27 pages
Français

Les décisions américaines en matière de défense : comment les sociologues y contribuent - article ; n°2 ; vol.24, pg 203-226

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue française de sociologie - Année 1983 - Volume 24 - Numéro 2 - Pages 203-226
Bernard Boëne : Las decisiones americanas en materia de defensa. Cómo contribuyen a ello los sociólogos.
No sería la sociologia lo que es hoy si gran numero de sociólogos no habian llevado entre 1941 y 1945 su contribución al esfuerzo de guerra americano : muchos trabajos hoy clásicos nacieron de esa colaboración impuesta рог las circunstancias. Esa edad de oro se acabó con la segunda guerra mundial. Examina el articulo los aspectos culturales institucionales y prácticos de las relaciones, limitados, y a menudo dificiles entre arbitros (politícos o militares) e investigadores en ciencias sociales en los Estados Unidos desde ese periodo acentuando peculiarmente el pasado reciente. Establece una lista de los actores de la ayuda en la decision militar : « consumadores » y « productores » de investigación sociológica. Propone una tipologia de sus relaciones y se esfuerza de evaluar la utilidad y la influencia de los trabajos efectuados en ese cuadro. Empieza brevemente el debate acerca del funcionamiento del ejército, debate que opone en la plaza publica a economistos y a sociólogos respetivamente sostenidos por el ministerio y las comisiones parlamentarias. Se prolonga el estudio con la corta presentación de varias contribuciones juzgadas representativas de ese tipo de investigación.
Bernard Boëne : Die amerikanischen Entscheidungen zur Verteidigung. Wie die Soziologen dazu beitragen.
Die Soziologie ware nicht was sie heute ist, wenn eine grosse Anzahl von Soziologen zwischen 1941 und 1945 ihren Beitrag zu den amerikanischen Kriegsanstrengungen nicht geleistet hätten : viele heute klassischen Arbeiten entstanden aus dieser den Umstanden entsprungenen Zusammenarbeit. Dieses goldene Zeitalter endete gleichzeitig mit dem zweiten Weltkrieg. Der vorliegende Aufsatz untersucht die kulturellen, institutionellen und praktischen Aspekte der Beziehungen, begrenzt und oft schwierig, zwischen den Entscheidungsverantwortlichen (Politik und Militar) und den sozialwissenschaftlichen Forschern der Vereinigten Staaten seit dieser Periode, wobei besonders die kürzliche Vergangenheit unterstrichen wird. Es wird eine Liste der Aktoren der militarischen Entscheidungshilfe zusammengestellt : « Verbraucher » und « Hersteller » der soziologischen Forschung. Der Verfasser schlägt eine Typologie ihrer Beziehungen vor und versucht, die Nutzlichkeit und den Einfluss der in diesem Rahmen durchgeführten Arbeiten zu würdigen. Er streift kurz die Debatte zur Funktionsweise der Berufsarmee, Debatte die in der Oeffentlichkeit Wirtschaftler und Soziologen gegenüberstellt, die ihrerseits vom Ministerium und den parlamentarischen Kommissionen unterstutzt werden. Dem Aufsatz folgt eine kurze Vorstellung verschiedener für diese Forschung repräsentativer Beiträge.
Bernard Boëne : American defence decisions. The sociologists' contribution.
Sociology would not be what it is today if a great many sociologists had not participated in the American war effort between 1941 and 1945. Many of the works that have since become classics, arose from the collaboration imposed by the circumstances. This golden age came to an end at the same time as the war. This article studies the cultural, institutional and practical aspects of the limited and often difficult relations between the deciders, both political and military, and the social scientists in the United States since that period, particular emphasis being placed on the more recent past. A list of the actors involved in aiding military decisions is drawn up : 'consumers' and 'producers' of sociological research. A typology of their relationships is proposed with an attempt to evaluate the usefulness and influence of the different projects carried out within this framework. The article touches briefly on the debate over the functioning of the professional army, in which economists and sociologists, supported respectively by the Ministry and the parliamentary commissions oppose their antagonistic opinions in the open. A succinct presentation of several contributions considered representative of this type of research completes the article.
Bernard Boëne : Les décisions américaines en matière de défense. Comment les sociologues y contribuent.
La sociologie ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui si un grand nombre de sociologues n'avaient apporté, entre 1941 et 1945, leur contribution à l'effort de guerre américain : beaucoup de travaux aujourd'hui classiques sont nés de cette collaboration imposée par les circonstances. Cet âge d'or a pris fin en même temps que la seconde guerre mondiale. L'article examine les aspects culturels, institutionnels et pratiques des rapports, limités et souvent difficiles, entre décideurs (politiques ou militaires) et chercheurs en sciences sociales aux Etats-Unis depuis cette période, en mettant un accent particulier sur le passé récent. Il dresse une liste des acteurs de l'aide à la décision militaire : « consommateurs » et « producteurs » de recherche sociologique. Il propose une typologie de leurs relations et s'efforce d'évaluer l'utilité et l'influence des travaux effectués dans ce cadre. Il aborde brièvement le débat sur le fonctionnement de l'armée de métier, débat qui oppose sur la place publique économistes et sociologues, respectivement soutenus par le ministère et les commissions parlementaires. L'étude est prolongée par la présentation succincte de plusieurs contributions jugées représentatives de ce type de recherche.
24 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1983
Nombre de lectures 16
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

Bernard Boëne
Les décisions américaines en matière de défense : comment les
sociologues y contribuent
In: Revue française de sociologie. 1983, 24-2. pp. 203-226.
Citer ce document / Cite this document :
Boëne Bernard. Les décisions américaines en matière de défense : comment les sociologues y contribuent. In: Revue française
de sociologie. 1983, 24-2. pp. 203-226.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1983_num_24_2_6952Resumen
Bernard Boëne : Las decisiones americanas en materia de defensa. Cómo contribuyen a ello los
sociólogos.
No sería la sociologia lo que es hoy si gran numero de sociólogos no habian llevado entre 1941 y 1945
su contribución al esfuerzo de guerra americano : muchos trabajos hoy clásicos nacieron de esa
colaboración impuesta рог las circunstancias. Esa edad de oro se acabó con la segunda guerra
mundial. Examina el articulo los aspectos culturales institucionales y prácticos de las relaciones,
limitados, y a menudo dificiles entre arbitros (politícos o militares) e investigadores en ciencias sociales
en los Estados Unidos desde ese periodo acentuando peculiarmente el pasado reciente. Establece una
lista de los actores de la ayuda en la decision militar : « consumadores » y « productores » de
investigación sociológica. Propone una tipologia de sus relaciones y se esfuerza de evaluar la utilidad y
la influencia de los trabajos efectuados en ese cuadro. Empieza brevemente el debate acerca del
funcionamiento del ejército, debate que opone en la plaza publica a economistos y a sociólogos
respetivamente sostenidos por el ministerio y las comisiones parlamentarias. Se prolonga el estudio
con la corta presentación de varias contribuciones juzgadas representativas de ese tipo de
investigación.
Zusammenfassung
Bernard Boëne : Die amerikanischen Entscheidungen zur Verteidigung. Wie die Soziologen dazu
beitragen.
Die Soziologie ware nicht was sie heute ist, wenn eine grosse Anzahl von Soziologen zwischen 1941
und 1945 ihren Beitrag zu den amerikanischen Kriegsanstrengungen nicht geleistet hätten : viele heute
klassischen Arbeiten entstanden aus dieser den Umstanden entsprungenen Zusammenarbeit. Dieses
goldene Zeitalter endete gleichzeitig mit dem zweiten Weltkrieg. Der vorliegende Aufsatz untersucht die
kulturellen, institutionellen und praktischen Aspekte der Beziehungen, begrenzt und oft schwierig,
zwischen den Entscheidungsverantwortlichen (Politik und Militar) und den sozialwissenschaftlichen
Forschern der Vereinigten Staaten seit dieser Periode, wobei besonders die kürzliche Vergangenheit
unterstrichen wird. Es wird eine Liste der Aktoren der militarischen Entscheidungshilfe
zusammengestellt : « Verbraucher » und « Hersteller » der soziologischen Forschung. Der Verfasser
schlägt eine Typologie ihrer Beziehungen vor und versucht, die Nutzlichkeit und den Einfluss der in
diesem Rahmen durchgeführten Arbeiten zu würdigen. Er streift kurz die Debatte zur Funktionsweise
der Berufsarmee, Debatte die in der Oeffentlichkeit Wirtschaftler und Soziologen gegenüberstellt, die
ihrerseits vom Ministerium und den parlamentarischen Kommissionen unterstutzt werden. Dem Aufsatz
folgt eine kurze Vorstellung verschiedener für diese Forschung repräsentativer Beiträge.
Abstract
Bernard Boëne : American defence decisions. The sociologists' contribution.
Sociology would not be what it is today if a great many sociologists had not participated in the American
war effort between 1941 and 1945. Many of the works that have since become classics, arose from the
collaboration imposed by the circumstances. This golden age came to an end at the same time as the
war. This article studies the cultural, institutional and practical aspects of the limited and often difficult
relations between the deciders, both political and military, and the social scientists in the United States
since that period, particular emphasis being placed on the more recent past. A list of the actors involved
in aiding military decisions is drawn up : 'consumers' and 'producers' of sociological research. A
typology of their relationships is proposed with an attempt to evaluate the usefulness and influence of
the different projects carried out within this framework. The article touches briefly on the debate over the
functioning of the professional army, in which economists and sociologists, supported respectively by
the Ministry and the parliamentary commissions oppose their antagonistic opinions in the open. A
succinct presentation of several contributions considered representative of this type of research
completes the article.Résumé
Bernard Boëne : Les décisions américaines en matière de défense. Comment les sociologues y
contribuent.
La sociologie ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui si un grand nombre de sociologues n'avaient
apporté, entre 1941 et 1945, leur contribution à l'effort de guerre américain : beaucoup de travaux
aujourd'hui classiques sont nés de cette collaboration imposée par les circonstances. Cet âge d'or a
pris fin en même temps que la seconde guerre mondiale. L'article examine les aspects culturels,
institutionnels et pratiques des rapports, limités et souvent difficiles, entre décideurs (politiques ou
militaires) et chercheurs en sciences sociales aux Etats-Unis depuis cette période, en mettant un accent
particulier sur le passé récent. Il dresse une liste des acteurs de l'aide à la décision militaire : «
consommateurs » et « producteurs » de recherche sociologique. Il propose une typologie de leurs
relations et s'efforce d'évaluer l'utilité et l'influence des travaux effectués dans ce cadre. Il aborde
brièvement le débat sur le fonctionnement de l'armée de métier, débat qui oppose sur la place publique
économistes et sociologues, respectivement soutenus par le ministère et les commissions
parlementaires. L'étude est prolongée par la présentation succincte de plusieurs contributions jugées
représentatives de ce type de recherche.:
R. franc, sociol., XXIV, 1983, 203-226
Bernard BOËNE
Les décisions américaines
en matière de défense :
comment les sociologues y contribuent*
A bien des égards, la sociologie (1) américaine - et on sait quelle place elle
tient dans la sociologie mondiale - ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui si
les chercheurs d'Outre-Atlantique n'avaient, à trois reprises, collaboré à l'effort
de guerre américain (2): de façon encore timide en 1917/1918 (3), sur une
grande échelle entre 1941 et 1945, et dans une plus faible mesure, lors du
conflit de Corée. Aujourd'hui classiques, les travaux issus de ces recherches
entreprises pour le compte des armées à des fins éminemment pratiques, en
particulier celles de la seconde guerre mondiale, ont grandement contribué au
développement et au rayonnement ultérieurs de la discipline, voire de l'ensemb
le des sciences sociales (4).
Symétriquement, les nombreux témoignages de satisfaction décernés, au
plus haut niveau, par les décideurs semblent indiquer que ces recherches ont,
en leur temps, fort bien rempli la fonction qui leur était assignée : renseigner
sur la réalité du moment et faciliter la prise de décision en éclairant les effets
respectifs, proches ou lointains, des diverses options ouvertes aux responsables
politiques ou militaires.
* Le présent article reprend et développe on Armed Forces and Conflict Resolution (Ses
une étude conduite, sous la responsabilité scien sion IV, « Sociology and Military Personnel
Policy »), au Xe Congrès Mondial de Sociologie tifique de H.J.-P. Thomas, directeur du Centre
de sociologie de la Défense Nationale, pour le de Mexico (août 1982).
compte du Secrétariat Général de la Défense (1) Le vocable « sociologie » s'entend ici au
Nationale. Les personnalités suivantes, contact sens large : il inclut la sociologie, la psychologie ées au cours d'un voyage aux Etats-Unis sociale et l'ethnologie. Il s'entend également, pendant l'été 1981, ont bien voulu se soumettre pour emprunter aux juristes leur langage, non au jeu des questions et des réponses : Morris seulement au sens organique - la sociologie
Janowitz (University of Chicago), Charles С que font les sociologues - mais aussi au sens
Moskos, Jr (Northwestern University), Sam С matériel la sociologie que sont amenés à faire,
Sarkesian (Loyola University), David et Mady consciemment ou non, les économistes, les
Segal (University of Maryland), le Colonel psychologues, les politistes, les spécialistes de
Frank Margiotta (National Defense University) psychiatrie sociale, etc.
et Samuel P. Huntington (Harvard). Nous les (2) Cf. Bernard BOËNE, 1981. Voir les
en remercions vivement, ainsi que M. Jacques références bibliographiques en fin d'article.
Lautman, professeur à Paris V, qui a fait (3) Ces premiers travaux furent menés par
bénéficier de ses commentaires critiques une des psychologues. Cf. Colonel Edward L.
première version de cet article. Sous le titre MUNSON, 1921. « La Quadrature du Pentagone », celui-ci a (4) Paul F. LAZARSFELD, 1962.
Figuré au programme du Research Committee
203 Revue française de sociologie
En dépit de ces réussites initiales dans un domaine où l'institution militaire
a joué un rôle de pionnier, il semble que chercheurs et décideurs aient depuis
lors éprouvé des difficultés à tirer les mêmes avantages mutuels de leur
collaboration : l'histoire du dernier quart de siècle, pour ce qui les concerne, est
faite de longs tâtonnements institutionnels, de malentendus, parfois de contro
verses (5). A une époque où l'aide à la décision au profit de l'Etat fédéral est
devenue une industrie florissante (on y a consacré plus d'un milliard de dollars
en 1980 (6), tous ministères et organismes fédéraux confondus, et le coût des
études de sciences sociales menées la même année pour le compte du seul
Pentagone se chiffre en dizaines de millions), des voix - peu nombreuses il est
vrai - s'élèvent pour mettre en doute l'utilité de telles recherches (7), tandis
que d'autres, plus prudentes, ou plus optimistes, proposent des remèdes â une
situation jugée peu satisfaisante (8).
1. - Le cadre idéologique et structurel
/. Libéralisme et décentralisation
L'observateur, surtout l'observateur français, habitué aux structures et aux
schémas de pensée issus de la tradition jacobine, ne peut manquer d'être frappé
de prime abord par le degré de décentralisation, pour ne pas dire de dispersion,
qui caractérise le pouvoir de décision dans tous les secteurs de la société
américaine : . les maîtres-mots sont pluralisme et concurrence. On se trouve là
en présence de ce que Samuel P. Huntington (9) appelle la constante idéologi
que des Etats-Unis : le libéralisme dans la tradition de Locke et de Montesq
uieu, reflet de la montée des classes moyennes, et des luttes pour la tolérance
religieuse des nombreuses églises et sectes protestantes aux XVIIe et xvnf siècles
en Angleterre et en Amérique, puis de l'importance du rôle joué aux XIXe et
XXe siècles par la théorie économique classique.
Ces valeurs ont façonné, et façonnent encore les structures : on semble ne
redouter rien tant que la concentration de fonctions, donc de pouvoirs. C'est
ainsi, pour prendre un exemple dans le domaine qui nous intéresse, qu'en
matière de politique militaire, les responsabilités suprêmes sont exercées de
façon concurrentielle par l'Exécutif (Présidence et Pentagone) et par le Congrès
(Sénat et Chambre des Représentants), chacune de ces instances disposant de
ses propres services de documentation et de recherches. C'est ainsi encore que
(5) Gene M. LYONS, 1969. R.J. STAMBAUGH, 1975. M. REIN et Shel-
(6) William P. SNYDER et James A. don H WHITE, 1977.
DAVIS, 1981. (8) David R. SEGAL, 1981a.
(7) Nathan CAPLAN, A. MORRISON et (9) S.P. HUNTINGTON, 1957.
204 Bernard Boëne
les quatre armées (Terre, Air, Mer, et Marine Corps) conservent, en dépit
d'efforts répétés pour renforcer sur elles l'autorité du Pentagone, une indépen
dance (10) impensable en France (ce qui explique pour une bonne part les
manifestations publiques de rivalité entre elles, également impensables dans
notre pays).
Ces principes se retrouvent également dans l'organisation de la recherche
scientifique. Gene M. Lyons, au terme d'un livre (11) retraçant la très dense
histoire des relations entre chercheurs en sciences sociales et pouvoirs publics
aux Etats-Unis, écrit :
«(...) il n'existe pas de politique nationale de la recherche scientifique (...); il est
hautement improbable que du système politique américain il puisse un jour sortir
une politique d'ensemble fixant les finalités et les modes de financement, par
l'Etat fédéral, de la recherche (...); et quand bien même cela serait possible, il n'est
pas du tout sûr que cela serait souhaitable (...) ».
Au lieu et place d'une politique gouvernementale de la recherche telle que
nous la connaissons en France, on trouve donc une mosaïque de politiques
partielles, modelées et remodelées selon des besoins et au gré des circonstan
ces (1 2), par des décideurs de tous niveaux, de toutes spécialités, et de tous
statuts juridiques .- responsables d'universités, d'instituts de recherche privés à
but non lucratif, d'entreprises commerciales, de fondations philanthropiques,
d'organismes publics, etc.
Il est frappant de constater que même la seconde guerre mondiale, guerre
« totale » dans laquelle les Etats-Unis ont engagé l'ensemble de leur potentiel
scientifique et technique, n'a engendré qu'une centralisation partielle de la
recherche : un Office of Scientific Research and Development (o.s.R.D.), direct
ement rattaché à la Maison Blanche, fut créé en 1 94 1 ; mais son rôle s'est borné
à encourager, coordonner, parfois lancer, des travaux dont l'essentiel fut
effectué sur la base de contrats (avec des universités), et non de contrôle
hiérarchique ou de tutelle. Et, détail intéressant, les sciences sociales se
trouvaient exclues du champ de ses attributions : les travaux célèbres auxquels
il était fait allusion plus haut, ceux de S.A. Stouffer (Army Research Branch),
de Morris Janowitz et Edward Shils (Psychological Warfare Division,
s.h.a.e.f), ď Alexander Leighton (Foreign Morale Analysis Division), d'Harold
Lasswell (Library of Congress), et de bien d'autres, ne firent l'objet d'aucune
coordination centrale (ce qui rend l'accord fondamental de leurs résultats plus
impressionnant encore).
L'o.s.R.D. fut d'ailleurs démantelé dès 1945. Et, en dépit des espoirs de son
directeur, Vannevar Bush (auteur d'un rapport au Président intitulé Science,
the Endless Frontier, prévoyant la création d'un grand organisme de coordinat
ion de la recherche scientifique pour temps de paix), de ceux de nombreux
(10) Ibid. Le chapitre 7 fournit une descrip- recherche scientifique américaine de négocier
tion des jeux de bascule auxquels se livrent les certains virages abrupts avec un bel ensemble :
armées entre l'Exécutif et le Congrès pour on se souvient de ce qui se passa aux Etats-
maintenir cette (relative) indépendance. Unis à la suite du lancement du premier
(1 1) Gene M. LYONS, op. cit., p. 265. Sputnik soviétique.
(12) Ceci n'empêche apparemment pas la
205 française de sociologie Revue
savants et de l'appui de sénateurs influents, il ne fallut pas moins de cinq ans
pour voir se constituer une National Science Foundation, finalement beaucoup
moins ambitieuse que prévu, et dont les sciences sociales étaient exclues de
fait (13).
2. La place des sciences sociales aux Etats-Unis
II convient de s'arrêter quelques instants sur les raisons de cette exclusion,
qui éclairent assez bien la situation des sciences sociales, et les problèmes qui
se posent à elles.
La première tient aux réticences exprimées à l'époque par les chercheurs
eux-mêmes, qui craignaient que l'injection de deniers publics dans la recherche
en sciences sociales, et le droit de regard des instances politiques et administrat
ives ainsi que de l'opinion publique qu'elle impliquerait, ne conduise à une
limitation de cette academic freedom à laquelle ils sont à juste titre attachés.
(Ces craintes étaient sans doute fondées, puisque même des recherches
financées sur fonds privés firent l'objet d'attaques très dures de la part de
commissions d'enquête parlementaires au début des années 1950 : le ferment
anti-intellectualiste du maccarthysme était à l'œuvre).
En second lieu, les chercheurs en sciences sociales estimaient pouvoir se
passer d'une aide financière permanente et structurée de l'Etat fédéral : le
soutien matériel traditionnel des grandes fondations philanthropiques privées
(Ford, Rockefeller, Carnegie, Russell Sage) leur semblait suffisant, d'autant qu'il
leur était possible de le compléter grâce aux aides spécifiques et relativement
peu contraignantes de certains organismes publics, au tout premier rang
desquels se trouvaient les armées, et plus particulièrement la Marine (Office of
Naval Research). Ils disposaient en outre depuis longtemps déjà d'une structure
légère de coordination de la recherche, le Social Science Research Council, créé
en 1923 sur des crédits de la fondation Rockefeller.
Enfin, mais c'est là un facteur qui n'est pas particulier aux Etats-Unis, les
sciences sociales se heurtaient aux doutes, voire à l'hostilité d'hommes
politiques et de certains représentants des sciences de la nature, qui mettaient
en cause la scientificité des sciences de l'homme, leur reprochant qui les
orientations axiologiques qu'on leur suppose fréquemment (le prétendu « socia
lisme » des sciences sociales), qui l'imprécision de leurs résultats, qui encore la
difficulté qu'elles ont à dégager un consensus scientifique (paradigmes concurr
ents qui reflètent à la fois des options divergentes sur les vieux problèmes
philosophiques - permanence et devenir, déterminisme et libre-arbitre,
nominalisme et réalisme, etc. - et ce que Max Weber appelait le « polythéisme
des valeurs »).
(13) On reviendra très partiellement sur alloués à ces programmes étaient de 10 millions
cette exclusion des sciences sociales de la N.S.F. de dollars, sur une dotation globale de 500 mil-
en 1953, en intégrant certains programmes de lions... (Gene M. LYONS, op. cit.).
recherches en psychologie. En 1958, les crédits
206 Bernard Boëne
Si les sciences sociales, au cours des trente dernières années, se sont
considérablement développées en Amérique, ce n'est donc pas grâce à une aide
volontariste cohérente et programmée de l'Etat. Elles le doivent pour une part
au prestige qui est le leur, surtout depuis la seconde guerre mondiale, prestige
qui, pour n'être pas aussi grand que celui des sciences exactes, n'en est pas
moins réel.
Elles le doivent surtout à l'étonnante expansion des universités au cours de
la période (l'Amérique compte plus de deux mille établissements d'enseigne
ment supérieur, qui tous ou presque ont leurs département d'économie, de
psychologie, de sociologie, de science politique, voire d'anthropologie), et
comme le fait remarquer Edward Shils, au fait que la société américaine
semble saisie de la rage de se connaître et de se comprendre elle-même (14).
Cependant, les sciences sociales ne se sont pas toutes développées au même
rythme, ni dans les mêmes proportions. L'économie et la psychologie, en
termes d'effectifs et d'avancement de leurs théories, viennent loin devant la
sociologie et la science politique, lesquelles devancent de beaucoup les autres
sciences sociales. Et l'influence des deux premières disciplines citées - c'est là
un point sur lequel on reviendra lorsqu'on abordera le cœur de notre sujet :
l'aide à la décision en matière de personnels militaires - est sans commune
mesure avec celle de toutes les autres, et ceci pour une raison simple : alors que
près de 90 % des sociologues œuvrent dans les universités (pratiquement
100 96 des politistes, des anthropologues, etc.), on trouve des économistes et
des psychologues dans tous les compartiments et à tous les niveaux de la
société américaine. Avec toutefois une différence importante : une plus forte
concentration des premiers aux échelons les plus élevés, et des seconds aux
échelons moyens. David Segal a l'habitude de dire et d'écrire que les
économistes, grâce à leur surreprésentation dans les organes fédéraux, et en
particulier grâce au Council of Economie Advisers attaché à la Maison Blanche,
sont le groupe socio-professionnel le plus influent d'Amérique - après les
juristes (15).
IL - Importance, nature et difficultés de l'aide à la décision
L'aide à la décision a connu parallèlement, en trente-cinq ans, une
expansion considérable dans le secteur privé comme dans le secteur public : à
preuve le foisonnement des sociétés d'ingénierie - conseil dans un très grand
nombre de domaines, et les sommes de plus en plus importantes que l'Etat
fédéral consacre chaque année aux policy studies.
On peut voir là l'effet du degré croissant de complexité des réalités sur
lesquelles les décideurs essaient d'avoir prise. On peut y voir également une
(14) Edward A. SHILS, 1980. (15) Allusion à l'hyperjuridisme qui sévit
aux Etats-Unis. David R SEGAL, 1981 b.
207 française de sociologie Revue
retombée des spectaculaires réussites des sciences de la nature et des sciences de
la vie. Mais l'explication culturelle, qui n'exclut d'ailleurs pas les précédentes,
semble tout aussi pertinente : le rationalisme hérité des Lumières, la tradition
empiriste anglo-saxonne et l'influence du pragmatisme contribuent puissam
ment à entretenir le mécanisme. Rationalisme, puisque avoir recours à l'aide à
la décision, c'est supposer qu'une meilleure compréhension des problèmes
posés conduit à des décisions plus adaptées. Empirisme et pragmatisme,
puisque la connaissance, en Amérique, n'est pas valorisée pour elle-même : elle
ne vaut que par ses applications, proches ou lointaines. Et que, par conséquent,
le prestige de l'homme de science ne peut qu'être rehaussé par sa collaboration
à des réalisations pratiques.
Sans doute ces principes sont-ils aujourd'hui communs à l'Occident tout
entier, voire à l'ensemble des pays développés. Mais, c'est aux Etats-Unis qu'ils
se sont incarnés le plus tôt et de la façon la plus radicale.
Cependant, même dans un contexte aussi favorable, des problèmes impor
tants se posent, dont certains sont communs à la plupart des domaines
scientifiques et d'autres sont spécifiques aux sciences de l'homme.
Parmi les premiers, il faut tout d'abord citer les cas d'incompatibilité entre
l'éthique professionnelle (désintéressement,' libre circulation de l'information
scientifique) du chercheur et les restrictions que lui imposent certaines
recherches appliquées (rétention de résultats, pour des raisons de concurrence
dans l'industrie et de secret en matière de défense). Il y a ensuite le risque de
confusion des rôles entre chercheurs et décideurs. Il existe en effet souvent,
dans le partage de ces rôles, une zone d'ombre à l'intérieur de laquelle il est
malaisé de faire le départ entre aide à la décision et participation à la décision :
le chercheur est alors amené à faire siennes des préoccupations qui lui sont
normalement étrangères, et le danger est grand de le voir modifier ses
interprétations ou conclure sur des faits sélectionnés selon d'autres critères que
ceux de la rigueur scientifique. (Ce fut le cas à plusieurs reprises chez les
physiciens américains au cours de la quinzaine d'années qui ont suivi la guerre,
en particulier à propos de la bombe H et des missiles à longue portée (16).
Quant aux problèmes spécifiques aux sciences sociales, ils tiennent essentie
llement à l'ambiguïté, pour ce qui les concerne, du concept de recherche
appliquée (17).
La distinction entre recherche pure, ou fondamentale, et recherche appliquée
n'est en effet claire que dans le domaine des sciences exactes ou des sciences de
la vie : la première formule, à partir de principes qu'elle tient pour acquis, des
hypothèses qu'elle soumet à des procédures systématiques de validation ou de
réfutation empirique. Elle en dégage des lois générales sur lesquelles s'appuie la
seconde pour concevoir et mettre au point des réalisations d'intérêt pratique.
(16) Gene M. LYONS, op. cil. ligluenment Model» dans, «Sociological Moi
l 7) Edward A. SHILS, op. cit. Cf. égale- dels and Social Policy», in Political Conflict,
ment ce que Morris JANOWITZ appelle «En- 1970, Chicago, Quadrangle books.
208 Bernard Boëne
Une ligne de partage relativement nette sépare donc le rôle du chercheur
fondamental de ceux de l'ingénieur et du technicien.
En matière de sciences sociales, en revanche, il n'existe virtuellement pas de
propositions de caractère général qui soient rigoureusement testables par des
procédures empiriques. Les grandes fresques théoriques existantes, notamment,
en sociologie, celles de Marx ou de Talcott Parsons, ne se prêtant pas à la
réfutation empirique, peuvent difficilement prétendre au label « scientifique ».
Et, toujours en sociologie, on est encore loin des « théories à moyenne portée »
que Robert K. Merton assignait comme objectif aux chercheurs il y a plus de
trente ans.
Dans ces conditions, les rôles du chercheur fondamental et de l'« ingénieur
social » ne diffèrent que par leurs caractéristiques externes : le premier choisit
et traite librement son sujet; le second se met au service d'un commanditaire
et œuvre dans le cadre de limites de temps et de moyens qui peuvent - cela
n'a rien de nécessaire - rendre ses travaux plus superficiels. Mais, fondament
alement, leurs démarches sont identiques (ce qui facilite le passage, plus
fréquent que dans les sciences exactes, de l'un à l'autre type de recherche). Et,
si ligne de partage des rôles il y a, elle sépare le chercheur fondamental et
l'ingénieur social, du « technicien » qui collecte et traite les données brutes.
(Cette division du travail est d'ailleurs loin d'être toujours observée).
Or, il se trouve - et c'est là un problème qui transcende les frontières
nationales... - que ceci n'est pas toujours compris. Devant l'imprécision des
relations causales et des prédictions dégagées par les études qu'on lui soumet
(dans les cas où celles-ci vont au-delà de la description pure, où les sciences
sociales peuvent exceller), le décideur peut réagir de trois manières également
insatisfaisantes :
- passer outre, et tenir les conclusions qu'on lui présente pour aussi
certaines et absolues que si elles émanaient de praticiens des sciences de la
matière ;
- céder à la déception et préférer ses intuitions personnelles aux résultats
de l'étude qu'il a commanditée;
- s'en remettre désormais aux sciences sociales qui semblent se prêter le
mieux à la quantification - c'est-à-dire à l'économie et, dans une moindre
mesure, à la psychologie - et paraissent ainsi plus « sérieuses » que les autres ;
même si ces autres, en particulier la sociologie, ont en l'occurrence, malgré
leurs propositions relativement incertaines, des choses plus pertinentes à dire
(et, dans la tradition de Lazarsfeld, à quantifier).
Le problème posé est celui de l'initiation des décideurs au bon usage des
sciences sociales. On ne peut pas dire qu'il soit actuellement résolu aux
Etats-Unis. Mais, il est aujourd'hui posé clairement (en particulier par David
Segal, dont c'est l'un des thèmes favoris), et c'est sans doute un grand pas en
avant.
209