//img.uscri.be/pth/91fc411a2763d78358d8e0d05f33c8ec1c66b009
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Exposé Frédèric Amsler

De
12 pages

Exposé Frédèric Amsler

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 98
Signaler un abus
Pourquoi Rome ne pouvait pas ne pas condamner Alfred Loisy ?Frédéric Amsler (Faculté de théologie et de sciences des religions, Université de Lausanne)1. Une question de point de vue Il y a exactement un siècle, le 7 mars 1908, la Suprême Congrégation de la Sainte Inquisition Romaine et Universelle fulminait contre le prêtre Alfred Loisy nommément et personnellement, la sentence d’excommunication majeure, le déclarant à éviter (vitandus). Choquante, cette condamnation l’est aujourd’hui encore, comme elle l’a été en 1908. Elle choque parce qu’elle remue des convictions et déçoit des attentes. Une Eglise qui condamne est-elle fidèle à l’Evangile ? Le message de Jésus de Nazareth était-il d’exclusion ou d’accueil ? Peut-on condamner des idées, a fortiori des idées théologiques indépendamment de tout crime ? N’est-ce pas une violation de la liberté d’opinion ? Parvient-on vraiment à condamner des idées en sanctionnant la personne qui les professe ? Voilà des questions qui nous viennent à l’esprit à l’évocation de l’excommunication d’Alfred Loisy. Mais la question à laquelle j’ai accepté de répondre est : pourquoi Rome ne pouvait pas ne pas en arriver à cette condamnation ? Question difficile à plus d’un titre. Tout d’abord, le simple bon sens oblige l’historien a reconnaître qu’il écrit l’histoire après coup et donc qu’il ne prend pas beaucoup de risque à prédire l’issue d’une crise, dont il connaît le dénouement. Mais justement, il y a quelque danger à plaquer sur l’histoire une sorte de déterminisme, à verrouiller l’histoire en la vidant de ses possibles. Jusqu’au bout l’historien doit se demander s’il était vraiment inévitable que Rome condamnât Alfred Loisy. Ensuite, la question est délicate, parce qu’elle n’est pas complètement innocente. Formulée de cette manière, la question conduit implicitement à donner raison à la Sainte Inquisition qui, après tout, n’aurait fait que son travail. Mais l’histoire n’est pas que celle des vainqueurs, elle est aussi celle des vaincus. Pourtant mon propos ne sera pas de faire une contre-histoire en montrant que les vaincus d’hier sont les vainqueurs d’aujourd’hui, mais de prendre quelque distance avec l’issue du conflit pour essayer de comprendre surtout pourquoi il y a eu un conflit. Enfin la question est difficile, parce qu’elle demande d’explorer les causes de cette condamnation. Or, les causes sont toujours multiples, pire que cela elles sont infinies. Un regard, une mimique fugace lors d’une négociation peut s’avérer décisive. Et l’historien n’a pas accès à de tels éléments qui, pourtant, peuvent avoir changé le cours de l’histoire. Au prix d’une simplification drastique, je me limiterai à deux composantes : les idées et les logiques des protagonistes. Pour commencer, les logiques ou fonctionnements, à savoir fonctionnements institutionnels pour l’Eglise catholique romaine, logique personnelle concernant Alfred Loisy. Le fil conducteur de l’exposé sera le décret d’excommunication lui-même, selon la traduction qu’en a proposée Loisy.