//img.uscri.be/pth/0ff2c7ff0b064c06982cbc6ef147ebb5e5b5d4f6
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

JEAN-PAUL II : P «Au comte Enrico Pietro Galeazzi, qui va devenir ...

82 pages

JEAN-PAUL II : P «Au comte Enrico Pietro Galeazzi, qui va devenir ...

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 64
Signaler un abus
 1             enE naiotf,a .aC 52- pp.2 Ch53. h'l tnav,eriotsiPi, inmadeI XIe e  t.PS iatnG re     1 Mgr Roche                                p loirenodtcL  acialt soue eitiqiP lanidraC ud e
PIERREMAIMES-TU? JEAN-PAULII : PAPE DETRADITION OUPAPE DE LARÉVOLUTION  ABBÉDANIELLEROUX, 1988  POSTFACE DES. EXC. MARCELLEFEBVRE,   INTRODUCTION  «Au comte Enrico Pietro Galeazzi, qui va devenir l'un de ses plus intimes collaborateurs et lui rend visite pour régler le détail de son séjour en Amérique, le cardinal Pacelli (alors Secrétaire d'Etat de Pie XI) fait une confidence... : «Supposez, cher ami, que le communisme ne soit que le plus visible des organes de subversion contre l'Eglise et contre la tradition de la révélation divine, alors nous allons assister à l'invasion de tout ce qui est spirituel, la philosophie, la science, le droit, l'enseignement, les arts, la presse, la littérature, le théâtre et la religion. Je suis obsédé par les confi-dences de la Vierge à la petite Lucie de Fatima. Cette obstination de la Bonne Dame devant le danger qui menace l'Eglise, c'est un avertissement divin contre le suicide que représenteraitfoi, dans sa liturgie, sa théo-l'altération de la logie et son âme». Le futur «Pie XII» s'arrêta un moment. « J'entends autour de moi des novateurs qui veulent démante-ler la Chapelle Sacrée, détruire la flamme universelle de l'Eglise, rejeter ses ornements, lui donner le remords de son passé historique. Eh bien, mon cher ami, j'ai la conviction quel'Eglise de Pierre doit assumer son passé ou alors elle creusera sa tombe». Pour aménager le séminaire des Missions, Mgr Pacelli a fait dégager un crédit que la «haute administration» du Vati-can a failli lui refuser. - Vous voyez trop grandiose pour des sous-développés... critique un cardinal de la Curie.  - Ces sous-développés sauveront l'Eglise, Eminence. Un jour viendra où le monde civilisé reniera son Dieu, où l'Eglise doutera comme Pierre a douté. Elle sera tentée de croire que l'homme est devenu Dieu, que Son Fils n'est qu'un sym-bole, une philosophie comme tant d'autres, et dans les églises, les chrétti-eilns s mcihs e?r.c..h »er1ont en vain la lampe rouge où Dieu les attend, comme la pécheresse criant devant le tombeau vide : Où l'on «J'entends autour de moi des novateurs qui veulent démanteler la Chapelle Sacrée, détruire la flamme universelle de l'Eglise, rejeter ses ornements, lui donner le remords de son passé historique... » Ces paroles résonnent aujourd'hui avec des accents de prophétie en surgissant de l'histoire. Le cardinal Pacelli se doutait-il qu'un jourles novateurs s'empareraient des clefs de saint Pierre et occuperaient les plus hautes sphères de l'Eglise? A-t-il imaginé que l'un des successeurs de Pierre réaliserait un jour ses terribles prévisions ? Nous ne le sa-vons pas. Pourtant depuis bientôt vingt-cinq ans nous assistons à uneprofonde mutation de l'Eglise catholique; nous avons vu les prêtres de Jésus-Christ rejeter leurs ornements et trop entendu Rome pleurer sur son passé, en demandant pardon aux ennemis de la Croix de Jésus. Alors, l'Eglise de Pierre a-t-elle déjà creusé sa tombe ? Croit-elle vraiment que l'homme est devenu Dieu, que Son Fils n'est qu'un symbole, une philosophie comme tant d'autres ? Les pages qui sui-vent essaieront de répondre à ces questions. Nous n'insisterons pas sur ce à quoi on s'arrête généralement : les diocèses, les évêques, mais nous allons voir la crise à Rome même, à travers les actes et les discours du pape. Qui sommes-nous pour entreprendre une telle étude ? Cette question nous est venue à l'esprit à chaque instant de notre travail. Nous nous sommes alors rappelé ces paroles d'Henri Massis : «Avoir raison ne va pas sans mélancolie, et il est particulièrement cruel d'avoir raison contre les siens... Maisrien de pire que de confondre le vrai et le faux, le bon et le mauvais, l'efficace et le stérile, de ne plus distinguer entre eux et, sous prétexte d'unir les hommes, de renvoyer les idées dos à dos». Nous allons procéder en donnant surtoutdes faits etdes citations pape, et en dules confrontant à la doctrine immuablede l'Eglise et aux écrits de ses prédécesseurs. Cette méthode nous a permis d'être aussi transparent que possible et d'éviter ainsi d'usurper un rôle que nous n'avons pas. C'est une tâche difficile, parce que les propos du pape sont contradictoires, du moins en apparence. Nous nous sommes souvenu des paroles de saint Pie X sur les moder-nistes : «Telle page de leur ouvrage pourrait être signée par un catholique; tournez la page, vous croyez lire un rationa-liste». C'est pourquoi nous allons exposer des écrits et des faits généralementcontraires à la Tradition de l'Eglise, que des positions par ailleurs plus orthodoxes ne suffisent pas à réhabiliter. Ces pages ont été écrites parce que dans les temps d'épreuves et de luttes,les âmes s'endorment et s'essoufflent facilement, et la Foi elle-même court les plus grands périls. Les «Trois petits enfants» de Fatima nous rappellent sans cessel'urgence de la prière et de la pénitence,la né-cessité d'une foi vive et d'une charité brûlante. Cette foi est un bien si précieux qu'aucune autorité, si élevée soit-elle, ne peut en demander le sacrifice à ses subordonnés. Si les temps sont durs et pesants, si les ténèbres semblent durer trop longtemps, souvenons-nous alors des paroles du Cardinal Pie : «Vous tous mes frères, si vous êtes condamnés à voir le triomphe du mal, ne l'acclamez jamais, a décadence : tu à la nuit : tu es la lumière ; à la mort : tu ne dites jamais au mal : tu es le bien ; à l es le p2rogrès ; es la vie...Opposez-y l'énergie de vos œuvres et de vos efforts» .  
 1.37.  pe,
ère. Un sez le p taperliuart eid mlae,èrhéacà s o suneffiam ov sointte pnsule co,sj icres rol seu ie D A :ntmelen ej ; esialp enoscreisr ,amsic ependant je ne qc ejusno etl selsspoésédt  es lec taussiuq.eohils re Vou attstezap ettiuilgÉ'l sDie  dsee  j :eummocnu ee ,e ellune èr pi Lummcolgsi e :snS noE eu, aimonotre Di ; selodi xua ercoens ai vje, ui: O idesn  enoenpersQue re. e mè2  EMPR Sles onr eugneiITAMROFSmiA«  NOE DE PAPTRAN LA P RAEIER -ELIT Esiast esl 'Iqur ud etiord al à sus bi voe, s Pèr ngE zoSéhemalpsvoi  ausseli S ?torpetcezeiv nu l vous rur auqueuo sel sneidzet v euq ereffo suo Q ?eznss ou vued  eestrseesocfn Seir ler, dgneunoh'reroeiD d ,uLee ou l, er rdecenoantîerS noF ils, de proclamem iarr,ep ei xeddieudes int s poeuQ .tanoD ed itar pdus ui sjes ffnees rp iotno rt de ne vous sel ,ièm aareguL ,ui qen v plee,èrles int édéspossniet e'n eoprrgo dntoi pnavidie  en ej ,euqitarps, je ne vais poitno sasrc-ièlegoném js,nee er s tnirodal red sejudible x decieuoptrr pasep rel  JirenevulPan-ea li ,II mes suonmprendre ce qu'i luf tvana tedd ropperchgr Moj Walyt te ueimoc xS NOAVTNIIA UA Lur aN PoCTIO ÉLEAHC  .» 0411 ,73-PANJE- I E TRPI,Is reomL XXVXII 14. PL n Il, n.tsug« niniaSuA tino s. ParEntira'l erèm  »esilgEete èr preot v à àiDéh stoeruev memenanittacnt azeneuov-ot su su besn-ieméai ts,en-zovsud no,cm e cet homme ? Te donismaa  lnsda rertne erocne s-vouriez oseave, nrgtaoiccsuena  pse uarn soouépartu regzeino à  vous ves, et si sedovriojru sovacd  dtelae it vtila'd é enuilgése nationale, lap lonoiaes ,ecq ntpon soax mexif ed sumierèirredride le e feau dE'lg,rl rpnesi eno saf tvalcetsidee eu l pituvreopilituq régin eportant e. En imanolop epap nu tmeséciré pet, islonoepp  eaptnc  con les queais,é rcviia tadsnL 78, Gérard Dupuye tshc nisionasséribioat: n 'e«C t'ds noujtsnu eera ontrllesqu'eco 71 eL91 erbotto ésees. teannnnalistes de jourl œ'vueren sostntu é mde cdeteetus a etiam ,l sit deomenau mse, rpsel  a sedoropig les cr,sûn ieB .noitcelé nos pas porté à se fgired na selc nosa, on fioctren igilesue en  a'l A ls...fféra did  eneeciasnectrmp'i nasue qteortalérp lianolop opolansiilicms eme jour,». Le mêe etam tergosiss cduhoatharce ntolugacatne tlamee pr'ailns lé daaicos emsitavresérén gst eil: l  ed ia'll elrébilsueat clihoesquunl sei tnleeltca toujours souteloP nE«  li engoLes an d :inat Mtuertea ciela trs tr nouns couvo calmeomcls icérnu syap .scïnaD t aux laès ouverentn »rtedp reamnosy «une vicoraC à tiamina li'uis qtande), Signl( eAN KudZ la eou cui qDe. ntrele sulp serda eln avse ussemertiuar ne te  tvila eui ust qneliuaq étn iuoba' ednpas sur la planèetp ral set mespsnad éuqitarp euétvisoe itrb'o lbuitsus  .lPqieue reue lnt qlemerp ncudoennee imieige usontiel r: l  es«edm saese» tel qocialism)I , eIX t à'cseintee sar Pi pouef ed sa siam ,rrtpae unbre  dieqiéup neadtnl  afus bétonné pratqseru eug enrreuergu freidro(pe chikarat app lesuesrseisrem noiv pst'e nlatyoj WloraK sulp eD .sneurs le Messeigla,eq eu àall yolemb cntisglsee ed sE'l rp secni ontnauxardies cccmoera -ttêp uelis ou ne,brtoocL« : erocne snosnent ausils prenqseud  eisl  eirontia  li placl'm ,e siasulpgas ,sp iaenqieuloti rels etusesigiel rehcâl edirb afos deà um hesrctrcield A'alniW oodrow, exprime 'uq  slic enrtnoenôlpat . s» aUner alytjoW loraKr Mg « :onsiciréetp nnnaé otu enavecue» risqce «se loc tuaniI .xs lerdcas éer paoisnp so eocdntiaucoup dmplit bent iunt uectleela tse IIuot tnav. Jeal..aul an-Pairicnlitsro eapctdue ivutpl qôtd enam erèinéd enaire, il raison.lU  nep uodtcire,gn'i la  lloPo noic edatsntarue dialoge type dp êrrtseeue tnerunt ess ïclat  ecadua edutitta e poie cee. Dieusralo,eK  euvtnd joW alyttse ulp prs gro-siese stuq eos nocpmtairote, le cardinalsnyzsyW a lI .ikmelega énsra tnt éelofmrhtdo sém'enses demeneignoiècesp eds nod i-naire t du sém sehm ud sulcorpndre prer ous lealp ap rnê é.nG oraitemp cononde ,ik-snyzsyW landiar cdue ncseré«Eglise des martuq iniacnria t'lpat dos é nn vsa»sryli ,a'n iaru pro sonpayspre m seareiadsnru ee  cdes 7  1memê snaD .»emiT ehTk Powsze Tygodniamd-iaerl h'beodhe cdef euctenr  ,zcadéruT yiworJerzMgr ... litéiféds  a reduserasl't  eVIl au Pà sleutcelletni' ludm uoevemtnd liquer le travaiR à  emoruoppxe corae vit esléalraidelc edC an les dancéAK, u ZNisop serva snoitrentcos ut aes lart imsnsuontse mêe  nme pse larl  aocmmoReg rede Taizé unauté dér aL .4»larécsie èrFru  dontiacu  np sae'tsecn te vuniscommantidés ndfelau ro d stil edmoh' ,emface au communiseme  t aot-uojruauveou nese ap pnartni t tnaegis nouchnydécls a uq era é iel :S«a l  I..e.rnbos nas tse elleutceI lean Iaticle VnoicuaC dn uédefe nc Sdeinl'ueflesua ed ertêc à é intellcuriosit -tes  ahclere 3ixe'uq elaitnetsnsoi mststmiho tqieulogoue-t- p  ou isteoménphén itrp ed-nirepicinu'ctdue ivpaà  .aSf roamitnoe s et non du vécuW synilaacdrl( es qu maiki),zynspxe ic-iulec dnaefri ges ditmaritjly a'nidan loW contreda jamaisnidrp lal tiac eub pc limarient ientoulalier pubc nou entaoiadnmrevèsén atl'e  d..emsiéhrac eL . document sur lal bireétr legieie us setst'epp o ésoec àq xuv iu980 il 1n 19: «Eord iFaga rv u01e itis ve  Lnsda noitaleettec edprit des contactivtnà P rasie  tntia R àe,oml  id 74oba' ,drdutéals joytrgW » M is ?lonae po papec rerépse up tû eui qisMa. e»isvu éalr snr teornous avo 1965 ; ziaTne édner à uff e, etst'een,  es te là tidner».zéai TndMoe  Lua xpi a sedêfetay-l Par-niae Mo etrlagénemeal téa rioctécn irla eud1  8cootrb e1978, nous rappolae  dtsbué- desrèirvuo noissim ssioa miec ls avtel cn eF ar neddee ra Chercquvêap lcitrivoci ,eeille. Ee à Marsedevuna  n9156 ,à u unl'erivlisaos nlffuon eaevuIl est venu à Taétd  e'lgEiles .om cs,seherc ameed à éziirper xut j'e, eussiai a eedêvuqocivC arémucuqinrT« œ sèon M :deérumduo se tvanaaPluI  lpe Jean-e, le pa'l à fitnetta tel ratoas puttot aru noenlId ni .poranteme cohomm uachtlocisiema llemand, je disaa siP xunolo siaésprtsen « :s LeitnehcérP lo sed ontogneparé prémehc nu rp ua nis mpteingl'E ldeécier sa pu appruhamni ev laue rnv ié it éenntta ne oloPzehciul nt, emme Récgne.ejnuua xna taplrpos lémbseas resd sesissa sel ru                             3  M xaS hclere( 8174-1928), philos'n sopor tneiaté'àqus dultxa'e l,nq taoi s  'uli                lonoménohé pheop .dnamella etsigu 18de d Mon4 Le .91871..0ne u a ytéonol vrtnom tuli'uq rest : l'Ea pe celd E'eitn eedrupo'I dlita qe, vui iuqv entneisap e par quelqu'un iuéts re asausérp sec euq ,drat uspls éenn aix dqleuq euri,ec oraireus ft norraiiuQ uop E'l .»tsay pdes lembes d e'lneesà-v-sid ture vis d'ouverlIa ua letu pprong nn saau àouve ed exodtnatsnoC :leopin-PanJe «optr-eaporeld  upatriarcat orthoetna ud rtémlopoe itmaDainsk, osI. Man Iaticde Vtnni eocecttia snution clat  eue tirpse'l ed éti de l'ouoursuitecœmunéqievtrru ecae olth'E lisgl tsep aleuqi'C .
cn ecautleelv siant la libératioed nh'l emmo te  dsaivélncradee rppoos nie ners  l'equ'àieurxtérilgE'L .rpmoc ese qud endaen tlanes de les origi etee lla'htiémserche chlee res d ne snassuaib i mass demènehénoe ssiles'LgEes .irvrouéc ddee ail te sesuac sel seli « :anAvtot va'lrine ed gE'lrevaloriser l'autui  l'sgatid  eatélév rur srseuec snovusoporp s Cons du et cileo irl seitnoneater erehcèinad er ure mneeu pêtt onsut or solni ,u»8. Plucher Die es iuq ,snoitaniéals les teou tms,ehtiéd a'roemus fe sofestmanion ed tn sellevuesodthmés det  enenaiatntnor,ti e exduirsémepressap arot selv neueig jurquus m'àllgéaiilét ,érivser les méthodes paur neurtoree oc al ed epicnire l'ur dérie'int iuqiasnes ,gEila  lcedéouomirvonoitl à artnasile chaquetorité dted  erpé êvuq ent lséda proeursp ueL sep solpsehr clar é.ntieétdiccosédesilatneopéens. Il faut p uelpsen noe rus neltcuesures drevnel sna sneicede itut'dtane tngem chat un toutse'c ; esilgE'le  dtélisaerivunnod  e'l auqseit aussi l. Il y aeicasesusèrtdua rfpas oirmfo, es eegtul  eotétd La nin. humanre itpecnoc ellevuou  déeidl'e  donvinia p eppueld elais deris le r ellirév al ieivpoa ibss sté lurtousnit  chr lessne téeiul stsp ue qrtfoi que  civid seln aL .esostalgie de l'unti éed shcéritnefas  citpsorve aec c elll edinu'a  lur séeas bste iuq ,snoigilerpirirs saleues vecd ssnanniaeroctiréneen eescht uh ,niameut-sellans des tenues dio,sc no s àalf d ne noied srohedeé itilpteméd r sedbiellgsil E'ontis fr visèrestnoml ertta'duti Ce.teeton de néevsrl sea tuer se de l'Eglise enenu alp co eepucfaà  pit tcet ouoisn .tEser legi judaïsm ici, le noitaralcéd erut enemttnee rlpaL  erè.eucilrait fute laet dprojou bhidde,sm'h ld-nisiuo..em'L .religions tellesq eul i'lsma ,elve aueogres lec atnesérpc ed stnse vEglientreut dnerpeeridlau  n dans l'ère fois arp-eim ,oprul ueoqoù, trnoépe lati à eecnapac es pme d comsentarsipaapms ehtié'a lete ncyaro-cnon al ,eriotsihJ DUÏAMS.EL E'lg CHRÉTIENS ET LELEUTE ELERTNSEL  LdeNI'U STÉRIPI tnu inooptr emincroes is quyantugolaid l ceva e ssee isdue ciou52a sn .d peiu sl'Egliseruisent            .    éj dlàà utTost eiu sa qcattialé ojtygr W3, M 196téd iuq setsin-rdemos urreerx au, pp. 1798-1799.-ipaèr sCD )91568.88 M 7inali,skD 6 91 C ,561 .p                                hoat Con(ce qulicoD 5   itatnemu M 9inal.  p9.18tic p ,é,iks.po 
3
. 191.  Wolar Kmi aon MutneC eL ,alytjo Mal0. 8 198rionti,é.pc ,io niksen sicneed sno t culpress antureeuqig-olpxe tnemreièrrbahoycpss elc rhsiitnasiemlicables contre  étncevanos rah s',  eil pstseréanisfric L'aen !orép tuemeneanhcpojaa  ln,ioatisnaid-ni'l ,noitalicisme du catho ,te.c ,inasitnoel Ccoa aisss.re tneecénr eslèvé àteisns greai fel remreatsbus s chrncesnnesétie seld naluutruc . reusNoav ss on euqtuotlec 'n aest ni simple nif cali e àérlasinif al tse'C .reon Cdee èrl'e  dartc ,actnni-sat'entar lée périsetcitne etnerts  eellet  lreut'anert e'lt ôren ,t l'EtatEglise eS udtniapmE  eri larnaa saise ncul sahtup iotnp , illustrée au pèlborp eé'l : emntvades avgrn  u .oNcèelmoemsus in aromaè siu IXEgl'seliens e tralernoit sna selvelles drmes nounod  eofalobaritntlaAl. seeugilier étrebil al à lisel'Eg de roiteld ta ,'ltEe  t revalorisation ed salcï sadsnl lu plos , in fil tualrapd real edes ent s œcidéeqieumunénu e s àe isgl'Efien, etéd ud ,nmeppolevihtsioerd na s'llise»9.  de l'Egocnieunnehcé ellré pntseus j'àqusem e llc raet,s dèsque,ent ontros snoitatic seCanrtpoims rè tntrer qu'ils sont oNsua llno somtnnsraivcrt,an'a dtsujéifi ; st neprogées isteresssioirpcé sdi nelCre  due. ieovaca'l ed sqêv-ehcretbmer1  u22s pere est da premiènoC gérg al è331urcodes 5,96u  aedM no saritcéales delqu, qubordL .elicnoC el tndaen platyoj Wgruééndes ieta dnt? tnseC nof emedaires ce commentàja ev cnrne téd éisé ré-vtre it ê eodettxL  ela.es-ou sà, l a yIl .5»snes ec snadroire quance à cl  aetdnajectn,eerexcecian dl's srepennoot e etueitn trore seév son  de e escultsnoc ice al etsiet, euDi cenu' q àottuh moem .rOdignité commune ed ,ios en ,uep n  ultcuere néroal ed setimil segilie- rtéerib lê rtartid veuees la  surndéee fo .ell rO iolarom fsedeontee e xtr gèel ss rud sees. Fondjuridiqu lur séemoi loa al ,elartreb-il ligié re ne euseê rteptuimét eilpae lar oi lue q is llecic-etse  elle-même confomr e àall iom roll'ecoe èrnique ettered tropc à  par rapet c'estnoenll eci-oepsrn  Es.ntyaro-conn te stnayorc er entoguedial du abesnu eut esnitengial rser snope ilvrdet aiulso erdio,tl  eoCcnmême temps que ciféd al d noitint esC'. oiquurpod  easegortiecd ité abil l'udansétr le-iall bire «La décgieuse :arénq eloitaég nittae  d duiatébocmmed se  tnoenatièen mtés unau el rus noitaralrspea  ldet oidroirs civils, mai sustruo t àalp  rreigelusiesee fér  erè xuavuopcialo-soppose su eop enué httreée nnsoere.inmahutrop aL cihté eéait inattout à f nomni setdn.uE ane esné qdetruaitauà noal ,tis d'union ocatconves se  ticelc nont onsioataréppr tatlusér nu ue ireml é'at t'dseprit du prélat sl ruif ailand étCou ilnc: e a «Lelc ev can lraidyla,Wojtome, à R3691 ne erp eC .xt eermixp eitra,7ikler aM esnildue èr Pn 'uvrlilie tua eisnq 'us entretatant lec seL .4 ertipah caun ioatarcldésed itérno tses vant suiionsitatneai. »6usNotu é al srepennomuh ements de cette idreno sel sofdnu,ie Ddepls ai mn emmoc  noitagéonscde ce deiencc motutôat temé a  ldet  eieogolnon ,eigolohcysp à ludiée ét êtrosicl  a eeda'di :esL' «ilnciriaved tiaréhtaemsicée devat prononèPer soctn2 61 1c elle ; enrecnoishéatl'fut  eme eadixmè u82etd temb sep965 re 1al eler oigioc nidnséeérLa. eu dedl  aéviréto  ude la fausseté dvi ecet-o jbroemla nr à féree rés sruojuot tiod leramoi loa  ls, .eDp ulidlagoeubase au rvir de ap tes slosbnemupee  autltcu nesde ttes les ous uo sà t dapeel se,llretunemuom ctneiro tan noita cette soi-disan .'Cse topruuqios leesâme  deuDiuq téd eruot rennité l'u chr dessn ;téeif ianoa pas det éa gdes  rus stnimehc ecn. L'Eglise est epsrauéd,ec moemam js aipaauvara ,tn euqq ecu iu t'dree aRnhra toué nt jes oautrdroartxe elôr nus ces an dreaiinrppératartvaua x'objectioires. LXX n IIIed faeJ t anuttoaiétavt ilohtac-eD .seuqêm mets on ndee méniss iq eunestéolos ths augien .J inaDuolé.Y ,en H driLue c,ba ..RL moabdr,iK  Congar, H. Küng orseu lmérixp etno snoitagérgnoes cblèm pro desjuteuas no sipin gunndraaus i ss,seriam icnoiailues laïccatholiqategd  ep uocrneiqol. uen Noulsenemeel tvé seuqênière aussi ampl e'lponioi nacht ses leturieéruparénég sc sed xues us, lrsitnivetaohséc eu sl-qiitérenneesilhc scos ilnc Js.aiamsne tnerr letaoierses Eg les divno siamaj ,noit-mae  ddéon s'a nnu enn u aoc e'npara préargesi l .nUn uoevuac ilve de l'Evangilecel eruttta itner dee unuvnoleeln  ée tsl seadsnré-cche que,iproétnolov orppa'd el ct,mane'u duit dans t. Surtou thcnaégaylbmene i aroncEgl'seliruei ed i'l rétnemanur ds poenterev-xif  sov tedenèvéls'e qulihotac ednom el tuo
 4l  erdioD a'obdrl snr setalesnoint e lregl'Ee istel E'at»t ,'cset-à-dire la sécul al à tr étrebiusieigeléll' «e,taoibarof ro nednouvmes s daellep tadrocnoc ud niois-vréa  lenlii attEta à'ldn édemai a n qutical tsaV e.euqe'C at clihol'e atEtr fesud tEta ,elon de l'larisati ptéciliemquliube's epapéf tse ner 1évri le 984,uq.eohil91f L  euspln  uatEtat catI' eils en tio constitution, luo ruq,ed na sastionlisantradécerud réeii'tnà l  pla, téliiaégll« al ed noitomorerre, à Saint-Pisil  aocoRem .uPt au ldet en hdulp , ecaol aaigg sal nede  tcï»s la doncructdestocsipé sl ,selapalev«ra ioatisortrnaecc orsiastne des conférence'l eilgE,»ese'c -àstir-dl'e poimN uo sevonsnd  eXXIII ET PAUL VIECÉDUESSJ SR NAE IULETI ES SRÉ PII- RT E-NAPJ AErtiee paHAPI.  C al snadmèisiortimt inpot anrtporons ce éveloppe .oNsud ivcsrélanimue stnt aomicap tnu s li'se'nt qugnanoulie, solugid-ad  emoem hune mmcoe ornce tnetnesérp el  dirl'e ecélonti ed naeJuaP-II l déclarations del  arpseesa  uos éé,rtbe, téliganret-arfseL .étiu à apearancla fnoenm-ça :iLir e ,eillecrt egoli drtdre que sei ettnà p tn sniicune autrenser à msinémucœ te étioi pisro tes Ce.legiétr bire: l gialollée, cieustic sel ofrap re aui lildee ivrrnep sr« tn,»saasc'esis, ujout tod seinre sreepapdée bélimeré lnt éeJnaX IXII .'Ss qui ont précéden, insobet aiét ne li's ,noitatgnorII iaul an-P eeJ tuqrtnam no6219No. tooce britam'd nrap  nu e constacer cett serfnrosua llnoaprèse, ngt s viel siscèlaubedb tsenemtit aiét, duos eéntnemenian voile s'étend us red siscèel s cdehoatcilie,smmoc s em'l iilgEnoicelC uo ralp e passivExcele. utpur enu'uq ecr ue,inssdee  sremdritaoiovril a'itionneln incondvissêm e ,elecxe Wgrtyoj, me MdesAis e'delsunaadn scunioa rée, lmoR ed eugoganysa  l àfsui jes la'rfcinaneocerl . C'est ligions»el ser st edetuothann éo ose«pu ctivrspea vie, ld jée'ts nep,àe ud jles  Ce.smaïelaicépsnad tnema rencontre avecelp orettsna,tl e br8319u  ampteetis ud d 11mecéa  lst'e c :e»isecnassiannoc-er« l'hdansent présE'lgedl ri esiotes lut as uensdanoig ,»s serilereurs spi des val soctnneirutleelellec edepap ud s det  es.reêtpredl oi nrotia'tupécié, sent alemu à«é enlehci elonnce nusqjuà u'L œ'ucéminms,ee nfin, développé  tia seli suva l ensplt cit- anqmê erpgosn ,elm nvic-tiomêmes comis sèrt tse emmraogpre  Ce.mmranist soprtioe  nsumee réet sple l 'i slet,oier plam tne éruouQ .testera. Mais, cosnn eenl  eoc-ngi ailu'i nsait nonerpmoq neib s'il e quvingy a ru'duaojapcruh