3 pages
Français

LA HACHE FLOTTANTE

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

LA HACHE FLOTTANTE

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 799
Langue Français
LA HACHEFLOTTANTE
1.Le fer de hache qui flotte..................................................................................................................1 2.Elisée...............................................................................................................................................1 3.Dieu t'a donne..................................................................................................................................2 4.Tu as tout perdu...............................................................................................................................2 a)Qu'a fait l'homme qui avait perdu la hache ?................................................................................................2 b) La réponse................................................................................................................................................. 2 5.La puissance de Dieu.......................................................................................................................3 6. Le moment de Dieu et notre part ......................................................................................................3 7.Dieu peut tout...................................................................................................................................3
« Les fils des prophètes dirent à Elisée: Voici, le lieu où nous sommes assis devant toi est trop étroit pour nous.2Allons jusqu’au Jourdain; nous prendrons là chacun une poutre, et nous nous y ferons un lieu d’habitation. Elisée répondit: Allez.3dit: Consens à venir avec tes serviteurs. Il répondit: J’irai.Et l’un d’eux 4 Il partit donc avec eux. Arrivés au Jourdain, ils coupèrent du bois.5Et comme l’un d’eux abattait une poutre, le fer tomba dans l’eau. Il s’écria: Ah! mon seigneur, il était emprunté!6L’homme de Dieu dit: Où est-il tombé? Et il lui montra la place. Alors Elisée coupa un morceau de bois, le jeta à la même place, et fit surnager le fer.7Puis il dit: Enlève-le! Et il avança la main, et le prit. »(2 Rois 6:1-7 LSG)
1. LE FER DE HACHE QUI FLOTTE Bien des personnes à l'heure actuelle ont besoin d'encouragement, d'un message qui va leur donner de l'espoir, d'une bonne nouvelle qui leur annonce une solution.
Beaucoup ont besoin d'une porte de sortie, qu'on leur lance une bouée de secours, et à moins qu'une perche ne leur soit tendue, qu'une main ne se précipite, elles se laissent engloutir par les soucis de la vie, la maladie, la déception, l'angoisse, la solitude, le désespoir.
Je suis tellement heureux d'avoir trouvé dans la Bible, la Parole de Dieu ; cette main qui se précipite, cette perche tendue vers moi. Je n'ai pas besoin, personne n'a besoin de rester dans un tel état. Car il y a une issue, il y a une réponse aux besoins les plus profonds des êtres humains.
Cette réponse, je la trouve dans la Bible : le livre où Dieu parle aux hommes, LA BIBLE : LE LIVRE DE DIEU.
2. ELISEE Regardons ensemble une anecdote à la fois étonnante et banale. Cette histoire qui nous est racontée dans l'ancien testament est une histoire vraie et elle me tient très à cœur car : Elle nous montre Dieu à l'œuvre au milieu des hommes. Elle nous montre que Dieu n'est pas trop loin et qu'il n'y a pas de problèmes trop grands ni trop petits, qu'Il ne puisse résoudre. Elle nous montre que : RIEN N'EST IMPOSSIBLE A DIEU.
Il s'agit ici d'un passage de la vie d'Elisée, le grand prophète de Dieu (2 Rois 1 à 7). Elisée, à la demande de quelques jeunes hommes, les avait accompagnés au Jourdain. Ceux-ci travaillaient à la construction d'une maison. Quoi de plus banal ?
Cependant au milieu de ces hommes au travail, il en voit un qui ne travaille plus. Penché sur la rivière, il regarde, il fixe l'eau profonde et boueuse, les yeux dans le néant, ne voyant plus depuis longtemps l'objet de son désespoir : son fer de hache qui était tombé dans la rivière, avait disparu pour toujours.
Et son cri ne pouvait que montrer le désespoir de sa situation : «Ah ! mon Seigneur, il était emprunté ! ». Cet homme me fait penser à combien de personnes de nos jours qui se sentent mises au rebut, refoulées, rejetées. Elles se trouvent sur le côté de la rivière, sur le côté de la vie.
Leur regard (la fenêtre de l'âme) ne fait que refléter les eaux profondes et boueuses qu'ils observent. Toutes leurs pensées, leurs activités si elles en ont encore, se tournent vers ces profondeurs ténébreuses. Un jour le bonheur où l'objet de leur bonheur s'y est enfoncé, enfoncé, enfoncé, pour ne jamais revenir.
1 5 8 –
L A H A C H E F L O T T A N T E
Page 1/3