Multinationales de l'expertise et dépérissement de l'État - article ; n°1 ; vol.96, pg 3-20

-

Documents
21 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Actes de la recherche en sciences sociales - Année 1993 - Volume 96 - Numéro 1 - Pages 3-20
Multinationalen der Expertise und das Absterben des Staates Während sie auf der einen Seite ihre Dienste den multinationalen Unternehmen verkaufen, die die Lücken und Widersprüche zwischen den Regelsystemen, die sich auf dem Markt der Regulierung Konkurrenz machen, weitestgehend fur ihre Interessen auszunutzen suchen, werden die Multinationalen der Expertise auf der anderen Seite dazu gebracht, mehr Staat zu produzieren, um einen transnationalen Markt, der ihren Daseinsgrund bildet, zu strukturieren. Damit tragen sie bei zu einer tiefgreifenden Umgestaltung der nationalen Berufsfelder, die am Ende zu einer Neubestimmung der juristischen Arbeitsteilung auf internationaler Ebene fùhren könnte. Um diese transnationale juristische Ordnung aufzubauen, investieren diese Rechtsfabriken, die bereits eine erhebliche Konzentration an sozialen wie juridischen Ressourcen und Kompetenten darstellen, tatsächlich massiv im Bereich des gelehrten Rechts. Die Offensive dieser mega-law firms in Europa, wo sie auch bereits Rivalen und Nacheiferer auf den Plan rufen, bedroht auf diese Weise die Autonomie und Identität jener Praxis-Felder, nicht zuletzt dadurch, dass sie die starre und hierarchi-sierte Rollentrennung in Frage stellen, die sowohl das britische Modell als auch die Systeme des Professorenrechts charakterisiert. Die beschleunigte Amerikanisierung der Produktionsweise des Handels-und Unternehmensrechts verstärkt somit einen Restrukturierungsprozess der ökonomischen Macht um einige herrschende Pole und trägt zugleich bei zur Legitimierung jener neuen internationalen Arbeitsteilung, da sie sie in eine spezifisch juridische Logik einschreibt.
Multinational Law Consultancies and the Withering-Away of the State While selling their services to multinational compagnies seeking to take maximum advantage of the loopholes and contradictions between all the systems of rules competing in the regulation market, multinational law consultancy firms are led to recreate the State so as to structure a transnational market which is their raison d'être. In so doing, they contribute to a profound restructuring of the national occupational fields that could well lead to a redefinition of the international division of legal labour. To construct this transnational legal order, these law factories, which already represent an enormous concentration of social as well as legal resources and competences, invest massively in academic law. The offensive by these mega-firms in Europe, where rivals to them are now appearing, is thus threatening the autonomy and identity of these fields of practice -particularly by challenging the rigid and hierarchical division of roles, which characterises as much the British model as systems of Professorenrecht. The accelerated Americanisation of the mode of production of commercial law thus reinforces a processus of restructuring of economic power around a few dominant poles, while helping to legitimize this new international division of labour, since it sets the latter within a specifically legal logic.
Multinationales de l'expertise et dépérissement de l'Etat Tout en vendant leurs services aux entreprises multinationales désireuses d'exploiter au mieux de leurs intérêts les failles et les contradictions entre tous les systèmes de règles qui se font concurrence sur le marché de la régulation, les multinationales de l'expertise sont amenées à produire de l'Etat pour stucturer un marché transnational qui est leur raison d'être. Par là-même, elles contribuent à une profonde recomposition des champs professionnels nationaux qui pourrait bien déboucher sur une redéfinition de la division internationale du travail juridique. En effet, pour construire cet ordre juridique transnational, ces usines à droit, qui représentent déjà une formidable concentration de ressources et de compétences, sociales aussi bien que juridiques, investissent massivement dans le droit savant. L'offensive de ces mega-law firms en Europe, où elles suscitent des émules, menace ainsi l'autonomie et l'identité de ces champs de pratiques. Notamment en remettant en question la division rigide et hiérarchisée des rôles, qui caractérise aussi bien le modèle britannique que les systèmes de Professorenrecht. L'américanisation accélérée du mode de production du droit des affaires vient ainsi renforcer un processus de restructuration du pouvoir économique autour de quelques pôles dominants, tout en contribuant à légitimer cette nouvelle division internationale du travail, puisqu'elle l'inscrit dans une logique spécifiquement juridique.
18 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1993
Nombre de visites sur la page 17
Langue Français
Signaler un problème

Monsieur Yves Dezalay
Multinationales de l'expertise et "dépérissement de l'État"
In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 96-97, mars 1993. pp. 3-20.
Citer ce document / Cite this document :
Dezalay Yves. Multinationales de l'expertise et "dépérissement de l'État". In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol.
96-97, mars 1993. pp. 3-20.
doi : 10.3406/arss.1993.3037
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1993_num_96_1_3037Zusammenfassung
Multinationalen der Expertise und das "Absterben des Staates"
Während sie auf der einen Seite ihre Dienste den multinationalen Unternehmen verkaufen, die die
Lücken und Widersprüche zwischen den Regelsystemen, die sich auf dem "Markt der Regulierung"
Konkurrenz machen, weitestgehend fur ihre Interessen auszunutzen suchen, werden die
Multinationalen der Expertise auf der anderen Seite dazu gebracht, "mehr Staat zu produzieren", um
einen transnationalen Markt, der ihren Daseinsgrund bildet, zu strukturieren. Damit tragen sie bei zu
einer tiefgreifenden Umgestaltung der nationalen Berufsfelder, die am Ende zu einer Neubestimmung
der juristischen Arbeitsteilung auf internationaler Ebene fùhren könnte. Um diese transnationale
juristische Ordnung aufzubauen, investieren diese "Rechtsfabriken", die bereits eine erhebliche
Konzentration an sozialen wie juridischen Ressourcen und Kompetenten darstellen, tatsächlich massiv
im Bereich des gelehrten Rechts. Die Offensive dieser mega-law firms in Europa, wo sie auch bereits
Rivalen und Nacheiferer auf den Plan rufen, bedroht auf diese Weise die Autonomie und Identität jener
Praxis-Felder, nicht zuletzt dadurch, dass sie die starre und hierarchi-sierte Rollentrennung in Frage
stellen, die sowohl das britische Modell als auch die Systeme des Professorenrechts charakterisiert. Die
beschleunigte Amerikanisierung der Produktionsweise des Handels-und Unternehmensrechts verstärkt
somit einen Restrukturierungsprozess der ökonomischen Macht um einige herrschende Pole und trägt
zugleich bei zur Legitimierung jener neuen internationalen Arbeitsteilung, da sie sie in eine spezifisch
juridische Logik einschreibt.
Abstract
Multinational Law Consultancies and the "Withering-Away of the State"
While selling their services to multinational compagnies seeking to take maximum advantage of the
loopholes and contradictions between all the systems of rules competing in the "regulation market",
multinational law consultancy firms are led to "recreate the State" so as to structure a transnational
market which is their raison d'être. In so doing, they contribute to a profound restructuring of the national
occupational fields that could well lead to a redefinition of the international division of legal labour. To
construct this transnational legal order, these "law factories", which already represent an enormous
concentration of social as well as legal resources and competences, invest massively in academic law.
The offensive by these mega-firms in Europe, where rivals to them are now appearing, is thus
threatening the autonomy and identity of these fields of practice -particularly by challenging the rigid and
hierarchical division of roles, which characterises as much the British model as systems of
Professorenrecht. The accelerated Americanisation of the mode of production of commercial law thus
reinforces a processus of restructuring of economic power around a few dominant poles, while helping
to legitimize this new international division of labour, since it sets the latter within a specifically legal
logic.
Résumé
Multinationales de l'expertise et "dépérissement de l'Etat"
Tout en vendant leurs services aux entreprises multinationales désireuses d'exploiter au mieux de leurs
intérêts les failles et les contradictions entre tous les systèmes de règles qui se font concurrence sur le
"marché de la régulation", les multinationales de l'expertise sont amenées à "produire de l'Etat" pour
stucturer un marché transnational qui est leur raison d'être. Par là-même, elles contribuent à une
profonde recomposition des champs professionnels nationaux qui pourrait bien déboucher sur une
redéfinition de la division internationale du travail juridique. En effet, pour construire cet ordre juridique
transnational, ces "usines à droit", qui représentent déjà une formidable concentration de ressources et
de compétences, sociales aussi bien que juridiques, investissent massivement dans le droit savant.
L'offensive de ces mega-law firms en Europe, où elles suscitent des émules, menace ainsi l'autonomie
et l'identité de ces champs de pratiques. Notamment en remettant en question la division rigide et
hiérarchisée des rôles, qui caractérise aussi bien le modèle britannique que les systèmes de
Professorenrecht. L'américanisation accélérée du mode de production du droit des affaires vient ainsi
renforcer un processus de restructuration du pouvoir économique autour de quelques pôles dominants,
tout en contribuant à légitimer cette nouvelle division internationale du travail, puisqu'elle l'inscrit dans
une logique spécifiquement juridique.:
YVES DEZALAY
MULTINATIONALES
DE L'EXPERTISE ET
« DÉPÉRISSEMENT DE L'ÉTAT »
L'expansion de ces multinationales du droit repréans les années 80,
toutes les recettes sente un formidable enjeu politique et économique qui securitisation, swaps, Franchising, performance factoring, poison bonds, pills... D
miracles de l'ingé va bien au-delà de la simple diffusion de nouveaux
outils juridiques au service d'une "financiarisation" de nierie juridico-financière
s'énoncent en anglais, ou plus précisément en améric l'économie. D'abord, parce que la croissance très rapi
ain. Mais, plus encore que ces transferts de technolog de du marché international de l'expertise en fait un des
ie juridique made in USA, c'est la quasi-généralisation grands enjeux commerciaux de la décennie qui vient3.
du contrat à la manière anglo-saxonne - ou l'essor du Ensuite, parce que ces technologies servent à redessi
lobbying1 - qui témoigne le mieux de l'importance de ner la carte du paysage industriel et financier à coups
d'OPA ou de restructurations. Enfin et surtout, parce la colonisation juridique de l'Europe par les Wall Street
law firms ou les "clones" qu'elles ont suscités un peu que la généralisation de ce nouveau mode de product
partout. Engagées dans une compétition tous azimuts, ion de l'expertise juridique est indissociable d'une
qui relève de plus en plus de la guerre économique, recomposition du champ du pouvoir économique.
les grandes entreprises considèrent qu'elles ne peuvent Comme leurs prédécesseurs lointains, les clercs
pas se passer de la panoplie de "munitions"2 - offen
sives aussi bien que défensives - et de la "force de
frappe" que leur offrent ces grands cabinets d'expertis
1 - Selon le Financial Times (24-1-1992), plus de 3000 lobbyists sont e. Pour paraphraser la formule de Clausewitz, le droit enregistrés à Bruxelles.
des affaires est devenu la poursuite des affaires par 2 - Outre-Atlantique, ces métaphores guerrières sont couramment
d'autres moyens. La fortune des law firms est liée à utilisées par les praticiens du droit des affaires et la presse profes
sionnelle, surtout depuis les grandes batailles juridico-financières qui cette découverte des mérites tactiques du droit par les ont marqué la vague d'OPA des années 80 (Lederman, 1992). Leur marchands, découverte à laquelle elles ont d'ailleurs introduction en Europe témoigne de l'ampleur de l'américanisation
d'un milieu qui cultivait jusqu'ici l'image de discrétion et de dévouelargement contribué. Sur un marché du conseil de plus ment au service public qui sied à une "noblesse de robe". Le juriste en plus international, la diffusion des techniques va de d'affaires se veut désormais "offensif" (cf. J. Menanteau, Un
pair avec celle d'un mode d'organisation. Si la techno offensif, Le Monde, 30 mars 1990).
logie juridique, made in USA, est devenue la lingua 3 - Les big six, nom familier donné aux six grands conglomérats
d'expertise qui résultent de la politique de diversification et de franca du commerce international, c'est parce que le concentration des firmes d'audit, ont encaissé plus de 31 milliards de modèle américain de production et de commercialisat dollars d'honoraires en 1992, ce qui équivaut à un tiers du montant
ion de l'autorité - et de la légitimité - juridique est en total des honoraires des law firms américaines (sources Lettre des
juristes d'affaires, 152. 1993 et Legal Business, 1, 199U- passe de se généraliser.
Actes de la recherche en sciences sociales, N° 96-9/, mars 1993, 3-20 :
:
;
:
Yves Dezalay
royaux, ces multinationales de l'expertise participent à aux stratégies des opérateurs transnationaux. Ils jouent
la structuration d'un nouvel espace et de nouvelles donc moins le rôle d'intermédiaires entre l'Etat et les
formes de pouvoir. Pour construire le marché transna marchands que celui de médiateurs entre des groupes
tional qui doit permettre à leurs clients - et à elles- d'intérêts économiques d'autant plus agressifs qu'ils
mêmes - de rentabiliser leurs stratégies de sont d'origines géographiques et sociales plus diverses.
"globalisation", elles travaillent à l'élaboration de règles Dans cette guerre économique tous azimuts, ces nou
et de dispositifs transnationaux de régulation4 qui se veaux clercs sont d'autant plus intéressés à instaurer
substituent ou s'imposent peu à peu aux normes natio un semblant d'ordre et de rationalité qu'il y va de leur
nales. Bref, tout en contribuant au démantèlement des crédibilité et de leur autonomie à l'égard d'entrepre
Etats-nations, qui étaient l'oeuvre - et le capital - de neurs et de financiers toujours tentés de les réduire à
leurs prédécesseurs, ces nouveaux clercs de l'ordre la condition de mercenaires et d'exécutants8.
international font comme leurs aînés: ils "produisent de En d'autres termes, la position de ces experts aux
l'Etat"5. marges du pouvoir économique les conduit à essayer
de structurer ce marché international en se faisant les
porte-parole de l'intérêt général9. Paradoxalement, la
défaillance des Etats-nations les amène ainsi à "produi
re de l'Etat". Ou du moins, à s'y substituer en
LES NOUVEAUX "MERCENAIRES* s'appuyant sur leur savoir-faire pour faire prévaloir une
DU DROIT DES AFFAIRES6 certaine conception de l'intérêt général, et instituer une régularité dans les rapports marchands10. C'est
là sans doute une des sources du formalisme ou du
juridisme qui caractérisent de plus en plus les relations
économiques internationales, qu'elles soient privées ou
Avec l'accroissement rapide des échanges internatio semi-publiques. Mais de là aussi découle cette concur
naux, la régulation des entreprises est devenue un des rence exacerbée entre experts - ou entre catégories
principaux terrains d'affrontement dans une guerre d'experts - qui se manifeste jusque sur le terrain du
politico-économique où les "mercenaires professionn savoir. En se transportant sur le terrain du droit et de la
els" se battent en termes d'expertise et de savoir. Leur régulation, la guerre économique a aussi introduit la
rôle n'est pas seulement de mettre en concurrence les compétition et les préoccupations marchandes dans un
dispositifs de régulation nationaux en incitant leurs champ professionnel qui s'était toujours efforcé de les
clients à pratiquer le forum shopping1 il est aussi de endiguer. Là encore, cette contradiction n'est pas nouv
elle. La lutte entre praticiens et juristes savants a tou- produire des règles et des institutions mieux adaptés
expertise" (à the social construction of transnational regulatory 4 - Le concept de régulation, largement utilisé par les anglo-saxons, paraître dans Corporate control and accountability, J. Me Cahery, S.
est entendu ici au sens que lui donnent les économistes qui se ratt Picciotto, C. Scott, eds., Oxford University Press). achent à " l'école de la régulation" l'ensemble des dispositifs instit 7 - Expression très en vogue et malheureusement difficilement tra- utionnels qui contribuent à stabiliser les rapports sociaux de duisible, autrement que par des périphrases: "faire son marché", production pour faciliter l'accumulation et la reproduction du capit "aller au plus offrant"... al.
8 - Selon la formule utilisée par J.P. Morgan à l'égard de ses 5 - Ainsi, le cabinet Ernst & Young juridique et fiscal a été retenu lawyers " Je ne vous paie pas pour savoir si je peux le faire, mais pour apporter son appui logistique et d'analyse à un groupe de tra comment le faire". vail chargé d'élaborer un droit des affaires unifié pour la Zone
Franc. Au grand dam d'ailleurs du barreau (cf. Lettre des juristes 9 - Ainsi, Alexander et Murray (1992) montrent que, après le boom
d'affaires, 109, 1992). La construction européenne, et plus encore du M&A des années 80, l'élite de ces praticiens s'est reconvertie
aujourd'hui partiellement dans une activité de service public partcelle d'un marché capitaliste en Europe de l'Est, fournissent des
icipation à des commissions gouvernementales, etc. Pour passer le exemples bien plus nombreux de cet investissement des multinatio
nales du droit dans l'élaboration de nouvelles règles du jeu écono temps en attendant une nouvelle vague de M&A ? Ou, plus vraisem
mique (cf. S. Bolton, Euro-lobbying on the defensive, International blablement, comme une sorte de réinvestissement leur permettant
Financial Law Review, novembre 1992. d'accumuler une autorité sociale et juridique plus diversifiée, sucep-
tible de produire de nouveaux dividendes... 6 - Cette première partie s'appuie sur le travail d'enquêtes qui m'a
10 - Ainsi, la multiplication récente de faillites d'entreprises multinaservi pour la rédaction de Marchands de droit, Fayard, 1992. Le pré
tionales (BCCI, Groupe Maxwell...) a mis en évidence "l'existence sent travail prolonge cette réflexion pour essayer d'esquisser l'analy
se d'une restructuration du champ juridique européen. Dans la d'une petite coterie de spécialistes globe-trotteurs qui s'arrangent
entre eux, même lorsque les lois sont vagues ou contradictoires" (cf. présentation qui en est faite ici, j'ai repris, en le développant, un
texte écrit précédemment sous le titre " Professional competition and Sharing the world's corporat carrion, The Economist, 4 janvier 1992). :
DE L'EXPERTISE ET "DÉPÉRISSEMENT DE L'ÉTAT" MULTINATIONALES
jours été au coeur du jeu professionnel contribué à créer. Mais les succès spectaculaires de ce
(Dezalay, 1991, 1992). La seule différence - mais elle est mode de production et de commercialisation de
de taille -, c'est que ces entreprises de service sont en l'expertise juridique, made in USA, suscitent aussi bien
train d'absorber les théoriciens et qu'elles se retrouvent des oppositions. Particulièrement en Europe continent
ainsi en charge de la gestion du capital symbolique ale, où ce nouveau modèle bouleverse radicalement
que représente l'ordre juridique. Le nouvel ordre mar les structures et les usages des champs professionnels
chand en train d'émerger doit ainsi tout autant à l'éco- nationaux. Tant qu'il s'agissait d'une activité relativ
nomisme des groupes financiers qui dominent la ement périphérique, sinon exogène, la pratique du droit
sphère économique qu'à la compétition oligopolistique international des affaires avait pu se développer dans
entre les mega-firms qui dominent le marché de des places comme Paris, sans soulever trop de pro
l'expertise et inscrivent cette idéologie dans l'ordre du blèmes. Dans leur immense majorité, les juristes ou les
droit. institutions centrales du champ ne se sentaient que fort
Les batailles normatives et institutionnelles qui peu concernés. Les juristes d'affaires internationaux
contribuent à redéfinir la division internationale du tra étaient une sorte d'espèce à part et quelque peu
vail sont ainsi directement à l'origine d'une restructura mythique. Ce n'est plus le cas.
tion des champs professionnels. C'est là que se recrute
l'essentiel des mercenaires, et c'est de là que provien
nent les armes les plus légitimes. Pour analyser l'éme L'Etat comme instrument
rgence d'un ordre transnational, il n'est donc pas et enjeu de la guerre économique
absurde de partir de l'observation du champ profes
sionnel puisque c'est en grande partie ce qui fait le Pendant longtemps, les entreprises multinationales sont
lien entre les lieux et les institutions multiples où se restées un phénomène exceptionnel. Les grandes com
redéfinit en permanence la régulation internationale de pagnies pétrolières étaient le prototype de ces grandes
l'activité économique. D'ailleurs, les luttes professionn organisations privées, à la fois quasi étatiques et en
elles qui se jouent autour de l'internationalisation du marge des Etats. Ces entreprises, à la manière des com
marché de l'expertise sont elles-mêmes tout à fait révé pagnies coloniales, préservaient soigneusement leur
latrices des espoirs et des oppositions que suscite dans autonomie, tout en n'hésitant pas à avoir recours, le
le champ politique un phénomène de "globalisation" cas échéant, à la force ou à l'autorité des institutions
de l'activité économique qui n'a rien de naturel ou étatiques nationales. Mais cette ingérence dans le pro
d'irréversible. Dans un cas comme dans l'autre, l'accé cessus de régulation se limitait au strict domaine où
lération de ce processus d'internationalisation - ou son leurs intérêts directs étaient enjeu. Pour cette raison,
ralentissement, voire sa remise en question - dépen l'émergence de cet ordre privé transnational ne remett
dent du rapport de forces entre les alliances d'intérêts ait pas fondamentalement en cause l'ordre étatique.
qui espèrent profiter de l'ouverture des frontières et les De surcroît, ce type de relation où les entreprises peu
coalitions - souvent plus hétéroclites - regroupant tous vent influer sur les dispositifs de régulation - ou au
ceux qui ont peur d'être les grands perdants de cette moins les négocier en jouant de la concurrence entre
redéfinition de la division internationale du travail. Etats - restait limité à certains secteurs d'activité,
La raison de cette homologie est bien simple. Dans comme le pétrole, où il s'expliquait par des circons
tances historiques ayant favorisé la conclusion le champ du droit comme dans le champ économique,
tous les opérateurs ne sont pas à même de profiter d'accords de cartels. Aujourd'hui, ce marchandage
d'une ouverture des échanges dont le corollaire est la entre producteurs et régulateurs s'est généralisé. Les
remise en question de marchés protégés. Les multina nouvelles technologies de production et de circulation
tionales du droit ont tout intérêt à la généralisation de l'information multiplient le nombre des entreprises
d'un processus d'internationalisation qui fait d'elles un qui peuvent pratiquer le chantage à la délocalisation
intermédiaire quasi obligé entre les différents disposit pour négocier avec les Etats. Cette négociation porte
ifs de régulation. D'autant qu'il leur permet de rentabil moins sur le contrôle de ressources stratégiques que
sur les gains - ou les pertes - en matière d'emploi et de iser l'équipement humain et matériel très coûteux
qu'elles sont seules à posséder. Les grands cabinets balance des paiements. Dans le cas de "champions
anglo-saxons, premiers partis dans la course à la nationaux", il s'y ajoute une question de prestige et de
concentration, sont donc les grands bénéficiaires de pouvoir. Dans tous les cas, le résultat est le même la
l'essor d'un marché international des services qu'ils ont régulation n'est plus une donnée que les entreprises Yves Dezalay
peuvent tout au plus contourner de manière sinon légi politique industrielle. Ces revirements suggèrent que
time du moins légale, mais une simple base de négoc les modèles de régulation n'ont de sens que dans un
iation". contexte stratégique. La fidélité aux grands principes
La délocalisation de l'activité économique remet compte moins que le jeu des alliances ou les retourne
ainsi en cause le jeu des positions dans l'espace de la ments tactiques. Ceci n'ôte rien à la vigueur des affro
régulation de manière d'autant plus brutale qu'il s'agit ntements entre tenants de l'un ou l'autre modèle. La
d'un processus cumulatif. L'affaiblissement de l'Etat est construction européenne, comme toute autre arène
tout autant la cause que le résultat de l'internationalisa internationale, en témoigne. Comme les mercenaires,
tion des transactions. En même temps qu'ils sont obli les experts se battent avec d'autant plus de conviction
gés de renégocier la règle avec leurs entreprises, les qu'il y va de leurs intérêts et de ceux de leurs mand
Etats subissent de fortes pressions12 pour abaisser, ants. Autour de ces dispositifs de régulation, se stru
voire éliminer, les barrières qui protégeaient leurs mar cturent des réseaux de pouvoir dans lequel ils
chés nationaux de la concurrence externe. En accrois s'inscrivent. Si les négociateurs ou les lobbyists consa
sant la pression sur les entreprises, cette ouverture des crent autant d'efforts pour essayer d'imposer à
frontières leur donne aussi des arguments supplément Bruxelles leur conception de l'Etat, c'est qu'il y va de
aires vis-à-vis d'autorités étatiques de plus en plus la prospérité des entrepreneurs ou des financiers qui
réduites à la situation d'auxiliaires des "champions dominent les espaces politico-économiques nationaux.
nationaux" dans la guerre économique. C'est aussi parce que ces mercenaires se battent sur
L'exacerbation de la compétition internationale a leur propre terrain. L'issue du combat affecte très
conduit les Etats à "échanger leur rôle de bouclier à directement leurs positions, tant sur le marché de
l'égard du marché mondial contre celui de relais des l'expertise que dans la hiérarchie professionnelle.
impératifs de ce dernier" (Bihr, 1992). A la gestion des Le choix du terrain dicte aussi celui des armes. Du
équilibres internes entre offre et demande, caractéris moins, des armes légitimes. Lorsque la guerre écono
tique de la régulation keynésienne, se substitue la mique se joue sur le terrain des règles, elle doit se
"désormais sacro-sainte contrainte extérieure de comp plier aux règles du droit13. Quitte, par là même, à les
étitivité. (...) Sa tâche sera désormais, soit de favoriser transformer.
l'émergence d'oligopoles «nationaux» de taille à opérer
sur le marché mondial, soit d'organiser le repli et la ;>" disparition de la partie du capital national incapable Le champ professionnel comme
d'effectuer une pareille mutation." ■:Ä terrain de batailles technologiques
Dans la mesure où les principaux secteurs de l'acti
vité économique sont désormais touchés, directement A la faveur de cet affrontement, la structure du champ
ou indirectement, par la compétition internationale, de l'expertise est en train de se transformer radicale
c'est l'ensemble de la régulation qui est remise en ment. L'enjeu n'est pas seulement l'émergence de nou
question. Et du même coup, c'est la notion même velles règles ou une réorientation des politiques de
d'Etat qui devient un des enjeux de la compétition régulation, mais une réorganisation du mode de pro
capitaliste. Selon la formule d'Albert (1992), le "modèle duction des règles. En instaurant de nouveaux rapports
rhénan" de régulation négociée sous la tutelle de l'Etat
s'oppose au modèle anglo-saxon d'auto-régulation par
un marché financier dont l'Etat se borne à assurer le
11 - Du moins pour celles qui sont en position de force pour pratlibre jeu. Il est d'ailleurs intéressant de noter que cette
iquer ce chantage à la délocalisation. Pour les autres, la stratégie de opposition recoupe la dichotomie weberienne entre les contournement, dans le droit ou hors du droit, continue à s'imposer. systèmes de "droit des professeurs" et les systèmes 12 - Des pressions qui sont d'autant plus fortes que ces Etats se trou
dominés par les praticiens. Le paradoxe de cette vent à la périphérie du système capitaliste. Cependant, cette remise
en question de l'Etat vaut aussi pour le "centre" (core). Ne serait-ce confrontation, c'est qu'elle oblige les différents prota qu'en fonction de la multiplication des centres et de leur compétitgonistes à se transformer en adoptant à leur tour les ion.
armes ou les stratégies de leurs adversaires. Ainsi, les 13 - Ainsi, le rapport de forces sur le terrain du droit ne reflète pas
strictement celui qui prévaut au plan économique ou politique. Le champions du colbertisme ont découvert les limites de
modèle colonial n'est plus de mise et, à quelques exceptions près, l'interventionisme d'Etat. Et de leur côté, même s'ils la l'exportation des dispositifs juridiques ne relève plus de la politique baptisent d'un autre nom, les héritiers du néo-libérali de la canonnière, mais se joue en termes de compétence ou de
rationalité. sme semblent redécouvrir aujourd'hui les mérites d'une :
:
!
!
MULTINATIONALES DE L'EXPERTISE ET DEPERISSEMENT DE L'ETAT
entre savoir et pouvoir économique et en instituant de finir les lieux de la confrontation et les moyens d'inte
nouveaux modes d'accumulation et de circulation rvention des différents protagonistes16.
internationales de l'expertise, la constitution de grands Paradoxalement, cet émiettement et cette mise en
conglomérats multinationaux d'expertise est en passe concurrence des dispositifs de régulation conduisent à
de bouleverser profondément ce que certains avaient renforcer le poids des déterminations professionnelles.
appelé l'espace de la régulation14. En effet, c'est le champ professionnel qui fait l'unité de
Il convient d'abord de questionner cette notion. Au ces sous-espaces. C'est là que se relient et s'articulent
niveau international, le pluriel s'impose ; et la diversité ces histoires particulières. Ne serait-ce que parce que
les mêmes individus ou les mêmes organisations se entre ces espaces est considérable. Qu'y a-t-il de com
mun entre le GATT et les traités régionaux du type retrouvent fréquemment sur un certain nombre de ces
CEE ou NAFTA {North Atlantic Free Trade Area)? Sans terrains, même si c'est dans des positions ou des confi
oublier la prolifération d' accords sectoriels pour la gurations stratégiques différentes. Les multinationales
définition de standards technologiques ou la coordinat du droit ont même fait du forum shopping, qui met en
ion de l'activité des instances nationales de régulation concurrence les différentes instances de régulation, un
des marchés financiers. La différence ne tient pas seu de leurs principaux arguments de marketing. Mais cette
lement à la portée de l'accord ou au nombre des parti circulation entre systèmes de règles n'est pas l'apanage
cipants. Elle tient aussi à ce que, dans chacun de ces des multinationales du service. Avant elles, les univers
forums, les enjeux, les ressources, et donc aussi les itaires ont longtemps joué le rôle de courtiers entre
protagonistes et les stratégies, sont différents. De sur cultures ou espaces juridiques, facilitant les échanges
croît, ces initiatives multiples sont tantôt convergentes d'informations ou les transplantations institutionnelles17.
et tantôt concurrentes. D'ailleurs, comment pourrait-il Le caractère plus général de leur savoir les prédisposait
en être autrement dès lors que la guerre économique à jouer ce rôle d'intermédiaire. Par rapport à des prati
et la compétition professionnelle se jouent désormais ciens trop étroitement liés à des intérêts ou à des situa
sur le terrain de l'Etat et de la régulation des entre tions particulières, ils représentaient la rationalité et la
dimension universelle qui font la légitimité du droit. En prises? On ne peut donc plus raisonner comme s'il
existait un espace homogène et un modèle unique de circulant d'un sous-espace à un autre, ils contribuaient
régulation. L'émiettement des dispositifs de régulation, à les désenclaver en apportant à une institution le
et donc leur mise en concurrence, sont le corollaire de savoir-faire, les innovations ou les contacts, bref le capit
l'internationalisation et de la délocalisation de l'activité al technique et symbolique accumulé dans une autre.
économique1'.
Dans ces conditions, une démarche pragmatique
s'impose il faut partir d'une observation minutieuse 14 - Certes, l'innovation peut sembler mineure puisqu'elle est surtout de ces multiples situations particulières et plus ou organisationnelle et qu'elle affecte essentiellement la division du tra
moins autonomes (Moore, 1978) qui composent désor vail symbolique; mais n'oublions pas que l'invention de la phalange
a davantage révolutionné l'art de la guerre que celle de la poudre. mais cette mosaïque de la régulation internationale. A Sans parler de ce qu'a représenté la fabrique pour le mode de pro
chaque fois, pour comprendre comment ces sous- duction artisanal
espaces évoluent et se redéfinissent constamment, il ne 15 - Ainsi, l'internationalisation croissante du marché des fusions et
acquisitions amène les avocats à saisir simultanément plusieurs instsuffit pas de faire intervenir des déterminations itutions nationales de régulation de la concurrence, pas moins de externes, technologiques ou politiques, mais il faut voir cinq dans la bataille Minorco vs. Goldfields Avec, comme résultat
comment ces nouvelles donnes sont réinterprétées et paradoxal, le fait que le sort des deux plus grandes OPA britan
niques s'est joué, clans une large mesure, devant des juges américréintégrées dans la compétition professionnelle - et ains. dans les luttes savantes - qui se déroulent sur ce terrain 16 - Une évolution parallèle à celle qu'ont notée les économistes de particulier et le redéfinissent. Cette démarche représent " à la négociation dans les règles a sucla régulation pour lesquels,
cédé un négociation sur les règles" (Salais, Thévenot, 1986). e ainsi une coupure avec l'approche traditionnelle de
17 - Du moins dans les systèmes de "droit des professeurs". C'est la sociologie juridique de la régulation qui se content
peut-être là d'ailleurs une des raisons qui a facilité la diffusion du ait de raisonner sur le modèle de la relation ambiva modèle continental. Ailleurs, ce même rôle est tenu par les plus "letlente entre "braconniers" et "garde-chasse" trés" ou les plus politiques des praticiens la petite élite de Queen's
counsels (QCs) en Grande-Bretagne ou les lawyers qui, aux Etats- (poacher-gamekeeper theories). Prolongeant la Unis, circulent entre l'administration fédérale et les law firms, tout démarche de Me Barnett (1984), il s'agit de mettre en entretenant leurs relations avec les grandes law schools de la côte
désormais l'accent sur les luttes structurales pour Est (Bird, 1992). :
;
:
Yves Dezaläy
Avec la parcellisation croissante de l'espace interna qui permettent de faire varier le mode de sélection des
tional de la régulation, ce rôle clé des détenteurs du experts, leurs stratégies et les compromis auxquels ils
savoir et de la légitimité professionnelle ne fait que aboutissent, les circuits d'influence et de diffusion, bref
prendre de plus en plus d'importance. D'abord, parce d'influencer le type de norme ou de régulation trans
nationale qui émerge de ces communautés. Ou plus que nombre de ces espaces ont perdu la légitimité ou
la rationalité politique que leur procurait PEtat-nation exactement, dans la concurrence entre ces multiples
et qu'ils doivent en compensation s'appuyer davantage forums. Là-encore, l'accroissement des enjeux sur le
sur ce que Weber qualifiait de rationalité formelle. De marché de la régulation internationale stimule les
ce fait, le savoir professionnel joue un rôle stratégique appétits et multiplie les initiatives. La compétition entre
dans les confrontations entre praticiens de la instances de production, d'homologation et de diffu
régulation même lorsqu'il s'agit de négociations très sion du savoir est devenue une des dimensions de la
politiques au niveau des Etats, il fournit aux protagon guerre économique. Au même titre que la concurrence
istes leurs armes les plus légitimes et il leur permet de entre Etats. Et c'est dans le champ professionnel, qui
capitaliser leurs victoires. Ainsi, lors des négociations fait le lien entre ces différents pôles de pouvoir19, que
pour mettre au point une réglementation européenne l'on peut espérer trouver une des clés de cette évolu
en matière de concentration, le modèle allemand l'a tion parallèle du champ du savoir et de celui de l'éc
très facilement emporté parce que, de l'avis général, sa onomie.
rationalité juridique intrinsèque était largement supé
rieure à celle du dispositif britannique, production de
praticiens plus pragmatiques que soucieux de cohéren La surenchère des grands cabinets
ce formelle. sur le terrain du droit savant
En devenant un espace stratégique dans les luttes
professionnnelles, le savoir devient aussi un enjeu de Le champ professionnel fonctionne désormais en sym
pouvoir trop important pour être abandonné aux uni biose avec celui de l'économie. On peut y observer les
versitaires. Du moins à des universitaires cultivant mêmes phénomènes de concentration, de restructura
excessivement la distance et le détachement acadé tion et d'exacerbation de la compétition, même si
mique. L'intérêt des marchands pour le droit rend diffi celle-ci se déroule sur un terrain et avec des armes tout
cile le culte du désintéressement. à fait spécifiques. Tout en étant un des produits de la
Les luttes savantes, même quand elles se donnent guerre économique, la mise en concurrence des droits
- et des modes de production du droit en est aussi un les apparences d'une confrontation académique, relè
vent de plus en plus du registre de la bataille technolo des moyens.
gique. Dans un monde en pleine redéfinition, les La remise en question des dispositifs de régulation,
organisations ou les groupes d'experts qui réussissent à à la faveur de l'internationalisation, est donc indisso
imposer leur lecture de l'entreprise - et plus largement ciable d'une redéfinition des structures et du mode de
leur vision du monde social ou des enjeux technico- production des pratiques - et des savoirs - en matière
politiques - s'assurent par là-même une rente de situa de régulation de l'activité économique. C'est parce
tion tout à fait analogue à celle dont bénéficient les qu'ils sont des machines à produire du savoir et des
groupes industriels et financiers ayant réussi, au prix institutions que les grands conglomérats de services
d'investissements considérables en termes de aux entreprises dominent le champ de l'expertise inter
recherche et de lobbying, à faire entériner par les ins nationale. Cette politique de surenchère savante leur
tances internationales leur propre système de normes permet de mettre l'autorité du droit et celle de la scien
en matière de télécommunication ou de télévision à ce au service de leurs clients mais dans la mesure où
haute définition.
Ces remarques ne visent pas à contester les obser
vations des politologues soulignant le rôle des commun 18 - Cf., P. Haas, Epistemic communities, interests and international autés internationales d'experts dans le processus de policy coordination, Communication présentée à Atlanta, Annual
globalisation18, mais simplement à souligner que le Meeting of the American Political Science Association, septembre
1989. mode de structuration de ces communautés constitue
19 - Charle (1989) suggère ainsi que les professions juridiques doipar lui-même un enjeu. Entre le modèle des sociétés vent une grande part de leur prospérité à leur position structurale au savantes et celui des multinationales du service aux carrefour des trois pôles autour desquels se regroupent les diffé
rentes fractions de l'élite les affaires, l'Etat et le savoir. entreprises, il existe toute une gamme de possibilités :
:
:
DE L'EXPERTISE ET "DÉPÉRISSEMENT DE L'ÉTAT' MULTINATIONALES
ils sont les seuls à pouvoir financer des investissements dominants du monde économique un accès privilégié
technologiques aussi massifs, elle renforce aussi leurs à l'autorité juridique, leur permet de faire prévaloir leur
propres positions oligopolistiques sur le marché de vision économiste des rapports sociaux, en lui donnant
l'expertise. la forme légitime d'un ordre juridique.
Cette intégration du droit dans l'ordre marchand - Contrairement au personnage traditionnel du prati
cien, plus "agent d'affaires" avec son corollaire, l'irruption de la logique marchande (Landon, 1990 ; Sugarman,
1991) que "pur" professionnel et d'ailleurs souvent dans le droit- n'est pas nouvelle le modèle de la law
plus riche en capital social qu'en compétence savante firm a été conçu pour répondre aux exigences des
"barons-voleurs" (robber barons2^; il a été un des prin(Dezalay, 1991), ces grands conglomérats se revendi
cipaux outils qui leur a permis de réaliser la première quent avant tout comme des groupements d'experts
maîtrisant parfaitement les savoirs les plus rares. grande opération de restructuration et de concentration
Certes, la globalisation des marchés suscite un accroi de l'économie nord-américaine. Et ce n'est certes pas
ssement de la demande de médiation; mais les grands par hasard si, presque un siècle plus tard, la nouvelle
vague de restructuration qui a suivi la crise pétrolière cabinets internationaux ne se contentent pas d'être des
intermédiaires de haut vol monnayant leur carnet coïncide avec un élargissement et une accélération de
d'adresses, ils vendent aussi du savoir et de la légitimit ce phénomène de concentration de l'expertise au ser
é20. Pour en vendre, encore faut-il en produire et se vice des marchands. Une nouvelle génération de
donner les moyens de le produire en investissant sur megafirms (Galanter, Palay, 1991) a vu le jour et leurs
moyens et leurs ressources sont à la mesure d'un ce terrain par le recrutement de producteurs légi
times, du fait de leur compétence savante reconnue, champ d'activité et d'influence qui s'étend désormais à
par la mise à leur disposition de moyens de recherche l'ensemble des économies industrielles. Les petites
considérables, mais aussi par une politique de présen firmes, qui fleurissaient à l'ombre de Wall Street, tout
en se flattant de préserver l'ambiance élitiste d'un "club ce systématique, tant dans les lieux et les circuits de
de gentlemen", sont devenues des conglomérats multiproduction et d'homologation de l'expertise juridique,
que dans ceux où s'élaborent et se mettent en place nationaux regroupant des centaines de professionnels
les nouveaux dispositifs de régulation. Telle est effect et gérés par des spécialistes du management, plus sou
cieux de taux de profit que de bonnes manières. La ivement la stratégie de ces mega law firms que Nelson
(1988) décrit à juste titre comme des "machines à pro différence ne se mesure pas seulement en termes de
duire du droit"21. Cette politique systématique d'inves taille ou d'échelle. La course au gigantisme est allée de
tissement dans le droit leur vaut de disposer d'une pair avec la généralisation de la rationalité marchande
autorité juridique reconnue qu'ils peuvent monnayer sous la pression d'une concurrence de plus en plus
exacerbée. L'ouverture et la croissance spectaculaire du auprès de leur clientèle soit en lui proposant de nou
marché du conseil font voler en éclat les accords veaux montages fiscaux ou financiers dont ils garantis
sent la "juridicité", soit en faisant valoir leur accès tacites qui mettaient la pratique du droit des affaires à
privilégié aux instances de régulation ou de jugement.
Ces choix stratégiques correspondent parfaitement
aux caractéristiques et aux attentes de leur clientèle de
20 - Ainsi, dans un certain nombre de scandales financiers récents, il grandes entreprises. Un investissement sur le terrain est apparu que les escrocs avaient endormi la vigilance des régulades normes leur permet de peser sur la structuration teurs en s'appuyant sur la notoriété des grands cabinets dont ils
de leur marché en fonction de leurs intérêts spéci s'étaient assuré les services (Stewart, 1991).
fiques, tout en contribuant à le protéger contre la 21 - II en va de même pour les big six qui investissent d'autant plus
sur le terrain du savoir qu'ils se situent sur des domaines d'activité concurrence sauvage de nouveaux venus. La taille et la où la tradition académique est beaucoup moins solidement - et richesse de ces multinationales leur permet de support anciennement - établie (Miranti,1990).
er aisément le coût des prestations juridiques "sur 22 - Selon le Financial Times, certaines firmes de City solicitors
n'hésitent pas à demander jusqu'à 450 £■ de l'heure pour leurs sermesure" requises par cette stratégie. Par contre, le coût
vices. Les firmes de Wall Street se contentent de 350 $, mais elles exorbitant de ces services "haut-de-gamme"22, du ont la réputation de ne pas lésiner sur le nombre d'heures qu'elles
simple fait qu'il interdit à leurs concurrents moins for facturent (cf. R. Rice, "City solicitors ride the recession",, 10
novembre 1992). tunés de les suivre sur ce terrain, représente une bar
23 - Surnom donné aux grands financiers de Wall Street, comme J. rière qui contribue à verrouiller les marchés dominés P. Morgan, qui ont réalisé, à leur profit, les premières grandes opérpar ces grandes entreprises. Cette transformation du ations de restructuration et de concentration industrielle, à l'aube
du XXe siècle (Chemow, 1990; Hobson, 1990). droit en marchandise, qui réserve aux opérateurs