//img.uscri.be/pth/9e19248ff7c4eda18bfdc48876543c883c557e31
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La région pourrait compter 5 millions d'habitants dès 2020

De
4 pages
D'ici 30 ans, la population de Provence-Alpes- Côte d'Azur pourrait compter entre 5 000 000 et 5 200 000 habitants selon les hypothèses faites sur les mouvements migratoires. Le département du Var, où les flux migratoires sont les plus importants, est très sensible à ces hypothèses. En 2030, environ 34 % des habitants auront au moins 60 ans contre 23 % aujourd'hui et les moins de 25 ans n'en représenteront plus que 26 % au lieu de 30 %. Selon les zones, les flux migratoires accentuent ou freinent le vieillissement naturel de la population.
Voir plus Voir moins
N° 57  avril 2003
SUD INSEE l'essentiel
La région pourrait compter 5 millions dhabitants dès 2020
Dici 30 ans, la population de Provence AlpesCôte dAzur pourrait compter entre 5000 000et 5200 000habi  tants selon les hypothèses faites sur les mouvements migratoires. Le département du Var, oùles flux migra toires sont les plus importants, est très sensibleàces hypothèses. En 2030, environ 34% des habi tants auront au moins 60 ans contre 23 %aujourdhui et les moins de 25 ansnen représenteront plus que 26% au lieu de 30%. Selon les zones, les flux migratoires ac centuent ou freinent le vieillisse ment naturel de la population.
S’il est difficile de dessiner de façon précise l’avenir démographique de la ré gion, on peut cependant, en prolongeant les tendances passées ou en les inflé chissant, apporter un éclairage sur son évolution d’ici 30 ans.
L’apport migratoire est aujourd’hui le principal facteur d’évolution de la dé mographie régionale. Il est aussi le plus incertain. Il est tributaire à la fois de la situation économique de l’ensemble du pays mais aussi de phénomènes plus lo calisés, comme la création ou la dispari tion d’un pôle d’emploi ou encore la saturation de l’espace urbanisé entraî
© INSEE 2003
nant une forte augmentation du prix du foncier. C’est pourquoi on a retenu plu sieurs hypothèses d’évolution future des soldes migratoires (entrées moins sor ties de la zone étudiée).
La première prolonge la baisse continue du solde migratoire régional observée depuis 30ans (scénario 1 dit de baisse des migrations). Cette érosion a été en core plus marquée au cours de la dé cennie 90,les migrations nettes annuel les (arrivées moins départs dans la ré gion) n’ayant été que de 19 500 person nes en moyenne par an contre 27 500 la décennie précédente, 36 700 de 1975 à 1982 et 44 400 de 1968 à 1975.
La deuxième hypothèse s’inscrit dans une tendance migratoire comparable à la période 19901999, mais plus équi librée entre les classes d’âges et les zones d’emploi (scénario 2 dit tendanciel réé (1) quilibré) .Cette hypothèse, qui donne un solde migratoire annuel moyen de 20 000personnes entre 1999 et 2030, peut être considérée comme raisonna blement optimiste.
Afin d’assurer la comparaison avec les projections réalisées au niveau national selon d’autres hypothèses, une troi sième projection est présentée en enca (2) dré .Elle reproduit simplement les tendances migratoires des années90, caractérisées par la forte attractivité du département du Var.
(1) Encadré “Les projections démographiques” (2) Encadré “Un scénario alternatif”