Sainte Geneviève

-

Documents
174 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Toute la vie de sainte Geneviève : un récit passionnant accompagné de 168 vignettes illustrées pour les enfants.

Découvrez la vie de la sainte patronne de Paris. En 451, Paris s'appelle encore Lutèce et le terrible Attila est en train de conquérir la Gaule. Quand il arrive sur les bords de la Seine, les habitants se préparent à fuir. Seule une femme s'oppose à la panique : Geneviève. Avec une absolue confiance en Dieu, elle unit tous les habitants dans la prière et Attila passe son chemin, épargnant la ville.

Collection historique fondée en 1947, « Belles histoires belles vies » présente aux enfants les plus beaux exemples de sainteté du christianisme !

À partir de 7 ans.


Sujets

Informations

Publié par
Publié le 24 février 2011
Nombre de visites sur la page 19
EAN13 9782728914326
Langue Français
Signaler un problème
BELLES HISTOIRES BELLES VIES N°19 Collection fondée par le père Jean PIHAN
GENEVIÈVE PROTECTRICE DE PARIS
TEXTE : GENEVIÈVE FLUSIN ______________________________ ILLUSTRATIONS : RAOUL AUGER ______________________________ COULEURS : CHAGNAUD - YOT - BRUNET
15-27 rue Moussorgski - 75018 PARIS www.fleuruseditions.com
9
En ce temps-là… (cela se passait il y a plus de 1500 ans), la France n’était pas encore la France. L’Empire romain, dont la Gaule était l’une des principales provinces, touchait à sa fin ; et, déjà, D ieu préparait notre pays à la belle mission qu’il voulait lui confier dans l’histoire du monde. Pour cela, il choisit une petite fille, une petite G auloise : c’est son histoire qui est ici racontée.
Eneine, vivait unl’année 422, dans une charmante petite bourgade des bords de la S ménage de Gaulois, bons citoyens romains. ï ls étaient mariés depuis de longues années et, à leur grand désespoir, n’avaient pas encore d’enfant. Aussi, l’annonce de la naissance prochaine d’un bébé fut-elle accueillie comme une réponse du Ciel aux prières nombreuses et ardentes faites à ce&e intention. Le papa et la maman désiraient avant tout avoir un garçon.
3
Ils furent un peu déçus (la maman surtout !) quand on leur présenta, souriante et bien portante, la délicieuse petite fille qui venait de naître. Mais le père la considéra tout de même comme un don de D ieu et il l’appela Geneviève. Dans le langage gaulois, cela se disait Genovefa, ce qui veut dire : « Fille du Çiel ». Le baptême fut célébré dans la petite église paroissiale ; la marraine fut une noble dame, amie de la famille, habitant au cœur de la ville voisine.
4
Cee ville, c’était Lutèce, qui devait se transformer au cours des siècles pour devenir Paris. À ce moment-là, elle ne s’étendait que dans l’île de la S eine qui la protégeait des envahisseurs. S on évêque s’appelait Marcel. S es habitants étaient, en grande partie, des commerçants actifs et courageux ; le fleuve navigable favorisait le développement du commerce à une époque où il n’existait ni chemin de fer, ni avion et presque pas de routes…
5
Geneviève grandit sagement dans la maison de ses parents à Nanterre. Ce bourg est situé dans une boucle de la S eine, à un peu plus de deux lieues au nord-ouest de utèce, au pied d’une colline verdoyante qu’on appelle aujourd’hui le Mont Valérien. S es habitants sont généralement aisés ; ils savent utiliser les richesses naturelles qui les entourent, et vivent des produits de la pêche, de la culture et de l’élevage.
6
Leson père porte le nomparents de Geneviève semblent très différents l’un de l’autre. S d’un empereur romain qui s’appelait S évère. C’est un très honnête homme, plein de respect pour D ieu et pour l’Église ; il gagne la vie de sa famille en faisant valoir les modestes domaines et terrains qu’il possède. S a mère, Géroncia, est connue comme un peu autoritaire et entière. Elle admet difficilement que la volonté de ceux qui l’entourent (voire même celle de D ieu) ne plie pas devant la sienne. La suite de cette histoire va nous le montrer.
7
Comme tous les Gaulois de cee époque, les parents de Geneviève sont très inquiets pour l’avenir : l’immense Empire romain craque de toutes parts et les efforts des derniers empereurs sont impuissants à le reconstituer. Les Gaulois sont divisés : les uns aendent d’être sauvés par Rome et lui restent fidèles ; les autres se rallient déjà aux Francs des bords du Rhin, qui ont été souvent les alliés des Romains et qui sont installés en maints endroits. C’est l’incertitude la plus complète.