Surconsommation, une menace sur l
36 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Surconsommation, une menace sur l'eau

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
36 pages
Français

Description

Ce rapport explore le lien entre notre consommation
de matériaux et les impacts sur la ressource en eau.
Un nombre croissant d’études traitent de l’intensité de
l’extraction des ressources naturelles, de leur commerce
et de leur consommation. Mais, pour le moment, l’approche
transversale qui permettrait de montrer le lien entre l’extraction de matériaux et d’autres ressources naturelles,
comme l’eau, sont moins mis en avant. Ce deuxième rapport de la série portant sur la consommation des ressources
naturelles (après le rapport de 2009, «Overconsumption?
Our use of the world’s natural resources») vise à mieux comprendre ces liens, et à contribuer au débat sur l’utilisation
des ressources, permettant de mieux comprendre où et
comment l’eau est consommée.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 02 février 2012
Nombre de lectures 417
Langue Français
Poids de l'ouvrage 9 Mo

Exrait

SurconSommation, une menace Sur l’eau
Ce rapport a été réalisé aveC le soutien de :
l’union européenne
altstoff Recycling austria
le ministre fédéral autrichien de l‘ agriculture, des Forêts, de l‘Environnement et des Eaux
l’agence autrichienne pour le développement
la ville de vienne (autriche)
CREDITS: ÉDITEuR:GLOBAL 2000 Verlagsges.m.b.H., Neustiftgasse 36, 1070 Vienne/Autriche –RESponSablE DE la publICaTIon:Umweltschutzorganisation GLOBAL 2000, ZVR: 593514598, Neustiftgasse 36, 1070 Vienne/Autriche, et Sustainable Europe Research Institute (SERI), ZVR: 215027957, Garnisongasse7/17, 1090 Vienne/Autriche –TExTE:Monika Dittrich, Lisa Kernegger, Ariadna Rodrigo –Stephan Lutter, Christine Polzin, Stephan Giljum, Tamás Pálfy, Thomas Patz, ÉTuDES DE CaS:Bruna Engel (Brésil), Didrot Nguepjouo (Cameroun), Patricia Soto, Ana Maria Lemus (Chili) et Mensah Todzro (Togo) –GRaphIquES:Gerda Palmetshofer, Tamás Pálfy –REmERCIEmEnTS:Nous remercions Becky Slater des Amis de la Terre (Angleterre, pays de Galles et Irlande du Nord) pour son aide. De plus, nous souhaitons remercier nos partenaires les Amis de la Terre du Brésil, du Cameroun, du Chili et du Togo pour les études de cas, ainsi que les traductrices et traducteurs de ce rapport. –RÉvISIon:Carin Unterkircher et Stella Haller –DESIGn:Hannes Hofbauer –monTaGE phoTo:Steve Wyckoff –phoToS:Paul Lauer (p19),  Leonardo Melgarejo/Xingu Vivo Para Sempre (p26), iStockphoto (p11, p13/14, p25), shutterstock (p22, p28), GLOBAL 2000 (p10, p13/14, p20, p31, p32), Cover: Haroldo Horta –ImpRImERIE:Druckerei Janetschek GmbH, A-3860 Heidenreichstein, www.janetschek.at, UWNr. 637. –ImpRImÉ avEC DES EnCRES vÉGÉTalES SuR Du papIER RECYClÉ, 100 % RECYClablE.© GLOBAL 2000, SERI, les Amis de la Terre Europe, novembre 2011 Le contenu de la présente publication relève de la seule responsabilité de GLOBAL 2000 et SERI, et ne pourrait, en aucun cas, être considéré comme reflétant l’avis de l’Union européenne.
2|SURCONSOMMATION, UNE MENACE SUR L‘EAU 
résumé exéCutif
Ce rapport explore le lien entre notre consommation de matériaux et les impacts sur la ressource en eau. Un nombre croissant d’études traitent de l’intensité de l’extraction des ressources naturelles, de leur commerce et de leur consommation. Mais, pour le moment, l’approche transversale qui permettrait de montrer le lien entre l’ex-traction de matériaux et d’autres ressources naturelles, comme l’eau, sont moins mis en avant. Ce deuxième rap-port de la série portant sur la consommation des ressources naturelles (après le rapport de 2009, «Overconsumption? Our use of the world’s natural resources») vise à mieux com-prendre ces liens, et à contribuer au débat sur l’utilisation des ressources, permettant de mieux comprendre où et comment l’eau est consommée. l’eau est nécessaire à presque toutes les étapes de fabrication des biens et des services.Environ la moitié de l’eau douce renouvelable et accessible est utilisée pour la culture des denrées alimentaires, l’approvisionnement en eau potable, la production d’énergie et d’autres produits. Presque la moitié de l’eau extraite en Europe est utilisée pour le refroidissement dans le secteur de l’énergie. Le reste est partagé entre l’agriculture, l’approvisionnement en eau potable et l’industrie. Il existe de grandes disparités entre les régions du monde quant à la consommation des matires pre-mires et de l’eau.Par exemple, un habitant moyen nord-américain, consomme, en eau et en matières premières, la plus grande quantité au monde (respectivement 7 700 litres/ jour et 100 kg/jour). Quant à l’Africain moyen, il consomme les quantités les plus basses en eau (3 400 litres/jour) et en matières premières (11 kg/jour). l’empreinte eau des produits que nous consommons, c’est à dire la quantité d’eau nécessaire à leur fabri-cation, est bien plus importante que celle de notre utilisation directe d’eau.Des quantités très importantes de marchandises consommées en Europe, comme les den-rées alimentaires et d’autres produits agricoles, sont culti-vées et produites ailleurs. Paradoxalement, de nombreux pays possèdent de faibles réserves en eau douce, et en uti-lisent une grande partie pour produire des biens destinés à l’exportation vers les pays riches en eau.
l’extraction croissante de ressources naturelles, et donc d’eau, est liée à l’augmentation du commerce international ces dernires décennies.Comme le com-merce progresse de façon régulière, la quantité d’eau incor -porée ou virtuelle qui circule dans les marchandises aug-mente chaque année car la plupart des produits que nous consommons nécessite de l’eau pour leur fabrication. Au cours des dernières décennies, l’augmentation de l’extraction des matières premières et de l’eau est devenue dépendante de la croissance du commerce international. Inexorablement, le commerce international progresse. De nombreux biens nécessitent de l’eau pour être produits: les volumes d’eau incorporée, ou virtuelle, augmentent aussi. Les pays indus-trialisés, et plus récemment les pays émergents, ont aug -menté leurs importations nettes de ressources qui, majori -tairement, proviennent des pays en voie de développement. Dans la plupart des cas, les pays qui ont une utilisa-tion plus efficace des ressources ont aussi les niveaux de consommation par habitant les plus élevés.L’amé-lioration relative de l’efficacité dans l’utilisation des ressour-ces naturelles n’a pas suffit jusqu’à présent à réduire notre consommation de ressources de façon absolue. Dans de nombreuses régions du monde, les ressources en eau sont de plus en plus limitées. Il est ainsi impératif que nous les utilisions plus efficacement – dans l’industrie et l’agriculture, à la maison et dans les systèmes de distribution de l’eau. Dans un monde où les ressources sont limitées, nous devons questionner le lien entre l’utilisation des res-sources naturelles, la croissance économique et la prospérité de nos sociétés.Notre modèle de croissance est intimement lié à de hauts niveaux de consommation ininterrompue. Mais ce système est caractérisé par des iné-galités toujours plus importantes à travers le monde, et par le niveau alarmant de l’utilisation des ressources par une mi -norité de la population mondiale. Des changements urgents et fondamentaux de nos économies sont nécessaires pour mieux gérer les ressources naturelles et les services qu’ils procurent. Il est donc essentiel que nos décideurs créent un cadre politique qui pénalise les pratiques non durables, et en-couragent les comportements qui favorisent l’efficacité dans l’utilisation des ressources afin de rendre possible économi-quement et acceptable politiquement une baisse de notre consommation de ressources naturelles.
SURCONSOMMATION, UNE MENACE SUR L‘EAU|3
sommaire
1. introduCtion ................................................. .................................................................................................5
2. extraCtion............................................................................................................................................... ........6  2.1 les ressourCes naturelles................................. .....................................................................................6  2.2 l’eau...................................................................................... ..........................................................................8
3. le CommerCe .................................................. .................................................................................................14  3.1 le CommerCe des ressourCes et des produits........................................................ ............................14  3.2 le CommerCe de l’eau...... ...........................................................................................................................17
4. Consommation ....................................................................................................................... ........................21  4.1 la Consommation des matières premières.. .........................................................................................21  4.2 la Consommation de l’eau................................................. ........................................................................23
5. effiCaCité .................................................................................................................................................. ........27  5.1 l’effiCaCité dans l‘utilisation des ressourCes......................................... ..........................................27  5.2 l’effiCaCité de nos usages de l’eau........................................................................................................ .28
6. relever le défi ................................................................ ...............................................................................31
liste des études de Cas
l’extraCtion du lithium au nord du Chili ................................................................ ............................12
le rôle du CommerCe de Coton au Cameroun et au t ogo........................................................ ..20 
le barrage de belo monte au brésil .................................................................................................... . 26 
4|SURCONSOMMATION, UNE MENACE SUR L‘EAU 
1. introduCtion
l’utilisation des ressources renouvelables et non renou-velables est au cœur de la construction des sociétés humaines.Ce rapport analyse les tendances récentes quant à la consommation des ressources – y compris l’extraction, le commerce et l’efficacité.1Durant la majeure partie de notre histoire, notre utilisation des ressources de la planète n’a, en général, pas eu d’impact significatif sur l’environnement. Mais au cours des dernières décennies, l’utilisation de nom-breuses matières premières, dont les métaux, les minerais, les combustibles fossiles et la biomasse, a atteint des ni-veaux alarmants. Nos écosystèmes et les services qu’ils nous offrent sont mis en péril. Il est urgent de mettre en place des stratégies durables de gestion de nos ressources. l’ampleur et la gestion de notre utilisation des ma-tires premires affectent considérablement les res-sources en eau de notre plante.Partout dans le monde, il y a de plus en plus de problèmes liés à l’eau, comme les pénuries et la pollution. Ce rapport donne le premier aperçu des liens qui existent entre les différents aspects de l’utilisa-tion des matières premières et leurs effets sur les ressources en eau de notre planète. Le besoin de les comprendre et de les expliquer devient urgent. l’eau est nécessaire à pratiquement chaque étape du cycle de vie des matires premires, depuis leur extrac-tion, leur transformation, leur distribution, leur recy-clage, jusqu’à la fin de leur vie.Ce rapport souligne le rôle de l’eau dans ses différentes étapes, à travers des exemples et des études de cas. Il révèle la façon dont la disponibilité de l’eau détermine ce que nous pouvons produire, et en quel volume. Il montre aussi l’impact de la production et de la consommation sur la qualité et la quantité de nos ressources en eau douce. Dans le contexte de la mondialisation et des chaînes logistiques toujours plus complexes, l’eau joue aussi un rle commercial important.Puisque l’eau est habituelle-ment nécessaire à la production des marchandises dédiées à l’exportation, les problèmes locaux de pénurie et de pollution des eaux sont étroitement liés aux activités économiques locales, elles-mêmes liées au marché international. Ce rapport expose les flux de l’eau virtuelle et peut aider à avoir une repré-sentation de l’état réel des ressources en eau de plusieurs pays.
cette étude eSt compoSée de pluSieurS chapitreS thématiqueS: le chapitre 2 un bref aperçu de la quantité de propose l’extraction ressources d’un point de vu mondial (de des 1980 à 2007), et de celle de l’eau. L’étude de cas du Chili présente l’extraction du lithium et ses impacts sur les res-sources locales en eau. le chapitre 3explore l’activité économique et l’organisation ducommerce international des matières premières. Il ex-pose, en chiffres, les totaux des exportations des ressources de différentes régions dans le monde, et présente les pays exportateurs et importateurs nets de ressources. La deuxième partie de ce chapitre se concentre sur les échanges d’eau entre les différents pays, notamment l’eau virtuelle, et les exportateurs du monde les plus importants. Une étude de cas décrit le voyage d’un tee-shirt pour illustrer la structuration du commerce du coton et de l’empreinte eau qui en résulte. le chapitre 4compare les niveaux et modèles de laconsom-mation de ressources, ainsi que ses impacts à travers les différentes régions du monde. Il montre la quantité d’eau consommée en Europe dans les différents secteurs. Il montre enfin comment le volume d’extraction de l’eau d’un pays, ou d’une région, et sa consommation réelle peuvent considéra-blement différer. le chapitre 5 définit l’évolution de l’efficacitédans l’uti-lisation des ressources naturelles et son découplage relatif avec la croissance économique dans différents régions du monde. Il identifie notamment certains facteurs principaux d’efficacité et les compare à l’échelle mondiale L’efficacité dans l’utilisation des ressources naturelles est un élément-clé pour gérer la ressource en eau. Ceci est manifeste quand on observe les tendances actuelles d’utilisation de l’eau pour  divers secteurs (agriculture, industrie ou usages domestiques) et que l’on identifie les économies et les progrès possibles. le chapitre 6apporte un éclairage sur la manière derele-ver le défi. Il propose un cadre politique qui pourrait assu-rer que les principaux défis connus, auxquels nous sommes confrontés, soient envisagés de façon pragmatique pour les relever.
 SURCONSOMMATION, UNE MENACE SUR L‘EAU|5
2. extraCtion
2.1 lES RESSouRCES naTuREllES nous puisons, pêchons et rcoltons toujours plus de ressources naturelles pour la production de biens et de services. les dfis environnementaux et sociaux sont de plus en plus nombreux, comme les luttes contre la destruction des espaces cultivables, la surexploitation des ressources en eau, les violations des lgislations sociales et du Code du travail. la majeure partie de l’exploitation des ressources naturelles est concentre en asie (44%). les taux d’extraction des ressources, par personne, d’un continent à un autre, sont trs diffrents.
Croissance de l’exploitation mondiale des ressources.construction) et des ressources renouvelables (par exemple Comme la population mondiale, et ses flux économiques, ne les produits agricoles, le poisson et le bois). cessent d’augmenter, nos écosystèmes n’ont jamais autant été sollicités. En 2007, le poids total des ressources extraites Pour avoir accès à tout type de matière première, via l’ex-et récoltés dans le monde était d’environ 60 milliards de traction ou la récolte, il est généralement nécessaire de pui-tonnes2 ser, soit 25 kg par jour et par habitant de notre planète.de déplacer d’autres matières du sol, qui ne sont pas et utilisées dans les processus de production, comme dans les Par exploitation, on entend diverses activités minières ainsi exploitations minières, par exemple. 40 milliards de tonnes que la pêche, l’agriculture et l’exploitation forestière. La glo- de matières supplémentaires sont ainsi déplacées des sols balité des ressources extraites contient ainsi des ressources chaque année, ce qui porte à plus de 100 milliards de tonnes non renouvelables (par exemple les combustibles fossiles, de ressources extraites annuellement; environ 40 kg par les minerais métalliques, et les minéraux industriels et de personne, chaque jour.
Graphique 1:Extraction globale des ressources naturelles, de 1980 à 2007(i)
60 50 40 30 20 10 0 1980 1985 1990 1995 2000 2005
6|SURCONSOMMATION, UNE MENACE SUR L‘EAU 
2007
Mtaux Minraux industriels et de construction Combustibles fossiles Biomasse
 
( Graphique 2:Extraction des ressources par habitant, par jour, 2004ii)
41
34 92 EUROPE
AMÉRIQUE DU NORD
15 AFRIQUE
15 ASIE
Extracon des ressources
153
AMÉRIQUE LATINE OCÉANIE 1 sac à dos plein = 20 kg de ressources extraits, par habitant et jour
L’augmentation de la production des biens et des servicesla répartition inégale des ressources naturelles à tra-engendre un besoin en ressources toujours plus impor -vers le monde.La quantité de matières premières qui sont tant. Au cours des trois dernières décennies, l’exploitation exploitées sur un continent dépend surtout de sa superficie, mondiale des ressources a augmenté d’environ 60%, de moins l’accessibilité aux ressources, la population et du niveau du de 40 milliards de tonnes en 1980, à plus de 60 milliards développement économique. En 2007, l’exploitation des res-de tonnes en 2007 (graphique 1). L’extraction de toutes les sources en Asie est la plus importante (44%), suivie de l’Amé-matières premières a augmenté: la biomasse, les combus- rique du Nord (18%), l’Amérique latine (15%), l’Europe (12%), tibles fossiles, les minerais métalliques, les minéraux indus- l’Afrique (8%) et l’Océanie (3%). L’extraction des ressources triels et de construction. Alors que l’exploitation du gaz, du par habitant varie aussi d’un continent à l’autre. Si le taux sable et du gravier a doublé, l’exploitation du nickel a triplé. général d’extraction de l’Océanie est le plus faible de la pla-Les demandes en ressources vivantes sont aussi en nette nète, son taux d’extraction par habitant est le plus haut. En augmentation, ce qui entraîne un fort déclin de celles-ci. On 2004, l’Océanie a extrait, par habitant, 59 tonnes de matières observe d’importantes déforestations et d’autres impacts premières, suivi de l’Amérique du Nord (33 tonnes), l’Amé-environnementaux. rique latine (15 tonnes), l’Europe (13 tonnes), l’Afrique et l’Asie (6 tonnes chacun). Le graphique 4 illustre les mêmes la double exploitation des matires premires: lesjour, par habitant. Ces proportions d’extractionsdonnées, par dégâts environnementaux et sociaux. habitant n’ont pas changé de façon significative depuisL’extraction et le par traitement des matières premières exigent souvent d’autres 1980. Déjà, à cette époque, l’Océanie possédait, à l’échelle ressources, comme l’énergie, l’eau et la terre. Celles-ci mondiale, l’extraction par habitant la plus élevée, avec une peuvent être intégrées dans le processus de production ou croissance continue jusqu’à aujourd’hui, grâce à l’expansion sont détériorées, par exemple à travers la destruction des importante des exploitations minières australiennes, comme terrains fertiles, les pénuries d’eau ou les pollutions toxiques. le charbon, le fer ou la bauxite. En Amérique latine, l’extraction L’exploitation à moindre coût est, dans de nombreuses ré- par habitant était inférieure à celle de l’Europe. Mais elle gions, seulement possible au mépris des normes sociales et a augmenté grâce à sa forte ambition d’exporter, et la de-des droits de l’homme, via des salaires et conditions de tra- mande croissante, partout dans le monde, de minerais mé-vail. talliques, de bois, et de produits agricoles comme le soja.
 SURCONSOMMATION, UNE MENACE SUR L‘EAU|7
2. extraCtion
2.2 l’Eau environ la moiti de l’eau douce renouvelable et accessible est utilise pour la consommation en eau potable, la culture des denres alimentaires, la production nergtique et d’autres biens et services. en europe, presque la moiti de toute l’extraction de l’eau est destine au refroidissement des installations nergtiques. le reste est utilis par l’agriculture, l’approvisionnement public et l’industrie. À l’chelle mondiale, les plus grandes quantits d’eau sont utilises pour l’irrigation dans le secteur agricole.
l’espce humaine s’est actuellement appropriée pluscontinue, beaucoup de régions dans le monde devront faire de la moitié de toutes les réserves d’eaux douces. à des pénuries d’eau lors des prochaines décennies.Une face minorité de la population exploite l’eau de manière excessive, tandis que des milliards d’habitants manquent toujours desDans l’union européenne, chaque année, 13% de toutes services3en eau les plus élémentaires. L’augmentation de lales ressources d’eaux douces accessibles et renouve-population, ainsi que la croissance économique, exercent unelables sont exploitées.Alors que ce chiffre semble indi-augmentation des pressions sur l’eau. Si la tendance actuelle quer que les sécheresses et les pénuries d’eau sont gérées
Graphique 3:l’extraction de l’eau dans des différentes régions mondiales en 2000, en litres, par habitant, par jour(iii) Extracon de l’ eau
4 350 AMÉRIQUE DU NORD
1 300 AMÉRIQUE LATINE
1 500 EUROPE1 600 ASIE
650 AFRIQUE
2 350 OCÉANIE 1 goue d’ eau pleine = 1 000 l d’ eau extraits, par habitant et jour
8|SURCONSOMMATION, UNE MENACE SUR L‘EAU 
Graphique 4:Sélection des WEI de pays européens en 1990(iv), et aprs 2005(v)
70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Finlande Autriche Rp. tchque France Espagne
Chypre
WEI->2005 WEI-1990
 
plus simplement en Europe, c’est l’inégalité de la répartition La pénurie d’eau dans les îles et pays méditerranéens est des ressources en eau et des habitants sur le continent qui souvent provoquée par de très faibles précipitations, irrégu-provoquent des situations de pénurie importantes dans cer - lières durant l’année, ou d’une année sur l’autre. En ce qui taines régions, notamment au sud. Beaucoup de pays mé- concerne les îles, peuvent s’ajouter au stress hydrique, l’iso-diterranéens font face à d’importants stress hydriques. À lement géographique et l’incapacité d’exploiter des sources l’intérieur d’un même pays, les situations peuvent être extrê- d’eau trop profondes.5 mement hétérogènes. En Espagne, par exemple, dans le sud du pays, les carences en eau sont courantes (l’Andalousie),qui extrait l’eau et quel volume?Sur le continent euro-à l’inverse du nord où se trouvent des régions riches en eau péen, les plus grandes quantités d’eau sont extraites dans le (comme la Galice). secteur de l’énergie pour le refroidissement (45%), suivi par l’agriculture (22%), l’approvisionnement en eau potable (21%) Pour contrôler et évaluer la pression sur les ressources en et l’industrie (12%). Néanmoins, les courbes régionales ou eaux douces en Europe, l’Agence européenne pour l’environ- nationales peuvent dévier de façon significative de ces nement utilise l’indice d’exploitation des ressources en eau moyennes. Dans l’Europe du Sud, l’agriculture nécessite plus (Water Exploitation Index WEI). Il s’agit d’un ratio comparant de 50% de l’extraction de l’eau (et plus de 80% pour certains les eaux douces extraites utilisées par an, aux ressources pays), alors qu’en Europe occidentale plus de 50% de l’eau en eau douce renouvelable disponibles. Un WEI de plus de extraite sert au refroidissement du secteur de l’énergie. De 10% indique qu’une ressource en eau court le risque d’un même, toujours en Europe occidentale, 20% de l’extraction manque, un WEI au-dessus de 20% indique une pression de l’eau est consacrée au secteur industriel, contre environ sévère et l’utilisation clairement non durable de l’eau. seulement 5% au sud de l’Europe (graphique 5).6 En 2005, Chypre, la Belgique et l’Espagne affichaient le plus Les données quant à l’utilisation agricole de l’eau sont par -haut indice d’Europe (respectivement 64%, 32% et 30%). ticulièrement intéressantes lorsque l’on compare le volume Au cours des deux dernières décennies, l’indice a diminué de production pour les besoins d’un pays et celle destinée à dans 24 pays, puisque l’extraction de l’eau a baissé de 15% l’exportation, qui nécessitent souvent de grandes quantités (notamment en raison du déclin économique des pays de d’eau. Par exemple en Espagne, les exportations ne repré-l’Europe de l’Est). L’extraction de l’eau a seulement augmenté sentent que 3% du PIB espagnol, et 5% de l’emploi régional.7 dans cinq pays entre 1990 et 2007.4 secteur agricole espagnol utilise près de deux tiers des LeLe graphique 4 présente six pays européens et leurs indices respectifs. ressources en eau (60%) pour irriguer des cultures qui contri-
 SURCONSOMMATION, UNE MENACE SUR L‘EAU|9
Graphique 5:régions européennes (millions m³/an) entre 1997 et 2007l’extraction de l’eau de différents secteurs dans trois (vi)
90 80 70 60 50 40 30 20 10 0 Europe de l’ Est
Europe de l’ Ouest
Europe du Sud
Approvisionnement en eau potable Irrigation Industrie Énergie
 
buent de manière marginale à la valeur brute totale ajoutée volumes d’eau et génèrent de grandes quantités d’eau hau-de l’agriculture. tement contaminées, qui avec beaucoup d’effort, devraient être stockées puis traitées. l’exploitation des matires premires a un impact important sur les ressources en eau.Mise à part Les fertilisants utilisés dans l’agriculture, contenants, entre l’extraction de l’eau destinée à l’industrie (par exemple les autres, de l’azote et du phosphore, se déversent dans les débits résiduels des cours d’eau inférieurs au minimum eaux réceptrices comme les fleuves, les nappes phréatiques légal obligatoire), l’extraction d’autres matières premières et les océans. Ils polluent non seulement les réservoirs a aussi un impact important sur nos ressources en eau. Les d’eau potable, mais sont aussi responsables de l’eutrophi-modes d’extraction (par exemple l’électrolyse) de nombreux sation (excès de nutriments et efflorescence continue) des minerais, dont le cuivre ou l’aluminium, exigent d’importants sections en aval des bassins ou des côtes.
10|SURCONSOMMATION, UNE MENACE SUR L‘EAU