À propos du charivari : discours bourgeois et coutumes populaires - article ; n°2 ; vol.32, pg 381-398

-

Documents
19 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Annales. Économies, Sociétés, Civilisations - Année 1977 - Volume 32 - Numéro 2 - Pages 381-398
Using as the basis of our work a file on charivari which was compiled by the prefecture of the Hautes-Pyrénées during the first half of the last century, we propose to clarify the relationship between village customs and those who follow them. Charivari have been studied in France principally in relation to marriage economy. The present documentation allows us to go beyond this framework and examine the relationships between the peasants and the bourgeoisie within the power structure of the village communities, at a time when this folkloric activity was used on nation-wide scale as a means of expressing opposition to the Regime. In an appendix, we shall see how the coutume de la ronce loses its meaning, retaining only its symbolic representation, money.
18 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1977
Nombre de visites sur la page 20
Langue Français
Signaler un problème

Rolande Bonnain-Moerdyk
Donald Moerdyk
À propos du charivari : discours bourgeois et coutumes
populaires
In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 32e année, N. 2, 1977. pp. 381-398.
Abstract
Using as the basis of our work a file on "charivari" which was compiled by the prefecture of the Hautes-Pyrénées during the first
half of the last century, we propose to clarify the relationship between village customs and those who follow them. Charivari have
been studied in France principally in relation to marriage economy. The present documentation allows us to go beyond this
framework and examine the relationships between the peasants and the bourgeoisie within the power structure of the village
communities, at a time when this folkloric activity was used on nation-wide scale as a means of expressing opposition to the
Regime. In an appendix, we shall see how the "coutume de la ronce" loses its meaning, retaining only its symbolic
representation, money.
Citer ce document / Cite this document :
Bonnain-Moerdyk Rolande, Moerdyk Donald. À propos du charivari : discours bourgeois et coutumes populaires. In: Annales.
Économies, Sociétés, Civilisations. 32e année, N. 2, 1977. pp. 381-398.
doi : 10.3406/ahess.1977.293823
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1977_num_32_2_293823PROPOS DU CHARIVARI
DISCOURS BOURGEOIS ET COUTUMES POPULAIRES
Si ses grandes époques la culture populaire pu non seulement se montrer mais
aussi se dire elle été réduite en des temps moins heureux se pen
dant que des observateurs extérieurs se chargeaient de la décrire et de dire ce elle
signifiait Réduite se montrer cette réduction doit être entendue non pas au
sens figuré comme une opération intellectuelle mais au sens le plus littéral comme sou
mission et diminution dans la société comme ségrégation dans espace et restriction
dans le temps La réduction intellectuelle viendra mais comme simple reflet de cette
réduction de fait Un dossier intitulé Charivaris tenu au siècle dernier par adminis
tration départementale des Hautes-Pyrénées permet de préciser le rapport entre les cou
tumes villageoises et ceux qui les observent Les sciences qui se donnent pour objet la
culture populaire élucidant jamais le rapport entre le dominateur qui décrit et qui juge
et le dominé qui apparaît et comparaît devant lui ne peuvent décrire un objet déjà
réduit Le discours administratif des autorités préfectorales fournit en ce sens le proto
type du de ces sciences du peuple et de ses traditions
Pourquoi étudie-t-on le folklore Pourquoi occuper du charivari ces deux
questions le monumental Manuel du folklore fran ais contemporain Arnold Van Gen
nep pour ne prendre un exemple ne donne aucune réponse la deuxième
cependant la préfecture des Hautes-Pyrénées aurait sans doute répondu sans difficulté
elle était occupée du charivari parce il avait eu des plaintes son sujet ordre
public avait été troublé des intérêts avaient été lésés Comment ce fait a-t-il été trans
formé en fait folklorique Par un processus de réduction le charivari doit être abord en fait divers en résidu tombant en dehors de la vie politique et
économique et ensuite en survivance Folklorique un fait ne menace plus pouvoir et
avoirs ainsi neutralisé il devient inintelligible tout en restant un fait tout en restant
significatif un signifiant sans signifié ayant perdu son signifié donc ayant eu un signi
fié dans le passé
Si le fait folklorique une signification est parce il eu une action Mais in
terrogation du savant portera toujours sur la signification et jamais sur action
Pourquoi Les raisons de action sont pourtant évidentes tous les intéressés Là où il
évidence on pas besoin de savants Tant que les raisons seront évidentes la parole
sera non pas au savant mais au préfet force devra rester la loi Ce ne sera après
action quand autorité de la loi ne sera plus contestée quand on ne saura plus
381 FORMES DE LA TE
pourquoi acte avait été accompli ni quels intérêts étaient en jeu que le savant homme
qui ne sait plus pourra poser sur les vestiges de action son regard désintéressé
Son regard portant sur les formes le savant sera formaliste il étudiera acte vidé de
son contenu concret dépouillé de son contexte matériel ce ne sera plus que la trace de
action Trace significative les autorités ne ont-elles pas certifié donc signe mais
signe incompris relevant un code oublié et est dans le passé de la forme que le
savant cherchera le secret Le vestige sera traité comme signe un ensemble passé. de
signes et est sur cet ensemble formel et non pas sur le tout concret est action que
porteront les études de structure et même de fonction
Comment le savant reconstitue-t-il son ensemble perdu En considérant toujours
comme neutre comme allant de soi la relation de domination établie entre celui qui
décrit et celui qui est décrit Ainsi anodin folkloriste poursuivra-t-il en les modifiant
mais sans en critiquer le fond les études militantes des théologiens sur le paganisme et
celles des philosophes sur ignorance et obscurantisme les premières études de folklore
intituleront Enquiries into Vulgar and Common Errors et Traité des Superstitions
Et ethnologie Science du peuple et des peuples elle reprend tranquillement et
poursuit les travaux des folkloristes avec cette différence que le rapport de domination
étant encore affermi et apparaissant désormais presque comme un fait naturel le
regard ethnologique est même plus attendri comme le fut celui du folkloriste et pu
se faire encore plus abstrait plus objectif Sa raison affronte encore plus sereinement
des pratiques qui délestées de leurs raisons lui apparaissent comme non raisonnées et
dont hui on applique reconstituer non pas les raisons mais le raisonnement
Sous-jacentes tout ce discours traditionnel deux métaphores conjuguées celle de
enfance et celle de habitude Les faits étudiés ne sont que significatifs et ne signifient
que par leur lien avec ce que on faisait autrefois La vérité du présent se trouve dans
le passé et le passé reconstitué suffit expliquer le présent Le peuple des traditions
populaires ne peut être compris travers un état enfance dans lequel il est resté
plongé prisonnier des habitudes il aurait contractées La tradition dès elle est
populaire est une fixité absolue et en quelque sorte freudienne Ainsi le peuple avec
les femmes et les colonisés est-il un attardé un sous-développé il pas encore atteint
âge de raison et doit subir la raison des adultes leur savoir leur science Ces méta
phores donnent ethnologie au folklorisme une curieuse lucidité le rapport de domi
nation qui les lie leur objet est bien dit mais métaphoriquement et implicitement il
est jamais explicité voire conceptualisé
Pour nous écarter de cette vénérable tradition nous avons choisi utiliser le concept
de coutume mais au sens que lui donnent les juristes qui opposent au droit écrit et
non pas au sens que lui ont donné tous ceux qui opposent la nature et en font ainsi
une forme de la culture Si le charivari est que signe il ne peut se situer ailleurs que
dans la sphère superstructurelle la culture populaire par analogie sans doute avec la
culture bourgeoise est traitée en superstructure fête et travail ne opposent que quand
avec le développement de économie monétaire le travail prend un caractère forcé rede
venant une sorte esclavage Nous nous efforcerons aide du concept juridique de
remettre le charivari en rapport avec les intérêts en jeu est dans le contexte de la lutte
entre les communautés de droit coutumier et la nouvelle classe des individus se récla
mant du droit écrit il pourra être compris lutte entre villages réglés par la coutume
et les villes qui les enclavent dans leur réseau lutte entre le local et le national et en
dernier ressort entre communauté et capitalisme Le charivari loin être la figure idéale
que les ethnologues et les folkloristes ont construite est traversé et constitué par le conflit
de deux espaces et de deux temps deux fa ons organiser la terre les travaux et les
fêtes deux pouvoirs
Conservé aux Archives départementales des Hautes-Pyrénées le dossier 23 inti-
382 BONNAIN-MOERDYK MOERDYK LE CHARIVARI
tule Charivaris provient des services de la préfecture de Tarbes où il avait été ouvert
en 1831 Constitué par les plaintes des victimes et les réponses du secrétariat général il
été clos en 1896 Il rassemble cinquante-huit affaires et trois arrêtés préfectoraux dont le
premier daté du premier Germinal de An XII de la République signé du préfet Chazai
interdit ce désordre digne des anciens sauvages du pays et rappelle le respect dû au
mariage légitime contracté sous la protection spéciale de la société laïcisant les interdits
des parlements et des églises et les revêtant de habit de la Raison et du Contrat social
Le second du comte Milon de Mesme 20 septembre 1815) prohibe nouveau les
chansons indécentes et injurieuses pour certains habitants et souligne que dans
certains endroits on déjà poussé ces orgies sic jeter des pierres et des
immondices contre les maisons habitées par certains propriétaires action dont se sont
rendu coupables les jeunes gens et les militaires retirés Le dernier enfin 15 juillet
1864 proscrit impôt de la jeunesse les jeunes gens exigent titre de bienvenue une
source argent ou des présents en nature des veuves qui se remarient ou des étrangers
la commune qui se marient en gendre
Une seule pièce versée au dossier ne concerne pas directement les charivaris mais
reste intéressante par le rapprochement que auteur et la préfecture opèrent entre deux
manifestations populaires envoyée par le curé de Sost 20 février 1861) elle déclare le
charivari presque disparu pour demander interdiction du Carnaval et des mascarades
indécentes occasion de mille propos et gestes indécents que les masques se
permettent impunément. les orgies conséquences inévitables des collectes forcées que
les honnêtes familles subissent
Le nombre de pièces conservées pour chaque affaire varie considérablement de une
cinq le plus souvent dix-sept Lagarde 1831 Dans quelques cas est un
observateur du même village ou du village voisin qui intervient auprès du préfet par
solidarité de classe âge ou intérêt il peut faire partie de la parentèle de la victime
avoir été victime un charivari quelquefois il agit du maire du village concerné
inquiet des désordres qui se préparent ou de celui une commune proche affolé idée
une contagion possible Mais dans la grande majorité des cas est une plainte de la
victime qui entame la procédure immuable quant son déroulement le secrétariat
général répond la victime que la loi sera observée
Une lettre est envoyée au maire rappelant article 479 du Code pénal de 1810 et ses
obligations envers la tranquilité et ordre publics La réponse négligeante ou obéissante
du maire mais quelquefois il pas de réponse va grossir le dossier et détermine les
Suites que administration entend donner affaire
Nous nous trouvons donc devant un matériel qui traite des charivaris mais qui en
est pas une description objective de la part un observateur impartial essayant de être
ou tout au moins extérieur Ce est que par hasard au détour du récit des événements
que nous trouvons quelques détails concrets sur les circonstances et les acteurs du
désordre administration exige de comptes rendus détaillés que lorsque le conflit
aggrave et devient opposition déclarée la loi conflits avec les gendarmes ou la Garde
Nationale Alors le charivari et les victimes effacent devant le personnage central du
drame que devient le maire incarnant la fois ordre extérieur tat au nom de qui il
exerce un certain pouvoir et la communauté qui élu ce déplacement du rôle dra
matique ajoute un flou voulu dans le récit des causes du désordre si la victime est
volontiers prolixe sur le tapage les participants et les défaillances de autorité locale elle
reste très discrète sur les motifs qui inspirent une telle manifestation populaire et est
seulement la seconde ou troisième missive du maire que nous apprenons la cause du
chahut et pouvons reconstituer affaire En revanche la multiplicité des dossiers
permet de les éclairer les uns par les autres étude du charivari ou calhauari2 dans les
Hautes-Pyrénées mais aussi chalivali et chalibali suivant les plaintes du dossier forme
383 FORMES DE LA TE
rituelle et sonore hostilité suscité une abondante littérature ethnologique pendant les
années 1930-1940 pour être reprise ensuite dans une optique unifonctionnelle et matri
moniale et enfin renouvelée par la méthode historique et comparative menant une
typologie des charivaris Récemment une étude structuraliste des conduites de bruit au
Moyen Age tentait allier les méthodes historique et ethnologique Nous essayerons ici
de comparer les cas de nos dossiers avec le charivari coutumier sur le plan de la fonc
tion et de voir si certaines affaires ne sont pas susceptibles une interprétation complé
mentaire dépassant le cadre coutumier
Scénario acteurs et variations dramatiques
De manière habituelle la manifestation hostilité est mise en scène par la jeunesse
groupée et organisée est une de ses fonctions faire respecter les normes sociales
ceremonielles et locales la jeunesse étant en quelque sorte un des bras exécutifs de la
communauté rurale ou du quartier il agit une petite ville Le charivari ne doit
cesser que lorsque les contrevenants infractions économie matrimoniale la moralité
individuelle et communautaire reconnaissent leur faute en payant un impôt dont le
montant est destiné financer le repas auquel assistent les organisateurs était le paie
ment ou le non-paiement de amende qui décidait de la suite des opérations Dans
certains cas remariage homme battu) le charivari avait lieu au moins une fois et ne
cessait après versement du droit8 dans autres les futurs mariés pouvaient éviter le
tintamarre en versant la somme indiquée par les jeunes gens son montant donnait lieu
force marchandages entre les parents et les chefs de la jeunesse Dans autres cas
encore il était fait en réponse au non-paiement du droit de bienvenue ou de barrière pour
un mariage en gendre Selon les endroits et selon les périodes affaiblissement de la cou
tume et estimation variable de la gravité de offense) on passe une éventualité
autre Tous les charivaris domestiques entrent dans cette catégorie
Nous trouverons dans le dossier la plupart des cas classiques remariage un
veuf et une veuve Mun St-Lanne 1831 Sombrun 1841) mariage un veuf et une
jeune fille Vie Lagarde 1831 St-Savin 1834 Fréchou-Fréchet 1840 plus grave le
mariage une veuve avec un célibataire Montgaillard 1831) le cas un homme battu
par sa femme menacé une course âne et ne voulant pas exécuter Talazac 1831
Bours 1831 Bordères 1832 Nouilhan 1833 Estirac 1835 Rabastens 1835
Monbourguet 1836 Bordes 1841 Fréchou-Fréchet 1842) mariage en gendre où les
mariés ne veulent pas payer une amende exorbitante Calavanté 1832 Julos 1838)
Deux autres causes de charivari entrent pas dans ces catégories Orleix en 1836
les hommes mariés contre-chansonnent les jeunes gens qui ont abusé de la licence
verbale de Carnaval ceux-ci leur tour charivarisent les adultes tant pour se servir
un moyen de pression familier que pour réaffirmer leurs privilèges dans la commu
nauté privilèges reconnus par le maire dans sa réponse au préfet Larreùle en 1840
sont menacés un charivari ceux qui ne veulent pas participer de fa on active au
vacarme Dans les deux cas si formellement il bien charivari celui-ci est un
moyen de rétorsion particulièrement craint mais bref qui ne se répète pas ou qui cesse
dès que les victimes font amende honorable est-à-dire reconnaissent autorité de la
coutume et la toute puissance de la parole de la communauté
Dans la réalité le modèle est pas aussi strictement observé une simple lettre du
préfet mena ant les contrevenants du tribunal de simple police et amende suffit dans
onze cas de remariage calmer les esprits Juillan 1831 Tostat 1832 Orleix 1832
Sentous 1835 Madiran 1839 Talazac 1840 Fréchou-Fréchet 1840 Clarac 1840
Sombrun 1841 Vieille-Adour 1841 Anères 1862 et décourager la jeunesse Ici
expression force reste la loi prend tout son sens
384 BONNAIN-MOERDYK MOERDYK LE CHARIVARI
Le charivari classique se conformant aux descriptions que nous ont laissées les
folkloristes se déroule comme une comédie ou un ballet bien réglé et le lieu le temps et
le moment sont toujours les mêmes
Le lieu est le village lui-même et surtout espace privilégié situé en face de la
maison de la victime Place publique appartenant au peuple est aussi un espace dési
gnant clairement celui qui est adressé le vacarme Les charivarisseurs sont-ils dispersés
par la Garde Nationale est regret ils éloignent même alors ils ne quittent jamais
le village qui abrite la communauté Un charivari dans un cabaret est inconcevable ce
serait le réduire aux dimensions une querelle ivrognes alors que opération de justice
populaire il se veut besoin de approbation du soutien et de la participation des
autres membre de la communauté car est unanimité réelle ou supposée qui lui
donne sa force Cet espace est aussi espace transitoire entre espace public celui de la
communauté offensée et espace domestique de offenseur
Le temps du charivari est pas le temps de travail est en mai juin et juillet quand
le travail des champs presse que les manifestations sont les moins fréquentes huit cas
en tout dont un est dirigé contre instituteur Madiran 1835) et un autre pour ori
gine les hostilités entre les jeunes gens de deux communes voisines Siarrouy 1866 Par
contre au mois août quand la récolte et les foins sont faits quand les battages
occasion de boire du vin encore rare cette époque ont lieu les esprits échauffent
plus facilement époque est plus favorable Août est aussi le mois de nombreuses fêtes
locales On dénombre alors neuf vacarmes Bours 1831 Estirac 1835 Siarrouy 1840
Clarac 1840 Lanne 1841 Bordes 1841 Nestier 1876 Mauvezin 1895 Mais le
temps du charivari est par excellence janvier et février le temps du Carnaval est le
moment propice aux règlements de compte qui se font sous couvert de carnaval tout
est permis et les masques sont alibi de plus une vengeance individuelle ou collec
tive Carnaval est aussi dans le Sud-Ouest le temps des mariages quand oie est en
pot et le porc au saloir 10 On relève pour ce mois vingt-trois cas
Quant au moment est invariablement le soir et quelquefois le dimanche qui est
désigné pour les raisons que nous avons déjà exposées et sur lesquelles nous revien
drons Disons pour le moment que obscurité ne justifie pas entièrement le choix du
soir en promettant impunité vis-à-vis de la victime ou de autorité dans un village tout
le monde se connaît et le choix fréquent de après-midi du dimanche infirme cette inter
prétation
Deux groupes inégaux composent les protagonistes la les victiméis) dont seul état
civil ou la conduite domestique doit justifier le rôle et les jeunes gens auxquels le village
vient prêter main-forte en cas de résistance des premiers Le personnage de la victime ne
consiste pas en un rôle attribué de extérieur Coupable une action reprehensible et
séparée ainsi du reste de la collectivité la victime joue aussi son rôle de intérieur elle
isole dans sa maison ferme les volets barricade sa porte fournit en quelque sorte les
occasions que recherche la vindicte populaire pour se fortifier Même en cas de recours
autorité extérieure elle accepte de jouer sa part dans cette représentation elle-même
que donne la communauté
Les jeunes gens se masquent ou se déguisent pas toujours Les arguments du temps
de Carnaval ou de anonymat épuisent pas cette recherche une autre personnalité
différente de celle qui est prise dans le temps ordinaire de la société Le masque des
jeunes gens est le signe une justice populaire collective St-Savin 1834) derrière
laquelle individu efface en théorie Le déguisement en femme rappelle le temps
carnavalesque du renversement où tout paraît possible permis et explicite la liaison
chronologique et fonctionnelle observée entre le temps des charivaris et du Carnaval
action est pas moins ritualisée Précédant ouverture bruyante des hérauts dans
les cas bénins vont avertir les intéressés et négocier amende amiable échec des
385 FORMES DE LA TE
pourparlers déchaîne le vacarme Il faut croire que celui-ci était pas simplement
symbolique Les victimes parlent de affolement de leurs animaux domestiques de la
frayeur et des larmes des enfants des malaises des personnes âgées dus au tapage créé
par les multiples instruments réunis pour cette occasion instruments et ins
truments de travail sont utilisés conjointement pour obtenir le plus effets sonores
bramevaques clochettes des troupeaux 12 faux frappées par les pierres aiguiser mais
surtout chaudrons casseroles et lèchefrites rappellent par leur provenance le secteur
domestique la cause originelle de la manifestation Quelquefois le tambour municipal
est emprunté par les participants pour contribuer au vacarme dissonnant et collectif
qui matérialise la dissonance de la collectivité
exposition lieu aide de chansons obscènes faites pour occasion amplifiées
aide de porte-voix Tournay 1842 et après les lettres toujours en patois Celles-ci ne
donnent jamais leur contenu se contentant de signaler leur grossièreté 13 Quelquefois
aussi le délit explicite aide un faux tribunal où tous les rôles victimes justiciers
agents sociaux sont tenus par les jeunes gens 14 Les charrettes servent de scènes impro
visées et mobiles où action peut être mieux saisie on place un âne qui est censé
représenter le mari battu jamais le premier voisin remplacé la victime non consen
tante comme en Angleterre) ou les victimes en effigie 15
La résolution est en deux temps les inclinent reconnaissent leurs fautes
dans le cas une course âne ils acceptent figurer dans le cas un charivari pour
un remariage un mariage en gendre ou une absence de coopération la justice popu
laire on paie amende qui finance le repas où les jeunes gens figureront la communauté
réconciliée et réparée par la consommation de ce don symbolique St-Lanne en
1831 adjoint dénonce le maire qui assisté au repas de clôture et en offert le vin)
Tous les dossiers ne se conforment pas cette description pourtant transmise grosso
modo par des générations de folkloristes Un certain nombre éléments les éclairent
un jour différent Ce est pas la reconnaissance de la faute et le paiement de amende
il faut obtenir afin de réconcilier la communauté est expulsion physique du corps
qui dérange ordre communautaire ou son expulsion fonctionnelle est-à-dire la démis
sion du contrevenant afin de empêcher de continuer semer le trouble
offense la communauté peut être économique politique ou se produire dans les
rapports de accusé avec ses concitoyens au cours de ses fonctions Montgaillard le
remariage une veuve avec un habitant de la commune riche pharmacien-épicier
nommé Roques déchaîne un charivari que ne calme pas le paiement une somme de
cent francs La jalousie envers le marié fait que le charivari persiste Il semble ailleurs
être entretenu par les adultes aide de vin et argent Le cas permet de deviner les
conflits de classe qui se précisent entre cultivateurs et notables petits propriétaires
fonciers et commer ants qui enrichissent On comprend mieux alors la signification de
ces amendes trop élevées que on veut extorquer et qui seront ensuite dilapidées prix
une égalité factice momentanée mais nécessaire au fonctionnement de ces commu
nautés qui adaptent difficilement économie marchande
Dans autres cas le charivari est arme qui permet la communauté de se faire
justice contre un de ses membres qui mal utuisé les privilèges de ses fonctions Hitte
en 1832 les jeunes gens projettent de faire des bustes du maire occupant ses fonctions
depuis vingt ans et de sa femme Malgré les amendes ils persistent appuyant sur le
fait que le maire fait partir instituteur Autochtones et étrangers se retrouvent égalité
devant le bruyant traitement Bourrepaux en 1834 Madiran en 1835 est institu
teur qui est concerné Astugue en 1887 institutrice qui bat ses élèves est son tour
visée Le desservant irascible de Mauvezin en 1895 devient la cible des jeunes gens etc
Mais on trouve aussi des conflits plus graves où le charivari est une forme
derrière laquelle se lisent tous les qui bouleversent la communauté 16 Conflits de
386 BONNAIN-MOERDYK MOERDYK LE CHARIVARI
générations qui ne sont plus ou sont mal canalisés par les institutions les jeunes gens
contre-chansonnés Orleix réagissent très violemment cette atteinte leurs privilèges
et cette tentative amoindrissement de leurs fonctions conflits de classes entre pro
priétaires domestiques et bergers dans leurs lettres les plaignants qui se présentent
toujours travers leurs titres décorations offices impôts titre de propriété parlent
unanimement des charivarisseurs comme de la classe la plus abjecte de la commune
Galez 1837 Alors une hostilité permanente lie les deux villages de Talazac et de
Siarrouy et que les jeunes gens de ce dernier village sont protégés par leur maire celui de
Talazac prend la défense du charivarisé qui bien étant une autre commune est un
notable comme lui et il dénonce le maire et les jeunes gens Deux lettres rédigées en
termes identiques et de la même écriture proviennent de deux villages distants de six
kilomètres Orleix et Louit la seconde de 1837 est que la copie intégrale une lettre
écrite en 1836 par un nommé Davezils et qui bien que signée par un sieur Dominique
Gourgue est de la main du premier Il apparaît que la solidarité entre conspués est
surtout créée par la similitude des situations sociales les deux plaignants soulignant leur
état de propriétaire et de contribuable
On arrive enfin aux conflits concernant le partage du pouvoir entre le maire et
adjoint On déjà vu dans le cas de St-Lanne le maire dénoncé par son adjoint pour
avoir toléré un charivari fait des amis de ce dernier Si le maire est directement visé
comme Galez en 1837 par son prédécesseur qui monte les jeunes gens contre lui le
conflit peut aussi avoir lieu par personnes interposées vicaire instituteur comme
Sentous en 1840 Lanne en 1841 le plaignant fait une déposition sur la fa on dont
les élections de la Garde Nationale se sont déroulées Celles-ci ont été annulées et depuis
le maire paie des jeunes gens pour faire charivari au plaignant où importance de
écharpe tricolore et du tambour municipal après les lettres est semble-t-il une
circonstance aggravante que de en emparer mais ce sont aussi les deux emblèmes les
plus convoités par les charivarisseurs Oueilloux en 1837 le maire nie formellement
et avec la plus totale mauvaise foi que son fils ait trempé dans les désordres muni de
son echarpe il offre le témoignage de tout le conseil municipal et calomnie allègrement
le fils du pétitionnaire indiquant clairement par là une animosité personnelle et politique
entre le plaignant et le maire
La frontière qui sépare ces causes de celles décrites dans la première partie est pas
aussi nette que exposé requis Quelquefois la violence du Carnaval et du charivari est
détournée au profit un but politique Inversement Soulom en 1841 pour se venger
de ce que le maire ne lui pas délivré un certificat de bonne vie et urs Fran ois
Pêne charron dénonce un charivari soi-disant toléré par le maire alors il ne agit
que un banal chahut carnavalesque Monfaucon en 1840 occasion du remariage
un veuf Nami Duf our dit Berthet le charivari dévie de ce dernier sur le desservant
déviation encouragée fortement par le maire car le curé avait eu avec lui un différend
Autre fa on de déborder le mode ethnologique classique le dépassement du cadre
communautaire appel autorité légale la victime le maire ou un spectateur con
cerné une fa on ou une autre accepte pas le jugement populaire amende ou la
sommation expulsion et fait appel donnant au conflit une dimension nouvelle
Il plusieurs niveaux appel abord le maire il peut faire cesser le vacarme il
le juge bon et il est pas impliqué personnellement Il peut dissuader verbalement les
jeunes gens publier un arrêté rappelant article du Code pénal sur les tapages noc
turnes 17 verbaliser et dénoncer au tribunal de simple police faire intervenir la Garde
Nationale Si le maire entreprend rien alors est appel au préfet de la part de la vic
time Mais avant de voir il existe assez indications pour constituer une géographie et
une sociologie des plaintes au préfet arrêtons-nous sur le personnage du maire Sociale
ment est un personnage ambigu Depuis la Révolution de Juillet loi du 21 mars 1831)
387 FORMES DE LA TE
il est nouveau élu mais seulement par les censitaires de la commune ou par les plus
gros contribuables désignés en nombre au prorata des habitants si ceux-ci atteignent
pas le montant minimum de contributions directes exigé par la loi électorale Rien voir
avec les responsables chargés de veiller la bonne exécution des fonctions politiques
dans les communautés pyrénéennes par exemple Membre de la communauté tout
entière dont il partage les activités et les rituels il la protège contre inquisition des gen
darmes St-Lanne en 1831 il ne dénonce pas un coup de feu qui blessé un jeune
homme Il participe souvent au repas de fin de charivari Mais il est que élu des pro
priétaires des commer ants des professions libérales les plus riches adultes qui plus est
Il protège aussi sa place est dans cette dernière position il lâche le plus facile
ment la communauté et il dénonce lui-même au préfet le charivari ou un simple ras
semblement affublé pour la circonstance de étiquette infamante tout en demandant
autorité de ne pas révéler son rôle de délateur Bordères 1832 Le plus souvent il se
trouve paralysé par sa fausse position essaie de minimiser le conflit aux yeux des ins
tances extérieures et alors la victime adresse au préfet
En pla ant les plaintes sur un graphique dont ordonnée serait importance numé
rique des localités et abscisse les années on obtiendrait une répartition non significative
Seules trois plaintes émanent de localités dépassant 000 habitants Mais étaient-ce pas
des exceptions entre 1830 et 1850 où les 80 de la population rurale fran aise rési
daient dans des localités de moins de deux mille habitants Que les plaintes ne pro
viennent jamais des chefs-lieux arrondissement explique aisément par la proximité de
autorité préfectorale Vu le nombre relativement peu élevé de plaintes il est impossible
infirmer ou de confirmer hypothèse de Davis ls les courses âne seraient carac
téristiques des villes les charivaris de remariage des villages
Si on localise les plaintes par arrondissement arrondissement de Tarbes totalise
quarante-sept plaintes sur cinquante-huit affaires au total alors que arrondissement
Argelès en compte que cinq et celui de Bagnères six Encore faut-il noter que pour
Argeles les affaires sont plus graves comportant un maire blessé 1834) une vengeance
personnelle le maire étant cette fois dénoncé et une plainte du premier magistrat
une commune qui veut marier sa fille 1838 Par contre les plaintes de Bagnères sont
plus récentes une institutrice qui bat les enfants Astugue 1887) un desservant irascible
Mauvezin 1895 et deux remariages simples dans le canton éloigné de St-Laurent de
Neste Anères 1862 Nestier 1876) comme si les victimes étaient avisées très tardive
ment du recours possible auprès de autorité préfectorale alors que la coutume affai
blissait pour les particuliers mais resurgissait vigoureusement lorsque le conflit prenait
un aspect plus politique Le conflit avec institutrice est en pleine querelle scolaire entre
laïques et cléricaux propos du desservant de Mauvezain le maire prévient le préfet
des actions discrètes mais anti-républicaines de la victime
Serait-ce parce que les localités de arrondissement de Tarbes sont plus proches de
autorité préfectorale que les plaintes sont plus nombreuses Si on considère le canton
de Tarbes et si on admet il agissait une coutume courante dix villages sur trente-
cinq font appel au préfet est un chiffre élevé alors que dans le canton de Trie sur
vingt-deux villages une seule plainte est enregistrée La limite de juridiction appel doit
jouer également mais aussi la proximité de la grande ville La montagne est trop
éloignée les communications sont beaucoup plus difficiles et plus lentes et dans le cas
un charivari il faut avoir un résultat rapide Ainsi sept des onze communes du canton
de Maubourguet se plaignent Maubourguet est situé sur la grand-route entre Bordeaux
et Tarbes alors que le canton de Rabastens plus écart offre que quatre plaintes
pour vingt-quatre villages Enfin après les chiffres on peut opposer les villages de la
plaine et des coteaux ceux de la montagne dans ces derniers on imagine pas une
instance appel au jugement populaire alors que pour les autres le recours échelon
388 BONNAIN-MOERDYK MOERDYK LE CHARIVARI
supérieur de autorité ne se heurtait pas aux mentalités traditionnelles et isolationnistes
pyrénéennes
Ces trois séries de facteurs semblent jouer conjointement plus on est près de auto
rité administrative plus on recours plus on est près des fonctionnaires de la loi plus
la coutume recule On retrouve la répartition spatiale des mentalités ordonnée par la
distance par rapport la ville Dans les lettres elles-mêmes rédigées en double exem
plaire et sur papier timbré les victimes réclament unanimement le secours des lois
identifiant ainsi la classe bourgeoise dont leurs intérêts leur semblent proches Et
est toujours le même processus 19 qui est mis en branle Il ensuit un petit ballet de
lettres auquel vient mettre fin un dénouement judiciaire avec une lettre au Procureur du
Roi la comparution au tribunal de simple police et les amendes Si les lettres du préfet
au maire restent sans effet la victime se plaint nouveau et on recommence le cycle de
correspondance mais un niveau de gravité plus élevé Ce est plus alors une comédie
de village même si le début ressemble puisque on peut arriver une destitution du
maire et de adjoint Lagarde 1831 et une nomination office sur un choix proposé
par la communauté voisine Andrest) hostile institutionnellement Lagarde
De son côté la communauté exaspérée multiplie les manifestations jette des pierres
et des immondices ose des tentatives effraction agresse les gendarmes envoyés par le
préfet délivre les prisonniers etc Le conflit peut gagner les communes voisines 20
action étend tout ce qui menace le village et le conflit interne quelle que soit sa
nature morale ou politique se transforme dans la perception des gens du village en un
conflit territorial est intégrité du territoire il faut défendre qui rend alors très
lisible la fonction de la jeunesse21 Aussi et ce est pas rare le conflit se termine avec
un blessé ou un mort Talazac 1831 Cavalcante 1831 St-Lanne 1831 St-Savin
1834 Campan 1825 St-Savin 1827 Devèze 1841 Castelbajac 1841 La violence
tombe alors un coup on ne pense plus se protéger de enquête judiciaire 22
Histoire et coutume
histoire de la répression des charivaris est une longue histoire Elle reflète assez
bien importance de institution et une partie de son sens
Nous ne rappellerons pas ici tous les arrêts des synodes et conciles qui sont les
formes les plus anciennes interdiction de la coutume Renvoyons au Traité des super
stitions de abbé Thiers 23 qui en offre un aper assez complet pour xiyc xve et
xvie siècles glise est toujours opposée ces manifestations bruyantes même si son
attitude égard des remariages pu quelquefois prêter confusion24 glise
opposait tandis que les nobles et le peuple amusaient25 car elle voyait que des
superstitions est-à-dire la forme une coutume antérieure la doctrine chrétienne
dont le sens était perdu dans ancienne Rome interdiction aux veuves de se remarier
année de leur veuvage mais qui conservait ses yeux une origine païenne donc sus
pecte méritant quelquefois excommunication et montrait dans tous les cas une autorité
qui était pas la sienne
Vers le xvne siècle les Parlements prennent la relève et rendent des arrêts très sévères
la suite des désordres entraînent les charivaris Les amendes sont si élevées le Parle
ment de Toulouse en fixait 000 livres que Blade se demande juste titre si elles ont
jamais été exigées Sous Ancien Régime le charivari était considéré comme un cas
royal Citons Lalou Les affaires relatives des charivaris constituaient des cas royaux
est-à-dire des causes que seule pouvait connaître le juridiction royale alors même que
le défendeur après son domicile et selon les principes généraux de la compétence
serait le justifiable un seigneur Les motifs pour lesquels les charivaris constituent des
389