26 pages
Français

Minorités défavorisées en Inde: Intouchables et Tribaux. Approche cartographique - article ; n°2 ; vol.15, pg 301-325

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Espace, populations, sociétés - Année 1997 - Volume 15 - Numéro 2 - Pages 301-325
25 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1997
Nombre de lectures 40
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Luc de Golbéry
A. Chappuis
Minorités défavorisées en Inde: Intouchables et Tribaux.
Approche cartographique
In: Espace, populations, sociétés, 1997-2-3. Les populations du monde indien - Populations of the Indian Countries.
pp. 301-325.
Citer ce document / Cite this document :
de Golbéry Luc, Chappuis A. Minorités défavorisées en Inde: Intouchables et Tribaux. Approche cartographique. In: Espace,
populations, sociétés, 1997-2-3. Les populations du monde indien - Populations of the Indian Countries. pp. 301-325.
doi : 10.3406/espos.1997.1814
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/espos_0755-7809_1997_num_15_2_1814Université de Rouen Luc de GOLBÉRY
UFR Lettres et Sciences Humaines Anne CHAPPUIS Département de Géographie
Rue Lavoisier
76821 Mont-Saint- Aignan Cedex
Dossier pédagogique
Minorités défavorisées en Inde :
Intouchables et Tribaux.
Approche cartographique
PREAMBULE
Des deux grandes minorités défavorisées in ticulière de la part des autorités indiennes,
diennes, les Intouchables sont les plus con dans la ligne de l'idéal gandhien et bénéfi
nus alors que les tribaux le sont à peine hors cient de la majorité des efforts gouverne
de l'Inde. Composante indispensable de la mentaux de lutte contre la pauvreté. Leur
société indienne, les Intouchables sont pré développement est assez tôt devenu un en
sents socialement et géographiquement alors jeu politique, une voix intouchable ou tr
que les tribaux vivent aux marges de la civi ibale en valant une autre dans les urnes. Le
lisation. D'origine probablement commune, cinquantenaire de l'Indépendance et de la
les deux groupes sont marqués par leur bas mort de Gandhi offrent une bonne opportun
statut vis-à-vis de la société hindoue domin ité pour esquisser un bilan du développe
ante. Ils ont fait l'objet d'une attention ment des «pauvres parmi les pauvres».
REMARQUES METHODOLOGIQUES ET TECHNIQUES
Les documents qui suivent proposent une guerre. Enfin, bon nombre de régions ont
première exploration des résultats du recen fait l'objet de redécoupages administratifs,
sement indien de 1991 à l'aide de cartes et rendant incompatibles les données des r
de traitements graphiques. Il s'agit donc ecensements précédents. Nous avons tenté de
d'une esquisse de mini-atlas. Pour la pre pallier ces imperfections par diverses mé
mière fois, les données du «Census of India» thodes de manière à permettre au moins
sont disponibles sur disquette ; la qualité d'entrevoir les grandes tendances, fût-ce au
des fichiers informatiques a néanmoins posé prix d'une certaine imprécision.
certains problèmes qui ont nécessité des vé Bien que la matière statistique disponible
rifications longues et délicates. Par ailleurs, soit relativement variée, elle n'offre pas en
certaines régions indiennes n'ont pas pu or core la richesse des recensements occiden
ganiser de recensement ou n'en ont réalisé taux ce qui oblige souvent à une approche
qu'une partie du fait de l'insécurité ou de la indirecte des thèmes étudiés. A contrario la 302
lourdeur des méthodes de traitement utili mal de la seule source d'information dispo
sées interdisait dans le cadre du présent arti nible partout en Inde (ou presque), le recen
cle une analyse de toutes les informations sement de population.
disponibles. Nous avons donc sélectionné Le lecteur constatera qu'il n'a pas été possi
les résultats qui nous ont paru les plus inté ble d'utiliser systématiquement des échelles
ressants, susceptibles d'éclairer des ques communes aux cartes à comparer, l'ampli
tions de fond ou d'actualité et qui complèt tude des variations d'une population à
ent autant que possible les informations déjà l'autre variant trop fortement pour donner
publiées. D'où par exemple l'analyse des des traductions graphiques efficaces. Dans
données rurales plutôt qu'urbaines, choix certains cas nous avons conservé un mode
doublement justifié par les 74,3 % de ru de calcul ancien, moins précis mais seul à
raux indiens, l'un des taux les plus forts du autoriser la comparaison avec les recense
monde, surtout pour un pays aussi peuplé. ments précédents. Autre limitation, la repro
L'exercice est moins académique qu'il n'y duction des chiffres et documents d'analyse
paraît dans la mesure où les autorités i utilisés qui aurait permis au lecteur de véri
ndiennes en charge du développement des fier les résultats présentés et de faire sa pro
pre analyse. Les matrices visuelles de grande minorités manquent cruellement de moyens
et de méthodes d'investigation pour établir dimension utilisées auraient nécessité trop
ne serait-ce qu'un état de la situation. Les de place et des contraintes d'impression dif
traitements utilisés ici ont aussi pour object ficiles à satisfaire. Nous espérons que les
if de tirer parti au mieux et à un coût cartes de synthèse parleront d'elles mêmes !
LES THÈMES ABORDÉS, LES CARTES
Les documents présentés tentent d'étudier, l'évolution 1961-1991 de leurs effectifs (car
tes 8 et 9). Les taux d'alphabétisation étudiés sous l'angle de la spatialisation, quelques
phénomènes qui nous paraissent être de en rapport avec le sex-ratio des alphabétisés
bons révélateurs de la situation actuelle des (cartes 10 à 12) permettent de mesurer l'eff
minorités défavorisées. Si nous avons limité icacité de la politique indienne d'éducation.
nos investigations aux populations rurales, Les cartes 13 à 15 présentent une donnée
les plus représentatives et les moins étu nouvelle dans les recensements indiens : les
diées, nous sommes conscients que le volet enfants de moins de 7 ans. L'ensemble 16a
urbain de la réalité apporterait des clés comp et 16b analyse l'évolution du sex-ratio de la
lémentaires de compréhension. population rurale par Etat de 1901 à 1991
La population rurale indienne en 1991 et tandis que la carte 17 tente une typologie
son évolution depuis 1961 (cartes 1 à 3) générale des sex-ratios à partir d'un trait
tient lieu d'introduction puisqu'elle est le ement multivarié matriciel. Enfin les cartes 18
cadre de la majorité des « classes réperto à 20 présentent les résultats d'une analyse
riées « et servira de point de comparaison. matricielle détaillée de 5 regroupements de
Suit la localisation des deux minorités, en catégories professionnelles : 1) agriculteurs
nombres absolus et en proportion de la po + éleveurs et forestiers, 2) ouvriers agricoles,
pulation totale (cartes 4 à 7). Leur dyna 3) artisans + ouvriers du bâtiment, 4) ouvriers
misme démographique est abordé à travers de l'industrie, 5) services.
INTRODUCTION
Les communautés intouchables et tribales L'origine des Intouchables et des tribaux est
regroupent en 1991 respectivement 138 et probablement commune et remonterait à la
68 millions de personnes soit près du quart première occupation du sub-continent. Sous la
des 839 millions d'habitants de l'Union Inpression des envahisseurs indo-européens ve
dienne (16,5 % et 8,1 %, soit en tout nus du Nord-Ouest, pour échapper à la dispa
24,6 %). rition (probablement par assimilation plutôt 303
qu'extermination, les Hindous ayant fait la Monde. Leur situation connaît depuis une
preuve d'une tolérance bien supérieure aux trentaine d'années une dégradation accélé
sociétés occidentales) les populations autoch rée qui les place désormais parmi les socié
tones auraient peu à peu reflué dans les zones tés traditionnelles en danger de disparition
au plan culturel. Leur position-refuge, aux les plus inaccessibles : forêts denses, reliefs,
etc. - cas de figure courant, particulièrement marges des zones les plus fertiles occupées
en Asie. Leurs descendants sont les tribaux les premières par la civilisation hindoue
que l'on trouve encore dans les régions fores d'origine indo-européenne, leurs techniques
agraires extensives s' apparentant à celles du tières et montagneuses. Les Intouchables se
raient d'anciens tribaux qui se seraient inté néolithique les rendent fragiles face à la
grés aux communautés villageoises hindoues. pression que connaît l'Inde en pleine transi
Ces dernières leur auraient assigné la place la tion démographique. Mal préparés à tirer
plus basse dans la hiérarchie socioreligieuse parti des mesures légales de protection et
des castes, d'où leur statut de hors caste. Les d'aide en leur faveur, ils voient, impuissants,
cartes de répartition des deux populations (4 à la forêt et la terre , coeur de leur civilisa
7) confirment cette hypothèse en montrant une tion et base de leur système économique,
nette complémentarité dans la distribution spa leur échapper (deforestation massive, cons
tiale des deux groupes. truction de grands barrages). Leur niveau de
Autant les Intouchables sont connus en Oc vie est devenu équivalent voire inférieur à
cident par leur statut social inférieur et leur celui des Intouchables et autres « castes ré
pertoriées « plus connues sous le vocable de pauvreté, autant les populations tribales sont
ignorées alors qu'elles ne sont pas moins «SC1». Dégradation aggravée par l'accultu
intéressantes que les autres sociétés tribales ration et le recul des modes de vie commun
étudiées par les ethnologues ailleurs dans le autaires traditionnellement solidaires.
CARTES 1 ET 2 : RÉPARTITION DE LA POPULATION RURALE
Forte de 623 millions de personnes et 219h/ regroupe 41 millions de ruraux sur 51 000
km2 la population rurale se concentre autour km2 avec des densités rurales moyennes de
des vieux foyers de civilisation de l'Inde. 930 hab./km2. La population totale atteint
La plaine Indo-Gangétique au nord d'abord, 59 millions d'habitants avec Calcutta. La
avec 270 millions d'habitants dont 220 mil densité du reste de la plaine varie entre la
moyenne (219) et 600h/km2 avec un gralions de ruraux, et des densités générales de
513h/km2 (densités rurales de 450). Le plus dient Nord-Sud fort et Est-Ouest progressif
ancien pôle de peuplement s'observe aux (vers le Rajasthan et le Punjab). Les fortes
confins du Bihar et de l'Uttar Pradesh, entre densités s'arrêtent dès que l'on quitte la
Patna et Varanasi (Bénares), coeur mythi plaine alluviale irriguée.
que et historique de la civilisation hindoue La côte péninsulaire forme une bande pres
avec des densités rurales moyennes de 800, que continue de peuplement dense incluant
culminant à 1 100 hab./km2. 52 millions de les deltas orientaux et à laquelle s'ajoutent
ruraux et 7 millions d'urbains y vivent sur le Kérala et le Tamil Nadu central. En tout
67 000 km2. Plus récent, le pôle de Calcutta 90 millions d'habitants, des densités rurales
(1) Le terme anglais : «Scheduled castes and tribes» nement a été amené sous la pression des lobbies politi
forgé par l'administration coloniale britannique mas ques, à créer de nouvelles catégories : «backward cas
quait la ségrégation dont faisaient l'objet ces groupes tes», «forward castes» «other castes», puis
de la part du reste de la population hindoue. A 1' heure classes», «other backward classes». Après avoir mis
actuelle, c'est curieusement ce terme typique du jargon les castes hors la loi, les autorités sont obligées de les
administratif qui est utilisé par les intéressés plutôt que réintroduire subrepticement tant leur influence est omn
celui de «harijan» (enfant de Dieu) créé par Gandhi et iprésente et va se renforçant par le biais même du
plus revalorisant. Les autres groupes sociaux défavori processus démocratique. Pour paraphraser M.N.
sés ont peu à peu pris conscience du pouvoir que leur Srinivas, le génie est ressorti de la lampe, il ne va
conférait le droit de vote et du profit qu'ils pouvaient cesser de grandir et l'on n'est pas prêt de l'y faire
tirer des politiques d'aide et de réservation. Le rentrer... 304
Carte 1. Population rurale. Population.
Adaman
Nicobar
Nombre de personnes*
. 30 000
o 500 000
Q 4 000 000
9 925 891
Lakshadweep l^-^-l données manquantes
* Surface des points
proportionnelle aux quantités
© lue de golbéry, 1997 Source: CENSUS OF INDIA 1991
moyennes de 440 hab./km2 avec des pointes depuis l'Indépendance. Le tracé des grands
à près de 1 500 au Kérala, côte des épices fleuves : Cauvery, Krishna, Godavari et,
depuis l'Antiquité. dans une moindre mesure, Mahanadi, se re
père aisément par les taches de plus forte Par contraste l'intérieur de la péninsule ap
paraît beaucoup moins peuplé. On y observe densité (150 à 360) qui les soulignent.
néanmoins les effets indéniables des grands Ailleurs des densités inférieures à 150 mar
aménagements hydrauliques mis en place quent soit les zones arides (désert de Thar 305
Carte 2. Population rurale. Densités rurales générales.
Nombre de ruraux par km2
de zone rurale
0 hab. / km2
45
95
150
219
360
600
850
1023
^■^-| données manquantes *
* les données manquantes de l'Assam ont été
remplacées par la moyenne de l'état
INDE
© lue de golbéry, 1997 Source: CENSUS OF INDIA 1991
au nord-ouest, Rayalaseema au sud) soit les dant aux zones montagneuses qui contras
régions forestières habitées par les tribaux. tent avec la vallée plus peuplée (250 hab./
Notons que les densités rurales ne tombent km2 en moyenne). Les migrants plus ou
au dessus de 45 hab./km2 que dans 44 dis moins illégaux venus de la fourmilière
tricts. La grande région tribale du nord-est, bangladeshi toute proche en sont la cause,
le long du Brahmaputra, se caratérise par ainsi que des tensions sociales qui secouent
de faibles densités périphériques l'Assam depuis une vingtaine d'années. 306
Carte 3. Population rurale. Accroissement général 1961-1991.
Adaman
Nicobar
Accroissement annuel
exponentiel en %
■■ > 3,01 %
2,42 - 3,01
2,17-2,41
1,95-2,16 Moyenne Inde : 1 ,87 %-->
1,71-1,94
1,25-1,70
0-1,24
Lakshadweep données manquantes *
* les données manquantes du fait de redécoupages administratifs
ont été remplacées par la moyenne de l'état concerné. INDE RURALE Les limites de district marquent les valeurs réelles.
© lue de golbéry, 1997 Source: CENSUS OF INDIA 1991
CARTE 3 : ACCROISSEMENT DE LA POPULATION RURALE 1961-1991
Deux phénomènes majeurs et opposés s'imaussi le cas des deux Etats méridionaux les
posent : l'accroissement de la population plus peuplés : Tamil Nadu et Kérala qui
aux frontières nord-ouest et au nord-est, la plafonnent à 1,34 %. Ce dernier a vu sa
croissance diminuer de 2,22 % entre 1961 saturation des régions fortement peuplées de
la péninsule. Pratiquement aucun district et 1971 à 0,35 % entre 1981 et 1991. Ce
côtier ne dépasse la moyenne indienne de résultat est à rapprocher du haut niveau
1,87 % de croît annuel sur 30 ans et la maj d'éducation de la population (cartes 10 à
orité se situe en dessous de 1,5 %. C'est 12). Les seules régions méridionales en 307
croissance supérieure à la moyenne sont celles le désert de Thar voit sa population, faible il
touchées par les aménagements hydroagricoles est vrai, croître de plus de 3,5 % par an grâce
récents : bassins moyens et supérieurs de la au canal du Rajasthan. En 30 ans la populat
Krishna et de la Godavari. La vallée de la ion de la région est passée de 6,3 à 14,9
Cauvery, courant du Karnataka au Tamil Nadu millions. Au Bihar, les accroissements sont
apparaît saturée. On comprend mieux l'âpreté moyens (1,9 %) mais restent préoccupants
des luttes pour l'utilisation de l'eau du fleuve pour l'un des Etats les plus pauvres et les
entre les deux Etats. plus densément peuplés de l'Inde (près de
Ce constat de saturation vaut également pour 500 hab./km2) L'impact du contrôle des nais
certaines régions du Nord, plus précisément sances est faible sur des populations anal
la plaine Indo-Gangétique moyenne : 1,6 % phabètes asservies par des structures sociales
de croissance entre 1961 et 1991 au Punjab, quasi féodales. Le nord-est tribal connaît
1,14 % de 1981 à 1991, 1,87 % entre 1961 et aussi un croît soutenu de 2,5 % annuels qui
1991 en Uttar Pradesh. L'exception la plus culmine dans les zones montagneuses encore
spectaculaire est évidemment le Rajasthan où peu peuplées (Nagaland 3,57 %).
CARTES 4 A 7 : POPULATIONS INTOUCHABLES ET TRIBALES RURALES
La distribution spatiale des deux groupes procher de celles des emplois (cartes 20 à
reflète parfaitement leur situation par rap 22).
port à la société hindoue.Les Intouchables, La complémentarité de la distribution spa
indispensables par les fonctions sociales et tiale des deux minorités est frappante : très
peu de tribaux dans la plaine Indo- économiques qu'ils assurent, se trouvent
partout, sauf là où la société hindoue est Gangétique et dans le sud-est de la pénin
absente : dans les zones tribales ! Ces der sule où on trouve une nombreuse popula
nières sont fortement concentrées en pôles tion intouchable. Inversement aux fortes
exclusifs dans quelques zones autour des concentrations tribales du nord-ouest pénin
quelles les tribaux se diluent progressive sulaire (confins Mahrashtra-Gujarat), de
ment. Un «bruit de fond» tribal subsiste l'Orissa et du Madhya Pradesh répondent
ailleurs, plus ou moins important, presque des «creux» intouchables. D'où l'hypothèse
absent dans la «cow belt» hindouiste de la séduisante d'une origine tribale des Intou
plaine Indo-Gangétique. Notons que les In chables qui se seraient intégrés à la société
touchables sont nombreux dans les deltas et hindoue. Mais ont-ils été les seuls et l'e
plus généralement dans les zones d'agricul xtraordinaire complexité locale du sys
ture intensive nécessitant une main-d'œuvre tème des castes n'est-il pas le reflet d'an
importante. Les cartes de densités sont à ciennes racines tribales ?
CARTES 8 ET 9 : ACCROISSEMENT 1961-1991
Le taux de croissance sur 30 ans des deux d'abord des images globales fort différentes
minorités est sensiblement supérieur à celui de l'accroissement de la population totale
du reste de la population rurale : respective (carte 3) : alors que celle-ci augmente sur
ment 2,29 % et 2,84 % contre 1,94 % pour tout au nord, le pôle de croissance intoucha
l'ensemble de la population rurale et 1,76 % ble principal se situe au centre du pays au
si l'on considère seulement la population contact du Maharashtra et du Madhya Pra
non minoritaire. Les cartes, difficiles à éta desh. Il se prolonge vers la région de Bomb
blir du fait des nombreux redécoupages ad ay à l'ouest, vers Bangalore au sud et suit
ministratifs intervenus durant la période con les vallées de la Krishna et de la Godavari à
sidérée nécessitant des reconstructions de l'est. Manifestement la forte dynamique i
données délicates pour limiter de trop nom ntouchable correspond à des zones où ils
breux «trous» statistiques, révèlent néan étaient peu présents. Elle accompagne éga
moins des dynamiques intéressantes. Tout lement les aménagements hydroagricoles ; 308
Carte 4. Population rurale 1991. Intouchables.
Nombre de personnes*
INDE • 5 000
112 343 797 O 150 000
750 000
Çj 1 835 361 Ukshadweep
p-~z\ données manquantes
Surface des points proportionnelle aux quantités
Adaman
Nicobar
Nombre de personnes*
• 10 000 INDE
62 751 026 0150 000
O 500 000
Lakshadweep f J 1 587 275
I — I Données manquantes
Surface des points proportionnelle aux quantités
© lue de golbéry, 1997 Source: CENSUS OF INDIA 1991
Carte 5. Population rurale 1991. Tribaux. 309
Carte 6. Population rurale 1991. Proportion d'intouchables.
dam:
o Nicobar
% de la population
rurale totale
IB > 39 %
^H 33,00 - 39,00
22,00 - 32,99
18,04-21,99 Moyenne Inde : 18,04 %-->
14,00-18,03
7,50-13,99
0,00 - 7,49
E-]=j données manquantes
O Latehadweep
% de la population
rurale totale
> 90 %
66,10 - 89,9
50,00 - 66
35,00 - 49,9
17,00-34,9
10,08-16,9 Moyenne Inde : 10,08 %-->
5,00-10,07
0,01 - 4,99
0%
3 données manquantes
O lue de golbéry, 1997 Source: CENSUS OF INDIA 1991
Carte 7. Population rurale 1991. Proportion de tribaux.