Le « vieillissement de la population » au Japon. Discours ou réalité ? - article ; n°1 ; vol.12, pg 42-91
51 pages
Français

Le « vieillissement de la population » au Japon. Discours ou réalité ? - article ; n°1 ; vol.12, pg 42-91

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
51 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Ebisu - Année 1996 - Volume 12 - Numéro 1 - Pages 42-91
Aging (kôreikamondai) is frequently mentioned as one of the economic and social challenges that Japan must face. Beyond the current demographic transition underway, the very concept of aging population has yet to be translated into convincing, universaly accepted scientific definition. While recourse to the aging population as a theme is a relatively recent feature in Japan, there has been a recurring debate on the same subject in France since the days when it worried about the future of its vital force .To make a distinction between plain statistical facts and the worries about a grey future, we should not necessarily rely exclusively on statistics which describe the evolution of society — all things being equal — . The proper interpretation of demographic facts should not rest entirely upon quantitative demographers and should, on the contrary, take advantage of the full scope of social sciences.
Le « vieillissement de la population » (auquel il est fait haibtuellement référence en japonais sous le vocable de kôreikamondai) est fréquemment cité parmi les défis économiques et sociaux auquel le Japon doit faire face. Au-delà de l'évidence statistique d'une transition démographique, il convient de s'interroger sur le « phénomène » du « vieillissement démographique », dont la définition scientifique semble difficile à établir. Ce thème du « vieillissement de la population » s'il est ... jeune au Japon et ancien en France, puise sa source dans une sorte de consensus inquiet sur l'avenir des « forces vives de la nation ». La distinction entre constat statistique et rhétorique du déclin s'impose, sauf à considérer la mesure statistique comme unique représentation des évolutions de la société, « toutes choses égales par ailleurs ». L'interprétation des faits démographiques ne peut être le monopole des démographes quantitativistes et doit au contraire largement puiser dans le riche apport des sciences sociales.
50 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1996
Nombre de lectures 28
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Exrait

Jean-François Estienne
Le « vieillissement de la population » au Japon. Discours ou
réalité ?
In: Ebisu, N. 12, 1996. pp. 42-91.
Abstract
"Aging " (kôreikamondai) is frequently mentioned as one of the economic and social challenges that Japan must face. Beyond the
current demographic transition underway, the very concept of "aging population " has yet to be translated into convincing,
universaly accepted scientific definition. While recourse to the " aging " as a theme is a relatively recent feature in
Japan, there has been a recurring debate on the same subject in France since the days when it worried about the future of its "
vital force ".To make a distinction between plain statistical facts and the worries about a " grey " future, we should not necessarily
rely exclusively on statistics which describe the evolution of society — " all things being equal " — . The proper interpretation of
demographic facts should not rest entirely upon quantitative demographers and should, on the contrary, take advantage of the full
scope of social sciences.
Résumé
Le « vieillissement de la population » (auquel il est fait haibtuellement référence en japonais sous le vocable de kôreikamondai)
est fréquemment cité parmi les défis économiques et sociaux auquel le Japon doit faire face. Au-delà de l'évidence statistique
d'une transition démographique, il convient de s'interroger sur le « phénomène » du « vieillissement démographique », dont la
définition scientifique semble difficile à établir. Ce thème du « vieillissement de la population » s'il est ... jeune au Japon et ancien
en France, puise sa source dans une sorte de consensus inquiet sur l'avenir des « forces vives de la nation ». La distinction entre
constat statistique et rhétorique du déclin s'impose, sauf à considérer la mesure statistique comme unique représentation des
évolutions de la société, « toutes choses égales par ailleurs ». L'interprétation des faits démographiques ne peut être le
monopole des démographes quantitativistes et doit au contraire largement puiser dans le riche apport des sciences sociales.
Citer ce document / Cite this document :
Estienne Jean-François. Le « vieillissement de la population » au Japon. Discours ou réalité ?. In: Ebisu, N. 12, 1996. pp. 42-91.
doi : 10.3406/ebisu.1996.955
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ebisu_1340-3656_1996_num_12_1_955ESTIENNE EBISU 12 Jean-François
LE « VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION » AU JAPON
Discours ou réalité ?
Jean-François ESTIENNE
Pensionnaire à la
Maison Franco-Japonaise
Résumé
Le « vieillissement de la population » (auquel il est fait haibtuellement référence
en japonais sous le vocable der^jitMfcFailll kôreikamondai) est fréquemment cité parmi
les défis économiques et sociaux auquel le Japon doit faire face. Au-delà de l'évidence
statistique d'une transition démographique, il convient de s'interroger sur le
« phénomène » du « vieillissement démographique », dont la définition scientifique
semble difficile à établir. Ce thème du « vieillissement de la population » s'il est ...
jeune au Japon et ancien en France, puise sa source dans une sorte de consensus
inquiet sur l'avenir des « forces vives de la nation ». La distinction entre constat
statistique et rhétorique du déclin s'impose, sauf à considérer la mesure statistique
comme unique représentation des évolutions de la société, « toutes choses égales par
ailleurs ». L'interprétation des faits démographiques ne peut être le monopole des
démographes quantitativistes et doit au contraire largement puiser dans le riche
apport des sciences sociales.
Aging in Japan
Talk or Reality ?
" 0v$&i\L?n\ifÊkôreikamondai) is frequently mentioned as one of the economic "Aging
and social challenges that Japan must face. Beyond the current demographic transition
underway, the very concept of "aging population " has yet to be translated into
convincing, universaly accepted scientific definition. While recourse to the " aging
population " as a theme is a relatively recent feature in Japan, there has been a
recurring debate on the same subject in France since the days when it worried about
the future of its " vital force ".To make a distinction between plain statistical facts
and the worries about a " " future, we should not necessarily rely exclusively grey
on statistics which describe the evolution of society — " all things being equal " — .
The proper interpretation of demographic facts should not rest entirely upon
quantitative demographers and should, on the contrary, take advantage of the full
scope of social sciences.
42 « VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION » AU JAPON LE
u*
INTRODUCTION
Les Nations-Unies définissaient en 1956, comme atteints par le
« vieillissement de la population », les pays dont l'effectif de la classe
d'âge « 65 ans et plus » représente 7% ou plus de total. L'OCDE
propose une définition qui présente également le mérite d'être simple :
une population «vieillit» quand « le nombre des jeunes diminue et
celui des personnes âgées augmente »1.
En 1995, en France et au Japon, la proportion des « 65 ans et plus »
est la même, 14%, bien que l'évolution démographique ayant conduit
à cette proportion diffère grandement. L'ancienneté du discours sur
le « vieillissement de la population » n'est de ce fait pas la même
dans les deux pays. La France est un pays considéré comme « vieux »
depuis longtemps, alors qu'au Japon, ce « phénomène » est considéré
comme récent. Mesuré par l'accroissement de la proportion de l'effectif
de la classe d'âge des « 65 ans et plus », il affecte l'ensemble des pays
riches, mais semble concerner le Japon et préoccuper les Japonais de
manière plus aigiie, voire spécifique.
Le « vieillissement de la population » est en effet devenu au Japon
un thème récurrent de la communication en provenance des instances
gouvernementales (ministères des Finances, de la Santé, Agence de
planification, etc.), repris abondamment par les milieux académiques
(littérature abondante) et les médias (référence pratiquement
1Le vieillissement démographique, conséquences pour la politique sociale, p. 9, OCDE,
Paris, 1988.
43 Jean-François ESTIENNE EBISU 12
quotidienne). Ce thème génère aussi de nombreuses actions dont
certaines sont importantes comme les deux versions successives du
« Gold Plan2 » du ministère de la Santé, destiné, dans le domaine de
la santé, à relever au cours de la décennie 1989-1999 le défi d'une
« société vieillissante », ou la réforme des régimes publics de retraite3.
L'usage de concepts simples et de nature algébrique (comme la
proportion d'une classe d'âge rapportée à l'effectif total) pour
caractériser le « vieillissement de la population » présente l'avantage
de rendre possible une comparaison spatiale et temporelle, basée sur
un recueil statistique officiel et fiable. L'usage intensif des statistiques,
la modélisation des comportements humains, individuels et collectifs
et les prévisions de toute nature relèvent de l'essence même de la
démographie et de l'économie, sciences dont les cheminements, les
raisonnements ainsi que les outils se conjuguent depuis fort longtemps :
après tout, «il n'est de richesse que d'hommes».
La question du « vieillissement de la population », au carrefour de
ces deux disciplines, préoccupe au Japon de nombreux économistes,
comme Takayama Noriyuki : « le connaît actuellement un
vieillissement rapide de sa population, avec une proportion de
personnes âgées (plus de 65 ans) de 12% en 1990, devant atteindre
25% en 2015 et plus de 30% aux alentours de 2040. Dans ces conditions,
le Japon pourra-t-il maintenir son statut de superpuissance
économique ? Qu'adviendra-t-il de sa capacité à exporter des
capitaux ? » Ces préoccupations sont partagées dans d'autres pays,
depuis parfois longtemps : rappelons qu'Alfred Sauvy, le plus célèbre
démographe français, qui dès 1928 employait l'expression
« vieillissement progressif de la population » , était à l'origine un
économiste, spécialiste des questions de prévision.
2sous-titré : « Stratégie décennale pour la promotion des services sociaux et de
santé pour les personnes âgées »
3Régime de base (SJ^^^H^I^î, kokumin nenkin hokeri) et régime complémentaire
obligatoire des salariés (jy^fe^^H^I^, kôsei hokeri), fonctionnant tous deux
selon le principe de la répartition et disposant de réserves conséquentes. La réforme
votée en novembre 1994 prévoit le quasi-doublement des cotisations salariales et
patronales, par augmentations graduelles, à l'horizon 2018.
AThe Greying of Japan : An Economie Perspective on Public Pensions Takayama
Noriyuki, préface, p. v, éd. Kinokuniya, Tôkyô, 1992.
5La population française jusqu'en 1956, essai sur la prévision démographique,
in Journal de la Société de statistique de Paris, n°12, décembre 1928.
44 LE « VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION » AU JAPON
Or, peut-on aborder le « phénomène du vieillissement de la
population » au Japon, que mesurent statistiquement les démographes
et les économistes de ce pays, ainsi que les prévisions de son ampleur
et de ses conséquences sur la société, sans mettre à contribution les
sciences sociales ? Peut-on en effet rapporter une société et son
évolution à sa seule dimension numérique ? Doit-on se rendre aux
arguments de ceux qui, pour affirmer le caractère « différent » (voire
unique6) du destin démographique de la nation et du peuple japonais,
s'appuyent en l'occurrence, non sur des thèses culturalistes, mais
précisément, sur des comparaisons internationales rationnelles
d'agrégats universels objectifs, à partir de sources statistiques
irréfutables ?
Dans tous les pays, ainsi qu'au sein des instances internationales,
les organismes et les chercheurs qui produisent et utilisent les
statistiques démographiques ne manquent pas, en outre, de commenter
leur évolution. Il est à l'évidence indispensable de prendre comme
point de départ à toute réflexion sur le « vieillissement de la
population », le constat statistique qui met en lumière l'évolution
démographique , dans un avenir raisonnablement prévisible, que vont
connaître la plupart des pays de l'OCDE. Il s'agit d'une transition indéniable, quand s'observe de manière objective,
comme actuellement dans la plupart des pays riches, une réduction
simultanée de la mortalité et de la fécondité.
Cet article constitue une invitation à interpréter la transition
démographique que connaît le Japon, et son évolution future
(phénomène statistique objectif), et tente de montrer en quoi le simple
usage du vocable « vieillissement de la population », avec la meilleure
bonne foi, tient du commentaire, voire du discours ( et relève donc de
la subjectivité). Il est donc proposé ci-après de livrer au lecteur les
éléments factuels, statistiques, établissant la transition démographique
en cours et à venir au Japon, ainsi que les commentaires les plus
habituels procédant du discours sur le « vieillissement de la
population ». Pour mettre en perspective la situation du Japon, il est
fait appel au concept de « vieillissement de la population », tel qu'il
est apparu historiquement en France.
La description des présentations et du cheminement aboutissant
aux thèses du « vieillissement de la population » fait l'objet de réflexions
6 Ogawa Naohiro, professeur de démographie à l'Université Nihon, directeur
adjoint du Centre de recherches démographiques (S ^:fc^0)ÀP$f2uBf) a intitulé
un chapitre le vieillissement à venir de la population japonaise et son caractère unique in
Aging in Japan 1994, pp. 67-73, Japan Aging Research Center, Tôkyô.
45 Jean-François ESTIENNE EBISU 12
qui peuvent s'articuler autour des interrogations suivantes :
- il sera d'abord question, dans la première partie de cet article, de
la définition généralement admise du « vieillissement de la
population » sans référence particulière au Japon mais avec un rappel
du contexte historique conduisant à la rhétorique nataliste du début
du siècle en France. Le « vieillissement de la population » est abordé
à la fois en tant que concept démographique et que problématique
économique et sociale.
- sera abordée, dans la seconde partie, la question de l'existence et
de la nature éventuelle d'une spécificité japonaise au regard du
« vieillissement de la population ».
- il sera tenté, dans la troisième partie, de déterminer en quoi le
« de la » peut affecter le présent et l'avenir
du Japon.
La conclusion traitera de la question de savoir si le « vieillissement
de la population », au Japon, s'apparente à un éventuel déclin.
I. COMMENT DÉFINIR LE «VIEILLISSEMENT DE LA
POPULATION » ?
1.1. Définition statistique
a) au sens de l'OCDE
Afin de prendre comme point de départ un concept universel (au
moins pour les pays les plus développés), voici la définition et la
vision du « vieillissement de la population » fournies par l'OCDE7.
« Les pays de l'OCDE voient s'ouvrir la perspective d'une
transformation assez sensible de leur structure démographique dans
les cinquante années qui viennent. Les taux de fécondité et de mortalité
sont faibles de sorte que, sous leur action conjuguée, l'accroissement
de la population va se ralentir et l'effectif des personnes âgées va
fortement augmenter, d'où un vieillissement dans la composition de
la population. Au cours des dernières décennies, cet effectif des
personnes âgées s'est considérablement accru dans beaucoup de pays.
D'ici les premières années du XXF siècle, il ne devrait y avoir dans la
plupart des pays qu'un accroissement modéré, mais peu après l'an
2000, cet effectif va commencer à croître rapidement, car les cohortes
pléthoriques du « baby boom » qui a suivi la seconde guerre mondiale
vont atteindre le seuil de la vieillesse. Cette évolution est renforcée
7 op. cit. OCDE, Paris, 1988.
46 LE « VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION » AU JAPON
par une réduction du nombre de jeunes due à la faiblesse des taux de
fécondité. Ceux-ci sont actuellement inférieurs au niveau requis pour
assurer le renouvellement de la population dans la majorité des pays
de l'OCDE. Quant aux personnes d'âge actif, leur nombre devrait
également fléchir dans la plupart des pays au début du XXF siècle ».
« Ce vieillissement démographique est un phénomène commun à
presque tous les pays de l'OCDE mais on constate de très fortes
variations quant à son ampleur et quant à son calendrier. Dans la
plupart des pays, l'effectif des personnes âgées va croître brutalement
dès le début du siècle prochain, encore que, dans certains, cette
évolution doive être plus lente. Dans quelques pays, on assiste déjà à
un vieillissement rapide de la population, l'exemple le plus frappant
étant le Japon où l'effectif des personnes âgées devrait croître des
deux tiers environ entre 1980 et l'an 2000 ».
Reprenons la définition ci-dessus, généralement admise, en
énonçant de manière synthétique les caractères permettant d'établir
l'existence du « phénomène de vieillissement de la population ».
- augmentation de la proportion de l'effectif de la classe d'âge des
« 65 ans et plus », rapportée à la population totale,
- baisse tendancielle du taux conjoncturel de fécondité,
- réduction de la mortalité.
Les figures 1, 2 et 3 permettent de constater l'évolution des trois
indicateurs mentionnés ci-dessus à l'exception de la réduction de la
mortalité, à laquelle on a choisi de substituer l'allongement de
l'espérance de vie à la naissance, pour les principaux pays de l'OCDE.
Les indicateurs statistiques ci-dessus8 confirment, pour les pays
considérés, un accroissement de la proportion de l'effectif de la classe
d'âge des « 65 ans et plus » au sein de l'effectif total, une baisse du
taux conjoncturel de fécondité et un allongement de l'espérance de
vie à la naissance.
indicateurs auxquels il peut sembler plus utile d'ajouter l'allongement de
l'espérance de vie non seulement à la naissance, mais à un âge donné, par exemple
65 ans.
47 1
:
:
I
I
1
Jean-François ESTIENNE EBISU 12
Figure 1 : Évolution de la proportion de l'effectif de la classe d'âge
«65 ans et plus», dans total,
pour une sélection de pays,1950-2025.
25
Japor Personnes de
« 65 ans et plus
20 -
15 - F
10 - populaire
Inde
-i Années
1955 1965 1975 1985 1995 2005 2015 2025
Source Répartition de la population mondiale par sexe et par âge, Nations Unies, 1992.
Figure 2 : Evolution du taux conjoncturel de fécondité
pour une sélection de pays, 1950-1993.
Taux
conjoncturel 4. 0 -
de fécondité Etats-Unis 3.5
3.0 -
Suède 2.5
2.0
Japon 1.5
y
Italie 1.0
0.5
-J L_ _l 1_ 0.0 Années
1950 1955 1960 1965 1970 1975 1980 1985 1990
Source (d'après données des Nations Unies et du Conseil de l'Europe) Anfâti* jfô&,
Recueil de données démographiques, 1994, p. 44, Centre de recherche sur les questions
démographiques, ministère de la Santé, (W^^rÀPHJiWî^f), Tôkyô.
48 :
« VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION » AU JAPON LE
Figure 3 : Évolution de l'espérance de vie à la naissance, par sexe,
pour une sélection de pays, 1960-1993.
Années
85
Femmes Espérance
dévie
à la 80
naissance Hommes
75 -
r
Angleterre «Pays de Galles
Années
1965 1970 1975 1980 1985 1990
Source (d'après données des Nations Unies et du Conseil de l'Europe) ÀDfecSt'îf £Hé, Recueil de données
démographiques, 1994, p. 71, Centre de recherche sur les questions démographiques, ministère de la Santé, (W
■), Tôkyô.
1.2. Les limites d'une définition statistique (et statique) du "vieillissement
de la population "
L'évolution des indicateurs livrés ci-dessus, pris séparément ou
associés, constitue-t-elle un phénomène mis en évidence de manière
scientifique ?
a) Effets de seuil
Prenons par exemple en considération le choix par l'ONU de fixer
le niveau de 7% pour la proportion des « 65 ans et plus ». En 1956,
beaucoup de pays étaient à l'époque « jeunes » au sens de cette
définition, comme le Japon (environ 5,5%), alors que la France était
déjà un pays « vieux » (11,6%). Mais si l'on considère, en 1994, outre
la proportion de l'effectif de la classe d'âge des « 65 ans et plus » au
sein de l'effectif total (pour laquelle les deux pays sont actuellement
au même niveau), le taux conjoncturel de fécondité et l'espérance de
vie à la naissance, la France se trouve désormais en position plus
favorable que le Japon.
Se pose donc la question de savoir si le seul critère de la proportion
49 Jean-François ESTIENNE EBISU 12
des « 65 ans et plus » est suffisant pour mesurer le « vieillissement de
la population » . Si oui, peut-on prétendre qu'avoir 65 ans en 1955 est
équivalent à avoir 65 ans, quarante ans plus tard en 1995, alors que
l'espérance de vie à la naissance augmentait au cours de cette période10,
pour les femmes de 15,7 ans au Japon, et de 11,3 ans en France, et les hommes, respectivement de 14,8 ans et 10,9 ans, soit une
progression voisine de 20% ?
Un critère fixe comme une classe d'âge permet-il de restituer
l'évolution d'un phénomène à l'évidence dynamique ?
Une modification éventuelle du critère fixe adopté par l'ONU, à
savoir la proportion de la classe d'âge « 65 et plus », en déplaçant le
seuil entre pays « vieux » et les autres, par exemple, de 7% à 14%
poserait un autre redoutable problème11. Imaginons alors, au moment
où s'effectue cette modification, un pays dont la proportion des 65
ans et plus soit égale à 10%. Ce pays auparavant « jeune », deviendrait
instantanément « vieux », et « atteint par le phénomène du
vieillissement de la population ». L'existence et la mesure du
phénomène dépendrait donc de l'outil destiné à le mesurer, ce qui
peut ne pas être pleinement satisfaisant du point de vue de la démarche
scientifique.
Il en est de même en cas de modification de « l'âge de la vieillesse »,
par exemple de 60 à 65 ans. Ainsi, en France, où deux organismes
gouvernementaux traitent des questions démographiques, l'INED12
9 Ne vaudrait-il pas mieux retenir plusieurs critères ? S'il est nécessaire de
procéder à une pondération entre les critères, on pourra regretter que celle-ci ne
semble pas figurer dans l'ouvrage de l'OCDE cité en référence précédemment. Cette
pondération aurait peut-être permis de suggérer un indicateur synthétique, suite
logique du raisonnement statistique et de la démarche comparative. Cette « absence »
peut aussi, en toute hypothèse, résulter de l'honnête prudence que l'Organisation de
coopération économique et de développement développe dans un chapitre consacré
aux prévisions (cf note n° 69 infra).
lod'après les données de l'Organisation Mondiale de la Santé, ÀP^ft^f4ft
(jinkô tôkei shiryôshû), Recueil de données démographiques, 1994, p. 72, Centre de
recherche sur les questions démographiques, ministère de la Santé, J?^^À^M
%K), Tôkyô.
nOn considère ici que ce changement s'opère « toutes choses égales par ailleurs« ,
et que « l'âge de la vieillesse » est fixe. Dans le cas contraire, on pourrait alors envisager
un plus grand nombre de possibilités, sans pour autant répondre à la question de
fond, relative à la définition même du «vieillissement de la population ».
12 Institut national des études démographiques, fondé, entre autres, par Alfred
Sauvy.
50

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents