cours doc 22
2 pages
Français

cours doc 22

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
2 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Association Évangélique d’Églises Baptistes de Langue FrançaiseCOURS :DOCTRINE 22 COURS DE FORMATION PAR CORRESPONDANCEÉLÉMENTS DE RÉPONSESRéfé- Ques-ObservationsLEÇON : L’oeuvre de la grâce, pp. 45 - 61 : RÉGÉNÉRATION / REPENTANCErences tionsDEG 1 En quoi la conversion se distingue-t-elle de la régénération ?46Ham. Les deux notions sont intimément liées et il serait gravement préjudiciable de les séparer. En fait,171 s ces deux expressions recouvrent deux aspects d’une même expérience. Cependant , il peut êtreutile de les distinguer pour mieux analyser cette expérience initiale du salut.La conversion est un changement de direction («se détourner de...», pour «se tourner vers...»). Leterme décrit l’attitude de l’homme dont la vie a été réorientée. Elle est donc la conséquence, oul’expression visible, ou la preuve concrète de l’oeuvre intérieure de l’Esprit.La régénération est l’implantation d’un nouveau principe, d’un germe de vie.La conversion est le premier mouvement de ce principe.La régénération est l’acte de Dieu : seul Dieu engendre la vie éternelle.La conversion est l’acte de l’homme : c’est l’homme qui se tourne vers Dieu.La régénération est un acte unique, complet en lui-même, non répété.La conversion est le commencement d’une vie sainte. En un certain sens, comme la repentance -qui est plus une attitude qu’un acte - elle se répète continuellement ou se confirme sans cessetandis que progresse cette nouvelle vie (Lc 22.32). cf. DEG 58 ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 26
Langue Français

Exrait

Association Évangélique d’Églises Baptistes de Langue Française
COURS DE FORMATION PAR CORRESPONDANCE
ÉLÉMENTS DE RÉPONSES
COURS :
DOCTRINE 22
Réfé-
Ques-
rences
tions
En quoi la conversion se distingue-t-elle de la régénération ?
Les deux notions sont intimément liées et il serait gravement préjudiciable de les
séparer.
En fait,
ces deux expressions recouvrent deux aspects d’une même expérience. Cependant , il peut être
utile de les
distinguer
pour mieux analyser cette expérience initiale du salut.
La conversion est un changement de direction («se détourner de...», pour «se tourner vers...»). Le
terme décrit l’attitude de l’homme dont la vie a été réorientée. Elle est donc la conséquence, ou
l’expression visible, ou la preuve concrète de l’oeuvre intérieure de l’Esprit.
La régénération est l’implantation d’un nouveau principe, d’un germe de vie.
La conversion est le premier mouvement de ce principe.
La régénération est l’acte de Dieu : seul Dieu engendre la vie éternelle.
La conversion est l’acte de l’homme : c’est l’homme qui se tourne vers Dieu.
La régénération est un acte unique, complet en lui-même, non répété.
La conversion est le commencement d’une vie sainte. En un certain sens, comme la repentance -
qui est plus une attitude qu’un acte - elle se répète continuellement ou se confirme sans cesse
tandis que progresse cette nouvelle vie (Lc 22.32). cf. DEG 58/4.
L’entrée de l’Esprit par la régénération n’est pas consciemment perçue par l’esprit de l’homme,
mais l’amour nouveau pour Dieu et le désir de sainteté que l’Esprit suscite en son esprit atteste sa
présence (cf. DEG 57 s).
En quoi l’homme régénéré est-il différent de l’homme naturel ? Décrivez la transformation qui s’est
opérée au moment de la régénération en rappelant ce qu’elle n’est pas.
La régénération n’est pas une transformation de la nature de l’homme, de sa substance physique
ou psychique, mais l’entrée de l’Esprit en son être profond (le « coeur ») et sa prise de pouvoir
sur son être tout entier.
Cet être que le péché entraînait irrésistiblement selon sa loi, son principe, vers le mal, est désor-
mais habité par le Saint-Esprit. En conséquence, la nature de l’homme, tout en subissant toujours
la pesanteur du péché, retrouve sa destination originelle : communion et service de Dieu. La loi
de l’Esprit s’oppose à la loi du péché et permet la victoire (Rm 7.14-25). C’est dans tous ses
aspects, dans toutes ses facultés que la nature humaine est réorientée par la présence divine en
son coeur (siège de toute la personnalité, de l’être moral, des inclinations de l’homme) : intelli-
gence, raison, sentiments, corps, aspirations, désirs, normes de vie, etc.
C’est dans ce sens que, notamment, Paul décrit la « nouvelle création » (2 Co 5.16s). Celle-ci n’est
pas le remplacement, l’échange d’une ancienne nature par une nouvelle, mais un changement
radical de
vision
des choses et des gens, et particulièrement de Christ.
Comme cette nouvelle vie vient de Dieu, et comme elle produit un comportement moral qui res-
semble à celui de Dieu, la régénération est décrite par Pierre (1 Pi 1.4) comme « une participation
à la nature divine » ou mieux « une communion avec la nature divine » (TOB). Il n’est pas question
de partager physiquement la « nature de Dieu ».
La régénération se présente dans le N.T. sous différentes expressions. Relevez celles correspondant
aux références suivantes :
-
Jn 3.3,7 :
Nouvelle naissance
LEÇON : L’oeuvre de la grâce, pp. 45 - 61 : RÉGÉNÉRATION / REPENTANCE
DEG
46
Ham.
171 s
DEG
49 s
Ham.
173
1
2
3
Observations
D 64
E.R. 1
ÉLÉMENTS DE RÉPONSES
COURS : DOCTRINE 22
Réfé-
Ques-
rences
tions
-
2 Co 5.17 : Nouvelle création
-
Ep 2.5 :
Résurrection avec Christ
-
Ep 4.24 :
Nouvelle création selon Dieu
-
Ep 2.10 :
L’ouvrage créé en Jésus-Christ
-
Jc 1.18 :
Engendré
-
1 Pi 2.9 :
Appelé des ténèbres à la lumière.
La Bible semble attribuer la régénération tantôt à l’Esprit (Jn 3.5s; Rm 8.2-11; Tt 3.5), tantôt à la Parole
de Dieu (1 Pi 1.23; Jc 1.18; 1 Co 4.5).
Quelle est la cause véritable de la régénération, et la relation qui existe entre l’Esprit et la Vérité ?
1. Le Saint-esprit est l’agent de la régénération
La Vérité, aussi inspirée soit-elle, aussi lumineuse soit-elle, ne peut être saisie par l’homme naturel,
irrégénéré. La connaissance de Dieu qu’il peut avoir est la connaissance qu’un aveugle peut avoir
des couleurs. L’Écriture appelle, en fait, cette connaissance « ignorance » (Ep 4.18). L’aveugle n’a
pas besoin de lumière - il n’en a que faire ! - Ce dont il a besoin, c’est la
vue
. D’ailleurs, le péché
n’est pas causé par un manque de connaissance de la vérité ou de Dieu, mais par son rejet (Rm
1.18s).
L’homme naturel ne peut recevoir la vérité sans avoir reçu au préalable « l’amour de la vérité ». Or,
cet amour est le don de Dieu (2 Th 2.10), l’oeuvre de l’Esprit. « L’Esprit de la chair » (qui habite
l’homme) est inimitié contre Dieu (Rm 8.7)
.
La vérité reste immuablement la vérité. Elle ne peut être plus vraie, ou plus lumineuse ! Si donc
il y a changement, il doit se produire dans le coeur de l’homme ... par le St Esprit (ex. Lydie,
Ac 16.14)
2. La Vérité est l’instrument de la régénération
C’est ce que met peut-être en lumière 1 Pi 1.23 : «... vous avez été engendrés à nouveau
par
(grec
ek
) une semence... incorruptible,
par
(grec
dia
) la Parole de Dieu...» La semence à
laquelle est attribuée l’origine (
ek
) peut être le St Esprit (cf. 1 Jn 3.19). On peut essayer d’illus-
trer les rôles de l’Esprit et de la Vérité par l’image de la photographie. C’est l’Esprit qui sensi-
bilise le film (le coeur de l’homme), c’est la Vérité qui produit l’image (de Christ) qui se dessi-
ne sur le film sensibilisé.
Dans le 1er temps, l’homme est passif, c’est l’Esprit qui oeuvre, dans le second, il est actif, son
esprit saisit la vérité.
Quelles peuvent être les conséquences dans la vie du chrétien des erreurs possibles touchant la
relation repentance / foi ?
- Une foi sans repentance
peut réduire la foi à un simple sentiment sans consistance qui
conduirait le chrétien à une expérience illusoire et lui donnerait une assurance trompeuse.
On ne peut dissocier la profession de foi et la vie sans tomber dans un christianisme superfi-
ciel, totalement insuffisant, mais qui malheureusement est souvent le cas.
- Une repentance sans foi
peut conduire à une attitude ascétique, moraliste, à un esprit de
mortification, à un christianisme légaliste, désespérant, qui glisse rapidement vers une religion
des oeuvres.
LEÇON : L’oeuvre de la grâce, pp. 45 - 61 : RÉGÉNÉRATION / REPENTANCE
DEG
54 s
DEG
58 s
4*
5
Observations
Page 2
D 64
E.R. 2
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents