L

L'ONCTION COMME UN TORRENT - Pour que rien ne soit trop difficile pour vous

-

Français
35 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

L'Onction comme un torrent pour que rien ne soit trop difficile pour nous dans notre vie à l'image du prophète Élisée qui reçût une double part de l'onction d'Elie.
Désiriez-vous que tout aille pour vous comme sur des roulettes aussi bien du domaine financier, matrimonial et même sanitaire ?
Désiriez-vous connaître aucun blocage et ce, à tous niveaux de votre vie ?
Voulez-vous attirer tout ce dont vous avez dans votre vie sans grand effort ?
Le secret: L'Onction surtout comme un torrent
Ce produit livre vous détaille comment faire pour laisser couler cette onction de sorte à ce que désormais rien ne soit trop difficile pour vous pour mener une vie comblée et réalisée.
Ne manquez surtout de vous en procurer ce livre qui vous révélera le secret pour que l'onction coule dans votre vie.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 08 août 2020
Nombre de lectures 4
EAN13 ASIN : B07RG6
Langue Français
Signaler un problème
1
L’ONCTION COMME UN TORRENT
BUT : « Avertir chacun, instruire chacun en toute sagesse afin de rendre chacun parfait en Christ » (Col1, 28).
Saviez-vous que faire pour que rien ne soit trop difficile pour nous ?
Saviez- vous que faire pour être mis au large à tous égards ? (Ps 117,5).
Voudrions- nous accroître notre territoire comme ce fut le cas de Yaébeç ? (1Chr 4,10).
Voudrions- nous manger les meilleures productions du pays ?
Voudrions-nous porter du fruit qui demeure jusqu’en vie éternelle ? Le secret : L’ONCTION. Non seulement l’ONCTION mais comme un TORRENT. C’est lorsque
2
l’onction coulera en nous comme un torrent qui déborde alors:
1-Plus rien ne sera trop difficile pour nous à l’image du prophète Elisée qui reçut la double part de l’onction si bien que « ses jours durant aucun chef ne put l’ébranler et personne ne put en l’imposer » (Es 48,12-13).
2-Nous serons mis au large (Ps117, 5) et ce à tous égards (spirituel ; matériel ; physique) comme le signifie Jean dans son épitre : « Je souhaite que tu te portes bien à tous égards, et que ta santé soit bonne ; qu’il en aille comme pour ton âme qui, elle, se porte bien » (3Jn1, 1).
3-Nous mangerons les meilleures productions du pays
e 4-question : CetteEt enfin pour répondre à cette 4 onction nous apportera de la renommée (Luc4, 14) et nous fera porter du fruit « paix, amour, joie » (Ga
5,20) qui demeure jusqu’en vie éternelle.
3
Pour ce faire, nous avons besoin urgemment que l’onction déborde en nous et coule comme un torrent pour mener une vie chrétienne plein de succès et d’abondants fruits.
Le Christ, notre Maître nous a donné l’exemple en nous montrant le chemin. Il se fit Baptiser (Lc 3,21) reçut l’onction (Lc 4,18) et sa renommée le précéda dans toute la Galilée, s’il en a été ainsi lui le bois vert, qu’en sera-t-il ainsi pour nous bois sec ? Autrement dit si Lui le Saint a procédé ainsi, nous les pécheurs nous devrons en faire autant. Cependant selon la richesse de sa miséricorde et pour que nous portions du « fruit allant de trente pour cent à soixante pour cent et cent » (Mt13, 8) et pour que nous fassions de grandes choses qui vont au-delà, infiniment au-delà, de ce que nous pouvons penser ou même imaginer, Lui, le
Miséricordieux, nous a fait don de son Esprit pour que par Lui, en Lui et avec Lui nous soyons bénédictions et source de bénédictions pour nous et pour les générations à venir. Par conséquent,
4
Nous lisons dans les saintes Ecritures précisément dans la lettre de Saint Jean : « quant à vous, vous possédez une onction, reçue du Saint,… » (1Jn2, 20) et plus loin « l’onction que vous avez reçue demeure en vous » (1Jn20, 27). Effectivement,
cette onction nous l’avons reçue depuis notre Saint Baptême et l’avons reçue largement comme le confirme Paul dans sa lettre à Tite : « Cet Esprit (qui confère l’onction), il l’a répandu sur nous avec abondance par Jésus Christ notre Sauveur » (Tite3, 5-6). Dès lors que cette onction demeure en nous, un grand pas est déjà fait pour le reste de notre cheminement spirituel. Dès ce moment, que nous reste-t-il à faire ? Et précisément c’est cette question que nous devons nous poser.
NB : Nous disons que cette onction est déjà en nous, et elle est en abondance comme un fleuve comme le mentionne saint Jean parlant des fleuves d’eau vive qui jaillissent du cœur du croyant ( Jn 7,38), ainsi donc il ne nous reste plus que de la laisser couler en nous et de la laisser couler comme un torrent. Pour ce faire, il faut lui frayer un
5
chemin, telle est la norme. Tout comme l’eau d’une source pour irriguer un jardin, faut lui trouver un chemin, un passage ainsi en est-il de l’onction qui demeure en nous. Cette onction pour couler comme un torrent doit se trouver
un chemin, un passage dans notre cœur. VOILA L’UNIQUE NECESSAIRE à accomplir pour bénéficier de ses bienfaits. Comment trouver ce chemin qui mène à la source de l’onction ? C’est là que beaucoup trébuchent parce que ne connaissant pas le chemin et d’autres par contre voulant compter sur leur propre force, oubliant ainsi cette recommandation du Seigneur : « Sans moi, dit Jésus, vous ne pouvez rien faire » (Jn15, 5). Pour se frayer un chemin dans le cœur, ce n’est ni par la force, ni par les muscles, mais par mon Esprit comme le confirme cette prophétie Zacharie : « Ni par la bravoure, ni par la violence, mais bien par mon Esprit, déclare le Seigneur le tout-puissant » (Zacharie 4,6b). C’est par le Saint Esprit que s’opère ce chemin à l’intérieur du cœur. Dès lors, comment s’y prendre. Telle devient la première étape que nous devrions franchir. Etant donné que l’Esprit doit opérer ce chemin dans le cœur, il convient d’observer cette prescription paulinienne : « Ne néglige pas le don de la
6
grâce qui est en toi, qui te fut conféré par une intervention prophétique, accompagnée de l’imposition des mains par le collège des anciens. Voilà ce que tu dois prendre à cœur. Voilà en quoi il te faut persévérer. Ainsi tes progrès seront manifestes aux yeux de tous » (1Tim4, 14-15) et par la suite dans sa seconde lettre, il reviendra sur cet appel en ces termes : « Je te rappelle d’avoir à raviver le don de Dieu qui est en toi depuis que je t’ai imposé les mains » (2Tim1, 6). Tout ceci montre l’urgence de son rappel. Tel est également ce deuxième UNIQUE NECESSAIRE à accomplir à cette étape de notre marche. Pour ce faire, comment arriver à raviver le Saint Esprit reçu ? Telle devient la première partie de notre cheminement.
l’Église,
1-COMMENT RAVIVER LE SAINT ESPRIT EN NOUS ?
Plus que tout, nous disent les Pères de
la
prière devient
7
l’UNIQUE
NECESSAIRE à accomplir pour raviver l’Esprit en nous. Et pour confirmer, saint Luc d’ajouter : « le Père céleste donne l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent » (Lc 11, 13). A ce niveau de prière, certes il faut prier mais il convient de le faire avec le cœur, car c’est là que réside l’Esprit et non pas comme ces hypocrites dont parle Jésus dans l’évangile : « Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur s’éloigne de moi » (Mth 15,8). D’où l’expression la prière avec le cœur. Et que peut bien signifier cette expression ? Comme son nom
l’indique, c’est prier en y mettant son cœur. C’est aussi prier en écoutant les mots de la prière. C’est enfin être attentif à la prière qui sort de notre bouche et la faire avec amour. Et, en ce domaine pour nous catholiques, le Rosaire ou encore le chapelet par son « volume » et le temps qu’il requiert pour le dire, nous est bénéfique pour éveiller l’Esprit reçu au saint Baptême. Et c’est dans cette optique que notre mère du ciel nous invite aujourd’huiencore avec ces apparitions reconnues dans l’Eglise, elle insiste sur la prière
8
persévérante : « Priez, Priez, …beaucoup », comme si elle nous livrait le secret de sa propre vie : « Quant à Marie, elle retenait tous ces évènements et les méditait dans soncœur » (Lc 2,19;51). Pour ce qui est de la prière, nous devons dire notre Rosaire chaque jour avec le cœur, comme si nous jetons la semence en terre comme le dit l’évangéliste Marc en ces termes : « Il en est du Royaume de Dieu, comme d’un homme qui jettela semence en terre,
qu’il dorme ou qu’il soit debout, la nuit et le jour, la semence germe et grandit, il ne sait comment.
D’elle-même, la terre produit l’herbe, puis l’épi, enfin du blé plein l’épi. Et dès que le blé est mûr, on y met la faucille, carc’est le temps de la moisson» (Mc 4,26-29). C’est ainsi qu’il en sera pour nous. En priant et suppliant avec le Saint
Rosaire chaque jour avec le cœur ; nous jetons la semence et un jour, sans qu’on le sache, l’Esprit se rendra présent à nous dans le fondde notre cœur. Nous tenons à rappeler que ceci demande de
9
l’endurance dans la prière. Comme dit le livre des hébreux : « C’est d’endurance, en effet, que vous avez besoin, pour accomplir la volonté de Dieu et obtenir la réalisation de la promesse » (He 10,36). De là, découle le reste. Une fois que nous serons parvenus par la grâce de Dieu à éveiller l’Esprit, que devient la suite de notre marche ? Nous ouvrons là, la deuxième partie de notre cheminement.
2-QUE FAIRE UNE FOIS RAVIVE LE SAINT ESPRIT ?
Une fois que nous serons parvenus à éveiller le Saint Esprit, Saint Paul nous donne la réponse dans sa lettre aux
Galates : « marchez sous l’impulsion de l’Esprit » (Gal 5,16). Telle est la suite de notre cheminement spirituel. Une fois que nous serons parvenus à éveiller le Saint Esprit en nous, la suite devient de marcher sous son impulsion.
10
Le but de ces pages est essentiellement pédagogique et concret. L’Esprit ravivé en nous, nous conduit dans les profondeurs de notre cœur et ceci est comparable à ce qui est décrit dans le livre des hébreux concernant l’action de la Parole de Dieu dans le cœur du croyant : « cette parole vivante, énergique et plus tranchante qu’aucun glaive à double tranchant, pénètre le cœur jusqu’à diviser âme et esprit, articulations et moelles… » (he 4, 12). On pourrait dire qu’elle veut nous transpercer comme un glaive comme ce fut pour le cas de la Vierge dans l’épisode de la présentation de Jésus au Temple : « Et toi-même (Marie), un glaive te transpercera l’âme » (Luc2, 35). De même que la parole de Dieu pénètre le cœur à l’image d’un glaive ainsi en est-il de l’Esprit. Tout en pénétrant le fond du cœur et le suivant à la trace, Celui-ci crée ce chemin qui mène à la source de l’onction. Voilà l’œuvre de l’Esprit en nous les croyants et l’un des signes tangibles que l’Esprit a opéré ce chemin intérieur, la source commence par émettre ses premiers jets, et pour celui qui l’expérimente pourra découvrir apparaître sur la langue les prémices. Ceci peut être assimilé à ce qui est décrit dans ce passage du livre le cantique des cantiques : « Tes lèvres distillent du nectar,
11