Les juifs dans la structure des classes en Hongrie - article ; n°1 ; vol.22, pg 25-59

-

Documents
39 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Actes de la recherche en sciences sociales - Année 1978 - Volume 22 - Numéro 1 - Pages 25-59
Les Juifs dans la structure des classes en Hongrie. Essai sur les antécédents historiques des crises d'antisémitisme au XXe siècle. La première crise d'antisémitisme en Hongrie date des lendemains de la Première Guerre. Cet essai tente d'en éclairer les conditions de possibilité par l'analyse de l'intégration sociale massive des immigrants juifs au XIXe siècle et des déséquilibres structurels qu'elle a produits dans la société hongroise. Un survol des circonstances historiques d'installation des israélites en Europe de l'est et du centre fait comprendre la singularité de la situation hongroise qui offrait depuis le décret de tolérance de Joseph II (en 1781) des conditions d'accueil optimales et suscitait une immigration massive si bien que vers la fin du siècle le pays réunissait une combinaison historiquement unique de proportion de juifs élevée «à l'orientale» et un potentiel d'intégration «à l'occidentale». La politique de magyarisation et d'intégration de la noblesse libérale et nationaliste -que marquent la loi civique des états généraux en 1840, la loi d'émancipation, aux effets éphémères, votée par l'Assemblée révolutionnaire en 1849 (la première du genre en Europe centrale et orientale) et la loi d'émancipation définitive acquise par suite du Compromis austro-hongrois de 1867 -ont ouvert la voie devant l'assimilation socio-culturelle des juifs et l'incapacité de reconversion sociale de la même noblesse dans les professions bourgeoises a laissé un champ libre aux éléments mobiles des immigrants juifs pour prendre en main le marché des échanges commerciaux (commerce des produits agricoles surtout) et entrer dans les métiers intellectuels. Les obstacles économiques ayant été levés devant le développement capitaliste après le Compromis de 1867 la bourgeoisie juive, dotée de compétences sociales remarquables pour les affaires et de capitaux mobiles, se renforce de plus en plus et participe de façon prépondérante à la création de l'infrastructure industrielle, bancaire et commerciale du pays tout en restant en marge des classes politiquement dirigeantes. Ainsi s'établit vers la fin du siècle une division du travail de domination sociale, les descendants de la noblesse, souvent appauvris (la gentry) se reconvertissent dans la fonction publique et gardent le pouvoir politique tandis que la bourgeoisie, majoritairement juive, s'attribue le pouvoir économique. Comme les classes dominantes, les classes moyennes -notamment l'intelligentsia- restent divisées en fractions juives et chrétiennes marquées d'abord chacune par une origine sociale, un ethos et des ambitions collectives différents et occupant des positions relativement séparées dans les professions intellectuelles et libérales. Au début du XXe siècle, on observe d'une part un mouvement de fusion entre l'intelligentsia juive et chrétienne dans les champs de production intellectuelle éloignés du pouvoir et à forte composante israélite tandis que sur les autres marchés d'activité des classes moyennes la concurrence entre juifs et chrétiens se renforce. Cette concurrence sera exacerbée par suite de la Guerre qui provoque un rétrécissement dramatique des marchés de production économique et symbolique et servira de prétexte, l'effondrement du régime politique libéral aidant à un activisme antisémite dans les classes moyennes qui ira croissant jusqu'à la seconde guerre mondiale.
Die Juden innerhalb der Klassenstruktur Ungarns. Essay über die historischen Voraussetzungen der Krisen des Antisemitismus. Die erste Antisemitismus-Krise in Ungarn fällt in die Jahre unmittelbar nach dem l.Weltkrieg. Im vorliegenden Essay wird versucht, die Bedingungen ihrer Moglichkeit anhand der Analyse der im 19. Jahrhundert stattfindenden massenhaften gesellschaftlichen Intégration jüdischer Einwanderer in die ungarische Gesellschaft sowie des daraus folgenden sozialen Ungleichgewichts aufzuklären. Ein kurzer Überblick über die historischen Umstände der Niederlassung von Juden in Ost- und Mitteleuropa zeigt sogleich den besonderen Charakter der ungarischen Situation : Mit dem Toleranzedikt von Joseph II. (1781) waren derart günstige Aufnahmahmebedingungen gegeben und in der Folge auch eine so massenhafte Einwanderung in Gang gebracht, dass am Ende des Jahrhunderts in Ungarn eine historisch einzigartige Verbindung «orientalisch» aufgewachsener und erzogener Juden mit einem «abendländischen» Integrationspotential zustandegekommen war. Die Politik der Magyarisierung und der Integration des liberalen und nationalistischen Adels -markiert durch das Gesetz über die Generalstände von 1840 ; das von der reévolutionaren Versammlung 1849 verabschiedete, aber nur partiell wirksame Emanzipationsgesetz (dem ersten seiner Art in Mittel- wie Osteuropa), schliesslich durch das endgültige Emanzipationsgesetz, das 1867, nach dem österreich-ungarischen Kompromiss verabschiedet wurde- ebnete den Weg fur die sozio-kulturelle Assimilierung der Juden. Zugleich schuf die fur den Adel bestehende Unmöglichkeit einer sozialen Rekonversion in die bürgerlichen Berufe den mobilen Elementen der jüdischen Immigranten den notwendigen freien Raum, um den kommerziellen Handelsmarkt (vor allem der landwirtschaftlichen Produkte) in die Hand zu nehmen sowie in die bürgerlichen Berufe einzutreten. Nach Beseitigung der ökonomischen Hindernisse fur die weitere kapitalistische Entwicklung durch den Kompromiss von 1867, gewinnt die judische Bourgeoisie -im Besitz beträchtlicher sozialer Kompetenzen fur Handel und Kommerz sowie mobiler Kapitalien - wohl zunehmend an Stärke und ist ausschlaggebend an der Schaffung der Infrastruktur im Bereich von Industrie, Banken und Handel des Landes beteiligt, bleibt aber gleich-wohl am Rand der politisch herrschenden Klassen. Auf diese Weise etabliert sich zu Ende des Jahrhunderts eine spezifische Arbeitsteilung sozialer Herrschaft : Während die häufig verarmten Ange-hörigen des Adels (die gentry) die öffentlichen Ämter in Beschlag nehmen und weiterhin die pol-tische Macht in Händen halten, eignet sich die Bourgeoisie, mehrheitlich jüdischer Abstammung, die ökonomische Macht an. Wie die herrschenden Klassen bleiben auch die Mittelklassen - insbeson-dere die Intelligenz- in judische und christliche Fraktionen gespalten, deren jede durch spezifische soziale Herkunft, einen besonderenen Ethos, spe- zifische kollektive Ambitionen sowie durch relativ isolierte Positionen innerhalb der intellektuellen und freien Berufe gekennzeichnet ist. Zu Beginn des 20. Jahrhunderts lässt sich einerseits eine Verschmelzung von jüdischer und christlicher Intelligenz in den Feldern intellektueller Produktion ausmachen, die - mit starker jüdischer Komponente - relativ weit von der Macht entfernt sind, zum anderen eine Zunahme der Konkurrenz zwischen Juden und Christen auf den anderen Arbeitsmärkten der Mittelklassen. Verschärft wird diese Konkurrenz schliesslich noch durch die Folgen des Krieges, der eine dramatische Verengung der Märkte fur die ökonomische wie symbolische Produktion heraufbeschwört ; am Ende - unterstützt durch den Zusammenbruch des liberalen politischen Systems - muss jene als Vorwand fur einen Antisemitismus innerhalb der Mittelklassen herhalten, der sich steigernd bis zum 2. Weltkrieg anhält.
Jews in the class structure of Hungary. An essay on the historical roots of the anti-semitic crises of the twentieth century. The first crisis of anti-Semitism in Hungary occured immediately after World War One. The present essay attemps to elucidate the conditions which made this crisis possible by means of an analysis of the massive social integration of Jewish immigrants in the nineteenth century and of the structural disequilibrium this produced in various areas of Hungarian society. A survey of the historical circumstances of the establishment of Jewish communities in Eastern and Central Europe brings out the singular nature of the Hungarian situation : from the time of the edict of toleration proclaimed by Joseph II in 1781, Hungary offered optimal conditions for neweomers which elicited a massive immigration. As a result, towards the end of the century there existed a historically unique combination of a large number of Jews raised «in the Oriental manner» and the possibility of their becoming integrated «in the Western manner». The political policy of Magyarization and of integration pursued by the liberal and nationalist nobility led to such measures as the citizenship law of the Estates General of 1840, the Jaw of emancipation voted by the Revolutionary Assembly in 1849 (though its effects were only ephemeral, its was the first of its kind in Eastern or Central Europe), and the definitive law of emancipation which foliowed the Austro-Hungarian Compromise of 1867. This policy openend the way for the socio-cultural assimilation of the Jews. At the same time, the incapacity of this same nobility to enter into the bourgeois professions left the field free for the mobile elements among the immigrant Jews to take over control of the country's wholesale trade (especially in agricultural products) and to enter the intellectual occupations. After the compromise of 1867 there no longer existed any obstacles to the development of capitalism, and the Jewish bourgeoisie, endowed with remarkable business skills and in possession of liquid capital, steadily strengthened its position, playing the major role in the creation of the country's industrial, financial, and commercial infrastructure, while simultaneously remaining outside the governing classes. Thus, towards the end of the century, a division of the work of social domination became established in which the descendants of the nobility, who were often impoverished, the gentry), took up new positions in the official administration while the bourgeoisie, the majority of whom were Jewish, took possession of the economic power. Like the dominant classes, the middle classes, -notably the intelligentsia- remained divided into Jewish and Christian fractions, each of which was marked, at first, by different social origins, by a different ethos, and by different collective ambitions and each of which occupied relatively separate positions within the intellectual and liberal professions. At the beginning of the twentieth century one can observe, on the one hand, a fusion of the Jewish and Christian intelligentsia in the fields of intellectual production which were situated far from the center of socio-economic power and which included a large proportion of Jews, and, on the other hand, an increasing degree of competition between Jews and Christians in the other areas of middle class activity. This competition was exacerbated by World War One, which provo-ked a dramatic contraction of the markets of economic and symbolic production. This development, in turn, served as the pretext - helped along by the collapse of the liberal political regime - for an anti-Semitic activism in the middle classes which continued to increase until World War Two.
35 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1978
Nombre de visites sur la page 55
Langue Français
Signaler un problème

Monsieur Victor Karady
Monsieur Istvàn Kemény
Les juifs dans la structure des classes en Hongrie
In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 22, juin 1978. pp. 25-59.
Citer ce document / Cite this document :
Karady Victor, Kemény Istvàn. Les juifs dans la structure des classes en Hongrie . In: Actes de la recherche en sciences
sociales. Vol. 22, juin 1978. pp. 25-59.
doi : 10.3406/arss.1978.2599
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1978_num_22_1_2599Abstract
Jews in the class structure of Hungary. An essay on the historical roots of the anti-semitic crises of the
twentieth century.
The first crisis of anti-Semitism in Hungary occured immediately after World War One. The present
essay attemps to elucidate the conditions which made this crisis possible by means of an analysis of the
massive social integration of Jewish immigrants in the nineteenth century and of the structural
disequilibrium this produced in various areas of Hungarian society. A survey of the historical
circumstances of the establishment of Jewish communities in Eastern and Central Europe brings out the
singular nature of the Hungarian situation : from the time of the edict of toleration proclaimed by Joseph
II in 1781, Hungary offered optimal conditions for neweomers which elicited a massive immigration. As a
result, towards the end of the century there existed a historically unique combination of a large number
of Jews raised «in the Oriental manner» and the possibility of their becoming integrated «in the Western
manner».
The political policy of Magyarization and of integration pursued by the liberal and nationalist nobility led
to such measures as the citizenship law of the Estates General of 1840, the Jaw of emancipation voted
by the Revolutionary Assembly in 1849 (though its effects were only ephemeral, its was the first of its
kind in Eastern or Central Europe), and the definitive law of emancipation which foliowed the Austro-
Hungarian Compromise of 1867. This policy openend the way for the socio-cultural assimilation of the
Jews. At the same time, the incapacity of this same nobility to enter into the bourgeois professions left
the field free for the mobile elements among the immigrant Jews to take over control of the country's
wholesale trade (especially in agricultural products) and to enter the intellectual occupations. After the
compromise of 1867 there no longer existed any obstacles to the development of capitalism, and the
Jewish bourgeoisie, endowed with remarkable business skills and in possession of liquid capital,
steadily strengthened its position, playing the major role in the creation of the country's industrial,
financial, and commercial infrastructure, while simultaneously remaining outside the governing classes.
Thus, towards the end of the century, a division of the work of social domination became established in
which the descendants of the nobility, who were often impoverished, the gentry), took up new positions
in the official administration while the bourgeoisie, the majority of whom were Jewish, took possession
of the economic power. Like the dominant classes, the middle classes, -notably the intelligentsia-
remained divided into Jewish and Christian fractions, each of which was marked, at first, by different
social origins, by a different ethos, and by different collective ambitions and each of which occupied
relatively separate positions within the intellectual and liberal professions.
At the beginning of the twentieth century one can observe, on the one hand, a fusion of the Jewish and
Christian intelligentsia in the fields of intellectual production which were situated far from the center of
socio-economic power and which included a large proportion of Jews, and, on the other hand, an
increasing degree of competition between Jews and Christians in the other areas of middle class
activity. This competition was exacerbated by World War One, which provo-ked a dramatic contraction
of the markets of economic and symbolic production. This development, in turn, served as the pretext -
helped along by the collapse of the liberal political regime - for an anti-Semitic activism in the middle
classes which continued to increase until World War Two.
Zusammenfassung
Die Juden innerhalb der Klassenstruktur Ungarns. Essay über die historischen Voraussetzungen der
Krisen des Antisemitismus.
Die erste Antisemitismus-Krise in Ungarn fällt in die Jahre unmittelbar nach dem l.Weltkrieg. Im
vorliegenden Essay wird versucht, die Bedingungen ihrer Moglichkeit anhand der Analyse der im 19.
Jahrhundert stattfindenden massenhaften gesellschaftlichen Intégration jüdischer Einwanderer in die
ungarische Gesellschaft sowie des daraus folgenden sozialen Ungleichgewichts aufzuklären. Ein kurzer
Überblick über die historischen Umstände der Niederlassung von Juden in Ost- und Mitteleuropa zeigt
sogleich den besonderen Charakter der ungarischen Situation : Mit dem Toleranzedikt von Joseph II.
(1781) waren derart günstige Aufnahmahmebedingungen gegeben und in der Folge auch eine so
massenhafte Einwanderung in Gang gebracht, dass am Ende des Jahrhunderts in Ungarn eine
historisch einzigartige Verbindung «orientalisch» aufgewachsener und erzogener Juden mit einem
«abendländischen» Integrationspotential zustandegekommen war. Die Politik der Magyarisierung undder Integration des liberalen und nationalistischen Adels -markiert durch das Gesetz über die
Generalstände von 1840 ; das von der reévolutionaren Versammlung 1849 verabschiedete, aber nur
partiell wirksame Emanzipationsgesetz (dem ersten seiner Art in Mittel- wie Osteuropa), schliesslich
durch das endgültige Emanzipationsgesetz, das 1867, nach dem österreich-ungarischen Kompromiss
verabschiedet wurde- ebnete den Weg fur die sozio-kulturelle Assimilierung der Juden. Zugleich schuf
die fur den Adel bestehende Unmöglichkeit einer sozialen Rekonversion in die bürgerlichen Berufe den
mobilen Elementen der jüdischen Immigranten den notwendigen freien Raum, um den kommerziellen
Handelsmarkt (vor allem der landwirtschaftlichen Produkte) in die Hand zu nehmen sowie in die
bürgerlichen Berufe einzutreten. Nach Beseitigung der ökonomischen Hindernisse fur die weitere
kapitalistische Entwicklung durch den Kompromiss von 1867, gewinnt die judische Bourgeoisie -im
Besitz beträchtlicher sozialer Kompetenzen fur Handel und Kommerz sowie mobiler Kapitalien - wohl
zunehmend an Stärke und ist ausschlaggebend an der Schaffung der Infrastruktur im Bereich von
Industrie, Banken und Handel des Landes beteiligt, bleibt aber gleich-wohl am Rand der politisch
herrschenden Klassen. Auf diese Weise etabliert sich zu Ende des Jahrhunderts eine spezifische
Arbeitsteilung sozialer Herrschaft : Während die häufig verarmten Ange-hörigen des Adels (die gentry)
die öffentlichen Ämter in Beschlag nehmen und weiterhin die pol-tische Macht in Händen halten, eignet
sich die Bourgeoisie, mehrheitlich jüdischer Abstammung, die ökonomische Macht an. Wie die
herrschenden Klassen bleiben auch die Mittelklassen - insbeson-dere die Intelligenz- in judische und
christliche Fraktionen gespalten, deren jede durch spezifische soziale Herkunft, einen besonderenen
Ethos, spe- zifische kollektive Ambitionen sowie durch relativ isolierte Positionen innerhalb der
intellektuellen und freien Berufe gekennzeichnet ist. Zu Beginn des 20. Jahrhunderts lässt sich
einerseits eine Verschmelzung von jüdischer und christlicher Intelligenz in den Feldern intellektueller
Produktion ausmachen, die - mit starker jüdischer Komponente - relativ weit von der Macht entfernt
sind, zum anderen eine Zunahme der Konkurrenz zwischen Juden und Christen auf den anderen
Arbeitsmärkten der Mittelklassen. Verschärft wird diese Konkurrenz schliesslich noch durch die Folgen
des Krieges, der eine dramatische Verengung der Märkte fur die ökonomische wie symbolische
Produktion heraufbeschwört ; am Ende - unterstützt durch den Zusammenbruch des liberalen
politischen Systems - muss jene als Vorwand fur einen Antisemitismus innerhalb der Mittelklassen
herhalten, der sich steigernd bis zum 2. Weltkrieg anhält.
Résumé
Les Juifs dans la structure des classes en Hongrie. Essai sur les antécédents historiques des crises
d'antisémitisme au XXe siècle.
La première crise d'antisémitisme en Hongrie date des lendemains de la Première Guerre. Cet essai
tente d'en éclairer les conditions de possibilité par l'analyse de l'intégration sociale massive des
immigrants juifs au XIXe siècle et des déséquilibres structurels qu'elle a produits dans la société
hongroise. Un survol des circonstances historiques d'installation des israélites en Europe de l'est et du
centre fait comprendre la singularité de la situation hongroise qui offrait depuis le décret de tolérance de
Joseph II (en 1781) des conditions d'accueil optimales et suscitait une immigration massive si bien que
vers la fin du siècle le pays réunissait une combinaison historiquement unique de proportion de juifs
élevée «à l'orientale» et un potentiel d'intégration «à l'occidentale». La politique de magyarisation et
d'intégration de la noblesse libérale et nationaliste -que marquent la loi civique des états généraux en
1840, la loi d'émancipation, aux effets éphémères, votée par l'Assemblée révolutionnaire en 1849 (la
première du genre en Europe centrale et orientale) et la loi d'émancipation définitive acquise par suite
du Compromis austro-hongrois de 1867 -ont ouvert la voie devant l'assimilation socio-culturelle des juifs
et l'incapacité de reconversion sociale de la même noblesse dans les professions bourgeoises a laissé
un champ libre aux éléments mobiles des immigrants juifs pour prendre en main le marché des
échanges commerciaux (commerce des produits agricoles surtout) et entrer dans les métiers
intellectuels. Les obstacles économiques ayant été levés devant le développement capitaliste après le
Compromis de 1867 la bourgeoisie juive, dotée de compétences sociales remarquables pour les
affaires et de capitaux mobiles, se renforce de plus en plus et participe de façon prépondérante à la
création de l'infrastructure industrielle, bancaire et commerciale du pays tout en restant en marge des
classes politiquement dirigeantes. Ainsi s'établit vers la fin du siècle une division du travail de
domination sociale, les descendants de la noblesse, souvent appauvris (la gentry) se reconvertissentdans la fonction publique et gardent le pouvoir politique tandis que la bourgeoisie, majoritairement juive,
s'attribue le pouvoir économique. Comme les classes dominantes, les classes moyennes -notamment
l'intelligentsia- restent divisées en fractions juives et chrétiennes marquées d'abord chacune par une
origine sociale, un ethos et des ambitions collectives différents et occupant des positions relativement
séparées dans les professions intellectuelles et libérales. Au début du XXe siècle, on observe d'une part
un mouvement de fusion entre l'intelligentsia juive et chrétienne dans les champs de production
intellectuelle éloignés du pouvoir et à forte composante israélite tandis que sur les autres marchés
d'activité des classes moyennes la concurrence entre juifs et chrétiens se renforce. Cette concurrence
sera exacerbée par suite de la Guerre qui provoque un rétrécissement dramatique des marchés de
production économique et symbolique et servira de prétexte, l'effondrement du régime politique libéral
aidant à un activisme antisémite dans les classes moyennes qui ira croissant jusqu'à la seconde guerre
mondiale.victor karady et istvan kemeny
JUIRS
DANS LA STRUCTURE
EN HONGRIE:
Le les D'ANTISEMITISME lll^} LJ|CTIT^^D|^^I ESSAI celui là habitants Au un corrobori oraisons IXe, de nouveau Cicerón. voire I de V/IiIvjCwuO classiques. (1917) YUrbs au peuple, SUR Est-ce Xe d'autrefois, siècle Et un le trois diable peuple ILJO encore LES cents comprenaient qui le ans me Udw r\C-O peuple ne plus joue ANTECEDENTS fut tard, de bien un aucunement Rome, DU tour ^^l^l^^l il V^IiI^^CjOî le y latin, avait lorsles xXe en c'est conclusion, Ce la juive sur IQ Europe première texte que les universitaire et SIECLE 1920) problèmes la de constitue centrale. suite même la partie sera formation de ^rtru^Aïïr^- présentée provisoire hongroise socio-historiques d'une S'il cet ne essai, livrisondee des étude s'achève dans ou classes portant dite rhétorique, une de sur moyennes de numerus sur prochaine aucune l'identité les ques- clausus
en a pas, ce serait chose bien trop politique que de l'ex
pliquer sans ménagement. Des classes dominantes affaiblies
pour avoir trop vécu, une paysannerie miséreuse tard portée
à l'affranchissement, des bourgeois qui dépérissent parce
que faits d'un mélange bâtard de races stériles. Comment
qu'il me semble voir, et de plus en plus clairement, que le diable attendre surgir de cette matière merdeuse -pour ne
pas dire pire- des Hongrois capables de porter une civilterroir du Danube et de la Tisza se trouve, cette fois encore,
dans un grand moment créateur de la formation d'un peu isation ?
ple nouveau ? (...) Nos ancêtres, qui pouvaient être certes Bientôt on en serait réduit à ne plus pouvoir dan
peu ou prou des Hongrois, ont oublié de faire le peuple ser même le corrobori (...) des Hongrois abâtardis de toutes
hongrois. Le Hongrois n'existe plus depuis longtemps. Ce sortes, au nom de la nation hongroise, se rueront sur les
qui est n'est qu'une pars negativa, qui se distingue des musiciens et piétineront les instruments.
nations bien charpentées par ce qui lui manque (...). Mais il Et pourtant ce corrobori est la seule lumière qui
est vrai pourtant, n'est-ce pas, qu'un million de juifs se sont permettrait encore le développement d'une photographie
mêlés à nous qui n'étions rien, cent fois multiples que nous de nous dont il ne faudrait pas avoir honte. Ligotés et op
étions lors même que nous étions uniques. Que ces juifs primés qu'ils sont, les Hongrois qu'on trouve encore ici,
nous ont fait notre Budapest et tout ce qui -peut-être ? non, ne sauraient se révéler et s'épanouir que grâce à la fo
à coup sûr !- n'existe même pas, mais semble, de loin, pré rmation d'un peuple nouveau, formation qui serait con
senter une bonne allure européenne. Ils sont venus à notre trôlée et pourtant laissée se faire en liberté.
rescousse, à nous qui ne sommes plus, eux qui, en tant que Je vois le prototype d'un nouveau peuple, le peuple
peuple, n'existent également pas. Il y a, en Australie, une affranchi dans le corrobori, et je souhaite que ma vue soit
tribu qui est le plus grand peuple de poètes du monde. Il bonne. Ce serait la solution de tous nos dilemmes, et sans
l'est parce qu'il a inventé le corrobori. Le corrobori est nul doute un chef d'oeuvre de l'Histoire, si jamais c'était
une immense orgie de danses amoureuses accompagnées vrai. Parce qu'enfin, on ne peut créer une civilisation qu'en
d'une musique que font les femmes (...). Quelle poltronner s'agitant au point de trouver trop petite la Terre entière.
ie serait de ne pas le dire, nous ne faisons que danser le Or les derniers de tels Hongrois furent réduits déjà par
corrobori, et nous le dansons depuis des décennies du côté l'empereur Othon -c'était bien lui ?- sur le champ de
du Danube et de la Tisza. Ici deux races également déra Lech *. Alors, la civilisation et l'avancement pour les Hong
cinées et étrangères l'une à l'autre s'accouplent amoureu rois abâtardis et coincés entre les races balkaniques passent
sement suivant les règles du corrobori. Les juifs ont pris par les juifs, qui, loin d'être parfaits, sont indispensables.
place ici avec les instruments de musique copiés sur les
civilisations pleinement formées. Et nous autres, qui nous
nommons des Hongrois, nous poursuivons la danse amour
euse avec autant de haine que de désir. Ici, en étranglant (Extrait de E. Ady, Publicisztikai iràsai, -Ecrits de jourles uns les autres dans l'étreinte, soit nous donnons nais nalisme-, Budapest, Szépirodalmi, 1977, tome III, sance à un nouveau peuple, soit c'est le déluge (...). pp. 519-520). (...) Eux, les juifs, manient les instruments de
musique à la façon des femmes australiennes. Quant à *Les tribus magyares, qui avaient fait de nombreuses incur
nous, hommes-médiums ravagés, nous dansons, avec de sions dévastatrices, accompagnées de pillages, dans les pays
l'amour et de la colère, de la haine et du désir, jusqu'à de l'Occident chrétien médiéval, furent défitinivement
l'épuisement. Dommage qu'on soit si peu nombreux, qu'on vaincues dans la bataille de Lech en 955 par Othon I, dit
ne soit même pas quelques-uns, nous autres danseurs : il n'y le Grand, roi de Germanie, futur empereur romain de
a point de Hongrois en Hongrie. La raison pour laquelle il y l'Occident. :
.
:
26 Victor Karady et Istvan Kemény
C'est au sortir de la Grande Guerre qu'a éclaté en Les juifs entre l'Orient et l'Occident
Hongrie la première crise sociale, sans précédent
que Faut-il ce qu'il redire, convient au risque d'appeler, d'énoncer depuis des évidences, Marx, «la par son ampleur, qui fut marquée par un activisme
anti-juif exacerbé dont les victimes, qui se question juive» constitue pour l'essentiel un comptent par milliers, se confondaient avec celles problème régionalement circonscrit et largement de la terreur blanche. Celle-ci s'était abattue sur le limité dans l'époque moderne à l'est et au centre pays après l'effondrement de l'éphémère et à peine européen, tant les effectifs des juifs fixés dans ces moins sanglante Commune des Soviets, elle-même marches de l'Occident, leurs proportions dans la issue d'une expérience révolutionnaire de type population active et surtout leur poids social « bourgeois » et pacifique par laquelle l'ancienne fonctionnel dans le développement du capitalisme opposition politique à sympathies radical-social industriel et de sa civilisation y ont été incompaistes tentait, sans succès, de faire face à la défaite rablement supérieurs à ce qu'a connu l'Europe militaire, de conserver l'intégrité territoriale de la Occidentale ? De plus, dans des pays comme la Hongrie historique à la suite de la dislocation de la France, la Hollande, l'Angleterre, malgré une Monarchie bicéphale et de démocratiser les émancipation juridico-politique formelle relativinstitutions (notamment par l'instauration d'un ement tardive dont les dernières dates s'échelonnent régime parlementaire au suffrage universel). Nous au long du 19ème siècle (2), les juifs se trouvent ne recourrons ici à l'analyse événementielle que depuis le 18ème de plus en plus intégrés pour illustrer à l'aide d'indicateurs historiques, les socialement et culturellement, à en juger par les changements dans les rapports (en particulier les principaux critères d'intégration tels que la langue rapports de forces) entre classes sociales, groupes usuelle, la participation au jeu politique, la de statut et milieux confessionnels qui, à notre dispersion résidentielle, la scolarisation commune, sens, permettent seuls de comprendre la crise le mode de vie quotidienne, voire la conscience de antisémite de 1919-20 traditionnellement réduite, l'identité ethnico-nationale. Sans prendre en lorsqu'il en est fait mention, soit à une manifesta compte les particularités, nombreuses d'un pays à tion de la droite éternelle, soit à un stratagème l'autre, de la condition des juifs dans l'espace temporaire tactique de ladite droite (« pour européen au début de l'époque moderne, notons détourner l'attention des masses populaires des que, au XVIIIème et au XXème siècles encore, vrais problèmes sociaux et leur désigner un bouc quatre cinquièmes des israélites demeuraient émissaire ») quand elle n'est pas cachée sous un concentrés dans la partie orientale du continent où voile pudique comme chose à peine advenue. Il leur grosse majorité vivait dans des communautés n'est guère possible de nier en effet que l'antisémi ethniquement, culturellement et linguistiquement tisme militant de l'après-guerre — qui persistera et fermées et isolées. ira croissant pour aboutir à partir de 1938 aux
lois racistes d'inspiration national-socialiste — se Les juifs orientaux sont à l'origine de souche occidentale,
rattache au premier abord à une crise de société on le sait. Ils s'installent souvent sous la contrainte, dans
des conditions désastreuses, dans les États germaniques, en conjoncturelle qui s'est exprimée aussi dans les Pologne, en Lituanie (mais aussi en Afrique du Nord), à la tentatives révolutionnaires, dans la répression de Renaissance ou à la fin du Moyen Age. Ils sont expulsés de celles-ci ou dans le démembrement du territoire l'Angleterre en 1290, de la France au 14ème siècle, de
national dans le traité de paix imposé à Trianon. l'Espagne en 1492, du Portugal en 1496, de Venise en
Toutefois, pour appréhender la signification et
établir les conditions de possibilité de cette crise,Ü history, New York, Simon and Schuster, 1962 ; Randolf faut remonter, ne serait-ce que sommairement, aux L. Braham (ed.), Hungarian-Jewish Studies, 2 vol., New
processus socio-historiques de longue durée tou York, 1966-1969 ; B. Hóman, Gy. Szekfii, Magyar torté-
net (Histoire de Hongrie), 8 vol., Budapest, s.d. ;P. Hànak, chant à la formation des classes moyennes, à la
A dualizmus korànak torténeti problémài (Problèmes histostratification des classes dominantes et aux riques de l'époque dualiste), Budapest, 1971 ; I. Bibö, A reclassements qui se sont opérés en leur sein par zsidókérdés Magyarorszàgon (La question juive en Hongrie) suite de l'intégration des juifs dans le cadre général in Vàlasz, Budapest, 1948 ;B. Bernstein, A ne gyvenny oleas
du développement capitaliste, de l'industrialisation, szabadsàgharc es a zsidók (La révolution de 1848 et les
juifs), Budapest, 1939 ; Miklós Szàbô, Uj vonàsok a szà- de l'urbanisation et de la modernisation socio zadfordulôi magyar konzervativ politikai gondolkodàsban culturelle et qui font apparaître, on le verra, la (Nouveaux éléments dans la pensée conservatrice hongroise conjoncture critique de l'après-guerre comme au tournant du siècle) in Szàzadok, Budapest, 1974, 1, l'expression d'un déséquilibre structurel accusé de pp. 3-66. Nous avons également puisé maintes informations
la société hongroise (1). dans Y Encyclopedia Judaica, Jerusalem, The Macmillan
Company, 1971 Pour ce qui est des publications statistiques
officielles, nous avons cité, chaque fois qu'il a été possible,
l'édition en langue française. 1 —Toute la bibliographie qui aurait été nécessaire pour cet
2— Les dates de l'émancipation juridique formelle ne reessai ne nous a pas été exhaustivement accessible. Dans le
flètent pas bien le statut social effectivement reconnu aux texte nous citons systématiquement les titres dont on a fait
juifs avant l'émancipation, qui souvent, ne faisait que un usage circonstanciel. Ici nous indiquerons ceux qui ont
enrichi notre documentation sans donner lieu explicite- traduire dans le droit l'état de fait. Pour mémoire, voici
les dates de l'émancipation définitive dans les principaux tement à des citations ou références : C.A. Macartney,
Etats occidentaux Etats-Unis d'Amérique en 1787, The Habsburg Empire 1870-1918 , London, Macmillan, France en 1791, Pays-Bas en 1796, Danemark en 1849, 1969 ; O. Jàszi, Revolution and counter-revolution in
Italie en 1861, Suède en 1870, Angleterre et Allemagne en Hungary, London, 1924 ; G. Barany, Magyar Jew or Jewish
Magyar ?, in Canadian-American Slavic Studies' VIII, 1., 1871, Norvège en 1891. Dans bien des Etats, il y a eu des
Spring 1974, pp. 1-44 ; W.O. McCagg, Jews in Revolution tentatives avortées ou éphémères d'émancipation bien avant
the Hungarian Experience in Journal of Social History, l'émancipation définitive (comme en Italie dès 1796
jusqu'en 1815, ou en Prusse de 1812 à 1815). XXVIII, 1972, pp. 78-105 ; M.J. Duniont, Jews, God and
\l Les juifs dans la structure des classes en Hongrie 27
dans les pays d'obédience catholique, contrair1516, de Gênes en 1 550, des Etats pontificaux en 1569, etc.
De la seule Espagne il y a eu plus de 100 000 réfugiés. Un ement à ce qui s'est passé dans les régions de culte
retour partiel s'opère progressivement vers les pays de orthodoxe. La féodalité, une fois consolidée, se l'Occident au hasard des changements de souveraineté des fondait sur un régime de propriété personnalisée territoires mais aussi, à partir du 16ème siècle, grâce à la tandis qu'à l'est la prééminence de la propriété Réforme. Certains États réformés consentent en effet
— pour des raisons idéologiques (affinités théologiques) ou étatique a souvent permis la conservation, sous des
politiques (pratique démonstrative de la tolérance religieuse formes diverses et historiquement variables, d'un dont les coreligionnaires ne jouissent pas dans les pays régime des « spahi » turcs (3). catholiques) — à accueillir les juifs qui s'installent au On ne s'étonnera pas de constater que cette Pays-Bas en 1593, en Angleterre sous Cromwell en 1655. Ils
opposition entre les domaines occidental et orientreviennent en France en 1648 par le rattachement de
l'Alsace dans le traité de Westphalie. Les juifs hollandais et al de l'est européen se retrouve et s'accuse quant à
anglais de l'époque moderne étaient certes d'abord d'origine la situation faite aux juifs. On se contentera ici séphar dim (méridionale), vivant au 17ème siècle dans des encore, pour la dépeindre, de quelques indices qui, quartiers à majorité israélite mais mixtes et non fermés. Ils
pour être grossiers, n'en permettent pas moins de s'assimilent rapidement et certains d'entre eux se
convertissent, se font anoblir et accèdent à la prospérité. saisir, la spécificité relative du cas des pays comme
C'est eux qui fondent les Sociétés des Indes Orientales la Hongrie à cet égard. hollandaise et britannique. En revanche les Askenazim Si les effectifs des juifs en Allemagne, en (Juifs de l'Europe de l'Est) qui émigrent d'Allemagne en Bohème et en Autriche étaient toujours moindres Angleterre au XVIIIe siècle, y restent pauvres et isolés
pendant longtemps. Les juifs ont été expulsés de la Russie que les chiffres de la population israélite de l'est,
(État moskovite) au début du 16ème siècle. C'est leur niveau culturel et leur degré d'intégration l'expansion territoriale de l'État russe au 18ème siècle vers sociale en revanche ont été plus élevés par suite de l'Occident (Lituanie, Pologne, Baltique) qui fait rentrer les la faiblesse comparative des résistances que ces juifs dans l'empire des tzars. sociétés opposaient aux efforts collectifs ou
individuels d'ascension sociale des juifs (notam
Mais pour peu qu'on oppose sous ce rapport la ment à leur scolarisation). Ainsi, dans l'économie
situation à l'Est et à l'Ouest (sans même tenter monétaire de certains États sous l'absolutisme
d'en présenter une démonstration), il est nécessaire éclairé, quelques fractions des élites juives accèdent
d'introduire une distinction, elle aussi élémentaire, à d'importantes fonctions de cour. Dès le 18ème
entre les domaines occidental (qu'on désignera siècle, voire avant, les juifs convertis ne rencont
désormais Europe Centrale) et oriental ou levantin raient plus d'obstacles institutionnels à leur
de l'est européen. En Europe Centrale (que intégration sociale. Les ghettos ont commencé à
couvriront plus tard les territoires nationaux des s'ouvrir massivement par suite des mesures de
États comme l'Allemagne, l'Autriche, la Bohème, la tolérance des Hohenzollern en Prusse et de Joseph
Croatie et la Hongrie), ainsi que dans les parties II en Autriche et en Hongrie à partir de la seconde
« prussienne » et « autrichienne » de la Pologne moitié du XVIIIème siècle.
partagée, le régime socio-culturel, qui a pris racine
pour se généraliser dès le haut moyen âge, fait Entre le 1 6ème et le 1 8ème siècle, les juifs vivent dans des contraste à tous égards avec les régimes orientaux ghettos en Allemagne, en Bohème, en Autriche ainsi que
instaurés dans les Etats comme la Russie et la dans quelques villes polonaises. Pourtant l'enfermement ne
leur a pas toujours interdit de participer, en raison du Roumanie. Si l'on se réfère aux données fonda rayonnement reconnu de leur propre culture, à la civilisamentales concernant les rapports entre autorités tion dominante des pays d'accueil, ainsi à Prague sous spirituelles et séculières, le droit de propriété, le Rodolphe II de Habsbourg (1552-1612). Les juifs convertis
degré de séparation ou de confusion des pouvoirs, parviennent souvent à jouer un rôle public comme sous
l'autonomie politique relative des ordres domin Marie-Thérèse d'Autriche (1717-1780) ou Frédéric-
Guillaume 1er de Prusse (1688-1740). En réalité, dès cette ants, le statut des villes etc., les différences sont époque, les juifs tant soit peu assimilés jouissent d'un statut manifestes entre les domaines occidentaux et juridique semi-émancipé, ce que confirme par exemple le orientaux, déterminant les cadres sociaux dans décret de tolérance de Joseph II d'Autriche (1781). En
lesquels la condition juive a suivi des chemins Allemagne, l'ouverture des ghettos, à partir de 1798 à
Bonn, et qui se poursuit rapidement, répond au même souci d'évolution radicalement divergents. L'Europe
de l'absolutisme éclairé d'éliminer les séquelles, désormais Centrale appartient dès le haut moyen âge à la considérées comme archaïques, de la discrimination relchrétienté latine tandis que l'Orient relève de igieuse instaurée au Moyen Age. l'Église grecque. Ici l'Eglise et l'État constituent très
tôt des puissances sociales séparées et souvent Dans les domaines orientaux de l'est européen rien compétitives, représentant en tous cas des intérêts de comparable ne se produit jusqu'à la fin du institutionnels particuliers; là l'Eglise est englobée 19ème siècle, voire au-delà. Les populations juives dans l'Etat. Ici encore une certaine séparation y restaient dépourvues pratiquement de tout droit des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire civique, attachées grandement au sol et exclues de s'accomplit progressivement et les ordres domi
nants comme la noblesse et, dans une moindre 3— En Russie les terres restaient depuis le départ des Tar- mesure, le clergé et les bourgeois, jouissent de tares et jusqu'en 1762 propriétés du prince qui en délélibertés de type corporatif qui donneront nais guait l'administration et la jouissance aux pomiechtchiki sance, en se généralisant par la suite, à la notion contre livraison d'une partie des revenus. La délégation
à titre précaire et temporaire du pouvoir local et des moderne de la liberté personnelle et, en tout état
moyens de production et d'exploitation détenus par l'Etat de cause, contribuent à limiter le pouvoir royal. La s'inscrit manifestement dans une tradition politique appatradition juridique de l'autonomie et de la respons remment indélébile ici (cf. K. Wittfogel, Le despotisme abilité personnelles, base du droit romain, n'a oriental, Paris, Editions de minuit, 1977, pp. 215-217 et
jamais perdu complètement son efficacité sociale 219-220). 28 Victor Karady et Istvan Kemény
tion réserve expressément la citoyenneté aux chrétiens. la vie sociale comme du système scolaire. Dans
Le Congrès de Berlin en 1878 impose l'émancipation au le domaine occidental un vaste processus d'assimi pays. Celle-ci n'est pourtant pas légalisée mais on admet lation socio-culturelle s'est mis en marche, assorti que les juifs puissent demander leur naturalisation à titre d'ailleurs de mouvements pour l'émancipation individuel. Il y a 2000 naturalisations en 38 ans, ce qui
juridique complète, au point que ces pays sont vite retarde la reconnaissance diplomatique de la Roumanie par
devenus un pôle d'attraction pour les juifs orien les grandes puissances. En 1918 la Transylvanie , la Bessara
bie et la Bucovine, où les juifs jouissent d'un statut émanctaux, privés chez eux de toute chance de mobilité ipé, sont rattachées à la Roumanie et les Alliées (de sociale collective. D'où la permanence et l'intensité l'Entente) exigent l'émancipation. A partir du 28 décembre du mouvement migratoire vers le centre de l'Eu 1918 on autorise de nouveau les juifs à solliciter leur
rope depuis le 1 8ème siècle qui, dans un premier naturalisation individuelle. Là Conférence de Paix à
Versailles envoie un ultimatum sur la question, ce qui temps, n'a fait qu'étirer vers le bas, dans ces pays, provoque la démission du premier ministre Bratianu à titre la stratification interne des milieux juifs par de protestation. Enfin l'émancipation est légalement l'afflux des coreligionnaires traditionalistes pour, proclamée le 29 mars 1923 avec, toutefois, des clauses par la suite, donner une impulsion redoublée à restrictives maintenant l'exclusion des juifs de la fonction
l'assimilation sur la voie de l'embourgeoisement, publique et des Universités. Il y a entre 1922 et 1927 une
série de pogroms dans le pays. En 1934 on réintroduit le voire de l'anoblissement, que les sociétés d'accueil numerus clausus dans l'accès aux études. ouvraient de plus en plus largement devant les
immigrants, surtout après les lois d'émancipation et
la transformation du culte israélite en confession Contrairement à ce qu'on constate plus à l'est, en
reçue. Le résultat, sommairement défini, de ce Europe Centrale il ne faut pas surestimer l'impor
processus centenaire — qu'on peut considérer tance de l'antisémitisme politique tel qu'il s'est
comme clos dès avant la Première Guerre — fut la manifesté avant la Première Guerre, ni du même
modification remarquable de la conscience eth coup sous-évaluer l'intégration des classes mo
nique des juifs d'Europe Centrale qui tendait de yennes israélites (dont le poids dans la hiérarchie
plus en plus à recouvrer une identité sociale sociale des milieux juifs ne cessait de croître) dans
objectivée dans le statut socio-professionnel acquis, les groupes économiquement, intellectuellement et,
dans une moindre mesure, politiquement hégésous réserve d'un particularisme confessionnel qui,
moniques. Il n'y a pas eu en Europe Centrale à la manière des autres cultes, était légalement
d'« affaire » comparable à celle du Capitaine reconnu. Les juifs allemands sont devenus des
Dreyfus jusqu'au grand tournant de l'après-guerre. Allemands, les autrichiens des Autrichiens, les
C'est dans la crise des classes moyennes après la juifs hongrois des Hongrois tandis qu'à l'est, en
défaite, crise économique, politique autant que Russie ou en Roumanie, leurs coreligionnaires sont
restés une nationalité à part. S'il est facile sinon sociale (au sens, dans tous ces domaines, d'une
tentant intellectuellement de ramener les divers mise en danger de l'avenir de classe) que cette ligne
mouvements de l'antisémitisme politique — qui d'évolution aura trouvé sa limite et, pour partie,
sera brisée. En anticipant quelque peu sur nos sont apparus pour la plupart à peu près au même
analyses de cette crise, voici donc, esquissé à moment historique, à la fin du 19ème siècle, en
Europe Centrale et Occidentale — à une source grands traits, le cadre historico-régional du destin
des juifs en Europe Centrale parmi lesquels les unique se rattachant aux frustrations sociales
juifs hongrois constituent pourtant un cas doté engendrées par le capitalisme classique triomphant,
il faut surtout constater que, paradoxalement, d'une relative spécificité et, à bien des égards, un
pareil antisémitisme politique — qui aurait été cas limite.
proprement impensable à l'est tant les juifs y
demeuraient socialement exclus et isolés — est
encore un signe manifeste de la réussite relative de
l'assimilation sociale des juifs. Il faut constituer
une force sociale et, du moins potentiellement,
politique intégrée et reconnue dans le système pour
être politiquement combattu, ce qui n'a jamais été La Hongrie, pays d'accueil
le cas des juifs orientaux enfermés dans leurs pour les juifs au 1 9ème siècle ghettos qui — la récurrence des pogroms jusqu'au
Au début du 18ème siècle la proportion et les XXème siècle en témoigne — ont pu être maintenus
effectifs de la population israélite est encore dans l'impuissance sociale manu militari ou plebis.
minime en Hongrie. Ils ne dépassent pas 13 000
âmes en 1730, soit à peine 0,3% des habitants du Evoquons rapidement, pour fixer les idées, l'évolution delà pays. Ce chiffre se gonfle un peu au cours du siècle situation juridique des Israélites en Roumanie à l'époque
par l'apport des immigrants en provenance de contemporaine. La Moldavie et la Valachie ont été libérées
avec le Traité de Drinople (1829) de la domination turque. l'Autriche et de la Bohème qui s'installent avant
Dès 183 1-3 2, le Reglementrul organic ordonne le recense tout dans les villes des régions limitrophes dans le ment des juifs et l'expulsion de ceux qui n'ont pas de nord du pays, mais ils ne sont que 75 000 en 1785, fortune ou n'exercent pas une profession industrielle. soit moins de 1 % de la population résidente. C'est Selon le règlement du prince Sturdza en 1839 il est interdit
après le premier partage de la Pologne, avec le aux juifs expulsés d'autres pays de s'établir (§ 10) et ceux
qui sont nés dans le pays mais ne peuvent pas justifier d'une rattachement de la Galicie à la couronne autr
source honnête de revenus doivent être exilés. En 1856 le ichienne (1772), suivi du décret de tolérance de Traité de Paris qui clôt la Guerre de Crimée stipule l'éman Joseph II (1781) que débute l'extraordinaire cipation des juifs en Moldavie et en Valachie. Il n'a été suivi mouvement migratoire vers le pays qui porte les sur ce point d'aucun effet. En 1 866 Charles de Hohenzollern
accède au trône roumain et le paragraphe 7 de la effectifs des juifs à 128 000 dès 1805, soit une :
i
'.
Les juifs dans la structure des classes en Hongrie 29
croissance de 70% en vingt ans. L'immigration se Si l'on constate — pour en rester encore à ce
poursuivra tout au long du siècle au même rythme phénomène des effectifs, qui n'est qu'en apparence
et ses effets seront redoublés par l'accroissement purement démographique - que l'émigration s'est
naturel, également rapide, si bien que l'augment dirigée également vers les pays tchèques, autri
ation de la population juive en Hongrie, avec chiens et allemands, force est d'observer qu'elle y
369 000 en 1850 (2,8% de la population globale) fut de bien moindre ampleur puisque, vers 1920
et près du million au tournant du siècle (932 000 par exemple, la proportion des juifs dans les deux
en 1910 soit 4,5% de la population globale), aura premiers Etats n'a pas dépassé 2,5%. La Hongrie
été de loin la plus importante dans toute l'Europe. historique a été le seul pays d'Europe Centrale
Au début du 20ème siècle, près d'un dixième delà (mais aussi de toute l'Europe) dans la seconde
diaspora saisie statistiquement de par le monde s'y moitié du 1 9ème siècle où le poids démographique
trouve établi. des juifs ait approché l'ordre de grandeur typique
des pays de l'est et où la localisation résidentielle
des juifs dans la capitale et dans quelques villes ait Ces chiffres prennent encore plus de valeur si l'on prend en atteint des proportions lituaniennes ou galiciennes. compte la concentration relative de la population juive dans
les territoires hongrois au sens strict, c'est-à-dire avant la
Grande Guerre dans la Hongrie sans la Croatie et, après la
Guerre, entre les frontières du futur État mutilé selon le Voici quelques chiffres qui éclairent les disproportions des
Traité de Trianon (Versailles). D'après les dispositions du effectifs relatifs des juifs au centre et à l'est européens. En — qui a véritablement défiguré le pays — des quel Allemagne la proportion des juifs en 1871 est de 1,25 % et
ques 18 214 000 habitants d'avant -guerre seuls 7 615 000 descend à 0,95 en 1910. A cette dernière date en Bohême,
allaient revenir à l'État résiduel, soit 42% de la population elle est de 1,1% et en Autriche 2,9 % (ce qui est déjà un chif
primitive. En même temps la proportion des israélites dans fre assez élevé). A l'est par contre les chiffres comparables
le pays a connu une hausse notable, de 5,0% à 6,2%, parce sont pour la Roumanie en 1899 plus de 4,5 % mais avec une
que la majorité des israélites hongrois (soit 471 000 per tendance vers la baisse 3,3% seulement, par suite de
sonnes sur 910 000) est demeurée dans le territoire dimi l'émigration, en 1912. Vers la même époque on trouve en
nué. De plus la concentration des juifs dans la capitale a Ukraine 9,3%, dans les territoires lituaniens de la Russie
également augmenté de façon brusque, par suite du 14,1 %, enfin en Pologne sous autorité russe 14,1 %. Dans la
démembrement du pays, d'un cinquième à près de la moitié Pologne réunifiée en 1920 il y a 10,5% de juifs dans la du total. (Voir les tableaux n° 1 et 2). population nationale. (Cf. Encyclopedia Judaica, articles
tableau 1 —L'évolution de la composition confessionnelle de tableau 2— L'évolution de la répartition confessionnelle de la popula
la population en Hongrie tion de la capitale hongroise
Repartition par confessions ds : la populatior de l'Etat hongrois d 'avant la guerre Répartition par confessions de la population dans les villes de Pest, de Buda et d'Obuda, 1813-1857 mondiale (territoire de 1910) * 1813 1821 1830 1840 1848 1857 1830 1840 1850 1869 1880 1890 1900 1910 1930 cath. rom. et gréco-cath. 87,2 85,7 85,2 82,1 80,7 78,6 cath. rom. 52,9 47,6 47,5 48,7 50,1 50,9 51,6 52,1 53,4 calvinistes 0,8 1,8 1,3 2,0 2,1 2,1 gréco -cath. 7,4 10,3 10,3 10,3 9,6 9,6 9,6 9,7 9,5 luthériens 1,7 3,4 1,6 2,9 3,7 3,5 calvinistes 14,5 14,3 13,5 13,1 13,0 12,8 12,7 12,6 12,1 gréco-orient. 2,5 2,1 1,8 1,4 1,0 0,7 luthériens 7,3 7,8 7,6 7,2 7,2 7,2 6,7 6,4 6,1 israélites 7,9 8,7 8,8 11,1 12,5 15,1 gréco-orient. 15,8 17,7 17,9 16,7 15,6 15,2 14,6 14,3 14,2 populat. totale 100 100 100 100 100 100 unitaires 0,4 0,4 0,4 0,4 0,4 0,4 0,3 nombre absolu israélites 1,8 1,9 2,8 3,6 4,1 4,1 4,4 4,5 3,8 ( (en milliers) 70 219 78 596 99 510 J3 266 140 698 186 311 autres 0,3 0 0 0 0 0 0,1 0,1 0,9
populat. totale 100 100 100 100 Répartition par confessions de la population de Budapest, 1869-1930 100 100 100 100 100 nombre absolu 1869 1880 1890 1900 1910 1920 1925 1930 (en milliers) 11 311 12 890 13 192 15 509 15 642 17 349 19 122 23 204 20 886 cath. rom. 72,4 67,4 64,3 60,8 59,8 59,1 59,9 60,8
gréco-cath. 0,2 0,3 0,5 0,8 1,1 1,1 1,0 1,1 * Territoire de 1 'ancienne Couronne hongroise, y comprise la Croatie. calvinistes 4,8 6,2 7,7 9,2 9,9 10,9 11,4 12,1 5,3 5,7 5,3 4,8 4,8 5,0 luthériens 5,6 5,0 Source—Statisztikai szemle, Budapest, 1941, no 7. p. 4 80. gréco-orient. 0,7 0,5 0,5 0,6 0,8 0,5 0,4 0,4
unitaires 0 0 0,1 0,1 0,2 0,3 0,3 0,2
israélites 16,6 19,7 21,0 23,1 23,1 23,2 21,6 20,3 autres et non déclarés 0,3 0,2 0,1 0,1 0,1 0,6 0,1 0
populat. totale 100 100 100 100 100 100 100 100
nombre absolu (en milliers) 270 685 360 551 491 938 732 322 880 371 928 996 960 993 1 006 184
Part des habitants de Budapest dans les effectifs des confessions de la Hongrie entière
1869D 1880D 1890D 1900D 19101) 19202) 19302) 1930D 19303)
(en %)
cath. rom. 2,6 3,0 3,6 4,5 4,8 10,7 10,8 4,8 9,0
gréco-cath. 0 0,1 0,2 0,3 0,5 5,7 5,3 0,5 0,7 1,7 2,8 3,3 6,2 6,7 4,3 4,8 calvinistes 0,6 1,1 luthériens 1,3 1,8 2,3 3,0 3,3 9,0 9,4 3,5 8,1
gréco -orient. 0,1 0,1 0,1 0,2 0,2 8,5 10,0 0,1 0,9 29,8 22,8 unitaires 0,1 0,2 0,7 1,6 2,9 3,1 5,4 israélites 8,1 11,1 14,2 20,0 21,9 45,6 44,9 22,1 27,5
autres 1,1 10,8 10,1 6,4 8,5 20,0 16,3 1,6 2,8
populat. totale 1,3 2,3 3,8 4,2 12,1 11,6 4,2 7,9 2,8
1. Territoire de l'ancienne Couronne hongroise de 1910, y compris la Croatie.
2.diminué d'après le traité de Trianon.
3. Territoire du 30 août 1940 (territoire diminué d'après le traité de Trianon et augmenté de la Transylvanie septentrionale, de la Subcarpathie et d'autres fractions du territoire de l'ancienne Couronne hongroise).
Soutce-Statisztikai szemle, Budapest, 1941, n° 7, pp. 482-483. :
:
30 Victor Karady et Istvan Kemény
nationaux, Jerusalem, The Macmillan Company, 1971). De dont l'effet sera certes de courte durée puisqu'elle
tous les pays de l'est l'émigration a été massive tout au long sera abolie à la restauration des Habsbourgs, du siècle vers le Centre et l'Ouest européens autant partageant en cela le sort de toute la législation qu'outre-mer, mais la cadence des départs s'est accélérée révolutionnaire, mais l'émancipation sera effective vers la fin du 1 9ème après la série des pogroms en Russie
qui se sont échelonnés depuis 1881. On estime à deux en 1867, immédiatement après la conclusion du
millions les effectifs des emigrants de l'Empire Russe depuis traité de réconciliation qui consacre l'établissement les partages successifs de la Pologne —en 1772, 1793 et de la double monarchie. En 1895 la législation dite 1795 — jusqu'à la Première Guerre. On voit que la Hongrie, de droit écclésial rend obligatoire le mariage civil, pays d'immigration pour l'essentiel pendant toute cette
période pour les juifs — tout en étant un pays d'émigration impose l'état civil public (dont la gestion fut
massive, surtout au tournant du siècle, vers l'Amérique auparavant confiée aux paroisses) et prescrit la
(avec toutefois une proportion de juifs parmi les partants réception complète de la confession israélite. régulièrement inférieure à la part des israélites dans la
population) — réunissait une proportion de juifs élevée
« à l'orientale » et un potentiel d'intégration « à l'occiden La loi d'émancipation de 1867 n'a garanti que l'égalité des
tale». On retrouve ces deux traits dans la nature de la droits politiques et civiques. Elle n'a prévu qu'impli
concentration urbaine des juifs en Hongrie avec l'absence de citement que la confession israélite devait jouir de la
ghettos (sinon de quartiers préférentiels) et des taux de même situation juridique que les confessions chrétiennes
population israélite très élevés, surtout dans la capitale (près reçues (6). Pour clarifier le statut du judaïsmeje ministre de
d'un quart de la population entre 1900 et 1920). Pareilles l'instruction publique et des cultes Jôzsef Eötvös (une des
proportions n'existent nulle part en Europe Centrale ou figures de proue de la pensée libérale hongroise) convoqua
Occidentale (à Vienne on trouve 8%, à Prague 5% et à un « congrès juif » dont l'organisation revenait au chef de la
Berlin seulement 5% à la même époque). Elles ne sont communauté « néologue » Ignàc Hirschler. A l'issue du
dépassées que dans certaines grandes villes de l'est comme à congrès le judaïsme hongrois s'est divisé en trois commun
Varsovie (34% en 1897), à Lodz (41% en 1910), à Lvov autés les « néologues » ou « congressistes » , les ortho
(alors Lemberg, 35% en 1897 ) ou à Vilnious (alors Wilna, doxes et la communauté dite de «statu quo ante». Le
36% en 1897). Dans les territoires orientaux il existe aussi Parlement hongrois a déclaré le judaïsme « confession
des villes, moins importantes il est vrai, à majorité israélite reconnue», ce qui signifiait qu'elle recevait, comme les
comme Bialystoque (51,6%), Godno (53,9%), Brest-Litovsk autres cultes, l'aide financière de l'État et qu'on lui accor
(53,1 %),Pinsk (74,7%). dait une certaine autonomie, mais celle-ci était moindre que
l'autonomie garantie aux Églises chrétiennes. A titre de
reconnaissance symbolique du culte, Ignàc Hirschler fut
Cet essor démographique se rattache directement nommé dès 1885 membre de la Chambre Haute.
aux conditions d'accueil et d'installation excep
tionnellement favorables dans le pays. Il n'est sans Ces vicissitudes législatives — quelle qu'en fût
doute pas dû au hasard que la croissance décennale l'importance à court terme pour les populations
maximale des effectifs israélites, grandement rede concernées — ne doivent pas faire perdre de vue ce
vable à la balance migratoire positive, se situe aux phénomène essentiel : bien avant l'émancipation
années 1840, date à laquelle les États Généraux complète et définitive, c'est-à-dire dès le premier
ont garanti aux juifs certains des droits sociaux et tiers du 19ème siècle, et ceci d'autant plus que
économiques essentiels tels que le libre choix de — comme en témoigne l'intensité de l'émigration —
la résidence, la liberté de fonder une entreprise la pratique sociale a en l'occurrence de beaucoup
industrielle ou commerciale ou d'acquérir des précédé sa légalisation proprement dite, les
terres. Qu'on se souvienne de la formulation primi barrières institutionnelles devant l'assimilation
tive du projet de loi (adopté à la Chambre Basse et socio-culturelle et l'ascension sociale des juifs en
modifié par la suite seulement à la Haute Hongrie ont été levées.
et par le souverain pendant la session parlementaire Les immigrants du 18ème et du début du
de 1 839-40) qui prévoyait l'émancipation juridique 1 9ème siècles s'installaient prioritairement dans les
complète et l'on peut se faire une idée de la centres de gestion des grandes propriétés terriennes
manière libérale dont cette loi a ouvert les portes et dans les villes commerciales. La concentration
devant l'intégration sociale des juifs, d'autant plus dans les villes et à l'ombre du château relevait sans que l'administration effective du pays était aux doute du réflexe de défense d'une minorité à
mains de cette même petite et moyenne noblesse l'expérience collective grevée de persécutions. Des
qui dominait la Chambre Basse et dont l'élite
réformiste était déjà largement acquise aux idées
constater que l'émancipation des juifs a été réalisée -du de l'égalité des droits et des charges des cito moins en principe, puisque le régime révolutionnaire yens (4). L'assemblée révolutionnaire de 1849 tomba peu après son vote- pour la première fois en votera sans difficulté une loi d'émancipation (5) Hongrie dans toute l'Europe centrale. Notons que ce
précédent historique dans l'ordre des réformes législa
tives propres aux démocraties parlementaires modernes
4— Voici un extrait de l'exposé des motifs de la proposi n'était pas unique. Il en allait de même pour l'émancipa
tion de loi telle qu'elle a été présentée à la Chambre tion de la paysannerie servile, également réalisée en 1848,
Basse «La voix de l'humanité nous mande de leur (aux bien avant les autres pays de l'Europe centrale.
juifs) accorder tous les droits dont chaque citoyen qui 6— La loi n° XVIII de 1867 se compose de deux paragraparticipe aux charges publiques doit disposer ; la justice phes. Le premier stipule que les juifs «sont déclarés auordonne que soient ouvertes devant la judaïté toutes les torisés à exercer tous les droits politiques et civiques à sources de l'acquisition civile et toutes les voies de l'indus égalité avec les citoyens chrétiens» et le second proclame trie et des métiers et son intérêt public s'unira à l'inté que «toute coutume, loi ou ordonnance contraire à cette rêt public des concitoyens, puisqu'il jouira de la même loi est considérée comme caduque». Cette loi d'émanciprotection des lois». pation définitive est en réalité la reprise intégrale de la loi
5— L'exposé des motifs de la loi n° IX de 1949 se réfère n° IX de 1849 laquelle, comme toute la législation révo
aux principes libéraux de l'égalité et de la liberté des lutionnaire, a été remplacée par la suite sous l'absolu
citoyens mais aussi à la lutte commune menée ensemble tisme par la législation autrichienne en vigueur qui, jusqu'en
par les Hongrois et les juifs pour la liberté. Force est de 1 868, n'a pas reconnu l'émancipation des juifs.