La philosophie des lumières en France

La philosophie des lumières en France

-

Documents
8 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Traduire les Lumières en chinois. Ce document vous le permettra. Vous retrouverez ici de nombreux termes de vocabulaire propres à ce courant traduits en chinois.
Montesquieu, Voltaire, Rousseau, Condorcet...autant de noms qui incarnent le siècle des Lumières. Apprenez-en plus sur ce courant grâce à ce document.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 27 décembre 2013
Nombre de visites sur la page 46
Langue Français
Signaler un problème

La philosophie des lumières en France

I LA PHILOSOPHIE DES LUMIERES

eLa philosophie des lumières s’est développée au cours du XVIII siècle (pendant le XVIIIe
siècle, le « siècle des lumières ») dans toute l’Europe. Les Lumières se basent sur (启蒙哲学
的基础是) la croyance en un monde rationnel, ordonné et compréhensible (le siècle des
lumières est marqué par des découvertes scientifiques). Cette philosophie se base également
(aussi) sur la raison et la liberté de l’être humain, sur la tolérance et l’égalité. Elle combat
l’irrationnel, la superstition et la tyrannie.. La philosophie des lumières n’était pas caractérisée
par un rationalisme froid (il n’y avait pas que le rationalisme dans la philosophie des
lumières) : il y avait aussi une place pour la sensibilité, pour les émotions (surtout chez
Rousseau), et pour la recherche du bonheur (une citation de Voltaire qui illustre la recherche
du bonheur: « cultivons notre jardin »).

Ce mouvement ne touche que les élites. Il a eu une grande influence sur la révolution
française et sur les indépendantistes américains (en Amérique, Thomas JEFFERSON était très
influencé par les lumières).

Les philosophes des lumières cherchèrent à rassembler (=voulurent rassembler) tout le savoir
de leur temps et à le diffuser largement : ainsi (=par exemple), le philosophe Denis Diderot et
le mathématicien d’Alembert publient en 1751 l’Encyclopédie, dont les articles sont écrits par
des philosophes ou des scientifiques.

La diffusion du savoir et des idées fut facilitée avec la presse (gazettes et journaux) = la presse
aida à la diffusion du savoir et des idées. Les intellectuels se rencontraient dans les salons
(animés par des dames cultivées), dans des cafés ou des bibliothèques. Ils s’écrivaient
beaucoup entre eux (par exemple, il y a eu une correspondance violente entre Rousseau et
Voltaire, car ils n’étaient pas d’accord entre eux). Les philosophes des lumières croyaient
dans le progrès (progrès scientifiques et progrès de l’humanité).

En France, la philosophie des lumières s’opposait à un ordre social figé (les trois ordres). La
bourgeoisie souhaitait (= voulait) davantage de liberté (= plus de liberté) dans le domaine
économique. Certains nobles contestaient le pouvoir monarchique (= le pouvoir du roi). La
philosophie des lumières remettait en cause (critiquait) l’ordre et la hiérarchie religieuse, la
monarchie absolue.

Les philosophes durent (= ont du) parfois publier leurs écrits sous l’anonymat. Ils furent
parfois emprisonnés.

Bien des (beaucoup de) rois et empeurs européens (Charles III d'Espagne, Marie-Thérèse et
Joseph II d’Autriche, Catherine II de Russie, Gustave III de Suède) lisaient et appréciaient
(aimaient bien) les philosophes

Comme Voltaire, qui fut accueilli à la cour de Frédéric II de Prusse ou Diderot, qui fut
accueilli à la cour de Catherine II, les Philosophes étaient favorables au « despotisme éclairé »
(sauf Rousseau, qui pensait que le pouvoir n’appartenait qu’au peuple, et était contre tout
despotisme) car ils espéraient que leurs idées seraient plus rapidement appliquées si elles
touchaient les souverains (rois et empereurs).
From http://civifrance.blog.lemonde.fr par Flore-Hélène MORAND 1

En France, la philosophie des lumières a été marquée par le rejet du christianisme (le slogan
de Voltaire était : « Ecrasons l’infâme ! » l’infâme = le dogmatisme, le cléricalisme). Mais les
philosophes ne rejetaient pas Dieu : ils avaient adopté une religion naturelle, le déisme (croire
en Dieu sans avoir besoin de prêtre, ne pas croire aux doctrines du christianisme). Robespierre
s’en inspirera pour créer le culte de l’être suprême.

II LES PHILOSOPHES DES LUMIERES EN FRANCE

A Montesquieu
Montesquieu élabora un système de philosophie politique. Il défendit l’idée de la séparation et
de l’équilibre des trois pouvoirs (pouvoir législatif, pouvoir exécutif et pouvoir judiciaire),
que l’on doit respecter pour élaborer une constitution. Il s’inspirait pour cela du régime
politique anglais (le régime politique anglais était son modèle). Il était contre la tyrannie, il
militait en faveur d’une monarchie constitutionnelle (il était pour la monarchie
constitutionnelle). Il était contre l’esclavage.

B Voltaire
Voltaire a écrit des contes philosophiques comme Zadig, Candide, ou Micromégas, pour faire
passer ses idées (pour diffuser ses idées). Il a également écrit des pamphlets (un pamphlet =
un livre pour critiquer quelque chose). Son style est souvent ironique et mordant : on dit de lui
qu’il « trempe sa plume dans l’acide » avant d’écrire.

Il est anticlérical, mais il n’est pas athée : il est déiste. Il a écrit à ce propos des vers qui sont
restés célèbres : « L'univers m'embarrasse, et je ne puis songer / Que cette horloge existe et
n'ait point d'horloger » (l’horloge représente l’univers, et une horloge a besoin d’un horloger
pour fonctionner : cela signifie donc que l’univers ne peut pas exister sans Dieu). Il est contre
l’optimisme (l’idée chrétienne de la providence divine, selon laquelle toute chose qui arrive
est juste car Dieu l’a voulu ainsi) car il y a des guerres et des catastrophes (donc toute chose
n’est pas juste).

Voltaire prêche la tolérance entre les différentes religions et entre les différentes idées. Une de
ses phrases est restée célèbre : « Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me
battrai jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. »

Voltaire combat la torture (« la question »). De plus, pour lui, une condamnation ne doit être
prononcée que si la preuve de la culpabilité de l’accusé a été faite (que si on a pu prouver que
l’accusé était coupable), et les magistrats (= les juges) doivent proportionner le poids des
peines à a gravité des délits (la gravité de la peine doit être proportionnelle à la gravité du
délit).

Il s’est mobilisé dans plusieurs affaires judiciaires comme l’affaire Calas et l’affaire du
chevalier de la Barre.

1. L’affaire Calas : le jeune Marc-Antoine CALAS est retrouvé pendu. La rumeur accuse
son père de meurtre. On dit qu’il l’a tué parce qu’il était protestant et qu’il voulait
empêcher son fils de se convertir au catholicisme. Le père est condamné à mort.
Voltaire dénonce cette erreur judiciaire.

From http://civifrance.blog.lemonde.fr par Flore-Hélène MORAND 2
2. L’affaire du Chevalier de La Barre : condamné à mort pour blasphème, le chevalier de
la Barre (un jeune noble) est jeune homme accusé à tort d’avoir dégradé une statue du
Christ, d’avoir chanté des chansons libertines irrespectueuses à l’égard de la religion et
d’avoir refusé de se découvrir et de s’agenouiller au passage d’une procession (quand
la procession passait). Il est condamné à mort pour blasphème. Voltaire s’indigne
contre cette injustice.

Voltaire est invité à la cour de Frédéric II à Berlin (en Prusse, c'est-à-dire en Allemagne). Il
s’y rend (= il y va), mais au bout de quelques années, Frédéric II et lui se brouillent.

Voltaire achète des terres à Ferney (près de la Suisse) en 1758 et y développe l’économie. Il
est mort à la tête d’une immense fortune (il avait beaucoup d’argent quand il est mort).

Voltaire dénonçait (= était contre) l’esclavage, mais certains l’accusent, à tort, d’avoir investi
dans le commerce triangulaire (dans le commerce des esclaves).

C Condorcet
Condorcet est philosophe et mathématicien.

Il exerça de hautes responsabilités politiques (ce fut un homme politique important, qui exerça
de hautes fonctions politiques). Il prit la défense des droits de l’homme ( = il défendit les
droits de l’homme), en particulier les droits des femmes, des juifs, et des noirs. Il s’intéressait
beaucoup aux questions d’éducation.

En 1794, il fut arrêté par les révolutionnaires et se suicida en prison.

D Rousseau
Rousseau pense que la nature humaine est bonne, mais que l’homme est corrompu ( il est
rendu mauvais) par la société.

Il a écrit « du contrat social », un livre dans lequel il affirme que tout pouvoir politique doit
venir du peuple. Seul le pouvoir venant du peuple est légitime. La souveraineté populaire (la
souveraineté du peuple) est indivisible (on ne peut pas la diviser). Le « contrat social » (un
contrat entre les citoyens), qui est le fondement du pouvoir politique, doit garantir la liberté et
l’égalité entre les citoyens : avec le contrat social, l’homme renonce au bénéfice de l’état de
nature, état dans lequel règne la loi du plus fort, pour mettre en place un ordre social allant
dans le sens de l’intérêt général. Chaque individu accepte de se soumettre aux lois : se
soumettre aux lois fait partie de la liberté. Cela inspirera les révolutionnaires.

Il a également écrit des romans, une autobiographie, et un traité sur l’éducation des enfants.
From http://civifrance.blog.lemonde.fr par Flore-Hélène MORAND 3
I LA PHILOSOPHIE DES LUMIERES

La philosophie des lumières = 启蒙哲学 q méng zhé xué
Se développer = 衍变 y n biàn se développer / évoluer
基础 j ch base / fondement
La croyance = 信仰 xìn y ng croyance / foi
Rationnel = 合理 hé l rationnel / raisonnable
Ordonné = 整齐 zh ng qí 1. bien rangé / ordonné 2. régulier
Compréhensible = qu’on peut réussir à comprendre
Marquer = 划 hua4
Découvertes scientifiques = 科学发现 ke1xue2fa1xian4
Raison = 理智 l zhì raison, raisonnable
La liberté = 自由 zì yóu libre, liberté
la tolérance = 气量 qì liàng
l’égalité = 平等 píng d ng égal, égalité
irrationnel = 不合理 hé l 5rationnel / raisonnable-
la superstition = 迷信 mí xìn (superstition / culte)
la tyrannie = 暴政 bào zhèng despotisme / tyrannie
la sensibilité = 感性 g n xìng
émotion =情感 qíng g n,
une citation = 引文 y n wén, 摘记 zh i jì (prendre note, extrait / citation)
la recherche = 寻 xun2 (chercher, rechercher)
cultiver = 种 zhong4
un jardin = 花园 hu yuán
élite = 精英 j ng y ng 1. aristocratie / élite 2. essence / crème
influence = 影响 y ng xi ng (influencer / affecter, influence / effect)
un indépendantiste = 独立人 : celui qui veut l’indépendance (pour l’Amréique) (dú lì
indépendance, se dresser seul, indépendant)
un philosophe = 哲学家 zhé xué ji
diffuser = 传播 chuán b diffuser / propager / répandre
publier = 出版 ch b n publier / éditer, parution / publication / édition
une encyclopédie = 百科全书 b i k quán sh
article = 冠词 guàn cí
un philosophe = 哲学家 zhé xué ji
un scientifique= 科学家 k xué ji
la diffusion diffuser (= 传播)
faciliter = 便利 biàn lì (commide / facile, faciliter)
presse= 报界 bào jiè
un intellectuel = 知识分子 zh shi fèn z intellectuel / intelligentsia
une dame cultivée = une dame qui a beaucoup de connaissances en littérature, en histoire, en
philosophie
corresôndance = 通信 t ng xìn correspondancet ng xìn correspondre
Progrès= 进步 jìn bù
Contester = être contre
monarchie absolue= 君主专制 j n zh zhu n zhì
From http://civifrance.blog.lemonde.fr par Flore-Hélène MORAND 4

ō
ā

ā
ī


ā
ō
ā
ū
ī

ī
ī
ā

ū

ō
ě

ě
ē

ū

ē
ā
→publier = 出版 ch b n publier / éditer, parution / publication / édition
anonymat = 匿名 nì míng anonyme
emprisonner= 监禁 ji n jìn
la cour =王室 wáng shì 1. famille royale 2. cour impériale / cour royale
être favorable = être pour
despotisme éclairé = le fait, pour un roi ou un empereur, de gouverner comme un despote
mais avec des idées nouvelles (les idées des lumières)
appliquer= 贯彻 guàn chè
le rejet =拒绝 jù jué refuser / rejeter
基督教 j d jiào christianisme
Le dogmatisme= 教条主义 jiào tiáo zh yì
Le cléricalisme = le pouvoir des prêtres (prêtre = 教士)
Rejeter = 拒绝 jù jué refuser / rejeter
Prêtre = 道士
Une doctrine =学说 xué shu
Christianisme = 基督教
Le culte =崇拜 chóng bài tenir en haute estime / vénérer / adorer

II LES PHILOSOPHES DES LUMIERES EN FRANCE
A Montesquieu

Elaborer =制定 zhì dìng élaborer / établir
Un système =系统 xì t ng systématique, système
La séparation =分开 f n k i séparer / isoler
L’équilibre = 均势 j n shì équilibre des forces
La séparation des pouvoirs : séparer les trois pouvoirs suivants :
le pouvoir législatif = 立法权 li4fa3quan2
ler exécutif = 执法 zhi2fa3
le pouvoir judiciaire = 司法 si1fa3
constitution = 宪法 xian4fa3
régime politique = 国体
un modèle =模范 mó fàn modèle / exemple
la tyrannie = 暴政 bào zhèng despotisme / tyrannie
une monarchie constitutionnelle= 君主立宪 j n zh lì xiàn
l’esclavage = 奴隶状态 nu2li4zhuang1tai4

B Voltaire

un conte = 短篇小说 du n pi n xi o shu (nouvelle / conte), 传奇 chuán qí légendairechuán
qí conte / légende
diffuser = 传播 chuán b diffuser / propager / répandre
ironique =冷嘲热讽 l ng cháo rè fèng ironie cinglante et satire mordante / tourner qn en
dérision (ou:en ridicule)
tremper =浸透 jìn tòu tremper / imbiber
une plume =笔 b
l’acide =酸 su n 1. acide / aigre 2. affligé 3. endolor
From http://civifrance.blog.lemonde.fr par Flore-Hélène MORAND 5

ā
ě
ā

ō
ū
ū


ā
ē
ī
ū
ū


ā
ō
ōêtre anticlérical = être contre les prêtres = 反教会 fan3jiao4hui4
lutter contre = 反对
athée = 无神论者 wú shén lùn zh
être déiste = 自然神论者 zi4ran2shen2lun4zhe
vers = 韵文 yun4wen2
connu / célèbre= 闻名 wén míng
宇宙困扰我,我不可想这个时钟生存但没有时钟人。宇宙 y zhòu univers,困扰 kùn
r o rendre perplexe
Une horloge / pendule 时钟 shí zh ng
L’Univers= 宇宙 y zhòu
Exister =存在 cún zài exister / subsister, existence
L’optimisme = 乐观主义 lè gu n zh yì
Providence divine = good fortune thanks to God
Juste =公平 g ng píng juste / équitable
Une catastrophe =灾难 z i nàn calamité / catastrophe
Prêcher =鼓吹 g chu 1. préconiser / promouvoir 2. prêcher
La tolérance =宽容 ku n róng tolérant / indulgent
La torture = 严刑 yán xíng torture / supplice
Une condamnation =办罪 bàn zuì punir / condamner / sanctionner
Une preuve= 证据 zhèng jù
La culpabilité = 罪责 zuì zé culpabilité / responsabilité d'un crime
L’accusé = 被告人 bei4gao4ren2
Prouver =证明 zhèng míng certificat / papiers, prouver / justifier
Coupable =罪犯 zuì fàn criminel / coupable
Un magistrat (un juge) = 法官 fa3guan1
Une peine = 刑罚 xíng fá peine / châtiment
affaire judiciaire案件 àn jiàn
pendre = 缢 yì se pendre
la rumeur = 谣传 yáo chuán rumeur / on-dityáo chuán Le bruit court que...
accuser = 告发 gào f dénoncer / accuser
meurtre = 凶杀 xi ng sh meurtre
protestantisme = 新教
empêcher = 阻拦 z lán empêcher / s'opposer à / contrecarrer
se convertir à= 皈依 gu y
condamner quelqu’un à mort = 处死 ch s exécuter / condamner an à mort
erreur judiciaire = 冤狱 yu n yù cas d'injustice / erreur judiciaire / verdict injuste
un chevalier = 爵士 jué shì chevalier / sir
condamner quelqu’un à mort = 处死 ch s exécuter / condamner an à mort
blasphème = lorsque quelqu’un est irrespectueux envers Dieu et envers la religion
accuser quelqu’un à tort =诬告 w gào accuser faussement, wrongly accuse
dégrader =损坏 s n huài endommager / abîmer
une statue =塑像 sù xiàng statue
le christ = 基督 j d . Jésus Christ =耶稣基督 Y s J d
libertin =放荡 fàng dàng libertin / débauché
irrespectueux = 不尊重 (z n zhòng respecter)
From http://civifrance.blog.lemonde.fr par Flore-Hélène MORAND 6

ī
ē
ō
ī
ū
ū
ī

ū
ā
ě


ī

ā
ō
ū

ā
ā
ā

ī
ō

ā

ū
se découvrir = 揭开 ji k i (enlever / ôter / découvrir / ouvrir / dévoiler) 帽子
s'agenouiller = 跪下 guì xià
une procession = 行列 háng liè (rang / rangée / file/cortège/procession). C’est une fête
religieuse.
condamner quelqu’un à mort = 处死 ch s exécuter / condamner an à mort
blasphème = quand on ne respecte pas (= 不尊重 ) la religion
s’indigner = 抱不平 bào bù píng trouver injuste / s'indigner
une injustice = 委屈 w i qu1. souffrance 2. injusticew i qu1. être accusé à tort / éprouver une
injustice
la cour =王室 wáng shì 1. famille royale 2. cour impériale / cour royale
se brouiller avec quelqu’un = 闹意见 nào yì jiàn être en désaccord avec qn / se disputer
développer =发展 f zh n développer / étendre / progresser
fortune =财 cái trésor
l’esclavage = 宰割奴隶 (宰割 z i g tenir qn à sa merci / opprimer 奴隶 nú lì esclave)
accuser quelqu’un à tort =诬告 w gào accuser faussement, wrongly accuse
investir =投资 tóu z
esclave = 奴隶 nú lì

C Condorcet

un philosophe = 哲学家 zhé xué ji
mathématicien = 数学家 shu4xue2jia1
homme politique = 政治家 zhèng zhì ji
une fonction = 职权 zhí quán pouvoir / fonction
Juif = 犹太人 you2tai4ren2
S’intéresser à, se soucier de = 关心 gu n x n
Une question = 题 ti2
éducation = 教育 jiào yù éducation / instruction, éduquer / instruire
arrêter quelqu’un = 逮捕 dài b arrêter / appréhender / mettre qn en état d'arrestation
les révolutionnaires = 革命家 gé mìng ji
se suicider = 自杀 zi4sha1
la prison = 监狱 ji n yù

D Rousseau

la nature humaine = 人性 rén xìng
le pouvoir politique = 政权 zhèng quán
peuple = 人民 ren2min2
légitime = 合法 hé f légal / légitime
la souveraineté = 主权 zh quán
diviser = 分开 f n k i séparer / isoler
un contrat = 契约 qì yu
social = adjectif correspondant au nom « société » (社会)
citoyen = 公民 g ng mín
le fondement de quelque chose = 基础 j ch base / fondement
From http://civifrance.blog.lemonde.fr par Flore-Hélène MORAND 7

ō
ē
ā
ā

ē
ā



ā
ī

ū
ā
ī
ē
ā
ā
ī

ā
ě

ě
ēgarantir = 管保 gu n b o garantir / assurer
la liberté = 自由 zì yóu libre, liberté
l’égalité = 平等 píng d ng égal, égalité
renoncer à = 放弃 fàng qì renoncer à / abandonner
la loi du plus fort = situation dans laquelle le plus fort est toujours gagnant
mettre en place = 安置 n zhì placer / installer / mettre en place
l’intérêt général = l’intérêt de tous les citoyens, le bien de tous les citoyens
un individu = 个体 gè t ou个人 gè rén
se soumettre à = 服从 fú cóng obéir à / se soumettre à
un roman = 小说
une autobiographie= 自传 zì zhuàn
un traité = 论文 lùn wén thèse / traité
From http://civifrance.blog.lemonde.fr par Flore-Hélène MORAND 8

ā


ě