8 pages
Français

Religion et développement dans la France du XIXe siècle. - article ; n°1 ; vol.15, pg 63-69

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Archives des sciences sociales des religions - Année 1963 - Volume 15 - Numéro 1 - Pages 63-69
7 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1963
Nombre de lectures 35
Langue Français

François-André Isambert
Religion et développement dans la France du XIXe siècle.
In: Archives des sciences sociales des religions. N. 15, 1963. pp. 63-69.
Citer ce document / Cite this document :
Isambert François-André. Religion et développement dans la France du XIXe siècle. In: Archives des sciences sociales des
religions. N. 15, 1963. pp. 63-69.
doi : 10.3406/assr.1963.1724
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0003-9659_1963_num_15_1_1724RELIGION ET VELOPPEMENT
DANS LA FRANCE DU XIXe SI CLE
sur en desseins un le monde Tout mot de ce tout Dieu extérieur qui ce encourage qui et produit le détermine homme un accroissement en et outre le grandit seconder de vie tout général les ce qui efforts accroît est de dans son sa le semblable puissance sens des
INSI exprimait en 1863 homme qui avait dirigé sous la Monarchie
de Juillet et la IIe République le journal ouvrier Atelier la fois socialiste
et pro-catholique Corbon le Secret du Peuple de Paris 347 Cette profession
de foi était expression un espoir celui un christianisme élargi centré sur le
développement économique et moral de homme Mais elle accompagnait une
sévère critique du rôle joué par Eglise catholique en France et de la situation
religieuse qui en était la conséquence îï joignait donc dans une même
préoccupation ce qui est trouvé dissocié dans la plupart des analyses sur les
transformations religieuses de la France au XIXe siècle la question une éthique
du développement religieusement située et celle de la situation de la religion
dans une société en développement
Posé ce niveau le problème dépasse aussi bien celui de la stratégie ecclé
siastique et des emprises possibles des Eglises sur les diverses classes de la société
que utilitarisme un peu plat sous-jacent la question de savoir si la religion ou
telle religion est une bonne chose pour le progrès social Mais la position de
Corbon comparée évolution religieuse réelle de la France et même il faut le
dire des sociétés tradition chrétienne en voie industrialisation semble
première vue bien exceptionnelle
Pourtant si on considère le cas fran ais au XIXe siècle il est pas sans
intérêt de placer sous éclairage des tentatives de religions du développement
impact réciproque des religions et du développement
RELIGION ET PROGR
Le XIXe siècle fran ais ouvre sur deux prophéties celle de Joseph de
Maistre appelant une rénovation du christianisme Considérations sur la France
1797 et celle de Saint-Simon auquel apparaît un monde réorganisé et une nou
velle religion du travail Lettres un habitant de Genève 1802 Une trentaine
années plus tard héritière de ces deux inspirations naissait la Religion
saint-simonienne On mesure hui seulement le rayonnement une
68 ARCHIVES DE SOCIOLOGIE DES RELIGIONS
prédication qui eut pour théâtre non seulement presque toutes les régions de
France mais encore une partie de Allemagne et de Angleterre
Mais surtout le fait saint-simonien dont beaucoup ne retiennent que les
bizarreries extérieures inscrivait logiquement dans une poussée socio-cufturelle
dont il semble que on puisse heure actuelle comprendre le mécanisme
idéologie du progrès sous angle rationaliste et puisant son inspiration
chez Condorcet et les Idéologues précisait ses traits sous la forme un indus
trialisme optimiste qui exprime chez Chaptal Alexandre de la Borde Dunoyer
J.B Say et qui devait être systématisé par Saint-Simon lui-même et après sa
mort par équipe du Producteur ouvrage de Dupin Les Forces productives de
la France 1827 marque en quelque sorte le point aboutissement de cette ten
dance expansion industrielle du début du siècle appuyant une part sur la
métallurgie stimulée par les guerres autre part sur le textile de Est bénéfi
ciaire du protectionisme napoléonien apportait cette vision du monde écono
mique une garantie de validité De même face obscurantisme reproché aux
nostalgiques de Ancien Régime les bienfaits de instruction étaient unanime
ment célébrés dans les milieux libéraux
De 1825 1830 optimisme libéral est en crise Le désenchantement des
enfants du siècle parvenus âge adulte se cumule avec les échecs politiques
des années qui suivirent 1820 La crise industrielle partir de 1825 va de pair
avec les hésitations métaphysiques des Idéologues vieillissants Les grèves de
1830 couronnent le tout en prouvant par les faits antagonisme des classes déjà
pressenti par certains Pour comble de malheur les statisticiens viennent révéler
que instruction est aucunement corrélative une moindre criminalité
Dès lors idée un progrès global un développement humain harmonieux
donnant la fois toutes les facultés de homme et toutes les classes de la
société la possibilité un mieux-être et un épanouissement est plus objet
induction raisonnée mais est sauvée chez certains que par un acte de foi de
type religieux
Les sources inspiration illuministes ne manquaient pas Saint-Martin
Joseph de Maistre Ballanche pour ne citer que les plus saillants apportent
leur contribution la mutation religieuse de idée du progrès qui fera dire
Prosper Enfantin le pape saint-simonien que les grands industriels et les
grands banquiers ont un caractère proprement religieux La construction la plus
systématique se trouve sans doute chez Bûchez qui retrace une cosmogonie où
argument du premier moteur prend pour fondement le progrès lui-même et
qui dans un évolutionnisme qui est pas sans préfigurer Teilhard de Chardin
fait de histoire un prolongement de évolution cosmique et biologique Intro
duction la science de histoire Paris 1833 Dès lors et sans négliger importance
un courant babouviste et athée la floraison des systèmes prophétiques des
utopies socialistes caractère principalement ou accessoirement religieux
est assez remarquable en comptant parmi les premiers ceux de Pierre Leroux
Jean Raynaud Constantin Pecqueur et parmi les autres Fourier Cabet et
Louis Blanc Or ces utopies ne donnent pas seulement la religion un rôle de
fondement de la justice sociale mais en font soit le moteur soit le couronnement
du processus qui conduit une société matériellement et moralement développée
Dans ce contexte la religion Auguste Comte fait figure non point de cas aberrant
mais de dernier terme une assez longue série Fait remarquable cependant
que les prophètes socialistes servaient de point de repère au mouvement
Cf principalement GTTEBRY Essai sur la statistique morale de la France Paris 1833
64 RELIGION ET DEVELOPPEMENT DANS LA FRANCE DU XIXe SI CLE
ouvrier qui épanouira en 1848 les entreprises industrielles les plus hardies
canaux chemin de fer doivent une part de leur élan au saint-simonisme
POSITION DES CONFESSIONS CHR TIENNES
Cette efflorescence religieuse se situait en grande partie hors des sentiers
battus des confessions traditionnelles tout en se reconnaissant en général tribu
taire de Evangile interférence avec ces confessions et principalement avec
le catholicisme devait néanmoins se faire sentir par existence assez nombreuses
conversions surtout partir du saint-simonisme et du fouriérisme vers le catho
licisme Le buchézisme devait être une voie de passage
Mais plus encore compte la confrontation des grandes confessions chrétiennes
avec la dynamique sociale soit sous aspect du progrès soit sous celui des
distorsions de image initiale
Bien que le protestantisme occupe et ait occupé en France au cours du
XIXe siècle une faible place numérique 2) une part il semble prendre dans la
vie économique et politique une place de choix pendant la première moitié du
siècle autre part il entre en scène le premier dans le domaine qui nous occupe
Les Koechlin les Oberlin etc. devaient en effet dès la Restauration non seule
ment constituer en Alsace un des pôles de économie industrielle fran aise mais
encore servir de support la fois au libéralisme politique et une conception du
progrès social lié au développement industriel 3)
Il resterait prouver que le schéma wébérien de éthique protestante appli
quait alors au grand patronat alsacien Ce qui semble plus caractéristique est
que le XIXe siècle naissant voit se développer là un corps puissant dont la cohésion
et la concentration se renforcent par une endogamie où le facteur cultuel semble
opérer Par ailleurs le rationalisme industrialiste va de pair avec un christianisme
philantropique dont expression séculière se trouve dans la puissante Société
industrielle de Mulhouse Celle-ci assigne ses membres le double but de perfec
tionner leurs fabrications par la mise en commun de leurs connaissances techniques
fait alors assez remarquable et améliorer le niveau matériel moral et intel
lectuel des ouvriers Une très haute idée du rôle et des possibilités du chef
entreprise constitue alors la clef de voûte de édifice idéologique véritable
vocation dont la dimension religieuse est peut-être sous-j acente mais en tout cas
non exprimée
est au sein du catholicisme traditionaliste et légitimiste que devaient
apparaître les premières critiques quant aux répercussions du système industriel
sur les ouvriers et plus généralement sur la société Lamennais alors ultramon-
tain tire dès 1823 la sonnette alarme Peu conscient des contradictions écono
miques il est plutôt sensible antagonisme entre ordre ancien et une société
industrielle dominée par le profit Bûchez quelques années après nous le
citons ici bien il fût assez marginal par rapport au catholicisme fait la
Pour une population fran aise totale de 35.783.170 habitants en 1851 les protestants
recensés étaient au nombre de 748.332 soit 18 En 1866 ils étaient 23 pour ensemble de
la France mais dans le Bas-Rhin leur pourcentage était de 31 Dans ce département pour
centage de population vivant de industrie 41 dans le Haut-Rhin Mulhouse ils sont
10 pour une dont 61 vit de industrie En revanche dans le du
Nord 53 de industrielle ils ne sont que 05
Of âî üûî Alsace au début du XIXe siècle 1815-1830) II Les transformations
économiques III Religions et cultures Paris SEV EN 1959-1960
Statuts de la société Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse no 1824
65 DE SOCIOLOGIE DES RELIGIONS ARCHIVES
critique la plus virulente on ait exprimée alors de ordre social fondé sur
le libéralisme industriel tout en fondant ses espoirs sur une relance du progrès
par voie de planification et coopération inspirées par un catholicisme renouvelé
Plus caractéristique est la place un Villeneuve-Bargemont qui apparaît
la fois comme homme le plus conscient de la misère concrète de ouvrier manu
facturier et comme le partisan le plus cohérent des normes un Ancien régime
idéalisé appliqué la société industrielle Résolument pessimiste en ce qui con
cerne les effets du développement industriel il ne voit de remède que dans la
charité patronale et le retour aux corporations
Economie politique chrétienne de Villeneuve-Bargemont 1839) très lue et
abondamment rééditée est plus une étape dans histoire des idées elle con
dense en elle ce que le catholicisme alors pouvait receler de faculté critique en
matière sociale Aussi peut-il en un sens apparaître comme le personnage central
du catholicisme social naissant Mais il se trouve en butte aux attaques de expan-
sionnisme mulhousien et se révèle totalement imperméable idée organisation
du travail
On trouve sans doute ici le signe avant-coureur de la situation dans laquelle
sera Eglise catholique en France en 1848 Hostile dans ensemble la bour
geoisie libérale et la montée capitaliste elle se trouve diverses reprises alliée
aux ouvriers dans leurs protestations Traumatisée par la Révolution fran aise
elle honnit dans son ensemble le régime de 1830 qui paraît être accomplissement
de 1789 et elle émeut de la misère ouvrière Mais elle cherche ses modèles dans le
passé sans assumer irréversibilité de la double révolution politique et économique
sans chercher dépasser les contradictions du présent avènement du Second
Empire coupera court aux tentatives très minoritaires de Ere Nouvelle Toujours
sensible la misère Eglise multipliera les uvres de charité semblant plus que
jamais valoriser le II aura toujours des pauvres parmi vous
ün subtil rapprochement était toutefois effectué entre hommes Eglise
et philantropes libéraux Ceux-ci avaient trouvé leur centre de ralliement dans la
Société de la Morale Chrétienne non confessionnelle mais assez fortement influencée
par le protestantisme Or si dans ses premières années la Société de la Morale
Chrétienne semble fort proche de idéologie mulhousienne on voit lorsque parais
sent les travaux des Guerry des Villermé des Frégier le ton changer assez
radicalement une fa on générale des philantropes éclairés découvrent avec
effroi les sous-produits sociaux de industrialisation et brossent un tableau de
la classe ouvrière où misère vice et violence forment un tout En même temps
on met en avant la fonction moralisatrice et modératrice de la religion Dans des
milieux favorables au développement industriel mais moins sûrs que jadis de
issue heureuse de aventure la religion est appelée au secours est-ce pas
Villermé lui-même qui voit en elle le moyen assagir ouvrier au point de em
pêcher de menacer ordre social et de le rendre moins misérable parce que plus
vertueux Mais ce rôle attribué la religion par les défenseurs bien inten
tionnés de ordre social avant que Marx et Proudhon ne retournent arme contre
la religion elle-même devait on le sait contribuer précisément développer
hostilité antireligieuse des ouvriers
Le chasse-croisé entre le prolétariat et la bourgeoisie Le Bras) celle-ci
se rapprochant de Eglise celui-là en éloignant devait se poursuivre au point
de donner naissance un patronat catholique Au moins dans le département du
Nord celui-ci est pas sans présenter une certaine analogie avec le patronat
Cf notre Christianisme et classe ouvrière 100-208
VlLLEBME Tableau de état physique des ouvriers... II 68
66 RELIGION ET VELOPPEMENT DANS LA FRANCE DU XIXe SI CLE
protestant alsacien On ne saurait rendre compte de idéologie de Association
des patrons chrétiens du Nord fondée en 1884 sans mentionner les influences
de Le Play Albert de Mun et Léon Harmel Mais si nous trouvons ici comme
Mulhouse la vocation du patron nettement exprimée la référence religieuse
est cette fois explicite si on peut dire car il agit la fois de promouvoir une
doctrine catholique du patronat et une doctrine du patronat catholique Il faut
la fois défendre les prérogatives patronales contre le mouvement syndical
ouvrier et mettre en place des syndicats mixtes et corriger les abus un patronat
oubliant trop souvent le facteur humain mis part le côté constructif de cer
taines uvres de prévoyance et de secours on est frappé par le caractère essen
tiellement négatif des mots ordre doctrinaux Les dangers du développement
industriel sont certainement beaucoup plus présents que ses bienfaits 7)
ESTIMATIONS STATISTIQUES
Si on revient au fait que la France du XIXe siècle était comme encore
maintenant numériquement proche de unanimité appartenance au catho
licisme on comprendra que les statistiques du catholicisme puissent dans en
semble donner une assez bonne idée des rapports quantitatifs entre le développe
ment inégal suivant les régions et la vie religieuse Ce que nous avons vu des
raisons diverses qui ont amené le catholicisme dans son ensemble des positions
négatives égard du développement industriel nous fait pressentir que les liaison
seront le plus souvent négatives
Dynamique
Si les documents ne nous faisaient pour instant défaut est évidemment la
dynamique de ces rapports il nous faudrait étudier tout au long du XIXe
siècle Or il nous est impossible de suivre la pratique et fortiori les attitudes
religieuses au cours de cette époque La statistique des ordinations sacerdotales
établie par le chanoine Boulard pour ensemble de la France est une base extrê
mement précieuse bien elle ne nous livre un des aspects de la vitalité reli
gieuse comme le fait remarquer auteur lui-même elle ne saurait être un indice
exact du sentiment religieux une population cet élément beaucoup moins
pur est le prestige sacerdotal rencontrant parfois les aspirations ascension
sociale joue ici sans doute un rôle assez considérable
Or la courbe des taux ordination semble montrer des fluctuations beau
coup plus liées aux événements politiques la vie économique Toutefois
on ne manquera pas de remarquer que si on élimine les à-coups provoqués par
les événements politiques ce qui arrive si on considère la courbe beaucoup plus
régulière des effectifs sacerdotaux 9) on assiste une croissance suivie une
décroissance qui suit de près un des aspects du développement trop communé
ment oublié on parle de la France du XIXe siècle est -à-dire le développe rural qui par son ampleur différencie la France de Allemagne et de An
gleterre La croissance le plafonnement puis la décroissance de la proportion de
prêtres suit assez près augmentation la période stationnaire puis îa diminu
tion des surfaces cultivées 10 La chose est vrai dire peu étonnante on
connaît le recrutement essentiellement rural du clergé de cette période
Cf MONTUCLABD Aux origines de la démocratie chrétienne Archives de Sociologie
des Religions no 1958 47-90
BOULABD Essor ou déclin du clergé fran ais 114
Ibid. 78
10 SiMiAND Le salaire évolution sociale et la monnaie II 291
67 DE SOCIOLOGIE DES RELIGIONS ARCHIVES
Statique
Le choix un moment pour une comparaison interrégionale est en grande
partie fonction des données existantes Or la période qui va de 1880 1840 est
particulièrement riche cet égard est âge or de la statistique morale
Tributaires des données de époque nous le sommes aussi un certain
point de leur mise en uvre
En ce milieu de siècle la structure interprétation dominante est dichoto
mique Nord et Midi 11 opposent comme la France obscure et la France
éclairée la France riche et la France pauvre la développée et la
sous-développée industriellement Ce bilan favorable au Nord est quelque peu
corrigé par la statistique morale Si comme on avait fait remarquer le Midi
était plus fertile en crimes contre les personnes le Nord avait davantage de crimes
contre les propriétés enfants naturels abandons enfants Enfin si on
retient les deux critères du Comte Angeville proportion de séminaristes parmi
les jeunes soumis la conscription et versements uvre de la Propagation de la
Foi le Midi paraît plus religieux que le Nord
Les techniques de comparaison les plus couramment employées sont alors
rudimentaires Elles se bornent en général après avoir établi entre les départe
ments fran ais les mises en ordre correspondant aux différents critères situer
dans une ou autre zone les cas extrêmes En nous maintenant dans le cadre
une statistique ordinale nous avons cherché la concordance entre le partage en
32 départements du Nord et 53 du Midi une part et diverses dichotomies
utilisant la même coupure ordinale Or si la correspondance est presque parfaite
avec le degré instruction 92 12) sensible avec le développement indus
triel == 44 13 et avec les divers indices de richesse elle devient au contraire
faible en ce qui concerne le domaine religieux == 09 pour les versements la
Propagation de la Foi et ==.01 pour la proportion de séminaristes)
Nous avons montré par ailleurs 14 que pour ensemble de la France la
corrélation ordinale par département entre le taux de développement industriel
et la proportion de séminaristes était négative mais faible autre indice de
développement le degré instruction donne dans les mêmes conditions une
corrélation pratiquement nulle 15)
Il était intéressant néanmoins de suivre une autre tentative de Guerry
divisant la France en cinq régions de 17 départements chacune malheureusement
cette égalité numérique allait pas sans quelque violence la géographie humaine
Une première constatation est la différence qui apparaît entre ordre des régions
selon les différents critères Le Nord est la région la plus industrielle mais Est
est plus instruit Quant la richesse en vocations religieuses elle culmine dans le
Sud qui occupe une position médiane pour les deux autres critères Puis vient
Est
11 Opposition popularisée par Malte-Brun puis par Dupin op cit. Les statisticiens
tracent arriver au alors lac une de Genève ligne de et partage laissant presque au Sud 53 droite départements partant de sur la 85 baie Corse du Mont non comprise) Saint-Michel pour
12 II agit du tétrachorique de Kendall en donnant au Nord le rang et au Midi le
rang
13 indice industrialisation utilisé est celui du Comte ANGEViLLE Essai sur la sta
tistique de la population fran aise Paris 1836)
14 Christianisme et classe ouvrière 178-180
15 Ajoutons aux corrélations déjà publiées que la corrélation ordinale département par
département entre les souscriptions la Propagation de la Foi et le taux de séminaristes est
de == 36 La corrélation souscription-développement industriel donne dans les mêmes condi
tions 12 et la séminaristes-instruction donne == 15
68 ET DEVELOPPEMENT DANS LA FRANCE DU XIXe SI CLE RELIGION
II est plus intéressant encore de calculer les corrélations intra-régionales Les
traditions propres aux différentes régions sont alors pour autant que le régionne-
ment est valable atténuées sinon éliminées On voit alors la corrélation négative
entre le développement industriel et le recrutement sacerdotal affirmer plus
nettement cependant que la corrélation de ce dernier indice avec le degré ins
truction est tantôt positive tantôt négative mais généralement faible 16
élan vers la vie sacerdotale semble donc alors en contradiction avec le développe
ment industriel et ceci il faut le noter surtout dans les régions où sont situés les
départements les plus industrialisés Seine Seine-Inférieure Seine-et-Oise Arden
nes le Rhône situé dans la zone Est fait cet égard exception Cependant que
instruction joue un rôle variable effet cause ou obstacle) selon la part prise
par deux facteurs antagonistes la liaison de instruction urbanisation et
industrialisation une part mais aussi sans doute la part prise par le clergé
lui-même dans instruction populaire
En guise de conclusion nous nous contenterons de quelques observations
On retrouve assez bien idée du développement avec sa multiformité et
ses problèmes dans idée du progrès plus en honneur chez nos arrière-grands-
parents aujourdhui
La France du XIXe siècle comme les autres pays de Europe de Ouest
cette époque vu éclater cette notion de par les tensions internes du développe
ment industriel préfiguration en quelque sorte des difficultés actuelles définir
une notion univoque du développement
La religion pouvait apparaître comme salvatrice de la notion de progrès
pour autant eût prévalu une socio-cosmogonie evolutionniste
Le protestantisme semble être trouvé pied oeuvre pour développer
une pratique sociale constructive de chefs entreprise éclairés autant il
alliait la philantropie une attitude générale favorable aux conséquences politiques
et économiques de la Révolution Fran aise
Le catholicisme religion dominante était peut-être en situation plus
défavorable pour envisager un développement positif possible une économie
industrielle que pour être sensibilisé aux défauts de cette économie et aux malheurs
de ses victimes
Si une analyse statistique diachronique révèle surtout les conditions
politiques favorables ou défavorables du recrutement sacerdotal les différences
régionales per ues entre 1830 et 1840 marquent un assez net antagonisme entre
cet indice de la vie religieuse et le développement industriel cependant que la
corrélation avec le développement de instruction est très variable selon les
régions
Fran ois André ISAMBEBT
Centre ïEtudes oci lo giques C.N.R.S.)
16 Pour les cinq régions distinguées par Guerry nous avons les corrélations suivantes
Est Sud Centre Ouest Nord
Industrie-Séminaristes
................ 54 17 42 34 78
Instruction-Séminaristes
== 60 17 01 33 09
On voit donc que partout sauf dans Est le régionnement donne une corrélation négative
plus forte entre indice religieux et indice industriel que pour ensemble de la France 17
Inversement la corrélation légèrement positive séminariste-instruction pour ensemble de la
France donne lieu pour le Sud et Ouest des corrélations pratiquement nulles pour le Nord
une assez forte négative pour Est et le Centre une corrélation sensiblement
positive
69