4 pages
Français

Le développement rural au service de la croissance et de l’emploi

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

ISSN 1560-1838[FR]Commission européenneÉdition spécialeNewsletter Direction générale de l’agriculture et du développement rural«Le développement rural au servicede la croissance et de l’emploi»1. Introduction 2. L’agriculture, épine dorsaleLe 2 février 2005, la Commission européenne a présenté son du monde ruralprogramme de relance de la stratégie de Lisbonne. CetteLe monde rural et agricole est important. Les zones rura-stratégie vise à répondre aux besoins urgents de l’Union1les ( ) couvrent 90 % de la superficie de l’UE et rassemblenteuropéenne (UE) en matière de croissance économique, dequelque 50 % de sa population. L’agriculture et la sylvicul-création d’emplois et de compétitivité sur les marchés mon-ture y sont les principaux utilisateurs des sols et revêtentdiaux. Elle est au centre des préoccupations politiques deune grande importance dans la gestion des ressourcesl’UE. La stratégie de Lisbonne doit permettre d’assurer unenaturelles et dans la mesure où elles façonnent les paysa-amélioration du niveau de vie des citoyens qui soit durableges. L’agriculture contribue de façon appréciable au déve-du point de vue écologique et social.loppement socio-économique du milieu rural et à la pleineréalisation de son potentiel de croissance.La stratégie de Lisbonne: points clés du programme de relance de la Commission La contribution globale de l’agriculture à la prospérité del’UE est considérable.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 52
Langue Français
1. Introduction
Le 2 février 2005, la Commission européenne a présenté son
programme de relance de la
stratégie de Lisbonne.
Cette
stratégie vise à répondre aux besoins urgents de l’Union
européenne (UE) en matière de croissance économique, de
création d’emplois et de compétitivité sur les marchés mon-
diaux. Elle est au centre des préoccupations politiques de
l’UE. La stratégie de Lisbonne doit permettre d’assurer une
amélioration du niveau de vie des citoyens qui soit durable
du point de vue écologique et social.
Les principes directeurs concernant la contribution de la
politique agricole commune (PAC) à la stratégie de
Lisbonne ont été définis par le Conseil européen de
Göteborg en 2001 et confirmés dans les conclusions du
Conseil européen de Thessalonique de juin 2003 sur la stra-
tégie de Lisbonne:
«Une économie performante»
allant de
pair avec
«une utilisation durable des ressources natu-
relles».
Ces principes ont déterminé les récentes réformes
de la PAC.
Sans la PAC, de nombreuses zones rurales d’Europe connaî-
traient de très grandes difficultés économiques, sociales et
environnementales. Les mesures de développement rural,
notamment, peuvent jouer un rôle important dans l’amélio-
ration et la préservation de la prospérité dans les zones
rurales. Dans l’avenir, la PAC continuera de contribuer
concrètement à la croissance et à l’emploi.
2. L’agriculture, épine dorsale
du monde rural
Le monde rural et agricole est important. Les zones rura-
les (
1
) couvrent 90 % de la superficie de l’UE et rassemblent
quelque 50 % de sa population. L’agriculture et la sylvicul-
ture y sont les principaux utilisateurs des sols et revêtent
une grande importance dans la gestion des ressources
naturelles et dans la mesure où elles façonnent les paysa-
ges. L’agriculture contribue de façon appréciable au déve-
loppement socio-économique du milieu rural et à la pleine
réalisation de son potentiel de croissance.
La contribution globale de l’agriculture à la prospérité de
l’UE est considérable. Le secteur agroalimentaire européen
(y compris le secteur des boissons) représente 14,7 % de la
production industrielle de l’UE, pour une valeur totale de
792 milliards d’euros (
2
). C’est le troisième employeur euro-
péen (
3
) et le deuxième exportateur mondial de denrées ali-
mentaires, la valeur des exportations agricoles se chiffrant à
61,088 milliards d’euros en 2002.
Les citoyens européens sont profondément attachés à la
diversité des paysages façonnés par la grande variété des
structures et des modes d’exploitation agricoles de l’UE.
Pour préserver ces paysages, il est nécessaire d’investir dans
l’avenir, en créant de nouvelles possibilités d’emploi et en
encourageant la diversification rurale. Il faut offrir aux
citoyens l’occasion de créer de la richesse, et leur ouvrir la
perspective d’emplois enrichissants à long terme. C’est
pourquoi la stratégie de Lisbonne est aussi importante et
pertinente pour l’Europe rurale que pour l’Europe des villes.
3. Faire en sorte que la nouvelle
PAC serve la stratégie
de Lisbonne
La PAC connaît un processus de réforme continu depuis le
début des années 90. Les réformes visant principalement à
améliorer la compétitivité de l’agriculture en diminuant les
prix de soutien et en compensant cette réduction par l’in-
troduction de paiements directs. Une étape décisive a été
franchie par la réforme de 2003/2004 avec le découplage
des aides directes et le recentrage sur les préoccupations
des consommateurs. Cette réforme représente un grand
pas en avant vers une PAC durable prenant en compte les
exigences du marché.
La nouvelle PAC,
celle d’après la réforme de 2003/2004,
apporte une contribution essentielle au processus de
Lisbonne.
«Le développement rural au service
de la croissance et de l’emploi»
Édition spéciale
Newsletter
Direction générale de l’agriculture et du développement rural
Commission européenne
ISSN 1560-1838
[FR]
La stratégie de Lisbonne: points clés du programme de relance
de la Commission
• Développer et approfondir le marché unique
• Assurer des marchés ouverts et compétitifs en Europe et à l’extérieur
• Étendre et améliorer les infrastructures européennes
• Accroître l’investissement dans la recherche et le développement (R & D)
et améliorer l’environnement fiscal de ces activités
• Favoriser l’innovation, l’adoption des technologies de l’information et de
la communication (TIC) et l’utilisation durable des ressources
• Renforcer la promotion des écotechnologies
• Lutter contre le chômage des jeunes
• Orienter le Fonds de cohésion et les Fonds structurels vers l’innovation,
la formation et l’infrastructure
• Améliorer les réglementations et faire reculer la bureaucratie
Conseil européen de Göteborg (2001) — Conclusions de la présidence
«Une économie performante doit aller de pair avec une utilisation durable des
ressources naturelles et une production viable de déchets, le respect de la bio-
diversité, la préservation des écosystèmes et la lutte contre la désertification.
Pour relever ces défis, le Conseil européen décide que la politique agricole com-
mune, dans ses formes actuelle et future, devrait viser entre autres à contribuer
à un développement durable en encourageant davantage les produits sains et
de qualité élevée, des méthodes de production écologiquement viables, y com-
pris la production biologique, les matières premières renouvelables et la protec-
tion de la biodiversité.»
(
1
) Définies par l’Organisation de coopération et de développement écono-
miques (OCDE).
(
2
) Chiffres de 2002.
Source:
Eurostat.
(
3
) 16 millions d’emplois dans l’EU-25 en 2002.
Source:
Eurostat.