L'organisation de la recherche dans le domaine de l'étude de l'espace - article ; n°447 ; vol.81, pg 514-524

-

Documents
13 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Annales de Géographie - Année 1972 - Volume 81 - Numéro 447 - Pages 514-524
The organization of the research about space, space organization, spatial, regional and urban planification in the Federal republic of Germany.
German geographers have taken part in the management and the organization of the country for a long time. They intervene at all levels in the planification and in very varied contexts. The Federal Republic's political and administrative structure includes several levels of authority : the federal state, the Lander, the towns (more exactly the townships-Gemeinde). The biggest information and research centre is the Institute for the survey of the territory in Bad Godesberg, near Bonn. It is helped by some important centres in several Lander or towns, peculiarly in Hanover, Munich and Hamburg. Moreover all Universities have their own department of geographical research for the regional organization. Some private associations also created their own survey and research bureaux, peculiarly the Neue Heimat who endorses the urban development in several big German cities, the Society for the housing and the settlement of the population of Hamburg...
Les géographes allemands se sont intéressés de bonne heure à la participation de leurs activités à la gestion et à l'organisation du territoire. Ils interviennent à tous les échelons de la planification, et dans des cadres très variés. La structure politique et administrative de la République fédérale distingue divers niveaux de responsabilité : l'État fédéral, les Lender, les cilles (plus exactement les municipalités-Geimende). Le plus gros centre de documentation et de recherche est l'Institut pour l'étude du territoire de Bad Godesberg, près de Bonn. Il est secondé par des centres importants situés dans divers Länder ou diverses villes, notamment à Hanovre, à Munich et à Hambourg. D'autre part, toutes les universités ont leur département de recherche géographique appliquée à l'aménagement régional. Des associations privées ont organisé ausi leurs propres services d'études et de recherche, la Neue Heimat, notamment, qui assume la responsabilité du développement urbain dans plusieurs grandes villes allemandes, la Société pour le logement et l'établissement de la population de Hambourg...
11 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 janvier 1972
Nombre de lectures 73
Langue Français
Signaler un problème

Wolfgang Hartke
L'organisation de la recherche dans le domaine de l'étude de
l'espace
In: Annales de Géographie. 1972, t. 81, n°447. pp. 514-524.
Citer ce document / Cite this document :
Hartke Wolfgang. L'organisation de la recherche dans le domaine de l'étude de l'espace. In: Annales de Géographie. 1972, t.
81, n°447. pp. 514-524.
doi : 10.3406/geo.1972.18796
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1972_num_81_447_18796Abstract
The organization of the research about space, space organization, spatial, regional and urban
planification in the Federal republic of Germany.
German geographers have taken part in the management and the organization of the country for a long
time. They intervene at all levels in the planification and in very varied contexts. The Federal Republic's
political and administrative structure includes several levels of authority : the federal state, the Lander,
the towns (more exactly the townships-Gemeinde). The biggest information and research centre is the
Institute for the survey of the territory in Bad Godesberg, near Bonn. It is helped by some important
centres in several Lander or towns, peculiarly in Hanover, Munich and Hamburg. Moreover all
Universities have their own department of geographical research for the regional organization. Some
private associations also created their own survey and bureaux, peculiarly the Neue Heimat
who endorses the urban development in several big German cities, the Society for the housing and the
settlement of the population of Hamburg...
Résumé
Les géographes allemands se sont intéressés de bonne heure à la participation de leurs activités à la
gestion et à l'organisation du territoire. Ils interviennent à tous les échelons de la planification, et dans
des cadres très variés. La structure politique et administrative de la République fédérale distingue
divers niveaux de responsabilité : l'État fédéral, les Lender, les cilles (plus exactement les municipalités-
Geimende). Le plus gros centre de documentation et de recherche est l'Institut pour l'étude du territoire
de Bad Godesberg, près de Bonn. Il est secondé par des centres importants situés dans divers Länder
ou diverses villes, notamment à Hanovre, à Munich et à Hambourg. D'autre part, toutes les universités
ont leur département de recherche géographique appliquée à l'aménagement régional. Des
associations privées ont organisé ausi leurs propres services d'études et de recherche, la Neue Heimat,
notamment, qui assume la responsabilité du développement urbain dans plusieurs grandes villes
allemandes, la Société pour le logement et l'établissement de la population de Hambourg...L'organisation de la recherche
dans le domaine de l'étude de l'espace
La planification au niveau du « Land »,
de la région et de la ville,
dans la République fédérale d'Allemagne
par Wolfgang Hartke
Professeur à l'Université de Munich
II serait assurément utile de présenter au lecteur non allemand quelques
remarques sur la difficulté de rendre clairement en français les concepts
les plus importants du domaine de recherche envisagé. La difficulté est
d'autant plus grande que nombre de concepts jouent un rôle dans la plani
fication, mais n'ont aucun correspondant clair dans la langue spécialisée
de l'autre pays à cause des différences de fait de la planification pratique
dans les deux pays, et ne peuvent être traduits pour cette raison que diff
icilement, ou relativement au contexte. Dans cet article, ceci ne peut qu'être
une fois de plus affirmé. Mais quelques ouvrages seront cités qui aideront
dans certains cas.
En dehors du petit Vocabulaire de géographie urbaine de G. Chabot1,
une aide utile est offerte par le Glossaire de terminologie juridique et admin
istrative : aménagement du territoire, allemand et français2. Ce glossaire
ne traduit pas seulement les mots et les concepts les plus importants, mais
il les commente à chaque fois et donne un état des lois s'y rapportant dans
les deux pays, ainsi qu'un aperçu sur l'organisation de l'espace en Allemagne
avec un schéma d'organisation de l'administration. Signalons aussi le
1. G. Chabot, Vocabulaire de géographie urbaine, Public, de la Faculté des Lettres de
Strasbourg, 1970.
2. Institut international de terminologie juridique et administrative, Glossaire européen de
terminologie juridique et administrative ; aménagement du territoire, allemand et français, Berlin/
Mùnchen, Langenscheidt ; Paris, Dunod, 1970. LA RECHERCHE DANS L'ÉTUDE DE L'ESPACE SIS
Dictionnaire de V élude et de V aménagement de V espace1, édité par l'Académie
pour l'étude de l'espace et de la planification des États — c'est-à-dire à l'échelon
d'un « Land » — , ainsi que les Lettres d'information pour V étude de V espace2,
éditées par le ministère fédéral de l'Intérieur. De ces lettres d'information
sont notamment à retenir : « Bibliographie et documentation pour l'étude de
l'espace », première et deuxième parties, ainsi que les fascicules : « Objectifs
et structure de l'étude de l'espace », première et deuxième parties, et les
éditions : « Concepts fondamentaux pour l'organisation de l'espace et de
la planification des États », « Rapports entre l'étude de l'espace et les disci
plines administratives » et « Histoire de l'étude de l'espace et de la planifica
tion des États ». Ces publications permettent sans difficultés une approche de
cette littérature très diversifiée et une compréhension de concepts, qui ne
sont pas toujours très clairs par suite du processus historique de formation.
L'Académie pour l'étude de l'espace et de la planification des États de
Hanovre a fait rassembler, par Konrad Mayer, des données pour la planifica
tion de l'espace, chiffres, valeurs types, vue d'ensemble, qui contiennent
également un aperçu sur les lois fondamentales fédérales ou celles des
États s'y rapportant, et un autre sur l'organisation avec les adresses les
plus importantes3. En République fédérale d'Allemagne, contrairement à la
France, le fondement juridique n'est pas le résultat de décrets de l'admi
nistration, mais le résultat des lois. En particulier, il faut mentionner la
loi d'aménagement du territoire de la fédération (Bundesraumordnugsgesetz)
de 1965, la loi sur la construction (Bundesbaugesetz) de 1960 et la loi d'aide
à l'urbanisme (Stàdtebaufôrderungsgesetz) de 1971. Les États (les Laender)
édictent des lois, complétant les lois fédérales, qui fournissent le cadre obliga
toire. Les lois formulent les buts de l'aménagement du territoire et de la plani
fication des États, buts qui doivent être connus et respectés de tous les
ficateurs officiels. Ceci est important pour l'organisation de la recherche,
parce que c'est à partir de ces buts que se déterminent souvent les modalités
d'attribution des crédits publics pour la recherche. Par rapport à l'ensemble
des budgets publics de la République fédérale d'Allemagne, la part réservée
à des crédits ayant une implication directe en matière d'aménagement de
l'espace a été estimée en 1969 à quelque 20 p. 100, c'est-à-dire au minimum
20 milliards de marks. Il n'est pas possible d'estimer quelle est la fraction
de ces crédits publics qui est dirigée directement ou indirectement vers la
recherche dans notre domaine.
Les compétences en matière de cadre général reposent donc en Répub
lique fédérale d'Allemagne sur la Fédération ou sur les États. La souve
raineté en matière de planification appartient aux communes. Elles éta
blissent le schéma directeur (Bauleitplanung) et surtout les plans
und 1.Raumordnung, Akademie fur 3 Raumforschung Bande, Hannover, und Verlag Landesplanung. Jânecke, 1970 Handwôrterbuch (2. Auflage). der Raumforschung
2. Herausgeber : Der Bundesminister des Inneren. Informations-briefe fur Raumordnung,
Verlag Kohlhammer, Deutscher Gemeindeverlag, 1967-1970.
3. Akademie fur und Herausgeber K. Mayer, Daten zur
Haumplanung, Zahlen-Richtwerte-Ûbersicfaen, Hannover, Verlag Jânecke, 1969. 516 ANNALES DE GÉOGRAPHIE
d'occupation des sols (Bodennutzungsplan) qui ont force de lois. Toutefois
ces plans doivent correspondre aux objectifs déterminés par la Fédération
et les États, par exemple aux principes de la constitution, etc. La planifi
cation régionale relève dans les divers États de différentes instances. Il y a
en particulier des groupes régionaux de planification qui sont sous la sur
veillance du gouvernement des États. Mais d'autre part la planification
régionale peut être aussi le fait de plusieurs communes, de cercles urbains
(voir l'organigramme). Ceci doit être distingué de l'action concertée de
plusieurs communes associées qui s'attache essentiellement à une planification
sectorielle.
Cette organisation juridique est importante pour notre propos, parce
qu'elle influence aussi en partie les modalités de l'organisation de la recherche
à différentes étapes et niveaux de la planification. Car le besoin, c'est-à-dire
l'intérêt, d'une recherche scientifique fondamentale se fait sentir aux diffé
rents degrés de l'administration, et crée la possibilité de disposer pour
cela de crédits publics.
Le ministère fédéral de l'Intérieur a donné à la fin de 1969 une vue
d'ensemble sur l'organisation de la recherche dans le domaine, ici traité,
de l'aménagement du territoire et de la planification urbaine. Elle se trouve
dans l'une des lettres d'informations citées ci-dessous de W. Istl et
D. Partzsch, qui traitent des Objectifs et organisation de l 'étude de V espace1.
Elle est transcrite dans deux tableaux qui donnent un aperçu, disposé par
thèmes, sur les centres de recherche travaillant sur chacun des différents
domaines. Les noms des directeurs d'Instituts sont indiqués pour les diff
érentes universités. Une nouvelle édition est attendue pour la fin de 1973.
Il en ressort que le principal travail de recherche est conduit par deux grands
groupes d'institutions. Ce sont d'une part les universités de la République
fédérale d'Allemagne. Dans le tableau, 162 instituts de cette sorte sont
mentionnés (état à la fin de 1969). Ce sont d'autre part des instituts spécialisés
pour la planification des États, la recherche sur l'espace et l'urbanisme, etc.
Ils sont généralement liés aux facultés d'Architecture des universités tech
niques, par exemple à Dortmund, Hanovre, Munich, Stuttgart, Berlin. Des
instituts particuliers pour l'urbanisme et l'habitat de l'Académie allemande
d'urbanisme sont rattachés à certaines chaires pour l'urbanisme. Ces insti
tuts offrent des cours de formation permanente et publient occasionnel
lement les conférences faites et des cahiers.
Étant donné que la recherche en matière d'aménagement de l'espace et de
planification est assez étroitement liée aux universités, on est tenté d'esquisser
rapidement la situation de l'enseignement supérieur en cette matière2.
Le premier essai en vue d'organiser une formation scientifique appropriée
dans un département spécialisé de la nouvelle université de Dortmund n'a
1. Herausgeber : Der Bundesminister des Inneren, W. Istl und D. Partzsch : « Aufgaben
und Aufbau der Raumforschung », in Injormationsbriefe filr Raumordnung, Mainz, 1970.
2. Voir le bref panorama par Ch. Bals, « Raumplanerausbildung an den deutscher
Hochschulen 1971/72 », Informationen 1972, p. 149-156. LA RECHERCHE DANS L'ÉTUDE DE L'ESPACE 517
pas encore donné de résultats et a été contesté quant aux méthodes adoptées.
Il n'y a qu'une dizaine d'années qu'on a commencé à organiser des cours
appropriés dans les universités. En 1971-1972 on peut constater que toutes
les universités de la fédération dispensent des cours et des travaux pratiques
sur le sujet. Il existe même parfois une formation de planificateurs post
graduate, spécialisée, souvent dirigée par les facultés d'Architecture mais
avec participation de géographes.
C'est le cas à Karlsruhe, Munich, Berlin ; leur sefforts sont doublés par
Aix-la-Chapelle, Bielefeld, Hanovre, Stuttgart, Munster. Les instituts de
Géographie tout en ayant organisé un diplôme spécialisé insistent plus ou
moins sur les sujets intéressant les futurs planificateurs. Mais ils paraissent
avoir été dépassés dans leurs initiatives par le zèle novateur d'autres branches
disposant de contacts traditionnels et anciens avec l'Administration.
En ce qui concerne le concept d'« étude de l'espace », J. H. Schultze montre
dans le livre jubilaire : Vingt-cinq ans d'étude de Vespace en Allemagne1,
qu'à l'origine l'étude de l'espace a reçu pour mission d'unir, en développant
des méthodes de travail interdisciplinaire, un vaste champ de sciences
différentes en une sorte de recherche appliquée d'aménagement de l'espace.
Cette direction de recherche aurait donné l'infrastructure scientifique à
la planification des États, à l'organisation de l'espace et aux instances
politiques. L'initiative revient à Berlin à l'« Office du Reich pour l'aménage
ment du territoire » (Reichsstelle fur Raumordnung), fondé en 1935, et au
« Groupe de travail du Reich pour l'étude de l'espace » {Reichsarbeitsge-
meinschaft fur Raumforschung). Environ 40 « groupes de travail universitaires»
leur étaient rattachés. A cette époque l'influence de la géographie en
Allemagne dans la recherche sur l'espace et la planification de l'espace était
très forte. Le géographe Hugo Hassinger disait2 que la recherche sur l'espace
et la planification de l'espace faisait fondamentalement partie des tâches de
la géographie, bien que naturellement cette tâche soit très fortement déter
minée par les exigences de la politique. J. H. Schultze montre sur ce point
dans son article que K. Brunning3 avait très nettement assuré qu'il n'aurait
pas été nécessaire d'utiliser le mot « recherche sur l'espace », si en Allemagne
les géographes avaient compris exactement en temps utile la situation de leur
spécialité. Ainsi on en arriva, parce qu'une géographie appliquée véritable et
conçue comme une science sociale ne s'était pas développée comme discipline
particulière, à une situation qui pèse encore aujourd'hui sur le développement
de la géographie allemande. Ce n'est que plus tard qu'une certaine autonomie
de l'étude de l'espace s'est instaurée, mais le caractère multidisciplinaire des
contributions à la recherche et du même coup un certain manque de systéma-
1. J. H. Schultze, «Raumforschung und Géographie in ihrer Stellung zueinander» in
Akademie fur Raumforschung und Landesplanung, 25 Jahre Raumforschung in Deutschkmd,
Bremen, 1960, S. 37 ff.
2. H. Hassinger, «Géographie des Menschen, Handbuch d. Geogr. Wissenschaf t », AUge-
meine Géographie, Bd. 1, Potsdam, 1933.
3. K. Brunning, « Landesplanung, Raumforschung und praktische géographie », Jahrb.d.
Geogr. Ges. zu Hannover, Hannover, 1953, S. 311 ff. «MM):
Conseil des Ministres en réunion restreinte pour l'Aménagement du Territoire
Le Ministre Fédéral de l'Intérieur
Commission interministérielle pour l'Aménagement du Territoire " IMARO "
Conférence des Ministres des Lander
pour l'Aménagement du Territoire
RHÉNANIE-N- RHÉNAME- SCHLESWIG-
BADE-WURTBS. HESSE BASSE-SAXE BAVIERE SARRE PALATINAT HOLSTEIN WESTPHALIE
M. PRÊSID. M. ÊCON. M. INT. M. PRÊSID. M. INT. M. PRÊSID. M. PRÊSID. M. INT.
•** *• •*
• • ** ** * Les Préfets des Us Préfète Les Préfets Us Préfets Les Préfète Us Préfète 8 districts et des 8 des 4 des 2 des 3 des 7 U Dir. de l'Ëquip'. districts districts districts districts districts pour la Ruhr
L'Admin. du L'Admit, du L'Adam, du L'Admin. do L'Adam, du L'Admin. du
Cercle Cercle Cercle Carde Cercle Cercle
C.P.R. Cerdes C.P.H. C.P.R. 3 C.P.R. : C.P.R. 9 C.P.R. C.P.R. su - Rhénanie facultatiw» fénérafisto C.P.R. - Westphalie + SymUert - La S.V.R. du Grand- (Siedlungs-
Verband Ruhr...)
*• Organigramme de l'aménagement du territoire en R.F.A.
1. Land : le ministre chargé de l'aménagement du territoire ; M. Présid. : le ministre-président : M. Int. : le ministre de l'Intérieur ; M. Econ. : le
ministre de l'Économie.
Les étoiles tentent de rendre les nuances quant à l'autorité relative des différents niveaux hiérarchiques de l'administration :
* * * : instance suprême (oberste Behôrde) ; * * : haute administration (obère, hôhere Behôrde) ; * : administration subordonnée (nachgeordnete).
2. C.P.R. : Communautés de planification régionale formées par la réunion de plusieurs cercles ruraux et urbains, voire de communes.
Source : adaptation de l'organigramme allemand reproduit à la page 37 du Glossaire européen de terminologie juridique et administrative, 1970,
-. <X LA RECHERCHE DANS L'ÉTUDE DE L'ESPACE Sf9
tique se sont maintenus jusqu'à aujourd'hui. On peut affirmer qu'actuellement
la recherche sur l'espace est davantage conçue comme une science politique,
dans la mesure où elle doit fournir à la politique des moyens de décision1. Il
est toujours reconnu que les principales sciences de base sont la géographie,
en particulier la géographie sociale et la géographie appliquée, ainsi que
l'économie politique, auxquelles on doit ajouter plus particulièrement les
sciences sociales.
En dehors d'un grand nombre d'administrations concernées, qui inte
rviennent comme fournisseurs ou consommateurs du travail de recherche
scientifique, il y a encore de très nombreuses sciences apparentées qui sont
susceptibles de fournir des résultats à cette recherche. Les « sciences appa
rentées » vont des sciences sociales aux sciences économiques, en passant
par l'étude des transports, la géographie bien entendu, les instituts
d'agriculture et les instituts techniques d'ingénieurs et d'urbanistes. Avec
l'apparition de la discipline dénommée « science régionale », liée à la politique
régionale, s'élargissent les instituts dont le travail s'y rapporte, avec la
finance, le droit constitutionnel ainsi que les sciences juridiques. La document
ation bibliographique devient sensiblement plus difficile dans ce domaine.
En même temps il faut noter au cours des dernières années une très nette
convergence des efforts en direction de toute recherche ayant un rapport
quelconque avec l'espace géographique. Il faut y ajouter l'intérêt porté aux
problèmes de l'environnement et de la sauvegarde du paysage.
Dans les Lettres d'Informations, publiées par le ministre fédéral de l'Inté
rieur et mentionnées plus haut, un tableau montre un nombre important (75)
d'offices où, à l'exception des facultés, s'effectue un travail de recherche
concernant la planification. Cette recherche porte aussi bien sur la
fondamentale et la théorie que sur des travaux qui ont trait à des problèmes
de technique méthodologique, ou qui concernent des ensembles déterminés
ou le vaste domaine de la planification sectorielle spécialisée. Il s'agit en
partie d'instituts publics ; mais il y a aussi des instituts similaires, privés,
qui préparent des études, sur une base commerciale. C'est le cas par exemple
pour l'élaboration de plans complets d'utilisation des sols ou de plans de
construction, que les communes sont tenues de faire par la loi, mais aussi
pour des travaux comme des plans sur la circulation générale, des prévi
sions sur le développement de la population, des plans sociaux, des études
dans des secteurs spécialisés, soit sur des questions isolées, soit sur les alter
natives lors des regroupements de communes ou de districts, ainsi que sur
l'exécution des réformes administratives ou la délimitation des régions de
planification. De même sont effectués des relevés d'effectifs, des inventaires
de toute sorte. S'y ajoute en plus une grande partie du travail des différents
services statistiques, y compris ceux des villes. Il y a aussi dans certains
cas une large division du travail : le développement des idées et le contrôle
de l'exécution sont souvent attribués à des offices autres que ceux respon-
1. W. Istl und D. Partzsch, Informationsbriefe fUr Raumforschung, herausgegeben vom
Bundesministerium des Inneren, Mainz, Kohlhammer, 1970, S. 8. 520 ANNALES DE GÉOGRAPHIE
sables de l'exécution technique, par exemple des enquêtes ou leur exploi
tation, qui sont sous-traitées par d'autres firmes ou d'autres offices, même à
l'étranger, comme avec certains bureaux français. Il existe des instituts de
recherche qui traitent particulièrement de la possibilité d'un programme
déterminé d'étude de données ou de l'automatisation et du perfectionnement
théorique de telles techniques de travail. Citons par exemple l'association
DATUM à Bonn-Bad Godesberg. Un autre exemple de ce type d'instituts
nous est fourni par l'Institut fédéral de recherche en géographie et organisation
de l'espace (Bundesforschungsanstalt fiir Landeskunde und Raumordnung), qui
est divisé en deux parties : l'Institut pour la géographie (Institut fur Landes
kunde) et l'Institut pour l'organisation de l'espace (Institut fiir Raumordnung).
Ces instituts ont un caractère public et sont sous la dépendance directe du
ministère fédéral de l'Intérieur. Ils travaillent au rassemblement de la docu
mentation, pour ce ministère mais aussi pour d'autres, par exemple dans le
domaine de la bibliographie et de la cartographie. Ces instituts établissent
des cartes thématiques pour divers offices publics — ayant ainsi un rôle
d'auteur ou du moins de directeur — , ainsi que pour des atlas et de nomb
reuses publications. Ils font des rapports annuels, dressent des listes
d'adresses, s'occupent de la dénomination internationale des lieux. L'Institut
pour la recherche sur l'aménagement de l'espace publie la revue « Recherche
sur l'espace et de l'espace (Raumforschung und Raumord
nung) ainsi qu'une feuille d'informations : « Informations » (Informationen).
Des membres des instituts apparaissent, aussi comme chercheurs autonomes
dans notre domaine de recherche.
Le successeur de l'ancien groupe de travail du Reich pour l'étude de
l'espace fondé en 1935 est depuis 1946 l'Académie pour l'étude de l'espace
et de la planification du territoire. Son travail s'accomplit en commissions de
recherche et groupes de travail, dont les membres se rencontrent sur des
thèmes déterminés, discutent les conclusions de quelques rapporteurs qui
sont ensuite publiées selon les circonstances. L'Académie allemande pour
l'urbanisme et l'aménagement du territoire travaille davantage dans le
domaine de la planification urbaine et de la planification régionale urbaine.
De nombreuses autres associations, qui sont mentionnées sur l'organigramme,
ont fondé des centres de recherche qui poursuivent leur propre travail ou
fournissent des rapports.
En ce qui concerne l'étude de l'espace, le nombre des titres publiés en
République fédérale d'Allemagne en une année est d'environ 5 000 au sens
large, 800 au sens restreint de l'étude de l'espace. La production du domaine
des écoles supérieures mais aussi de chacun des instituts signalés sur l'o
rganigramme bénéficie des crédits publics. Le Conseil national de la recherche
(Deutsche Forschungsgemeinschaft) joue là un grand rôle. Il organise et
finance aussi de temps en temps des programmes d'études de points critiques
(Schwerpunktpro gramme) sous forme d'autorisations de programme simplif
iées, pour, dans un temps limité, intensifier la recherche dans des domaines
particulièrement importants ou négligés. Dans celui de l'étude de l'espace, LA RECHERCHE DANS L'ÉTUDE DE L'ESPACE 521
la géographie et la recherche urbaines ont bénéficié de tels programmes
d'études de points critiques. Chaque chercheur a, en outre, la possibilité,
dès qu'il est docteur, de faire ses propres propositions, de telle sorte que
le domaine de l'étude de l'espace produit un nombre toujours croissant
de propositions. Des colloques restreints pour la discussion de tels projets
de recherche sont instaurés et des subventions de voyage octroyées. Des
projets isolés plus importants sont aussi élaborés par la Fondation Volks
wagen. Cependant, à côté de ces projets individuels de recherche, les diffé
rents ministères fédéraux, qui sont politiquement partie prenante dans le
domaine traité ici, ont à leur disposition des crédits de recherche. Ceci vaut
plus spécialement pour le ministère fédéral de l'Urbanisme et de l'Habitat,
pour le ministère de l'Intérieur dont dépend la planification territoriale, pour
les ministères des Transports et de l'Agriculture. Les ministères de la Fédé
ration et des États ont fait souvent appel à des conseillers scientifiques qui
surveillent et coordonnent la direction du travail de recherche ; pour cela
on a attiré des spécialistes venus des instituts de recherche cités ici. Il en a
été de même pour le ministère fédéral de l'Intérieur, le ministère fédéral des
Transports et surtout le ministère fédéral de l'Agriculture. Des demandes
d'étude peuvent être formulées par les diverses parties prenantes. Mais les
autorités concernées peuvent aussi passer des contrats. Les administrations
se procurent par cette voie la documentation dont elles ont besoin pour les
rapports annuels prescrits par la loi ou les grands rapports périodiques au
Parlement.
Il y a dans quelques États des institutions semblables. Il faut notam
ment signaler l'exemple du Syndicat d'urbanisme et d'aménagement de la
Ruhr (Ruhr-Siedlungsverband). En dehors de sa spécificité comme autorité
de planification régionale le Syndicat produit ses propres travaux de recherche.
Il y a une série importante de données dans ses publications, atlas et cartes.
Dans la recherche non universitaire pour l'aménagement de l'espace et
la planification des villes et des États, il faut mentionner les institutions
de recherche des grandes sociétés de construction. Ainsi la Neue Heimat
impulse dans plusieurs instituts, non seulement dès projets, mais aussi une
recherche fondamentale, comme par exemple avec la Gewos (Société pour
l'urbanisme et l'habitat, Hambourg). Les filiales régionales de ce cons
tructeur, probablement le plus grand d'Europe, comme la Neue Heimat de
Bavière et de Bade-Wurtemberg, publient des travaux et des revues,
font préparer des études sur des projets de grands ensembles urbains sur plan
ou déjà existants. Là aussi les institutions suivent sur le plan scientifique le
développement de ces projets d'urbanisme.
Le tableau mentionné préparé au ministère fédéral de l'Intérieur donne à
peu près l'état en 1969 des principaux instituts de recherche privés sans
prétendre être complet. Il sera probablement renouvelé en 1973. Entre-
temps se sont ajoutés à la liste présentée ici quelques instituts nouveaux,
particulièrement spécialisés, et quelques chercheurs isolés. Cependant ces
travaux de recherche restent souvent dans la bibliographie dite « grise ».