WEBER
consentir pleinement ne den renier des ressources entrevues du marxisme
mais en même temps elle lui offrait la possibilité abandonner les lourdeurs et les
relents positivistes une doctrine alors bien vulgaire dans la plupart de ses
porteurs Pourtant la perspective wébérienne heurtait aussi par son évident
elitisme le généreux indépendant de gauche était alors Ferrarotti Le commen
taire il propose hui encore là dessus on verra Orfano de Weber
inscrit croyons-nous dans épure que nous venons de tracer
Répétons-le essai de transparence ici réalisé mérite attention et respect On
observe une des fa ons dont un intellectuel parvient plus objectivité dans ses
propres recherches Peut-être exercice suppose-t-il chez ceux qui livrent des
qualités éthiques une maîtrise intellectuelle et une expertise écriture inégale
ment réparties dans la population des spécialistes Où on retrouve Max Weber et
son mal nommé elitisme..
Weber aux risques de la psychanalyse
Elitisme ou pas Weber se trouve livré aux risques habilement utilisés de
la psychanalyse par Randall Collins Disons-le sans tarder ce professeur de
Université de Californie Riverside spécialiste de la théorie sociale et historien
de la pensée sociologique se montre notre avis parfait connaisseur et
interprète avisé du sociologue allemand Il lui consacre ailleurs un autre livre
paru lui aussi en 1986 New York Cambridge University Press) sous le titre
Weberian Sociological Theory
Les exigences de la collection où paraît Max Weber Skeleton Key expliquent
le format réduit de cette Introduction par les cimes Elle prétend simplement faire
accéder des étudiants essentiel une pensée elle fait croyons-nous beaucoup
mieux Elle permet en effet au lecteur accéder et aux grandes articulations de
oeuvre et de la méthodologie wébériennes et aux controverses anciennes et
récentes autour elles mieux encore elle sait en faire comprendre les enjeux
Le premier chapitre est consacré la vie et la personnalité de Weber
auteur insiste après Arthur Mitzman The Iron Cage New York Knopf 1970
et Martin Green The Von Richthofen Sisters New York Basic Books 1974 sur la
dépression de Weber comme élément explicatif de certains aspects de son uvre
Etait-il nécessaire pour autant infliger au lecteur une interprétation psychana
lytique du cas
est elle qui mène auteur relever ou croire pouvoir relever chez
Weber un conflit entre idéalisme hérité de la mère bien sûr et matérialisme où
on voit héritage du père naturellement Faut-il le remarquer ici encore même
si cette interprétation de la vie de homme Weber est exacte Quod manet
demonstrandum) une uvre et une personnalité ne épuisent pas dans leurs
coordonnées Nous montrer comment Weber les dépasse eût été sans doute plus
utile que de nous le décrire empêtré dans ses hypothétiques conflits intérieurs De
plus peut-on résumer le sociologue de Heidelberg dans la formule idéaliste
versus matérialiste Nous en doutons aune de notre propre interprétation
de oeuvre et non de homme) Weber est jamais oui ou non mais bien oui et
non indissolublement et sans repentir Si drame il avec lui il commence là
avec les difficultés mais aussi la fécondité de cette addition
Laissons ces points de discorde Reste un petit ouvrage dont auteur aborde
avec pertinence et rigueur les aspects essentiels de uvre wébérienne métho-
197 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
dologie rapports entre idées et action sociale rationalité histoire et sens de
histoire agissant de ces deux derniers thèmes Collins souligne ajuste
titre selon nous que Weber jamais fait de la la fin vers laquelle courrait Contrairement Parsons Tenbruck Schluchter et alii il refuse
idée un évolutionnisme wébérien quelle en soit la forme Nous partageons
la conviction de auteur sur ce point une importance capitale il agit de
comprendre le statut de la modernité chez Weber De même nous apprécions
insistance dont Collins fait preuve mettre en reliefiä place que Weber accorde
aux facteurs matériels économiques en particulier elle apparaît ici beaucoup
plus grande dans explication entre autres que certains hélas nombreux
imaginent On trouvera encore dans ouvrage de Collins une pertinente et claire
mise au point sur enseignement wébérien concernant les classes sociales De
même on appréciera le tableau de la 89 où on montre comment facteurs
matériels et non matériels se combinent dans thique protestante Disons
cependant notre désaccord avec idée plusieurs fois exprimée dans ce livre et
mise en rapport avec interprétation psychanalytique du cas Weber selon
laquelle se manifesterait chez lui une évolution un moins un plus attention
aux facteurs matériels enquête sur les ouvriers agricoles Est de Elbe
accorderait-elle trop peu aux aspects matériels voire économiques ou leur en moins que la Zwischenbetrachtung Nous laissons un chacun
répondre la question..
En tout cas les pages relativement nombreuses consacrées dans ce livre aux
études de Weber concernant les religions Israël de la Chine de Inde mettent
bien en reliefiä fa on de Weber dans la recherche des causes aucune est jamais
privilégiée comme instance première ou dernière Sa sociologie appartient pas
au nombre de celles qui réduisent objet aux priori un système
De cette pertinente et vigoureuse Introduction destinée des étudiants
débutants plus un initié tirera profit
Les morales selon Weber
ouvrage de Istas sur les morales selon Weber présente le même caractère
initiatoire que les trois livres précédemment commentés Il présente une lecture
de uvre wébérienne partir une perspective particulière celle de éthique
apparemment auteur préfère le terme de morale mais ne explique pas sur ce
choix)
On le notera sans étonnement cette fa on entrer en Weber se révèle aussi
féconde que celles déjà tentées par le droit la religion la politique ou même
encore économie Elle permet un parcours tout fait satisfaisant faisant appa
raître avec clarté le propos wébérien Elle suppose aussi ailleurs un certain
nombre explications sur epistemologie et la méthodologie du sociologue
allemand Celles-ci ne supporteraient pas être rapides et ne le sont pas ici aussi
bien le livre Istas présente finalement toutes ou peu près toutes les
caractéristiques une Introduction véritablement initiatrice un texte autant
que auteur ignore ou il feint ignorer toutes les controverses autour de
uvre wébérienne et toutes les autres lectures aussi ailleurs Ce petit livre qui
en tient apparemment parcourir un texte et en rendre compte en apparaît
pas moins comme une lecture postparsonsienne égal des trois précédents
ouvrages recensés ici comprenne qui pourra On en tout cas avec ces Morales
198 MAX WEBER
selon Max Weber une Introduction suffisante claire et bien structurée la lecture
de Weber pour un public profane Les familiers du sociologue de Heidelberg
feront ailleurs aussi certains entre eux au moins des découvertes car
ouvrage est bien fait
Michel Istas belge et jésuite enseigne la théologie morale dans une institution
confessionnelle située au Kenya Sa thèse de doctorat Paris Institut Catholique
de Paris posait le problème de influence de la société sur la morale On donc
faire ici avec un spécialiste catholique de éthique On notera en passant et
comme symptomatique un théologien puisse hui se pencher sur le
relativisme wébérien sans que celui-ci lui apparaisse priori suspect Weber il est
vrai et Istas le souligne avec raison tout en traitant religion et éthique comme des
phénomènes sociaux et rien autre ne réduit ni une ni autre leurs
coordonnées sociales auteur bien vu aussi que pour le sociologue allemand
tout phénomène social possède quelque relative autonomie aucun facteur ne
saurait expliquer en dernière instance Istas relève encore idée selon nous
centrale chez Weber il existe pas de sens nécessaire de histoire Elle relève
de inattendu tout autant que de ses déterminations elles aussi relatives Aussi
bien aucune lecture finalisée en est possible en autres termes car Istas
entre pas proprement parler dans les controverses actuelles ce sujet il
existe même pas de possibilité que Weber soit evolutionniste opinion on le
sait nous partageons
Tout ceci dit le sociologue de Heidelberg rapporte toute morale comme toute
valeur la société qui les produit La sociologie offrant pas de critère permettant
de mettre une société plus haut une autre Weber constate que pour qui sait
observer la morale est relative mais il la note non moins normative pour les
sociétés porteuses et leurs membres La sociologie wébérienne de éthique
conduit-elle au scepticisme au dilettantisme la paralysie de agir et de la
conviction Certains affectent de le penser Istas refuse de les suivre Il préfère
relever avec justesse selon nous que si Weber souligne en effet les variations et la
variété des morales historiques et par là-même la relativité de toute morale il en
insiste pas moins sur la morale comme décision et engagement Pour lui homme
est homme engagé dans la cité car pour déterminé il soit de multiples
fa ons il en demeure pas moins libre relativement et responsable vis-à-vis
de lui-même et de ses contemporains les plus proches abord
Ceci admis auteur constate impossibilité déjà fortement soulignée par
Weber de recourir aux sciences sociales et humaines comme si elles devaient
pouvoir nous apporter de décisifs éclairages dans nos choix et décisions éthiques
Sans doute elles peuvent élucider pour nous un certain nombre de problèmes
dans ce domaine mais elles ne sauraient indiquer de fa on univoque ce que
nous devons faire Elles renvoient individu lui-même il agit de
décider elles lui rappellent la relativité de tout choix et ses conditionnements
elles lui indiquent éventuellement les moyens nécessaires aux fins poursuivies
implicitement ou explicitement dans chaque forme possible de choix elles
répondent encore dans la relativité de leurs certitudes aux questions on
leur pose non pas toutes celles qui pourraient se poser ou être posées sur les
effets des choix envisagés et sur les conséquences de emploi des moyens mis en
uvre dans chaque cas Pas plus En somme la sociologie wébérienne encourage
les individus honorer leurs responsabilités choisir décider et agir au mieux
subjectif une conscience informée relativement elle ne peut pourtant
désigner personne ni dans aucune circonstance aucune solution comme
nécessaire ou meilleure
199 DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS ARCHIVES
Istas entretient une claire conscience des avantages comme des difficultés
de approche wébérienne de éthique Il rend compte du texte avec fidélité
croyons-nous et en tient là Il note toutefois ceci Weber ne fonde ni
jamais désiré fonder une rationnelle basée sur le recours aux
sciences sociales et humaines il se consacre en revanche entièrement
promouvoir ce on peut appeler une méthode de vie rationnelle agissant de
sa propre existence il se trouve consciemment livré la non rationalité de ses
jugements de valeurs et ses choix subjectifs de rationalité problématique
Intéresse ici le moraliste catholique le fait que le cas Weber mette en évidence une
conjugaison spécifique de la rationalité et de irrationalité dans la pratique
morale En somme Istas le constate volontiers le relativisme socio-
historique wébérien ouvre aucune porte la pratique morale mais il éclaire
son fonctionnement une part autre part il laisse le champ libre la réflexion
aux choix et décisions individuels les théoriciens de la pratique morale peuvent
ici intervenir eux aussi au risque de la relativisation
Ceci suffit Istas pour soulever en quatrième et dernière partie de son
ouvrage le problème de la morale comme attitude inorale est-à-dire comme
prise de position personnelle face au monde et ses interpellations La
Conclusion renvoie exemple et oeuvre Ernst Troeltsch comme point de
départ une possible réflexion de théologie morale chrétienne prenant en compte
les exigences de la perspective sociologique en ce domaine
Au-delà de leurs particularités tous et chacun des quatre ouvrages immédia
tement commentés par la présente note comportent une caractéristique commu
ne plusieurs fois soulignée tous offrent une lecture postparsonsienne de Weber
Le sociologue de Heidelberg en ressort plus proche de Marx et de ses interroga
tions irrémédiablement situé ailleurs par sa conception de la science en
général On retient en tout cas accent mis par chacun de ces ouvrages selon
nous justement sur importance de instance économique pour Max Weber
Mais il agit là pour lui un facteur parmi autres les intérêts non matériels
ideéis en particulier jouant un rôle non moins décisif mais pas plus exclusif dans
sa perspective Par ailleurs apparaît nettement dans les ouvrages ici retenus le
refus opposé par certains connaisseurs confirmés de Weber idée populari
sée par Talcott Parsons et récemment reprise en compte et réélaborée par
certains sociologues anglo-saxons et allemands un prétendu évolutionnisme
de Weber
En somme on note une tendance actuelle présenter la sociologie wébé
rienne comme véritablement ouverte non systémique et étrangère tout esprit de
systématisation proprement dialectique La livraison des Archives récemment
consacrée Max Weber allait dans le même sens on le remarquera
Histoire et quotidienneté
Suffit-il de relire les classiques droitement si cela est possible...) et de
reproduire indéfiniment leur pensée et leurs méthodes le genre de recherche
ils ont un jour con Les dépasser ou tenter de le faire nous paraît une
attitude également louable non moins susceptible de mettre en évidence la
fécondité de leurs points de vue
Les deux ouvrages dont nous commenterons ci-dessous le contenu entrent
dans la catégorie des tentatives de dépassement Ils ne se réclament pas du seul
200 MAX WEBER
Weber mais ce sont bien essentiellement des questions que parmi autres
sans doute il soulevées qui sont en occurrence reposées et réexaminées
est de ce point de vue que nous les lirons en nous demandant si le projet de
dépassement atteint son but dans quelle mesure et de quelle manière
Feirarotti nous avons déjà rencontré et loué comme lecteur de Weber
pose dans La Storia il quotidiano la question de historicisme catégorie bien
webenenne il enquiert aussi de son éventuelle crise actuelle et des moyens
remédier par dépassement Mais ceci ne vient pas clairement entrée de jeu Le
problème abord soulevé est celui de histoire orale de ses méthodes et de ses
fonctions
Doit-on décrire le quotidien demande Ferrarotti seulement comme le
répétitif est-ce rien autre que ce qui prend sens par référence éternel
hier par quoi Weber définit la domination traditionnelle Non répond le
professeur romain le quotidien remplit aussi une fonction épiphanique Son
observation fait apparaître la société autrement occultée des gens de rien de
homme quelconque dans leurs stratégies intersticielles elle permet
accéder cet espace situé entre les lois décrétant les grandes révolutions sociales
matière entre autres choses de histoire historiciste nous assure-t-on et le
quotidien de la majorité des gens si peu transformé par les intentions et décisions
officielles
Aussi bien histoire orale peut être ici prônée dans la mesure où elle se
tourne précisément vers homme quelconque comme le point intersection
entre histoire historiciste et le vécu quotidien Par elle le chercheur se trouve
même de démystifier les fonctionnements politiques et sociaux dès lors il peut
montrer la nécessité de changements en profondeur exercer sa fonction criti
que
Ferrarotti est pas aveugle aux difficultés aux dangers aux problèmes et
questionnements de nature variée accompagnant la pratique réelle de histoire
orale Il se refuse une histoire de vie qui ferait économie du moment
théorique Il réfléchit ailleurs longuement la nature de objectivité en
en sociologie en particulier dans ce mixte de une et autre représenté par
histoire orale
Cette réflexion procure occasion de quelques diatribes contre la tendance
de certains chercheurs tout vouloir mesurer mathématiquement Ferrarotti
exprime fortement ses convictions ce sujet la mathématique est pas la seule
est-ce la meilleure référence paradigmatique possible pour les sciences
sociales et humaines Partout où il de homme et du social de histoire en
somme il agit abord de comprendre Notre collègue romain avoue ici
débiteur de la tradition simmélienne dilthéyenne et plus particulièrement
wébérienne mais aussi proche des sociophénoménologues parfois cités ou de
Gadamer de Schutz et des ethnométhodologues dont il est question en passant
De fa on curieuse cependant Weber va se trouver en accusation Ferrarotti lui
reproche avoir prôné une histoire des gens cultivés usage des mêmes
ailleurs sa version de la compréhension ferait économie de écoute On
étonne de trouver pareille mercuriale sous la plume un exégète par ailleurs
exemplaire de Weber
Le maître de Heidelberg a-t-il dévalué le quotidien et homme quelconque
Il ne nous semble pas Son oeuvre entière de Ethique conomie et société se pose
le problème des attitudes quotidiennes et de leur éventuelle rationalisation
201