18 pages
English

Le Rituel et les prophètes bibliques / Ritual and the Prophets of the Bible. - article ; n°1 ; vol.85, pg 69-84

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Archives des sciences sociales des religions - Année 1994 - Volume 85 - Numéro 1 - Pages 69-84
The idea that the biblical prophets were the representatives of an ethical approach to the religion of Yahweh and that they were therefore in a certain capacity enemies of ritual was popular at least since the nineteenth century and has not yet completely disappeared. One symetrically opposite theory, which portrays the prophets as cult specialists, had a certain success until the nineteen seventies. A new interpretation of the biblical texts, however, shows that the prophet is held by these texts to be the judge of ritual, in the role of the spokesperson of the nation's god, and that this competency acts within a ritual universe that is never surpassed or abandoned. This judge of ritual often accomplishes ritual actions, albeit without being viewed as a priest. This is clearly demonstrated by the biblical passage (I Kings, 19-21) which presents to us Elisha's departure toward his new life as a prophet, marked by a sacrifice of communion: a passage which must be read in the light of its biblical context.
L'idée que les prophètes bibliques étaient les représentants d'une approche éthique de la religion de Yahvé et donc les ennemis du rituel en tant que tel remonte au moins au siècle dernier, mais elle n'a pas encore tout à fait disparu. Une théorie symétrique et opposée, qui ferait des prophètes des spécialistes du culte, a eu un certain succès jusqu'aux années soixante-dix de notre siècle. Mais un nouveau regard sur les textes bibliques montre que le prophète est envisagé par ces textes comme le juge du rituel, en tant que porte-parole du dieu de la nation, et que cette compétence s'exerce à l'intérieur d'un univers rituel qui n'est jamais surpassé ou abandonné. Ce juge du rituel accomplit souvent des actions rituelles, sans être pour autant envisagé comme un prêtre. Cela est montré très clairement par le récit biblique (I R 19-21) qui nous présente le départ d'Elisée vers sa nouvelle vie de prophète, marqué par un sacrifice de communion : un récit qu'il faut lire à la lumière de son contexte biblique.
La idea de que los profetas bíblicos eran los representances de un acer-camiento ético a la religion de Yahvé y, en consecuencia, enemigos del ritual, remonta por lo menos al siglo pasado : se trata de una idea que aún no ha desaparecido totalmente. Una teoría simétrica y opuesta que présenta a los profetas como especialistas del culto tuvo una cierta importancia hasta los anos setenta. Pero una nueva perspectiva sobre los textos bíblicos plantea que el profeta es pensado en dichos textos como el juez del ritual, en tanto que représentante de Dios de la nación y que este contexto se desarrolla en el interior de un universo ritual que no fue nunca depasado o abandonado. Este juez del ritual realiza frecuentemente acciones rituales sin que por eso sea pensado como sacerdote. Esto está claro en el diseurso bíblico (I R 19-21) que nos présenta el punto de partida de Eliseo hacia su nueva vida de profeta marcado por un sacrificio de comunión : un discurso que es necesario leer a la luz de su contexto bíblico.
16 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1994
Nombre de lectures 52
Langue English
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Cristiano Grottanelli
Le Rituel et les prophètes bibliques / Ritual and the Prophets of
the Bible.
In: Archives des sciences sociales des religions. N. 85, 1994. pp. 69-84.
Citer ce document / Cite this document :
Grottanelli Cristiano. Le Rituel et les prophètes bibliques / Ritual and the Prophets of the Bible. In: Archives des sciences
sociales des religions. N. 85, 1994. pp. 69-84.
doi : 10.3406/assr.1994.1426
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0335-5985_1994_num_85_1_1426Abstract
The idea that the biblical prophets were the representatives of an ethical approach to the religion of
Yahweh and that they were therefore in a certain capacity enemies of ritual was popular at least since
the nineteenth century and has not yet completely disappeared. One symetrically opposite theory, which
portrays the prophets as cult specialists, had a certain success until the nineteen seventies. A new
interpretation of the biblical texts, however, shows that the prophet is held by these texts to be the judge
of ritual, in the role of the spokesperson of the nation's god, and that this competency acts within a ritual
universe that is never surpassed or abandoned. This judge of ritual often accomplishes ritual actions,
albeit without being viewed as a priest. This is clearly demonstrated by the biblical passage (I Kings, 19-
21) which presents to us Elisha's departure toward his new life as a prophet, marked by a sacrifice of
communion: a passage which must be read in the light of its biblical context.
Résumé
L'idée que les prophètes bibliques étaient les représentants d'une approche éthique de la religion de
Yahvé et donc les ennemis du rituel en tant que tel remonte au moins au siècle dernier, mais elle n'a
pas encore tout à fait disparu. Une théorie symétrique et opposée, qui ferait des prophètes des
spécialistes du culte, a eu un certain succès jusqu'aux années soixante-dix de notre siècle. Mais un
nouveau regard sur les textes bibliques montre que le prophète est envisagé par ces textes comme le
juge du rituel, en tant que porte-parole du dieu de la nation, et que cette compétence s'exerce à
l'intérieur d'un univers rituel qui n'est jamais surpassé ou abandonné. Ce juge du rituel accomplit
souvent des actions rituelles, sans être pour autant envisagé comme un prêtre. Cela est montré très
clairement par le récit biblique (I R 19-21) qui nous présente le départ d'Elisée vers sa nouvelle vie de
prophète, marqué par un sacrifice de communion : un récit qu'il faut lire à la lumière de son contexte
biblique.
Resumen
La idea de que los profetas bíblicos eran los representances de un acer-camiento ético a la religion de
Yahvé y, en consecuencia, enemigos del ritual, remonta por lo menos al siglo pasado : se trata de una
idea que aún no ha desaparecido totalmente. Una teoría simétrica y opuesta que présenta a los
profetas como especialistas del culto tuvo una cierta importancia hasta los anos setenta. Pero una
nueva perspectiva sobre los textos bíblicos plantea que el profeta es pensado en dichos textos como el
juez del ritual, en tanto que représentante de Dios de la nación y que este contexto se desarrolla en el
interior de un universo ritual que no fue nunca depasado o abandonado. Este juez del ritual realiza
frecuentemente acciones rituales sin que por eso sea pensado como sacerdote. Esto está claro en el
diseurso bíblico (I R 19-21) que nos présenta el punto de partida de Eliseo hacia su nueva vida de
profeta marcado por un sacrificio de comunión : un discurso que es necesario leer a la luz de su
contexto bíblico.Arch de Sc soc des Rel. 1994 55 janvier-mars) 69-84
Cristiano GROTTANELLI
LE RITUEL ET LES PROPHETES BIBLIQUES
Historiographie
attitude des biblistes du dix-neuvième siècle égard des prophètes
Israël est bien exprimée par la phrase un compte rendu de la Revue Bi
blique cité par Francis Schmidt II a. une inconvenance mettre ces
rites du paganisme sur le même pied que le prophétisme hébraïque Néan
moins opposition entre prophétisme et rituel qui tient une place importante
dans la production de ces auteurs est pas toujours formulée de la même
manière Ainsi pour Wellhausen les prophètes qui préfigurent et an
noncent le Christ sont comme lui les victimes de la religiosité institution
nelle et parmi les institutions de cette religiosité les rites occupent une place
importante Duhm qui publia Die Theologie der Propheten âge de vingt-
huit ans en 1875 insiste plutôt sur la mission éthique des prophètes et sur
leur expérience directe de Dieu Mais déjà en 1840 H.G.A Ewald dont Well
hausen fut élève avait publié ses Propheten des Altes Bundes dans ce vo
lume les prophètes Israël étaient présentés comme les apôtres un grand
renouvellement moral et religieux et les interprètes de la pensée de Dieu
capables annoncer des vérités étemelles qui seraient restées longtemps ca
chées avant de prévaloir au cours de histoire ultérieure du genre humain
après Bernhard Duhm né en 1847 auteur de Die Theologie der Pro
pheten du commentaire Isaïe 1892 2e éd 1902 4e éd 1922) et du Livre
de vulgarisation Israels Propheten 1916 2e éd 1922) les prophètes bibliques
partir Amos le plus ancien prophète écrivain ont acquis une nouvelle
vision religieuse en brisant le lien de ancienne religion Israël avec la na
ture Dans les ouvrages plus tardifs de ce théologien protestant le schéma se
complique et Duhm reconnaît trois étapes de évolution religieuse Israël
un niveau démonique-infra-historique le niveau de la religion de Yahvé
qui fut propre au peuple Israël et enfin le des conceptions religieuses
des prophètes Mais le changement révolutionnaire opéré par les prophètes
bibliques fut constamment envisagé par Duhm comme la découverte une
religiosité éthique opposée une religiosité ancienne purement naturaliste
et purement rituelle Cette formule au-delà du succès même de son auteur
et de ses écrits resta et reste comme un point de repère important de
toute la réflexion moderne sur les prophètes Israël Elle fut souvent critiquée
69 DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS ARCHIVES
ou même attaquée mais elle ne fut jamais oubliée hui encore elle
conserve un certain pouvoir de suggestion
Une nouvelle interprétation du prophétisme Israël fut proposée encore
en Allemagne pendant la Grande Guerre les ouvrages qui marquèrent ce
changement furent Die Propheten de Hermann Gunkel Göttingen 1917
et Die Propheten Untersuchungen zur Religionsgeschichte Israels de Gustav
Hölscher Leipzig 1914 Ce qui changea la perspective ce fut plus encore
que la croissance des études sur les langues sémitiques et sur les textes du
Proche Orient ancien la naissance de la et des nouvelles
sciences humaines Hölscher avait beaucoup appris du deuxième volume de
la Völkerpsychologie de Wilhelm Wundt publié en 1904 Si cette nouvelle
approche impliquait pas nécessairement une considération différente des rap
ports entre prophétisme et rituel elle permettait un tel changement de pers
pective en insistant sur la compréhension du prophétisme dans son propre
contexte historique sociologique psychologique et non seulement comme
une étape fondamentale de évolution de esprit humain de la ritualité
païenne éthique protestante ou simplement bourgeoise
Ce fut donc un élève de Gunkel le norvégien Sigmund Mowinckel 1884-
1966) qui proposa au cours des années trente et quarante de notre siècle
non seulement une sorte de réconciliation entre prophétie et rituel mais une
théorie du caractère rituel des prophètes de leur comportement et de leur
parole il envisageait comme fonctions spécifiques du culte institutionnel
du dieu-roi Israël origine de ces positions de Mowinckel il avait non
seulement enseignement de Gunkel mais aussi les théories de Robertson
Smith et de Frazer et le débat si important pour les historiens des religions
des années trente portant sur les rapports entre le rituel et le mythe Ses
élèves H.E von Waldow Reventlow Wtirthwein allèrent plus loin
que lui en examinant dans les détails toute une série de passages de livres
prophétiques de la Bible par exemple Amos Isaïe Jeremie comme textes
liturgiques proférés par des prophètes cultuels occasion de grandes fêtes
périodiques tout fait hypothétiques)
Après Mowinckel et son école la situation resta et reste assez compli
quée un côté une réaction contre école de Mowinckel accuse de suivre
un comparatisme irréfléchi et donc interpréter les données bibliques la
lumière de phénomènes et de catégories non pertinents autre part héritage
méthodologique de école scandinave survécu au moins la fin des
années soixante-dix En ce qui concerne les rapports entre la prophétie bibli
que et le rituel il est possible de suivre le développement de deux positions
parallèles qui finissent par ignorer réciproquement un côté se trouvent
les études sur les prophètes cultuels par exemple Haldar Associations
of Cult Prophets among the Ancient Semites Uppsala 1945 A.R Johnson
The Cultic Prophet in Ancient Israel Cardiff 1962 A.R Johnson The Cultic
Prophet and Psalmody Cardiff 1979 De autre les écrits de ceux
qui pensent que les prophètes étaient totalement opposés au culte par exemple
J.P Hy att The Prophetic Criticism of Worship in H.M Orlinsky ed.)
The Library of Biblical Studies Cincinnati 1969 C.F Whithey The Prophetic
Achievement London 1963
hui les deux positions extrêmes sont de moins en moins accep
tées mais le problème reste un problème difficile
70 RITUELS ET PROPH TES
Ainsi dans son livre sur le prophète Amos 3) A.G Auld qui compte
parmi les biblistes les plus intelligents ne sait traiter la critique sacrificielle
du prophète de Téqoa la lumière un not-too-illicit 20th-century ana
logy for attitude to religion
La religion comme culte
Ici il nous faudra faire attention notre emploi du terme religion Si nous
employons ce terme une fa on assez générale est-à-dire dans le sens populaire
de tout ce qui affaire Dieu alors Amos est un personnage religieux et
une partie importante de son message consiste dire que la religion ne doit
pas être identifiée avec le culte et être religieux ne veut pas dire sim
plement observer des pratiques spécifiquement religieuses cultuelles Mais
si nous employons religieux dans un sens plus étroit et si nous limitons ce
terme ce que je viens justement appeler spécifiquement religieux alors
Amos était anti-religieux ou du moins religieux une fa on critique
Nous avons noté plus haut que sa vision finale destruction qui commence
autel pourrait être importante pour établir son attitude religieuse Malheureu
sement cette scène paraît ambiguë A-t-il choisi le temple comme premier objectif
de attaque en tant que symbole de la confiance en soi-même présentée comme
fausse du peuple coupable Ou faut-il penser que Yahvé commence par détruire
le trait union normal de son rapport avec son peuple un peu comme un gou
vernement belligérant rappellerait ses représentants diplomatiques au commence
ment une guerre En tout cas il nous faudra noter deux points importants
Avant tout il faut nous rappeler il eu et il encore dans le
judaïsme comme dans le christianisme des tendances plus ou moins a-cultuelles
Or ces tendances se sont souvent inspirées Amos et autres aspects semblables
que on trouve dans la tradition prophétique Je pense par exemple de nombreux
Israéliens et autres Juifs qui ne donnent la religion aucun rôle essentiel dans
leur vie Et je pense aussi au témoignage si important de la Society of Friends
Mais il nous fallait présenter un parallèle du vingtième siècle attitude
religieuse Amos qui ne soit pas trop erroné je proposerais de méditer sur hé
ritage si difficile et pourtant si poignant du prisonnier Dietrich Bonhoeffer
et de son concept de Christianisme sans religion Bonhoeffer était bien des
égards un théologien conservateur Mais il était un homme Eglise qui priait et
qui la fin de ses jours offrit le service liturgique ses camarades de
prison Mais le cérémonial religieux était pas Vessence de son christianisme
Ce fut un homme révolté contre une église nationale plus soucieuse de cautionner
opportunisme un gouvernement que de dénoncer et de combattre injustice
Il est bien possible de reconnaître des nuances de ce genre dans attitude Amos
égard de la religion
Cette interprétation de attitude Amos égard du culte montre en
dépit de plus un siècle de critique biblique et malgré les théories de Ecole
scandinave les vieilles idées de Duhm Ewald et de Wellhausen ne sont
pas oubliées
Ce qui frappe surtout dans cette page Auld est la tendance qui est
traditionnelle et qui reste évidemment importante dans les études bibliques
lire ce qui est venu avant dans histoire la lumière de ce qui viendra
après ainsi Amos la lumière des Quakers ou de Bonhoeffer Il faut ajouter
que si opposition entre prophètes et rituel est encore vivante chez des spé
cialistes tels que A.G Auld elle semble avoir jamais connu de crise chez
les non-spécialistes les exemples de cette popularité persistante sont très
nombreux
71 DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS ARCHIVES
Prophètes et sacrifices
Nous avons vu que A.G Auld mentionne la vision finale du prophète
Amos avec thé destruction beginning at the altar Or la destruction qui
commence autel est décrite par ce prophète dans un passage du chapitre
9:1-4) dont voici la traduction Dhorme Bibliothèque de la Pléiade
Je vis Adonai debout sur autel
et il dit
Frappe le chapiteau
et que ébranlent les seuils
Brise-les sur la tête eux tous
puis je tuerai leur postérité par épée
point ne fuira parmi eux de fuyard
et point ne se sauvera entre eux un réchappé
ils pénètrent au Sheoi par effraction
ma main les prendra de là
et ils montent aux Cieux
je les ferai descendre de là
ils se cachent au sommet du Carmel
de là je les cherche et je les prends
ils se dissimulent de devant mes yeux
au fond de la mer
de là je commande au Serpent
et il les mordra
ils vont en captivité
en avant de leurs ennemis
de là je commande épée
et elle les tuera
je fixerai mon il sur eux pour le malheur et non pour le bonheur
Ce terrible châtiment est point une attaque contre le culte mais contre
un culte erroné le péché de Samarie est très probablement un culte de ce
sanctuaire que le prophète de Téqoa dans le royaume de Juda attaquait en
tant que culte illégitime du royaume du Nord mh coulpe après la
Bible de la Pléiade correspond bien au péché cultuel représenté par le veau
or en Dt 9:21 ou contre un culte qui est sinon erroné Dan) du moins
seulement formel et donc impie comme le montre pour Bersabée le chapitre
dont je citerai quelques versets Car le texte prépare ainsi annonce de
destruction
13 En ce jour-là évanouiront
les vierges si belles
et les éphèbes par suite de la soif
14 Eux qui juraient par la Coulpe de Samarie
et qui disaient Vive ton dieu Dan
et Vive le culte de Bersabée
ils tomberont et ne se relèveront plus 13-14)
Quant la destruction de autel que nous trouvons en 3:13-15 sous forme
oracle complet il ne agit pas une attaque divine contre le culte en soi
mais plus simplement contre le royaume du Nord représenté de fa on syn
thétique par le binôme temple-palais
72 RITUELS ET PROPH TES
13 Entendez et témoignez contre la maison de Jacob
oracle Adonaï Yahvé Dieu des armées
14 est au jour où je sévirai contre lui pour les forfaits Israël
je sévirai contre les autels de Bethel
les cornes de autel seront abattues
et elles tomberont terre
15 Je frapperai la Maison hiver
ainsi que la Maison été
et périront les Maisons ivoire
et disparaîtront les Grandes Maisons
oracle de Yahvé
Enfin une série de passages du Livre Amos semblent vouloir condamner
le culte en faisant proférer Yahvé des expressions de mépris ou de haine
égard des comportements cultuels et surtout du sacrifice Il vaut la peine
de relire ce texte en faisant attention la mention de la vie mythique Israël
au désert une vie sainte et pourtant une vie sans sacrifices Voyons par exem
ple 5:21-25
21 Je déteste je méprise vos fêtes
et je ne prends pas plaisir vos réunions
22 Que si vous faites monter vers moi des holocaustes
je ne me complais pas vos oblations
et je ne regarde pas vos pacifiques de ufs gras
23 loigne auprès de moi le tapage de tes chants
et que je entende pas la psalmodie de tes harpes
24 Mais que le jugement coule comme de eau
et la justice comme un torrent intarissable
25 Est-ce que sacrifices et oblation
vous avez présenté dans le désert
pendant quarante ans Maison Israël
Une série de comparaisons possibles bibliques surtout Sam 15:22 Is
1:10-16 29:13-14 58:1-8 Os 6:6 Mi 6:5-8 Jr 6:20 2:13 Za 7:4-6 et
aussi Ps 40:7-9 50:5-11 51:18-19 et non-bibliques montre que le thème
est assez répandu il agit de la nécessité que les sacrifices soient offerts
avec un esprit pur et partir une attitude pieuse est cela qui compte et
non la richesse des offrandes ou la fréquence des gestes rituels La présence
de ce thème dans les trois Psaumes cités montre que est pas un thème spé
cifiquement prophétique sa présence hors de la Bible par exemple dans une
série de traditions narratives sur le sanctuaire grec de Delphes montre
son tour il ne agit pas même un thème spécifiquement biblique
Amos veut donc dire tout simplement que les fêtes TM hgykm.
srtykm LXX heortas. en panêguresin) les sacrifices TM If mnhtykm
sim ykm LXX holokautômata thusias) les chants et les musiques ne
sont pas acceptables ils sont offerts par des impies et que la justice TM
sdqh mspt LXX krima dikaiosunê seule les rend agréables aux yeux de
Yahvé est là interprétation correcte de tous les textes bibliques de ce
genre qui ne sont donc pas anti-sacrificiels et qui ne doivent pas être
pris pour des textes anti-religious
Mais il plus Quelques textes narratifs de la Bible présentent des pro
phètes en train de sacrifier Il agit avant tout de plusieurs passages de his
toire de Samuel mais comme Samuel qui était tenu pour prophète par les
73 DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS ARCHIVES
auteurs de Dt 18:15 est un personnage très complexe et difficile classer
pourvu de qualités sacerdotales et faisant fonction de juge sp nous ne pou
vons rien déduire de ces récits Il agit aussi -et cela est plus important-
dé deux épisodes de cette série de récits que on appelle les cycles Elie
17- et Elisée II 2-13 est-à-dire de histoire Elie au
mont Carmel IR 18:16-46) et de histoire de appel Elisée IR 19:19-21
Dans la première de ces histoires bibliques le prophète Elie emploie deux
techniques différentes pour entrer en rapport avec son dieu la construction
correcte un autel sacrificiel pour Yahvé et la prière En réponse cette
double action cultuelle le feu de tomba et dévora holocauste et le
bois que le prophète avait disposé sur autel
Quant appel Elisée le voici dans la traduction de Dhorme
19 Elie partit de là et trouva Elisée fils de Shaphat Or celui-ci était en train de
labourer Il avait devant lui douze arpents et il en était au douzième Elie passa
vers lui et jeta son manteau sur lui 20 Alors celui-ci laissa les ufs et courut
derrière Elie il dit Permets que embrasse mon père et ma mère puis je vien
drai ta suite Mais Elie lui dit Va retourne car ai-je fait pour toi 21
Alors Elisée en revint de derrière lui prit la paire de ufs et la sacrifia Avec
le joug des ufs il fit cuire leur chair et la donna aux gens qui en mangèrent
Puis il se leva partit la suite Elie et entra son service
Le sacrifice un sacrifice de communion le verbe est zbh) marque le
départ Elisée qui abandonne sa vie et son activité de producteur ici de
laboureur et devient prophète en servant verbe TM LXX leitour-
geô Elie Les douze smdym de ufs de 19:19 sont probablement douze
mesures de superficie cf le latin iugerum smd est le joug) et la phrase
veut dire que le laboureur appelé était au commencement un long travail
agricole traduction mot par mot Elisée labourait avec douze smdym devant
lui et lui il était dans le douzième Quant aux harnais des ufs que
le nouveau prophète emploie comme bois pour faire cuire bsl bouillir
la viande il agit en réalité des jougs LXX ta zeuge ton boon Le sacrifice
qui marque le passage Elisée de la vie productive et agricole une nouvelle
vie de prophète est en même temps la destruction de ses moyens de produc
tion ufs et joug Le sacrifice prend la place du labourage les animaux
et les instruments du labour changent de fonction et deviennent les instru
ments du sacrifice Le sacrifice et le repas commun de viande transforment
donc le joug et les animaux en matière sacrificielle comme et en même temps
que le rite transforme Elisée en prophète
Le sacrifice est ici un type spécifique de sacrifice ce type qui comporte
un repas sacrificiel commun et qui souligne donc la commensalité sacrifi
cielle le caractère collectif de action cultuelle Au moment même où Elisée
se détache des autres fils Israël qui travaillaient avec lui action sacrifi
cielle qui marque son refus de la vie productive et son choix de la nouvelle
fonction prophétique institue entre lui et ses gens les autres Israélites qui
restent producteurs les liens sacrés du zbh est là le paradoxe du passage
prophétique Elisée qui renforce les liens entre le prophète et le peuple Is
raël tout en détachant le prophète du reste de son peuple
La forme et le sens du sacrifice prophétique de 19 sont clairs
mais il ne sera pas possible de les comprendre fond et de en servir pour
interpréter les rapports entre les prophètes de la Bible et le rituel sans les
comparer une série de récits bibliques semblables Ces récits il en
74 RITUELS ET PROPH TES
quatre sont les seuls récits bibliques qui nous présentent le sacrifice ou en
tout cas la mise mort de bovins de trait pris directement du joug Le tableau
suivant les présente de fa on très claire Un tel comportement qui est re
présenté chaque fois comme un comportement rituel sinon spécifiquement
sacrificiel était sûrement choquant dans le contexte de la Bible dans lequel
le bovin de trait était objet une attention affectueuse je pense surtout
Dt 25:4 Je voudrais illustrer ici très rapidement ces récits dans intention
de discuter un type spécifique de rituel présenté par la Bible et essayer ensuite
de comprendre le sacrifice prophétique de 19
Lieu Victimes Action Passage Saison Objets
Sam 11 Labourage Guibéa Deux nth paix
et semailles ufs bqr guerre
Jg 19 Guibéa Une femme nth paix
guerre
Sam Récolte des Beth- Deux Un char Ih absence
céréales Shémésh vaches qui présence Cglh
allaitent de Arche
prwt lwt
Deux 19 Labourage Instruments zbh agriculteur
et semailles ufs bqr prophète kly[mi
Sam 24 Battage des Jérusalem Deux Traîneau et Ih aire
Chr 21 céréales instruments sanctuaire ufs bqr
II Chr 3:1 mrgym
wkly[mJ
Une série de rites de passage bibliques
Le comportement sacrificiel verbe zbh Elisée dans le récit ae 19
est proche du comportement de Saul le premier roi Israël et de Juda
occasion de la conquête une ville Israël Yabesh de Galaad Voici
comment est traduit ce récit dans La Bible de la Pléiade Sam 11:1-11
Environ un mois après Nakhash Ammonite monta camper contre Jabès en
Galaad Tous les hommes de Jabès dirent Nakhash Conclus avec nous une
alliance et nous te servirons Mais Nakhash Ammonite leur dit Voici
quelle condition je conclurai avec vous est en vous crevant tous il droit
Ainsi aurai couvert opprobre tout Israël Les anciens de Jabès lui dirent
Laisse-nous un répit de sept jours pour que nous envoyions des messagers dans
tout le territoire Israël il personne qui nous sauve nous nous rendrons
toi
Les messagers arrivèrent Guibeah de Saul et redirent ces paroles aux oreilles
du peuple Tout le peuple éleva la voix et pleura
Et voici que Saul arrivait de la campagne derrière les ufs Saul dit
donc le peuple pleurer On lui répéta les paroles des gens de Jabès esprit
lohim fondit sur Saul dès il entendit ces paroles et sa colère enflamma
fort II prit une paire de ufs il dépe et en envoya dans tout le territoire
Israël par la main des messagers en disant Quiconque ne marchera pas la
75 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
suite de Saul et la suite de Samuel ainsi sera-t-il fait ses ufs Alors la
terreur de lahve abattit sur le peuple et ils marchèrent tous comme un seul
homme II les passa en revue Bézéq Les fils Israël étaient trois cent mille
et les hommes de Juda trente mille
Ce récit est différent du récit de IR 19 il ne agit point ici un sacrifice
du comportement un futur prophète même si Saul est parmi les pro
phètes en Sain 10:9-13
Toutefois la ressemblance entre les deux textes est évidente car dans les
deux cas il agit du passage un état normal marqué par le travail agri
cole par le labourage avec une paire de ufs) un état différent et dans
les deux cas le passage en question est signalé ou plutôt agencé par la mise
mort et par le dépe age une paire smd de ufs
Je me suis occupé de Sam 11:1-11 dans un travail publié en 1988
action de Saul me semblait alors et me semble toujours le compor
tement un possédé une situation similaire est racontée en Jg 14 où esprit
de Yahvé fondit sur Samson) un acte de terrorisme symbolique sem
blable aux rituels sanglants qui accompagnent la stipulation des traités
une variante particulière du thème du dépe age une victime et un rite
de passage de la paisible activité agricole un état de guerre
Quant au troisième aspect du comportement de Saul -qui est pas sa
crificiel le verbe qui exprime ce que ce futur roi fait une paire de ufs
TM sind bqr LXX duo boas est nth LXX emelisen Or nth est presque
toujours Lv 1:6 et 12 8:10 18:23 et 33 un terme technique pour indiquer
acte de dépecer une victime animale peine tuée dont la chair encore crue
est ainsi divisée dans histoire Elie au mont Carmel 18) que ai
citée le prophète place les morceaux de viande il obtient ainsi sur le bois
de autel La division et la distribution de la viande avec les menaces qui
les accompagnent ont un effet immédiat les hommes du peuple Israël mar
chent comme un seul homme TM ys hd LXX hos aner heis et
battent les ennemis dont il ne resta pas deux ensemble ensemble est
yhd cf hd un
Ce qui nous intéresse ici est plutôt le quatrième aspect du geste de
Saul la destruction des moyens de production non pas sacrificielle mais
pourvue de résonances sacrificielles qui opère le passage état de guerre
Pour cet aspect et pour le troisième aspect de ma liste qui est lié au quatrième
épisode dc 19 ressemble un autre épisode biblique que nous trouvons
dans le Livre des Juges Jg 19 Dans ce récit est la concubine un Lévite
qui est traitée comme les deux ufs de épisode de Sam 11 le dépe age
et la distribution des douze parties de son corps parmi les tribus Israël dé
noncent un événement plus affreux encore que la conquête de Yabesh de la
part des Ammonites le viol subi par cette femme dans la ville benjaminite
de Guibéa Voici le traitement que subit la concubine du Lévite Jg 19:26-30
quand elle vient mourir la suite du viol la porte de la maison où se
trouve son mari
26 La femme arriva approche du matin et tomba entrée de la maison de
homme chez qui était son maître ce il fît jour 27 Son maître sortit
au matin et ouvrit les portes de la maison Comme il sortait pour se remettre en
route voici que la femme sa concubine gisait entrée de la maison ses mains
sur le seuil 28 II lui dit Lève-toi et allons Mais pas de réponse Alors il
la prit sur âne puis homme se leva et en alla chez lui 29 II entra dans sa
76