Madame Louise de France

Madame Louise de France

-

Documents
118 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 403
Langue Français
Signaler un problème
MADAME LOUISE DE FRANCE Considerate lilia… quomodo crescunt. ( MATH., VI, 28 ) LEON DE LA BRIÈRE D’après l’édition Victor Retaux, Paris, 1900. I LE FAIT En l’année 1770, la cinquante-cinquième du règne de Louis XV, un printanier soleil éclaira le Premier Longchamps, ce classique défilé du mercredi-saint, qui se renouvelait traditionnellement les deux jours suivants, et qui chaque fois réunissait, aux Champs-Elysées, les plus fastueuses élégances. Paris et Versailles rivalisèrent, selon l’usage, de luxe pimpant et cotiteux. On applaudit les équipages des comédiennes empanachées luttant avec les duchesses ; leurs conques de nacre roulantes, aux chevaux carapaçonnés d’or ; leurs fins carrosses, aux panneaux de porcelaine peinte, où les tourterelles se becquetaient sur des roses, où les papillons enchaînaient de guirlandes fleuries les petits amours ailés. Cependant, belles dames et charmants seigneurs, en admirant le radieux cortège, commentaient avec animation la surprenante nouvelle qu’apportaient de bon lieu les gens bien informés. Ce matin même, 11 avril, une propre fille du Roi, la plus jeune, Madame Louise, aurait quitté Versailles pour entrer en religion ! Etait-il exact ce bruit étrange colporté par la cohue dorée du Premier Longchamps ? Il faut, pour le vérifier, se transporter à Saint-Denis, près de Paris. Un groupe de vingt-sept pauvres filles végétaient dans cette ville. Elles y pratiquaient les austérité les plus rigoureuses; et cela pour deux raisons : d’abord, parce qu’elles suivaient la règle de l’Ordre le plus sévère, c’est-à-dire du Carmel réformé, aggravant de telle sorte les observances communes qu’on appelait leur Maison la Trappe du Carmel ; en second lieu, parce qu’elles étaient absolument dépourvues de ressources et se consumaient dans l’angoisse d’une extrême détresse. Leur monastère était doté d’un immeuble, d’un enclos, et même de flamboyantes armoiries, de gueule à une croix d’or pattée en chef, ancrée en pointe, accompagnée de trois étoiles de même posées deux et une, le tout surmonté d’une couronne de duc et de sept étoiles. Mais les espèces manquaient absolument : les dots apportées par les anciennes avaient fondu ; aucune recrue ne se présentait ; c’était misère noire. Nous sommes ici bien loin des jouissances et des scandales qui s’aiguisaient, avec tant de grâces, à Longchamps et à Versailles ! Tel était le dénuement de ces pauvres filles et si lourd le poids de leurs dettes, que les inspecteurs réguliers appelés théologiquement les Visiteurs apostoliques pensaient à disperser leur troupe dénuée, à distribuer les religieuses de Saint-Denis dans les autres monastères de leur Ordre, moins durement éprouvés. Ce n’était pourtant pas une vie fastueuse ou les dépenses exagérées qui avaient ruiné les Carmélites de Saint-Denis. Fondée par un fervent essaim de religieuses, envoyées du Carmel d’Amiens sous la conduite de mademoiselle de Viole, la Maison déboursait peu. Les Carmélites boivent seulement de l’eau, qu’elles corrigent, là où elle est suspecte, Ŕ à paris par exemple Ŕ avec un peu de bière ou de vin ; elles ne la mélangeaient, à Saint-Denis, qu’avec du mauvais cidre. Elles ne mangeaient que les citrouilles et les carottes de leur jardin, la pomme de terre n’étant pas encore vulgarisée ; elles n’étaient vêtues que de sacs rapiécés ; elles 2 dormaient sur la paille ; elles ne se chauffaient jamais ; elles s’éclairaient avec d’infectes. chandelles ; elles bêchaient la terre ; elles rapiéçaient elles-mêmes leurs vitres cassées ; elles fondaient et sciaient leur bois. Mais, malgré l’exiguïté de la dépense quotidienne, toutes leurs ressources étaient épuisées, dépassées. La Prieure qui succédait à mademoiselle de Viole et à mademoiselle de Dillon était une, vaillante Irlandaise, sortie de la Cour de Jacques II, mademoiselle Craig. Elle savait que ses extrêmes besoins avaient lassé la charité des plus généreux bienfaiteurs ; elle n’espérait plus aucun accours humain ; elle était même , sous le coup d’une menace immédiate, car elle devait au marchand de bois le combustible employé pour la cuisine, l’infirmerie et la lessive : ce marchand ne voulait plus attendre, et son huissier avait déposé chez la tourière une signification du saisie ! La Communauté éperdue fit alors le vœu de célébrer chaque année une neuvaine spéciale de pénitences et de prières si la sainte Vierge, reine du Carmel, envoyait au monastère une postulante assez largement dotée des biens de la terre pour venir efficacement en aide aux abandonnées. La tradition ajoute même que l’on entendit une converse défiante murmurer avec une sorte de dépit : Ŕ Nous demandons à sortir d’embarras ; pour opérer un tel miracle, il ne nous faudrait, en vérité, rien moins qu’une Fille de France ! Or, le mercredi saint, à l’heure de la messe conventuelle, vers heures du matin, une voiture de Versailles pénétrait dans l’avant-cour du Carmel. Il en descendit deux dames, avec l’aide d’un écuyer. L’une était Madame Louise de France, fille du Roi. La marquise de Créquy, née Froulay, a noté, dans ses Souvenirs de Jeunesse, qu’un jour elle remplit l’office de dame d’honneur auprès de Madame Louise de France, ayant été désignée par le Roi pour porter la traîne de cette princesse, dans une grande cérémonie à Notre-Dame ; mais, depuis lors, Louis XV avait régulièrement constitué la maison de ses filles : chacune d’elles avait une dame d’atours, dix dames pour accompagner, une lectrice ; à cette Cour présidait une dame d’honneur, laquelle était, pour Madame Louise, la duchesse de Civrac. La charge n’était pas une sinécure, car madame de Civrac joignait ses attributions professionnelles un ministère très chargé, le département des aumônes. Elle devait toucher directement l’argent de poche destiné à sa princesse et le distribuer intégralement aux pauvres, sans avoir aucun compte à rendre et sans réserver personnellement quoi que ce fût à la titulaire ; de telle sorte qu’une fois, Madame Louise s’étant, par extraordinaire, permis une dépense individuelle qui montait à un louis, dut emprunter cette modeste somme à une femme de chambre, et se le reprocha toujours. De toutes les dames, une seule, par ordre, la princesse de Ghistelles, avait suivi Madame Louise, le 11 avril. Madame de Ghistelles était née Melun, et Grande d’Espagne. On sait qu’en France, le mot Prince n’indique pas un degré spécial dans la hiérarchie nobiliaire, où les ducs occupent seuls le premier rang. Les Français ne peuvent donc tenir ce titre que d’une puissance étrangère, avec l’autorisation du Roi. C’est ainsi que le mari de madame de Ghistelles avait été créé prince par l’empire (l’Allemagne, en 1760). Elle devait expier plus tard dans les prisons révolutionnaires, à la Bourbe notamment, avec sa nièce la comtesse d’Hinnisdal, la longue