//img.uscri.be/pth/0a96d1e53f8d30459c60decc070a20bc97ec9c8c
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Aptitudes et Métiers. Orientation et Sélection professionelles. L'Apprentissage. - compte-rendu ; n°1 ; vol.29, pg 794-820

De
28 pages
L'année psychologique - Année 1928 - Volume 29 - Numéro 1 - Pages 794-820
27 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

d) Aptitudes et Métiers. Orientation et Sélection professionelles.
L'Apprentissage.
In: L'année psychologique. 1928 vol. 29. pp. 794-820.
Citer ce document / Cite this document :
d) Aptitudes et Métiers. Orientation et Sélection professionelles. L'Apprentissage. In: L'année psychologique. 1928 vol. 29. pp.
794-820.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1928_num_29_1_4894794 ANALYSES BÎBLIOGBAPHIQUES
turbatrices. Les résultats détaillés sont donnés de toutes les réponses^
verbales aux 100 mots inducteurs (comprenant, à des places défi
nies, les 20 mots révélateurs) et les temps de réaction, et des indica
tions sont fournies sur les différences, à de multiples points de vuer
des suspects et des innocents.
Les critères révélateurs (en particulier l'absence de réponse, ou la
réponse inhabituelle, la lenteur de réaction surtout aux mots cri
tiques, sauf chez un sujet présentant lé type inverse d'accélé
ration, etc.) ont isolé chaque fois un individu présumé coupable
lequel, sauf dans un cas, avoua son méfait.
La valeur pratique de la méthode apparaît donc bien réelle.
H. P.
1110. — EUGENE GELMA. — Le réflexe psyeïrogalvanique en
médecine légale. — Presse médicale, 25 août 1928, p. 1078-1079.
Relation d'une série d'observations montrant l'utilité de ce pro
cédé d'investigation qui révèle un mouvement émotif à l'occasion
d'une représentation mentale.
Un inculpé d'assassinat reste calme, alléguant l'amnésie. Or
l'épreuve de mots associés montre que l'absence d'émotivité est
affectée. En revanche chez un homme accusé d'incendie volontaire
ayant des attaques d'épilepsie, alléguant aussi l'amnésie, l'épreuve
confirme ses dires.
Un récidiviste, meurtrier d'un gendarme et simulant un délire
hallucinatoire, manifeste les réactions émotives normales.
L'auteur cite une petite bibliographie relative au réflexe, dans
laquelle je n'ai pas été peu surpris de voir que ce sont les travaux
français qu'il ignore (en particulier mes études dé 191 0-1 911 publiées-
dans les Annales Médico- psychologiques et la Revue de Psychiatrie) ï
H. P.
d) Aptitudes et Métiers. Orientation et Sélection professionnelles.
L' Apprentissage x
1111. — F. BAUMGARTEN. — Die Berufseignungprüfungen.
Theorie und Praxis (Examens psychotechniques d'ap'titudes profes
sionnelles. Théorie et pratique). — In-8° de 742 pages. Munich et
Berlin, Oldenburg, 1928.
Traité fondamental de sélection psychotechnique que B. vient
nous donner au moment où le besoin se fait sentir de soumettre à
un examen critique les résultats accumulés, les méthodes proposées.
Car la psychotechnique subit une évolution que la masse des prati
ciens ignore pour la plupart. C'est pourquoi B. a essayé de donner un
exposé historique, qui permettrait de suivre l'évolution des méthodes-
et des idées. Là réside l'originalité et le mérite principal de l'ouvrage :
1. Voir aussi les n<" [1066-1079]-1219-1244-1338. APPLICATIONS GÉNÉRALES liVOUSTßIEJLLES ET SOCIALES 795
c'est une revue historique et critique appuyée sur une documentat
ion remarquable et éclairée par un esprit critique avisé.
La première partie est consacrée aux questions générales. Après
un excellent historique qui montre les sources multiples de la sélec
tion psychotechnique, B. examine les principes essentiels sous-
jacents à la sélection psychotechnique : la notion des différences
individuelles, la question des aptitudes, du caractère, des goûts
professionnels, enfin les principales conceptions relatives à l'organi
sation des aptitudes et des fonctions mentales.
Dans le chapitre qui traite de l'étude psychologique des professions,
après avoir passé en revue les classifications imaginées par les divers
auteurs, B. propose une classification personnelle, en distinguant :
1° les métiers d'exécution (ouvriers, petits employés) ; 2° les métiers
où le travailleur façonne son œuvre avec quelque indépendance
(Gestaltende Berufe), modélistes, ouvriers d'art qui créent leurs
modèles, etc.) ; 3° les professions de direction ; 4° les professions
« d'influence » (instituteurs, juges, vendeurs, etc. dont l'action con
siste à exercer une action sur les autres hommes) ; 5° les
créatrices (savants, artistes, techniciens).
Le degré de variété et de régularité du travail, la matière sur
laquelle s'exerce l'activité du travailleur (êtres vivants, choses,
abstractions), la qualité des forces nécessaires (physiques-mentales)
fournissent les points de vue nécessaires pour des subdivisions plus
détaillées.
Les méthodes d'analyse du travail font l'objet d'un exposé très
complet, suivi d'un chapitre sur les procédés de sélection et sur les
principes de la méthode des tests.
La deuxième partie est consacrée à la revue des méthodes de sélec
tion psychotechnique pour les diverses professions : conducteurs de
tramways, chauffeurs, mécaniciens de locomotives, aviateurs,
apprentis, ouvriers d'usines, artisans, typographes, téléphonistes,
radio-télégraphistes, professions commerciales, employés de bureau,
dactylographes, sténographes, professions libérales, agents de pol
ice, métiers agricoles. Pour chacune de ces professions, on trouve
une revue très complète et détaillée des méthodes proposées par les
divers auteurs, et des résultats obtenus, depuis les premières r
echerches jusqu'aux méthodes les plus récentes.
Une imposante liste bibliographique complète cet ouvrage, qui
constitue un guide de tout premier ordre pour quiconque s'intéresse
aux questions psychotechniques. D. W.
1112. — N. D. LEVITOV. — La psychotechnique et l'aptitude
professionnelle. — In-8° de 264 pages. Moscou, 1928 (en russe).
Ce livre a son origine dans les conférences que l'auteur a eu l'occa
sion de faire devant des auditoires différents, sur les problèmes de
sélection et d'orientation professionnelles. C'est un utile manuel
où les travaux américains sont à l'honneur.
L'auteur traite successivement de la notion de l'aptitude profes
sionnelle, des méthodes d'analyse des professions et consacre quatre
chapitres à la question des tests, de leur élaboration statistique et
du contrôle de leur validité. Il examine ensuite la détermination de 7f6 ANALYSES BIBLIOGHAPHIQUES
l'intelligence, des aptitudes motrices, de l'aptitude technique et
des stimulants affectifs et volitionnels du travail. Enfin, il décrit les
méthodes de sélection, notamment pour les professions commerci
ales. D. W.
1113. — W. HISCHE. — Das Eignungsprinzip. Richtlinien der
psychologisch- menschen wirtschaftlicher Berufsberatung {Le prin
cipe de V aptitude professionnelle. Directives de V orientation profes
sionnelle basée sur une économie psychologique de la force humaine).
— Deutsche Psychologie, IV, 4, 1926, p. 263-302.
Ce petit fascicule contient un exposé d'ensemble du problème de
l'orientation professionnelle. L'auteur qui dirige l'Institut Psycho
logique de la Ville de Hanovre travaille à l'introduction des mé
thodes psychologiques en orientation professionnelle. D. W.
1114. — EMILIO MIRA. — Investigacion de las aptitudes que re-
çtuieren las diferentes trabajos {Recherche des requises par
les différents métiers). — Clasificacion de les trabajos profesionales
de acuerdo con las aptitudes que requieren para su buena ejecucion
{Classification des activités professionnelles d'après les aptitudes
requises pour leur bonne exécution). — Anales de la Seccion de
Orientacion profesional de la Escuela del Trabajo, 1, 1, 1928, p. 58-
11 et 77-98.
Enumeration de 123 métiers et 9 professions libérales, avec indi
cation en quelques lignes des caractéristiques, au point de vue de la
participation psychique requise (niveau mental), du type d'activité
intellectuelle (spatiale, verbale, abstraite ; et mixte ; verbo-spatiale-
verbo-abstraite, abstracto -spatiale), du tempérament convenable
(automatisables ou variables), et du type caractérologique (travaux
moteurs, ou percepto-associatifs, ou intégraux).
Et d'autre part, en envisageant chacune de ces catégories d'apti
tudes, les métiers correspondants se trouvent groupés en une classi
fication différentielle.
Il y a là un guide général qui permet à l'orienteur de s'orienter
lui-même dans la complexité des métiers. H. P.
1115. — X. — Travaux du Laboratoire Central pour l'étude des maladies
professionnelles dans les transports. Tome I : Le mécanicien de
locomotive et son aide. Sous la rédaction de M. LOUKHOMSKI
et M. TRAKHMANN, avec préface de SIEMACHKO.— In-8° de
381 p., Moscou, 1928.
Le Laboratoire Central des Transports a été créé en 1925 eh vue
de l'étude de toutes les professions dans les transports au point de
vue sanitaire, psychologique et physiologique ; il a pour mission
également l'orientation et la sélection professionnelle des travailleurs
des transports. Le Laboratoire comporte des sections d'hygiène, de
chimie et bactériologie, de physiologie, de psychologie, de diagnostic
fonctionnel et d'anthropométrie, et une polyclinique.
Toutes les sections ont contribué à l'étude de la profession du
mécanicien de, locomotive et du chauffeur ; les résultats des recherches
sont exposés dans les 28 études qui constituent la matière de ce pre
mier volume. GENERALES LXDUSTMELLES ET SOCIALES 797 APPLICATIONS
Relevons quelques travaux psychologiques. L'analyse psycholo
gique du travail du mécanicien effectué par A. Y. Kolodnaïa d'après
le schéma de Lipmann et ayant abouti à l'établissement de la liste
des aptitudes professionnelles : stabilité et étendue de l'attention,
mémoire topographique, intelligence technique, compréhension,
capacité de combinaison, compréhension de la construction et de la
marche de la machine, appréciation des vitesses, du mouvement,
rapidité et sûreté des réactions de choix.
L'auteur a appliqué à 300 mécaniciens des tests de sélection dont
le principal était un test synthétique dans une cabine de locomotive
transportée au laboratoire avec un tableau représentant la voie sur
laquelle apparaissaient des signaux lumineux. A l'aide d'autres tests
complémentaires furent établis des profils psychologiques. Le profil
moyen des mécaniciens qui ont été mêlés à des accidents sur les voies
se place au-dessous du profil moyen général ; les mécaniciens qui ont
donné les meilleurs résultats dans les tests se trouvaient à des postes
plus importants et avaient un avancement plus rapide.
M. S. Lebendinski examine l'influence des facteurs bio-sociaux
sur les résultats des tests : influence de l'âge (diminution des résul
tats des tests, alors qu'il y a augmentation de la valeur professionn
elle) ; influence de l'instruction, des conditions sociales, de l'alcoo
lisme (l'alcoolisme des parents diminue les résultats des tests), fr
équence des maladies mentales (plus grande parmi ceux qui avaient
donné de mauvais résultats dans les tests).
U. M. Novikof relate un essai de sélection psychotechnique des
apprentis par des tests collectifs et une enquête de validité sur une
trentaine d'apprentis. D. W.
1116. — G. E. SSOUKHAREWA et S. W. OSSIPOWA. —
Materialien zur Erforschung der Korrelationen zwischen den
Typen der Begabung und der Konstitution {Matériaux pour V étude
des corrélations entre les types d'aptitudes et la constitution psycho
physique). — Z. für g. N., C, 1926, p. 489-528.
Les auteurs se sont inspirés des travaux de Kretschmer. Ils ont
choisi 30 types constitutionnels bien tranchés d'enfants, dont 15 en
fants psychopathiques et 15 s'écartant peu des variations moyennes
normales. Ils les ont répartis en 4 groupes que voici :
1er groupe : 6 schizoides (psychopathiques) et fi introvertis ou
schizothymiques (pseudo-normaux).
2e groupe : 3 cycloïdes et 5 syn tones, instables et hypomaniaques.
3e : 2 épileptoïdes et 2 sthéniques.
4e groupe : 4 hystériques et 2 irritables.
Us ont étudié ces enfants à un double point de vue : a) examen
psychiatrique (état mental et moteur et examen caractérologique ) ;
b) examen pédagogique (rendement scolaire et social et aptitudes
spéciales).
En recherchant les corrélations de chaque groupe pris séparément
avec la constitution physique, les auteurs sont arrivés aux conclu
sions suivantes : 798 'analyses bibliographiques
1. Les aptitudes motrice,
technique,
graphique sont en corrélation
arec le typ« cyeloïde et synbone.
2. L'aptitude théâtrale avec le .type hystérique et instable*
3. Les aptitudes littéraire,
musicale,
graphique avec le type sehizoîde.
Il ne manque à ces résultats fort beaux qu'une confiriaatio» swr
•des faits suffisamment nombreux et assez bien étudiés. J. A.
1117. — C. LANDIS et L.W. PHELPS. — The prédiction from
photographs of success and of vocational aptitude (La du
succès et de Vaptitude professionnelle d'après des photographies). —
J. of exp. Ps., XI, 4, 1928, p. 313-324.
On a présenté à un grand nombre de sujets — non entraînés — des
photographies de personnes qui avaient été, vingt-cinq ans aupa
ravant, étudiants dans une université américaine. La publication
d'un annuaire d'anciens élèves avait permis de les suivre dans la vie
et ée les classer en deux groupes suivant leur succès plus ou moins
marqué dans la profession choisie. Les « juges » ont classé à leur tour
ees hommes d'après leur photographie en estimant leur degré de
succès et en indiquant leurs aptitudes professionnelles probables ;
ils étaient d'ailleurs invités à mesurer la certitude subjective de cha
cune de leurs appréciations. Tous ces jugements se sont montrés
-sans valeur appréciable ; il est vrai qu'il s'agissait 4e juges impro
visés ; mais où sont les techniciens de la physionomie qui seraient
capables de faire mieux ? P. G.
1118. — M. HALL. — Die Schriftbeurteüung als Methode der
Beruf sanslfise [L'appréciation de V écriture comme méthode de sélec
tion professionnelle). — Psychot. Z., Ill, 3, 1928, p. 65-81.
Etude touffue, mais consciencieuse où l'auteur cherche à examiner
en somme l'objectivité et la validité des 4iagaostics graphologiques.
Trente-quatre juges -— professeurs de cours commerciaux et per
sonnes de professions commerciales — chargés de désigner, d'après
les échantillons d'écriture émanant de 19 élèves de cours commerc
iaux, les 6 meilleurs candidats et les 6 moins aptes pour le commerce,
ont donné des accords assez satisfaisants dont H. montre le détail.
Les appréciations graphologiques ont donné d'autre part, avec la
valeur professionnelle des apprentis de commerce, appréciée par leurs
chefs qui remplissaient un questionnaire détaillé, des corrélations
allant de 0,27 à 0,71 pour les différents juges, dont l'un familiarisé avec
la graphologie, ayant, justement, fourni la corrélation la plus élevée.
Enfin, une graphologue professionnelle a fourni un classement d'une
corrélation de 0,86 avec le classement professionnel.
H. conclut à l'utilisation possible de la graphologie pour la sélec
tion, du moins en ce qui concerne les professions commerciales,
D. W. APPLICATIONS GÉNÉRALES INDUSTRIELLES ET SOCIALES 799
1119. — L. R. GEISSLER. — Getting the job on to Paper [Le métier
mis en fiche). — Ind. Psych., Ill, 2, 1928, p. 52-58.
Modèle et discussion d'une fiche destinée à présenter une sorte de
monographie psycho-physiologique du métier permettant de se
rendre compte commodément si le travailleur proposé est physique
ment et mentalement équipé pour ce métier. M. L.
1120. — K. MARBE. — Psychoteehnische und faktische Eignung
[Aptitude psychotechnique et aptitude effective). — Ind. Psychot.
V, 1, 1928, p. 16-20.
Par aptitude psychotechnique, M. entend l'aptitude qui se révèle
<dans les tests ; l'aptitude effective c'est la capacité réelle du sujet
-dont il fait preuve dans l'exereice de la profession. Celle-ci repose sur
-celle-là, mais fait intervenir, en outre, des connaissances et l'expé
rience acquise. L'aptitude psychotechnique décroît avec l'âge, dès
l'âge de 20 ans pour certaines fonctions, alors que l'aptitude réelle
peut, au contraire, augmenter. D. W.
1121. — R. HUBBARD. — A measurement of meehanieal interests
[Mesure de l'intérêt pour la mécanique). — J. of genet. Ps.,
XXXV, 2, 192g, p. 229-254.
Dans quelle mesure l'intérêt de l'enfant pour les faits d'un domaine
déterminé permet-il de prédire ses chances de succès dans ce do
maine ? L'auteur s'est proposé d'étudier ce problème en ce qui con
cerne les aptitudes à la mécanique. Une liste de 186 mots a été dressée,
puis présentée à 100 élèves de la 7e classe (13 ans) d'une école supé
rieure. L'enfant devait accompagner chaque njot d'une appréciation :
plaisant, déplaisant, indifférent, inconnu. La comparaison des réponses
■avec l'habileté mécanique des su jets à l'atelier a permis de graduer les
intérêts d'après la fréquence avec laquelle ceux-ci se rencontrent chez
les meilleurs sujets. 63 mots de la liste préliminaire ont été retenus.
La constance du. test ainsi établi, évaluée par la formule de Brown-
Spearman, a été .de 0,87 pour le groupe de sujets considérés, de 0,76
■0,78 et 0,75 pour des groupes de contrôle. Après un an, la répétition
<le l'épreuve a donné une cohérence de 0,40.
Pour le premier groupe de 100 enfants, groupe sur lequel l'échelle
d'intérêts a été établie, la comparaison entre l'évaluation des intérêts
et celle de l'habileté mécanique a donné une corrélation de 0,64 ;
emtre les intérêts et une batterie de 3 tests d'aptitude mécanique on a
trouvé 0,57. Mais ces corrélations, beaucoup plus faibles sur les
groupes de contrôle, sont peu significatives et ne permettent pas de
conclure à la valeur prédictive de la détermination des intérêts pour la
réussite dans la mécanique. Par contre il semblerait que la combinai
son du questionnaire avec les tests d'aptitude est préférable à l'em
ploi des tests seulement.
Rapprochée des facteurs de milieu, l'appréciation des intérêts n'a
révélé aucune relation importante avec chacun des facteurs consi
dérés, laissant penser qu'aucun de ceux-ci n'influence spécialement
la formation des intérêts pour la mécanique. On n'a pas non plus
trouvé de différence marquée d'un âge à l'autre. Par contre l'éva
luation des intérêts comme celle des aptitudes mécaniques a donné 800
des résultats plus élevés, chez les étudiants d'université que sur les
élèves des écoles supérieures. A. B.-F.
1122. — M. I. HOGG. — Occupational Interests of Women (Les
intérêts professionnels féminins). — Pers. J., VI, 5, 1928, p. 331-337.
On se souvient (voir G. R., dans An. Ps., XXyiII, 726, 930),
d'un questionnaire professionnel établi par E. K. Strong où l'auteur
s'était efforcé de déterminer les goûts caractéristiques de chaque pro
fession en relevant, pour chaque rubrique, le pourcentage des ré
ponses. M. H. a repris cette même méthode avec des groupes profes
sionnels féminins : professeurs, auteurs, femmes d'affaire, ven
deuses, femmes d'intérieur et sténographes. On a trouvé, prenant
comme base les estimations des professeurs, que ces dernières coïnci
daient le plus avec celles des maîtresses de maison et des sténographes^
le moins avec celles des auteurs (l'empiétement des courbes de di
stribution les unes sur les autres étant respectivement de 52, 49 et
23). Quand on notait les estimations des professeurs en prenant
comme base chacun des groupes professionnels, on obtenait des em
piétements de même ordre.
Ces résultats confirmeraient ceux obtenus par Strong. Le pourcen
tage d'empiétement est cependant plus considérable qu'en ce qui
concerne les hommes. L'auteur suggère que joue peut-être dans ceci
le fait que les femmes sont trop récemment entrées dans les carrières
professionnelles pour les avoir choisies en connaissance de cause,
et renvoie à la génération suivante la plus nette stabilisation de
leurs intérêts véritables. M. L.
1123. — H. KELLNER. — Neun Jahre Prüferfahrungen in der
Berliner Metallindustrie (Neuf années d'expérience de sélection dans
l'industrie métallurgique de Berlin). — Ind. Psychot., V, 2, 1928,
p. 33-48.
Bon aperçu d'ensemble sur la sélection des apprentis dans les
usines métallurgiques de Berlin avec bref historique de la sélection
psychotechnique et quelques renseignements intéressants sur le
rendement de ces épreuves. Par un procédé ingénieux, l'auteur a
comparé grosso modo la production des apprentis sélectionnés à la
production hypothétique qu'on serait en droit d'attendre des ap
prentis non sélectionnés afin de chiffrer les bénéfices réalisés par
l'emploi des tests. Il semblerait que la qualité et la quantité du tra
vail aient été augmentées de 15 % en moyenne ce qui équivaudrait
à une économie de 300 marks-or par apprenti pour les quatre années
d'apprentissage. D. W.
1124. -^ A. HEILANDT. — Bewährungsuntersuchung von Ei
gnungsprüfungen in der AEG (Recherche sur la validité des examens
psychotechniques d'aptitude à la Société générale d'Electricité). —
Psychot. Z., III, 5, 1928, p. 152-155.
Cette enquête de contrôle porte sur 131 apprentis qui ont tous-
terminé leurs quatre années d'apprentissage. Leur valeur professionn
elle, soigneusement déterminée, — d'après les notes d'atelier au
cours de l'apprentissage, les notes de certificat de fin d'apprentissage GÉNÉRALES INDUSTRIELLES ET SOCIALES 801 APPLICATIONS
et les notes d'examen professionnel au grade de compagnonnage, —
a été comparée à la moyenne des notes obtenues dans les tests mo
teurs lors des examens d'entrée. Toutes les notes étaient données
sur une échelle de 5 points.
L'écart moyen entre les notes professionnelles et les notes psycho
techniques a été trouvé de 0,6 points. En l'absence de toute corré
lation on devrait s'attendre à un écart moyen de 1,2 points. D. W.
1125. — W. ENGÈLMANN. — Zar Psychologie des « ersten Blickes »
(Sur la psychologie du premier «coup d'œi7»). — Ind. Psychot., V,
10, 1928, p. 307-310.
Un jugement porté d'emblée, d'après le premier regard que l'on
jette sur un inconnu, a-t-il quelque valeur ? Dans le cas de 273 ap
prentis typographes, 20 seulement ont pu être jugés ainsi, dans l'e
space de 30 secondes, sur leur aptitude présumée peur le travail pro
fessionnel ; sur ces 20, il y eut 2 cas de désaccord avec les résul
tats des épreuves psychotechniques.
L'auteur en conclut qu'un jugement d'après le premier ccup d'oeil
est parfois possible. Oui, mais pas souvent, puisqu'à peine dans
1 % des cas ! . D. W.
1126. — C. v. KÙGELGEN. — Graphologie und Berufseignung
{Graphologie et aptitude à la profession). — Ind. Psychot., V, 10,
1928, p. 311.
Relation un peu sommaire d'une expérience de graphologie.
D'après leur écriture 48 apprentis typographes ont été cotés sur une
échelle de 5 degrés au point de vue de différentes qualités morales ;
dans 66 % des cas les notes seraient identiques à celles obtenues par
les mêmes sujets dans les tests de sélection qui ont porté sur l'habileté
manuelle et l'intelligence ; dans 21 % il y eut des différences d'un
degré, dans 13 % de deux degrés. D. W.
1127. — S. M. SHELLOW et W. J. Me CARTER. — Who is a
good Motorman ? (Qui est un bon chauffeur ?) — Pers. J., VI, 5,
1928, p. 338-343.
Le coefficient personnel de l'examinateur du candidat chauffeur
est toujours une manière de problème. On peut y remédier en instrui
sant au préalable avec soin l'examinateur, de ce qui distingue la
catégorie A (bonne) de la catégorie G (moyenne) et de la catégorie E
(mauvaise). Pour contrôler l'efficacité de cette instruction préalable
on a fait estimer le chauffeur par 6 examinateurs différents. Après
2 essais dont le deuxième fut satisfaisant, on a introduit, toujours
dans des conditions strictement déterminées — des catégories B et D.
D'autre part, chaque catégorie C, et E doit être accompagnée d'un
nombre indiquant l'erreur commise, nombre se trouvant en regard
du détail de l'erreur que l'instructeur trouve dans le manuel descript
if dont il est muni. On arrive ainsi à une concordance de jugements
nettement améliorée. M. L.
L'ANNÉE PSYCHOLOGIQUE. XXIX. 51 .
802 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
1128. — W. FORSTER. — A test for Drivers {Un test pour la sélec
tion des conducteurs). — Pers. J., VII, 3, 1928, p. 161-171.
Description d'une nouvelle modalité d'appareil pour la mesure
des temps de réaction de choix, test désormais classique en ce qui
concerne la sélection des wattmen.
Devant le sujet s'érige un tableau, divisé en trc is parties. Le sujet doit
réagir au moyen de 5 clefs dont les trois centrales (noires) corre
spondent aux 3 champs du tableau, les defs extrêmes étant blanches
à droite et rouge à gauche, 3 sortes d'instructions sont données :
1° Si 2 lumières de la même couleur apparaissent sur un même
champ, réagir avec la clef correspondant à ce champ. Si elles appa
raissent sur 2 champs différents, réagir avec les deux clefs correspon
dantes.
2° Quand une lumière blanche apparaît sur n'importe quel champ,
réagir au moyen de la clef blanche, en même temps qu'avec celle
du champ intéressé.
3° Quand le stimulus produit n'exige pas les précédentes réactions,
(quand les 2 lumières ne sont pas de la même cculeur, eu quand il
ne se produit pas de lumière blanche) appuyer à gauche sur la clef
rouge de réaction négative. .
Cet appareil permet la réponse à des situations approximative
ment aussi complexes que celles en présence desquelles sont mis les
conducteurs. Il a été expérimenté sur 1.000 cas, ce qui a permis un
premier étalonnage. Le facteur émotionnel peut être étudié, sans
introduction de phénomènes perturbateurs externes, par le fait que
les signaux ne disparaissent que par réaction exacte : le sujet est
à même de s'apercevoir qu'il se trompe et manifeste alors par ses
réactions son émotivité. La corrélation des résultats dans le test a
été étudiée avec ceux de l'Echelle jc d'intelligence générale. Un I. Q.
aux environs de 92 semblerait en général s'accorder avec les meilleurs
résultais du test de choix multiple. M. L.
1129. — J. M. LAHY. — La sélection psychotechnique des conduct
eurs de tramway et d'autobus. — B. I. P., XXVIII, 4-6, 1928,
p. 101-113.
Les techniciens connaissent tous l'ouvrage de L., qu'il a publié
sur la question après avoir réussi la difficile organisation d'un labo
ratoire psychotechnique à la Société parisienne des Transports en
commun, ouvrage dont il a été rendu compte ici-même (Cf. An. Ps.,
XXVII, p. 767). Mais il y a un intérêt toujours plus grand à diffuser
de façon plus succincte, moins uniquement technique, les principes
qui doivent servir de base aux organisations de ce genre, et les ré
sultats qu'on en peut attendre quand elles sont conduites avec la
rigueur scientifique désirable.
En présentant au grand public en une conférence remarquablement
nette, les principaux moyens employés par lui pour assurer une sélec
tion rigoureuse des conducteurs, et les premiers résultats matériels
acquis au bout de quelques mois d'application de sa méthode, L. a
fait un effort de propagande utile, qui permettra à tous ceux que ces
questions intéressent, mais qui n'ont pas le temps de recourir aux
ouvrages spéciaux, de prendre une idée générale de ces problèmes
dont l'importance sociale croît de jour en jour. ■ M. F.