L’autorité de la tradition apostolique
30 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

L’autorité de la tradition apostolique

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
30 pages
Français

Description

Brouillon d'une étude sur l'intersection entre la “Règle de foi”, la canonicité biblique et l'apostolicité protestante.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 19 décembre 2020
Nombre de lectures 4
Langue Français

Exrait

L’autorité de la tradition apostolique, la
Regula fideiet le texte canonique du N.T.
(ébauche)
« Et ce que tu as entendu de moi en présence de beaucoup de témoins, confie-le à des hommes fidèles, qui soient capables de l’enseigner aussi à d’autres. » — 2 Timothée 2:2 (Colombe) « Laissons donc là les soucis vains et inutiles, rangeons-nous à laglorieuse et vénérable Règle de notre tradition. [...] Les apôtres nous ont été dépêchés comme messagers de Bonne Nouvelle par le Seigneur Jésus-Christ. Jésus-Christ a été envoyé par Dieu [le Père]. Le Christ vient donc de Dieu [le Père], et les apôtres viennent du Christ : ces deux choses découlent en bel ordre de la volonté de Dieu [le Père]. » 1 — Clément de Rome,Épître aux Corinthiens, 7:2 et 42:1-2 « Si quelque part venait quelqu’un qui avait été dans la compagnie des presbytres, je m’informais des paroles des presbytres : ce qu’ont dit André ou Pierre, ou Philippe, ou Thomas, ou Jacques, ou Jean, ou Matthieu, ou quelque autre des disciples du Seigneur. » — Papias de Hiérapolis,Explication des Paroles du Seigneur, c. 120 ap. J.-C. « Il est certain que la vérité ne peut se trouver que du côté de ceux qui suivent religieusement laRègle de foidonnée à l’Église par les apôtres, aux apôtres par Jésus-Christ, et à Jésus-Christ par Dieu [le Père]. » 2 — Tertullien de Carthage,Traité de la prescription contre les hérétiques, chap. 37
¨
1 Hippolyte Hemmer,Clément de Rome : Épître aux Corinthiens ; Homélie du IIèmesiècle, Librairie Alphonse Picard & Fils, Paris (Île-de-Fr.), 1909, p. 19 et 87.
2 Antoine-Eugène Genoud,Œuvres complètes de Tertullien, Tome 2, Éditions Louis Vivès, Paris (Île-de-Fr.), 1852, p. 372.
·1·
Table des matières
1. Le rôle des apôtres dans la transmission de la révélation canonique .......................................................... 2
2. L’apostolicité de l’Église et la catholicité de l’Église....................................................................................... 3
3. L’étape initiale du mode de révélation exclusivement orale .......................................................................... 5
4. L’étape intermédiaire du mode de révélation mixte (orale et écrite) ........................................................... 9
5. L’étape définitive du mode de révélation exclusivement écrite ..................................................................11
6. La doctrine patristique de la primauté des Écritures Saintes......................................................................13
7. La compréhension correcte de la canonicité néotestamentaire...................................................................15
8. Exemples de micro-confessions de foi dans le Nouveau Testament .........................................................19
9. Exemples de micro-confessions de foi dans les sources patristiques.........................................................20
10. Les pièges du biblicisme et dusolo Scriptura4......2...........................................................................................
11. Bibliographie......................................................................................................................................................... 27
¨Traduction de la Bible utilisée dans la présente étude : Louis Segond à la Colombe (Alliance biblique universelle + Alliance biblique française, 1978) ; excepté indications contraires, le cas échéant. ¨
1. Le rôle des apôtres dans la transmission de la révélation canonique
Dixit Christopher Cone : « Christ, en promettant la venue du Saint-Esprit, a précisé son rôle de révélation et d’inspiration des écrits du Nouveau Testament (Jean 16:12-15), et mandaté les apôtres de témoigner de la vérité qu’il révélerait […]. Les apôtres déclarent donc que leurs Écrits sont inspirés […]. Ceux qui sont spécifiquement désignés comme apôtres sont auteurs de la majeure partie du Nouveau Testament. Cependant, ce ne sont pas tous les livres du Nouveau Testament qui ont été écrits par des apôtres. Les auteurs qui n’avaient pas le statut d’apôtre ont toutefois
·2·
certainement reçu le don de prophétie […] et chacun a eu un ministère significatif en association 3 directe avec les apôtres . »
Dixit Daniel Durand : « Après les qualifications, nous arrivons aux fonctions de l’apostolat que nous apprécierons en trois sous-points : Témoigner [1 Jean 1:1-3, Actes 1:21-22] ; Prophétiser pour terminer le canon biblique [Jude 3] ; Jeter les bases de l’Église [Éphésiens 2:20]. […] Donc, la première fonction de l’apostolat que nous avons vue est qu’ils sont témoins de la résurrection du
Christ. Ça nous amène à la deuxième fonction : Rédiger les derniers Écrits qui manquaient à la révélation, ce que nous avons dans le Nouveau Testament. Frères et sœurs, tout ce que nous croyons de Jésus vient de ce que les apôtres [ou des évangélistes œuvrant sous la supervision des apôtres] ont rapporté et mis par écrit dans le Nouveau Testament. […] La foi, c’est le contenu, l’héritage apostolique que les apôtres nous ont légué et c’est pourquoi l’Église, selon Actes 2:42, persévère dans l’enseignement des apôtres. Les chrétiens doivent recevoir comme Parole de Dieu, inspirée et 4 inerrante, cet enseignement des apôtres . »
¨
2. L’apostolicité de l’Église et la catholicité de l’Église
Définition/description de l’apostolicité:
ë« L’apostolicité de l’Égliseconsistenon pas en la présence de successeurs des apôtres en son sein, mais en safidélité à l’enseignement des apôtresconsigné pour nous dans le Nouveau 5 Testament . » ë« Lefacteur fondamentalpermettant de déclarer canonique un livre du Nouveau Testament était son inspiration divine, le test principal étant son ‹ apostolicité ›. […] ‹ L’Église était édifiée “sur lefondement des apôtreset des prophètes” (Éphésiens 2:20). […] Il est dit que l’Église de Jérusalem persévérait dans “l’enseignement des apôtres” (Actes 2:42). Le terme
3 Christopher Cone,Introduction à l’herméneutique et à la méthode d’étude biblique, Éditions Impact, Trois-Rivières (Mauricie), 2015, p. 68-69.
4 Daniel Durand, « Le ministère apostolique (partie 2) »,Parole de Dieu, http://parolededieu.ca/ressources/sermons/danieldurand/le-ministere-apostolique-partie-2/,publié le 18 juin 2020.
5 Sylvain Romerowski, « Apôtre »,Grand Dictionnaire de la Bible, Éditions Excelsis, Charols (Drôme), 2010, p. 119.
·3·
apostolique, tel qu’il est employé pour le test de canonicité, [signifie que c’est]l’approbation apostolique qui fut preuve essentielle de canonicité, et non uniquement la qualité d’auteur 6 apostolique ›. »
Définition/description de lacatholicité: « Nous proposons trois critères de catholicité : 1.Lacatholicité de doctrine, qui est première et source des autres et quiconsiste en la possession de l’Évangile tel qu’il est résumé dans la proclamation qu’en ont fait les apôtreset dans leCrédo. 2.Lacatholicité dans l’espace, c’est-à-dire l’universalité [géographique]. 7 3.Lacatholicité dans le temps, c’est-à-dire l’antiquité [= l’ancienneté] . »
L’apostolicité de l’Église découle du rôle initial crucial des apôtres. Voici une description de la façon dont le réformateur suisse Heinrich Bullinger (1504-1575) articulait l’apostolicité protestanteavec la Bible dans ses ouvrages intitulésLa foi ancienne : Une démonstration évidente tirée de la Sainte Écriture que la foi chrétienne a persisté depuis le commencement du monde (1541),Cinq Décades qui sont cinquante sermons (1550),Les Églises évangéliques ne sont ni hérétiques ni schismatiques mais clairement des Églises
orthodoxes et universelles de Jésus-Christ(1562) etConfessio Helvetica Posterior(1566) :
La première partie [desDécades] s’ouvre avec douze documents provenant de l’Église ancienne. […] « Le choix de ces textes manifeste l’affirmation constante de Bullinger d’être de la foi ‹ ancienne et orthodoxe › ; […] Ceci participe à la préoccupation incessante de Bullinger de montrer que la foi réformée est celle de la première Église, celle qui passe par Nicée et Chalcédoine et, en plus, que les premiers Pères et Conciles se référaient tous à l’Écriture. » […] Cet ouvrage de Bullinger [= l’Helvetica(1566)] est son effort formel capital
de parler au nom de l’Église catholique [= universelle], orthodoxe et réformée. […]
« Bullinger, [dansLes Églises évangéliques... (1562)], n’oppose aucunement le saint canon des livres reçus au témoignage de l’Église vivante. Plutôt, il contre-balance une tradition ou un témoignage digne de foi [celle du N.T.] à une tradition fausse. Il ne coupe pas l’Église patristique de l’Église apostolique [comme le fait le romanisme], bien plutôtil reçoit la
6 Josh McDowell (citant Norman Geisler and William Nix),Le verdict : Complément d’enquête, Éditions Vida, Nîmes (Gard), 2007, p. 25.
7 Maxime Georgel, « La catholicité des vaudois »,Par la foi,https://parlafoi.fr/2018/08/31/la-catholicite-des-vaudois/, publié le 31 août 2018.
·4·
tradition patristique pour autant qu’elle soit conforme au témoignage de l’Église apostolique contenue dans le canon: L’Église évangélique est en communion avec – et [est] dans la succession véritable de – l’Église catholique [= universelle] de toutes les époques qui reçoit ce témoignage. Pour Bullinger, il n’est pas question d’attaquer la tradition de l’Église ; bien au contraire, il cherche à affirmer la vraie tradition de l’Église catholique [= universelle] qui consiste en la fidélité au témoignage des Écritures. » […]
« La conception de l’Église qui est fondamentale à la pensée des réformateurs […] avait de
profondes implications pour ce qui concerne la doctrine de la succession et avec celle de la notion de la catholicité. […] Dans la théologie […] de l’Église catholique romaine, la catholicité de l’Église était garantie par la succession apostolique. […] Les réformateurs se dispensèrent du besoin de recourir à la notion de la succession apostolique, la remplaçant par celle de la succession de la vérité. De même, l’Évangile de la vérité était considéré comme suffisant pour assurer la catholicité de l’Église. »
Ainsi, l’apostolicité de l’Église, si étroitement unie à sa catholicité, n’était plus assurée par une succession humaine quasi-matérielle. […]L’apostolicité de l’Église, dans la vision des réformateurs, était liée uniquement à sa conformité à la doctrine et à la pratique des apôtres telles qu’elles nous sont révélées dans les Écritures, reçues par l’Église comme canoniques et qui en constituaient, par l’action du Saint-Esprit, le fondement unique de la vie 8 éternelle .
¨
3. L’étape initiale du mode de révélation exclusivement orale
8 Jean-Marc Berthoud (citant Edward Dowey, Aurelio García-Archilla et Paul Avis),L’histoire alliancielle de l’Église dans le monde, Tome 2 :L’aboutissement thomiste, l’automne du Moyen Âge [et] le renouveau de la Réforme, Éditions Messages, Lausanne (Romandie), 2018, p. 487-491.
·5·
Avant d’entrer dans le vif du sujet de cette section, voici un bref exposé sur la culture orale au Moyen-Orient sémitique en Antiquité qui nous permettra de nous familiariser avec le contexte 9 sociohistorique de notre point de départ (l’oralité religieuse antique) :
TRANSMETTRE DES CHOSES
Récemment, les érudits du Nouveau Testament ont étudié l’oralité et continuent à en débattre. Ils se sont penchés sur la façon dont le monde antique transmettait les récits et documentait l’histoire, en particulier lorsqu’écrire des choses s’avérait coûteux et qu’on le faisait rarement. Une façon de se représenter cette discussion est d’appeler cela « combler l’écart ». [L’écart,] c’est l’espace temporel entre l’événement et son enregistrement éventuel [sur support écrit]. Comment l’Église a-t-elle fait circuler les faits concernant Jésus avant de les consigner dans un Évangile ?
Le processus de l'oralité antique fournit quelques réponses. Certains érudits avancent que les
anciens avaient des moyens pour transmettre des récits en préservant l'essentiel des événements décrits. Les histoires étaient communiquées haut et fort et étaient bien liées au passé. D'autres restent sceptiques. Ils comparent la façon dont l'Église a transmis ces histoires au « jeu du téléphone », en alléguant une distorsion. [...] On prétend que les Évangiles perdent contact avec le passé. Est-ce vrai ?
LA TRADITION ORALE
Cette perte de contact avec le passé pourrait être le cas dans la culture moderne avancée d'aujourd'hui, mais plusieurs caractéristiques et pratiques suggèrent des résultats différents dans l'Antiquité avec les Évangiles. Kenneth Bailey [...] a remarqué des choses intéressantes sur la façon dont les histoires et les événements se sont transmis dans cette culture [bédouine] moyen-orientale établie de longue date. [...] Si un conteur du récit déformait un détail crucial, un aîné prenait la parole et corrigeait la déviation. Selon lui, ces cultures orales semblent plus proches de l'Église primitive que de notre culture littéraire, de sorte que le résultat n’est pas
semblable au jeu du téléphone. [...] La possibilité que des personnes faisant autorité puissent
9 Benjamin Simpson et Darrell Bock, « Minding the Gap : Orality, Memory, and the Gospels »,Dallas Theological Seminary Magazine, Vol. 5, N° 3, automne 2019, p. 8-11. Traduit de l’anglais au français par l’auteur du présent document.
·6·
corriger la récitation si elle s’écartait trop de la norme existait [Kenneth Bailey, « Informal Controlled Oral Tradition and the Synoptic Gospels »,Themelios, N° 20, 1995, p. 4-11].
Ce résultat introduit le rôle que les apôtres ont joué dans la circulation de ces récits à travers l'Église. Dans Actes 1, lorsque les apôtres ont remplacé Judas, ils ont rendu « nécessaire » le choix d'un des hommes qui avaient été avec eux pendant le ministère de Christ (v. 21-22). Pourquoi exiger cette expérience comme qualification ? Parce que le remplaçant devait savoir ce que Jésus avait enseigné et connaître les événements de sa vie et de son ministère. L'un des rôles des apôtres était de superviser le message de l’Évangile. [...] L'un des éléments qui protégeait la mémoire était donc que l'Église assignait sa supervision à un groupe bien informé, un groupe qui savait ce qui s'était passé. [...]
LA MÉMOIRE
La mémoire est un autre facteur dont les érudits discutent à propos de la période d'écart. Les sceptiques prétendent que les souvenirs s'effacent, et les avocats argumentent qu'ils le font, lorsqu'ils interrogent des témoins. [...] Cependant [...] cette souvenance n'est pas simplement à propos de données remémorées trois décennies plus tard. Jésus a changé leurs vies. Les disciples ont dû répéter ces histoires oralement, alors qu'ils enseignaient l'Église, en les répétant à de multiples reprises avant de les enregistrer dans un Évangile. L'écart de temps n'est pas aussi long que le dépeignent les sceptiques. [...]
Les récits ont circulé publiquement comme des morceaux de la tradition reçue et répétée. [...] Entre la réalité de la mémoire collective et supervisée et sa répétition à travers la récitation, les récits de l’Évangile ne sont pas restés en sommeil pendant trois décennies. Au contraire, ces ministres témoins oculaires se sont rappelés leurs expériences répétitivement avant leur enregistrement. [...]
LA CLARTÉ
Comment les Évangiles ont-ils comblé l'écart entre l'événement et l'enregistrement ? Les dirigeants dans l'Église ont supervisé la transmission officielle d'une histoire répétée impliquant de multiples témoins qui avaient eu une expérience profonde de Jésus. Les témoignages qu'ils ont donnés étaient donc bien connectés à ce qui s'était passé. Quand le temps est venu d'enregistrer les Évangiles, la pratique d'une oralité prudente avait comblé
·7·
l'écart et conservé le lien du récit avec le passé. C'est ce que le processus de l’oralité antique nous dit.
Bien que cela puisse surprendre les Occidentaux modernes pour qui l’écriture et la lecture sont des réalités omniprésentes dès leur tendre enfance, apparemment, dans l’Antiquité, la transmission orale était souvent jugée – aussi bien par les chrétiens que par les juifs ou les païens – comme étant plus 10 fiable que la transmission écrite . Cette mise en contexte étant effectuée, nous pouvons maintenant nous intéresser à la progression de la communication des oracles divins pendant la genèse historique de la Nouvelle Alliance.
Canevas conceptuel de cette gradation révélationnelle « de l’oral seul à l’écrit seul en passant par la 11 mixité orale-écrite » : Excellent article duBlog Chrétien Protestant.
Cet extrait de l’Épître de Clément de Rome aux Corinthiens, écrite vers l’an 96 (au plus tard) et relatant des événements survenus quelques générations plus tôt, nous donne un coup d’œil sur cette phase 12 précoce de l’enfance de l’Église :
Munis des instructions [orales] de notre SeigneurJésus-Christ, pleinement convaincus par sa Résurrection, et affermis dans leur foi en la Parole de Dieu,les apôtres allaient, tout remplis de l’assurance que donne le Saint-Esprit,annoncer partout la Bonne Nouvellede la venue du Royaume des Cieux.4 À travers les campagnes et les villes, ils proclamaient la Parole, et c’est ainsi qu’ils prirent leurs prémices et après avoir éprouvé quel était leur esprit, ils les établirent évêques et diacres des futurs croyants [cf. les modèles posés en Actes 6:1-5 pour les diacres et 14:23 pour les évêques/presbytes].
Papias de Hiérapolis,Explication des Paroles du Seigneur, c. 120 ap. J.-C. : « Pour toi, je n’hésiterai pas à ajouter à mes explications ce que j’ai bien appris autrefois des presbytres et dont j’ai bien gardé le 13 souvenir, afin d’en fortifier la vérité . »
10 David Vincent, « Papias de Hiérapolis et l’origine des Évangiles »,Didascale,http://didascale.fr/papias-de-hierapolis-et-lorigine-des-evangiles/, publié le 18 avril 2018.
11 Alain Rioux, « De l’oral seul à l’Écriture seule »,Blog Chrétien Protestant,https://blog-confessant.blogspot.com/2009/06/de-loral-seul-lecriture-seule.html,publié le 24 juin 2009.
12 Clément de Rome,Épître aux Corinthiens, 42:3-4, reproduit dans Dominique Bertrand,Les écrits des Pères apostoliques : Texte intégral, Éditions du Cerf, Paris (Île-de-Fr.), 1990, p. 101-102.
·8·
¨4. L’étape intermédiaire du mode de révélation mixte (orale et écrite)
Éléments d’explication de la transition graduelle « de l’oral seul à l’écrit seul en passant par la mixité 14 orale-écrite » .
Textes bibliques illustrant la coexistence des révélations orale et écrite (mixité révélationnelle)…
ëÀ celui qui a le pouvoir de vous affermir selon mon Évangile et laRomains 16:25-26 : « prédication de Jésus-Christ [...]26manifesté maintenant par les Écrits prophétiques, [...] d’après l’ordre du Dieu éternel, et porté à la connaissance de toutes les nations en vue de l’obéissance de la foi. »
ë2 Corinthiens 10:10-11 : « Car, dit-on, ses lettres sont sévères et fortes ; mais, présent en personne, il est faible, et sa parole est méprisable.11Qu’il tienne compte de ceci, cet homme-là : tels nous sommes en parole dans nos lettres, étant absents, tels aussi nous sommes en acte, une fois présents [= oralement]. »
ë2 Thessaloniciens 2:15 : « Ainsi donc, frères, demeurez fermes et retenez les instructions que nous vous avons transmises, soit de vive voix, soit par lettre. »
ë1 Jean 1:3 : « Ce que nous avons vu et entendu [par audition], nous vous l’annonçons [par écrit], à vous aussi, afin que vous aussi, vous soyez en communion avec nous. Or, notre communion est avec le Père et avec son Fils, Jésus-Christ. »
ë2 Pierre 3:1-2 : « Voici déjà, bien-aimés, la seconde lettre que je vous écris. En toutes deux, je fais appel à des souvenirs, pour éveiller en vous une claire intelligence,2 afin que vous vous
13 Papias de Hiérapolis,Explication des Paroles du Seigneur, cité dans Eusèbe de Césarée,Histoire ecclésiastique, 3:39, cité dans ibid., en ligne.
14 Alain Rioux, « De l’oral seul à l’Écriture seule »,loc. cit., en ligne.
·9·
15 souveniez des prédictions des saints prophètes et du commandement du Seigneur et Sauveur
(transmis) [oralement] par vos apôtres. »
Textes bibliques attestant que les documents composant le Nouveau Testament ont bel et bien le statut et l’autorité d’Écriture Sainte, qu’ils sont effectivementscripturauxinscriptués») : ë: « À ceux qui sont mariés, j’ordonne – non pas moi, mais le Seigneur –1 Corinthiens 7:10, 17c que la femme ne se sépare pas de son mari ; [...]17[...] C’est ainsi que je l’ordonne dans toutes les Églises. »
ë1 Corinthiens 14:37-38 : « Si quelqu’un croit être prophète ou inspiré, qu’il reconnaisse que ce que je vous écris est un commandement du Seigneur.38Et si quelqu’un l’ignore, c’est qu’il est ignoré (de Dieu). »
ëColossiens 4:16 : « Quand cette lettre aura été lue chez vous, faites en sorte qu’elle soit aussi lue dans l’Église des Laodicéens, et que vous, vous lisiez également celle qui vous arrivera de Laodicée. »
ë1 Timothée 5:18 : « Car l’Écriture dit : “Tu n’emmuselleras pas le bœuf qui foule le grain”, et : “L’ouvrier mérite son salaire”. » Dans ce verset, deux autres textes bibliques sont cités côte-à-côte comme faisant partie intégrante du corpus des Écritures Saintes. Le premier, Deutéronome 25:4, évoque le travail agricole au Levant. Le second, Luc 10:7, traite de la rémunération des évangélistes itinérants en Asie mineure. Ces deux passages sont pareillement qualifiés d’« Écriture », indiquant que l’Évangile de Luc fait partie de la révélation canonique au même titre que le Livre du Deutéronome.
ë2 Timothée 3:16 : « Toute Écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour convaincre, pour redresser, pour éduquer dans la justice. »
15 « Paroles qui ont été dites auparavant » (Martin), « choses qui ont été prédites » (Ostervald), « choses annoncées d’avance » (LSG & NEG), « paroles dites à l’avance » (NBS & TOB), « paroles prononcées autrefois » (Segond 21), « paroles qui ont été dites à l’avance » (Darby 21), « choses prédites » (Jérusalem), « paroles dites autrefois » (Semeur).
·10·
ë[...] Ce salut, annoncé à l’origine par le Seigneur, nous a été confirmé parHébreux 2:3-4 : « ceux qui l’ont entendu.4 Dieu appuyant leur témoignage par des signes, des prodiges, des miracles variés et par des communications du Saint-Esprit selon sa volonté [du Seigneur]. »
ë2 Pierre 1:19-21 : « Et nous tenons pour d’autant plus certaine la parole prophétique à laquelle vous faites bien de prêter attention comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur [...]20Avant tout, sachez qu’aucune prophétie de l’Écriture ne peut être l’objet d’interprétation particulière [= subjective/ésotérique],21ce n’est nullement par une volonté humaine car qu’une prophétie a jamais été présentée, mais c’est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu. »
ë2 Pierre 3:15-16 : « Considérez que la patience de notre Seigneur est votre salut, comme notre bien-aimé frère Paul vous l’a aussi écrit selon la sagesse qui lui a été donnée.16C’est ce qu’il fait dans toutes les lettres où il parle de ces sujets, et où se trouvent des passages difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme elles le font du reste des Écritures, pour leur propre perdition. » Cette affirmation de l’apôtre Pierre démontre que les premiers chrétiens inclurent immédiatement le recueil des lettres de l’apôtre Paul dans le corpus des Écritures canoniques, au même titre que le Tanakh (l’Ancien Testament / la Bible hébraïque).
¨
5. L’étape définitive du mode de révélation exclusivement écrite
Aboutissement final & définitif de la progression révélationnelle « de l’oral seul à l’écrit seul en 16 passant par la mixité orale-écrite » .
Jude 3 : « Bien-aimés, comme je désirais vivement vous écrire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligé de le faire, afin de vous exhorter à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes. »
17 Ajouter la panoplie de versets bibliques établissant la doctrine dusola Scriptura.
16 Alain Rioux, « De l’oral seul à l’Écriture seule »,loc. cit., en ligne.
·11·
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Livres Livres
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents