19 pages
Français

La vie religieuse des forgerons de Port-Brillet - article ; n°1 ; vol.13, pg 87-104

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Archives des sciences sociales des religions - Année 1962 - Volume 13 - Numéro 1 - Pages 87-104
18 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1962
Nombre de lectures 10
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Y. Cloitre
La vie religieuse des forgerons de Port-Brillet
In: Archives des sciences sociales des religions. N. 13, 1962. pp. 87-104.
Citer ce document / Cite this document :
Cloitre Y. La vie religieuse des forgerons de Port-Brillet. In: Archives des sciences sociales des religions. N. 13, 1962. pp. 87-
104.
doi : 10.3406/assr.1962.2741
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0003-9659_1962_num_13_1_2741LA VIE RELIGIEUSE
DES FORGERONS DE PORT-BRILLET
dont tout-à-coup dans département trouvent ment humain Port-Brillet importance beaucoup un est suivante qui environnement parachuté fait déployé une est 20 comme de de sont devenue attache la 30 grosse prime Mayenne ou établis Lavai Grâce dans entreprise 40 abord une essentiellement km dans un aux analyser Mayenne petite usine originalité pays Dans la confins métallurgique cité localité étranger dit cette histoire industrielle Fougères agricole de Musset de même contrée Ille-et-Vilaine la cf qui religieuse population dans carte de On Vitré emploie uniformément comme Port-Brillet son impression ou Histoire Nous est ouvrière environ le les Château-Gontier révèle villes où sommes elle du agricole cet dont un 000 au Bas-Maine de établisse se quelque premier salariés dans étude groupe voici situe se le
coup il existence côté de usine de cités ouvrières elle tranche par là
en ce pays agricole aux maisons éparpillées elle est bien ce elle paraît une
anomalie car elle est hui sans lien avec le milieu naturel sa houille vient
Angleterre son coke du Nord sa fonte de Lorraine toutefois une partie de la
force motrice est fournie par les eaux de deux grands étangs. En ce trait seule
ment on saisit comme un rappel des lointaines origines de Port-Brillet
Une anomalie au plan économique. Une anomalie au plan du comportement
religieux étude que nous avons faite de état de la pratique religieuse dans les
diverses communes du canton de Loiron où inscrit Port-Brillet révèle toutes
les étapes le caractère totalement original du comportement des ouvriers de notre
localité il agisse de la pratique dominicale ou pascale il agisse des hommes
ou des femmes des jeunes ou des vieux tous les niveaux Port-Brillet se situe
part cf graphiques 4) constituant une anomalie sans lien apparent
avec le milieu naturel Les comportements semblent inspirés par des souffles
venus de bien au-delà des frontières du canton et même du département Les
graphiques illustreront ce phénomène en même temps ils attireront atten
tion sur un autre phénomène plus large outre Port-Brillet les communes du canton
situées sur la même ligne médiane horizontale ont tendance marquer un flé
chissement au plan de la pratique religieuse sans atteindre toutefois le niveau de
Port-Brillet Nous voulons parler de Saint-Pierre-la-Cour et du Genest Or ces
communes sont aussi celles qui sont desservies par la voie ferrée Paris-Brest ce
qui leur vaut de posséder leur tour une industrie locale et une population ouvrière
mais qui sont loin atteindre importance de industrie et de la population
ouvrière de Port-Brillet Signalons encore que la Route Nationale 12 Paris-Brest
traverse aussi le canton peu près parallèlement la voie ferrée cf carte
Les communes où les traditions religieuses se détériorent le plus sont proximité
87 DE SOCIOLOGIE DES RELIGIONS ARCHIVES
CARTE
SITUATION GEOGRAPHIQUE
DEPORTIBRILLET
MAYENNE
OLAVAL
10
CH TEAU-GONTIER
La partie striée indique le département Ille-et-Vilaine
CAUTE LES FORGERONS DE PORT-BRILLET
GRAPHIQUE
LE BOURGNEUF
LAURAY-VILLIERS
OLIVET
StplERRE PORT-BRILLET
LA COUR LE GENEST
LA BRULATTE
LOIRON
Indication des communes
mentionnées dans article
GRAPHIQUE GRAPHIQUE
PRATIQUE DOMINICALE DES PRATIQUE PASCALE DES
FEMMES DE 60ANS FEMMES DE 60 ANS
ET+ ET+
80 et 80et+
70et+ 70 80
60 et 4- 60 70
50et+ 50 60
40et+
89 DE SOCIOLOGIE DES RELIGIONS ARCHIVES
de ces voies de communication Plus écart de ces grands couloirs intense
circulation les communes du Sud du canton apparaissent plus ideies la pratique
religieuse traditionnelle Ce fait été souvent constaté et analysé et nous appor
terions des nuances si nous avions intention de nous appesantir mais tel est
pas notre propos
Devant les résultats de notre analyse de la pratique religieuse nous nous
sommes posé la question pourquoi les ouvriers de Port-Brillet dans ce pays
traditionnellement pratiquant un taux qui confine souvent 100 loin de
toute grande ville ou centre influence important ont-ils adopté avec une telle
unanimité un comportement religieux aussi original
Diverses hypothèses se présentaient alors mais finalement elles apportaient
que des lumières partielles Aucune ne fournissait unique clef qui permît ouvrir
toute grande la porte du mystère Nous pensons une de ces hypothèses qui
nous séduisit un instant influence un habitat aggloméré Au lieu de se pré
senter comme un petit bourg rassemblant une minorité hétérogène de la population
tandis que la majorité éparpille au hasard des champs Port-Brillet offre le
visage une cité fort concentrée avec ses 416 habitants recensement de 1954
analyse de cette hypothèse et autres on pourrait apporter démontre leur
caractère partiel Il nous semblé au plan sociologique la désaffection reli
gieuse des ouvriers de Port-Brillet trouvait davantage son explication dans les
phénomènes culturels résultant du fait même être ouvrier au sein une popu
lation agricole et appartenir par là une culture dont les valeurs se distinguent
de la culture ambiante traditionnelle dans la mesure même où grandit dans une
paroisse la place des ouvriers
Dans cette perspective nous avons recherché dans histoire locale quelle
époque la rupture était amorcée et comment elle est ensuite établie une
fa on durable Notre source essentielle information est un cahier intitulé Registre
chronique de la Magdeleine Ce document dont les premières pages datent de 1857
nous fait parcourir histoire religieuse de Port-Brillet depuis le milieu du XIXe
siècle en 1953 mais il se réfère aussi de très vieilles sources qui nous
permettent de prospecter des époques plus reculées
La situation économique et sociale aux XVIIe et XVIIIe siècles
Délaissant la période qui va du XIe au XVIIe siècle et qui offre aucun
intérêt pour notre sujet nous en arrivons 1654 cette date la forêt qui recou
vrait toute cette région passa des mains des comtes de Lavai celles du sieur Le
Maczon de Courcelle Aussitôt que Le Maczon de Courcelle fut entré en posses
sion de cette forêt et du moulin dit de La Poulardière et accoté un petit
cours eau) il fit construire une forge qui abord porta le nom de Forge de la
Poulardière En 1660 Le Maczon rempla le nom primitif de sa Forge par celui
de Port-Brillet Brillet était le nom de épouse de Le Maczon de Courcelle)
Cette création était pas sans précédent dans le Bas-Maine où la métallur
gie se développa au XVIe siècle les forges hydrauliques installées au bord des
cours eau se substituant aux forges bras les hauts fourneaux aux petits four
neaux rudimentaires éparpillés un peu partout Dornic Histoire du Maine
72 Cette évolution économique entraîna très rapidement des changements
sociaux emploi de la force hydraulique permit opérer sur une plus grande
masse de minerai Le travail eut tendance se concentrer dans des sortes usines
avant la lettre possédées par des seigneurs ou maîtres de forges auxquels
étaient concédés des mines et des quartiers de forêts De Port-Brillet on disait
la plus belle forge du Maine manuscrit de 1750 Ses mines étaient regardées
comme inépuisables usine fabriquait 900 000 livres de fer vers 1750 soit le
90 LES FORGERONS DE PORT-BRILLET
GRAPHIQUE GRAPHIQUE
PRATIQUE PASCALE DES PRATIQUE PASCALE DES
JEUNES GENS DE HOMMES DE60ANS
14A20ANS ET+
5e de la production totale de la trentaine de forges du Bas-Maine Musset
op cit.)
Nous devons nous garder une assimilation trop simpliste avec usine
aujourdhui usine de Port-Brillet avant la Révolution fran aise est loin être
ouverte aux grands vents du monde et branchée sur de puissants courants éco
nomiques sociaux politiques ou idéologiques bien au contraire elle reste très
conditionnée par sa région géographique qui est fortement marquée par son
isolement attitude religieuse des Forgerons de Port-Brillet dès cette époque en
apparaîtra autant plus surprenante
Nous ne savons pas combien ouvriers travaillaient vers le XVIIe siècle
dans les forges de Port-Brillet Mais elles comptaient parmi les plus importantes
du Bas-Maine or les forges de Chailland dans le canton voisin occupaient dès
le XVIe siècle 500 ouvriers
Quelles étaient les conditions de travail Nous demanderons la réponse aux
Cahiers de doléances de Chailland et ceux du Bourgneuf-la-Forêt commune
voisine de Port-Brillet supposer que ces Cahiers durcissent les situations il
apparaît toutefois que la substance de ce ils relatent reste vraie.et nous estimons
en outre que les témoignages valables pour Chailland et Le Bourgneuf le sont tout
autant pour Port-Brillet
Les ouvriers sont tous des gens la journée tant fait tant payé Tout autre
travail leur étant étranger ils dépendent absolument du maître de forges qui est
le centre unique où vont aboutir tous les gains Aussi vit-il dans opulence et la
misère la plus noire est le partage de presque tous ceux qui travaillent pour lui
Cahiers de Chailland)
Quant aux Cahiers du Bourgneuf ils se plaignent des ouvriers des forges
mais ils nous fournissent des détails éloquents Ils nous apprennent abord que
beaucoup de forgerons sont des étrangers Il est donc permis de penser que déjà
cette époque et dans cette région isolée jouait le phénomène social des migrations
pour cause de travail Ce fait lui seul est déjà prépondérant quand il agit
91 DE SOCIOLOGIE DES RELIGIONS ARCHIVES
expliquer la rupture un groupe social par rapport un autre Il suffit de se
rappeler combien hui encore en bien des régions agricoles et rurales il
est difficile une famille de hors-venus être intégrée ces étrangers nous
dit-on ensuite les maîtres de forges qui ont tout profit ne donnent jamais un
liard quand ils ne peuvent plus travailler De là quantité de huttes on construit
dans les carrefours et endroits perdus qui ressemblent des coupes-gorges
Dans ces deux témoignages sur la situation sociale des forgerons avant la
Révolution au ur de cette région forestière nous trouvons décrite avec un
réalisme frappant cette brutale division de la société industrielle en deux classes
dont les intérêts sont la fois opposés et solidaires Déjà jusque dans ces obscurs
cantons livrés aux bois la boue la solitude sauvage la matière première
accumule en attendant la savante alchimie de Marx Bien ils soient loin
être parvenus une conscience de classe les forgerons pressentent une part
leur propre solidarité et autre part leur antagonisme spontané égard une
société où ils se sentent étrangers méprisés rejetés un instinct obscur leur dicte
des comportements des attitudes et des mentalités collectives qui sont en oppo
sition avec la société où ils se trouvent transplantés sans prendre racine Nous
aurons occasion de le voir plus en détail dans la suite de notre étude
Il nous paru nécessaire de peindre gros traits le tableau économique et
social au sein duquel évoluait la vie des forgerons de ce pays avant la Révolution
Nous comprendrons mieux ensuite leurs réactions religieuses et leur comportement
en face des exigences de Eglise vis-à-vis de ses fidèles
Nous allons nous poser précisément la question de savoir quelle place tient
la religion chez les forgerons de Port-Briïlet aux prises avec ce contexte social très
dur et sans rémission
La situation religieuse de Port-Brillet avant la Révolution
proximité des forges de le Prieuré de la Magdeleine desservait
la population pour les besoins du culte Le Registre chronique fait défiler les noms
des divers Prieurs depuis 1492 au sujet de un eux Dom Claude Baillet nommé
le juin 1574) nous relevons II fit un qui fut fondé sur la Métairie de la
Magdeleine appartenant au Prieuré de la Chapelle du même nom La fondation
en fut toujours acquittée par lui et par ses successeurs Ce consistait faire
dire une messe chantée le premier lundi de Carême et faire le même jour une
donnée de pain hui encore en 1857 les acquéreurs de la Magdeleine
acquittent ponctuellement ce en faisant dire une messe et en faisant une
donnée de pain aux pauvres le jour fixé
Nous avons retrouvé ailleurs Sedin dans le Nord cette coutume des dis
tributions aux pauvres occasion une messe Elle remontait très loin dans le
temps et expliquait dans un contexte social ancien Mais on avait conservée
en 1912 au moins et dans un contexte social nouveau cette coutume
contribua en partie convaincre les pauvres que sur leur dos les possédants
et Eglise avaient partie liée pour avoir droit la distribution il fallait assister
la messe
Les forgerons vivaient dans une très grande insécurité et une pauvreté qui
confinait la misère tandis que les maîtres accumulaient les profits et les
domaines Les pauvres de la Magdeleine étaient pas sans savoir que cette
métairie sur laquelle on distrait du pain pour leur en faire aumône fait partie
une propriété re ue par le Clergé de la main des maîtres ailleurs la
Chronique nous apprend que les habitants de la Magdeleine et parmi eux les
forgerons comme les autres payaient au Prieur les rentes seigneuriales
92 LES FORGERONS DE PORT-BRILLET
Peut-être la désaffection religieuse a-t-elle été plus précoce on ne serait
tenté de le penser Ainsi en 1633-1635 Launay-Villiers petite paroisse limitrophe
de Port-Brillet le service divin était incessamment troublé par abord un grand
nombre de forgerons lesquels toutes festes et dimanches abordent au bourg avec
arquebuses espées et pistolets tiennent le peuple en subjection et font tumulte
tout le long du jour aux tavernes proches de la dite église Ce texte de vieille
chronique locale laisse entrevoir existence de groupes sociaux fort divers qui
paraissent avoir des centres intérêt bien différents ainsi que des normes et des
valeurs quelque peu divergentes Il les forgerons qui manifestent un compor
tement original tant au point de vue social au point de vue religieux un
commentateur bien intentionné présumera que ces forgerons venus de Port-
Brillet et peut-être du Bourgneuf) auront été la messe matinale dans leur
église mais il est permis de présumer aussi ils se sont peu souciés assister
aux offices et que les tavernes exer aient sur ce grand nombre de forgerons
plus attrait que la messe Il le peuple le chroniqueur désigne sans
doute ainsi les laboureurs gens moins bruyants moins belliqueux et plus assidus
aux offices de leur paroisse Il le clergé qui se sent instinctivement en garde
contre des éléments perturbateurs dont rien de bon ne peut sortir ni pour ordre
de la société ni pour le prestige de la religion
est quelques décennies plus tard que se situe une querelle symptomatique
En janvier 1699 nous trouvons comme desservant Port-Brillet Frère Jacques de
Rainay chanoine régulier de Abbaye de la Roe Ce moine élevé dans une abbaye
qui laissé un souvenir équivoque en ces régions bas-mancelles eut le don de
pousser bout la patience de ses paroissiens Il avait si peu le souci du bien
spirituel de son troupeau il ne voulut pas résider son Prieuré ni même com
mettre un prêtre pour en desservir la chapelle en son absence
Les paroissiens présentèrent évêque du Mans une Supplique qui mériterait
de figurer dans une anthologie comme révélatrice attitudes religieuses collec
tives Quels sont les rédacteurs de cette Supplique dont la présentation suppose
une culture religieuse et profane évoluée Vraisemblablement pas des prêtres
mais des notables soit propriétaires terriens soit maîtres de forges
ils se soient sentis concernés ou non il semble certain que les forgerons
étaient pas sans entendre les échos de cette querelle et derrière ces palabres des
notabilités du coin au sujet un prêtre médiocre il ne faut pas oublier le peuple
des pauvres qui se bat quotidiennement avec un travail très dur la misère
matérielle et morale ivrognerie le vol etc
Dans leur Supplique les manants et habitants de la paroisse de la Magdeleine
exposent tout abord histoire abrégée de leur église Ils insistent sur leur
isolement vis-à-vis des autres lieux de culte Ce canton était éloigné environ
une lieue de toutes les paroisses voisines auxquelles on ne pouvait aller alors sans
traverser demi-lieue ou trois quarts de lieue de bois
Nos manants ne résistent pas au plaisir de lancer une pointe au malheureux
Prieur qui avisa de renoncer la résidence sans pour autant renoncer son
bénéfice lequel voulant trouver moyen de être point distrait de la solitude
En corporation outre Très il dans souvent certaines laquelle les classes se réfractaires recrute sociales le religieux plus et fort ceci ont pourcentage est commencé plus intéressant par de non-pratiquants être des qui réfractaires se détachent est celle sociaux des La
cabaretiers Le cabaretier est anti-curé du village Il la même clientèle que le curé les mêmes
heures ouverture et il tâche de retenir ses clients avant pendant et après les offices Il yâ plus
un livre faire sur importance sociale du cabaret sur son rôle de contre-Eglise Gabriel
LE BRAS Etudes de sociologie religieuse
93 ARCHIVES DE SOCIOLOGIE DES RELIGIONS
aurait sur le prétexte de arrêt de son prédécesseur refusé de continuer de faire
les fonctions curiales Face au Prieur chicanier qui est décidé en appeler aux
plus hautes instances les bonnes gens de la Magdeleine se sentent bien démunis
ils avouent gens de campagne et peu accomodés ..point capables ni en état de
soutenir une aussi grande affaire où il leur faudra essuyer toutes les traverses
un Prieur intéressé qui aime mieux employer en chicane un revenu destiné
entretien du service divin que de occuper des aumônes temporelles et spiri
tuelles il doit tant de pauvres gens.
Les rédacteurs de ce document ne craignent pas de juger leurs prêtres
Mais leur critique affecte pas leur foi en Eglise Pour eux il pas autre
horizon culturel que celui de Eglise Catholique
Dans la mesure où les forgerons sont concernés par cette pénible querelle
dans la mesure où sans prendre encore une conscience nette de ces faits ils
constatent cependant que plusieurs des prêtres et moines qui leur sont préposés
empressent de fuir des charges peu lucratives se dénoncent mutuellement au
juge séculier et ouvrent des procès dispendieux avec argent des pauvres
dans cette même mesure est-il pas permis de supposer il est constitué en
ces milieux bien avant la Révolution un humus fertile en germinations anti
cléricales Les semences cachées se feront jour plus tard lorsque se brisera
homogénéité une chrétienté traditionnelle
Pour confirmer cette hypothèse cette querelle éclata au moment où la popu
lation ouvrière commen ait prendre une forte consistance La Supplique nous
apprend en effet un prêtre était naguère la disposition de ce secteur alors
il était habité que par un très petit nombre de laboureurs et elle ajoute
II semble il hui sauf correction une indispensable nécessité au
Prieur moderne et même de lui enjoindre exercer les dites fonctions curiales)
ou il se trouvait quelque impossibilité cause de sa qualité il tout lieu
ériger une nouvelle paroisse dans ce canton hui il est rempli
un si grand peuple on peut dire il surpasse celui de la paroisse la plus
peuplée entre les adjacentes ce qui provient de ce que feu Monseigneur de la
Trémoïlie Comte de Lavai ayant fait bâtir et élever une grosse forge au lieu du
Port-Brillet environ deux cents pas au-dessus dudit Prieuré. et cette forge
ayant si bien réussi elle est devenue perpétuelle Non seulement on bâti
une grande maison pour le maître de forges et cinquante soixante maisons tout
autour mais encore tous les environs se sont tellement augmentés et peuplés
on peut compter plus de deux cents habitants qui étaient pas au siècle
précédent
Il ne paraît pas excessif de voir travers ce document très circonstancié
la répugnance de bien des prêtres demeurer au milieu une population pauvre
et surtout difficile mener On est tenté émettre hypothèse confirmée par
ce que nous savons du comportement dominical un grand nombre de forgerons
que les pasteurs se sentaient bien plus leur aise parmi les laboureurs que parmi
les ouvriers Ceux-ci de par leur type nouveau de rapports sociaux et de par
leur rythme de travail inauguraient sans le savoir une civilisation insolite qui
avait pas encore trouvé ses normes ni son équilibre
Le travail des forgerons est un facteur de mentalité collective incidences
religieuses dans la perspective soulignée par Gabriel Le Bras II des profes
sions qui sont débilitantes abrutissantes Vous allez pas demander un charre
tier ou un man uvre avoir une très grande préoccupation de Dieu Au contraire
le laboureur qui suit sa charrue occasion observer le ciel les astres et de se
poser des questions Il des professions qui sont dissipantes celle de mar-
94 FORGERONS DE PORT-BRILLET LES
chands de bestiaux par exemple. Pour chacune des professions il aurait
étudier ses incidences religieuses Etudes de Soc Rel. tome 320)
La Révolution se chargera en son temps de faire le clivage entre les groupes
sociaux intégrés dans les structures de Ancien Régime intégration qui empê
chait pas occasion les critiques être très vives contre les abus du Régime
mais sans le mettre en question et ceux qui avaient tout gagner ou en tous cas
rien perdre avec un changement de Régime Parmi les premiers pour Port-
Brillet les nobles les prêtres et les laboureurs parmi les seconds nos forgerons
Nous savons combien remuant était ce groupe de forgerons qui tenait le
peuple en subjection avec ses espées pistolets et arquebouses Or écrit encore
Gabriel Le Bras résumant une longue expérience En somme des déclassés et
des classes remuantes fournissent le gros des irréguliers op cit. tome 241
Des irréguliers qui ne sont pas seulement une addition individus mais des
groupes sociaux dont les schemes de pensée et les modèles de comportement
comme toute la sensibilité vont se développer progressivement en dehors de
univers culturel animé par Eglise
Pour le moment nous en sommes pas encore au divorce conscient et déclaré
une classe ouvrière en germe et de Eglise Au contraire nous en sommes
analyse de étonnante requête tendant obtenir un prêtre disposé demeurer
parmi une population où les éléments ouvriers abondent de plus en plus Satisfac
tion lui sera donnée et évêque se montrera très ferme sur obligation de résidence
pastorale la suite de quoi les prêtres se succéderont sans histoire notable
la Révolution qui guillotinera Lavai abbé Gastineau chapelain de la
forge depuis 1785 Selon le Registre Chronique ce prêtre exer ait son ministère la
chapelle Notre-Dame de Liesse construite en vertu des dispositions testamentaires
de Nicolas Lema on la date du avril 1634 Je veux lon bâtisse une
chapelle la commodité des forges afin que mes enfants et les ouvriers puissent
assister la messe Remarquons que est la même époque exactement que
on déplorait Launay-Villiers le comportement des forgerons venus des environs
de Port-BrilIet en particulier selon toute probabilité
Le chapelain était un peu ce on appellerait hui aumônier
de la forge payé par la direction Nous lisons par exemple en 1750 le Conseil
de Tutelle accordait une rente viagère de 100 livres en sus de ses honoraires 250
livres au chapelain qui est âgé et qui emploie tout le temps que lui laissent ses
fonctions instruction des enfants des forgerons
Pour 1758 le Registre évoque la foi des fidèles est-ce dire Dans
quelle mesure les forgerons se rendaient-ils la messe dominicale dans leur cha
pelle Leurs enfants venaient certes la messe et étaient instruits de la foi
mais les adultes Quel était exactement le poids sur eux de la pression directe
ou indirecte de la direction Nous savons que les maîtres de forges se trouvaient
la messe et participaient activement
hui nous sommes très sensibles équivoque qui attache ce genre
institutions religieuses liées des structures économiques Les forgerons en ce
temps-là avaient-ils la même sensibilité une manière réfléchie et consciente
est peu probable Mais une sorte instinct soufflait ces déclassés ils ne
faisaient pas réellement partie de cette société où maîtres de forges prêtres et
nobles dictaient la loi Nous le verrons clairement leurs réflexes immédiats
quand éclateront les troubles révolutionnaires Ils prendront alors conscience
appartenir un autre univers culturel que celui dont jusque là ils subissaient la
pression
Disons déjà la Révolution cette chapelle sera profanée Tous les
95