13 pages
Français

Analyse du vieillissement dans les aires d'influence urbaine en Wallonie - article ; n°2 ; vol.5, pg 403-414

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Espace, populations, sociétés - Année 1987 - Volume 5 - Numéro 2 - Pages 403-414
Cet article étudie d'abord les modifications récentes de la structure par âge des régions linguistiques belges et propose une typologie des situations de vieillissement démographique des régions internes de Wallonie lors du recensement de 1981. Il entreprend ensuite une analyse explicative de perspectives visant à dégager les mécanismes démographiques de l'évolution de la structure par âge en Wallonie et à mesurer leurs effets à moyen et long termes.
An analysis of ageing in urban areas of Walloonia.
The paper first examines the recent changes of the age structure of the Belgian linguistic regions and proposes a typology of demographic ageing in the internal regions of Walloonia at the 1981 census. It then undertakes an explanatory analysis of population projections so as to elucidate the demographic mechanisms of the evolution of the age structure in Walloonia and to estimate their effects at medium and long terms.
12 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1987
Nombre de lectures 21
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Robert André
Pierre Guilmot
Analyse du vieillissement dans les aires d'influence urbaine en
Wallonie
In: Espace, populations, sociétés, 1987-2. Personnes âgées et vieillissement - Elderly people and ageing. pp. 403-
414.
Résumé
Cet article étudie d'abord les modifications récentes de la structure par âge des régions linguistiques belges et propose une
typologie des situations de vieillissement démographique des régions internes de Wallonie lors du recensement de 1981. Il
entreprend ensuite une analyse explicative de perspectives visant à dégager les mécanismes démographiques de l'évolution de
la structure par âge en Wallonie et à mesurer leurs effets à moyen et long termes.
Abstract
An analysis of ageing in urban areas of Walloonia.
The paper first examines the recent changes of the age structure of the Belgian linguistic regions and proposes a typology of
demographic ageing in the internal regions of Walloonia at the 1981 census. It then undertakes an explanatory analysis of
population projections so as to elucidate the demographic mechanisms of the evolution of the age structure in Walloonia and to
estimate their effects at medium and long terms.
Citer ce document / Cite this document :
André Robert, Guilmot Pierre. Analyse du vieillissement dans les aires d'influence urbaine en Wallonie. In: Espace, populations,
sociétés, 1987-2. Personnes âgées et - Elderly people and ageing. pp. 403-414.
doi : 10.3406/espos.1987.1212
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/espos_0755-7809_1987_num_5_2_1212Robert Centre de Démographie ANDRE
Université Libre de Bruxelles Pierre
44, avenue Jeanne
B - K)50 Bruxelles
Belgique
Analyse du vieillissement
dans les aires
d'influence urbaine en Wallonie
tion précise des quatorze régions internes
retenues ici (carte n° 1>. Qu'il nous suffise
d'indiquer que le sigle définissant chaque
région signak la ville principale qui la pola
rise : Arlon (A); Bruxelles (Bl et B2); Char-
leroi (Cl, C2 et C3); liège (L*, L2 et L3);
Mons (M); Namur (NI et N2); Tournai (T>
administratif Libre base cette urbains. synthèse mars les Dans au de province cadre par la Centre publications projections Wallonie les des recherche 1981 géographique de cet Le du Bruxelles zones données (2) de et article, lecteur vieillissement de Démographie mais tel et citées démographiques résultats est d'influence de l'arrondissement des du intéressé (1). nous d'avoir ses non en recensement régions Une note inédits pas présentons démographique de choisi trouvera originalité (3) un des l'Université internes constituées pour la territoire calculées comme centres du ou 2006 dans une sur 1er de la et Venders (V). Cette étude précise aussi la
situation de la Wallonie dans le cadre génér
al de la Belgique et des grandes régions li
nguistiques et tente de dégager, par la
méthode des perspectives, l'influence des
composantes démographiques, c'est-à-dire
les causes démographiques de cette évolu
tion en Waltonie. *
EVOLUTION REGIONALE DU VIEILLISSEMENT EN BELGIQUE 196M9I1
II est classique de ranger la Belgique parmi un rajeunissement par la base de la pyra
les pays les pins doublement vieillis du mide des âges et qu'entre les recensements
monde, ce que confirme un indice de sénil de 1970 et 1981 , on constate un rajeunis
ité montrant que les personnes âgée» repré sement au sommet de cette pyramide.
sentent numériquement les deux tiers dés Cependant, l'évolution au efeùrs <fcs. pres
personnes jeunes. Il n'empêche qu'un exa que vingt ans qui séparent les recensements
men superficiel des données du tableau de 1961 et 1981 se solde par une hausse du
n° 1 révèle la complexité de l'évolution- pourcentage des gens âgés et par une baisse
récente de ce processus puisqu'entre les du des individus jeunes, c'est-
recensements de 1961 et 1970, on observe à-dire par un double vieillissement de la 404
population de la Belgique. Cette tendance sement bruxellois puisque les personnes
se traduit par une hausse de l'indice de séni âgées sont presqu' aussi nombreuses que les
lité qui s'intensifie même de 1970 à 1981, jeunes. Il n'empêche que le pourcentage du
malgré une diminution de l'importance groupe âgé de moins de vingt ans est plus
relative du groupe âgé. élevé en 1981 qu'en 1961, avec comme con
Il est tout aussi classique d'affirmer que la séquence que l'indice de sénilité est un peu
population de la Wallonie est doublement moins fort en 1981 qu'en 1961.
Entre le 31 décembre 1961 et le 1er mars vieillie par rapport à celle de la Flandre, ce
qui apparaît à chaque recensement, de 1961 1981, l'évolution de la structure des âges
à 1981 , à travers les statistiques du tableau apparaît assez confuse à cause de tendanc
n° 1 . Il n'empêche que l'indice de sénilité es contraires. Cette complexité s'explique
wallon est quasi le même en 1961 et en par une succession de perturbations, puis
1981, alors que l'indice flandrien a grandi de tendances : creux de natalité de la pre
fortement entre ces deux dates. Un tel cons mière guerre mondiale; reprise de natalité
tat amène à conclure que la tendance con du premier après-guerre; fléchissement des
duira à la disparition de la dualité naissances au cours de la crise économique
démographique linguistique de la Belgique. des années 30; creux de natalité de la
Il est encore classique de souligner que seconde guerre mondiale; reprise de la
Bruxelles-Capitale est la région la plus dou natalité du second après-guerre qui se pro
blement vieillie de Belgique, ce que le longe par une période d'assez forte fécon
tableau n° 1 met en évidence sur la base des dité et, enfin, chute de la fécondité après
statistiques des trois recensements qui mont 1963. Ces creux et ces vagues modèlent la
rent l'intensité exceptionnelle du pyramide des âges au cours du temps.
Tableau n° 1 : Evolution de la structure des âges des grandes régions linguistiques selon
les trois derniers recensements dans la population totale (deux sexes réunis).
Bruxelles-Capitale Wallonie (a) Flandre Belgique
1961 1970 1981 1961 1970 1981 1961 1970 1981 1961 1970 1981
Ages
(tous âges = 100,0)
60 et plus 21,9 22,1 22,3 19,7 20,4 16,1 17,5 19,1 17,5 17,9 19,0 18,6
54,5 52,4 53,6 49,4 52,7 49,8 20 à 59 51,3 51,3 53,7 51,6 49,9 53,4
23,6 24,1 30,2 32,7 Oà 19 25,5 29,0 28,2 32,6 28,8 30,5 31,1 28,0
Indice de
92,9 87,0 92,5 67,8 67,5 67,9 49,2 53,5 60,9 59,0 61,0 66,0 sénilité (b)
(a) Y compris la région de langue allemande.
(b) — : x 100
P. 0-19
STRUCTURE DES AGES DES REGIONS INTERNES DE WALLONIE EN 1981
En nous appuyant sur l'indice de sénilité lissement au sommet des régions de Wall
et l'âge médian, l'un mesurant le double onie est moins intense que celui observé à
vieillissement et l'autre dégageant le viei Bruxelles-Capitale et plus marqué, à
llissement total, nous avons réalisé une l'exception du Brabant wallon (Bl), que
typologie de la structure des âges de la celui de la Flandre. L'indice de remplace
population, deux sexes réunis, des régions ment, rapport entre les nombres d'adultes
internes de Wallonie au 1er mars 1981. Le jeunes et d'adultes âgés, donne une indi
tableau n° 2 met en évidence que le cation du degré de vieillissement interne du 405
groupe adulte; en 1981, il est partout supé rieur à la moyenne wallonne, dépassant
rieur à 100 puisque les plus jeunes, de 20 même la flandrienne. Ainsi dans
à 39 ans, bénéficient de l'apport numéri le type « double vieillissement moyen », on
que de la période de fécondité élevée sui distingue un sous-type B groupant Mons-
vant le second après-guerre et que les plus Borinage (M) et le Centre (C2), peu vieilli
âgés, de 40 à 59 ans, comprennent les géné au sommet et proche de la situation wal
rations nées pendant la crise économique lonne et un sous-type A, très vieilli au som
et le seuil de la seconde guerre mondiale. met et peu vieilli à la base. Géographi-
quement, la carte n° 1 dégage deux régions Le type «double vieillissement très pro
noncé» présente un indice de sénilité dépas plus doublement vieillies que la Wallonie,
sant 75 et un âge médian supérieur à 35,5 l'une s'étendant sur l'ensemble de l'aire
d'attraction liégeoise (Ll, L2 et L3) et ans, valeurs les plus hautes de la série wal
l'autre, au nord et à l'ouest du Hainaut, lonne qui correspondent à des pourcentages
élevés, de l'ordre de 20, de personnes âgées groupant les aires d'attraction de Mons (M)
(60 ans et plus) et à des de et de Tournai (T) ainsi que la partie occi
jeunes (0 à 19 ans), de l'ordre de 26, les plus dentale des aires de Bruxelles
faibles de la série régionale wallonne. Ce (B2) et de Charleroi (C2).
type s'observe dans l'Agglomération li Le type «double vieillissement sensible»
égeoise et périphérie (Ll) et en Hesbaye- qui concerne uniquement l'Agglomération
Condroz de Huy (L2), c'est-à-dire dans carolorégienne et périphérie (Cl) se défi
l'aire d'attraction liégeoise. Le type « dou nit par un indice de sénilité de 66,7, infé
ble vieillissement prononcé» se distingue rieur à celui de la Wallonie et supérieur à
par un indice de sénilité supérieur à 72 et celui de la Belgique, et par un âge médian
inférieur à 75, ainsi que par un âge médian de 34,23 ans, analogue à ceux de la Wallon
de 34,9 ans, valeurs au-dessus des moyenn ie (34,28 ans) et de la Belgique (34,25 ans).
es wallonnes. Le pourcentage de person Cette structure se traduit par 18,6 % de per
nes âgées est de l'ordre de 20 comme dans sonnes âgées, moins qu'en Wallonie mais
le type précédent, mais le pourcentage de autant qu'en Belgique, et par 27,9% de
jeunes, un rien moins qu'en Belgique jeunes, de 27,6 à 27,9, est un peu plus élevé
tout en restant inférieur à celui de la Wall (28,0%) et qu'en Wallonie (28,2%). On
onie. On se doit de noter aussi que l'âge peut considérer que la structure caroloré
médian masculin est du même ordre que gienne est fort proche de celles du Centre
dans le type précédent, mais que l'âge (C2) et de Mons-Borinage (M) dont elle se
médian féminin est plus faible. Le type sépare par un vieillissement au sommet plus
«double vieillissement prononcé» se ren faible compensé par un vieillissement du
contre dans la partie septentrionale du Hai- groupe des adultes plus marqué, puisque
l'indice de remplacement carolorégien naut, en Nord-Hainaut (B2) et dans le
Tournaisis (T). Le type «double vieilliss (1 14,8) est moins élevé que ceux du Centre
ement moyen» correspond à un indice de (C2) (116,6) et de Mons-Borinage (My
sénilité supérieur à 68 et inférieur à 70, au- (118,9). Le type «double vieillissement
dessus de celui de la Wallonie, et à un âge atténué» présente un indice de sénilité
variant de 62,1 à 64,1, donc très en dessous médian variant de 34,0 ans à 34,2 ans,
«niveau» un rien inférieur à celui de la de l'indice wallon mais très au-dessus de
Wallonie. Dans les régions industrielles du celui de la Flandre, et un âge médian
variant de 33,0 ans à 33,4 ans, très inférieur Centre (C2) et de Mons-Borinage (M), le
pourcentage de personnes âgées dépasse la à ceux de la Wallonie et de la Belgique.
D'une manière générale, le pourcentage de moyenne wallonne et celui des jeunes est
personnes âgées est faible, inférieur à la un rien inférieur ou égal à cette moyenne,
situation qui justifie le qualificatif de moyenne wallonne, alors que le pourcent
age de jeunes est élevé, supérieur aux «moyen». Dans le cas de l'Ardenne li
égeoise et Avant-pays (L3), le pourcentage moyennes belge et flandrienne.
Le sous-type B réunit la Lorraine belge (A), de personnes âgées est aussi élevé (20,3) que
l'Entre-Sambre-et-Meuse (C3), le Namu- dans les deux types les plus vieillis, mais
rois (NI) et l'Agglomération verviétoise- celui des jeunes (29,3) est nettement ,
.
.
.
n° 1 : Structure des âges des régions internes wallonnes au recensement du 1er mars 1981 (deux sexes réunis, sauf pour Page médian) Tqbleau
'Indice de 0- 19 ans 60 ans Age médian (b) Indice de
sénilité et + remplacement Région • (a) Deux sexes Hommes Femmes (c)
réunis

[92,5 22,3 24,1 37,52 34,49 40,63 115,9 Bruxelles Capitale
IfÇS IPfMKkQCé
Hesbaye ..'■'■' 26,7 77,1 20,6 35,59 33,71 38,19 113,1 . L2
et Condroz de Huy
Agglomération liégeoise . 75,2 19,6 26,1 35,76 33,48 38,61 110,5 Ll
et périphérie
75,2 à 77,1 19,6 à 20,6 26,1 à 26,7 35,6 à 35,8 33,$ à 33.7 38,2 à 38,6 110,5 à 113,1
"■ Double vieilttssemeat
prononcé
' 74,8 20,9 34,93 33,16 37,55 115,5 T Tournaisis 27,9
19,9 34,90 33,61 36,68 U7.4 B2 Nord-Hainaut v 72,1 27,$
72,1 à 74 j 19,9 à $0,9 27,6 à 27,9 34,9 33,2 à 33,6 36 j à 37,6 1 ISA à H7,4
DouMt viçUUssc went
moyeu
Sous-type Âr
' très vieilli au sommet
69,4 20,3 29,3 34,02 32,21 36,41 115,1 L3 Ardenne liégeoise
et Avant-pays
Sous-type B:
peu vieilli au sommet
69,8 19,4 27,8 32,31 34,16 36,52 118,9 M Mons-Borinage
68,3 28,2 36,07 C2 19,2 34,19 32,73 116,6 Centre
68,3 à 69,8 19X2 à 20,3 27,8 à 29,3 34,0 à 34,2 32,2 à 32,7 36,1 à 36,5 115,1 à 118,9 i

" 0 - 19 ans indice de 60 ans Age médian (b) Indice de
et + remplacement Région sénilité
Deux sexes Hommes Femmes .%. (a) (c)
réunis
67,9 19,1 28,2 34,28 32,55 36,51 116,4 Wallonie
Double vieillineneat
sensible
$6,7 18,6 27,9 34,2 32,5 36,5 114,8 Cl Agglomération çarolorégienne
et périphérie
66,0 34,25 32,73 36,04 118,1 18,6 28,0 Belgique J
DouMt vieiHiMrmf nt
atténué
Sous-type A:
plus vieilli au sommet
64,1 19,5 30,5 33,00 34,97 31,22 119,2 N2 Ardenne namuroise
et Avant-pays
- Sous-type B
peu vieilli au sommet
63,9 18,7 29*3 33,18 31,88 35,10 116,8 A Lorraine belge
63,7 35,21 123,4 29,0 33,31 31,59 NI Namurois 18,5.
62,4 30,4 31.47 18,9 33,25 35,31 116,0 C3 Entre-Sambre-et-Meuse
62..1 18,4 29,5 33,41 31,55 35,54 118,8 V Agglomération verviétoise
et Hautes-Fagnes
62,1 à 64,1 n,4à 19,5 29,0 à 30,5 33,0 à 33,4 31,2 à 31,9 35,0 à 35,5 116,0 à 123,4
v 60,9 17,5 28,8 33,74 32,54 35,00 119,4 Flandre \
Doublement jeune
$4,5 16,2 29,7 33,5 32,3 34,6 123,6 Bl Brabant wallon
P. 60 + P. 20-39 (a) ■'- ■■ •■, x 100 (b) Années et centièmes ou dixièmes. x 100 (c)
P. 0-19 P. 40-59 408
CARTE N° 1
STRUCTURE DES AGES AU 1er MARS 1981 (DEUX SEXES REUNIS)
A Lorraine belge
B) Brabant wallon
B2 Nord-Hainaut
Ci Agglomération carolorégienne et périphérie
Cj Centre
C3 Entre -Sam bre -et -Meuse
L| Agglomération liégeoise et périphérit
L2 Hesbaye et Condroz de Huy
L3 Ardenne liégeoise et Avant -pays Ardenne namuroise et Avant -tayt
M Mons - Borinsge Tournaisis
Ni Namurois Agglomération verviétoise et Hautes Fagnes
AGE MEDIAN AGE MEDIAN
INDICE (ANNEES ET DIXIEMES) INDICE DE SENILITE (ANNEES ET DIXIEMES) DE <* SENILITE
% 34,2 78,2 - 77,1 35,6 . 35,8 66,7
_ 64,1 33,0 - 33,4 34,9 62,1 72.1 . 743
34,0 - 34,2 54,5 33,5 68,3 - 69,8
Le type «doublement jeune» représenté Hautes-Fagnes (V). Le sous-type A com
prenant l'Ardenne namuroise et Avant- par le Brabant wallon (Bl) possède un
indice de sénilité très faible (54,5), inférieur pays (N2) se détache du précédent à cause
d'ailleurs à celui de la Flandre, et un âge d'un pourcentage plus élevé de personnes
médian de 33,47 ans aussi en dessous de celui âgées, dépassant la moyenne wallonne. On
de la Flandre. Le pourcentage de personpeut donc qualifier le sous-type A de «plus
nes âgées est le plus faible de la série walvieilli au sommet» et le sous-type B de
lonne et inférieur à celui de la Flandre, «peu vieilli au sommet». Ainsi, au sud de
tandis que le pourcentage de jeunes est l'axe Sambre-Meuse se dégage un ensemb
supérieur à la valeur flandrienne. Incontesle où, à l'exception de l' Ardenne liégeoise
tablement, il s'agit d'une structure doubleet Avant-pays (L3), la structure est moins
vieillie, l'indice de sénilité et l'âge médian ment jeune par rapport au pays, ce que
confirme d'ailleurs l'indice de remplaceétant inférieurs aux valeurs wallonnes
ment de 123,6 le plus élevé de Wallonie. (carte n° 1). 409
INFLUENCE DES FACTEURS DEMOGRAPHIQUES SUR L'EVOLUTION
DE LA STRUCTURE EN WALLONIE
La structure des âges varie en fonction des vie à la naissance (deux sexes réunis) de
naissances, des décès et des migrations qui 70,9 ans. Dans la projection n° 11, on
sont les causes démographiques de son évo envisage une baisse de la mortalité alignant
lution. En utilisant des perspectives à court la situation wallonne sur celle de la
et à moyen termes, tentons de préciser leurs Flandre occidentale 1972-1976 en 2001
effets sur la structure des populations de et sur celle de la Suède 1976-1980 en
la Wallonie et de ses régions internes. 2031; l'espérance de vie à la naissance
passerait de 70,9 ans en 1981 à 72,8 ans
en 2001, 73,3 ans en 2006 et 75,5 ans Effets de la baisse de la mortalité
en 2031 (tableau n° 3). En population feConsidérons deux projections en popula
tion fermée caractérisées par le maintien de rmée, il est clair que le double maintien
la faible fécondité observée en Wallonie en de la fécondité et de la mortalité se traduir
1978-1981, ce qui équivaut à un taux brut ait par une régression de la population
de reproduction de 808 pour 1.000, et qui wallonne puisque la faible fécondité pro
diffèrent par le comportement de la mortal voque une reconduction des générations
ité. Dans la projection n° 1, on suppose le avec déficit. On observerait la poursuite du
maintien de la mortalité 1972-1976 de la vieillissement à la base, mais sans vieilli
Wallonie représentée par une espérance de ssement au sommet de 1981 à 2006, lequel
Tableau n° 3: Evolution de la population de la Wallonie (deux sexes réunis).
Mesure des effets d'une baisse de la mortalité.
Population fermée et taux brut de reproduction de 808 p. 1.000.
1er 1er mars 1981 1er mars 2031 mars 2006
Projection Projection Projection Projection Recensement n° 1 n° 11 n° 1 n° 11
Espérance de vie
70,9 à la naissance 70,9 73,3 70,9 75,5
deux sexes
réunis
(années et dixièmes)
Ages
(tous âges
= 100,0)
60 ans et plus 19,1 18,6 19,3 25,7 28,5
20 à 59 ans 52,7 57,3 56,9 52,6 50,6
0 à 19 ans 28,2 24,1 23,8 21,7 20,9
Indices
34,3 39,2 39,6 42,1 43,8 Age médian
(années et
dixièmes)
Sénilité (a) 67,9 77,2 81,3 118,0 136,9
116,4 90,0 89,3 92,8 91,4 Remplacement (b)
Population 3.221 3.057 3.102 2.712 2.861
100,0 94,9 96,3 84,2 (en milliers) 88,8
P. 60 + xlOO (a)
P. 0-19
P. 20-39 xlOO (b)
P. 40-59 410
réapparaîtrait de 2006 à 203 1 . En effet, les Effets des variations de la fécondité
classes creuses nées pendant la crise écono Considérons trois projections en popula
mique et la seconde guerre mondiale tion fermée caractérisées par une baisse de
seraient en 2006 dans le groupe des person la mortalité faisant varier l'espérance de vie
nes âgées de 60 ans et plus, alors que les à la naissance de 70,9 ans en 1981 à 73,3
classes fortes nées de 1945 à 1965 y rentre ans en 2006 et à 75,5 ans en 2031, qui dif
raient ensuite, accentuant donc le vieilli fèrent par le comportement de la fécondité.
Dans la projection n° 11 on suppose le ssement au sommet. Si nous comparons les
résultats des projections n° 1 et n° 11, on maintien de la fécondité observée en Wall
note que la baisse de la mortalité se traduir onie en 1978-1981, ce qui correspond à un
ait par un vieillissement au sommet de taux brut de reproduction de 808 pour
1000. Dans la projection n° 10, on envisage 1981 à 2006 et que cette influence s'accen
tuerait de 2006 à 2031 . On constate encore une augmentation de la fécondité qui
que la baisse de la mortalité renforce aussi rejoint la situation wallonne de 1970-1971,
le vieillissement par la base. Dès lors, indi c'est-à-dire un taux brut de reproduction
scutablement, la baisse prévisible de la mort de 1 1 17 pour 1000, en 2001 et s'y stabilise
alité est un facteur de double vieilliss jusqu'en 2031 . Dans la projection n° 9, on
ement. L'indice de sénilité est plus élevé retient l'hypothèse d'une diminution de la
dans la projection n° 1 1 que dans la pro fécondité atteignant en 2001 un taux brut
jection n° 1 et l'indice de remplacement y de reproduction de 683 pour 1000, repré
est plus faible. Ajoutons encore que les sentatif de la République Fédérale All
gains liés à la baisse de la mortalité ne par emande en 1977-1980, et s'y maintenant
viennent pas à compenser les pertes dues jusqu'en 2031 (tableau n° 4). Les résultats
à la faiblesse de la fécondité. sont très clairs : la comparaison des projec-
Tableau n° 4: Evolution de la population de la Wallonie (deux sexes réunis). Mesure
des effets d'une baisse et d'une hausse de la fécondité.
Population fermée et baisse de la mortalité (espérance de vie à la naissance passant de
70,9 ans en 1981 à 73,3 ans en 2006 et 75,5 ans en 2031).
1" mars 1981 " mars 2006 " mars 2031 1 1
Projection Projection Projection Projection Recensement Projection n° 10 Projection n° 10 n° 11 n° 9 n° 11 n°9
Taux brut
de reproduction
808 683 808 1.117 1.117 (p. 1.000) 683 808
Ages
(tous âges = 100,0)
60 ans et plus 19,1 19,8 19,3 18,3 30,8 28,5 23,6
20 à 59 ans 52,7 58,1 56,9 53,9 51,3 50,6 48,7
28,2 22,1 23,8 27,8 17,9 20,9 27,7 0 à 19 ans
Indices
34,3 40,3 37,7 43,8 Age médian 39,6 46,6 36,9
(années et dixièmes)
67,9 89,5 81,3 65,8 171,8 136,9 85,1 Sénilité (a)
116,4 89,3 89,3 89,3 81,3 91,4 117,3 Remplacement (b)
3.221 3.035 3.102 3.277 2.651 2.861 Population 3.459
100,0 94,2 96,3 101,7 82,3 88,8 107,4 (en milliers)
P. 60 + x 100 (a)
P. 0-19
(b)P-2°-39xioo
P. 40-59 411
tions n° 1 1 et n° 9 montre que la baisse de à rebours montre que la chute de fécondité
la fécondité accentue le double vieilliss observée en Wallonie de 1970-1971 à
ement, qui serait en Wallonie déjà très sen 1979-1982 a eu comme effet indiscutable
sible en 2006 et plus prononcé encore en d'accentuer la tendance au double vieilli
2031, ce que soulignent la hausse de l'indice ssement résultant de la baisse de la mort
de sénilité et la chute de l'indice de rem alité.
placement; la comparaison des projections
n° 1 1 et n° 10 dégage que la reprise de la Effets des variations de la migration nette
fécondité provoquerait au contraire un Considérons trois projections caractérisées
double rajeunissement qui serait déjà très par le maintien de la fécondité wallonne
net en 2006 et s'amplifierait en 2031. En 1978-1981 correspondant à un taux brut de
population fermée, dans une situation de reproduction de 808 pour 1000 et par une
recul de la mortalité, l'augmentation de la baisse de la mortalité définie par une espé
fécondité parviendrait en Wallonie à inver rance de vie à la naissance passant de 70,9
ser la tendance à la régression démographiq ans en 1981 à 73,3 ans en 2006, et qui dif
ue, la population ayant grandi de 1981 à fèrent par le comportement de la migration
2006 sans vieillissement au sommet et avec nette. Dans la projection n° 1 1 , on retient
un indice de sénilité en baisse. Il n'empê l'hypothèse d'une population fermée, c'est-
che que malgré la hausse de la fécondité, à-dire d'une migration nette nulle à chaque
le vieillissement au sommet apparaîtrait de âge. Dans la projection n° 12, on suppose
2006 à 2031 et que l'indice de sénilité croî le maintien des taux wallons 1979-1982 de
trait en Wallonie. Enfin, la comparaison migration nette qui sont négatifs à tous les
Tableau n° 5 : Evolution de la population de la Wallonie (deux sexes réunis).
Mesure des effets d'une variation de la migration nette.
Maintien de la fécondité 1978-1981 (taux brut de reproduction de 808 pour 1.000) et
baisse de la mortalité (espérance de vie à la naissance passant de 70,9 ans en 1981 à
73,3 ans en 2006).
1er mars 1981 1er mars 2006
Projection n° 11 Projection n° 12 Projection n° 13 Recensement
... . Retour à
Population nette la mi«ration — Hypothèse migratoire
fermée iv/y 1979-1982 iy»z nette
1962-1970
Ages
(tous âges = 100,0)
60 ans et plus 19,1 19,3 20,3 19,3
20 à 59 ans 52,7 56,9 56,4 56,7
0 à 19 ans 28,2 23,8 23,3 24,0
Indices
Age médian 34,3 39,6 40,5 39,1
(années et dixièmes)
67,9 81,3 87,2 80,3 Sénilité (a)
Remplacement (b) 116,4 89,3 85,4 92,5
Population 3.221 3.102 2.898 3.039
100,0 96,3 90,0 94,4 (en milliers)
P. 60 + x 100 (a)
P. 0-19
(b)P-20-39xl00
P. 40-59