Malinowski Bronislaw, Journal d
8 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Malinowski Bronislaw, Journal d'ethnographe. ; n°2 ; vol.28, pg 350-356

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
8 pages
Français

Description

Revue française de sociologie - Année 1987 - Volume 28 - Numéro 2 - Pages 350-356
7 pages

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1987
Nombre de lectures 149
Langue Français

Exrait

Jacques Lombard
Malinowski Bronislaw, Journal d'ethnographe.
In: Revue française de sociologie. 1987, 28-2. pp. 350-356.
Citer ce document / Cite this document :
Lombard Jacques. Malinowski Bronislaw, Journal d'ethnographe. In: Revue française de sociologie. 1987, 28-2. pp. 350-356.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1987_num_28_2_2407française de sociologie Revue
tés de financement des divers systèmes différence entre un joueur de polo de
de protection sociale, aux anticipations vingt ans et un autre de cinquante
des ménages et à la structure des régl qu'entre ces derniers et deux joueurs de
ementations publiques. L'efficacité des basket-ball aux mêmes âges ». A lire de
procédures de transfert nécessite, de ce tels résultats, on ne regrettera pas que
point de vue, une reformulation critique les chercheurs français — en majorité
de I'insee — adoptent une orientation de certains discours (ainsi, ceux relatifs
à l'« immobilisme » ou au « déclin » tout à fait différente de celle de leurs
des populations les plus âgées). collègues d'Outre-Atlantique.
Denis Kessler et André Masson Gilles Ferréol
clôturent brillamment ce livre très riche Université de Lille I
par un texte de 36 pages — le plus long
du recueil — sur la manière « de dé
composer l'évolution d'un phénomène
Malinowski (Bronislaw). — Journal en termes d'effet d'âge, de cohorte et de
moment » : précis méthodologique d'ethnographe. Préface de Remo
d'une grande qualité didactique. La Guidieri, traduction de Tina Jo-
dimension spatio-temporelle propre à las, Paris, Le Seuil, 1985, 320 p.
tel ou tel phénomène peut être repérée (Recherches anthropologiques).
— en théorie du moins — à travers la
conjonction de trois « effets » : l'âge, la Quand ce recueil des mémoires de
période et la cohorte. Si Y âge indique Malinowski, écrit lors de deux longs
la position dans le cycle de vie, la voyages d'enquête entre 1914 et 1918
période met l'accent sur un environne dans le Pacifique occidental, a été
ment socio-culturel particulier, la co publié en 1967, préfacé par sa seconde
horte représentant « l'ensemble des sco épouse Valetta Malinowska et « intro
ries laissées par le filtre de l'histoire » duit » par son disciple Firth, l'émotion
(p. 290). L'identification et l'estimation fut vive dans le milieu des anthropolo
empirique de ces différents paramètres gues anglo-saxons. Ce journal d'un des
s'avèrent difficiles : outre la carence des plus grands ethnologues était loin
données disponibles, un certain nombre d'avoir toute la valeur scientifique
de problèmes méthodologiques sont qu'on était en droit d'en attendre, et
encore loin d'être résolus. L'un des plus beaucoup considérèrent qu'il portait
discutés concerne le statut de l'analyse atteinte à la mémoire de Malinowski,
par cohorte. Les tentatives faites jus non seulement par la faible place que
qu'ici demeurent encore sommaires par le spécialiste de la recherche sur le
rapport à une réalité multi-dimension- terrain avait accordée à son enquête,
nelle difficile à maîtriser. Les débats mais aussi par la trivialité de ses propos,
entourant le poids respectif de la « date en particulier à l'égard des indigènes,
de naissance » et du « milieu d'ori dont il s'était toujours fait le défenseur
gine » dans les différentes théories du dans ses ouvrages. Ian Hogbin, l'un des changement social restent ainsi très plus fidèles disciples du maître, écrivait
ouverts. que ce volume, intitulé « Journal au
L'introduction (p. и) nous apprend strict sens du terme », n'avait aucun
que désormais « la plupart des grands intérêt pour l'anthropologie et se de
instituts américains qui étudient les mandait pourquoi il avait été traduit du
comportements des ménages abandon polonais, langue dans laquelle l'auteur
nent la segmentation de leurs cibles par des Argonautes l'avait rédigé pendant
tranche d'âge pour se concentrer sur des ses séjours à l'île de Mailu et aux îles
Trobriand. Il n'y trouvait que des régroupes sociologiquement "homogèn
es", considérant qu'il y a moins de flexions de la plus grande banalité
350 Les livres
portant sur sa vie quotidienne, sa santé aborigènes australiens, travail de compil
ation dont la lecture révèle bien la gêne qui l'obsédait, ses irritations à l'égard
des natifs et d'un pays dans lequel il qu'il éprouve de devoir utiliser des
souffrait de solitude. informations de seconde main (1). C'est
donc son premier contact avec le « terDans la préface, Valetta Malinowska rain », ce « terrain » qu'il va si hautejustifie pourtant les raisons d'une telle ment valoriser par la suite, en écrivant publication, après la mort de son mari dans sa Théorie scientifique de la culture survenue aux usa en 1942, et quelque qu'il est le « laboratoire » de l'ethnolotemps après la guerre, lorsque furent gue. extraits des archives de la London
school of economics en 1948 les docu Arrivant en Nouvelle-Guinée en sep
ments manuscrits de Malinowski, puis tembre 1914, il va faire trois séjours
prise la décision en 1960 à New York dans cette région du Pacifique occident
de les traduire et de les publier : « J'ai al, l'un de septembre 1914 à mars 1915
souvent éprouvé le désir — mieux, le dans l'île de Mailu et deux autres aux
besoin —, écrit-elle, de savoir quelque îles Trobriand de juin 1915 à mai 1916,
chose de la vie et de la personnalité des puis d'octobre 1917 à octobre 1918.
peintres, écrivains, musiciens ou savants Seuls le premier et le troisième sont
dont les œuvres m'avaient profondé relatés dans ses carnets, le second et la
ment intéressée ou émue. Je pense que découverte des îles Trobriand n'y sont
l'éclairage psychologique et affectif pas évoqués, omission que regrette l'au
teur lui-même à la fin de la première qu'apportent les journaux, les lettres et
les autobiographies permet de pénétrer partie du journal. Il visite en même
plus avant dans l'individualité de temps les îles Amphletts, Woodlark et
l'homme qui a écrit tel livre, développé Dobu, si souvent citées dans Les Argo
telle théorie ou composé telle ou telle nautes comme maillons de la fameuse
symphonie... ». chaîne des échanges Kula.
Ce livre de mémoires éclaire donc Alors, d'où viendrait le regret que
l'on pourrait éprouver à la lecture de ce plus le lecteur sur la personnalité de
l'homme, sur sa vie intime et les grands journal ? Celui de voir la faible place
traits de son caractère que sur ses que l'auteur laisse à la réflexion scien
tifique, à la méthode d'investigation, à conceptions théoriques ou méthodolog
la description des hommes et de leur iques d'une discipline qu'il a si bri
llamment représentée à son époque. Il culture et au contraire la préoccupation
envahissante qu'il accorde à sa vie faut, je crois, avoir une certaine expé
rience du « terrain » et de l'enquête, quotidienne, à sa santé, fragile, à ses
une certaine connaissance de l'œuvre de états d'âme et à son affectivité exacer
Malinowski pour avoir ce désir de bée, au drame sentimental qui se joue
mieux le connaître. tout au long de son exil laborieux,
C'est la raison pour laquelle sans dominé par les images antagonistes de
doute ceux parmi ses proches qui deux femmes qui peuplent des rêveries
l'avaient bien connu et estimé n'ont pas plus proches de celles de l'adolescence
compris l'intérêt d'une telle publication, romantique que de la maturité d'une
mais il en est différemment de ceux qui, trentaine largement dépassée ?
ayant découvert l'œuvre, n'ont jamais Et ce sont peut-être toutes ces fa
pu approcher son auteur. iblesses qui finissent par nous rendre
C'est en 1914 que Malinowski part (1) J. Lombard, L'anthropologie britan
pour la Nouvelle-Guinée après avoir nique contemporaine, Paris, Presses Universit
aires de France, 1972 (Le sociologue), p. 33. écrit une thèse sur La famille chez les
351 Revue française de sociologie
attachant un homme en proie à toutes Conan Doyle, Ch. Brontë, Wells,
ces luttes contre la maladie et le climat, Prescott. Infatiguable liseur, il prend la
contre son entourage parfois, mais aussi résolution au début de son séjour « de lui-même et les facilités d'une vie ne plus lire de romans » (p. 37), alors
coloniale, facilités qu'il rejette avec qu'à la fin de son carnet (p. 243), il
énergie. continue à s'en prendre à sa « tendance
naturelle »... « la pure perte de temps » L'exotisme au quotidien
(la lecture de romans ineptes, la ten
Toute enquête de terrain exige dance à parler trop longtemps en comp
d'abord du chercheur la maîtrise de son agnie), à son mode de vie, « je me
mode de vie et de son cadre de travail. couche trop tard, je me lève à des
Et c'est là l'objet d'une première série heures irrégulières ».
de conflits internes, de concessions puis
Pourtant, il essaie de maîtriser son de résolutions que confesse spontané mode de vie, s'astreint, surtout à la fin, ment Malinowski. Visiblement — et en
à une gymnastique quotidienne et particulier dans la première partie de consacre souvent une partie de son son séjour à Mailu, moins aux Tro-
emploi du temps à marcher le long de briand à la fin de son enquête — il ne
la grève ou bien à sortir en bateau, à manifeste guère d'enthousiasme pour l'issue d'une journée de travail. Il fait son travail. Constamment, il se rappelle
fréquemment état d'un besoin d'exerà l'ordre, en confiant à son carnet que
cice et manifeste à l'évidence beaucoup le « but de son séjour », c'est « le travail d'exigence vis-à-vis de son équilibre de ethnologique qui devrait absorber toute
vie et de sa discipline corporelle. Cette son attention à l'exclusion de tout le
lutte constante contre ses fâcheuses reste ». Or, « la vie des indigènes » lui « tendances naturelles » se double apparaît comme « entièrement dénuée
d'une véritable angoisse causée par sa d'intérêt ou d'importance », comme... santé, qui l'inquiète, et un certain désé« quelque chose qui lui est étranger ». quilibre moral, qui lui crée un handicap Constamment, il lutte contre un certain sérieux dans son travail. laisser-aller, fait à la fois de lassitude et
de dilettantisme. Il se couche tard, il se Sans cesse reviennent dans le journal
lève tard et la sieste lui est souvent les indications sur sa santé et son
nécessaire. On découvre en outre que, équilibre physique. Il se plaint
loin de consacrer à l'enquête toute son constamment d'être « mal fichu », « très
attention et ses efforts, comme il le fatigué », « abattu », parfois « brisé »
demandera à son lecteur dans Les ou « épuisé ». Il reconnaît qu'il n'est
pas « très solide physiquement » et que Argonautes, il a passé le plus clair de
son temps, dans les débuts surtout, à la son cœur est fatigué. Il dit prendre
lecture de romans ou d'œuvres littérai régulièrement des piqûres d'arsenic, de
res. Il avoue avoir consacré deux jours la quinine et du fer. Mais s'il craint un
ininterrompus à la lecture de Dumas, moment être atteint de tuberculose, il ne
absorbant d'une traite Le Vicomte de semble jamais avoir été touché série
Bragelonne. S'il s'accuse de lire trop de usement par la maladie, mis à part
romans, il n'en délaisse pas pour autant quelques accès de fièvre dus sans doute
la littérature générale, française de à la malaria. Ce tempérament maladif
préférence : Racine, Victor Hugo, Maup joint à un caractère de grande sensibil
assant, Lamartine et Musset sont cités ité détermine chez lui de nombreux
et parfois critiqués, comme Chateaub moments d'irritation, irritation accrue
riand, taxé d'inconsistance et d'ab encore par une mauvaise résistance à la
sence de tout esprit scientifique. L'Ang chaleur. « Dans la journée, écrit-il, la
leterre lui réserve des œuvres plus chaleur était telle que je dégoulinais de
légères et plus distrayantes : Kipling, sueur sur la plate forme où je gisais
352 Les livres
étendu. » La chaleur « épouvantable » « l'hémisphère sud ». Ce romantisme à
le « met à bout ». Ces conditions de vie, l'égard de la nature, il l'exprime clair
ement : « J'éprouvais confusément et dont il se plaint, ne cessent de multi
plier en lui les « moments de prostra indistinctement, mais avec certitude,
tion, d'effondrement moral » ou de le que le lien s'affermissait entre moi et le
mettre dans un état de « tumulte affectif paysage» (p. 31). Cette attention qu'il
et intellectuel ». porte à ces paysages exotiques l'amène
souvent à les comparer à d'autres réOn peut s'interroger alors sur les gions et à mettre en parallèle les sentraisons qui ont fait de lui un ethnologue
iments qu'il a éprouvés au cours de ses et sur les motivations qui expliqueraient nombreux voyages en Europe et ceux sa vocation alors qu'il supporte si mal
qu'il retire de son cadre tropical. La vue les conditions de vie que son travail lui de telle baie évoque en lui le lac de impose : dépaysement, chaleur, rela Garde, celle d'une île, les contreforts tions avec les populations locales. La
des Carpates. lecture attentive du Journal permet de
répondre en partie à cette question. Mais au-delà de ces motivations
Malinowski a la passion des voyages et affectives ou esthétiques, il y a des
des paysages, c'est un artiste doublé raisons plus profondes à son attache
d'un esthète, sensible au milieu exoti ment pour l'anthropologie : son passé
que ou, en tout cas, attiré par lui. En de chercheur déjà connu dans son
cela, il reste dans la tradition des r université et l'appui de savants réputés
omantiques, cherchant l'oubli de soi dans comme Seligman et Frazer, mais surtout
la contemplation de paysages lointains son intérêt pour la recherche appliquée,
ou la vie solitaire à l'étranger. L'aveu de pour une ethnologie qui serait utilisée
cette « fuite existentielle », il nous le à l'amélioration de la gestion et de la vie
donne subtilement un soir qu'il débar de ces populations, mal comprises par
que dans un village au début de son l'administration. Il rêve d'écrire « un
séjour et qu'il est pris par « l'exotisme » mémoire sur la valeur des études ethno
du milieu, « assez fort pour brouiller graphiques pour l'administration », où
l'appréhension normale des choses mais seraient développés la structure fon
trop faible pour créer un nouvel état cière, la santé et les changements dans
d'âme » et qu'il avoue alors que « le les conditions de vie (p. 235), afin que
travail qu'il fait est plus une sorte le gouvernement de ces peuples ne soit
d'opium qu'une mise en œuvre de ses plus une « force aveugle et démente ».
facultés créatrices » (p. 49). Et lorsque Il aspire à un poste « d'ethnologue
parfois il reconnaît que « les tropiques rattaché au gouvernement » en Nouv
ont complètement perdu pour lui leur elle-Guinée. Esprit pratique plus que
extraordinaire étrangeté » (p. 160), il théoricien, il s'intéresse au concret, à
manifeste souvent son attachement à ce l'observation des techniques en particul
pays et regrette d'avoir un jour à partir : ier et de tout ce qui peut être utile à
« Quel dommage sans doute à l'amélioration des conceptions administ
quitter tout ça à jamais » (p. 253). Ce ratives coloniales.
goût des paysages et des voyages nous Mais encore débutant et plein d'invaut d'innombrables descriptions de certitude sur sa valeur, il ne cesse d'être
grande qualité littéraire, où reviennent la proie de sentiments alternant entre la
constamment la mer, les collines qui dépression et l'exaltation. Tantôt, il
surplombent les baies, les palmiers et craint de « n'être pas à la hauteur de sa
palétuviers qui encadrent le paysage tâche », tantôt il rêve d'être « quelqu'un marin, les couchers de soleil qu'il ne qui a marqué son époque ».
cesse d'admirer, la beauté des nuits,
« incomparablement » plus belles dans
353 Revue française de sociologie
Dans la lutte difficile qu'il mène
Les rêveries de l'ethnologue solitaire pour décider de son engagement et du
choix qui sera le sien entre ces deux Mais ce romantique, à l'esprit tour
femmes, rencontrées sous des cieux menté et cyclothymique, a été l'objet de
différents, Malinowski ne cesse d'y bien d'autres conflits internes, tout
associer en arrière-plan un autre combautant préjudiciables à son travail que
at, celui né d'une exigence morale ses ennuis de santé ou son laisser-aller.
rigoureuse en matière de sexualité. Quand il débarque à Mailu en 1914, il
L'amour idéal tel qu'il le conçoit est a trente ans et lorsqu'il achève son
exclusif de toute priorité accordée au séjour aux Trobriand, il en a trente-
désir sexuel et, constamment, lui qui se quatre. Or, Malinowski n'en a pas
proclame plutôt irreligieux exalte une encore terminé avec sa vie sentimentale
certaine « pureté spirituelle », parlant ni avec ses projets de mariage, et ce
même de « sainteté sacramentelle de la séjour apparaît au lecteur aussi déter
couche nuptiale » (p. 234) et manifestminant de ce point de vue qu'au plan
ant un souci constant de maîtrise professionnel.
sexuelle. Ce choix de l'idéalisation de L'image de la femme va tout au long la femme va le conduire finalement à du livre prendre une place considérable, rejeter celle que, dans un premier image qui parallèlement vient représent temps, il avait aimée surtout pour son er les différents pays et les diverses « attrait sensuel » au profit de celle cultures qu'il a connus pendant sa vie qu'il associera dans ses rêves à l'image et qui ont donné à sa personnalité à la de sa mère (p. 242). fois sa complexité et ses contradictions.
Il reste que, par faiblesse, il ne se Sa mère, d'abord, qui personnalise la résoudra que tardivement à cette déciPologne, pays dont il parle toujours sion et qu'il passera des journées enavec émotion et qui s'éloigne de son tières à écrire dans son imaginaire sa souvenir (« le martyre de la Pologne »), lettre de rupture, tout en éprouvant un sa mère qui est « la seule personne qu'il « terrible sentiment de culpabilité » aime vraiment », mais à laquelle il pour avoir si longtemps entretenu l'illsemble n'écrire que peu; une femme usion chez celle qui lui envoyait encore ensuite qu'il a connue à Londres et qui « des lettres »... qui « criaient leur délui rappelle l'Europe à laquelle il reste sespoir ». si viscéralement attaché, mais une
Mais ce Journal, qui laisse tant de femme qui, malheureusement pour le
place à l'homme, à son caractère et à ses romantique qu'il est, ne représente pas
faiblesses, ne peut pas pour autant ne la femme idéalisée qu'il recherche, mais
pas se lire comme un éclairage et une seulement celle qui a su un jour éveiller
explication de l'œuvre considérable qui son désir; il y a enfin celle qui sera sa
allait suivre. femme, une Australienne, à laquelle il
voue un culte enthousiaste (« mon sen
timent », « ma profonde foi en elle »,
« je me sens lié à elle »), mais qui a le Les règles de la méthode ethnologique
défaut, malgré l'amour qu'il lui porte, A travers tout le livre, Malinowski se de symboliser ce nouveau monde an révèle l'homme de terrain qui fera sa glo-saxon, avec lequel il n'entretient notoriété, par les priorités et les préocguère d'affinités. cupations qui sont les siennes, comme
Les images de ces femmes peuplent par les aptitudes qu'il manifeste. Et on
son Journal, elles hantent non seule peut le lire, avec en contrepoint l'intr
ment ses rêveries, mais aussi ses rêves, oduction méthodologique des Argonautes
dont il nous entretient largement. ou certains passages de La vie sexuelle
354 Les livres
des Sauvages du Nord-Ouest de la villages, qu'il visite pourtant dans toutes
Mélanésie. les parties de l'île Kiriwina. Curieuse
ment, ses préoccupations associent le Son goût pour les langues, sa capac
plus visible, les techniques et la morité à les apprendre, la conscience qu'il
phologie sociale, et le moins visible, les a d'être un bon linguiste et de la
croyances et la psychologie, en éludant nécessité d'aborder le « terrain » par
ce qui pourrait sembler être le niveau l'apprentissage du vocabulaire, tel qu'il
intermédiaire, les organisations sociales. le préconise dans Les Argonautes, appar
Déjà, la recherche des comportements aissent constamment. Il apprend le
psychologiques est largement privilé« matu », langue parlée dans l'île de
giée jusqu'à en faire le but ultime de ses Mailu, il se constitue des lexiques sur
études. « L'essence même de ma rla pêche, la « terminologie des jardins » echerche », c'est de « découvrir les paset parle souvent de ses travaux linguis sions premières de l'indigène, les mobiltiques. On sait qu'il apprendra plus tard es de sa conduite, ses aspirations, son le « dialecte kiriwinien » des Trobriand mode de pensée en ce qu'il a d'essentet qu'il pourra écrire dans cette langue.
iel », bref les Volksgedanke (les pensées
Mais ce qui revient encore le plus populaires) de l'ethnologue allemand
souvent sous sa plume, c'est la passion Adolf Bastian.
du concret, son intérêt à observer tout Mais ce qui sans doute déconcerte le ce qui est le plus visible à l'observateur, plus l'ethnologue contemporain, c'est par le moyen en particulier de la photo l'absence de tout projet général de graphie, où il excelle et dont il parle
recherche, de toute problématique, seconstamment. Le principe qu'il fait sien lon la terminologie actuelle. Il est vrai dans Les Argonautes d'aborder le « ter que l'insuffisance des travaux scientifrain » par les techniques, il l'applique
iques à l'époque ne l'aurait peut-être pas au début de son enquête, à Mailu permis. Cette constatation toutefois renprincipalement. Il observe les figures de force le lecteur dans la vision d'un danses, note méticuleusement les
chercheur avide d'abord de collecter chants, découvre les jeux, il voit l'information dans les différents domainconstruire les canots, il collecte le es de la vie sociale, par une sorte de maximum d'éléments observables pour survol préalable, avant — et il l'avoue les exploiter : plans de village, généalog lui-même — de présenter ses idées ies, recensements, qu'il fait systémat ayant trait à « la sauce théorique génériquement dans chaque agglomération, ale » dont il compte « assaisonner ses comme il le recommande aussi dans Les observations concrètes » (p. 163). PourtArgonautes. Ce n'est que par la suite ant, les références aux théories ne sont qu'il recueille des données sur l'écono pas totalement absentes de ses rémie et sur la kula, qu'il cite souvent flexions et on voit s'élaborer progressdans son journal, mais sans en donner ivement sa foi dans la méthode fonc- plus de précision, ainsi que sur la magie tionnaliste, qu'il préfère appeler « le et la mythologie, qui sont les domaines point de vue sociologique » et qu'il qui visiblement retiennent son intérêt. oppose définitivement à l'historicisme,
En revanche, l'homme qui a valorisé représenté par Rivers. Il salue égale
le concept d'« institution » dans sa ment, même s'il y apporte quelques
Théorie scientifique de la culture, et en a nuances, l'explication fonctionnelle de
fait une des clés du fonctionnalisme, ne la religion par Durkheim, et pour la
manifeste aucun intérêt pour les formes première fois sans doute, face à l'évo-
d'organisation collectives d'une certaine lutionnisme et au diffusionnisme, il se
dimension. Il est muet sur le système pose la question des conditions sociales
politique, sur les relations entre les de la création des « besoins » dans les
355 Revue française de sociologie
sociétés, et cela à propos des dons
Padioleau (Jean G.). — L'ordre soéchangés dans le circuit Kula. Premier
cial. Principes d'analyse sociologigerme sans doute de la fameuse et
déconcertante « théorie des besoins » que. Paris, L'Harmattan, 1986,
(p. 240). 222 p. (Logiques sociales).
Mais c'est surtout pour l'enquête et
Ce livre est à la fois stimulant et les techniques utilisées qu'il livre ses
irritant à bien des égards en ce qu'il réflexions et révèle ses pratiques. Là
représente en quelque sorte un de ces encore, il déconcerte le lecteur fidèle à
ouvrages intermédiaires publiés à une ses préceptes et attentif aux règles de sa
époque déterminée et qui reflètent à ce méthode définies dans Les Argonautes.
titre les débats du temps. Son économie Celui qui a tant valorisé l'observation,
d'ensemble traduit deux caractéristiet l'observation participante, celui qui
ques : une réflexion épistémologique se s'est gaussé de ces apprentis-ethnolo
formulant lors d'une période marquée gues utilisant paresseusement les infor
par le déclin du néo-marxisme et du mateurs sous la véranda de l'adminis
structuralisme et par la montée d'intrateur ou du missionnaire au lieu de
fluence (et, en cela, les éditeurs ne s'y « faire le village », c'est celui-là même
trompent pas) des références et des qui nous montre l'exemple d'un cher
concepts empruntant à l'individualisme cheur entièrement dépendant de ses
méthodologique et au cognitivisme; une informateurs, surtout dans les premiers
construction marquée par une rapide mois. Il reconnaît en fin d'ouvrage avoir
critique du courant et des auteurs globaconsacré « trop peu de temps à l'obser
lement rassemblés sous le vocable vation et aux contacts avec les indigènes d'« homo sociologicus éponge » et un et trop à une quête stérile d'informat
essai plus long, plus élaboré, plus ions » (p. 243). Au début, il ne « fait
motivé aussi de l'« homo sociologicus que rarement le village » et n'y séjourne
cognitif ». guère, et ce n'est qu'à la fin, aux
Trobriand, qu'il se décide d'y planter sa Sur le fond, l'ouvrage de Padioleau
tente et d'en terminer avec cette « bou est étayé par une définition a priori de
geotte » qu'il regrette et qui lui a trop l'ordre social et part d'un niveau d'anal
interdit de véritables enquêtes intensi yse intra-individuel du social (W.
ves. Doise). Classique retour du balancier
ou renouvellement de la pensée en On aura compris que ce qui fait le
sciences sociales, sans doute les deux, charme et l'intérêt de ce Journal, c'est
on observe bien aujourd'hui dans la la vérité d'un portrait, c'est l'aveu des
littérature une moindre préoccupation difficultés et des faiblesses que tout
pour le changement social et un regain ethnologue éprouve sur le « terrain »,
d'intérêt pour la « tradition » (Nisbet), fût-il parmi les grands, difficultés et
tout au moins pour l'institué et l'orgafaiblesses qu'il a rarement le courage de
nisé. Il serait erroné d'y voir un retour confier, trop préoccupé par la présen
réactionnel, pernicieux, aux acceptions tation de ses conclusions scientifiques
classiques de l'ordre : celle de Durk- et par le désir de faire partager au
heim formalisant une définition du fait lecteur son intime croyance qu'il a
social applicable à la Synthèse Républiréussi à établir avec son « terrain » cette
caine du début du siècle; ou encore complicité sans laquelle aucune bonne
celle des fonctionnalistes américains et étude anthropologique ne pourrait voir
des théoriciens du conformisme bien le jour.
définie par S. Moscovici. La définition
Jacques Lombard de Padioleau s'appuie sur trois options
Université de Lille I méthodologiques : une lecture centrée
356