Les juifs en France : anatomie de 307 cahiers de doléances de 1789 - article ; n°1 ; vol.20, pg 45-61

-

Documents
32 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Annales. Économies, Sociétés, Civilisations - Année 1965 - Volume 20 - Numéro 1 - Pages 45-61
17 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1965
Nombre de visites sur la page 18
Langue Français
Signaler un problème

David Feuerwerker
Les juifs en France : anatomie de 307 cahiers de doléances de
1789
In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 20e année, N. 1, 1965. pp. 45-61.
Citer ce document / Cite this document :
Feuerwerker David. Les juifs en France : anatomie de 307 cahiers de doléances de 1789. In: Annales. Économies, Sociétés,
Civilisations. 20e année, N. 1, 1965. pp. 45-61.
doi : 10.3406/ahess.1965.421760
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1965_num_20_1_421760JUIFS EN FRANCE LES
Anatomie
de ЗО7 cahiers de doléances
de 1789
Anatomie des cahiers de doléances. S'agit-il d'une méthodologie nouv
elle ? En ce cent soixante-quinzième anniversaire de la réunion des
États généraux nous devons constater, en prenant comme exemple
l'étude du problème juif dans les cahiers de doléances que, malgré d'excel
lents travaux scientifiques publiés à ce jour sur les cahiers 1, l'étude doit
être reprise pour donner une vue d'ensemble plus authentique. En
effet, ces études ne sont que fragmentaires, portent sur un petit nombre
de cahiers et sont bien loin d'épuiser les thèmes traités. Aussi, pour
avoir une vue synthétique valable, notre propos est de retourner aux
sources, de disséquer minutieusement les cahiers et d'en faire une ana
lyse et une synthèse originales.
Après avoir dépouillé systématiquement tous les cahiers de doléances
imprimés ou manuscrits — en particulier quelques cahiers alsaciens
inédits — et avoir écarté les cahiers tardifs ou ceux dont l'authenticité
pouvait être douteuse, nous avons retenu trois cent sept cahiers
qui abordent le problème juif. Ce travail de très longue haleine a
nécessité de minutieuses recherches. Dans une seconde phase, nous
avons disséqué les trois cent sept cahiers retenus, et après une analyse
critique et une étude comparative approfondie, nous avons pu dégager
vingt-trois thèmes essentiels que nous pouvons grouper en quatre cha
pitres :
I. Les doléances, au nombre de six,
I. Les mesures proposées contre les Juifs, au nombre de six,
III. Les arguments à la décharge des au de quatre,
IV. Les mesures proposées en faveur des Juifs, au nombre de sept.
1. Ph. Sagnac, « Les Juifs et la Révolution française », in Revue ďhistoire
moderne et contemporaine, t. I (1899-1900), pp. 213 à 217 ; M. Liber, « Les Juifs et la
convocation des Etats généraux », in B.E.J., t. LXIII (1912), pp. 185 à 210, t. LXIV
(1912), pp. 89 à 108 et 244 à 277, t. LXV (1913), pp. 89 à 133, et t. LXVI (1913),
pp. 161 à 212.
45 ANNALES
Par lettre, datée du 24 janvier 1789, Louis XVI convoque les États
généraux pour le 27 avril 1789, à Versailles.
La conjoncture économique est critique et, dans l'esprit du souverain
et de ses ministres, il s'agit de surmonter des difficultés financières très
graves et « d'établir un ordre constant et invariable dans toutes les
parties du gouvernement qui intéressent le bonheur des sujets et la
prospérité du Royaume » x. Un « Règlement » en cinquante et un articles,
contresigné par Pierre Charles Laurent de Villedeuil, Secrétaire d'État
de la Maison du Roi, fixe les conditions d'élection à ces États généraux,
l'ordre des convocations et la forme des Assemblées. L'article quarante-
trois du « Règlement » précise que « chaque ordre rédigera ses cahiers
séparément, à moins qu'il ne préfère d'y procéder en commun auquel
cas le consentement des trois ordree, pris séparément, sera nécessaire ».
Les trois ordres sont invités à s'assembler 2 pour rédiger le cahier de
leurs plaintes et doléances : ce sont les cahiers primaires. Ces cahiers
primaires seront réduits en un seul, par les députés, dans une réunion,
au siège des bailliages principaux ou sénéchaussées principales 3. Chaque
ordre rédige ses cahiers *, ainsi que les diverses corporations d'arts et
métiers, d'arts libéraux, etc. 5.
L'Alsace, les Trois Évêchés et Clermontois, la Lorraine et Barrois
reçoivent leur lettre de convocation et le « Règlement » en date du
7 février 1789, ainsi que les pays d'États.
Le 23 avril 1789, le Garde des Sceaux efait connaître aux Intendants
les dispositions particulières prises pour les Juifs des trois provinces de
l'Est (l'Alsace, la Lorraine et les Trois Évêchés), après l'intervention
décisive de Cerf Berr, syndic général des Juifs d'Alsace. Les assemblées
des communautés juives se réunissent en mai, et la nécessité d'agir di
scrètement, d'éviter l'éclat et les formalités inutiles, conformément aux
instructions reçues du Garde des Sceaux, font que l'étalement de ces
réunions se prolonge jusqu'au début de juin 1789. Les cahiers avaient été
remis au Garde des Sceaux, mais n'avaient pas été imprimés 7.
En fait, les premiers « Mémoires » et les premières « Adresses » imprimés
1. Ce sont les raisons mêmes invoquées par la lettre du Roi pour la convocation,
Arch. Nat., Ba 1.
2. Art. 24 à 28 du Règlement.
3.33, 34, 35 du
4. Art. 45 du Règlement. Voir Armand Brette, Recueil de documents relatifs à la
convocation des Etats généraux, t. I, pp. 64 à 87.
5. Art. 26 du
6. A.N., Ba 11, liasse 7, pièce 9, p. 2.
7. Grégoire précise : « le Garde des Sceaux m'a renvoyé les pièces pour en
faire usage à l'Assemblée Nationale », dans Motion en faveur des Juifs, 1789.
Introduction pp. vi à vin. Cette Motion ne paraîtra qu'en novembre 1789, après
l'intervention d'Isaac Berr à la barre de l'Assemblée, j
46 ANATOMIE DES CAHIERS DE 1789
et transmis à l'Assemblée Nationale, par les Juifs ne le sont qu'en fin
août 1789 : le 26 août pour les Juifs de Paris x et le 31 août pour les trois
provinces : la Lorraine, l'Alsace et les Trois Évêchés 2; à ces deux inter
ventions il faut ajouter le « Mémoire pour les Juifs de Lunéville et de
Sarreguemines » envoyé à l'Assemblée Nationale 3. La date tardive de
la publication de ces « Mémoires » et « Adresses » ne permet donc pas de
les étudier dans le cadre des États généraux. Ils ont leur place dans le
cadre de l'Assemblée Nationale Constituante, car en réalité tous ces docu
ments sont postérieurs à la prise de la Bastille, à la nuit du 4 août, et
même à la proclamation des Droits de l'Homme et du Citoyen, votée le
26 août 1789.
Pour les Juifs de Bordeaux et de Bayonne, des difficultés mineures
leur sont opposées, mais elles sont rapidement résolues *. Dans cette région,
les Juifs participent à la rédaction des cahiers, conformément à l'article
vingt-cinq du Règlement général de convocation des États généraux*.
Les cahiers de doléances du Sud-Ouest n'abordent pas le problème juif.
Les Juifs y jouissent du statut de régnicoles e, aux lettres
patentes qui leur ont été accordées depuis 1550, par Henri II et confirmées
depuis, de règne en règne, par tous les rois de France, jusqu'à la veille
de la Révolution.
En dépouillant systématiquement les cahiers de doléances et en pro
cédant à une analyse critique approfondie des cahiers qui abordent le
problème juif 7 nous en avons réuni trois cent sept dont la répartition
géographique se présente comme suit, par provinces ou généralités, pour
un ensemble de trente-trois bailliages ou districts :
1. « Adresse présentée à l'Assemblée Nationale le 26 août 1789 par les Juifs résidane
à Paris. »
2. « à Nationale, le 31 août 1789, par les députés
réunis, établis à Metz, dans les Trois Évêchés, en Alsace et en Lorraine. »
3. Sans date, mais imprimé, sans doute, d'après le contenu, au début de sep
tembre 1789.
4. A.N., Ba 22, liasse 2, pièce 1.
5.Ba 80, 195, pièces 3, 4, 6, 10, 11, 12, 13.
6. Recueil de lettres patentes et autres pièces en faveur des Juifs portugais contenant
leurs privilèges en France, Paris, Moreau, 1765. In-16, XII, 35 p.
Privilèges dont les Juifs portugais jouissent en France depuis 1550, Paris, Stoupe,
1777. In-12, XII, 41 p.
Lettres patentes du Roi, confirmatives des privilèges dont les Juifs portugais jouissent
en France depuis 1550, données à Versailles au mois de juin 1776, Paris, Imprimerie de
Stoupe, 1781. In-4°, 4 p.
7. Les Archives parlementaires reproduisent vingt-cinq cahiers qui abordent le pro
blème juif. Ph. Sagnac analyse surtout les cahiers publiés par les Archives
parlementaires. Maurice Liber a analysé une vingtaine de en plus dans la Revue
des Etudes juives. Ces études sont donc nécessairement très fragmentaires : vingt-cinq
ou quarante cahiers sur trois cent sept.
47 ANNALES
— Alsace : 19 cahiers.
1. Belfort et Huningue 5 cahiers x
2. Colmar et Sélestat 8
3. Dix villes impériales 1 cahier
4. Haguenau et Wissembourg 2 cahiers
5. Strasbourg 3
II. — Flandre-Maritime : 1 cahier.
6. Bailleul 1 cahier
III. — Lorraine et Barrois : 138 cahiers.
7. Bitche 1 cahier
8. Boulay 19 cahiers
9. Bouzonville 27
10. Château-Salins. 1 cahier
11. Châtel-sur-Moselle 3 cahiers
12. Darney 1 cahier
13. Dieuze 23 cahiers г
14. Épinal , 2
15. Fenestrange 1 cahier
16. Lixheim 22 cahiers
17. Lunéville 2
18. Mirecourt 9 cahiers
19. Nancy 16
20. Nomeny 1 cahier
21 Pont-à-Mousson 3 cahiers
22. Saint-Dié 2
23. Sarreguemines 4 cahiers
24. Vezelise 1 cahier
IV. — ■ Paris : 1 cahier.
25. Paris (intra muros) 1 cahier
V. — Généralité de Rouen : 2 cahiers.
26. Arques 1 cahier
27. Le Havre 1
VI. — Trois Evêchés : 146 cahiers.
28. Metz 18 cahiers s
29. Sarrebourg et Phalsbourg 20
1. Voir les 23 thèmes traités dans ce bailliage, dépliant ci-après, tableau I.
2.les 23 ce dép.iant II.
3. Voir les 23 thèmes traités dans ce tableau III.
48 DES CAHIERS DE 1789 ANATOMIE
30. Thionville . . . 53 cahiers
31. Toul 1 cahier
32. Verdun 1
33. Vie 53 cahiers
Pour ces trois cent sept cahiers disséminés, les bailliages de Thionv
ille et de Vie dans les Trois Évêchés viennent largement en tête, avec
cinquante-trois cahiers chacun, suivis de loin par trois bailliages de
Lorraine : Bouzonville (vingt-sept cahiers), Dieuze (vingt- trois cahiers)
et Lixheim (vingt^deux cahiers) ; cinq bailliages des Trois Évêchés et de
Lorraine groupent donc plus de la moitié des cahiers. Cette répartition
reflète la concentration géographique des Juifs.
Passons maintenant aux thèmes principaux des trois cent sept cahiers.
Dans l'étude comparée approfondie de ces trois cent sept cahiers de
doléances, nous établissons quatre séries de problèmes généraux, communs
à tous ces cahiers et dont se dégagent vingt-trois thèmes principaux.
Les doléances.
Cette première série de thèmes généraux englobe cinq grands problèmes
économiques et sociaux et un problème religieux.
1. L'égalité devant l'impôt.
Au préalable, nous devons préciser que l'égalité devant l'impôt a un
sens spécial dans ces cahiers. Les Juifs cotisent sur un rôle particulier
et ne payent pas localement les taxes, mais n'en payent, cependant,
pas moins. En Alsace les Juifs, répartis dans 181 villages, représentent
une population de plus de vingt mille âmes ; ils sont écrasés par les
droits d'habitation, de protection, d'industrie, de capitation, etc. Ils
ne payent pas localement, mais sur un rôle provincial. Comme ces verse
ments, même élevés, n'ont aucune répercussion sur le plan local, certains
cahiers s'en plaignent. Cette revendication apparaît dans les cahiers de
l'Est de la France et plus particulièrement en Alsace. En localisant les
cahiers qui réclament l'égalité devant l'impôt, nous trouvons le Clergé
de Belfort uni au Tiers de Dornach, de Hegenheim et de Sierentz. Par
contre, le cahier réduit du Tiers de Belfort passe sous silence ce problème.
Dans le district de Colmar et Sélestat aucun cahier des trois ordres ne
pose le problème ; seul le Tiers de Lautenbach soulève la question. Il est
curieux de noter que la Ville de Strasbourg, où les Juifs ne sont pas admis
49
Annales (20e année, janvier-février 1965, n° 1) 4 ANNALES
à demeurer avant la Révolution, revendique cette égalité. A Haguenau,
la Ville comme le Tiers le réclament ainsi que Westhoffen, soit un total de
neuf cahiers sur dix-neuf en Alsace. C'est une proportion inégalée, et,
cependant, le problème est mal posé. Pour arriver à cette fin, les cahiers
souhaitent la disparition des communautés et des syndics et l'intégration
pure et simple des Juifs dans les villages. Cette proposition est conforme
au projet, imprimé d'avance, des doléances pour l'Alsace, diffusé dans
les communes, et qu'il ne reste plus qu'à compléter en indiquant le nom
de la commune et du district ainsi que la date x : « que les Juifs contri
bueront à toutes les impositions comme nous, et avec nous, qu'ils n'auront
plus de rôles particuliers, qu'ils ne feront plus corps, qu'ils n'auront plus
de syndics, ni agens, ni d'autres tribunaux que les nôtres... »
En Lorraine et dans les Trois Évêchés la question doit être considérée
sous le même angle qu'en Alsace. Or, les cahiers lorrains, quoique plus de
quinze fois plus nombreux que les cahiers alsaciens, ne présentent cette
première doléance que dans neuf 2 répartis sur cinq bailliages :
Bouzonville, Châtel-sur-Moselle, Dieuze, Épinal, Lixheim. Dans les
Trois Ëvêchés, où les cahiers sont encore plus nombreux qu'en Lorraine
à aborder le problème juif, nous ne trouvons que cinq cahiers pour réclamer
l'égalité devant l'impôt : Bourgaltroff et Dornot, Donnelay, Burlioncourt
et Chambrey 3. Tout autre est la revendication de Royville, dans la génér
alité de Rouen. L'égalité devant l'impôt réclamée pour les Juifs n'est
qu'un corollaire à la concurrence commerciale : puisque les Juifs viennent
commercer dans la région, qu'ils soient astreints à payer autant d'impôts
que les commerçants patentés et selon leurs fortunes.
Dans la pyramide des doléances, la demande de l'égalité devant
l'impôt n'occupe que l'avant-dernière place, et même la dernière place
des doléances économiques.
2. Manque de numéraire.
A la veille de la Révolution, le manque de numéraire est un problème
grave qui préoccupe plus particulièrement les campagnes. Dans les trois
cent sept cahiers que nous avons retenus parce qu'ils abordent le pro
blème juif, cinquante-cinq se plaignent de cette pénurie, notamment dans
les Trois Évêchés, où on en trouve vingt dans le bailliage de Thionville,
treize dans le bailliage de Vie, et six dans le bailliage de Metz 4. C'est dire
1. A.N., Ba 11, liasse 7, pièce 4. Cependant dix cahiers sur dix-neuf n'en ont pas
tenu compte, et le cahier réduit du Tiers état de Belfort et Huningue n'en parle pas.
A Strasbourg, seul le cahier de la Ville mentionne ce problème.
2. Treize bailliages sur dix-huit, où neuf cahiers sur cent trente huit cahiers men
tionnent cette question.
3. Il ne s'agit que de cinq petites localités.
4. Il faut ajouter les cahiers de Danne et Quatre Vents et de Niderviller, dans le
bailliage de Sarrebourg et Phalsbourg.
SO ANATOMIE DES CAHIERS DE 1789
que certaines zones semblent encore plus touchées que d'autres. Dans
notre pyramide de doléances, le manque de numéraire occupe numéri
quement la troisième place.
8. Concurrence commerciale.
La concurrence commerciale préoccupe surtout la Lorraine et les Trois
Évêchés qui influent massivement sur le décompte global des cahiers :
quarante et un cahiers pour la Lorraine, trente-cinq cahiers pour les
Trois Évêchés et trois cahiers en Alsace. La Flandre Maritime et la génér
alité de Rouen se joignent à cette offensive contre la concurrence commerc
iale des Juifs, avec deux cahiers 1.
4. L'accaparement de marchandises, de biens, de denrées.
La quatrième doléance porte sur l'accaparement parles Juifs. Seuls
la Lorraine et les Trois Évêchés s'en plaignent, mais il faut souligner
qu'à un cahier près ce sont les mêmes cahiers qui se plaignent de l'acc
aparement chrétien *.
5. L'usure.
Le chapitre de l'usure nous apporte des enseignements insoupçonnés.
Tout d'abord il faut noter qu'une centaine de cahiers, soit le tiers des
cahiers, n'aborde absolument pas cette question. Quant à la répartition
géographique des deux cent sept cahiers qui en parlent, sur l'ensemble
des trente-trois bailliages, elle nous permet de localiser le problème et
de détruire certains mythes fort répandus : les Trois Évêchés viennent
en tête avec cent huit cahiers, les cahiers lorrains prennent la seconde
place avec quatre vingt-quinze et l'Alsace occupe la dernière avec cahiers. Il en résulte que quinze cahiers alsaciens
n'abordent pas le problème ; bien plus, sur cinq districts, un seul réunit
les quatre cahiers : le district de Colmar et Sélestat, dont deux cahiers
pour la Noblesse et le Clergé et deux pour Lautenbach et Riquewihr.
Par contre, il importe de souligner que le cahier réduit du Tiers État
de Colmar et Sélestat, pas plus que le cahier du Tiers de ce district, ni
celui de Neuf-Brissach ni de Blaesheim ne manifestent la moindre inquié
tude quant à ce problème. Il faut d'ailleurs songer aux conditions inhu
maines et illogiques imposées aux Juifs sous l'ancien régime. D'autre
part, plus de cinquante pour cent des cahiers réclament la nécessité de
l'organisation générale du prêt, c'est-à-dire du crédit. Enfin, certains
cahiers ont le courage de clouer au pilori l'usure et l'accaparement chré-
1. Le Havre et Bailleul.
2. Seize cahiers se plaignent de l'accaparement juif, et quinze cahiers se plaignent
de l'accaparement chrétien.
51 ANNALES
tiens et six cahiers vont jusqu'à reconnaître que tous les moyens honnêtes
pour subsister sont refusés aux Juifs.
6. Haine religieuse.
La dernière des doléances présentées par les cahiers, la haine rel
igieuse, est la seule doléance qui ne réponde pas à une préoccupation
strictement économique, mais elle est véritablement caractéristique des
préjugés de l'ancien régime. Les cahiers lorrains s'y distinguent avec
sept cahiers *, suivis de très près par les six cahiers des Trois Évêchés ■.
Il n'en est pas question en Alsace. Avec la haine religieuse, nous avons
terminé la série des six doléances et nous devons contater que la dernière
doléance, la haine religieuse, a rencontré le moins d'écho, mais réunit
quand même treize cahiers 3.
Les mesures préconisées contre les Juifs.
Pour remédier aux plaintes formulées dans les doléances, six mesures
sont préconisées contre les Juifs. Les cahiers lorrains sont nettement
en tête dans les mesures proposées contre les Juifs.
7. Le renforcement et l'extension des lettres patentes du 10 juillet 1784. *
Pour l'extension des lettres patentes du 10 juillet 1784 à la Lorraine,
vingt-deux cahiers en expriment le désir. Il est vrai que le bailliage de
Lixheim à lui seul réunit douze cahiers 6. Dans les Trois Évêchés, dix-sept
cahiers le demandent également et plus particulièrement à Vie et à Sarre-
bourg e. En Alsace, il se trouve un cahier dans quatre districts sur cinq
pour demander la stricte application de ces lettres patentes ou même
leur renforcement.
Cette mesure se trouve à la sixième place dans la pyramide générale.
Elle révèle une préoccupation économique surtout, certes, mais aussi de
répartition démographique.
1. Bouzonville : trois ; Dieuze : deux ; Boùlay : Pontigny ; Lixheim : Oberstinzel
et Sarreck.
2. Sarrebourg et Phalsbourg : trois ; Vie : deux ; Metz : Louvigny.
3. 4,23 % sur l'ensemble des cahiers.
4. Après l'abolition du péage corporel de Strasbourg, le 24 janvier 1784, une
réglementation fut élaborée pour les Juifs d'Alsace et publiée sous la forme de
lettres patentes, le 10 juillet Í784. Dans l'ensemble, ces lettres patentes étaient
conçues dans un esprit rétrograde : limitation du nombre des Juifs, limitation des
mariages, frein économique, etc..
5. Boulay : quatre cahieTs ; Dieuze : quatre cahiers ; Fenestrange : les trois ordres
Sarreguemines : le cahier du Clergé.
6. Vie : huit cahiers ; Sarrebourg : sept cahiers ; Metz : La Beuverie ; Thionville :
Valmestroff.
52 DES CAHIERS DE 1789 ANATOMIE
8. Le ghetto.
Le ghetto est la seconde mesure préconisée contre les Juifs. Ce retour
au Moyen Age ne rencontre aucun suffrage en Alsace, en Flandre-Maritime,
dans la généralité de Rouen, pas plus qu'à Paris. Seuls la Lorraine et les
Trois Évêchés le demandent dans six cahiers chacun, dans les bailliages
de Thionville, Sarrebourg et Phalsbourg, Metz, Bouzonville, Dieuze,
Lixheim et Nancy *.
Cette mesure occupe la dix-huitième place dans notre pyramide.
Cette solution rétrograde trouve un écho dans huit bailliages sur trente-
trois, même pas dans un quart des cahiers de ces bailliages.
9. Limitation du nombre des Juifs.
Après les préoccupations strictement économiques qui tiennent les
quatre premières places de la pyramide dans les mesures préconisées
contre les Juifs, nous trouvons la demande de limitation du nombre de
Juifs, et plus spécialement dans les cahiers lorrains, préoccupation qui
se retrouve dans douze bailliages sur dix-huit, avec un total de trente-
huit cahiers 2. Les Trois Évêchés suivent de très loin avec dix cahiers 8
et l'Alsace ferme la marche avec six cahiers répartis sur trois districts,
ainsi que Haguenau, une des Dix Villes Impériales. Quant à Strasbourg,
dans aucun de ses trois cahiers, il n'en est question 4, soit au total, pour
l'ensemble des trente-trois bailliages, cinquante-quatre cahiers.
10. Dispersion des Juifs dans le royaume.
Pourquoi conserver cette concentration de communautés juives dans
l'Est de la France ? Ne vraudrait-il pas mieux les disperser dans le
royaume ? La dispersion des Juifs dans le royaume n'occupe que la
seizième position dans notre pyramide. Elle préoccupe les Lorrains au
premier chef dans cinq bailliages sur dix-huit. A Boulay, on trouve trois
cahiers et un dans chacun des bailliages suivants : Châtel-sur-Moselle,
Darney, Lixheim, Pont-à-Mousson. Pour les Trois Évêchés, il en est
question dans trois bailliages sur six, dont trois à Thionville, un à Metz et
un à Vie. L'Alsace ne réunit que deux cahiers, l'un de la Ville de
Strasbourg, l'autre de Hegenheim5.
11. Expulsion du royaume.
Si la proposition de disperser les Juifs dans le royaume rencontre
peu de partisans, quatorze cahiers en tout, par contre l'expulsion groupe
1. Douze cahiers sur trois cent sept = 3,90 %.
2. Lixheim, Dieuze et Nancy réunissent à eux seuls la grande majorité des cahiers.
8. Sarrebourg et Phalsbourg : cinq ; Thionville : trois ; Metz : un ; Vie : un.
4. La limitation du nombre des Juifs réunit 17,58 % des cahiers.
5. Dans le district de Belfort et de Huningue.
53