25 pages
Français

Les fils de cadres qui deviennent ouvriers - article ; n°2 ; vol.20, pg 409-430

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue française de sociologie - Année 1979 - Volume 20 - Numéro 2 - Pages 409-430
Claude Thelot: Hijos de cuadros que se hacen obreros.
Durante los aňos setenta en Francia es obrero un hijo de cuadro superior entre 7 y un hijo de cuadro medio entre 4. Se da la hipótesis siguiente: son esos obreros obreros provisionales, о sus padres no son cuadros fuertemente о desde mucho tiempo fijads en su empleo. Y es asi : ess obreros, hijos de cuadros, son jóvenes más titulados que los demás obreros y a menudo aprovechan en promociones que les otorgan dejar su empleo ; en cuanto a esos padres cuadros son menos titulados y más frecuentemente que los demás cuadros provienen de familia labriega u obrera. Considerar el conjunto de dos trayectorias sociales llevas pues a dar cierta eficacia a una especie de efecto sin remisión una familia que ha logrado una posición de cuadra desde hace mucho tiempo permaneceria en ella.
Claude Thelot : Executives'' sons who become workers.
In France in the 1970's, one out of seven of the 'sons of upper management executives are workers, and one out of four from middle management. The following hypothesis is proposed : Either these are temporary workers or else the fathers in question are executives who have either not been in their positions for long are not securely fixed in them. That is indeed the case. These workers whose fathers are executives are young. They are better educated than other workers and are often the recipients of promotions that allow them to leave their jobs. Their executive fathers are less well educated and originated in peasant or worker families more often than other executives. Taking the two social mobilities together thus leads one to see the operation of a kind of ratchet effect : A family that has been at the executive level for a long time tends to stay there.
Claude Thelot : Les fils de cadres qui deviennent ouvriers.
Dans les années 70, en France, un fils de cadre supérieur sur 7 est ouvrier, et un fils de cadre moyen sur 4. On pose l'hypothèse suivante: ou bien ces ouvriers sont des « ouvriers temporaires », ou bien les pères en question ne sont pas des cadres fortement ou depuis longtemps ancrés dans leur position. Il en est bien ainsi : ces ouvriers, fils de cadres, sont jeunes, plus diplômés que les autres ouvriers et bénéficient souvent de promotions qui leur permettent de quitter leur position ; quant à ces pères cadres, ils sont moins diplômés et plus fréquemment issus de la paysannerie ou d'une famille ouvrière que les autres cadres. Prendre en compte l'ensemble des deux trajectoires sociales conduit donc à rendre une efficacité certaine à une sorte ď « effet cliquet » : une famille ayant accédé à une position de cadre depuis longtemps y resterait.
Claude THELOT: Ueber die Sohne von leitenden Angestellten, die Arbeiter werden. In den siebziger Jahren, ist in Frankreich einer von sieben Sohnen leitender Angestellter und einer von vier Sohnen von Angestelltern in mittleren Positionen, ein gewerblicher Arbeitnehmer. Folgende Hypothese wird aufgestellt : entweder handelt es sich hierbei um vorubergehende Arbeiter oder die Vàter sind nicht tief oder seit langeren Zeit in ihre leitende Stellung verwurzelt. Tatsächlich sind diese Arbeiter, Sohne von leitenden Angestellten, jung ; sie verfiigen uber bessere Diplome als die anderen Arbeiter und geniessen häufig Beforderungen, mit denen sie ihre Arbeiterstellung verlassen können. Was die Väter (leitende Angestellten) angeht, so sind diese meist weniger diplomiert und stammen haufiger aus Bauern- oder Arbeiterfamilien als das übrige Führungspersonal. Unter Berucksichtigung aller dieser beiden sozialen Laufbahnen, kann von einer Art sicheren Sperreffekt gesprochen werden : eine Familie, die seit langem in der Stellung eines leitenden Angestellten ist, wurde diese Stellung auch halten.
Claude THELOT : Сыновья ИТР, ставшие рабочими. В 70-х годах во Франции один из семи сыновей высших ИТР — рабочий, и один из четырех, принадлежащий средним ИТР. Провозглашается следующая гипотеза : или это « временные рабочие », или родители, о которых речь, не являются ИТР, глубоко и длительное время внедрившиеся в своем положении. Дело обстоит таким образом : эти рабочие, сыновья ИТР, молоды, обладают лучшим образованием по сравнению с другими рабочими, часто продвигаются по работе, что позволяет им покинуть их среду; что же касается родителей, то они менее дипломированы и чаще являются выходцами из крестьянства или рабочей семьи по сравнению с другими ИТР. Учет совокупности двух социальных траекторий приводит, значит, к очевидной эффективности своего рода « западни » : род, ставший уже давно ИТР, так им и останется.
22 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1979
Nombre de lectures 51
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Exrait

Claude Thélot
Les fils de cadres qui deviennent ouvriers
In: Revue française de sociologie. 1979, 20-2. pp. 409-430.
Citer ce document / Cite this document :
Thélot Claude. Les fils de cadres qui deviennent ouvriers. In: Revue française de sociologie. 1979, 20-2. pp. 409-430.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1979_num_20_2_6701Resumen
Claude Thelot: Hijos de cuadros que se hacen obreros.
Durante los aňos setenta en Francia es obrero un hijo de cuadro superior entre 7 y un hijo de cuadro
medio entre 4. Se da la hipótesis siguiente: son esos obreros "obreros provisionales", о sus padres no
son cuadros fuertemente о desde mucho tiempo fijads en su empleo. Y es asi : ess obreros, hijos de
cuadros, son jóvenes más titulados que los demás obreros y a menudo aprovechan en promociones
que les otorgan dejar su empleo ; en cuanto a esos padres cuadros son menos titulados y más
frecuentemente que los demás cuadros provienen de familia labriega u obrera. Considerar el conjunto
de dos trayectorias sociales llevas pues a dar cierta eficacia a una especie de efecto sin remisión una
familia que ha logrado una posición de cuadra desde hace mucho tiempo permaneceria en ella.
Abstract
Claude Thelot : Executives'' sons who become workers.
In France in the 1970's, one out of seven of the 'sons of upper management executives are workers,
and one out of four from middle management. The following hypothesis is proposed : Either these are
"temporary workers" or else the fathers in question are executives who have either not been in their
positions for long are not securely fixed in them. That is indeed the case. These workers whose fathers
are executives are young. They are better educated than other workers and are often the recipients of
promotions that allow them to leave their jobs. Their executive fathers are less well educated and
originated in peasant or worker families more often than other executives. Taking the two social
mobilities together thus leads one to see the operation of a kind of "ratchet effect" : A family that has
been at the executive level for a long time tends to stay there.
Résumé
Claude Thelot : Les fils de cadres qui deviennent ouvriers.
Dans les années 70, en France, un fils de cadre supérieur sur 7 est ouvrier, et un fils de cadre moyen
sur 4. On pose l'hypothèse suivante: ou bien ces ouvriers sont des « ouvriers temporaires », ou bien les
pères en question ne sont pas des cadres fortement ou depuis longtemps ancrés dans leur position. Il
en est bien ainsi : ces ouvriers, fils de cadres, sont jeunes, plus diplômés que les autres ouvriers et
bénéficient souvent de promotions qui leur permettent de quitter leur position ; quant à ces pères
cadres, ils sont moins diplômés et plus fréquemment issus de la paysannerie ou d'une famille ouvrière
que les autres cadres. Prendre en compte l'ensemble des deux trajectoires sociales conduit donc à
rendre une efficacité certaine à une sorte ď « effet cliquet » : une famille ayant accédé à une position de
cadre depuis longtemps y resterait.
Zusammenfassung
Claude THELOT: Ueber die Sohne von leitenden Angestellten, die Arbeiter werden. In den siebziger
Jahren, ist in Frankreich einer von sieben Sohnen leitender Angestellter und einer von vier Sohnen von
Angestelltern in mittleren Positionen, ein gewerblicher Arbeitnehmer. Folgende Hypothese wird
aufgestellt : entweder handelt es sich hierbei um "vorubergehende Arbeiter" oder die Vàter sind nicht
tief oder seit langeren Zeit in ihre leitende Stellung verwurzelt. Tatsächlich sind diese Arbeiter, Sohne
von leitenden Angestellten, jung ; sie verfiigen uber bessere Diplome als die anderen Arbeiter und
geniessen häufig Beforderungen, mit denen sie ihre Arbeiterstellung verlassen können. Was die Väter
(leitende Angestellten) angeht, so sind diese meist weniger diplomiert und stammen haufiger aus
Bauern- oder Arbeiterfamilien als das übrige Führungspersonal. Unter Berucksichtigung aller dieser
beiden sozialen Laufbahnen, kann von einer Art sicheren Sperreffekt gesprochen werden : eine Familie,
die seit langem in der Stellung eines leitenden Angestellten ist, wurde diese Stellung auch halten.
резюме
Claude THELOT : Сыновья ИТР, ставшие рабочими. В 70-х годах во Франции один из семи
сыновей высших ИТР — рабочий, и один из четырех, принадлежащий средним ИТР.Провозглашается следующая гипотеза : или это « временные рабочие », или родители, о
которых речь, не являются ИТР, глубоко и длительное время внедрившиеся в своем положении.
Дело обстоит таким образом : эти рабочие, сыновья ИТР, молоды, обладают лучшим
образованием по сравнению с другими рабочими, часто продвигаются по работе, что позволяет
им покинуть их среду; что же касается родителей, то они менее дипломированы и чаще являются
выходцами из крестьянства или рабочей семьи по сравнению с другими ИТР. Учет совокупности
двух социальных траекторий приводит, значит, к очевидной эффективности своего рода «
западни » : род, ставший уже давно ИТР, так им и останется.Я. franc, sociol., XX, 1979, 409-430
Claude THÉLOT
Les fils de cadres qui deviennent ouvriers*
S'intéresser aux fils de cadres qui sont devenus ouvriers relève d'abord
de la curiosité : l'expérience quotidienne ne milite pas en faveur d'une
fréquence importante de ces « descentes sociales », bien que les statistiques
semblent indiquer de prime abord qu'il ne s'agit pas d'un phénomène si
rare. C'est un peu comme pour l'évolution des prix : comment concilier
l'intuition ou l'expérience individuelles (fausses, déformées, partielles
peut-être) avec les données globales conçues pour être représentatives ?
C'est donc par curiosité. Mais pas seulement. La description détaillée
d'Agnès Pitrou, du processus de récupération sociale des cadres est tout à
fait convaincante (1). Mais on n'analyse là que ceux pour qui, effective
ment, ce processus a été couronné de succès : ce sont des cadres — auto
didactes, par exemple — qui sont interrogés sur leur passé et sur leurs
conceptions. Sont laissés dans l'ombre ceux qui, bien qu'issus d'une famille
de cadres, ne font pas partie de l'encadrement, donc ceux pour qui le
processus de récupération a échoué. Décrire le déroulement et les consé
quences de ce processus est intéressant ; mesurer son taux d'échec ne l'est
pas moins.
A ces raisons particulières, s'en ajoute une, plus générale, qui concerne
la fluidité (forte, relative, nulle) de la société française sur deux ou plu
sieurs générations : fluidité ou cloisonnement Baudelot, Establet, Male-
mort, par exemple, concluent — entre autres — à l'existence d'un clivage
fondamental au sein des salariés les prolétaires ou quasi-prolétaires
(ceux dont le salaire est égal à la production, l'entretien et la reproduction
de leur force de travail) et les petits-bourgeois (dont le salaire, au
contraire, contient une part de plus-value rétrocédée) (2). Clivage ou,
mieux, barrière pratiquement infranchissable : et, bien qu'admettant la
possibilité de passages individuels entre prolétaires et petits bourgeois, ils
rangent ces dans l'anecdotique, le rarissime... On voit « à quel
point le marché du travail isole les cadres intellectuels des autres catégo-
* Pour la mise au point de cet article, récupération du statut social : le cas des
j'ai bénéficié des remarques de MM. cadres non diplômés ». Sociologie du tra-
Baudelot, Bégtjé, Besnard, Desrosières, vail, 19 (1), 1977.
Lemahre et de Singly. Je les en remercie (2) C. Baudelot, R. Establet, J. Male-
vivement. mort : La petite bourgeoisie en France.
(1) Agnès Prraou: «Un processus de Paris, Maspéro, 1974, pp. 270-271.
409 Revue française de sociologie
' ries de salariés. Cette coupure franche dans le marché du travail suffirait à
mettre en doute le thème aujourd'hui fréquemment agité de la prolétari
sation des cadres ».
Si coupure franche il y a — et un auteur comme Silvestře émet un
doute à ce propos (3) — , elle ne se manifeste certainement pas lorsqu'on
compare la catégorie sociale du père et celle du fils, du moins si l'on en
croit les données prises globalement : un fils de cadre supérieur sur sept
et un fils de cadre moyen sur quatre serait ouvrier.
On voit que sous l'apparence d'un thème partiel, voire marginal, on
se trouve en réalité devant un phénomène important pour juger des clo
isonnements sur le marché du travail : il ne s'agit pas de s'appesantir sur
l'utopie d'une mobilité parfaite ; il convient au contraire de juger l'effica
cité de ce que l'on pourrait, par analogie avec l'évolution des salaires,
nommer un « effet cliquet » : s'il était doté d'une efficacité absolue, une
famille dont un des membres serait devenu cadre ne verrait aucun de ses
membres ultérieurs être ouvrier, ou, selon le point de vue de Schumpeter
pour qui c'est la famille (ou la lignée) et non l'individu qui constitue
l'objet réel de la mobilité sociale (4), une famille qui, dans sa trajectoire,
grâce à sa stratégie, aurait accédé à cette position de cadre, y resterait :
il s'agirait d'une position sociale irréversible.
On tentera de montrer que cet « effet cliquet » a, en effet, une grande
efficacité, en d'autres termes que les descentes sociales sont non pas
inexistantes mais rares. Et cela, en dépit des statistiques.
Dans la première partie, on portera précisément un regard critique sur
les données statistiques, pour dégager dans quelle mesure elles recouvrent
une réalité. Un travail de décantation en somme. La suite de l'article
sera consacrée à l'étude détaillée, d'abord de ces fils ouvriers, puis de ces
pères cadres : en quoi ces pères et ces fils se distinguent-ils ou se rappro
chent-ils des autres membres (cadres et ouvriers, respectivement) des
catégories auxquelles ils sont censés appartenir ?
1. — Estimation et réalité
Selon les données d'enquête, la proportion de fils de cadres qui sont
ouvriers n'est pas si faible. En outre elle paraît avoir augmenté au cours
des 20-25 années qui viennent de s'écouler.
En 1970, 14 à 16 % des fils de cadres supérieurs — selon que l'on inclut
ou non à ces pères les professions libérales — , soit un descendant sur 6
ou 7, est ouvrier (5). Et un fils de cadre moyen sur 4. En 1953, ces proport
ions étaient plus faibles et, en 1977, dans les Pays de la Loire — région
(3) J J. Silvestře : Les inégalités de (4) Schumpeter : « Les classes sociales
salaire. Croissance économique et mar- en milieu ethnique homogène » dans
ché du travail. Paris, PUF, 1977, pp. 249- Impérialisme et classes sociales. Paris,
254. Silvestře émet ce doute à partir de Editions „de Minuit, 1972, p. 169.
l'ampleur de la mobilité non pas inter (5) Dans tout l'article, l'expression
mais intra générationnelle : en 1970, 18 % « cadres supérieurs » recouvrira égale-
des cadres moyens étaient ouvriers ou ment les professions libérales,
employés cinq ans avant, et 7 % des
cadres supérieurs.
410 Claude Thélot
souvent « moyenne », en ce sens que pour beaucoup d'indicateurs socio-
économiques elle occupe une position proche de la moyenne française — ,
elles étaient supérieures (tableau I).
Tableau I. — Fréquence des « descentes sociales ».
Proportion de fils de cadre étant ouvriers
Pays de la Loire Origine sociale Frange
1953 1970 1977
Fils de cadre supérieur (1) (excepté les pro
fessions libérales) 8 % 23 16%
(68.000)
Fils de cadre supérieur (2) 19 14%
(73.000)
35 Fils de cadre moyen (3) 22 % 25%
(125.000)
Ensemble des fils de cadre 27 19%
(198.000)
(1) Cadres supérieurs (professions libérales exclues) : professeurs (G.S. 32), ingénieurs
(C.S. 33), cadres administratifs supérieurs (C.S. 34).
(2) Les mêmes que ci-dessus auxquels on a ajouté les membres des professions
libérales (C.S. 30).
(3) Cadres moyens : instituteurs et professions intellectuelles diverses (C.S. 41), personnels médicaux et sociaux (C.S. 42), techniciens (C.S. 43), cadres administratifs moyens
(C.S. 44).
Sources : Enquête sur l'emploi de 1953, enquête F.Q.P. de 1970 (France), enquête F.Q.P.
de 1977 (Pays de la Loire).
Ainsi, en 1970, environ 73.000 ouvriers avaient un père cadre supérieur,
et 125.000 un père cadre moyen. Voilà des effectifs et des proportions qui
contredisent l'hypothèse d'une efficacité absolue de la « récupération du
statut social ». Naturellement, effectifs et proportions sont, tous deux, plus
faibles que s'il n'y avait aucune hérédité sociale — si tous les descendants,
quelle que soit leur origine, avaient les mêmes chances sociales. En effet,
dans le cas d'égalité des chances — hypothèse dite de mobilité sociale
« parfaite » — la proportion de fils de cadres, qu'ils soient moyens ou
supérieurs, étant ouvriers, serait de 36 % (en 1953), 45 % (en 1970),
47 % (en 1977, dans les Pays de la Loire) (6).
L'observation est donc éloignée de cette abstraction, même pour les
fils de cadres moyens (7).
(6) «Egalité des chances» est une ces » est alors une répartition aléatoire
f ormuLe un peu raccourcie : il s'agit en des fils après avoir tenu compte de l'évo
réalité d'une répartition des individus au lution sociale sur la période en question.
hasard, les marges du tableau de mobil Il ne s'agit donc pas d'une égalité des
ité — c'est-à-dire la structure sociale chances « absolue », mais « à l'intérieur »
des pères d'une part, des fils de l'autre — de la contrainte représentée par l'évolu
étant données. Si l'on admet que ces tion des structures sociales en une génér
deux marges représentent correctement ation.
la structure sociale à deux moments (7) On sait cependant qu'un des princéloignés de vingt ou trente ans (l'espace ipaux facteurs de la différence entre
d'une génération), Г «égalité des mobilité observée et mobilité « parfaite »
411 Revue française de sociologie
Ainsi les estimations sont-elles nettement plus faibles qu'en cas de
« mobilité parfaite », sans pour autant être négligeables.
Qui sont ces « cadres supérieurs » ou « cadres moyens » dont le fils
est ouvrier ? Qui sont ces « ouvriers » issus d'une famille de cadres ? Tou
jours en observant les données à travers la nomenclature des catégories
socio-professionnelles, on constate deux choses (tableau II).
Tableau II.
Etant
Proportion (%) DE FILS DB : Etant ouvriers CONTREMAITRES OU APPRENTIS
Membre d'une profession libérale 4 2
Professeur 9 4
Ingénieur 16 11
Cadre administratif supérieur 17 13
Ensemble des cadres supérieurs 14 ю
Instituteur 14 8
Personnel médical et social 26 20
Technicien 37 22
Cadre administratif moyen 22 15
Ensemble des cadres moyens 25 16
Sources : Enquête F.Q.P. de 1970 (France).
— Ces « descentes sociales » sont plus fréquentes lorsque le père appart
ient à une catégorie où il a pu accéder par promotion, ou dont les contours
sont relativement flous : technicien, cadre administratif moyen ou supér
ieur. En revanche, un père occupant une position sociale à laquelle il est
probablement parvenu d'emblée (grâce à un diplôme, notamment) voit
beaucoup moins souvent son fils être ouvrier : instituteur et, surtout,
professeur ou profession libérale.
— Les fils en question sont environ deux fois plus souvent ouvriers qualif
iés ou contremaîtres qu'ouvriers spécialisés ou manœuvres. Une telle
distribution (2/3 - 1/3) de la qualification leur est propre car les ouvriers,
dans leur ensemble, étaient pour moitié qualifiés (o.q., contremaîtres ou
apprentis), pour moitié non qualifiés (selon l'enquête F.Q.P. de 1970).
Ainsi une simple utilisation plus fine de la nomenclature rapproche
ces fils « ouvriers » de leur père « cadre ». Et cela par les deux bouts, en
somme : le fils est plutôt un ouvrier qualifié qui, par la suite, pourra bénéf
icier d'une promotion vers l'encadrement (8) ; et surtout le père occupe
est le poids prépondérant de l'immobilité de l'immobilité sociale, en postulant une
sociale, beaucoup « trop » de fils occu- « égalité des chances » pour les seuls
pant la même position sociale que leur «mobiles». П est inutile d'entrer ici
père, et ceci quelle que soit la nomen- dans les détails car les données sont tou-
clature retenue — dont dépend, bien jours aussi éloignées de ce «modèle»,
entendu, le nombre ď « immobiles ». Il (8) On sait en effet que ces promotions
est alors tentant, par un modèle statis- sont plus fréquentes pour les ouvriers
tique, d'éliminer ce poids prépondérant qualifiés que pour les ouvriers non qua-
412 Claude Thélot
plutôt une position à laquelle il peut avoir accédé, lui, au cours de sa
propre vie active, en ayant éventuellement commencé comme ouvrier.
Voilà donc le père et le fils rapprochés. Rapprochés, mais non confon
dus : selon la nomenclature des catégories socio-professionnelles, l'un est
bien un « cadre », l'autre est bien un « ouvrier ». Cependant, entre la
nomenclature — plus précisément l'affectation dans les postes « cadre
supérieur », « cadre moyen » et « ouvrier » de cette nomenclature — et la
« réalité », il y a bien entendu une marge.
Codification et réalité
Illustrons cette marge par l'examen des 14 fils de « cadres supérieurs »
et 26 fils de « cadres moyens » qui, dans l'échantillon de l'enquête format
ion-qualification-professionnelle réalisée dans les Pays de la Loire
au printemps 1977, étaient « ouvriers ». Les deux listes ci-jointes repro
duisent les appellations utilisées par l'enquête pour décrire sa profession
(en mai 1977) et celle de son père (au moment où lui-même achevait ses
études).
Ces 14 + 26 = 40 cas sont rangés en trois rubriques :
• « Bonne » concordance entre le classement et la « réalité » : les
appellations paraissent assez précises pour qu'avec vraisemblance le père
ait été réellement cadre et le fils réellement ouvrier. Exemple : capitaine
— > O.Q. tronçonneur, ou chef comptable —* charcutier.
• Concordance « moyenne » entre le classement et la « réalité » : une
des deux appellations de métier (soit celle du père, soit celle du fils) laisse
planer un doute sur la réalité de la descente sociale. Exemple : directeur
commercial — * réparateur d'automobiles. Il se peut qu'on ait là une trajec
toire père cadre — » fils ouvrier, mais l'appellation « directeur commercial »
recouvre tant de réalités différentes que l'on ne peut guère en être certain.
• Concordance « faible » entre le classement et la « réalité » : ici, les
deux appellations ont paru trop imprécises, toutes deux. Exemple : attaché
de direction — > électromécanicien. Là encore, il se peut qu'on soit en pré
sence d'une véritable « descente sociale ». Mais la gamme de ces deux
professions est trop étendue pour qu'on en soit sûr.
Naturellement, un tel classement comporte une bonne part d'arbitraire.
Au vu des appellations reproduites ci-joint, chacun pourra constituer sa
propre partition. L'essentiel est que, quel que soit le rangement adopté,
une partie de ces 40 cas de descente sociale codifiés — donc « mesurés »
— n'en sont pas de façon certaine : avec le classement retenu ici, environ
la moitié.
Encore cet examen est-il limité : sont déclarées adéquates des configu
rations père-fils dont les deux appellations de profession correspondent
intuitivement ou, dans la pratique du chiffrement, mènent de façon coutu-
mière à des postes de cadre et ouvrier dans la nomenclature des catégories
lifiés. Cf. Cl. Thklot «Mobilité profes- qu'entre 1959 et 1964», Economie et Sta-
sionnelle plus forte entre 1965 et 1970 tistique, n° 51, décembre 1973.
413 française de sociologie Revue
socio-professionnelle (9). Par exemple, qu'est réellement un «agent
technique aux A.C.B. » (10) (classé « technicien ») et son fils (qui est
jeune : 21 ans, donc en début d'activité) se déclarant « monteur > aux
mêmes A.C.B. (classé « ouvrier qualifié ») subit-il effectivement la des
cente sociale désignée symboliquement par la trajectoire « père cadre, fils
ouvrier » ? Rien n'est moins certain, ne serait-ce, dans le cas présent,
qu'en raison de la mobilité que pourra connaître le fils en cours de carrière
(et qu'a sans doute connue le père) .
Autre exemple, pour illustrer qu'on raisonne ici à l'intérieur de la
nomenclature : celui des « chefs de chantier ». Les deux cas observés dans
l'échantillon sont rangés sous la rubrique « bonne concordance entre le
classement et la réalité », parce qu'un actif se déclarant « chef de chantier >
est classé par l'INSEE « contremaître », donc « ouvrier ». Il n'est pas sûr
du tout qu'un tel classement soit toujours pertinent. D'une manière génér
ale, la catégorie « » pose d'ailleurs un problème qu'on
Classement et réalité
Père € cadre supérieur ь; fils « ouvrier*
(14 cas)
PÈRE Fn.s
A. « Bonne » concordance entre
le classement et la réalité (7
cas) Conservateur au vieux château Apprenti floriculteur
Ingénieur Travaux publics Photograveur
Ingénieur Chef de chantier
Directeur d'une maison de vin Ajusteur-serrurier
Ingénieur métallurgie Contremaître
Capitaine O.Q. tronçonneur
Chercheur en électricité Chef de chantier
B. Concordance « moyenne » en-
. tre le classement et la réalité
(4 cas) :
Bl. Bon du père,
médiocre du fils Colonel Chef cuisinier
Dessinateur-électricien Ingénieur frigoriste
B2. Bon classement du fils, Conducteur d'engins médiocre du père Inspecteur P.T.T.
Réparateur d'automobile Directeur commercial
C. Concordance « faible » entre
le classement et la réalité (3 Electromécanicien cas) Attaché de direction
Huissier au Ministère Chef de cuisine
de la guerre
Chef de dépôt principal Agent technique
S.N.C.F.
de l'individu ne rentrent pas en ligne (9) Signalons un point technique qui
de compte. justifie la démarche retenue ici: c'est
(10). A.C.B. : «Ateliers et Chantiers bien sur la déclaration du métier, prin
de Bretagne », entreprise importante de cipalement, (et du statut : salarié ou
non) qu'est affectée la catégorie socio Nantes (constructions mécaniques, chau
dronnerie lourde ; environ 1 800 salariés). professionnelle. Le diplôme ou le salaire
414 Claude Thélot
Père € cadre moyen»; fils « ouvrier»
(26 cas)
PÈBE Fus
A. « Bonne » concordance entre
le classement et la réalité (16
Agent technique chantiers cas) Chaudronnier
navals
Agent aux A.C.B. Monteur aux A.C.B.
Agent technique P.T.T. Electricien du bâtiment
Technicien P.T.T. Mécanicien
Chef de service Agent de maîtrise
Contrôleur (usine de cordage) Mécanicien-auto
Représentant Manutentionnaire
Agent de maîtrise ' Comptable
Chef de contrôle hypothèque
Régleur sur machine outil Représentant de commerce
Dessinateur industriel Ouvrier opticien
Représentant Chauffeur-livreur Eboueur
Conducteur de travaux Directeur d'école
Apprenti pâtissier Représentant
Charcutier Chef comptable
B. Concordance « moyenne » en-
, tre le classement et la réalité
(7 cas) :
Bl. Bon du père, Auxiliaire voirie médiocre du fils Comptable
Agent de planning Représentant
B2. Bon classement du fils, Carreleur médiocre du père Aide géomètre
Agent administratif S.N.C.F. Tapissier des Ponts et chaussées Menuisier en bâtiment
Opérateur Agent E.D.F. sur machine-outil
Moniteur-monteur Manœuvre
C. Concordance « faible » entre
le classement et la réalité (3
Fabricant de pneus cas) Styliste
Commis d'entreprise Agent technique
maquettiste du bâtiment
Conducteur de chantier P.T.T. Employé municipal
Sources : Enquête F.Q.P. 1977 (Pays de la Loire).
retrouvera ci-dessous lorsqu'à propos des pères on tentera d'analyser ce
qu'est un cadre (§ 3.1).
Un certain nombre de cas codifiés «père cadre — > fils ouvrier» ne
correspondent donc pas à une trajectoire sociale réelle. Peut-on pour
autant affirmer que, dans la « réalité », le nombre de fils de cadres qui
deviennent ouvriers est plus faible que ce que l'on mesure ? Il faut, pour
cela, porter un regard symétrique du précédent et observer si des descent
es sociales réelles « père cadre — * fils ouvrier » n'auraient pas été codées,
par erreur, autrement.
415