//img.uscri.be/pth/66594dc3365b2918ba77b75517626f3eda5a0102
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Essai méthodologique pour une étude des petites villes en milieu sous-développé. Les structures commerciales urbaines du Nord marocain - article ; n°441 ; vol.80, pg 513-533

De
22 pages
Annales de Géographie - Année 1971 - Volume 80 - Numéro 441 - Pages 513-533
A methodological essay for a study of small towns in underdeveloped countries : the urban commercial structures in northern Morocco.
It is difficult to define and to fix the limits of the small towns in underdeveloped countries for they are often ill-separated from the surrounding countryside. So the author suggests to survey and to differenciate those towns through their commercial structures. In such a way he studies the following items in 53 North Moroccan agglomerations: size of those commercial centres, number of shops per capita, repartition of the different trades, handicrafts and services, comparison between the wholesalers' importance and some elements of urban equipment. The survey reveals that those little commercial centres are heterogeneous that the sequels of the colonial era are important and that there are however some regional urban types with similar commercial features. It concludes quantitative methods are indispensable in any attempt to apprehend the reality and the complexity of little towns.
Devant la difficulté de définir et délimiter en milieu sous-développé les petites villes qui sont souvent mal dégagées de la campagne environnante, l'auteur propose d'utiliser les structures commerciales comme moyen d'approche et de différenciation de ces centres. Il examine ainsi dans 53 agglomérations du Nord du Maroc les éléments suivants : taille des centres, nombre de commerces par habitants, ventilation des différentes catégories de commerces, répartition des activités artisanales et de service, comparaison entre l'équipement en grossistes et certains éléments de l'équipement urbain. L'étude montre l'hétérogénéité de ces petits centres, l'importance des séquelles de la période coloniale, l'existence, néanmoins, de familles urbaines régionales à profil commercial semblable. Elle conclut à la nécessité d'appliquer des méthodes quantitatives pour tenter de cerner la réalité et la complexité des petites villes.
21 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Jean-François Troin
Essai méthodologique pour une étude des petites villes en
milieu sous-développé. Les structures commerciales urbaines
du Nord marocain
In: Annales de Géographie. 1971, t. 80, n°441. pp. 513-533.
Abstract
A methodological essay for a study of small towns in underdeveloped countries : the urban commercial structures in northern
Morocco.
It is difficult to define and to fix the limits of the small towns in underdeveloped countries for they are often ill-separated from the
surrounding countryside. So the author suggests to survey and to differenciate those towns through their commercial structures.
In such a way he studies the following items in 53 North Moroccan agglomerations: size of those commercial centres, number of
shops per capita, repartition of the different trades, handicrafts and services, comparison between the wholesalers' importance
and some elements of urban equipment. The survey reveals that those little commercial centres are heterogeneous that the
sequels of the colonial era are important and that there are however some regional urban types with similar commercial features.
It concludes quantitative methods are indispensable in any attempt to apprehend the reality and the complexity of little towns.
Résumé
Devant la difficulté de définir et délimiter en milieu sous-développé les petites villes qui sont souvent mal dégagées de la
campagne environnante, l'auteur propose d'utiliser les structures commerciales comme moyen d'approche et de différenciation
de ces centres. Il examine ainsi dans 53 agglomérations du Nord du Maroc les éléments suivants : taille des centres, nombre de
commerces par habitants, ventilation des différentes catégories de commerces, répartition des activités artisanales et de service,
comparaison entre l'équipement en grossistes et certains éléments de l'équipement urbain. L'étude montre l'hétérogénéité de ces
petits centres, l'importance des séquelles de la période coloniale, l'existence, néanmoins, de familles urbaines régionales à profil
commercial semblable. Elle conclut à la nécessité d'appliquer des méthodes quantitatives pour tenter de cerner la réalité et la
complexité des petites villes.
Citer ce document / Cite this document :
Troin Jean-François. Essai méthodologique pour une étude des petites villes en milieu sous-développé. Les structures
commerciales urbaines du Nord marocain. In: Annales de Géographie. 1971, t. 80, n°441. pp. 513-533.
doi : 10.3406/geo.1971.15385
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1971_num_80_441_15385ANNALES
OGRAPHIE
441 -L JC.X-e année Aeptemore-Oetoore 1971
Essai méthodologique pour une étude
des petites villes en milieu sous-développé
Les structures commerciales urbaines
du Nord marocain
par Jean-Fran ois Troîn
Maître-assistant Université de Rabat
Les petites villes sont la mode Sociologues économistes géographes
se penchent sur elles depuis quelque temps et cette curiosité envers de petits
organismes longtemps délaissés gagne hui les pays sous-développés
Au Maghreb où la tradition urbaine est ancienne les villes petites et
moyennes offrent une matière particulièrement riche mais aussi fort complexe
Des chercheurs trop souvent isolés ont commencé explorer dans chacun
des trois pays Ils ont déjà pu constater que la classique opposition entre
médinas traditionnelles et villes nouvelles comptait de multiples nuances
que les contrastes de quartiers cachaient souvent de réelles affinités dans les
fonctions que le dynamisme de la croissance urbaine était loin être homo
gène que espace régional enfin était infiniment plus polarisé et influencé
par ces agglomérations intermédiaires on ne le pensait il quelques
années seulement
Il est ainsi fort difficile de dessiner le visage exact de ces centres insuffi
sance des statistiques de emploi étiquette de ville donnée souvent sans
critère rigoureux par les organismes de recensement la multiplicité des
ANN DE OG LXXX ANN 33 514 ANNALES DE OGRAPHIE
doubles professions des métiers temporaires des activités dites parasi
taires que nous préférons appeler activités de survie découragent
souvent le chercheur soucieux une analyse quantitative De plus la plupart
des villes ont subi le choc de la colonisation et selon les lieux et les circons
tances ont très différemment réagi
Il existe donc pas de modèle de petite ville en pays sous-développé et
la définition de ce type agglomération est malaisée ni cité ni bourg ni
centre rural ni réellement ville le petit centre ne doit pas seulement atteindre
une certaine taille et exercer certaines fonctions mais aussi comporter cer
taines structures pour mériter son rang et son appellation de ville
Parmi celles-ci il nous est apparu que les structures commerciales
élément peu utilisé ici pouvaient aider établir une meilleure défini
tion des petites villes et une typologie de base particulièrement lorsque les
données sur les emplois agricoles et industriels les taux de chômage les
rayonnements urbains faisaient défaut ou étaient douteuses De plus ces
mêmes structures commerciales pouvaient servir une approche des réseaux
urbains malaisés définir en milieu sous-développé et fournir un ensemble
de données permettant de circonscrire des familles urbaines régionales
Le Maroc nous offre un domaine étude intéressant en effet il compte
environ une centaine de petites villes de moins de 50 000 habitants peu de
villes moyennes et en revanche une armature importante de grandes agglo
mérations 10 villes de plus de 100 000 habitants en 1966 Le phénomène
des petites cités peut donc être assez facilement délimité au Maroc du moins
sur le plan statistique Rappelons que Algérie voisine une structure toute
différente puisque les grandes villes sont rares seulement et que les
centres de 50 100 000 habitants villes moyennes sont au nombre de
Notre aire de travail portant autre part surle Nord du pays nous avons
limité cette moitié du Maroc nos investigations Très urbanisé le Nord
du Maroc nous offre ainsi 53 cités de 000 50 000 habitants soit plus de
50 100 du total des petites villes marocaines échantillon retenu ici est
donc de bonne valeur
LA THODE
Les critères retenus pour établir la liste de ces 53 centres sont fort simples
Nous avons pris tous ceux abritant la fois plus de 000 habitants au recen
sement de I9601 et plus de 100 établissements commerciaux Nous compre
nons dans les établissements commerciaux les boutiques et dépôts des com
mer ants les échoppes artisans les divers services privés La plupart des
agglomérations ayant moins de 100 commerces sont en effet des bourgades
rurales voire des stations touristiques activité très temporaire ou encore
des centres administratifs et militaires dont implantation est artificielle
Exception faite de Zaïo dans le Rif oriental qui atteint pas tout fait ce chiffre mais
qui été joint la liste son expansion étant rapide PETITES VILLES DU NORD MAROCAIN 515
La liste de départ est donc très comprehensive1 et un large éventail
agglomérations été retenu certaines éliminations pouvant intervenir
lors de étude des structures commerciales ensemble de ces centres été
porté sur la figure
Différentes données commerciales valables pour 1963 sont ensuite utili
sées Elles ont été obtenues par comptage in situ et aussi par relevés dans les
bureaux de impôt En première étape on dénombre le total des établisse
ments commerciaux pour chaque centre et on le rapporte au nombre habi
tants groupés ce qui permet appréhender le niveau équipement commer
cial ces éléments sont représentés sur la figure Ensuite est effectuée la
répartition des commerces de artisanat et des services en catégories
elle aide mesurer les tendances de chaque ville par rapport une répartition
moyenne et comparer le diagramme commercial de chaque ville au dia
gramme moyen les spécialisations les aspects anormaux apparaissent
alors fig 3)
Le secteur de artisanat et des services est son tour ventilé en sous-
catégories ce qui autorise préciser certaines fonctions urbaines peu connues
et rend compte de certains déséquilibres dans les activités fig 4)
Enfin pour essayer apprécier le degré intégration urbaine des diffé
rents centres nous serions tenté de dire le degré urbanité équipe
ment en grossistes est-à-dire les facultés de desserte de la ville est mis
en rapport avec son équipement interne on retenu comme indice de cet
équipement interne le nombre de bains maures ajouté celui des fours pain
Ce nombre définit un indice hammams fours qui reflète assez bien le
degré urbanisation Différents âges urbains et différents équilibres sont
alors visibles permettant de nuancer les notions de ville traditionnelle et
de ville moderne fig 5)
La superposition de ces données laisse apparaître un nombre plus res
treint de villes dotées de structures convenables exer ant une série de fonc
tions de service pourvues un équipement minimal et assurées un rayon
nement sur les campagnes Elle permet aussi de définir des ensembles
urbains régionaux aux caractéristiques semblables amorce une étude
plus poussée des réseaux urbains Ces ensembles urbains et leurs caractéris
tiques font objet de la figure point aboutissement de notre approche
Les aires influence urbaine ne sont pas abordées ici car elles nécessitent
encore au Maroc de patientes recherches
Ainsi est-il possible en nous limitant examen des structures commer-
Elle nous amène éliminer cependant certains centres classés comme villes par le recen
sement en utilisant surtout le critère de la spécialisation Ce sont Saïdia 102 b. et Mehdia
614 b.) stations balnéaires Sidi Harazem 833 b.) centre thermal Taounate 442 b.
et Taforalt 733 b.) centres administratifs Ahermoumou 996 b.) garnison Guenfouda
317 b.) Aouli 034 b. et ued el Heïmer 592 b.) centres extraction ou de
traitement miniers
Au contraire en utilisant nos deux critères plus de 000 habitants groupés et plus de
100 commerces) nous ajoutons Ait Issehaq Itzer et Mrirt au pied du Moyen Atlas Outat el
Hadj et Missour en moyenne Moulouya Zaïo dans Oriental 516 ANNALES DE OGRAPHIE
ales une part de définir les caractéristiques générales des villes caracté
ristiques que on pourrait étendre nombre de petits organismes urbains du
Maghreb autre part de noter des différences régionales intérieur du
Maroc du Nord Ce sont ces deux types enseignements généraux et
régionaux que nous commenterons ci-après
II TAILLE ET PARTITION DES PETITES VILLES fig
éventail va de 000 34 000 habitants Ksar el Kebir Le groupe le
plus compact est celui des villes comprises entre 000 et 000 habitants
elles sont quinze en effet et parmi elles sept villes sont situées sur la bordure
moyen-atlasique Entre et 000 habitants on note encore neuf villes
puis les tailles espacent Il cependant des regroupements significatifs
cinq villes avoisinent 11 000 habitants ce sont pour la plupart des villes
jeunes issues de la période du Protectorat sept villes tournent autour de
20 000 habitants ce sont de moyennes capitales régionales Sefrou Berkane
Sidi Kacem Khenifra Oued Zem dor et une ville part Jerada centre
minier Enfin trois villes forment le sommet de la hiérarchie dépassant
chacune 30 000 habitants Ksar el Kebir Larache et Taza Seule Ouezzane
est isolée avec 26 500 habitants
La taille est évidemment un critère très insuffisant pour définir ces agglo
mérations Notons cependant que les centres qui pourraient prétendre au
rang de ville moyenne sont peu nombreux quatre seulement dépassent
25 000 habitants en revanche quarante-deux étagent entre 000 et 15 000
habitants le groupe des petits centres est donc très étoffé
La répartition dans espace laisse apparaître certains regroupements
régionaux Ouest de notre zone rassemble la plupart des villes et le bassin
du Sebou en est largement pourvu Est et le Nord-Est en comptent beau
coup moins Entre ces deux pôles le Rif et la dorsale moyen-atlasique sont
de remarquables déserts urbains Dans le détail le jalonnement des grands
ensembles de relief donne naissance de véritables ceintures de villes ou
des dispositions rubannées autour des montagnes Jbala dans la péninsule
tingitane le long du Moyen Atlas El Menzel Aït Issehaq dans le couloir
de plaines de Guercif Oujda enfin le long de la moyenne Moulouya
Un phénomène évident apparaît la fréquence des doublets Mdiq et
Martil aux portes de Tetouan dans le Rharb Souk el Arba et Mechra bel
Ksiri une part Sidi Slimane et Sidi Kacem autre part Bahlil et Sefrou
au sud de Fès Azrou et Ifrane dans le Moyen Atlas Oued Zem et Boujad
sur les marges du Plateau Central Segangan et dor dans le Rif oriental
Ahfir et Berkane dans les Trifîa enfin Touissit et Boubeker centres miniers
près de la frontière algérienne Ces doublets signalent une certaine anarchie
des réseaux urbains beaucoup entre eux résultent de créations coloniales
au voisinage un centre traditionnel est le cas pour Martil Sidi Slimane
Ifrane Oued Zem par exemple Chacun de ces couples urbains mériterait
une étude particulière qui ne peut évidemment trouver sa place ici Fig Population des centres étudiés 518 ANNALES DE OGRAPHIE
III QUIPEMENT COMMERCIAL UN INDICE DE DYNAMISME
Le nombre établissements commerciaux rapporté au nombre habi
tants groupés dans chaque ville donne une définition du niveau équipement
commercial Les recherches que nous avons effectuées dans les villes du
Nord grandes et petites et sur les souks marchés ruraux hebdomadaires
permettent de prendre comme moyenne le taux de commerce pour 20 habi
tants soit établissements pour 100 habitants) étant toujours entendu que
le terme établissement désigne les boutiques les échoppes artisans et les
prestations de services jeux loisirs hôtellerie hygiène... Ce chiffre de
pour 20 très élevé traduit bien hypertrophie du secteur tertiaire et plus
particulièrement celle du commerce et des services Les résultats du recen
sement de la distribution réalisé par I.N.S.E.E en 1966 donnent pour la
France établissement pour 47 habitants
Au Maroc le quotient de 1/20 recouvre un ensemble activités légère
ment plus étendu La ventilation en commerces et services permettra de les
circonscrire et de les différencier
Les écarts de ce quotient sont énormes et on atteint des valeurs très
basses pour certaines villes pour 53 Jerada pour 46 Bahlil ou très
élevées pour Zaïo pour Moulay Yacoub Ceci délimite donc des
villes sous-équipées et suréquipées
La répartition régionale de ce taux équipement fait apparaître divers
caractères
Les villes dites traditionnelles sont pour la plupart relativement
équilibrées sur le plan de équipement commercial Les activités de survie
sont donc limitées les services sont peu hypertrophiés la campagne
fournit un apport de produits et de métiers qui rendent le climat commercial
relativement sain Telles sont Larache Ksar el Kebir Chauen ue zzane
Sidi Boujad..
Au contraire anciennes villes jadis actives mais subissant hui
la concurrence une grande cité voisine sont sous-équipées Sefrou Bahlil
Moulay Idriss du Zerhoun Asilahet même la rigueur Taza qui bien éloi
gnée de Fès subit durement sa pression font ainsi figure de victimes exode
des commer ants et artisans et les achats préférentiels dans la grande ville
sont évidemment responsables du déclin tandis que la masse des ruraux
continue affluer vers ces centres
Les petites capitales régionales ayant récemment grandi partir
un marché ou en fonction du trafic routier sont elles aussi fort équilibrées
dans le domaine commercial Khemisset Azrou Khenifra Oued Zem
Guercif Berkane grâce leur rayonnement sur les campagnes ont un
appareil commercial normal sans gonflement excessif
Les villes dites nouvelles datant pour essentiel de la période du
Protectorat donc postérieures 1912 ont eu une double évolution
ou bien ce sont des centres de services très spécialisés et dans ce cas Fig quipement commercial des petites villes 520 ANNALES DE OGRAPHIE
le suréquipement commercial est flagrant Le plus souvent la fonction rou
tière avec son cortège activités ateliers et garages boucheries cafés et
restaurants est responsable de hypertrophie commerciale tel est le cas
Sidi Yahia et Sidi Slimane dans le Rharb Mideit Taourirt El Aïoun
et Zaïo anciennes garnisons ont gardé également de la période coloniale
un équipement de services très développé Targuist dans le Rif ou Missour
dans la vallée de la Moulouya par exemple
ou bien ce sont des pôles emploi centres attraction de ruraux où
les établissements commerciaux sont peu nombreux par rapport la masse
immigrés il alors sous-équipement caractérisé Tel est le cas de Souk
el Arba et Mechra bel Ksiri dans le Rharb en région de forte colonisation
des centres miniers au sud Oujda Jerada Boubeker Touissit) de Rommani
au sud de Rabat
Le niveau équipement en commerces et services reflète donc assez bien
le dynamisme des centres et traduit soit une solide implantation dans la
région avec desserte équilibrée soit un développement artificiel lié la
période coloniale soit enfin une crise des activités traditionnelles déclin
de artisanat de production et des petites industries rurales K-sar el Kebir
illustre la première évolution El Hajeb la seconde Moulay Idriss la
troisième
IV LA VENTILATION DES COMMERCES ET SERVICES
LE PROFIL DES PETITES VILLES
Six catégories commerciales ont été déterminées qui regroupent toutes
les activités exercées La ventilation cherche mettre en valeur les activités
en rapport avec la campagne produits ruraux objets artisanat rural et
opposer les ventes aux prestations de services La répartition de ces six
catégories pour ensemble des 53 agglomérations fournit le profil commercial
moyen valable peu de chose près pour ensemble du pays Ce profil est
le suivant
TABLEAU
Répartition des activités commerciales nombre établissements
dans les petites villes du Nord marocain
Distribution Produits Collecte Artisans
de produits Habillement quipement artisanat de produits services
alimentaires domestique ruraux bruts rural loisirs
36 p.100 83 p.100 19 p.100 44 p.100 454 100 p.100
Les commerces alimentation représentent plus du tiers des établisse
ments autour de 30 100 en France en 1966 Le pourcentage augmente PETITES VILLES DU NORD MAROCAIN 521
considérablement dans les très petits centres qui sont avant tout des marchés
de ravitaillement pour les ruraux Ce fort taux de alimentation traduit
une consommation peu différenciée et impérieuse nécessité de subvenir en
premier lieu aux besoins de nourriture Habillement et équipement domes
tique deuxième poste achat sont peu représentés cette carence traduit la
faiblesse du niveau de vie Il faut noter cependant que les souks marchés
hebdomadaires compensent en grande partie cette lacune importance des
marchands de tissus de vêtements confectionnés de mercerie est en effet
beaucoup plus grande
Le déclin de artisanat rural est manifeste et les petites villes ne jouent
plus leur rôle intermédiaires entre producteurs campagnards et clients
citadins les fabrications industrielles ayant peu peu remplacé les fabrica
tions artisanales De même la collecte des produits ruraux leur échappe
également elle est encore pour une large part le fait des souks les circuits
traditionnels dans ce domaine demeurent prépondérants Enfin artisanat
de réparation les services les loisirs constituent le poste principal reflétant
principalement hypertrophie des services Ici la part de chaque type arti
sanat production réparation et de chaque type de service loisirs hôtellerie
restauration hygiène varie considérablement selon les villes comme il sera
vu plus loin
Ce profil commercial ensemble connaît des déformations selon les villes
et les régions fig Les commerces alimentaires prennent une importance
considérable plus de 50 100 dans certaines bourgades demeurées très
rurales plus proches du souk que de la ville Bahlil Mrirt Itzer Berguent
et dans les centres miniers élémentaires Jerada Boubeker Les commerces
habillement en grand nombre révèlent soit une tradition artisanale asso
ciée une médina implantation une kissaria est-à-dire un quartier
aux étoffes tend alors se réaliser Chauen Ksar el Kebir Sidi Kacem
El Menzel) soit des transactions supérieures la moyenne par suite des
ressources régulières Ces ressources sont origine variée emigration
étranger dor) salaires miniers Segangan Mideit) vente de gros trou
peaux Outat el Hadj Le plus souvent dans ce deuxième cas quand la
consommation intensifie les commerces en produits équipement domes
tique bazar quincaillerie bimbeloterie... croissent en même temps que
ceux réservés habillement
La collecte des produits ruraux occupe une place importante dans certains
gros marchés spécialisés soit dans le ramassage de alfa Berguent) le grou
page du bétail Guercif Khenifra) le stockage des grains Sidi Kacem)
exploitation du bois Sidi Yahia du Rharb Un cas original est réalisé
Fnideq aux portes du préside espagnol de Ceuta par les grossistes en ufs
qui alimentent la ville étrangère voisine et qui donnent au centre de Fnideq
un rôle de collecteur démesuré par rapport sa taille
Ainsi la physionomie des petites villes differe-t-elle quelque peu en fonc
tion de arrière-pays campagnard et surtout de la régularité des ressources
monétaires des habitants Pour être plus précis notre profil devrait tenir