Nation et religion aux États Unis / Nation and Religion in the United States - article ; n°1 ; vol.83, pg 11-24

-

Documents
16 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Archives des sciences sociales des religions - Année 1993 - Volume 83 - Numéro 1 - Pages 11-24
The 1787 Constitution and its first amendment guarantee Church-State separation and freedom of conscience for the citizens. Nevertheless the United States is not laic in the French way. The frontier between religion and politics is not that impervious for since the XVIIIth century's national creation a civic religion that sacralizes the Nation (rather the state which warrants the Nation's perenniality) has been giving citizens a common faith, having its own myths, its own rituals and its own saints. This civic religion has two primary functions: it legitimizes the Nation by giving it God as a protecting and guiding godfather; it concretizes the nation itself by taking the place of missing elements such as a territory, ancestors, a common history, a homogeneous culture, a common past. Civic religion is diffused by the clergy of the revealed religions as well as by politicians. The ever tighter alliance between fundamentalist movements and political conservatives drives it over the very limits of Church-State separation. Civic religion has overcome the shocks of recent American history (Watergate, Vietnam war, ...) that shook it momentarily but till now didn't find a way out in its attempts to transcend the contradictions of a multi-cultural society within which inequalities go deeper and deeper.
La Constitution de 1787 et son premier amendement garantissent la séparation de l'Eglise et de l'Etat ainsi que la liberté de conscience des citoyens. Cependant les Etats-Unis ne sont pas laïcs au sens français. Entre le religieux et le politique, la barrière n'est pas étanche et, depuis la création nationale au XVIIIe siècle, une religion civique, qui sacralise la nation (ou plutôt l'Etat, garant de la pérennité de la nation) a donné aux citoyens une foi commune, avec ses mythes, ses rituels et ses saints. Cette religion civique a deux fonctions principales : légitimer la nation en lui donnant Dieu pour parrain, protecteur et guide ; donner corps à la nation elle-même en se substituant aux éléments qui ont défaut : un territoire, des ancêtres, une histoire commune, une culture homogène, un passé commun. La religion civique est diffusée aussi bien par le clergé des religions révélées que par les politiques. Elle est poussée au-delà des limites de la sépa ration du religieux et du politique par l'alliance de plus en plus étroite entre les mouvements fondamentalistes et les politiques conservateurs. Ebranlée momentanément par les secousses connue histoire américaine (Watergate guerre du Vietnam...) elle les surmontées mais elle ren contre une impasse elle cherche dépasser les contradictions que lui oppose une société arc-en-ciel au sein de laquelle les inégalités se creusent.
La Constitución de 1787 y su primera enmienda garantizan la separación de la Iglesia y del Estado así como la libertad de consciencia de los ciuda-danos. Entre lo religioso y lo politico la barrera no es impermeable y, desde la creación nacional en el siglo XVIII, la religión civica que sacraliza la nación (o más bien el Estado, fiador de la perenidad de la nación) ha ofrecido a los ciudadanos una fe común, con sus mitos, sus ritos y sus santos. Esta religion civica tiene dos funciones principales: ligitimar la nación poniendo a Dios como padrino, protector y guia; dar consistencia a la nación ella misma, sustituyendose a los elementos que hacen falta, y estos son: un territorio, los antepasados, una historia común, una cultura homogenea, un pasado común. La religión civica es difundida tanto por el clero de las religiones de revelación como por los politicos. Ella es impulsada más allá de los limites de la separación de lo religioso y de lo politico bajo el influjo de una alianza cada vez más estrecha entre los movimientos fundamentalistas y los politicos conservadores. La religión civica pudo recuperarse de varias comociones politicas (Watergate, guerra del Vietnam...), pero encuentra sus limites cuando intenta superar las contradicciones de una sociedad «arco-iris» en la cual se profundizan las disigualdades.
14 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1993
Nombre de lectures 40
Langue English
Signaler un problème

Elise Marienstras
Nation et religion aux États Unis / Nation and Religion in the
United States
In: Archives des sciences sociales des religions. N. 83, 1993. pp. 11-24.
Citer ce document / Cite this document :
Marienstras Elise. Nation et religion aux États Unis / Nation and Religion in the United States. In: Archives des sciences
sociales des religions. N. 83, 1993. pp. 11-24.
doi : 10.3406/assr.1993.1483
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0335-5985_1993_num_83_1_1483Abstract
The 1787 Constitution and its first amendment guarantee Church-State separation and freedom of
conscience for the citizens. Nevertheless the United States is not "laic" in the French way. The frontier
between religion and politics is not that impervious for since the XVIIIth century's national creation a
civic religion that sacralizes the Nation (rather the state which warrants the Nation's perenniality) has
been giving citizens a common faith, having its own myths, its own rituals and its own saints. This civic
religion has two primary functions: it legitimizes the Nation by giving it God as a protecting and guiding
godfather; it concretizes the nation itself by taking the place of missing elements such as a territory,
ancestors, a common history, a homogeneous culture, a common past.
Civic religion is diffused by the clergy of the revealed religions as well as by politicians. The ever tighter
alliance between fundamentalist movements and political conservatives drives it over the very limits of
Church-State separation.
Civic religion has overcome the shocks of recent American history (Watergate, Vietnam war, ...) that
shook it momentarily but till now didn't find a way out in its attempts to transcend the contradictions of a
multi-cultural society within which inequalities go deeper and deeper.
Résumé
La Constitution de 1787 et son premier amendement garantissent la séparation de l'Eglise et de l'Etat
ainsi que la liberté de conscience des citoyens. Cependant les Etats-Unis ne sont pas "laïcs" au sens
français. Entre le religieux et le politique, la barrière n'est pas étanche et, depuis la création nationale au
XVIIIe siècle, une religion civique, qui sacralise la nation (ou plutôt l'Etat, garant de la pérennité de la
nation) a donné aux citoyens une foi commune, avec ses mythes, ses rituels et ses saints. Cette
religion civique a deux fonctions principales : légitimer la nation en lui donnant Dieu pour parrain,
protecteur et guide ; donner corps à la nation elle-même en se substituant aux éléments qui ont défaut :
un territoire, des ancêtres, une histoire commune, une culture homogène, un passé commun. La
religion civique est diffusée aussi bien par le clergé des religions révélées que par les politiques. Elle
est poussée au-delà des limites de la sépa ration du religieux et du politique par l'alliance de plus en
plus étroite entre les mouvements fondamentalistes et les politiques conservateurs. Ebranlée
momentanément par les secousses connue histoire américaine (Watergate guerre du Vietnam...) elle
les surmontées mais elle ren contre une impasse elle cherche dépasser les contradictions que lui
oppose une société arc-en-ciel au sein de laquelle les inégalités se creusent.
Resumen
La Constitución de 1787 y su primera enmienda garantizan la separación de la Iglesia y del Estado así
como la libertad de consciencia de los ciuda-danos. Entre lo religioso y lo politico la barrera no es
impermeable y, desde la creación nacional en el siglo XVIII, la religión civica que sacraliza la nación (o
más bien el Estado, fiador de la perenidad de la nación) ha ofrecido a los ciudadanos una fe común,
con sus mitos, sus ritos y sus santos. Esta religion civica tiene dos funciones principales: ligitimar la
nación poniendo a Dios como padrino, protector y guia; dar consistencia a la nación ella misma,
sustituyendose a los elementos que hacen falta, y estos son: un territorio, los antepasados, una historia
común, una cultura homogenea, un pasado común.
La religión civica es difundida tanto por el clero de las religiones de revelación como por los politicos.
Ella es impulsada más allá de los limites de la separación de lo religioso y de lo politico bajo el influjo
de una alianza cada vez más estrecha entre los movimientos fundamentalistas y los politicos
conservadores.
La religión civica pudo recuperarse de varias comociones politicas (Watergate, guerra del Vietnam...),
pero encuentra sus limites cuando intenta superar las contradicciones de una sociedad «arco-iris» en la
cual se profundizan las disigualdades.Arch de Sc soc des Rel. 1993 83 juillet-septembre) 11-24
Elise MARIENSTRAS
NATION ET RELIGION AUX ETATS-UNIS
En 1787 lors de la rédaction de leur constitution plus tôt et surtout
plus durablement que ne le feront les révolutionnaires fran ais les Améri
cains ont soigneusement établi une séparation entre les domaines du religieux
et du politique article no de la Constitution rédigée en 1787 porte
que aucune condition de religion ne sera jamais requise pour accès au
cune fonction des tats-Unis et deux ans plus tard le premier amendement
la Constitution qui inscrit avec les neuf suivants dans la Déclaration
des droits des Américains stipule en termes concis Le Congrès ne pourra
faire aucune loi ayant pour objet établir une religion ou en interdire le
libre exercice.. Dans cette courte phrase les exégètes distinguent deux
clauses une appelée Establishment clause et autre Freedom of Religion
Clause
Alors en France la question de la place de glise dans le domaine
public suscité une division profonde entre les citoyens les Américains ont
jamais remis en cause les principes qui ont présidé ces articles constitu
tionnels Des deux notions inscrites dans le premier amendement tous ac
cordent reconnaître la validité de la première le désétablissement des
glises et le caractère inhérent aux principes de la république de la seconde
qui touche aux droits fondamentaux des citoyens Jamais ces questions ont
donné lieu des luttes politiques de nature menacer unité nationale Le
consensus apparent sur le premier amendement est dû comme il apparaît clai
rement dans les citations ci-dessus ce que les termes par lesquels sont régis
les rapports entre le civil et le religieux sont éminemment flous ou tout le
moins équivoques et ils prêtent des interprétations de toutes sortes
Par exemple il pas paru incongru au président Reagan de proposer
un amendement supplémentaire la Constitution institue la prière obliga
toire dans tous les établissements enseignement Loin de contredire comme
on pourrait le penser et comme affirme opinion libérale les principes
constitutionnels un tel amendement aurait fait que sanctionner une lecture
littérale respectueuse des intentions originelles des rédacteurs de la Consti
tution Cette tentative avancée du religieux dans la sphère publique jus
ici été repoussée sur le principe que les intentions des Pères fondateurs
sont inconnaissables et que en tout état de cause interprétation de la Consti
li ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
tution doit constamment être actualisée dans un sens qui en accentue le ca
ractère libéral
Si la prière obligatoire école ainsi été repoussée est après de nom
breux débats dont issue est pas définitive de même que celle autres pro
blèmes concernant la relation entre le religieux et le politique Jamais
toutefois ils ont été de nature mettre la république en péril Car la
différence de la république fran aise qui au nom des Lumières rejeté le
poids traditionnel de glise sur la société civile la république américaine
tenté de se frayer une voie moyenne en assumant une partie de chacun de
ses deux héritages celui des Lumières qui écarte glise de tout pouvoir
politique et qui prône la tolérance envers routes les opinions et les croyances
et héritage un passé colonial que les tats-Unis contrairement la France
révolutionnaire ont voulu partiellement assumer
Dans cette dualité des fondements de la nation américaine la comparaison
avec tat Israël bien que la création de ce dernier soit beaucoup plus
tardive est plus fructueuse que le parallèle avec la France Curieusement sans
que le fait soit entièrement dû au hasard est Israël séculier et historique
qui rebondira deux cents ans plus tard sur exemple que lui donné une
Amérique dont la métaphore principale fut celle des Hébreux de la Bible En
Israël comme aux tats-Unis la nation est née de implantation immigrés
sur un territoire étranger les deux nations procèdent une colonisation qui
privé une et autre des facteurs par lequels les autres nations étaient
affirmées pour certaines entre elles bien avant la création de tat moderne
inscrivant dans un territoire aux frontières imprécises et elles disputent
aux autochtones porteuses une culture origine allogène composées une
population hétérogène ces deux nations affirment par une déclaration in
dépendance par la reconnaissance internationale et par la création un tat
Dans un et autre cas est tat un tat républicain et séculier en principe
qui fonde et légitime la nation est la solidité des institutions étatiques qui
garantira la pérennité nationale et inversement attachement des citoyens
la nation assolera tat dans une légitimité permanente De une autre
deux cents ans écart ont peut voir analogie entre ce qui est ici et là
création nationale sur le fond une colonisation de peuplement continue
Les choix idéologiques et institutionnels dans ces deux pays portent la
marque de leur genèse un et autre de ces deux tats-nations expliquent
le caractère inéluctable de leur naissance par intervention de la Providence
en faveur de ses élus et par le concept plutôt que la métaphore de la Terre
Promise Entre Israël et les tats-Unis la similitude est frappante dans la
manière dont le mythe national fonde son destin sur une destinée manifeste
et sa justification sur la rétribution des persécutés Créées par volonté ces
deux nations doivent faire la preuve que acte de création nationale répond
une nécessité naturelle et que objet inventé tout compte fait de son
caractère exceptionnel est par ailleurs assez normal assez banal pour prendre
rang dans le concert international
Les tats-Unis sont le premier exemple du couple tat et nation tel que
les Lumières en ont indiqué la voie rationnelle et libérale mais tel aussi il
puise nécessairement des mythes anciens et divers il bricole pour for
ger une religion civile nationale
ambiguïté concernant les rapports de glise et de tat que les textes
fondateurs ont laissé subsister provient du souci de forger unité nationale
12 NATION ET RELIGION
en puisant au fond commun de croyances et de rhétorique bibliques de pra
tiques de tolérance et de cohabitation cultuelles et de la pensée philosophique
des Lumières qui préside institutionnalisation de valeurs universelles pro
clamées Dans ce mode de création nationale la référence religieuse occupe
une place importante dans le discours et la pratique sans toutefois que les
conventionnels aient cédé la tentation de institutionnalisation théocratique
ni celle de la contrainte laïque
De leurs traditions importées Angleterre des vieux mythes antiques qui
se sont mués en mythes révolutionnaires du rêve suscité par le Nouveau
Monde et par la grande translation vers Ouest des principes fondateurs de
liberté individuelle est née une religion civique qui empiète aucunement
sur les religions particulières mais qui au contraire appuie occasion sur
elles et les renforce son tour
On voit que la relation entre le politique et le religieux est équivoque et
que on ne peut parler au sens fran ais un Etat américain laïque De nos
jours comme dans le passé le phénomène religieux est une composante im
portante de la culture américaine Bien il existe pas de statistiques tout
fait fiables sur ce sujet on peut reprendre une estimation de 1985 selon
laquelle 40 des Américains assistent un service religieux au moins une
fois par semaine et 60 environ appartiennent une congrégation religieuse
Cette composante culturelle est pas ignorée par tat Les exemples
les plus frappants sont celui de la devise imprimée sur le dollar et qui fait
de tous ses usagers des croyants en un Dieu unique et celui du serment sur
la Bible prêté par les présidents élus ou par les témoins cités devant les tri
bunaux On pourrait citer beaucoup autres cas qui font preuve une certaine
présence du religieux dans le politique aux tats-Unis
Cette situation peut paraître étrange au regard institutions con ues pour
protéger la liberté de pensée et expression et pour mettre tat hors at
teinte de toute tentative par des groupes particuliers exercer un monopole
ou tout simplement de participer en tant que tels aux décisions publiques Il
agit un côté de garantir égalité des citoyens au sein de la nation un
autre côté entre le politique et le religieux la barrière est pas étanche et
ambiguïté subsiste nos jours
Les sources de la religiosité américaine
Par-delà la rhétorique révolutionnaire qui édifie les tats-Unis sur une
table rase le passé colonial exerce une influence durable sur la nouvelle na
tion La genèse des relations très particulières entre la nation et la religion
plonge au ur des pratiques sociales des institutions des mentalités de
Amérique coloniale Encore faut-il tenir compte de la dimension trans-
océane peu historiens soutiennent encore que émigration accomplie les
colons se sont entièrement coupés de Europe Après deux siècles de méta-
histoire un exceptionalisme américain on voit maintenant dans histoire
américaine un prolongement ou une variable du modèle européen Il faudrait
donc reculer Angleterre renaissante pour saisir les conditions dans
lesquelles est développé ce que on appelle parfois la religion publique
13 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
et corrélativement la conception transcendante de la nation ce que appelle
religion civique 1)
Il faut abord rappeler que les Américains se réclament descendants
migrés qui ont fui la persécution religieuse et qui ont trouvé en Amérique la
liberté nécessaire pour exercer leur foi et pour participer de plain pied la
société environnante tel fut le cas des puritains plus ou moins séparatistes
Angleterre des mora ves de pays catholiques germaniques des juifs victimes
de Inquisition en Amérique ibérique puis des pogromes dans empire tsa
riste pour tous ceux-là au vrai la minorité des dizaines de millions im
migrés Amérique fourni un refuge et un lieu de liberté de pensée
Mais cette explication fournie par le discours exceptionaliste sur la
culture américaine ne rend compte que un phénomène partiel et même quan
titativement mineur la plupart des migrations vers les colonies Amérique
ont été ordre économique plutôt idéologique Seules les deux premières
colonies de Nouvelle-Angleterre Plymouth et Massachusetts sont fondées par
des dissidents religieux qui dissémineront sur place pour créer autres centres
civils et religieux la fois Leur influence dans les régions du Centre-Atlan
tique et du Sud est bien plus faible on ne dit
Dans les régions du centre et du sud les colons sont aux 17e et 18e
siècle en majorité anglicans bien il existe une pluralité religieuse une
pluralité qui aura toutefois bien du mal fonder un véritable pluralisme car
les traditions et autorité de la métropole pèsent sur toutes les colonies de
la Couronne indépendance des tats-Unis
De Angleterre réformée les colonies ont importé le modèle de glise
établie le souverain est aussi chef de glise de sorte que par exemple le
péché hérésie peut aussi être un crime contre tat leur indépen
dance aucun des colons envisageait de trahir le roi aucun ne remettait en
cause le lien entre le politique et le religieux Bien eux-mêmes dissidents
les puritains de Nouvelle-Angleterre ont pour cette raison et pour autres
qui leur étaient propres créé des communautés dans lesquelles les magistrats
distincts du clergé choisissaient eux-mêmes les pasteurs avec accord des
autres autorités religieuses et dans lesquelles au début tout au moins le droit
de vote et la propriété des terres étaient réservés aux saints visibles mem
bres de la congrégation puritaine Dans toutes les colonies anglaises aussi
bien dans les colonies majorité anglicane que puritaine les habitants
payaient impôt qui servait rétribuer le clergé dominant En 1774 encore
des baptistes sont emprisonnés en Nouvelle-Angleterre et en Virginie pour
avoir refusé de payer la taxe religieuse Au Maryland les catholiques se voient
refuser les droits civiques partout les Juifs ou les sectes protestantes mino
ritaires sont discriminés Si exclusion est moins violente en Europe in
tolérance est le principe qui découle du lien entre le religieux et le politique
glise anglicane et la Couronne anglaise les pasteurs et les magistrats
dans les congrégations puritaines En Nouvelle-Angleterre étroitesse des rap
ports entre le politique et le religieux tient surtout idéologie des émigrés
puritains la Cité sur la Colline la Nouvelle Jérusalem que les premiers pion
niers sont venus fonder est une cité selon Dieu une cité où chacun efforcera
de mériter la grâce laquelle il est peut-être prédestiné par sa foi et ses
uvres individuelles dans un cadre strictement communautaire La congré
gation puritaine communale de Nouvelle-Angleterre est une société intégrée
dans laquelle la vision du monde est unique et admet pas de déviance Entre
14 NATION ET RELIGION
individu et la société politique un pacte est signé qui redouble le pacte qui
été conclu entre Dieu et Adam puis entre Dieu et Abraham et qui engageait
non seulement Abraham mais sa postérité La société soutient individu dans
ses efforts pour le salut autorités civiles et clergé épaulent pour que les
préceptes de la Bible soient observés église dans la vie publique et dans
la vie privée
Très tôt dès le premier tiers du 17e siècle une législation des codes
civils sont rédigés dans plusieurs colonies Au Massachusetts au Connecticut
au Rhode Island mais aussi dans des colonies anglicanes comme la Virginie
les codes pénaux et la législation inspirent de la Bible et parfois citent di
rectement des versets bibliques
Il ne faut pas en conclure que les colonies aient connu la théocratie Par
tout même chez les puritains les tâches étaient nettement divisées entre le
politique et le religieux mais dans cette région du monde largement calviniste
compte tenu de importance accordée au salut le clergé veillait ce que la
vie politique se déroule dans ordre et la moralité cependant que les légis
lateurs et les juges veillaient se comporter publiquement en bons chrétiens
Malgré la diversité entre les colonies toutes ont en commun héritage
calviniste selon lequel il est naturel que le politique se préoccupe de la bonne
conduite privée et publique des individus et que la religion ne se cantonne
pas la sphère privée totalement séparée de la vie publique
La création nationale
Au cours du 18e siècle hétérogénéité des immigrants accroît la de
mande une plus grande liberté religieuse se fait pressante De son côté la
mère-patrie connu au siècle précédent deux révolutions la première menée
par le parlement et les puritains en 1642-1649 est pas sans rapport avec
les idéaux des puritains Amérique issue de la seconde en 1689 le
nouveau roi impose la tolérance religieuse aux colonies de Nouvelle-Angle
terre sans toutefois supprimer institution de glise établie
Cependant avec la diffusion des Lumières et la prospérité économique
que connaissent les colonies le rapport la foi et aux préceptes bibliques
perd de sa rigidité la franc-ma onnerie rassemblera nombre hommes de
élite Les philosophes anglais et fran ais qui prônent le respect de la loi
naturelle et de la raison sont attentivement lus et commentés Ceux qui de
viendront les dirigeants révolutionnaires Benjamin Franklin Thomas Jef
ferson George Washington et nombre de leur amis sont déistes sans
agressivité Ils ne attaquent pas outre mesure au clergé local qui est pas
hiérarchisé comme en Angleterre) mais ils insurgent grands cris lorsque
la métropole tente de créer un évêché anglican dans les colonies
Dans le milieu du siècle alors que perce dans les élites coloniales culti
vées un éloignement égard de la foi la population rurale connaît pendant
quelques années un grand réveil religieux sous une forme évangélique prê-
chée par des pasteurs hors statut Bien que certains membres des glises se
laissent convertir aux nouvelles lumières autorité des glises institution
nelles affaiblit
15 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
Paradoxalement est au moment où le clergé puritain perd essentiel de
son autorité en Nouvelle-Angleterre que le discours il tenu ses ouailles
et les mythes qui formaient le substrat de la doctrine congrégationaliste
commencent exporter hors de la région où ils ont pris naissance amé
lioration des communications entre les colonies un mouvement centrifuge des
colons puritains vers ouest et le sud et surtout la conjoncture créée par le
conflit entre les colonies et la métropole expliquent une partie du discours
puritain est adopté par les colonies en révolte sous une forme sécularisée
Le dernier tiers du 18e siècle qui voit avec indépendance des tats-Unis
une nouvelle nation surgir dans le monde est caractérisé dans cet hémisphère
par trois aspects de ce que on pourrait nommer le modernisme idéologique
américain
Le premier est la naissance une vision immanente de univers une pri
mauté donné action de homme dans histoire sur les forces obscures
On voit Dieu comme architecte de Univers se mettre en retrait de ici
et maintenant Quand les fondateurs de la nation américaine auront rédigé
leur constitution Dieu cessera être per comme auteur direct des péri
péties historiques autre part Dieu prend une dimension universelle ou tout
au moins cuménique il cesse être qualifié et son nom lui-même est sou
vent remplacé par des synonymes ou des périphrases la Providence Etre
tout-puissant le Ciel la Main Invisible le Juge Suprême de Univers...)
termes acceptables par toutes les sectes et religions monothéistes
Mais Dieu ne disparaît pas totalement de la scène Bien au contraire est
le rôle que lui attribueront les révolutionnaires et leur suite tous les idéo
logues et politiques nationalistes qui lui donnera une place permanente dans
esprit des Américains De même au 17e siècle il séparé le bon grain
de ivraie et envoyé ses élus peupler le Nouveau Monde il est maintenant
le guide inspirateur le protecteur ultime des Fondateurs et avec eux de
la nation américaine tout entière La Déclaration Indépendance du juillet
1776 texte avant tout légitimateur destiné excuser aux yeux du monde le
forfait commis par les rebelles Amérique mentionne Dieu quatre reprises
lorsque auteur Thomas Jefferson fonde sur la loi de nature et du Dieu de
la Nature le droit des peuples indépendance il plonge la divinité dans
une dont on commence soup onner elle sa logique propre Lors
il rappelle que tous les hommes ont été dotés par leur Créateur de certains
droits inaliénables il appuie la légitimité de la nouvelle nation sur une loi
supérieure la fois naturelle et biblique enfin il appelle le Juge
Suprême de Univers témoigner de la rectitude des intentions des insur
gés et il compte sur la ferme protection de la divine Providence il
place Dieu au rang de témoin et de garant de la destinée des Américains
histoire passée des colons celle venir des tats-Unis retrouvant la
transcendance partiellement oubliée sont la manifestation du grand dessein
divin Ce déplacement de la transcendance depuis le domaine limité du temple
et loin de la temporalité éternelle du religieux vers espace terrestre un
continent aux dimensions infinies et dans le temps rythmé des générations et
de la mémoire nationale américaine constitue le deuxième aspect du moder
nisme américain celui qui fonde avant la France révolutionnaire le nationa
lisme moderne
Les fondateurs étaient toutefois cruellement conscients que la nation ils
proclamaient manquait des éléments qui en se sédimentant avec le temps
16 NATION ET RELIGION
donnaient leur raison être aux autres nations Pour un grand nombre de ces
sujets anglais qui étaient faits révolutionnaires la création nationale était
venue comme par surprise dans urgence du conflit inexpiable contre la mé
tropole qui avait créé dans les colonies un vide politique mena ant pour ordre
social En rompant avec la nation-mère ils étaient vus brutalement en charge
une nation sans fondements Il leur fallut alors trouver un ciment substitutif
un moyen de faire unité entre les nouveaux citoyens et de les attacher au
trement que par de purs liens rationnels la république
En suivant les événements et les innombrables textes et décisions qui les
accompagnent on voit sur un très court laps de temps entre 1763 premiers
conflits avec le Parlement britannique- et 1800 -élection du 3e président
qui dit avoir accompli une seconde révolution) élaborer essentiel de la
religion civique 1)
Elle connaîtra peu de transformations par la suite Tout juste pourra-t-on
lui ajouter au cours de la terrible guerre de Sécession les termes du fameux
discours de Gettysburg Abraham Lincoln et les rites qui en découlèrent
célébrant le symbole du sacrifice des citoyens et la notion christique retrouvée
de résurrection sinon des soldats morts tout au moins de la nation un moment
disparue
Tous les autres éléments de la religion civique sont inventés et mis en
uvre avant que se termine le 18e siècle Sacralisation non pas de la nation
qui existe pas encore) mais de ce qui en assure avenir et la perpétuité
édifice étatique qui résulte de la Constitution Liturgie sous la forme des
cérémonials ordonnés non par le clergé mais par la magistrature et les lé
gislateurs fête du Thanksgiving jours de jeûne et de prière pour commémorer
les combats de indépendance grandes processions aux jours saints de la
création nationale Culte des saints et héros fondateurs Washington Franklin
et les héros révolutionnaires et culte des ancêtres aussi bien un Christophe
Colomb découvreur de Amérique espagnole que les pères pèlerins fondateurs
de Plymouth et les Moïse qui ont effectué le Miracle de Philadelphie en
rédigeant ces nouvelles Tables de la Loi que sont les articles de la Consti
tution américaine Les termes bibliques que je viens évoquer ne sont pas
pure métaphore Ils font partie un langage directement issu de la culture
de ces descendants de calvinistes
Dans cette religion civile la présence des références bibliques connote
la fois la reprise des fins séculières de la typologie puritaine qui lisait dans
Ancien Testament le typos du Nouveau et la transformation par ces pu
ritains eux-mêmes de la typologie en mythe des origines est ainsi que
identification constante aux Hébreux premiers élus de Dieu libérés
gypte marcheurs de la Mer Rouge et errants du désert ont joué pour les pu
ritains un rôle bien plus fondamental que ne aurait fait la simple typologie
Les puritains avaient préparé le terrain la sécularisation du mythe hébreu
par les révolutionnaires Ils ont incarné dans Amérique la Nouvelle Jérusa
lem la Terre promise la venue du millenium En inscrivant le millenium ici-
bas ilio tempore les fondateurs de la nation américaine ont cherché susciter
chez les citoyens la même ferveur la même espérance la même communion
avec universel ils tiraient autrefois des religions révélées La révélation
est ailleurs pas absente du credo civique si elle est que suggérée
Aux deux facteurs de la modernité qui viennent être évoqués il convient
ajouter le rôle du clergé traditionnel dans la diffusion de la religion civique
17 DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS ARCHIVES
Loin en effet de combattre glise de front comme le feront les Fran ais
révolutionnaires les inventeurs américains de la religion civique se font des
alliés du clergé Tout en légitimant cette nouvelle forme de religion ils en
facilitent la diffusion et ils procurent aux religions traditionnelles une place
permanente dans la nation La religion avait toujours comme on vu pris
une part importante dans les affaires civiles Lors de la Révolution une petite
minorité surtout dans élite anglicane et parmi les Quakers se rangea du
côté des Loyalistes La plupart des autres déjà convaincus du rôle excep
tionnel de Amérique dans les desseins divins secondèrent avec vigueur les
insurgents et les inventeurs de la religion civique Rien dans celle-ci était
contradictoire avec leur doctrine Et leurs chaires comme pendant la guerre
révolutionnaire les aumôneries armée constituèrent excellents tremplins
pour convertir les fidèles
autre part le clergé put sans grand mal prolonger pour un temps éta
blissement de ses glises Le premier amendement ne concernait que le
Congrès fédéral certains tats eurent encore des glises établies pendant
plusieurs décennies est la pression des populations et non les législateurs
nationaux qui les contraignit enfin perdre leurs prérogatives au cours du
19e siècle La situation fut ensuite relativement stable dans une sorte équi
libre harmonieux entre le religieux et le politique
Turbulences contemporaines
Depuis le début de notre siècle on observe une certaine déstabilisation
un trouble dans cette situation Mais si une conflagration se produit parfois
entre libéraux et conservateurs elle est pas le signe une contradiction la religion civique et les religieux extrêmes ceux que on nomme les
fondamentalistes
Les mouvements fondamentalistes Majorité Morale puis la Fédération
de la Liberté qui lui succède et tout le mouvement qui se reconnaît dans la
Nouvelle Droite Chrétienne pratiquent comme la majorité de la nation amé
ricaine le culte la nation Tout en dénon ant par exemple la dépravation
de la société américaine ils soutiennent en même temps que Amérique est
placée sous égide de la Providence et qu américanisme est synonyme de
sainteté
autre part bien que nettement orientés pour la plupart dans le sens
un protestantisme évangélique bien que foncièrement racistes antisémites
et politiquement conservateurs les mouvements fondamentalistes se préten
dent rassembleurs des protestants des catholiques des juifs des mormons
de tous ceux et est leur objet principal qui cherchent moraliser la vie
publique en se fondant sur une lecture littérale de la Bible
Les fondamentalistes se sont manifestés en premier en 1925 lors de af
faire retentissante du Procès Scopes dit procès du singe On vu ressurgir
ces mouvements dans les années 1950 puis 1980 Ils ne durent guère plus une
décennie et sont généralement expression un malaise au moment une dé
pression économique une crise sociale une faillite apparente des valeurs
De une autre de ses manifestations le mouvement se politise un peu
plus Lorsque Jerry Falwell déconsidéré dissous la Majorité morale en
18