Comment se justifie le PSE des entreprises du CAC

Comment se justifie le PSE des entreprises du CAC

-

Documents
3 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

ECONOMIE Comment justifier un Plan de Sauvegarde de l’Emploi quand une entreprise réalise des profits ? Quelques illustrations à partir des résultats des entreprises du CAC 40 Le club du CAC 40 a traversé la crise sans grandes innovantes en France selon le palmarès de l’Institut difficultés National de la Propriété Industrielle. Par ailleurs on remarque que ces dernières sont celles qui sont le Le profit réalisé par les 40 sociétés du CAC avoisine plus affectées par la conjoncture. les 45 milliards d’euros en 2009. Certes elles ont fait moins bien qu’en 2008 (baisse de 21%) mais la majori- té, soit 32 sociétés, a réalisé un bénéfice au moment Toutes les entreprises ne sont pas logées à la même même où la crise battait son plein. Douze d’entre elles enseigne se sont offert le luxe d’augmenter leurs bénéfices (de 44% en moyenne). Certaines ont tiré profit de la Les résultats et les ventes réalisées par les entreprises conjoncture actuelle en mettant en œuvre des stratégies du CAC montrent que certains secteurs s’en sortent plus au moins justifiables sur mieux que d’autres. Les La baisse des taux permet aux banques de se refinancer le plan éthique. On peut constructeurs d’automo-quasi-gratuitement relever trois catégories : biles et l’aéronautique Les banques peuvent se refinancer auprès de la BCE ou entre sont les deux secteurs  Les firmes qui ont profité elles. Dans la première option, elles payent un taux d’intérêt les plus affectés. Parmi de la ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 131
Langue Français
Signaler un problème
ECONOMIE
Comment justifier un Plan de Sauvegarde de l’Emploi quand une entreprise réalise des profits ? Quelques illustrations à partir des résultats des entreprises du CAC 40
Le club du CAC 40 a traversé la crise sans grandesinnovantes en France selon le palmarès de l’Institut difficultésNational de la Propriété Industrielle. Par ailleurs on remarque que ces dernières sont celles qui sont le Le profit réalisé par les 40 sociétés du CAC avoisine plus affectées par la conjoncture. les 45 milliards d’euros en 2009. Certes elles ont fait moins bien qu’en 2008 (baisse de 21%) mais la majori-té, soit 32 sociétés, a réalisé un bénéfice au moment Toutes les entreprises ne sont pas logées à la même même où la crise battait son plein. Douze d’entre elles enseigne se sont offert le luxe d’augmenter leurs bénéfices (de 44% en moyenne). Certaines ont tiré profit de laLes résultats et les ventes réalisées par les entreprises conjoncture actuelle en mettant en œuvre des stratégiesdu CAC montrent que certains secteurs s’en sortent plus au moins justifiables surmieux que d’autres. Les La baisse des taux permet aux banques de se refinancer le plan éthique. On peutconstructeurs d’automo-quasi-gratuitement relever trois catégories :biles et l’aéronautique Les banques peuvent se refinancer auprès de la BCE ou entre sont les deux secteurs Les firmes qui ont profité elles. Dans la première option, elles payent un taux d’intérêt les plus affectés. Parmi de la conjoncture actuelle appelé le taux directeur. Suite à la forte dégradation de la les huit sociétés dans le pour mettre en place un conjoncture économique, la BCE a diminué successivement son rouge entre 2008 et plan de réduction detaux directeur de 4,25% à 1% entre juillet 2008 (début de la 2009, deux sont des coûts malgré un résultatcrise) et décembre 2009. Le but étant d’arrêter l’hémorragie en constructeurs d’automo-stimulant l’activité économique par le crédit.positif depuis au moins biles (PSA et Renault) et deux ans. On peut citer à Quand les banques se prêtent entre elles, le taux d’intérêt est deux appartiennent au titre d’exemple la BNP, appelé le taux interbancaire qui est directement corrélé avec le secteur aéronautique le Crédit agricole, Sanofi taux directeur. On distingue le taux au jour le jour (EONIA) et le (Air France et EADS). ou PPR.taux de court terme (EURIBOR à 1 mois, à 3 mois, à 6 mois, Ces quatre groupes ont etc.). En conséquence de la baisse du taux de la BCE, l’EONIA Les firmes qui ont su tirer réalisé des pertes très dégringole de 4,3% en août 2008 à 0,34% en décembre profit des difficultés de significatives bien qu’ils 2009 et l’EURIBOR à 12 mois est passé de 5,32% à 1,24% leurs concurrents pour aient supprimé 14 200 entre les deux périodes (source : Banque de France). Actuelle-consolider leur part de ment, ces taux sont restés quasiment stables. Avec un taux d’in-emplois. marché. Treize firmes ontflation de 0,6% (taux mensuel en février 2010), le taux inter-C’est le secteur de la en effet réalisé une crois-bancaire actuel (EURIBOR à 1 mois en février) est négatif. Au-finance qui a tiré son tant dire que les banques se refinancent gratuitement, ce qui sance, essentiellement leur permet de consolider leurs marges.épingle du jeu. Non seu-externe, de leurs ventes lement les banques et notamment par le biais les assureurs ont réalisé de substantiels profits mais ils de fusions et acquisitions (Sanofi, EDF, BNP, Alstom, les ont augmentés en 2009. BNP, AXA ou Dexia ont Vivendi, etc.). plus que doublé leurs bénéfices en 2009 et le Crédit Les firmes qui ont mené une restructuration en antici-agricole a vu son profit augmenter de 10%. Seule la pant les futures sources de profits. On y trouve les Société Générale doit faire face à une diminution de entreprises à forte dynamique d’innovation comme son profit (-66%) tout en étant positif (678 millions). PSA, Renault, l’Oréal ou EADS. Ces dernières se pla-Mais il faut rappeler que les banques ont choisi de re-cent en haut du classement des entreprises les plus constituer leurs marges grâce à un refinancement très
Le Zoom, lettre d’information des représentants du personnelORSEU, CE SERVICES, EXPLICITEPage1
 N°11-Avril 2010
ECONOMIE Le Zoom, lettre d’information des représentants du per-sonnelComment justifier un Plan de Sauvegarde de l’Emploi quand une entreprise réalise des profits ? Quelques illustrations à partir des résultats des entreprises du CAC 40
reconstituer leurs marges grâce à un refinancement trèsEnsuite, l’investissement est pénalisé par les perspecti-bon marché (cf. encadré) au lieu de soutenir l’activitéves qui se dessinent. La diminution de l’investissement économique notamment celle des PME fragilisées par lapourrait être plus forte dans le cas où les entreprises crise. feraientle choix de reconstituer leur trésorerie en 2010, ce qui est le cas de plusieurs d’entre elles selon Les Echos de 11 mars. La tendance qui se dessine est en L’arbitrage entre les dividendes et l’investissementeffet à la reconstitution de la capacité d’endettement pour participer aux opérations de fusions & acquisitions En moyenne, l’indice du CAC a perdu 22% de sa va-qui promettent d’être dynamiques. Selon les analystes, leur entre début 2008 et fin 2009. Il y a donc incontes-ce secteur pourrait être le bénéficiaire de l’abondante tablement une contraction du capital boursier détenu liquidité bancaire. par les actionnaires. Afin de ne pas les pénaliser da-vantage, une grande majorité des entreprises ont fait le choix de garder constants les dividendes distribués Les salariés ne sont jamais à l’abri d’un PSE malgré en 2009. La masse des dividendes à distribuer par les les profits entreprises du CAC 40 est estimée à 35,5 milliards d’euros. Mais la politique de distribution de dividendesRéaliser des profits, distribuer des dividendes et en est différente selon les performances réalisées enmême temps licencier des salariés est aujourd’hui une 2009. Les entreprises qui ont réalisé des profits supplé-bien triste réalité. On le constate avec certaines entre-mentaires en 2009 ont augmenté les dividendes. C’estprises du CAC. Entre 2008 et 2009, pas moins de 17 le cas de BNP et AXA dont le dividende par action(1)plans sociaux ont été mis en place par les entreprises est passé de 38% à 50% (Les Echos du 11 mars 2010).du CAC, ce qui représente 24 182 postes supprimés. Les entreprises dont le profit est positif mais en diminu-Parmi ces entreprises, 11 étaient bénéficiaires en 2008 tion comme TOTAL, Michelin ou France Télécom, envisa-et en 2009. Plus de 8 800 emplois sont ainsi supprimés gent de maintenir stables leurs dividendes en 2009 etpar ces entreprises. de les augmenter en 2010. En revanche, celles qui sont Un PSE ne se justifie donc pas uniquement par le mon-en perte en 2009 ont généralement opté pour la dimi-tant du profit(2) réalisé mais aussi par le taux du pro-nution du dividende. fit. Ce ratio qu’on appelle le taux de rendement du L’investissement est ainsi le grand perdant. En effet, lacapital est souvent comparé à une norme ou à la capacité d’investissement des entreprises est double-moyenne du marché. L’actionnaire compare en effet le ment entravée. Tout d’abord par la politique de divi-taux de rendement entre les différents actifs que le dendes. En effet, la capacité d’investir constitue le rési-marché lui propose. Les actions des entreprises sont du du profit après distribution des dividendes. Elle estalors mises en concurrence entre elles et avec les autres en diminution puisque la masse des profits a diminué deactifs notamment financiers. Par ce jeu de concurrence 22% et que celle des dividendes est restée constante.sur le marché des actifs, les entreprises se trouvent sou-
(1)Le dividende par action correspond au taux de distribution: dividende/bénéfice par action. Sa hausse peut avoir un double signe: un signe positif aux actionnaires courtermistes et un signe négatif aux investisseurs (l’entreprise donne l’image de favori-ser l’actionnaire plutôt que l’investissement).(2) Il faut noter que le motif d’un PSE peut se faire valoir par l’optimisation sociale sur le même principe que l’optimisationfis-cale. Le Groupe peut en effet localiser des pertes au sein d’une filiale, ce qui justifie son PSE, en procédant à un transfert de coûts vers cette filiale.
ORSEU, CE SERVICES, EXPLICITELe Zoom, lettre d’information des représentants du personnelPage2
 N°11-Avril 2010
ECONOMIE Comment justifier un Plan de Sauvegarde de l’Emploi quand une entreprise réalise des profits ? Quelques illustrations à partir des résultats des entreprises du CAC 40
soumises à de fortes pressions sur leur rentabilité. Et cestions ont dans leurs mains quelques belles poignées de pressions sont plus fortes quand le taux de rendementsable. d’une entreprise s’écarte de la moyenne du marché.Les 11 entreprises du CAC 40 qui ont réalisé des pro-Djamel Messaoudi fits et ont mis en place un PSE ont toutes un taux de Jean Luc Bizeur rendement inférieur au seuil de 5% en 2009. Rétablir Jean Pierre Yonnet le rendement de l’action est donc une priorité pour el-les. C’est dans cette perspective que 8 des 11 entrepri-ses citées ont indiqué qu’elles augmenteront leur taux de rendement en 2010 en distribuant plus de dividen-des. Ces entreprises anticipent donc une plus grande marge de manœuvre grâce notamment aux économies de coûts générées par leur PSE.Dans une telle hypo-thèse, le PSE est utilisé comme un instrument visant à rétablir le taux de rendement de l’action et rendre celle-ci plus attractive. C’est en cela qu’on doit com-prendre la justification financière des plans mis en place par certaines entreprises.Disons le clairement, cette politique du dividende est contre-productive, elle n’assure pas le développement de la compétitivité. D’abord, une entreprise ne construit pas l’avenir en distribuant des dividendes mais en in-vestissant dans l’innovation. Ensuite, quand l’avenir de l’entreprise n’est pas en jeu et qu’elle licencie des sala-riés cela relève d’une politique de court terme et de courte vue. Les licenciements coûtent cher, privent l’en-treprise de compétences et sont un énorme facteur de stress pour ceux qui partent comme pour ceux qui res-tent. Il est indispensable de mettre du sable dans les roua-ges de cette logique financière qui peut se révéler à termes mortelle pour l’économie de marché voire pour l’économie tout court.Les comités d’entreprise, en contestant la justification économique des PSE, en exigeant des PSE proportion-nés aux moyens de l’entreprise, les CHSCT en mettant les employeurs en face de leur obligation de ne pas dégrader les conditions de travail lors des restructura-
ORSEU, CE SERVICES, EXPLICITELe Zoom, lettre d’information des représentants du personnelPage3
 N°11-Avril 2010