La cartographie à l'exposition coloniale de Vincennes - article ; n°227 ; vol.40, pg 449-478

-

Documents
31 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Annales de Géographie - Année 1931 - Volume 40 - Numéro 227 - Pages 449-478
30 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1931
Nombre de visites sur la page 44
Langue Français
Signaler un problème

Lieutenant-Colonel Edouard de
Martonne
La cartographie à l'exposition coloniale de Vincennes
In: Annales de Géographie. 1931, t. 40, n°227. pp. 449-478.
Citer ce document / Cite this document :
de Martonne Edouard. La cartographie à l'exposition coloniale de Vincennes. In: Annales de Géographie. 1931, t. 40, n°227. pp.
449-478.
doi : 10.3406/geo.1931.11154
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1931_num_40_227_11154227. — XLe année. 15 Septembre 1931. №
ANNALES
DE
GEOGRAPHIE
de l'Exposition les la cartographie Parmi Une vue. plus A L'EXPOSITION différentes moisson La les cartographie coloniale informations coloniale abondante de LA internationale renseignements, française CARTOGRAPHIE a COLONIALE que été peut utilisée l'on en et de effet étrangère. était aussi 1931 pour y DE en bien être figure illustrer droit VINCENNES glanée dans au d'attendre les premier l'ordre à catégories ce point comchef de
mercial ou économique, que dans l'ordre administratif, démograp
hique, etc. Il y a d'excellentes choses et de moins bonnes, des cartes
et graphiques exacts et d'autres bien fantaisistes....
Malgré tout, dans le domaine cartographique comme dans beau
coup d'autres, l'Exposition coloniale renferme une documentation
dont l'intérêt n'est pas niable.
La première place revient naturellement aux productions des
grands services chargés de la préparation et de l'exécution des cartes
topographiques et géographiques, ainsi que des cartes spéciales (géolo
giques, météorologiques, etc.). Lorsqu'un document cartographique
original particulièrement important n'est pas exposé, il convient de
le signaler à la place qui lui revient *.
Algérie
La cartographie officielle de l'Afrique du Nord tout entière
(Algérie, Tunisie, Maroc) est le domaine du Service géographique de
l'armée, avec ses filiales, le Bureau topographique du XIXe corps
d'armée à Alger et le Service géographique du Maroc à Rabat ; un
rôle plus limité est dévolu au Service cartographique du. Gouverne
ment général de l'Algérie, rattaché à la Direction générale de l'agri
culture et de la colonisation.
1. Seuls les documents qui figurent réellement à l'Exposition coloniale seront indi
qués ci-après en italiques.
ANN. DB GÉOG. — XL* ANNÉE. 29 ANNALES DE GÉOGRAPHIE 450
La Carte d'Algérie x, qui est de l'aveu unanime une des œuvres
maîtresses de la topographie moderne, est entièrement exécutée par
le Service géographique de l'armée ; celui-ci a trouvé là un terrain mer
veilleusement varié pour l'application de ses méthodes, et c'est à cette
école que se sont formées plusieurs générations d'opérateurs, géodé-
siens et topographes. Aujourd'hui la Carte d'Algérie est achevée. S'il
y a encore des opérations sur le terrain, elles n'ont plus pour objet
que la mise à jour des cartes existantes et — depuis quelques années
seulement — l'extension vers le Sud.
Suivant la progression classique, l'exécution de la carte en Algér
ie a nécessité successivement deux catégories d'opérations : les opé
rations géodésiques et les opérations topographiques proprement
dites. La triangulation d'Algérie fut prolongée en Tunisie, puis, plus
récemment, raccordée avec celle du Maroc, qui avait tout d'abord été
considérée comme un réseau indépendant. Aussi a-t-il été possible de
dresser un graphique unique des Travaux géodésiques en Afrique du
Nord, à 1 : 2 000 000, que l'on trouvera à l'exposition du Service géo
graphique de l'armée, dans lé pavillon Nord des Forces d'Outre-mer
(n° 15 du plan, fig. 1).
La Carte d'Algérie a été commencée en 1883. Deux échelles fo
ndamentales furent adoptées ; pour la partie Nord, comprenant le Tell
et la zone côtière sur une profondeur de 150 à 200 km., on choisit le
1 : 50 000 ; pour le reste, comprenant d'une façon générale les Hauts-
Plateaux et demandant beaucoup moins de détails, l'échelle de
1 : 200 000 était suffisante.
Sur les 160 feuilles existantes delà carte topographique à 1 : 50 000,
le Service géographique expose deux beaux assemblages montrant
les Environs ď Alger et les Environs de Bône. Quant à la carte à
1 : 200 000, qui comprend 82 feuilles, on n'en trouvera pas d'échant
illon. Mais elle a servi de base à la Carte en relief de V Algérie, d'une
étendue impressionnante (4 m. sur 5 m. 50 2), avec hauteurs suréle
vées quatre fois, exécutée par Ch. A. Lasnon, sculpteur à Paris8, et
exposée au centre du Palais de l'Algérie (n° 3 du plan) : carte compar
able, au point de vue de l'exactitude, à telle autre : Carte en relief de
V Afrique du Nord (dimensions, 5 ni. sur 8), qui est visible dans le
pavillon consacré au « Tourisme de l'Afrique du Nord » (n° 43 du plan).
Au Sud de l'extrême limite atteinte par la carte régulière à
1. Je m'en voudrais de ne pas citer au début de ce chapitre l'ouvrage fondamental
qui vient d'être publié sur ce sujet, à l'occasion du centenaire de l'Algérie : La carte
d'Algérie 1830-1930, tome V du Mémorial du Service géographique de l'armée, un vol.
in-4° de 162 + 104 pages, avec 75 planches h. t., Paris, Imprimerie du S. G. A., 1930.
2. Les dimensions indiquées sont toujours celles de l'intérieur du cadre.
3. Auteur des deux globes terrestres, en relief et en couleurs, de 3 m. de diamètre,
qui sont exposés respectivement au Musée permanent (n° 32 du plan), dans la salle
« Formation de notre Empire colonial », et au pavillon des Missions catholiques (n° 31). •



1. — Plan^schématique de l'Exposition coloniale. Fig.
1. A. É. F. — 2, A. O. F. — 3, Algérie. — 4, Annam. — 5, Cambodge. — 6, Canal
de Suez. — 7, Cité des Informations. — 8, Cochincbine. — 9, Commerce et industrie
de la Tunisie. — 10, 11, 12, Congo belge. — 13, Côte française des Somalis. — 14, États-
— ■*— Unis. 20, 24, — Hindoustan. Italie. 15, 16, — Forces 25, — Laos. d'Outre-mer. 21, — Inde 26, française. Levant. — 17, — — Groenland. 27, 22, Madagascar. Indes — néerlandaises. 18, Guadeloupe. — 2.8, Maroc. — — 23, — 19, Indochine. 29, Guyane. Marti
nique. — 30, Ministère de l'Air. — 31, Missions. — 32, Musée permanent. — 33, Nouv
elle-Calédonie et Hébrides. — 34, Océanie française. — 35, Palais du Livre. —
36, Palestine. — 37, Portugal. — 38, Réunion . — 39, Rhodes. — 40 , 41, Section métrop
olitaine. — 42, Tonkin. — 43, Tourisme Afrique du Nord. — 44, Tourisme indochi-
nois. — 45, Togo et Cameroun. — 46, Tunisie. — Échelle, 1 : 10 000. 452 ANNALES DE GÉOGRAPHIE
1 : 200 000, on s'était contenté pendant longtemps, pour les étendues
désertiques du Sahara, de cartes de reconnaissance. Depuis 1922,
devant l'importance croissante prise par les questions sahariennes
dans les préoccupations nationales, le Service géographique de l'armée
a entrepris dans ces régions une carte à 1 : 500 000, résultant de levés
sur le terrain, exécutés à 1 : 200 000, et appuyée sur un canevas de
positions astronomiques obtenues par les méthodes modernes (lat
itudes à l'astrolabe et différences de longitude par T. S. F.). Cette
cartographie désertique s'étend actuellement jusqu'au parallèle d'In-
Salah. On verra dans le pavillon Nord des Forces d'Outre-mer un bel
assemblage de 6 feuilles, choisies parmi les plus récentes, de cette Carte
du Sahara à 1 : 500 000. D'autre part, dans le pavillon Sud des mêmes
Forces d'Outre-mer (n° 16 du plan) figure une Carte administrative
des Territoires du Sud, manuscrite en couleurs, à 1 : 1 650 000.
Les régions sahariennes qui ne sont pas encore comprises dans
la carte à 1 : 500 000 sont représentées, à 1 : 1 000 000, dans une série
de feuilles intitulées « Croquis du Sahara et régions limitrophes »,
établies suivant le système de projection de la Carte internationale
du monde ; cette série englobe toute l'Afrique Occidentale. Aucun
échantillon ne figure à l'Exposition.
Passons maintenant à la documentation de seconde main, dont
l'établissement n'a été rendu possible que par les travaux originaux
dont tout l'honneur revient au Service géographique de l'armée.
Voici les plus importantes parmi les cartes d'ensemble et cartes
spéciales qui se proposent de montrer graphiquement divers aspects
de l'activité administrative, économique ou sociale de l'Algérie.
Le Service cartographique du Gouvernement général a établi un fond
simplifié à 1 : 800 000, dessiné par E. Farnet et reproduit par le procédé Ger
main, qui a été utilisé pour toute une série de cartes représentant : les Pro
grès de la colonisation de 1830 à 1930 (5 cartes), les Coopératives (3 cartes), les
Caisses de crédit mutuel, les Prêts agricoles, les Mines, etc.... On pourra rap
procher de cette dernière la carte des Richesses minérales de l'Afrique du Nord
(cuivre, fer, houille, métaux divers, pétrole, phosphate, plomb...), à 1 : 500 000}
sur fond en courbes, établie par la Société de documentation industrielle à
Paris et visible dans le hall de la Section métropolitaine (n° 40 du plan) au
Groupe XI. Dans le même hall, à la classe 14 (Cartographie), la Carte du
Sahara, à 1 : 4 000 000, par le capitaine Delingette, Challamel, éditeur,
1925. Revenant au Palais de l'Algérie, nous citerons encore la carte du
Réseau routier, à 1 : 400 000, par M. Bouillon (1931), les Barrages-réserv
oirs, les Ports maritimes et phares, à 1 : 800 000, par le même ; les Centrales
de distribution et lignes de transport ď électricité, à 1 : 1 000 000 en deux feuilles,
carte éditée en 1930 par la Société financière électrique à Paris. Dans la Sec
tion métropolitaine, au Groupe V, classe 23, les Lignes électriques à haute
tension, à 1 : 200 000, carte peinte sous verre, et les de la Société Algé- CARTOGRAPHIE A L'EXPOSITION COLONIALE 453 LA
vienne ďéclairage et de force dans le département d'Alger et dans celui d'Oran,
deux cartes manuscrites à 1 : 140 000.
Plusieurs Cartes scolaires de la collection Vidal-Lablache, concernant
l'Algérie, sont exposées par la Librairie Armand Colin dans son stand au Palais
du livre (n° 35 du plan).
Les plans et plans-relief sont en nombre important. Citons, dans le Palais
de l'Algérie, une maquette en relief du Port d'Alger, sans échelle, par S. Carra,
sculpteur, une autre du Port d'Oran, par M. Mulphin, peintre ; Y Avant-proj
et d'extension du port d'Alger, à 1 : 8 000, dessiné au Service cartographique
du Gouvernement général et imprimé par J. Carbonel, l'importante maison
d'édition cartographique d'Alger ; un Plan photographique de Maison-Carrée,
à 1 : 5 000, et plusieurs assemblages partiels de photographies aériennes de
la ville d'Alger, prises par la Compagnie aérienne française à Suresnes ; trois
maquettes en relief à 1 : 200, envoyées par la Circonscription des Ponts et
Chaussées d'Oran, représentant divers barrages de ce département, le Ghrib,
Bakhadia et l'Oued Fodda. Enfin le plan des Mines de Ras-el-ma, à 1 : 5 000,
avec carton géologique à 1 : 10 000, et celui des Mines de l'Ouenza et de Bou-
kadra, à 1 : 10 000, avec deux cartons géologiques à 1 : 50 000.
Tunisie
Le levé et la publication de la carte régulière de la Tunisie sont,
tout comme en Algérie, l'œuvre du Service géographique de l'armée,
qui Fa commencée immédiatement après l'établissement du protec
torat, et qui y travaille encore à l'heure actuelle. Cette carte est un
prolongement de la Carte d'Algérie, dont elle conserve le système de
projection (en grades) et les coupures.
La totalité du pays, depuis Tunis et Bizerte au Nord jusqu'à Fort-
Saint dans l'extrême Sud, est représentée par la Carte chorographique
à 1 : 200 000, -complète en 45 feuilles, dont on trouvera à l'Exposition
plusieurs assemblages partiels. D'abord, au Pavillon tunisien (n° 46
du plan), deux assemblages des feuilles du Nord et du Centre, pan
neaux de 150 sur 240 cm., munis de surcharges en couleurs montrant
les Chemins de fer et les Mines et carrières ; ensuite, au pavillon Sud
des Forces d'Outre-mer (n° 16 du plan), un autre assemblage des
feuilles du Sud, représentant les Territoires militaires du Sud-Tunisien.
La partie Nord du paya, considérée comme la plus importante,
est recouverte, jusqu'au parallèle de Souk-el-Arba et de Téboursouk
approximativement, par la Carte topographique régulière à 1 : 50 000,
qui comprend jusqu'à présent 85 feuilles. Le centre est représenté, au
Nord d'une ligne joignant à peu près Redjem-Matoug et Djeneien,
par la Carte régulière à 1 : 100 000 ; le nombre total des feuilles à
cette dernière échelle est de 94. On trouvera dans l'exposition du
Service géographique aux Forces d'Outre-mer deux mappes originales,
levées sur le terrain à 1 : 80 000, appartenant à la feuille El Ayacha ; 454 ANNALES DE GÉOGRAPHIE
deux beaux assemblages montrant le Golfe de Tunis, à 1 : 50 000, et
les Environs de Gafsa, à 1 : 100 000.
Enfin la Tunisie est comprise dans la partie déjà publiée de la
nouvelle Carie d'Afrique à 1 : 500 000. Une coupure spéciale a été
faite pour la Tunisie, dont on trouvera l'assemblage dans l'exposi
tion du Service géographique de l'armée, et qui a encore servi de fond
aux deux cartes montrant les travaux à"1 Hydraulique urbaine et ceux
ď Hydraulique agricole, exposées au Pavillon tunisien.
On voit que les divers services de la Régence apprécient et uti
lisent largement les productions du Service géographique de l'armée,
base de toute la documentation cartographique.
Gomme cartes spéciales, il y a lieu de remarquer la Carte géologique à
1 : 500 000, par Mr Solignac, en trois feuilles gravées et imprimées par l'Ins
titut cartographique de Paris en 1931 ; — dans le pavillon du « Tourisme de
l'Afrique du Nord » (n° 43 du plan), une Carte économique et touristique à
1 : 800 000, publiée par la Compagnie des chemins de fer tunisiens, impri
mée par Gaillac-Monrocq à Paris (1930), et une carte du Chemin de fer de
Sfax à Gafsa, en surcharge manuscrite sur un assemblage partiel du 1 : 200 000
du Service géographique de l'armée ; — dans le pavillon « Commerce et
industrie de la Tunisie » (n° 9), un plan -relief d'ensemble, très parlant, mont
rant les Chemins de fer et lignes ď autocars ; — enfin, au Palais du Livre
(n° 35), la Carte murale Vidal-Lablache exposée par la Librairie A. Colin.
Passons aux plans à grande échelle. Le Service hydrographique de la
Marine expose au Musée permanent un beau tirage colorié du Lac de Bizerte,
à 1 : 25 000, levé en 1895 par le commandant Morier. On trouvera, dans le
pavillon « Commerce et industrie... », un Plan de Tunis dressé pour la Comp
agnie des tramways ; deux exemplaires du Plan photographique aérien de
Tunis, à 1 : 2 000, par les Entreprises photo-aériennes Moreau, l'un dans le
Pavillon tunisien, l'autre dans le hall de la Section métropolitaine (n° 40 du
plan), dans le Groupe VI D. Citons encore, au Groupe V, classe 23, dans le
même hall, un Plan-relief des chotts Djerid et Rharsa, sans échelle, montrant
l'utilisation de la « houille d'or », qui ne prétend pas — semble-t-il — à une
grande exactitude.
Maroc
La cartographie du Maroc est tributaire d'une part du Service
géographique de l'armée pour les levés réguliers et d'autre part d'un
bureau militaire local, qui constitue le Service géographique du
Maroc г, pour la topographie de reconnaissance. Les cartes publiées
par ce Service conservent le système de projection et les coupures
rectangulaires de la Carte d'Algérie. Elles résultent de travaux plus
1. Voir mes articles : Développement, de la cartographie militaire au Maroc, dans Ann.
de Géogr., juillet 1921, p. 304-307 ; — La du Maroc, dans La Géographie,
t. XXXVI, sept.-oct. et novembre 1921, p. 318-339 et 489-509, avec 2 fig. LA CARTOGRAPHIE A L'EXPOSITION COLONIALE 455
ou moins rapides, itinéraires, levés semi-réguliers ou de reconnais
sance, levés à vue ou par renseignements ; de plus, elles utilisent
très largement la photographie aérienne pour Г investigation des zones
inaccessibles. Elles s'appuient sur un canevas de triangulation expéd
iée, exécuté en majeure partie avant la Guerre, et sont destinées à
céder peu à peu la place aux cartes régulières.
La Carte de reconnaissance du Maroc à 1 : 200 000 est complète
en 154 demi-feuilles. On en trouvera dans le pavillon du Maroc (n° 28
du plan) plusieurs assemblages complets (sauf, т'ч-t-il semblé, les
feuilles au Sud de Tiznit), formant des panneaux de 3 m. 60 sur
4 m. 30 ; ces assemblages sont surchargés en couleurs, de manière à
former une Carte administrativě et des routes, une Carte du domaine
forestier et une Carte forestière, cette dernière donnant les zones d'ex
tension des essences telles que : arganier, cèdre, chêne-liège, chêne-
vert, chêne-zéen, thuya, etc.... Je soupçonne de plus ce 1 : 200 000
d'avoir servi de fond à la grande carte, peinte à l'huile, intitulée
Maroc agricole.
La Carte de reconnaissance à 1 : 100 000. connue avant ces der
nières années sous le nom de « Carte du front dissident », résulte de
travaux analogues, mais se propose de donner une plus forte densité
de détails. Elle comprend actuellement 262 coupures, simples ou
doubles, constamment revisées, complétées et tenues à jour. Le fini
du dessin y est délibérément sacrifié à la rapidité. Je n'ai pas vu à
l'Exposition coloniale d'échantillon de cette carte.
De ces documents on a tiré plusieurs Caries ď ensemble : une carte au mil
lionième, on 2 feuilles, avec relief en teintes hypsométriques ; — une Carie
militaire à 1 : 500 000. en 12 feuilles, exprimant le relief, non en teintes rigo
ureusement hypsométriques. mais en couleurs conventionnelles différentes
suivant les difficultés de parcours. On peut en voir au pavillon du Maroc plu
sieurs assemblages surchargés en couleurs (dimensions, 170 sur 145 cm.),
indiquant les Contrôles civils. Y Occupation militaire, etc.... On ne manquera
pas de s'arrêter devant le Plan-relief en couleurs, à la même échelle, avec
hauteurs surélevées dix fois, qui a demande une année de travail au Service
géographique de Rabat, et qui est un des plus remarquables travaux de l'e
spèce qui se puisse voir à l'Exposition.
Abordons maintenant les travaux de topographie régulière, qui
ont été entrepris au Maroc par le Service géographique de l'armée
après la Guerre. Ce* travaux reposent sur une triangulation primord
iale, exécutée suivant les principes les plus modernes. Les levés sont
exécutés sur le terrain, à 1 : 40 000. et les feuilles publiées à 1 : 50 000.
Une des pièces maîtresses de l'exposition du Service géographique de
l'armée aux Forces ď Outre-mer est un magnifique panneau de
2 m. 40 de long1, assemblage de 10 feuilles de cette carte régulière 456 ANNALES DE GÉOGRAPHIE
à 1 : 50 000, représentant Rabat et la forêt de la Mamora et s'étendant
vers l'Est jusqu'à Meknès.
Le Service géographique de l'armée en tirera dans la suite une
carte ch orographique à 1 : 200 000, dont deux feuilles seulement sont
parues jusqu'à présent.
Le Service topographique chérifien, conformément à sa destination, exé
cute des opérations qui ressortissent plutôt au cadastre qu'à la géographie.
Il expose des échantillons de ses deux catégories de travaux, savoir : un Plan
rural d'immatriculation, à 1 : 5 000, et une feuille à 1 : 50 000 de la Carte d'a
ssemblage des levés d'immatriculation ; le levé à 1 : 10 000 d'un Lot de coloni
sation et un Assemblage à 1 : 1 000 000 des lots de colonisation et des immeubles
collectifs.
Les levés à grande échelle sont représentés, d'autre part, par les plans à
1 : 5 000 des cinq grandes villes du Maroc : Casablanca, Rabat, Marrakech,
Fez et Mekneš^ dont on remarquera la rédaction originale.
Enfin les plans et maquettes en relief à très grande échelle, parfois plus
expressifs que rigoureusement exacts, sont à l'honneur au pavillon du Maroc ;
citons ceux de Casablanca, Kénitra, Kourigha, le centre d'exploitation de
l'Office chérifien des phosphates et de l'Usine hydro-électrique d'El Kansera
dans la vallée de l'oued Beth.
Proche-Orient
Je réunirai sous cette rubrique les quelques documents cart
ographiques que l'on peut trouver à l'Exposition, concernant le Levant
sous mandat français, la Palestine sous mandat britannique et
l'Egypte (plus spécialement la zone du canal de Suez). •
Dans les États du Levant placés sous mandat de la France, les
travaux géographiques ont une organisation analogue à celle qui vient
d'être décrite pour le Maroc. Le Serviee géographique de l'armée, de
Paris, est chargé de la carte régulière, pour l'exécution de laquelle
il envoie chaque année des brigades spéciales ; l'extension de cette
carte paraît pour un temps assez long devoir être limitée à la zone
parallèle à la côte sur une centaine de kilomètres de profondeur.
Restent les régions désertiques de Hamad et de la haute et basse
Djezireh, ou d'importance secondaire comme le « Bec de canard » :
c'est le domaine de la topographie de reconnaissance ou d'exploration,
et ce est étudié par un organisme militaire local, le Bureau
topographique des troupes du Levant.
Les productions de ce Bureau topographique, installé à Beyrout,
sont à la fois fort intéressantes et très méritoires en raison des moyens
limités avec lesquels elles sont établies et des circonstances difficiles,
souvent dangereuses, qui accompagnent la recherche de ces rense
ignements. Les moyens d'investigation les plus variés ont été em
ployés, depuis la photographie aérienne jusqu'aux itinéraires à cha- :
LA CARTOGRAPHIE A L'EXPOSITION COLONIALE 457
raeau et — comme nouveauté — une curieuse méthode d'enregis
trement presque automatique de la route suivie dans les trajets
automobiles sans arrêt en régions désertiques. Tous ces travaux
expédiés, ont permis de mettre sur pied une Carte de reconnaissance
à 1 200 000. dont le canevas est formé do positions astronomiques.
et qui recouvre eu 46 feuilles la totalité des territoires sous mandat
français, débordant même largement sur les pays voisins.
Tout récemment ont été entrepris, par quelques officiers spé
cialistes attachés au Bureau topographique du Levant , des levés serni-
reguliers appuyés sur des triangulations fragmentaires : ces levés, comp
létés par des photos aériennes, ont amené la publication d'une Carte
du Djebel Druse, en 9 feuilles, à 1 : 100 000, amorce de la future carte
semi-régulière, à cette échelle, qui formera le prolongement de la
régulière du Service géographique de Г armée, à laquelle nous arrivons.
Je n'ai relevé à l'Exposition coloniale aucun échantillon des produc
tions du Bureau topographique du Levant. Il faut aller chercher dans
h pavillon du Ministère de l'Air (n° 30 du plan) un assemblage de
photos aériennes, prises par le 39e Régiment d'aviation, représen
tant une partie du Cours du Tigre, et une Carte de la Diezireh, manusc
rite, à 1 : 200 000, d'après des reconnaissances aériennes exécutées
de 1927 à 1930.
Les travaux réguliers du Service géographique de l'armée sont
fondés sur une triangulation primordiale qui a été exécutée de toutes
pièces à partir de 1920 ; elle comprend jusqu'à présent une chaîne
méridienne qui se développe, du Nord au Sud. sur près de 500 km.,
raccordée avec les travaux analogues exécutés par les Anglais en
Palestine. Une triangulation de premier ordre complémentaire s'étend
autour du réseau primordial, et des opérations locales de complétage
géodésique sont exécutées progressivement dans les régions à lever
en première urgence. On trouvera à l'exposition du Service géogra
phique de l'armée, dans le pavillon Nord des Forces d'Outre-mer
(n° 15 du plan), un Graphique de la triangulation de premier ordre à
1 ; 500 000.
Les travaux topographiques proprement dits ont été commencés
en 1925, soit cinq années seulement après la géodésie : chiffre à retenir
pour montrer le temps nécessaire aux colonies, dans les circonstances
les plus favorables (faible éloignement de la métropole, maîtrise
reconnue du service organisateur des travaux), pour mettre en train la
carte régulière. Sur les neuf feuilles actuellement parues, et qui inté
ressent les environs de Beyrout, de Dama?, de Lattaquié et de Hama-
Homs, on peut voir à l'exposition du Service géographique un assem
blage des deux feuilles jointives Beyrout et Zahlé, et deux mappes or
iginales à 1 : 40 000, levées et dessinées par les opérateurs des brigades
topographiques.