Cours de phytoécologie

Cours de phytoécologie

-

Documents
64 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Résumé :Dans le but d’un développement durable des ressources naturelles et en vue de mettre en place des outils de prise de décision, la connaissance approfondie des écosystèmes, des espèces et de leurs habitats présente un acquis indispensable à la formation polyvalente des futurs ingénieurs forestiers. Leur savoir sera utilisé de façon rationnelle dans les diagnostics (structure actuelle et dynamique, résilience, stratégie des espèces et des populations etc..) et les actions de conservation et de valorisation à entreprendre dans le cadre des aménagements des espaces naturels en général et forestiers en particulier.Les techniques de l'analyse de la végétation (Concepts et principes de la phytosociologie, méthodes de relevés de végétation et analyse de ceux-ci ; déterminisme des groupements végétaux et dynamique de la végétation) et la compréhension de la notion de valeur indicatrice de la végétation (démographie, reproduction et dispersion) qui sont abordées dans ce cours de phytoécologie, constituent des outils scientifiques suffisants pour la caractérisation du milieu naturel, des phénomènes qui y interagissent et les impacts des divers facteurs susceptibles de modifier le paysage naturel.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 octobre 2017
Nombre de visites sur la page 402
Langue Français
Signaler un problème




Cours de Phytoécologie
ème(4 année ENFI)
Dr. Aafi Abderrahman, Enseignant vacataire à l’Ecole Nationale
Forestière d’Ingénieurs (ENFI) de Salé



Forêt Aït Seghrouchen (Jbel Taghioult, 2200m)





Année, 2010i
Sommaire
ère1 partie : La phytosociologie
Chapitre 1 : La phytosociologie ....................................................................................................................................... 1
1- Définition ...................................... 1
2- Intérêt de la phytosociologie en écologie ....................................................................................................................... 1
3- Les méthodes d’étude de la végétation ........................... 1
3.1- Méthode phytosociologique ................................ 1
3.2- Méthode numérique ............................................................................................................ 8
3.3- Méthode des groupes écologiques ....................................................... 11
3.4- Méthode des profils architecturaux ...................... 11
4- La dynamique de la végétation ...................................... 12
4.1- Définition de la dynamique ................................................................................................. 12
4.2- Observation de la dynamique .............................. 14
4.3- Les stades initiaux : colonisation des espaces ...... 15
4.4- Les stades terminaux : valeur et aspect du climax ............................... 17
4.5- Relation de la dynamique de la végétation/ le sol ................................................................ 18
5- Nomenclature et classement des groupements végétaux ................................ 19
5.1- Classement physionomique .................................. 19
5.2- Classement écologique ......................................................................... 19
5.3- Classement phytosociologique ............................. 20
5.4- Classement dynamique ........................................ 21
6- Relation des groupements végétaux/ facteurs écologiques ................................................................ 21
6.1- Facteurs édaphiques ............................................................................................................. 21
6.2- Facteurs climatiques 21
6.3- Facteurs biotiques ................................................ 21
6.3.1- Les relations entre les végétaux ............ 22
6.3.2- Les relations entre végétaux et animaux ............................................................................................... 22
6.3.3- L’action de l’homme .............................................................. 23
Chapitre 2 : Notions de sociologie paysagère ou symphytosociologie........................................... 24
1- Définition ...................................... 24
2- La symphytosociologie ................................................................................................................... 24
2.1- Définition du segmetum ...... 24
2.2- Sigmastructure .................................................... 24
3- La géosymphytosociologie ............................................. 25
3.1- Définition du géosegmetum ................................................................ 25
3.2- Géosigmastructure .............................................. 25
3.2.1- Géosigmarelevé ......... 25
3.2.2- Géosigmasystème ...................................... 25
Chapitre 3 : Notions de chorologie intégrée ................................................... 26
1- Définition ....................................................................................................... 26
2- Unités de base ................................. 26
3- Etagement de la végétation ............................................. 26
4- Typologie chorologique.................................................................................................................. 27
4.1- Le district ........................................................... 27
4.2- Le secteur ............................ 27
4.3- La province .......................... 28
4.4- La région .............................................................................................................................. 28
ème2 partie : Ecosystèmes méditerranéens (Maghrebins) et aperçu syntaxinomique au Maroc
Chapitre 1: Caractères particuliers des écosystèmes forestiers méditerranéens et leur zonation altitudinale ......... 29
1- Caractères particuliers des écosystèmes méditerranéens ................................................................ 29
1.1- Hétérogénéité ...................................................................................................................... 29
1.1.1- Hétérogénéité biogéographique et historique ........................... 29
1.1.2- Hétérogénéité climatique et bioclimatique ............................... 29
1.1.3- Hétérogénéité physiologique ..................................................... 29
1.2- Instabilité et vulnérabilité.....................................................................................................................................
1.2.1- Caractères génétiques ....................... 30
1.2.2- Caractères écologiques ...................................................................................... 30
1.2.3- L’action anthropique .......................................................... 30
2- Zonation altitudinale ou étages de végétation ................ 31
Chapitre 2 : Ecosystèmes forestiers, préforestiers et présteppiques du Maghreb....................... 33
1- Diversité et signification écologique et biogéographique .............................................................. 33
1.1- Etage inframéditerranéen .................................................................................................... 33
1.2- Etage thermoméditerranéen 34
1.3- Etage mésoméditerranéen ... 36
1.4- Etage supraméditerranéen ................................... 37 ii
1.5- Etage montagnard méditerranéen ........................................................................................................................ 38
1.6- Etage Oroméditerranéen ...................................... 40
1.7- Formations à pins ................................................. 40
2- Aperçu syntaxinomique sur les peuplements forestiers, préforestiers et présteppiques marocains 41
2.1- Groupements de la classe des Quercetea ilicis ................................................................... 42
2.2- Groupements de la classe des Qu pubescentis .......................... 47
Chapitre 3 : Autres écosystèmes du Maghreb ................................................ 50
1- Matorrals bas ................................................................. 50
1.1- Classe des Ononido - Rosmarinetea ................................................... 50
1.2- Classe des Cisto - Lavanduletea ......................................................... 50
1.3- Classe des Calluno – Ulicetea ............................. 50
2- Pelouses ......................................................................................................................................................................... 50
3- Autres écosystèmes ....................... 50
ème3 partie : Phytoécologie appliquée
Chapitre 1: Productivité des écosystèmes ................................................................................................ 51
1- Productivité de la forêt ................................................... 51
2- Biomasse forestière ........................ 51
2.1- Les échanges d’énergie et de matière 51
2.2- Variation de la productivité forestière .................................................................................................................. 52
3- Productivité des systèmes herbacés ................................ 52
Chapitre 2 : La conservation des écosystèmes Maghrebins ......................... 53
1- Les facteurs de perturbation ........................................... 53
1.1- Le surpâturage ..................................................................................................................... 53
1.2- La déforestation ................... 53
1.3- Les incendies ........................................................ 54
1.4- L’influence des techniques sylvicoles .................. 54
2- Situation actuelle ............................................................................................................................ 54
2.1- Ecosystèmes éteints ............................................. 55
2.2- Ecosystèmes menacés .......................................................................................................... 55
2.3- Ecosystèmes très dégradés ... 55
Chapitre 3 : La cartographie de la végétaion et ses applications ................ 56
1- Principaux types de cartes de la végétation .................................................................................................................... 56
1.1- Carte du Parc National de Talassemtane ............ 56
1.2- Autres cartes à moyennes échelles ....................... 58
1.3- Cartes à petites échelles ....................................................................................................................................... 58
1.4- Cartes à grandes échelles ..... 58
2- Techniques de réalisation d’une carte de la végétation... 58
3- Intérêt et application de la cartographie de la végétaion . 59
3.1- Intérêt scientifique ............................................................................................................................................... 59
3.2- Intérêt pédagogique .............. 59
3.3- Intérêt militaire .................... 59
Références bibliographiques ............ 60
Liste des figures
Fig.1 : Choix des emplacements des relevés dans une forêt (à gauche) ou dans un marais (à droite) ......................... 2
Fig. 2 : Variation du nombre d’espèces en fonction de l’aire du relevé (prairie en Basse-Autriche) .......................... 2
Fig. 3 : Groupement forestier ...................................................................................................................................... 3
Fig. 4 : Schéma poursuivi par la méthode phytosociologique ..................... 8
Fig. 5 : Organigramme du traitement par l'AFC et la CHA ......................... 10
Fig. 6 : Méthode des profils architecturaux ................................................................................................................. 12
Fig. 7 : Profil architectural et projection des collets des chaméphytes, des cimes et de l’axe central des troncs ........ 12
Fig. 8 : Schéma d’évolution de la végétation .............. 13
Fig. 9 : Série inframéditerranéenne d’Acacia gummifera (Haouz de Marrakech) ...................... 13
Fig. 10 : Série inframéditerranéenne d’Argania spinosa (Souss, Agadir) .................................................................. 14
Fig. 11 : Série thermoméditerranéenne de Pistacia atlantica (Oriental, Oujda) ......................... 15
Fig. 12 : Série thermoméditerranéenne de Quercus coccifera (Rif) ............ 15
Fig. 13 : Série thermoméditerranéenne de Juniperus phoenicea ssp. lycia (Mehdya, Kénitra) ... 16
Fig. 14 : Evolution du couvert végétal dans une placette permanente ........................................................................ 17
Fig. 15 : Dynamique non réversible et formation d’un paraclimax ............................................. 18
Fig. 16 : Carte des associations végétales et séries de végétation ............... 57
Liste des tableaux
Tableau 1 : Fiche de relevé phytoécologique ............................................................................. 4
Tableau 2 : Tableau d’association : Telino linifoliae - Quercetum suberis ................................ 7
Tableau 3 : Descripteurs topoclimatiques .................................................. 9
Tableau 4 : teurs édaphiques et types d’humus .............................. 10
Tableau 5 : Structure de la végétation ......................................................... 10
Tableau 6 : Calcul de biomasse dans une Chênaie tempérée ...................................................... 51 1
ère1 partie : La phytosociologie
Chapitre 1 : La phytosociologie ou sociologie des plantes
1. Définition
La phytosociologie existe parce que les plantes, comme tous les organismes vivants, ne vivent
pas de manière isolée. En effet, les espèces végétales vivent associées entre elles (et avec des
animaux, des champignons, des bactéries...), selon plusieurs aspects :
 un aspect dit statique, réunissant les paramètres abiotiques du milieu (lumière, chaleur,
humidité...).
 un aspect dit de succession, où les écosystèmes (structurés par des groupements végétaux) se
succèdent en stades différents pour parvenir à un climax homéostatique.
 un aspect d'interactions, qui tient compte des nombreuses relations entre espèces :
interactions biotiques (prédation, parasitisme, coopération, symbiose, compétition...),
interactions abiotiques (ombrage, intoxication, fertilisation...).
2. Intérêt de la phytosociologie en écologie
 La phytosociologie s'intéresse à la description mais aussi au fonctionnement écologique et
botanique des végétations, à différentes échelles. L'analyse comparative des groupements
végétaux rencontrés sur le terrain permet de définir des associations végétales.
 La phytosociologie permet d'étudier les relations abiotiques des végétations avec le climat,
les sols et la géomorphologie locale ainsi que les relations biotiques avec les autres
communautés végétales, les communautés animales et les sociétés humaines. Ainsi, la
reconnaissance des groupements végétaux révèle de manière plus précise les
fonctionnements écologiques locaux.
 La phytosociologie est ordonnée en un système hiérarchisé où l’association est l’unité
élémentaire. Le système comprend des unités hiérarchiques progressivement plus élevées :
les alliances, les ordres, les classes, les divisions. Le fondement méthodologique de la
phytosociologie est le relevé de végétation.
3. Méthodes d’étude de la végétation
3.1. Méthode phytosociologique sigmatiste ou Zurico – Montpellièraine (SIGMA)
Elle a été mise au point par Braun-Blanquet en 1951. Elle se base essentiellement sur
l'association végétale qui est décrite à travers des relevés phytoécologiques. Les relevés doivent
être réalisés sur une surface susceptible de contenir la quasi-totalité des espèces de l’association
présentes sur la surface de végétation floristiquement homogène, ou surface minimum. Ces
relevés sont réalisés dans des strates de végétation ou individus d’association. La répartition des
relevés se fera selon la diversité des facteurs écologiques et floristique de la zone à étudier. Pour
la répartition des relevés sur le terrain, on optera pour des techniques d’échantillonnage
permettant une économie de temps et d'argent.

Une association : une association est une combinaison originale (toujours la même) d’espèces
dont certaines, dites caractéristiques lui sont particulièrement liées, les autres étant qualifiées de
compagnes (Guinochet, 1973).
Selon Braun-Blanquet (1915), une association est un groupement végétal ± stable (car peut
disparaître au profit d’un autre groupement), en équilibre avec le milieu ambiant (conditions
écologiques), caractérisé par une composition floristique (toute l’étendue, territoire) déterminée
dans laquelle certains éléments exclusifs ou à peu près (espèces caractéristiques) révèlent par 2
leur présence ou fréquence (abondance dominance) une écologie particulière. Ex. : Quercus
suber, Teline lignifolia, Thymelaea lythroïdes, Pyrus mamorensis etc..
Les relevés : Ce sont des inventaires quantitatifs et qualitatifs (abondance-dominance et
sociabilité). Ils doivent être un véritable portrait du groupement (l’association).
L’individu-d’association : Un individu-d’association est une surface de végétation
représentative, sur le terrain, d’association végétale. C’est sur ces individus d’association, perçus
sur le terrain, que sont exécutés les relevés floristiques destinés à établir une description
complète de ces associations végétales.

Fig.1 : Choix des emplacements des relevés dans une forêt (à gauche) ou dans un marais (à droite)

A : bons emplacements (en plein dans les groupements), B : mauvais emplacements (à cheval sur deux groupements)
Les divers signes indiquent les groupements végétaux à cartographier

Une surface de végétation floristiquement homogène : La composition floristique doit être la
même partout sur une surface couverte par l’individu d’association. Pour observer cette
homogénéité, on doit explorer le terrain dans plusieurs directions et tant que l’on ne voit pas
changer ± brusquement la liste des espèces que l’on observe, on peut estimer que l’on n’est pas
sorti des limites de l’individu d’association. Cette exploration aboutit à la délimitation d’une
surface n’offrant pas d’écarts floristiques appréciables entre ses différentes parties
(cartographie).
60
50
40
30 S é r i e 1
20
10
0
0 20 40 60 80
2Aire du relevé en m

Fig. 2 : Variation du nombre d’espèces en fonction de l’aire du relevé (prairie en Basse-Autriche).
Le nombre de relevés : est choisi en fonction de la diversité des facteurs écologiques, des
structures des types de végétation et du stade de l'évolution de la végétation.
La localisation de la zone (tournées d’investigation, cartes topographiques à différentes échelles,
images satellites etc..).
Nombre d'espèces 3
Compte tenu du nombre de relevés à réaliser, une maille d’échantillonnage sera tracée sur papier
calque millimétré ou autres supports et superposée d'une manière au hasard à la carte
topographique pour matérialiser les emplacements des relevés. Les coordonnées du centre de
chaque relevé sont données par GPS. Quant à l’orientement, il sera fait moyennant une boussole.
Exécution du relevé : Lors de son exécution, on notera (fiche de relevé en page 4) :
- Localisation : GPS (altitude, longitude et latitude)
- Exposition, pente, nature du sol, type de végétation, surface
- Liste exhaustive des espèces floristiques
- Abondance-dominance (nombre et recouvrement) ou espace occupé par projection au sol de
l'ensemble des individus de l'espèce. Selon l’échelle de Braun-Blanquet :
+ : Espèce présente (1ou 2 individus)
1 : R < 5% ;
2 : 5  R < 25%,
3 : 25  R < 50%
4 : 50  R < 75%
5 : 75  R< 100%.

- Sociabilité : façon dont les individus sont distribués les uns par rapport aux autres. Selon
l'échelle de Braun-Blanquet, on a cinq classes :

1 : individus isolés (éparpillés)
2 : individus en groupe (2 à 3 individus)
3 : individus en troupe (groupe 10 à 25 individus)
4 : individus en petites colonies (morceaux de peuplements)
5 : individus en peuplement continu (surface couverte / individus).

Surface des relevés floristiques : Elle correspond à l’aire minimale (surface susceptible de
2contenir la quasi-totalité des espèces d’une association). Elle est de 400 m pour la strate
2 2arborescente, 200 à 250 m pour la strate arbustive et 100 m pour la strate herbacée.
Physionomie de la végétation : Elle correspond au type de formation végétale (forêt, matorral,
pelouse) et adjectif : haut, dense, bas etc..
Structure de la végétation : la manière dont les plantes sont réparties et agencées les unes par
rapport aux autres :

- Structure verticale : décrite par 3 strates (arborescente, arbustive et herbacée)
- Recouvrement en % doit être évalué pour chaque strate (arborescente, arbustive et herbacée).

Fig. 3 : Groupement forestier
a : strate herbacée ; b : strate arbustive ; c : strate arborescente 4
Tableau 1 : Fiche de relevé phytoécologique
Relevé floristique n° 1 Date : …/…../……
Coordonnées 34°04’45N 06°39’37W Description sommaire du sol :

Altitude en m 126 Sol sableux beige & rouge plus ou loins humifère
Formation végétale Chêne-liège
Exposition Nord-Ouest
Localité Au Nord de Dayet At Twila
Substratum géologique Siliceux
2Surface du relevé (m ) 400
Strate arborescente H (m): 15 R% : 80
4.4 Quercus suber
1.2 Pyrus mamorensis
Strate arbustive H (cm): 100 R% : 60
2.3 Thymelaea lythroïdes
1.2 Urginea maritima
+ Echinops spinosus
+ Asparagus aphyllus
Strate herbacée H (cm) : 20 R% : 70
2.2 Cynosurus echinatus 1.2 Arisarum vulgare
1.2 Bromus rigidus 1.2 Festuca caerulescens
2.3 Brachypodium distachyum 1.2 Chamaerops humilis
1.2 Dactylis glomerata 2.3 Vulpia alopecuros
Traitement des relevés :
Cette opération consiste en l'élaboration des tableaux phytosociologiques en réunissant les
relevés appartenant à un même groupement végétal. Elle consiste également à distinguer les
espèces caractéristiques de celui-ci, de le décrire afin de comprendre les conditions écologiques
dans lesquelles il se développe et de dégager ses potentialités et sa dynamique.
Après avoir effectué les relevés, il faut passer à un travail de synthèse qui a pour objectif de :
 réunir les relevés appartenant à un même groupement en se basant sur la physionomie des
espèces de chaque formation végétale ;
 comparer entre elles les associations ainsi décrites, de dégager leurs différences par la mise en
évidence des espèces permettant de les distinguer ;
 réunir ces associations par affinités, c'est-à-dire, de les classer en vue de parvenir à une
présentation de l'ensemble de la végétation et de montrer les rapports entre celles-ci.
L'élaboration des tableaux phytosociologiques de détail (tableau phytosociologique descriptif de
groupement) sera faite par étapes de comparaisons analogiques des relevés réunis dans différents
tableaux. Cette opération nécessite la prise en compte des paramètres floristico-écologiques et
des affinités socio-écologiques que présentent les relevés entre eux ainsi que des descripteurs
physiographiques (altitude, exposition, substrat et sol) et de la structure du peuplement (hauteur
et recouvrement des différentes strates).
Enfin l'individualisation des groupements végétaux à partir de l'ensemble des relevés effectués,
sera faite par un traitement manuel et appuyé par ordinateur. 5
Etape synthétique :
 réunir les relevés pour établir des descriptions, présentées sous forme de tableau. Dans les
lignes on note les noms des espèces et dans les colonnes les chiffres d’abondance-dominance.
er 1 tri : en fonction de la physionomie (formation arborescente, arbustive, pelouse etc.)
Relevés floristiques 12 15 9 7 3 6 32 54 48 35 20 19 27 P
Coordonnées r
Altitude en m é
Formation végétale s
Exposition e
Localité n
Substratum géologique s
2Surface du relevé (m ) e
4.5 4.4 5.5 5.5 4.5 4.4 4.4 4.4 5.5 4.5 5.5 5.5 4.5 Quercus suber
Pyrus mamorensis 1.1 1.1 - - + - - + - 1.1 - - -
Teline linifolia 4.4 3.4 5.5 - 4.4 - 3.3 5.5 - 5.5 - - -
Thymelaea lythroïdes + - - - + - 1.1 - - + - - -
Asparagus acutifolius + - - + - - - - - - 1.1 + +
- - - 4.4 - 3.4 - - 5.5 - 2.2 4.4 5.4 Myrtus communis
Cytisus triflorus - - - 1.1 - + - - + - 1.1 - +
Sarothamnus arboreus - - - + - - - - + - + + -
Pistacia lentiscus + + + 1.1 + 1.1 + + + 4.4 + - -

 Comptage de la présence
 Classement des espèces par ordre décroissant de présence (13-11-7-6-5-4)
Relevés floristiques 12 15 9 7 3 6 32 54 48 35 20 19 27 P
Coordonnées r
Altitude en m é
Formation végétale s
Exposition e
Localité n
Substratum géologique s
2Surface du relevé (m ) e
Quercus suber 4.5 4.4 5.5 5.5 4.5 4.4 4.4 4.4 5.5 4.5 5.5 5.5 4.5 13
Pistacia lentiscus + + + 1.1 + 1.1 + + + 4.4 + - - 11
Teline linifolia 4.4 3.4 5.5 - 4.4 - 3.3 5.5 - 5.5 - - - 7
Myrtus communis - - - 4.4 - 3.4 - - 5.5 - 2.2 4.4 5.4 6
Pyrus mamorensis 1.1 1.1 - - + - - + - 1.1 - - - 5
Asparagus acutifolius + - - + - - - - - - 1.1 + + 5
Cytisus triflorus - - - 1.1 - + - - + - 1.1 - + 5
Sarothamnus arboreus - - - + - - - - + - + + - 4
Thymelaea lythroïdes + - - - + - 1.1 - - + - - - 4

 Découpage pour les déplacer afin de rapprocher par tâtonnements successifs pour grouper les
relevés.
 Au lieu de découper, on peut souligner ou colorier pour distinguer les groupes de relevés
(groupements).
er On regroupe : 12-15- 9- 3- 32- 54- 35 (1 groupement)
ème On regroupe : 7-6-48-20-19-27 (2 groupement)
Pyrus (Pirus), Teline : espèces caractéristiques par leur fidélité de présence permettent de
renseigner sur l’espèce principale (écologie, chorologie etc..),
Quercus suber : espèce organisatrice de ces associations
Thymelaea lythroïdes : a une fréquence moindre mais elle est caractéristique 6
Asparagus acutifolius et Pistacia lentiscus : Ce sont des espèces compagnes, observées ou
absentes dans tous les relevés ou ont une même abondance ou dominance dans tous les relevés.
L’association en vert : est caractérisée par Teline, plus caractéristique que Pyrus. Teline est
toujours présente, caractéristique et frappante par son abondance et sa fréquence.
 Pour une même association, on peut observer une espèce caractéristique ou compagne qui est
dominante.
Pistacia est brusquement abondant dans 9 et 35 (nettement abondante) = espèce différentielle.
Espèce distinctive de la combinaison (sous-association de Pistacia de l’association à Teline).
 A l’intérieur d’une association, on peut avoir des combinaisons spécifiques originales se
distinguant les unes des autres par la fréquence plus élevée d’une ou plusieurs espèces. De
telles combinaisons subordonnées à un niveau inférieur appelé sous-associations dont les
espèces distinctives sont les différentielles.
Les espèces compagnes : Ce sont les espèces qui ont presque la même fréquence dans plusieurs
associations.
Nomenclature des unités ou catégories phytosociologiques :
Association : la dénomination d’une association végétale est forgée à partir d’une ou de deux
espèces caractéristiques remarquables avec adjonction du suffixe etum à la racine du nom du
genre et par la mise en génitif de l’épithète spécifique :
- Myrto communis-Quercetum suberis
- Tamo communis-Oleetum sylvestris (sol lourd)
- Rusco hypophylli-Quercetum cocciferae (Chêne kermès)
Les associations ayant des caractéristiques communes forment :
Alliance : son nom est obtenu à partir des espèces remarquables (ion – enion)
Oleo – Quercion suberis (basse altitude)
Balansaeo glaberrimae – Quercion rotundifoliae
Les alliances à espèces caractéristiques communes forment :
Ordre : etalia ou enetalia (sous-ordre)
Quercetalia ilicis Pistacio – Rhamnetalia alaterni
Les ordres à espèces caractéristiques communes forment :
Classe : etea (Quercetea ilicis)
Classe : etea Sur classe : ea Ordre : etalia Sous ordre : enetalia Alliance : ion Sous –alliance : enion
Association : etum Sous –association : etosum

Quant aux sous-associations, elles sont désignées par le nom de l’association suivi d’une espèce
différentielle dont le nom du genre est modifié par l’adjonction du suffixe : etosum à sa racine.
Ex: Sous-association : Telino linifoliae – Quercetum suberis pistacietosum lentisci 7
Tableau 2 : Tableau d’association : Telino linifoliae - Quercetum suberis
N° du relevé 12 15 9 3 32 54 35
P
Altitude en m r
é
Exposition s
e Type de sable
n
c Type d'humus
e
Caractéristiques de l’association

Différentielles de la sous-association

Caractéristiques du Querco-Oleion sylvestris

Caractéristiques du Quercetalia ilicis

Caractéristiques des Quercetea ilicis

Espèces compagnes


Espèces caractéristiques, transgressives, différentielles et compagnes.
 Espèces caractéristiques : Ce sont des espèces liées exclusivement à un groupement
déterminé du niveau d'association, alliance, ordre, classe ou division. Une espèce
caractéristique n'est pas nécessairement abondante dans le groupement, ni même dotée d'une
haute présence. Une espèce caractéristique donne de meilleures indications sur la
reconnaissance du groupement et sur son écologie que les espèces de haute présence ou de
grande abondance. Elles sont également caractéristiques des conditions dans lesquelles vit ce
groupement et, par conséquent, de bonnes indicatrices.
 Espèces différentielles : Elles sont liées préférentiellement et souvent localement à une
unité de rang inférieur (sous-association). Elles permettent de séparer deux groupements
végétaux entre eux.
 Espèces compagnes : Elles sont présentes dans de nombreux groupements et peuvent porter
des informations géographiques, dynamiques et écologiques précises.
 Espèces transgressives : Elles sont nettement liées à un groupement mais se rencontrent
également dans d'autres groupements d'écologie voisine.
 Espèces caractéristiques transgressives : Ce sont des espèces qui peuvent caractériser deux
(02) unités phytosociologiques différentes qui s’excluent géographiquement.
Ex : d’espèces transgressives :
Brachypodium ramosum : En France, Italie et Espagne (pelouses pérennes)
Brachy : Haut Atlas Occidental (Pelouses préforestière à thuya)