15 pages
Français

Les monts d'Ougarta - article ; n°1 ; vol.79, pg 87-100

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue de géographie alpine - Année 1991 - Volume 79 - Numéro 1 - Pages 87-100
FRE : géologie! montagne! désertification! Sahara
ENG : geology! mountain! desertification! Sahara
14 pages

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1991
Nombre de lectures 166
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Fernand Joly
Yvette Dewolf
M. Pierre Freytet
André Simonin
Gabriel Rougerie
Les monts d'Ougarta
In: Revue de géographie alpine. 1991, Tome 79 N°1. pp. 87-100.
Résumé
FRE : géologie! montagne! désertification! Sahara
Abstract
ENG : geology! mountain! desertification! Sahara
Citer ce document / Cite this document :
Joly Fernand, Dewolf Yvette, Freytet Pierre, Simonin André, Rougerie Gabriel. Les monts d'Ougarta. In: Revue de géographie
alpine. 1991, Tome 79 N°1. pp. 87-100.
doi : 10.3406/rga.1991.3588
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rga_0035-1121_1991_num_79_1_3588Les monts ďOugarta
Résumé : Les monts ďOugarta Abstract: The Ougarta mountains F.Joly
The «Monts d'Ougarta» (Mountains Les monts ďOugarta forment une G. Rougerie
unité géographique originale of Ougarta) form an original Y. Dewolf
parmi les montagnes du Sahara. P. Freytet geographical entity among the
Dans un matériel de grès et de Saharan mountains. Out of the A. Simonin
schistes paléozoïques, plissé en paleozoic sandstones and schists,
arranged in Jura-like folds, post- style jurassien, l'érosion Mots-clés :
posthercynienne a créé un relief hercynian erosion has created a géologie, montagne,
fait de crêtes étroites encadrant relief comprising narrow crests désertification, Sahara
des couloirs et des plaines. Faute dominating steep-sided valleys
d'altitude, on n'observe ni and plains. Owing to the lack of Keywords :
véritable étagement, ni altitudinal differences, no real geology, mountain,
particularité de la végétation. Et vegetation successions or specific desertification, Sahara
malgré une grande diversité de types may be
observed. Despite the great milieux, la montagne est vide,
inhabitée et peu fréquentée mais, diversity of environments, the
provisoirement épargnée par la mountains are empty, uninhabited
désertification anthropique. and generally deserted,
temporarily saved by anthropic
desertification.
I 1 y a dans le nord-ouest du Sahara algérien, à l'ouest de la vallée de
la Saoura, un ensemble de reliefs connu sous le nom de «chaîne» ou de
«mont» d'Ougarta.
Ce sont les géologues (Menchikoff, 1930, Alimen et al. 1952) qui les
premiers ont relevé, sous l'appelation de «Chaîne d'Ougarta»,
l'existence et l'originalité d'une unité tectonique et stratigraphique
remarquable sur le front septentrional du craton ouest-africain (ici le
bouclier Rgueibat) Cette unité, formée de matériel paléozoïque plissé
partiellement masqué par une couverture méso-cénozoïque
discordante, se divise en deux groupes ou faisceaux divergents vers
le nord-ouest : à l'est le faisceau de la Saoura (SE-NW) qui constitue
les «monts d'Ougarta» proprement dits; à l'ouest le faisceau de la
Daoura (ESE-WNW) qui fait le lien avec l'Anti-Atlas marocain 0oly,
1962).
Les monts d'Ougarta sont une unité topographique et morphologique
d'environ 250 kilomètres de long sur 30 à 50 de large (100 si on y
adjoint le kahal de Tabelbala qui fait la transition avec le faisceau de la
REVUE DE GÉOGRAPHE ALPME 1991 -№1 Daoura). Culminant à 800 ou 850 mètres dans le nord, à 350 ou
400 mètres dans le sud, ils dominent de 200 à 300 mètres les plateaux
environnants (hamada du Guir et hamada de la Daoura), la vallée de la
Saoura et la dépression du Touat. Même si certaines crêtes ou certains
sommets sont désignés par des toponymes particuliers (djebel Reboub,
djebel Rhenouma, djebel Bou Kbaïssat, ...) l'ensemble ne porte pas de
nom courant. L'expression de «Monts d'Ougarta» permet cependant de
définir une réelle unité géographique, singulière à bien des égards
parmi les montagnes du Sahara (fig. 1).
Figure I : La vision synoptique du satellite ou des plaines plus ou moins
Vue d'ensemble permet de caractériser l'ensemble recouverts par des formations des Monts d'Ougarta
des monts d'Ougarta et de leur claires, fluvio-lacustres ou Montage d'images Landsat.
voisinage immédiat. On peut éoliennes (petits ergs);
ainsi distinguer : • Un ensemble plus clair
• Les monts d'Ougarta s'avançant en coin entre les
proprement dits, domaine monts d'Ougarta et la vallée de la
marqué par une patine sombre Saoura: étendues planes,
généralisée, par une série de plis monotones et dénudées: hamada
anticlinaux et synclinaux et par du Guir et petite hamada de
un jeu de crêtes étroites, Zerhamra.
dissymétriques et bien indivi • Au nord-est, la vallée de la
dualisées, encadrant des couloirs Saoura, seul axe hydrographique
LES MONTS D'OUGARTA - F. JOLY, G. ROUGERIE, Y. DEWOLF, P. FREYTET, A. SIMONIN ы
important et fonctionnel, dont les • De part et d'autre de la chaîne,
écoulements occasionnels se les dunes du Grand erg au nord et
terminent dans la cuvette de la celles de l'erg er Raoui au sud.
sebkha Melah. A.Simonin.
Style morphologique des monts ďOugarta
Le matériel lithologique des monts d'Ougarta est composé, au-
dessus de rhyolites et d'arkoses de l'Infracambrien, par une série
gréso-schisteuse, puis calcaire, continue du Cambrien au
Dévonien. A la base (Cambro-Ordovicien) dominent des grès
micacés, souvent quartzitiques et des schistes gréseux, ce qui
donne aux reliefs du coeur de la chaîne (dans le nord et le nord-
ouest) une allure rigide et quelquefois massive. Au sommet de la
série sont surtout des schistes argileux ou argilo-gréseux
(Ordovicien supérieur) et des argiles gypseuses (argiles à
Graptolites du Gothlandien), d'où un relief plus dégagé et plus
ouvert (dans le sud et le sud-est), dominé par d'étroites crêtes
calcaires peu élevées (Dévonien).
Cette série, déformée par la tectonique paléozoïque (essentiellement
hercynienne), se présente sous la forme de brachyanticlinaux droits,
en dômes, et de synclinaux plus ou moins évasés. L'infracambrien
apparaît en boutonnières dans les anticlinaux évidés, tandis que les
grès et quartzites cambro-ordoviciens dessinent des crêtes
monoclinales arquées entourant des «combes» ou des «vais», à tel
point qu'on a pu quelquefois parler de relief «jurassien» (fig. 2). Un
trait notable de ces crêtes (ou «crêts») est que leurs sommets sont
tronqués et alignés en altitude, ce qui pourrait jalonner une surface
d'aplanissement déformée, comme le suggère une attentive analyse
morphométrique (Freytet, fig. 3).
Le relief actuel serait alors un relief «appalachien», résultat d'une
reprise d'érosion linéaire dans cette surface dégageant les roches
résistantes (grès et calcaires) par rapport aux roches moins résistantes
(schistes).
Les principaux reliefs sont donc des crêtes dissymétriques, avec
un front abrupt à contre-pendage et un revers en pente à peine
plus douce dans le sens du pendage. Des glacis d'érosion
raccordent ces crêtes à des dépressions évidées dans les schistes,
allongées en couloirs étroits dans le nord et le nord-ouest (fig. 4)
mais élargies par contre au sud et au sud-est en véritables plaines
intérieures.
REVUE DE GEOGRAPHIE ALPINE 1991 - №1 — ■■■" "^
lA_-565 =
LES MONTS D'OUGARTA - F. JOLY G. ROUGERIE, Y. DEWOLF, P. FREYTET, A. SIMONIN dans la partie nord- Positionné drainage hiérarchisé et dense,
• d'autre part des dépressions et orientale de la chaîne, entre l'erg er
Raoui et les plateaux hamadiens à des couloirs singulièrement plans,
à écoulement sporadique et hauteur du djebel Zerhamra, ce
croquis offre un inventaire endoréique (sebkhas), secteurs de
remarquable des formes de relief remplissage fluvio-lacustre ou
ougartiennes opposant : détritique pleistocenes, parsemés
• d'une part, une succession des de petits ergs.
Figure 2 : crêtes monoclinales redressées Le raccordement entre ces entités
Morphologie des monts enserrant des structures anticlinales se faisant par des glacis d'érosion d'Ougarta d'après SPOT 1
cambro-ordoviciennes évidées de de front et de revers. Ce croquis géomorphologique
a été réalisé d'après Draa el Kelba, du djebel Bou Enfin, les contreforts des djebels
l'interprétation d'une image Kbaissat, ainsi que la boutonnière Reboub et El Oussakh et le massif muhispectrale à haute
du djebel Bet Touaris (où de Zerhamra dominent le contact résolution (20 m) du satellite
SPOTI(A.SimoninetD.Hilt, affleurent en un vaste dôme les entre l'entablement plio-villafranchien
1988). assises rhyolitiques pré-cambriennes) de la grande hamada du Guir et la
et l'aire synclinale cernée par les petite hamada pleistocene d'El Scène SPOT 1 - 042-290
10 mars 86 Gouira. djebels Argoub et Rhenouma; ces
topographies connaissent un A.Simonin. Echelle:
T Nord Couloirs et plaines sont aujourd'hui à sec, mais les traces d'écoulements
anciens ne manquent pas, notamment sous la forme de terrasses alluviales. Г~а~| Dôme de rhyolite
On pourrait même reconstituer un véritable réseau de drainage orienté
[w| Paléozoïque plissé dans l'ensemble vers le sud-est (sebkha Melah) avec des échancrures
épigéniques, «foums» ou «khenegs» (foum el Tlaïa, kheneg el Aatene) en F^ Hamada du Guir
direction de la Saoura. Dans son état actuel, cet ancien drainage,
^3 Formations pleistocenes démembré, débouche sur un chapelet de dépressions endoréiques
Petite hamada/ autrefois fonctionnelles comme l'attestent des épandages sablo-limoneux, remplissage
des calcaires lacustres et des croûtes gypseuses. Mais la plupart de ces
[<гч Crêts monoclirraux dépressions sont maintenant occupées par des mares salées épisodiques
> 100m < 100m (sebkhas) et par des petits ergs. Seule la sebkha Melah reçoit encore, très
irrégulièrement, le trop-plein des crues les plus abondantes de la Saoura. ;\A] Crête redressée
Chevrons
Une longue histoire, encore mal élucidée \77\ Glacis
Les monts d'Ougarta se sont érigés à la fin du Primaire et ont subi •IV Cône de déjection
depuis une érosion continue. Ils ne semblent pas en effet avoir été G3 Aired'épandage submergés par la transgression cénomanienne (la seule qui se soit
avancée sur la plate-forme nord-saharienne), laquelle a pénétré à l'ouest [АП Aire de transit
le sillon Ziz-Daoura (hamada de Meski et Kem-Kem). L'érosion ГЩ Dunes antécénomanienne a laissé des témoins d'aplanissements dans le Tafilalt
:_":' Sebkhas et le massif de Taouz, et surtout une série gréseuse «continentale
REVUE DE GÉOGRAPHIE ALPINE 1991 ■ №1 intercalaire» sous les Kem-Kem (Joly, 1962). Mais aucune surface de
cette sorte n'est réellement décelable dans les monts d'Ougarta.
Il est certain, en revanche, que les monts d'Ougarta ont été déformés
dès la fin du Crétacé et pendant tout le Tertiaire par la tectonique
atlasique (bombement épéirogénique, basculement vers le sud,
ouverture de diaclases). Ils ont en conséquence fourni une partie des
matériaux détritiques continentaux du Crétacé supérieur du couloir
sud-atlasique et du «continental terminal» des hamadas (Conrad, 1969).
A la fin du Tertiaire (Pliocène ? Villafranchien ?) une surface de
remblaiement continue (les «grandes hamadas» du Guir, de la Daoura
et du Dra), raccordée au nord à l'Atlas et à l'Anti-Atlas, s'étendait de
Béchar à Tindouf, caractérisée par des dépôts en eau douce, calcaires
Figure 3 : L'analyse morphométrique est régulières; elles décroissent du
Analyse morphométrique des une méthode graphique qui NO au SE de 800 à 500 m, avec Monts d'Ougarta et régions permet de tracer des courbes de un point culminant à 850 m à voisines.
niveau à partir de plateaux et de l'intérieur de la courbe 800. De
crêtes d'interfluves, pour éliminer plus, les courbes se raccordent
les effets des creusements d'une manière cohérente avec la
récents. On reconstitue ainsi crête située au sud de Tabelbala.
l'allure des topographies initiales Le relief résiduel des monts
plus leurs déformations d'Ougarta proprement dits
ultérieures (P.Freytet et J.L. domine au NE la hamada du
Morel, 1987). Guir, plateau régulier situé
Dans les monts d'Ougarta, les environ 200 mètres en contrebas
courbes de niveau de la surface- de la surface-enveloppe des
crêtes d'Ougarta. La surface- enveloppe passant par les lignes
de crêtes conservées (chiffres en enveloppe du plateau hamadien
caractères italiques) sont très (chiffres en caractères romains)
LES MONTS D'OUGARTA - F. J(XY, G. ROUGERIE, Y. DEWOLF, P. FREYTET, A. SIMONIN s'abaissent vers le sud-est de 750 à datée. Cette topographie incise
600 m vers le SE. Mais en direction notamment les roches des actuels
du N, elle se relève vers l'Atlas monts d'Ougarta dont les reliefs,
saharien jusqu'à 1100 m. qui semblent n'avoir jamais été
Enfin, de part et d'autre de entièrement recouverts de
l'ensemble monts d'Ougarta et sédiments ont fourni une partie
hamada il existe deux dépressions : des matériaux hamadiens.
la vallée de la Saoura au nord, et Beaucoup de ces matériaux ont
un couloir occupé par l'erg er des faciès lacustres : l'inclinaison
Raoui au sud. générale de la hamada vers le SE
résulte donc d'un mouvement
Interprétation : La courbe- tectonique récent (la surrection de
enveloppe qui passe sur les crêtes Г Atlas saharien). Cette
des monts d'Ougarta coinciderait s'est accompagnée d'une incision
avec une ancienne surface des vallées actuelles encaissées de
d'aplanissement polygénique. Sous 100 à 200 m par rapport à la
la surface de remblaiement de la hamada, et davantage par rapport
hamada, les matériaux comblent aux monts d'Ougarta.
une topographie d'érosion mal P.Freytet.
ou calcaro-siliceux, des pédogénèses locales et une karstification
embryonnaires (dayas). A l'ouest de Beni-Abbès, sur le Djebel Reboub,
cette surface hamadienne vient directement recouper le Paléozoïque
des monts d'Ougarta vers lesquels elle se redresse légèrement
(néotectonique ou glacis d'érosion ?). Mais rien ne permet de la suivre
avec cette certitude sur les sommets ou dans les creux du relief.
En fait, tout semble indiquer que les monts d'Ougarta ont toujours
dominé leur voisinage, et donc que l'érosion différentielle a joué d'une
manière continue, les débris étant régulièrement évacués vers le sud et
le sud-est. Cette remarque relativise singulièrement le qualificatif de
«relief appalachien», sans doute injustement employé. Il n'en reste pas
moins que la topographie actuelle résulte d'un creusement qui, pour
l'essentiel, est postérieur aux dernières déformations de la chaîne
(Villafranchien ? Pleistocene ?). Ce creusement s'est d'ailleurs effectué
par étapes, liées plus sûrement à des oscillations climatiques qu'à une
néotectonique généralisée.
L'étape la plus originale, et aussi la plus ancienne (Villafranchien
supérieur ?), est une période humide marquée par un remplissage
important dans les creux du relief, surtout dans l'est et le sud-est de la
chaîne. Ce remplissage se présente sous forme d'une série détritique
REVUE DE GÉOGRAPHIE A1PINE 1991 - №1 |
|
Figure 4 :
Exemple de relief dans les
Monts d'Ougarta
Ce croquis géomorphologique
a été réalisé par dessin auto
matique (E.Leterrier, IMAGEO,
CNRS) à partir d'un couple de
photographies aériennes de la
chaîne d'Ougarta.
Structure
barres rocheuses i\T\1
arasées
barres rocheuses |>тЧ
monoclinal СД
chevrons \s~*\\
pendage a.
Lithologie
grès, chistes 'M'A
(cambo-ordovinien)
Réseau hydrographique
talweg И
chenaux anastormosés f ..I
Eolien
sable piégé dans les
talwegs
petit erg
Glacis
glacis dépandage [SI
glacis de denudation ЕШ
Ce croquis représente la le même matériel, plus ou moins épandage et ennoyoge CU retombée périanticlinale d'un résistant;
• une surface d'érosion tronque dôme évidé cerné par un relief
les crêtes sommitales localement subcirculaire dissymétrique :
• vers l'intérieur, un versant recouvertes par une mince croûte
abrupt à ressauts dus à l'érosion calcaire d'origine éolienne;
différentielle dans une série gréso- • de profondes entailles
schisteuse paléozoïque (Cambro- d'écoulement concentré héritées
divergent vers l'extérieur, Ordoviden);
• vers l'extérieur un versant relayées en chenal par des glacis
structural à chevrons taillés dans d'érosion-accumulation puis
liS MONTS D'OUGARTA - F. JOLY, G. ROUGERIE, Y. DEWOLF, P. FREYTET, A. SIMONIN parcourus par des concentration sous la forme d'un d'ennoyage,
chenaux divagants; petit erg nourri par le sable
• une dépression annulaire, soufflé et tourbillonné.
taillée dans des roches tendres En résumé, un relief structural
(arkoses et schistes) facilement fortement façonné par l'érosion
altérées, entoure le coeur de selon deux systèmes de
l'anticlinal (rhyolites); dynamiques : une dynamique
• deux types d'accumulation inactuelle d'écoulement hydrique
sableuse peuvent être observés : linéaire; une dynamique actuelle
un ensablement sélectifdans les d'écoulement diffus occasionnel
talwegs périphériques en et d'activité éolienne.
fonction de l'exposition; une Y.Dewolf.
gypso-gréso-limoneuse («torba») couronnée le plus souvent par une
dalle calcaire (croûte ou calcaire lacustre). C'est la «petite hamada»
(Dresch, 1953), emboîtée dans la grande. L'épisode se termine (vers
250 000 BP ?) par une phase aride au cours de laquelle ont commencé
à s'édifier les grands ergs «fossiles» de couleur ocre (Grand erg
occidental, erg Raoui, erg Cherch).
Suivent au moins deux alternances humides («pluviales») et subarides
ou arides («interpluviales»). La première (Pleistocene moyen et
supérieur jusque vers 40 000 BP) commence par une période de
creusement. La petite hamada est ravinée par des talwegs bordés de
glacis et de terrasses plus récents. La seconde (40 000 à 12 000 BP),
après une nouvelle phase de creusement, se termine par une période
d'intense activité éolienne marquée notamment par l'édification de
petits ergs roux (Belfelfoul, Chebbi, Djemel, el Atchane) juchés sur
les terrasses moyennes ou sur d'anciens fonds lacustres. Les derniers
12 000 ans (Holocène ou Postpluvial) sont eux-même affectés par des
oscillations atténuées, tantôt plus humides (limon des palmeraies,
épandages limoneux, sebkhas salines), tantôt plus sèches (petites
dunes grises des fonds d'oueds et des dépressions, ensablements de
versants).
Une montagne aride en bordure nord du Sahara.
Actuellement, les monts d'Ougarta se situent dans un domaine aride
accentué («érémique») avec au moins 350 jours biologiquement secs au
sens de Gaussen : 350 à Tabelbala, 352 à Beni-Abbès. Faute de stations
d'observation à l'intérieur de la chaîne, il est naturellement difficile de
percevoir des nuances autrement que par le témoignage indirect de
processus géodynamiques et de la végétation.
REVUE DE GEOGRAPHIE ALPINE 1991 - №1