Périodiques généraux ; n°161 ; vol.58, pg 417-447

-

Documents
32 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue d'histoire de l'Église de France - Année 1972 - Volume 58 - Numéro 161 - Pages 417-447
31 pages

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1972
Nombre de visites sur la page 40
Langue Français
Signaler un problème

Périodiques généraux
In: Revue d'histoire de l'Église de France. Tome 58. N°161, 1972. pp. 417-447.
Citer ce document / Cite this document :
Périodiques généraux. In: Revue d'histoire de l'Église de France. Tome 58. N°161, 1972. pp. 417-447.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rhef_0300-9505_1972_num_58_161_1786PÉRIODIQUES GÉNÉRAUX
Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.
Comptes rendus des séances.
1971. Paris, Klincksieck.
Gabrielle Demians d'Archimbaud : Les fouilles de Saint-Victor, p. 87-117. —
Fouilles importantes donnant une stratigraphie, avec découvertes de sarcophages
antiques. Nombreuses illustrations avec coupes.
J. de Font-Réaulx.
Amis de Saint François.
Paris, 26, rue Boissonade.
Mars-avril 1971.
J.-Cl. Tillier : Amat d'Oloron, archevêque de Bordeaux (1089-1101), p. 43-49.
Étude suggestive sur un prélat qui vécut à une époque importante de l'histoire
religieuse bordelaise, puisqu'il fut un collaborateur de Grégoire VII et d'Urbain II,
ainsi qu'un champion de la réforme grégorienne. A ce titre, il mit fin, dans le diocèse
de Bordeaux, à la simonie et à l'investiture laïque. Son action aboutit à la réforme
«t à l'essor de l'Église en Gascogne au xne siècle. — P. Raoul : Que devinrent le
souvent et l'enclos des Capucins de la rue Saint-Honoré aux XIXe et XXe s. ? p. 62-
69. L'auteur, grâce aux minutes notariales, passe en revue propriétaires et loca
taires qui se succédèrent à l'emplacement de l'ancien couvent des Capucins : le
Cirque Olympique, la Société française des Grands Panoramas et surtout le Nouveau
Cirque. Malheureusement, aucun souvenir ne subsiste de la présence et de l'action
<les Capucins pendant deux siècles, rue Saint-Honoré.
Mai-août 1971.
J. Mauzaize : Une étrange aventure, p. 104-114. Évocation et reconstitution
fictive de l'ancien couvent des Capucins, rue Saint-Honoré, et de ses habitants,
en 1636.
Septembre-décembre 1971.
L. Laurand-Dupin : Jeanne Moret, âme franciscaine, p. 17-20. Notice biogra
phique d'une tertiaire de Saint-François, auteur de plusieurs romans où elle décrit
la vie et les souffrances des humbles, tout en faisant passer sa joie et l'écho de sa
vie intérieure. — P. Raoul : Les Capucins de Troyes et le jansénisme, p. 27-37.
Étude sur la résistance des Capucins aux jansénistes troyens. Ce travail qui raconte
•de curieuses péripéties a été écrit grâce au dossier de l'affaire, conservé aux Archives
•départementales de l'Aube, dans le fonds du bailliage de Troyes.
P. Raoul, O.F.M. Cap. 418 PÉRIODIQUES GÉNÉRAUX
Analecta bollandiana.
Bruxelles, Société des Bollandistes, 24, bd Saint-Michel.
Tome 89, 1971.
G. Philippart : Manuscrits hagiographiques de Châlons-sur-Marne, p. 67-102.
Catalogue analytique (avec index) des manuscrits de la Bibliothèque municipale
de cette ville intéressant l'hagiographie ou la liturgie.
J.-R. Palanque.
Analecta cisterciensia.
Editiones cistercienses, Roma, piazza del Tempio di Diana, 14.
Annus XXVI. 1970, fasc. 1-2.
T. Nguyên-DInh-Tuyén : Histoire des controverses à Rome entre la Commune
et l'Étroite Observance de 1662 à 1666, p. 3-247. Comme ces controverses entre les
deux branches de l'Ordre de Cîteaux se déroulèrent à Rome, l'auteur a dépouillé
et transcrit les documents (au nombre de cinquante) découverts dans les Archives
Vaticanes. — J. L. Lekai : The College of Saint-Bernard in Paris on the Eve of the
Revolution, p. 253-279. Continuation d'une étude précédente, d'après les archives
des collèges cisterciens en France avant la Révolution.
Annus XXVII. 1971, fasc. 1-2.
R. de Ganck : Les pouvoirs de l'abbé de Cîteaux, de la bulle Parvus Fons (1265)
à la Révolution Française, p. 3-63. — V. Hermans : Actes et décisions des chapitres
généraux des Congrégations trappistes du XIXe siècle (1835-1891). I. Congrégat
ion de N.D. de la Trappe, p. 81-142 ; IL Congrégation de l'antique Réforme, dite
de Sept-Fons, p. 212-309. — L. J. Lekai : The College of Saint-Bernard in Toulouse
in the Middle Ages, p. 143-155. Histoire de la fondation et des activités en fonction
de l'Université toulousaine. — Id. : The College of Saint-Bernard in Toulouse 1533-
1791, p. 157-211.
J. Bouton.
Analecta praemonstratensia.
Abbaye d'Averbode, Brabant (Belgique).
Tome XLVII, 1971.
X. Lavagne d'Ortigue : Quelques vues sur l'Ordre de Prémontré en France et
dans le Saint-Empire à la fin du XVIIIe s., p. 33-41. Reprise d'une conférence
donnée au Centre de recherches sur la civilisation de l'Europe moderne, à la Sor-
bonne. Utilisation partielle des manuscrits du prémontré H.-J. Le Sage. L'ensemble
manque de vues générales et ne fait guère de place à l'étude des mentalités. —
P. N. Backmund, O. Praem. : Les Prémontrés français émigrés en Bavière 1793-
1802, p. 42-53. A partir de l'ouvrage déjà ancien de W. Wuhr, Die Emigranten der
franzôsischen Revolution im bayerischen und frankischen Kreise, on trouve trente-
cinq notices, très incomplètes, et non exemptes d'erreurs (le n° 9, par exemple,
est le même que le n° 1, Alexandre Hubert Addenet). — P. A. Dimier, O.C.So. :
Une lettre de saint Louis en faveur des abbayes de Valsery et de Lieu-restauré, p. 145-
146. — Id. : Les Cisterciens de Vauclair et les Prémontrés de Cuissy en litige au sujet
d'un bois, p. 147-149. Avec les deux textes en question. — P. J.-B. Valvekens,
O. Praem. : De Erectione statuae S. P. Norberti in basilica S. Pétri Vaticana, p. 232- PÉRIODIQUES GÉNÉRAUX 419
243. En partie à la suite du chapitre général tenu i Prémontré en 1738, et des
décisions des abbés généraux. — P. J.-B. Valvekens, O. Praem. : Odd Rigaldus
et Ordo Praemonstratensis, p. 276-283. D'après les livres de N.N.S.S. P. Glorieux,
et P. Andrieu-Guitrancourt, et d'après le fameux «/Zegestrum visitationum» d'Eudes
Rigaud. — P. A. Dimier, O.C.So. : Une donation de l'abbaye de Saint-Antoine à
l'abbaye de Prémontrê, p. 283-284. Avec le texte de cette donation, d'après l'ouvrage
de Bonnardot. — P. A. Dimier, O.C.So. : Une donation de Louis VIII aux pré
montrés de Bellozanne, p. 286-287. Sans l'édition du texte, qui se trouve au Trésor
des chartes. — Ada et décréta capitulorum generalium Ord. Proem., éd. R. P. J.-
B. Valvekens, pagin. spéciale, p. 193-288. Les textes édités vont de 1514 à 1521.
Xavier Lavagne d'Ortigue.
Angelicum.
Rome, Université S. Thomas d'Aquin. ,
Tome XLVIII, 1971.
F. d'Agostino : Un contributo alla storia dell'idea di equità : Jehan de Gerson
e la lotta per il Concilio, p. 448-489.
P. Droulers.
Annales. Économies, sociétés, civilisations.
26e année, 1971.
Jean-Claude Schmitt : Apostolat mendiant et société : une confrérie dominicaine
à la veille de la Réforme, p. 83-104. L'auteur étudie l'extension géographique, la
composition sociale et la structure démographique de la confrérie du Rosaire,
fondée par les Dominicains Observants de Colmar en 1484. — Jean Séguy : Une
sociologie des sociétés imaginées : monachisme et utopie, p. 328-354. Après avoir
défini le type-idéal de l'utopie et opéré un repérage typologique du monachisme,
où il distingue le domaine du charisme et celui de l'institution, l'auteur étudie
le monachisme comme société utopique, c'est-à-dire comme projet d'une société
autre où les relations sont radicalement changées : homme-femme, ville-cam pagne, .
classe dominante-classe dominée, gouvernants-gouvernes. — Maurice Agulhon :
Enquête ouverte sur les confréries de Pénitents dans le midi de la France de la Restau -
ration à nos jours, p. 1092. Programme d'enquête dont l'intérêt est fondamental
pour l'histoire religieuse ; toute correspondance doit être adressée à l'U.E.R. d'his
toire de la Faculté des lettres d'Aix, avenue Robert Schumann, 13, Aix en Provence.
— Mireille Laget : Petites écoles en Languedoc au XVIIIe siècle, p. 1398-1418.
A partir d'un document des archives de l'Intendance qui fixe pour 1737 l'état
des impositions pour les maîtres et maîtresses d'école, l'auteur montre combien
la Contre-Réforme constitue l'impulsion vitale du développement scolaire : le Lan
guedoc protestant est le Languedoc scolarisé.
Dominique Julia.
Annales historiques de la Révolution française.
Paris. 1971.
Jean Nicolas : La t conversion » de Joseph de Maistre (1789-1791), p. 113-129.
Reprise de la discussion sur le passage du célèbre écrivain du libéralisme, dont
on le taxe encore en 1790, à la réaction contre-révolutionnaire. Bien que n'ayant
J7 420 PÉRIODIQUES GÉNÉRAUX
pas livré tous ses mystères, ce passage ne peut s'appeler une volte-face, comme
on le dit parfois. L'auteur le démontre à partir de la persistance du libéralisme
de Maistre et en restituant au marquis Costa la paternité d'une brochure réaction
naire de 1790 (publiée en annexe) longtemps attribuée à de Maistre. — Françoise
Sabatié : Stagnation démographique et réaction seigneuriale à Buzet-sur-Tarn,
p. 176-196. Cas d'une châtellenie du diocèse de Toulouse peu évoluée en matière
religieuse et livrée à une réaction seigneuriale entre 1771 et 1780 qui accroît encore
le malaise religieux. — Michèle Schlumberger : La réaction thermidorienne à Toul
ouse, p. 265-283. Le signe le plus évident du succès de la réaction
à Toulouse fut le réveil religieux de ce département mal déchristianisé, grâce à
l'opposition qu'a su cristalliser autour de sa personne l'archevêque François de
Fontanges, exilé à Palma : un réseau de quatre cents prêtres réfractaires dirigé par
le vicaire général Philippe du Boury ranime la vie religieuse en l'an III et ruine
les efforts des constitutionnels groupés autour de l'évêque Sermet. — Jacqueline
Chaumié : Les Girondins et les Cent Jours, p. 329-365. Analyse sérieuse de l'évo
lution idéologique des quelque cent trente six conventionnels réputés Girondins,
depuis 1793 jusqu'à 1815. L'auteur note justement que leur pensée religieuse pose
un problème complexe, puisque certains comme Lanjuinais, Royer et Bancal
témoignent d'une haute spiritualité, qui peut aller de pair avec une politique anti
cléricale, dont on trouverait l'explication dans la formation de beaucoup d'entre
eux par les Jésuites et non par les Oratoriens. — R. Dupuy : A propos de a la Vendée »
de Charles Tilly, p. 603-614. A partir de ce livre célèbre qui insistait sur les origines
socio-économiques de la guerre de Vendée, l'auteur s'attache au comportement
des paysans d'Ille-et- Vilaine entre janvier 1790 et mars 1793. Bien que cette étude
indique des contradictions avec le modèle proposé par Tilly, le malaise paysan,
en Ille-et- Vilaine, en 1792, est du même type que celui des Mauges : il est un terrain
propice à l'aggravation du problème religieux, de même que l'affrontement avec la
bourgeoisie patriote des villes.
B. Plongeron.
L'Année canonique.
Tome XVI, 1972.
Mgr Jacques Denis : Chronique de l'Église en France (1er octobre 1970-30 sep
tembre 1971), p. 121-160. Assemblée plénière de l'épiscopat français, activité des
commissions épiscopales, modifications juridiques dans les régions apostoliques ou
les diocèses.
Irénée Noyé.
Antonlanum.
Rome, Via Merulana, 124.
Tome XLVI, 1971.
G.-J. Bougerol : Saint Bonaventure et saint Bernard, p. 3-79. Tandis que, après
un siècle, c la conception que Bernard se fait de la théologie et de la science est,
pour saint Thomas, une vision dépassée », « Bonaventure demeure volontairement
et lucidement un théologien de tradition... Par bonheur un texte de Bonaventure
nous permet de comprendre comment il voyait saint Bernard ». Une analyse cr
itique des rapprochements des deux pensées est présentée, d'après ce passage et
tous autres qui offrent des analogies, sur les divers thèmes de la doctrine théolo
gique et spirituelle. — G.-J. Bougerol : Saint Bonaventure et Guillaume de Saint-
Thierry, p. 298-321. Étude conduite selon les mêmes méthodes que la précédente : PÉRIODIQUES GÉNÉRAUX 421
Bonaventure a pris beaucoup aux œuvres de Guillaume, qu'il croyait être de saint
Bernard.
P. Droulers. ,
Archiv fiir Reformationsgeschichte.
62, 1971.
E.Grislis : Calvin Use of Cicero in the Institutes. A Case in Theological Method,
p. 5-37. Illustre l'influence de la formation classique reçue par le Réformateur sur
sa pensée théologique. — D. S. Hempsall : The Languedoc 1520-1540. A Study
of the Calvinist Heresy in France, p. 225-244. Suit les progrès de la doctrine « évan-
gélique » dans le Sud de la France pendant le second quart du xvie siècle. — U. Plath ;
Ein unbekannter Brief Calvins vom Vorabend der Religionskriege in Frankreich,
p. 244-266. Témoignage précieux sur l'implantation des Églises réformées en France
en 1561.
F. Rapp.
Archives d'histoire doctrinale et littéraire du Moyen Age.
Tome XXXVII, 1970.
M. D. Chenu : La condition de Créature, sur trois textes de saint Thomas, p. 9-
16. — A. Combes : L'intensité des formes d'après Jean de Ripa, p. 17-147. —
N. M. Haring : Texts concerning Gilbert of Poitiers (Gilbert de la Porrée), p. 169-
203.
Tome XXXVIII, 1971.
M. Dykmans : Les Frères Mineurs d'Avignon au début de 1333 et le sermon de
Gauthier de Chatton sur la vision béatifique, p. 105-148. — A. Llinares et A. J. Gon-
dras : Le liber de Intellectu de Raymond Lulle, p. 193-270. Texte achevé à Montp
ellier en 1304. — R. A. Pack et R. Hamilton : Rodericus de Majoricu, « Tractatus:
Ciromancie », p. 271-305.
J. Paul.
Archives de sociologie des religions.
Éditions du C.N.R.S., 15, Quai Anatole France.
N° 31, Janvier-juin 1971.
Pierre Burney : Évolution sociale et conscience chrétienne. II. Les nouvelles concep
tions chrétiennes de la douleur et de la damnation, p. 51-67. Les tortures de l'Enfer
sont attaquées au siècle des Lumières. Jean-Jacques Rousseau met sa confiance
dans la bonté de Dieu. L'aversion des Romantiques pour les peines éternelles n'est
peut-être pas étrangère au fait que la plupart d'entre eux se détachent progress
ivement du catholicisme auquel ils avaient tout d'abord adhéré. Les tendances de
l'Église à une certaine libéralisation sont stoppées par la Révolution. Les Mission»
de France, sous la Restauration, témoignent de ce raidissement. A la fin du
xixe siècle encore, malgré l'influence de la théologie de saint Alphonse, certain»
auteurs apportent une entière adhésion aux exposés les plus sévères. Le symp
tôme le plus caractéristique du malaise actuel, est le silence sur ce point : le « fond
obligatoire » du nouveau catéchisme adopté en 1966 par l'épiscopat français, ne
contient aucune allusion aux tourments infernaux. — Fernand Boulard : La
« déchristianisation » de Paris. L'évolution historique du non-conformisme, p. 69- 422 PÉRIODIQUES GÉNÉRAUX
98. L'auteur entend éclairer les origines du décrochement du conformisme catho
lique, à partir des attitudes devant le baptême, le mariage et la sépulture. Il montre
bien les précautions à prendre pour mener l'étude statistique. Dès 1865, il existe
7 % de non-baptisés et sans religion. Après 1875 le détachement s'accélère : 12 %
de non-baptisés, 13 % de mariages civils, 21 % de convois civils, proportion qui
s'élèvent respectivement à 38, 39 et 26 % en 1908. Entre 1875 et 1900, c'est la
moitié Est de Paris qui prend le plus de distance par rapport au mariage catho
lique. F.-A. Isambert avait tiré une conclusion identique de l'analyse des enterr
ements civils.
N° 32, Juillet-décembre 1971.
Gérard Defois : Discours religieux et pouvoir social. Les responsables catholiques
devant la crise française de mai 1968, p. 85-106. Recherche sur le langage religieux
« comme produit d'une société et de mécanismes culturels, dont il nous fallait dévoiler
la logique sociale ».
Gérard Cholvy.
Archivum Iratrum praedicatorum.
Volume XLI, 1971.
Instituto storico domenicano. Roma, convento Santa Sabina (Aventino).
M. A. Rouse & R. H. House : The Texts called Lumen anime, p. 5-113. Ce
recueil AJ exempta très répandu au Moyen âge — on trouve ici l'inventaire détaillé
de tous les manuscrits — se compose en fait de trois recueils, dont le premier doit
être attribué à Bérenger de Landorre, né à Rodez en 1262, devenu ensuite Maître
de l'Ordre des prêcheurs, puis archevêque de Compos telle, f 1330. — A. Don-
daine : Le « miracle de la Vierge » du Montgenèvre, p. 115-155. Examen critique
de trois témoignages sur un « miracle », d'où il ressort qu'un certain événement
eut lieu vers 1210 donnant base à la croyance. Le sanctuaire de Sainte-Marie-Dal-
bèze auquel le miracle se rattache se trouvait dans le diocèse d'Embrun, dans le
vallon des Baisses, au lieudit « la barre de fer », près du col du Montgenèvre. Les
trois témoins : Raymond de Penyafort, Guillaume de Savoie, cardinal de Sabine,
Tello, évêque de Palencia.
A. Duval, O.P.
Archivum hlstorlae pontlficiae.
Tome IX, 1971. Rome, Université Grégorienne.
A. Maier : Schriften, Daten und Personen ans dem Visio-streit unter Johann XXII,
p. 143-186. Observations nouvelles sur les relations entre les divers traités et dis
putes dans la querelle fameuse sur la Vision béatifique sous les papes d'Avignon
Jean XXII et Benoît XII ; noms d'auteurs suggérés pour certains écrits anonymes ;
précisions chronologiques. — P. Schreiner : Ein Schreiben Papsts Urbans V. an die
Patriarchen des Ostens (1367), p. 411-417. Présentation et publication du texte
grec et latin d'une lettre inédite d'Urbain V, qui exhorte les patriarches de
Constantinople, Alexandrie et Jérusalem à se rallier, eux et leurs peuples, à la vraie
foi et à l'union avec l'Église Romaine.
P. Droulers. . PÉRIODIQUES GÉNÉRAUX 423
Archlvum hlstorlcum Societatis Jesu.
Tome XL, 1971. Roma, Via dei Penitenzieri, 20.
Renée Simon : Voyage du P. Le Chérond'IncarviUeenChinesurleJasonenlTéO,
p. 423-436. Pierre-Noël Le Chéron d'Incarville (1706-1757), originaire de Normandie,
missionnaire jésuite en Chine, était botaniste et correspondant de Jussieu. Sa rela
tion de voyage de Lorient à Macao (19 janvier-10 octobre 1740), autographe, envoyée
à son neveu J. Rondeaux de Sétry, est conservée aux archives de la famille Join-
Lambert, à Livet-sur-Authon (Eure). Elle est éditée ici pour la première fois. Elle
est d'un savant observateur et géographe.
J. Lecler, S.J.
Bulletin de la Société de l'histoire du protestantisme français.
117e année, 1971. Paris.
Léon Wencelius : Les réformateurs et l'art, I, p. 11-37. Leur spiritualisme (Zwin-
gli), teinté d'affectivité (Luther) ou systématique (Calvin), tend moins à rejeter
la Biblia pauperum (École allemande) qu'à épurer le goût (Rembrandt). — Fré
déric R. J. Knetsch : Jurieu, Bayle et Poets, p. 38-61. Pour ou contre l'orangisme.
Jean-Paul Berthouze : Étude historique et sociologique d'une paroisse réformée
rurale : Châtillon-en-Diois, des origines à nos jours, p. 62-68 ; p. 230-265 ; p. 380-
395 ; cartes et graphiques. Sur un « axe protestant », lui aussi affaibli par l'exode,
l'indifférence et le vieillissement (un demi-millier de « réformés » en 1935 contre
2000 un siècle auparavant, pour un pasteur). — Marcel Cauvin : Le protestantisme
dans le Cotentin (fin), p. 69-87. Église de Saint-Lô (1555), la plus importante. —
Suzanne Kravtchenko : Journal du pasteur Pierre Guitton pendant la guerre de
1870-1871, p. 92-135. De Genève à Genève (31 octobre-4 février) ou les étonnements
d'un proposant poitevin, volontaire du Rhône. — Frank Delteil : Les protestants
et la campagne en faveur de la paix en 1870, p. 136-150. Lettres de MmeB Durand-
Dassier et de Gasparin. — J.-R. Armogathe : Quelques réflexions sur la Confession
de foi de La Rochelle, p. 201-213. La « Réforme française » s'y affirme comme un choix
« très expressément fondé sur la Parole de Dieu » (art. 7). — Joseph Valynseele :
Deux personnalités protestantes sous la Troisième République : Edgar Raoul-Duval
et Léon Say, p. 214-229. Un chapitre de « l'étonnante aventure d'une famille céve
nole ». — Walter C. Utt : L'itinéraire sinueux du pasteur Clarion, p. 266-273. Entre
Brousson et Iberville : une figure éngimatique du Refuge lausannois. — Aimé-
Daniel Rabinel : Les Montcalm, Bâville et le château de Candiac, p. 274-278. —
Henri Dubief : Daniel Encontre a été robespierriste, p. 279-281. — Frank Delteil :
La Commune vue à travers les grands journaux protestants contemporains, p. 282-
295 (à suivre). Des hebdomadaires, multipliés à la fin de l'Empire, ne subsistent
guère que L' Êvangéliste (1852, méthodiste), L'Église libre (1869, c à gauche », le
plus répandu, mais souvent de seconde main) et La Renaissance [Le Lien, de 1841
à 1870 ; organe des Églises réformées et des Coquerel, républicain) : seul journal
protestant de Paris, ce dernier réprouve le soulèvement sans accepter la répression.
— Henri Naef : Justice pour La Renaudie, p. 296-316. Dernière ébauche : « le procès
des responsables du « tumulte » n'est point sans appel ». — Richard Stauffer :
Brève histoire de la Confession de La Rochelle, p. 355-366. c Quoi qu'en disent Léonard
et le doyen Cadier », le second article, élaboré par le synode de Paris, « a des racines
authentiquement calviniennes ». — Pierre Grosclaude : Péguy et le protestantisme,
p. 367-380. Retour sur leurs affinités et l'interprétation de J. Yiard. — Daniel
Robert : Réflexions concernant V evangelisation protestante en France au XIXe siècle,
p. 402-413. Empirique et dispersée, d'abord étrangère (sociétés méthodistes et 424 PÉRIODIQUES GÉNÉRAUX
baptistes ; ou sans ambitions ecclésiastiques, comm e celle de Genève ; depuis 1833-
1847, sociétés évangélique de France et centrale protestante, réunies en 1910), peu
attentive aux problèmes sociaux (malgré l'Armée du Salut et les « Fraternités »,
vers la fin du siècle), « perturbatrice », cependant, et essentielle (budget dépassant
le million de francs-or, avec des effectifs atteignant la moitié du corps pastoral
concordataire et des personnalités à l'exemple du Sainton geais Lucien des Mesnards),
elle contribue surtout à fortifier l'ancien protestantisme , quand persistent les luttes
entre « religions ». — Maurice Mousseaux : L'expédition de Villegagnon (16e siècle)
et les dernières persécutions en Brie (18e siècle) , p. 414-446 et p. 679. Espérances
lointaines, réalités locales : autour des quatrième et second centenaires de la mort
de Nicolas Durand, bâtisseur du fort Coligny, et de Charmuzy, dernier des pasteurs
martyrs du Désert. — Philippe Mieg : Notes biographiques et généalogiques sur la
branche française des Herwart, p. 447-468. Issue du patriciat d'Augsbourg, de Daniel
établi à Lyon vers 1600, illustrée par Barthélémy, seigneur de Huningue, contrô
leur général (1607-1676), elle se disperse avec la Révocation : précieux compléments
à la France protestante. — Gabriel Puaux : Les Huguenots dans la Cité, p. 469-477.
Ultima verba. — Jacques Courvoisier : La Réforme et la politique européenne aux
XVIe et XVIIe siècles, p. 527-544. Du dialogue entre nations : pour « l'année Coli
gny ». — Jacques Sole : Religion et conception du monde dans le Dictionnaire de
Bayle, p. 545-581 (à suivre). Compléments sur une apologétique indirecte et critique,
dans la ligne calvinienne : « le Dieu auquel il croit est caché mais il y croit ». —
André Encrevé : Aux origines de l'Assemblée générale du protestantisme français
de septembre 1848 : la réunion de des délégués en mai 1848, p. 582-628.
Officieuse, peu représentative (37 votants pour 108 délégués de 86 consistoires
— sur 91 ou 92, avec Alger, mixte — ), elle marque le succès des libéraux ou d'un
protestantisme soucieux de réorganiser l'Église sans rompre avec l'État. — Jean
Sambuc : Documents sur la Réforme dans le Comtat et en Provence, p. 629-636. Tirés
des Archives de Vaucluse et relatifs aux : Vaudois de Cabrières d'Avignon (1455-
1579), Réformés de Gargas (1566), Églises de Provence (1603), « nouveaux convert
is » de Cadenet (1685), « grands électeurs » de l'arrondissement d'Apt (an XII). —
Jean Boisset, Mireille Soulier, Colette Sardinoux, Henri Cournon : Les premières
traces de la Réforme à Saint- Jean-du- Gard, Anduze et Le Vigan, p. 637-642. Vers
1550. — Paul Romane-Musculus : La famille de l'architecte Victor Baltard, p. 643-
646. Luthérienne, par la conversion de sa mère. — Jean Nicolas : Les missions
protestantes et l'histoire à l'Université Paul-Valéry, p. 652-654. Compte rendu du
deuxième colloque organisé à Montpellier, du 4 au 9 octobre 1971, par le Centre
d'histoire de la Réforme et du Protestantisme. .
R. Stauffenegger.
Bulletin de la Société d'histoire moderne.
14e série. 70e année. Paris.
N° 17. L. Gallard : Église riche ou Église pauvre ? Étude sur les revenus du
diocèse d'Angers à la veille de la loi de Séparation de 1905, p. 2-10. Étude précise
et chiffrée des revenus des fabriques paroissiales, des grandes œuvres diocésaines
et des différentes catégories du clergé diocésain. Dans le débat qui suit, importante
intervention de M. Méjan. — N° 18. J. Lambert-Dansette : Le patronat du Nord.
Sa période triomphante (1830-1880), p. 2-13. Étude économique et sociale débou
chant sur un « profil psychologique » qui marque la place de la mentalité religieuse,
et notamment les débuts du catholicisme social (question reprise dans le débat). —
N° 20. E. Fouilloux : L'Église catholique romaine et le mouvement œcuménique
(1910-1968), p. 2-9. Face au Conseil œcuménique des Églises, qui groupe progress
ivement la quasi-totalité des confessions protestantes et orientales, évolution de
l'attitude romaine : du refus, déclaré nettement en 1928, à la' reconnaissance offi- GÉNÉRAUX 425 PÉRIODIQUES
cieuse (1952) puis officielle, à la suite de la création par Jean XXIII du Secrétariat
pour l'unité des chrétiens. Le débat, où interviennent MM. Poulat, Rémond etc.
fait préciser de nombreux points. — P. Deyon : Délinquance et répression dans le
Nord de la France au XVIIIe siècle, p. 10-15. C'est une « contribution à l'histoire
des mentalités et des représentations collectives », tant des juges que des délinquants.
A noter la disparition des procès pour délits religieux et le fait qu'après 1720, les
tribunaux cessent d'assortir la sentence de peines religieuses.
M. Venard.
Bulletin de littérature ecclésiastique.
Toulouse, Institut Catholique.
Tome LXIX, 1968.
C. Munier : L'énigmatique évêque Petrus de Palatio du Concile d'Agde de 506,
p. 51-56. Ne serait-ce pas une erreur de transcription pour Boiatio (Buch) ? —
M. Becamel i Lettres du Père Hyacinthe [Loyson] à Mgr Mignot, p. 98-114. Le
prélat, secourable aux âmes en marge de l'Église, perdit vite l'espoir de ramener
l'ancien carme, mais garda fidèlement le contact (1900-1912). — H. Bernard-
Maître : Lettres d'Henri Bremond à Alfred Loisy depuis les leçons de Loisy contre
Harnack jusqu'à son excommunication (1901-1907), p. 3-24, 162-184, 269-289. Elles
font partie de la collection de 116 lettres de Loisy déposées à la Bibliothèque Natio
nale et accessibles depuis 1966. — M. Olphe-Galliard : Cinq lettres d'Henri Bre
mond au P. Joseph de Guibert, p. 185-196. Il s'agit de la polémique autour du tome 3
de l'Histoire du sentiment religieux sur l'École française (1920-1922).
Tome LXX, 1969.
H. Bernard-Maître : Lettres d'Henri Bremond à Alfred Loisy (deuxième série) :
Depuis l'excommunication de Loisy jusqu'à la candidature de Bremond à l'Académie
française (1907-1922), p. 44-56. Suite de la publication commencée l'année précé
dente. — M. Delcor : Une correspondance inédite de l'époque moderniste, à propos
de la question biblique en France, p. 199-219. Deux lettres inédites de Loisy, six
d'Albert Houtin, six de l'abbé Wehrlé en 1899-1906 et 1924 sur le modernisme
et la condamnation de Manuel de Brassac. — M. Becamel : Mgr Mignot et Alfred
Loisy, p. 267-286. Les Mémoires de Loisy mettant en cause l'archevêque défunt,
fallait-il publier une réfutation ? M. Becamel édite des lettres écrites en 1931 par
des intimes de Mgr Mignot et des extraits de notes du prélat. — E. Griffe : En
relisant la « Vita Martini » de Sulpice Sévère, p. 184-198. Le commentaire donné par
J. Fontaine à la Vita Martini dans son édition des Sources chrétiennes fournit à
Mgr Griffe l'occasion de nouvelles approches des problèmes demeurés en suspens
sur la vie de l'Apôtre des Gaules.
Tome LXXI, 1970.
J. CouRREAir : Saint Césaire d'Arles et les Juifs, p. 92-112. D'après les conciles
qu'il a présidés et ce qu'il dit dans ses Sermons, l'attitude de saint Césaire a été
plus modérée que celle de beaucoup d'autres évêques. — M. Becamel : Le P. Joseph
Bonsirven et Mgr Mignot, p. 262-273. Lettres envoyées de Rome entre 1908 et 1910
à Mgr Mignot par Joseph Bonsirven, alors prêtre du diocèse d'Albi, intéressantes
pour l'histoire du modernisme et des problèmes bibliques. — L. Capéran : Les
catholiques français de 1900 devant la politique de laïcité, p. 28-42 ; — Démocratie
et éducation laïque aux environs de 1900, p. 274-284. Parties inédites de l'Histoire
de la laïcité républicaine laissée inachevée par l'auteur, mort en 1962. Un chapitre
a déjà été publié dans ce même Bulletin 1964, p. 99-109, 204-228. — A. G. Marti-
mort : Noèle Maurice Denis-Boulet, p. 130-135. Fille de Maurice Denis, Mme Boulet