L inter-cours  1
11 pages
Français

L'inter-cours 1

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
11 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

2010, n°1 février L’inter-cours 2 février 2010 Centre de Formation du Personnel Pénitentiaire Une nouvelle revue pour le CFPP Sommaire : Vous tenez entre les mains le rons à évaluer sans cesse ce er• La Formation initiale, une 1 numéro de la revue du que nous réalisons afin de ne Centre de Formation du Per- pas "tourner en rond". même réalité vue par 2 pro- sonnel Pénitentiaire. motions très différentes. Les défis des mois qui vien- Nous souhaitons un Centre de nent sont importants : la for-formation ouvert vers l'exté- mation initiale va être augmen-• SSééccuurriittéé : Equipiers de Pre-SSééccuurriittéé rieur, à toutes celles et ceux tée à 6 mois, son programme mière intervention, épisodes qui viennent à Marneffe pour sera revu, corrigé, adapté en 1 à 4 fonction des besoins de la DG se perfectionner, se former. viale possible, en focalisant EPI et des agents pénitentiai- notre attention sur des sujets Le CFPP privilégie l’accueil, la res. Elle entrera en vigueur le relation et le professionna- d'actualité, sur des initiatives • International : La médiation er1 septembre prochain; nous innovantes…en étant le plus lisme dans la formation. multiculturelle en prison désirons aussi poursuivre nos proche de vous, de vos préoc- efforts pour tout ce qui mais aussi visite du Centre cupations, de vos souhaits. Un des maîtres mots reste et concerne la formation conti-ouvert du Grand-duché du restera la compétence, en nuée, notamment au travers ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 94
Langue Français

Exrait

2010, n°1 février
2 février 2010
Sommaire :
LaFormationinitiale, une même réalité vue par 2 pro-motions très différentes.
Sécurité: Equipiers de Pre-mière intervention, épisodes 1 à 4
International: La médiation multiculturelle en prison mais aussi visite du Centre ouvert du Grand-duché du Luxembourg
Dans ce numéro :
FI , une même réalité vue par 2 promotions
Equipiers de Première Interven-tion, épisodes 1 à 4
La médiation multiculturelle
En visite : Givenich
Adaptabilité à la fonction de CQ
Maladies contagieuses, prévenir les risques professionnels
On l’a lu et vous ?
Prochainement dans une de nos salles
2
4
6
6
7
8
9
10
L’inter-cours
Centre de Formation du Personnel Pénitentiaire
Une nouvelle revue pour le CFPP
Vous tenez entre les mains le er 1 numéro de la revue du Centre de Formation du Per-sonnel Pénitentiaire.
Nous souhaitons un Centre de formation ouvert vers l'exté-rieur, à toutes celles et ceux qui viennent à Marneffe pour se perfectionner, se former. Le CFPP privilégie l’accueil, la relation et le professionna-lisme dans la formation.
Un des maîtres mots reste et restera la compétence, en tenant compte de la perti-nence de notre programme de formation, des acquis de cha-cun et de la mise en pratique des enseignements dans le respect des différences et des spécificités de tous.
Ce qui est enseigné doit être acquis, ce qui est acquis doit être appliqué et ce qui est appliqué devra pouvoir être enseigné à nouveau…unebou-cle d'apprentissageidéale.
Nous prônons aussi lapédago-gie de laussite et continue-
rons à évaluer sans cesse ce que nous réalisons afin de ne pas "tourner en rond".
Les défis des mois qui vien-nent sont importants : la for-mation initiale va être augmen-tée à 6 mois, son programme sera revu, corrigé, adapté en fonction des besoins de la DG EPI et des agents pénitentiai-res. Elle entrera en vigueur le er 1 septembre prochain; nous désirons aussi poursuivre nos efforts pour tout ce qui concerne la formation conti-nuée, notamment au travers du catalogue de formation.
Malgré des impératifs budgé-taires difficiles, notre motiva-ton reste intacte. i
Lacommunicationest un au-tre défi majeur et permanent. Nous publions déjà un rapport annuel spécifique au Centre et une partie du rapport annuel de la DGEPI nous est réservée.
Nous avons voulu apporter un plus à cette communication officielle en élaborant une revue qui sera la plus convi-
viale possible, en focalisant notre attention sur des sujets d'actualité, sur des initiatives innovantes…en étant le plus proche de vous, de vos préoc-cupations, de vos souhaits.
Avec cette revue, nous met-trons aussi l’accent sur une participation de tous à la vie du Centre…ce qui constitue un appel à votre collaboration de rédacteur, de caricaturiste…
Privilégier aussi une approche optimiste: "Quand je vois un verre à moitié rempli, je ne me pose pas la question de savoir s'il est à moitié vide ou à moi-tié plein…je me dis seulement qu'il est deux fois trop grand".
F. de Thier,
Conseiller-général
Dans chaque numéro nous professionnels du monde péni- Enfin, nous vous présenterons vous tiendrons au courant de des publications écrites ou au-tentiaire. l’actualité de la formation péni-tres en rapport avec la forma-tion ou la prison. Vous pourrez, tentiaire en Belgique et ailleurs. Nous vous parlerons également si vous le souhaitez les emprun-de ce qui se passe à l’étranger. ter ensuite dans notre bibliothè-Nous vous présenterons l’évolu- Dans ce 1er numéro, ce sont le que. tion de la formation initiale des Canada et le Grand-duché du assistants de surveillance et de Luxembourg qui seront mis en nos activités de formation conti- avant. L’ Inter-cours paraîtra tous les nuée à destination de tous les trimestres.
Page 2
« Chaque semaine de « terrain » était s u i v i e d ’ u n débriefing. Quelle richesse ! »
L’inter-cours
La formation initiale, une même réalité vue par 2 promotions très différentes
La formation initiale vue par la Promotion 31
Nous nous sommes retrouvés le 1er octobre au nombre de 15 au CFPP Marneffe pour débuter cette aventure.
La 1ère heure de vie en com-mun fût une présentation des cadres formateurs ayant pour mission de nous donner les outils indispensables pour notre future carrière. Ensuite, vint une partie importante de la mise en place de cet esprit de groupe indispensable au métier : la présentation de chaque individu devant le reste de la classe.
Ages différents, parcours sco-laires et professionnels diffé-rents mais visiblement tout le monde avait à cœur de faire de son mieux pour assumer ce nouveau métier.
Les semaines se sont enchaî-
nées au rythme d’une semaine qui nous a aidé à faire le relais de théorie suivie d’une se- entre la théorie et la pratique. maine de stage en établisse-Au fil du temps, nous avons ment. Si pour certains, se appris à nous connaître, à retrouver sur les bancs d’une apprécier nos différences, à classe fût parfois pénible, cultiver cette capacité d’en-force est de constater que les traide afin de réussir les tests divers domaines abordés hebdomadaires. Mais aussi, (fouilles, rapports, déontologie, nous avons eu cette chance droit, self-défense, …) furent unique d’être pris en main par autant d’outils indispensables des formateurs qui, non seule-pour les années à venir. ment se sont dévoués pour nous transmettre leur savoir, Chaque semaine de « terrain » mais qui, en plus, ont pu être à était suivie d’un débriefing. l’écoute de nos difficultés. Quelle richesse ! C’est à cemoment que chacun peut faire Je me fais le porte-parole de part de son expérience, don-tous mes collègues pour re-ner ses impressions… c’est mercier toute l’équipe du aussi à ce moment qu’on se CFPP, les mentors et tous les rend compte que, pour la ma-collègues sur terrain. Ensem-jorité, ce travail nous était ble, ils nous ont permis de totalement inconnu. Heureu-nous concentrer sur la tâche sement, pour nous aider à essentielle d’un stagiaire : appréhender les difficultés, un apprendre. mentor chargé de nous épau-ler était à nos côtés. C’est lui
2010, n°1
La formation initiale, une même réalité vue par 2 promotions très différentes (suite)
La formation initiale vue par la promotion 32
Que dire du jour de notre arri-vée et de notre formation ?
Un premier octobre dans un cadre plein de noblesse, ré-ception dans une salle presti-gieuse. Là, nous apparaissent ceux qui vont nous former ou déformer durant les 3 mois à venir !!!
Tout le monde se regarde et essaye de deviner les pensées de ces gens qui nous font de beaux discours. Une femme, un homme, petits et grands défilent et nous haranguent : Que dire du jour de notre arri-vée et de notre formation ?
Un premier octobre dans un cadre plein de noblesse, ré-ception dans une salle presti-gieuse. Là, nous apparaissent ceux qui vont nous former ou déformer durant les 3 mois à venir !!!
Tout le monde se regarde et essaye de deviner les pensées de ces gens qui nous font de beaux discours. Une femme, un homme, petits et grands défilent et nous haran-guent « Pas d’échecs ici » « On n’est pas là pour vous descen-dre », fort sérieux ! La journée passe et les groupes se for-ment.
Chouette, c’est la promo 32, des cas comme ils disent, des hybrides. Eh oui, stagiaires, anciens de la poste, contrac-t u e l s e t e x - m i l i t a i r e s ... Mais eux savent-ils que le groupe s’est uni et les a sur-nommés Ioda, David Hassel-hof, Omer Simpson, Garci-more, Sonic et Hobbit….
Enfin, une chose est sûre, on a appris des choses, utiles ou pas, l’avenir nous le dira, même pour les ATA !
Le principal, c’est qu’on a dé-couvert l’esprit de corps et l’amitié entre nous…
Les profs, on les a appréciés, certains plus que d’autres.
Ca se termine là, comme ça sans trop de dégâts, ni de fracas.
Alors bon vent à vous !!! Bon vent à nous !!!
Merci à vous tous, Chefs de quartiers, formateurs exté-rieurs, directrices et direc-teurs, membres du personnel administratif, réceptionnis-tes …..
P. Bogaert,
déléguée
Page 3
Pourquoi ils ont aimé … ou pas!
extraits choisis :
« Tous les cours, d’une ma-nière ou d’une autre, sont utiles à des échelles différen-tes ... »
La déontologie :« Ca c’est un cours qui a vraiment son importance vis-à-vis de notre fonction et des tâches que nous avons à effectuer ».
Les drogues :« On ne peut avoir une idée précise des choses que si on y a été confronté soi-même. C’est l’expérience personnelle qui prévaut, tout cours sur le sujet est prématuré. »
« Six groupes furent formés à Seraing, six à Marchienne-au-Pont et trois à Louvain-La-Neuve. »
La formation débuta comme prévu le 1er décembre et se termina le 18 décembre 2009. Six groupes furent formés à
Fabrice JACQUEMIN,
Etablissement
Nombre d'agents formés
Formation équipier de première intervention
l’EPI du CFPP
site afin de faire coller au mieux les exercices pratiques à la réalité du terrain.
Le CEPS avait, à la demande du CFPP et en collaboration avec Alex Massy, travaillé son programme en fonction des spécificités du milieu carcéral. Par exemple, une cellule avait été reconstituée sur chaque
Depuis 2007, le CFPP de Mar-neffe a voulu organiser une formation EPI (Equipe de Pre-mière Intervention au feu) pour le personnel francophone de la DG EPI.
Malheureusement, c’était sans compter sur les difficultés budgétaires pour l’achat du matériel et principalement l’habillement anti-feu néces-saire à cette formation.
EPI sode I : La mise en place
L’idée d’origine était d’organi-ser cette formation en interne au CFPP. En effet, la DG EPI dispose de nombreux agents qui ont des qualités et des compétences indéniables en ce domaine particulier qu’est le feu. Au CFPP, la personne de référence est Monsieur Alex Massy.
40 35 30 25 20 15 10 5 0
Page 4
Avant la formation proprement dite, toutes les invitations (et elles étaient nombreuses) devaient être envoyées par le secrétariat aux établissements pénitentiaires. Par la suite, il convenait de trouver des solu-tions pour changer certaines dates de formation pour des participants malades ou en congé… Ce travail ne fût pas facile et fût réalisé par l’excel-lente Françoise Nossent.
EPI sode II : La formation
Bien sûr, une telle formation pour un nombre de 225 parti-cipants a un coût très élevé.
Alex MASSYNe voyez-vous pas la flamme briller dans ses yeux?
L’asbl CEPS fût finalement choisie pour donner la forma-tion EPI à 15 groupes de 15 participants de la DG EPI (J’espère que vous faites bien la différence entre l’EPI et l’EPI !!!) sur trois sites diffé-rents : Louvain-La-Neuve, Mar-chienne-au-Pont et Seraing.
Le temps de régler la partie administrative et budgétaire, il restait 18 jours au CEPS pour former tout le monde. En effet, les 15 groupes ont été formés entre le 1er et le 18 décembre 2009.
Il a donc fallu avoir recours au traditionnel cahier des char-ges. L’idée était alors d’orga-niser une formation à Mar-neffe mais animée par des formateurs externes. Là aussi, un problème d’autorisation se dressait devant nous. De plus, après avoir visité certaines firmes spécialisées, il fût vite évident que nous n’aurions jamais la même infrastructure que les professionnels du sec-teur.
L’inter-cours
Seraing, six autres groupes à Marchienne-au-Pont et trois groupes à Louvain-La-Neuve.
Des observateurs (R. Servaes, Conseiller en prévention et A. Massy) se sont rendus plu-sieurs fois sur chaque site afin de vérifier le bon déroulement de la formation mais aussi afin de voir ce qui peut encore être amélioré pour les formations futures. Selon les observateurs, la for-mation était très bien organi-sée et les participants ont appréciés les cours tant théori-ques que pratiques.
Malgré les mauvaises condi-tions climatiques des 17 et 18 décembre derniers, les partici-pants ont mis tout en œuvre pour être présents à la forma-tion.
2010, n°1
EPI sode III : Le bilan
Le bilan de cette formation fût très positif. En effet, avec un taux de 81,77 % d’agents for-més, soit 184 sur un total de 225 inscrits, cela représente un des meilleurs taux de parti-cipation pour une formation de cette envergure.
Les constatations des observa-teurs étaient également positi-
EPI sode IV : L’avenir
Bien sûr une formation a plus d’intérêt si un suivi est assuré et principalement en matière de sécurité.
Outre, les actions entreprises en interne par les établisse-ments pénitentiaires et les participants, il est nécessaire que le CFPP organise un recy-clage chaque année des agents formés en EPI. Cela sera fait pour chaque partici-pant en 2010.
ves notamment concernant la participation des agents mais aussi les adaptations qui avaient été proposées par le CEPS.
Enfin, certains participants ont téléphoné pour remercier le CFPP d’avoir organisé cette formation et de nouveaux par-ticipants volontaires se sont
En plus de ce recyclage, une nouvelle formation EPI sera proposée en 2010 aux nom-breux volontaires encore ins-crits.
Ch.Klein,expertP&O
inscrits pour une future forma-tion EPI.
Le CEPS a envoyé au CFPP un brevet pour chaque partici-pant. Une partie de ceux-ci ont été envoyés aux agents via leur établissement péniten-tiaire et le reste sera transmis dans le courant du mois de janvier 2010.
Page 5
« Bien sûr une formation a plus d’intérêt si un suivi est assuré et principalement en matière de sécurité.»
Page 6
MarcelKabundiet lespartici-pantsàla formation enmédia-tionmulticulturelle
Formation à la médiation multiculturelle
En 2009, Monsieur Marcel KABUNDI, Directeur du centre national d’apprentissage et de l’administration corporative du Service Correctionnel du Cana-da, a animé au CFPP une for-mation de formateurs à la médiation multiculturelle.
En effet, la population carcé-rale est de plus en plus com-plexe à gérer et à comprendre en matière de nationalités et de cultures différentes. De fait, les stéréotypes, les préjugés, l’ethnocentrisme et l’absence de contacts entre les person-nes peuvent être source de conflits.
Ainsi, cette formation avait pour objectif la sensibilisation
à la médiation culturelle par la création d’un groupe de forma-teurs et la mise en place d’un réseau interne de personnes-relais au sein des établisse-ments pénitentiaires.
Au terme de cette formation de 4 jours, les 11 participants sont à présents motivés à transmettre et à concrétiser cette approche multiculturelle. En 2010, ils envisagent cette concrétisation selon 2 axes : Le 1er consiste en la rédac-tion du cours « multi cultu-ralité et diversité » qui sera dispensé dans le cadre de la formation initiale des agents pénitentiaires.
19 octobre 2009, visite de la prison de Givenich
L’Association des Amicales Francophones a organisé un voyage au Grand Duché de Luxembourg les 19 et 20 octo-bre 2009.
Nous étions 39 participants d’horizons différents. Des as-sistants pénitentiaires, chefs de quartier, agents pénitentiai-res, conseillers en prévention, psychologues, assistants so-ciaux, substituts, infirmières.
La Direction de Givenich ayant donné son accord pour la vi-site, nous avons été reçus dans cet établissement un tant soit peu différent par un repré-sentant du Ministère de la justice, un représentant de l’administration pénitentiaire et 2 directeurs.
Visitedel’établissement: La prison compte 36 bâti-ments dont 5 pavillons habités à chaque fois par 6 détenus qui vivent en communauté.
Les pavillons fonctionnent en
autogestion. Un bâtiment hé-berge la détention cellulaire, un bâtiment regroupe tous les services administratifs et les mess tandisque, autour de la prison, on trouve des habita-tions et des terrains agricoles, des granges, une menuiserie, un étage de sprt et loisirs…
Au Luxembourg, il y a 670 détenus pour 490.000 habi-tants. On en compte 77 à Give-nich pour 70 membres du personnel.
Les agents sont formés par l’état luxembourgeois, dans les prisons. Il n’y a pas d’école pénitentiaire.
Le cellulaireetlespavillons:Le régime est évolutif en fonc-tion du comportement.
Dans le cellulaire, les cellules sont ouvertes la journée jus-que 22h mais les détenus n’ont pas le droit de se rendre dans les autres sections.
Il n’y a pas d’œilleton et pas de surveillance de nuit.
Il n’y a des visites que le week-end. Si un détenu est sanction-né, il peut être enfermé tout le week-end.
Lorsqu’un détenu est mis au cachot, il est placé en pyjama et une surveillance est assurée toutes les demi-heures.
Les appareils électriques sont classés par nombre de points. Les points sont comptabilisés et les détenus disposent d’un nombre de points précis en fonction de leur temps d’arri-vée (à l’entrée ils peuvent avoir 4 points, après 15 jours 9 points, après un mois 14 points, après 3 mois 19 points qui est le maximum).
L’inter-cours
Le 2ème vise à créer et animer un groupe de per-sonnes-relais sur le terrain. Ces personnes auront comme mission d’apporter un soutien local en matière de multi culturalité (accueil des détenus, initiatives locales, médiation…).
La création d’un groupe de personnes –relais permettra l’échange et le développement de bonnes pratiques nécessai-res entre autre à une gestion efficace de la détention.
V. Bergmans,
Conseiller au CFPP
2010, n°1
19 octobre 2009, visite de la prison de Givenich (suite)
Miseautravail desdéte-nus :Les ateliers rapportent plus ou moins 150.000 euros par an. Cet argent est directement versé à la trésorerie de l’état.
Les détenus, quant à eux, gagnent approxima-tivement 13,50 par jour. Mais il peut y avoir des primes.
Ils travaillent 7 heures par jour.
On compte plus ou moins une vingtaine de détenus qui travaillent en semi-liberté.
C’est le directeur qui perçoit leur salaire. Une fois les frais d’héberge-ment déduits (+/- 20 %), le reste est placé sur un
compte à l’extérieur pour le détenu.
L’an prochain, l’associa-tion se rendra en France, à la prison de Strasbourg. Alain Guebs,Assistant pénitentiaire, formateur CFPP
Adaptabilité à la fonction une étape nécessaire intégrant un outil novateur: le coaching
En 2009, le CFPP a organisé une formation à l’adaptabilité à la fonction de chef de quartier sur-veillance, pour personnes pro-mues en novembre 2008.
La formation comportait 2 modu-les. Le premier module était ani-mé par des formateurs internes ( rappel de déontologie, loi de principes, procédures disciplinai-res à l’égard des détenus et des membres du personnel). Le se-cond module était pris en charge par un formateur externe et concernait le leadership.
L’évaluation tant des participants que du formateur est particulière-ment positive.
Une offre de coaching par le for-mateur extérieur leur a été propo-sée pendant 2 mois.
Mais qu’en est-il de la perception et du feed-back des participants plusieurs semaines après la fin de la formation ?
Le 8 janvier dernier, nous avons interviewé par téléphone Christo-phe PIRAUX, de la prison d’Arlon .
V.B.:Bonjour Monsieur Piraux. teau au mois de décembre et Vous avez suivi la formation je n’y ai pas encore pensé. d’adaptabilité à la fonction pour CQS et même si l’évalua-tion est positive, je voudrais V.B.: Je comprends ! J’es-recueillir le témoignage en père que cela n’a pas été direct d’un participant … trop grave tant sur le plan physique que psychique… Ch. P.: C’était très enrichis-sant, une nouvelle approche Ch. P.Je n’ai: Non, merci. de mon travail… J’ai appris la pas eu besoin de l’équipe reformulation… locale de soutien et j’étais revenu après 2 jours… V.B.: Pouvez-vous me donner Mais pour revenir au coa-votre avis positif ou négatif ching concernant notre plan par rapport au module pré-d’action, j’ai des objectifs senté par les formateurs concernant les cercles de internes ? développement, pour le pas-sage d’informations entre Ch. P.CQS et pour moi-même, je: En fait, on avait déjà étudié tout cela pour l’exa- dois plus écouter les autres men mais c’était un bon rap- et ne pas toujours prendre la pel. Ce qui était vraiment parole en premier. chouette, c’était la rencontre avec les collègues d’autres V.B.: Pensez-vous que vous prisons, échanger sur nos pouvez déjà percevoir des pratiques, voir comment ils changements dans votre faisaient … travail ou bien faudra-t-il attendre ? V.B.: Par rapport à l’offre de coaching, avez-vous fait ap-Ch. P.: Non, franchement, je pel au formateur externe ? vois déjà des changements, il y a une meilleure communi-Ch.P.cation entre collègues et j’ai: Non, pas encore. En fait, j’ai été agressé au cou- une meilleure approche de
Page 7
mes collaborateurs par rap-port aux cercles de dévelop-pement.
V.B.: Alors je n’ai plus qu’à vous souhaiter bonne conti-nuation dans votre travail et à vous remercier de m’avoir accordé un peu de votre temps.
Véronique Bergmans,
Conseiller au CFPP
Page 8
Maladies contagieuses : Prévenir les risques professionnels en milieu carcéral
Poux,tuberculose,hépatites,… quelssont lesrisques pourlesagents ? Commentsen pré-munirlorsqu’ontravailleen prison?
utilisée comme support com-plémentaire du cours sur les maladies contagieuses en formation initiale des agents pénitentiaires.
Par desgestessimplescommeEt pour ceux quoi sont déjà en porterdesgants,selaverrégu-service, ce ne sont pas moins lièrementmai les nset puis de 65 agents issus de 15 pri-aussisons qui se sont engagés à la Le Service Education pour la diffuser parmi leurs pairs. santé asbl (SES) vient de pu-blier une brochure claire et Pour s’y préparer, ils ont parti-spécifiquement adaptée au cipé à un module de formation milieu pénitentiaire, créée en d’une journée dispensée par le partenariat avec des agents de Service d’Education pour la différentes prisons. Cette bro-santé asbl. Au programme : chure vise à nous informer des présentation de la brochure, risques professionnels en ma-bien sûr, mais aussi explica-tière de maladies contagieu-tion des principales maladies ses. Elle présente également contagieuses auxquelles on des informations pratiques sur peut se retrouver exposé en les procédures à suivre en cas prison et définition des notions de prise de risque et nous importantes en rapport avec la incite à utiliser au maximum protection de la santé en mi-les moyens de prévention à lieu professionnel. Le tout, notre disposition. ponctué d’échanges d’expé-riences. Remplie d’exemples et d’illus-trations, d’un format facile à Parmi les points positifs notés manipuler, elle sera désormais
par les participants, on retien-dra notamment : la conviviali-té, la clarté des informations et les exercices ainsi que la dis-ponibilité des formateurs. Pour la prochaine fois, le CFPP s’engage à mieux organiser les horaires.
L’inter-cours
Besoin de plus dinfo?Service d’éducation pour lasana.s.b.l.Chaussée de Waremme, 139
4500 HUY
Aujourd’hui, près de 3.000 brochures sont à votre disposi-tél/fax : +32 (0)85 212576 tion. Il y en a dans tous les mail:ses.asblhuy@scarlet.beétablissements francophones et bruxellois. Vous pouvez les trouver chez un Agent Relais Santé (ARS) ou, s’il n’y en a pas, chez un des participants à la formation. Qui sont-ils ? Demandez à votre correspon-dant / expert P&O.
Véronique Van der Avoort, Conseiller-Directeur au CFPP
« Comme tout lieu de vie en collectivité, la prison est un endroit où l’hygiène est mise à rude épreuve.»
Le saviez-vous ?
En 2009, le CFPP a organi- tions qui convenaient da- agents qui ont passé 6 sé dans ses locaux à Mar- vantage à la thématiue semaines au CFPP. neffe, 414 journées de abordée (voir à ce sujet formation contine à des- notre article en pages 4 et En plus de ces activités de tination de2.212partici- 5). formation, le CFPP a ac-pants : agents pénitentiai-cueilli de nombreuses ré-res, bien sûr et aussi per-Durant la même période, unions, supervisions et sonnel de soin, service nous avons assuré lafor-rencontres régionales. psycho-social, chefs de mation initiale11 pro-  de Plusieurs sessions d’exa-quartier et assistants tech-motions de stagiaires et 5 mens de promotion ou jury niques, direction, etc. groupes d’agents de tous de sélection pour des fonc-statuts, entrés directement tions particulières ont éga-Pour des modules spécifi- en service par un établisse- lement eu lieu à Marneffe. ques, nous avons trouvé à ment. Soit un total d’ap-l’extérieur des installa- pr o x im a t iv em en t2 0 0 La plupart des formations
Année 1, n° 1
sont assurées par des forma-teurs internes.
En 2009, en plus de l’équipe permanente du CFPP,ce ne sont pas moinsd’unesoixan-tainede volontaires qui ont
pris en charge l’animation des cours. Experts dans leur do-maine, ils ont tous suivi une « formation de formateur » de 4 jours afin de les préparer au mieux à transmettre leurs compétences.
Et en 2010 ? Vous trouverez en page 10 les modules qui auront lieu au premier trimes-tre.
Pour la plupart des formations catalogue, il est encore possi-ble de s’inscrire.
Page 9
Complétez le bulletin que vous trouverez dans le catalo-gue des formations conti-nuées disponible chez votre expert ou correspondant P&O, chez votre assistant péniten-tiaire ou en version pdf sur simple demande à secfc.cfpp@just.fgov.be
On l’a lu. Et vous ?Notre avis:Construire les compétences individuelles et collectivesExpert internationalement re-connu en matière de gestion des (Guy Le Boterf)compétences et de profession-nalisation, Guy Le Boterf compétitivité au développe- mais, aujourd’hui,peut-on ment d’une économie du sa-vraiment agir avec compé-concentre dans cet ouvrage les voir.tence en étant isolé?réponses aux questions les plus couramment posées en la ma-Maisqu’entend-on exactementLe Boterf aborde la délicatetière. par le termecompétence?notion des compétences col-Une somme de savoirs, de lectives : comment les décrire Il permet de faire le point parmi savoir-faire et de savoir-être ? et comment les développer. Il les innombrables définitions Pour Le Boterf, c’est bien plus y apporte une réponse opéra-données au terme compétence que cela. Il s’agit davantage toire : la coopération. et incite à la prudence par rap-d’un processus que d’uneport aux référentiels lourds et simple disposition à agir : être Enfin, la notion de compétence compétent, ce n’est pas seule-figés auxquels on se réfère si doit-elle remplacer la notion de ment avoir des compétencessouvent dans nos administra-qualification ?Peut-on être mais agir et même réussir tions. compétent sans être qualifié?Guy Le Boterf apporte dans cet avec compétence.ouvrage, désormais classique Pour l’auteur, il ne faut en ème puisque réédité pour la 4 Intéressant donc et abordable aucun cas opposer profession-Alors,peut-on développerses fois, des réponses aux 100 au moins jusqu’à la partie qui nalisme et métier, les métiers compétences?? Comment questions les plus couram-doivent être exercés avec pro-traite des compétences collecti-Les compétences acquises ment posées en matière de fessionnalisme et la qualifica-ves, plus ardue pour celui qui dans un domaine sont-elles compétences. tion doit être appréhendée découvre le sujet. transférables dans un autre? comme une donnée évolutive.De quelle façon ? Autant de D’où nous vient l’engouement questions auxquelles l’auteur L’auteur termine par un Ouvrage de réflexion, celui qui actuel sur les compétences ? répond en soulignant leur im-« schéma directeur » de la ges-souhaite plutôt des outils ou des Pourquoi autant de débats sur pact direct sur la formation et tion et du développement des techniques se réfèrera plutôt à ce sujet ? la professionnalisation. compétences. « L’ingénierie et l’évaluation des compétences » du même auteur Au-delà du phénomène de Les compétences n’existent (Eds d’Organisation, 5ème édi-mode, l’auteur développe une pas en tant que telles, ellesVéronique Van der Avoort,série d’explications objectivestion 2006) sont toujours associées à des allant des nouveaux défis de laConseiller-Directeur au CFPPpersonnes, c’est une évidence
rue du Sart, 11 4210 MARNEFFE
Téléphone : 085/278.696 Télécopie : 085/278.669 Messagerie : secfi.cfpp@just.fgov.be ou secfc.cfpp@just.fgov.be
Vous aimez rédiger ? Vous dessinez ? Alors vous pouvez nous aider. Nous avons besoin de « journalistes » et de dessinateurs-caricaturistes pour illustrer l’Inter-cours.
Vous souhaitez réagir à un article, commenter une formation ? Le prochain numéro
comprendra un « courrier des lecteurs ».
Ecrivez-nous à l’adresse suivante :
CFPP—L’Inter-cours rue du Sart, 11 4450 Marneffe.
Prochainement dans une de nos salles
FormationsInitiales:
Assistants de surveillance péniten-tiaires : Promotions 33, 34 et 35 (février — mars— avril)
Formation de base pour les greffes (avril)
Formationscatalogue:
Loi de Principes (mars)
Présentéisme (mars)
Toxicomanie en milieu carcéral (mars)
Formationsspécifiques:
Centre fermé pour Jeunes de Saint-hubert : préparation des agents à leur nouvelle fonction (janvier-février)
Module 1 : personnel des annexes psychiatriques (janvier et février))
Module 2 : personnel des annexes psychiatriques (janvier)- février et mars)
Test de SZONDI : psychologues (janvier — février et mars)
Prise en charge des internés : SPS (janvier)
Formations de formateurs en pré-
vention du suicide
Gestion des conflits et des agres-sions : personnel en place à la sec-tion de sécurité particulière de Lan-tin (janvier — février — mars)
Législation sociale pour les person-nes détenues : assistants sociaux (février)
Sensibilisation au diabète : Person-nel de cuisine
Rencontres:
Régionales des Assistants Péniten-tiaires (15 et 16 mars)
Pourquoi pasvous?
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents