Précarité et entrées dans la vie - article ; n°1 ; vol.25, pg 49-66

-

Documents
21 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue française de sociologie - Année 1984 - Volume 25 - Numéro 1 - Pages 49-66
Olivier Galland : Precaridad y entrada en la vida.
¿ Se apoya la sociológia de una clase de edad en conceptos operantes cuando utiliza categorias como las de jóvenes o juventud ? Basándose en esa interrogación, no propone el autor renunciar a una sociológia de la juventud y reducir esta a un análisis ideológico de una categoria esencialista y pues no sociológica sino adoptar otro concepto, el de entrada en la vida adulta; con esto se marca bien la sociológia de la juventud como la sociológia de un fenómeno de paso entre dos estados sociales y se orienta de una vez el análisis hacia el estudio comparativo de las formas y de las condiciones sociales — profesionales, familiares y matrimoniales — de entrada en la vida — Asi se aparta de cualquier tentación naturalista que otorgaria a la juventud cualidades eternas e invariables en el tiempo y el espacio social. Por consiguiente propone el autor un análisis de las transformaciones recientes del paso a la edad adulta hoy marcado por una indeterminación creciente tan bien en el piano profesional como matrimonical, e interroga en comparación de esas mutaciones, dos modelos de interpretación de los comportamientos y estrategias juveniles, uno fundado en la noción de cultura de edad, otro en el concepto de desclasificamiento y nuevo clasificamiento.
Olivier Galland : Anfälligkeit und Eintritt in das Leben.
Sttitzt sich die Soziologie einer Altersklasse auf wirksame Konzepte, wenn sie Kategorien verwendet wie Jugendliche und Jugend ? Von dieser Fragestellung ausgehend, schlägt der Verfasser vor — nicht auf die Jugendsoziologie zu verzichten, noch diese auf eine ideologische Analyse einer essentialistischen und somit a-soziologischen Kategorie zu reduzieren — sondern ein anderes Konzept zu ubernehmen, nämlich den Eintritt in das Erwachsenenleben. Somit wird die Jugendsoziologie als die Soziologie einer Uebergangserscheinung zwischen zwei sozialen Stellungen unterstrichen, und die Analyse wird von Anfang an auf eine Vergleichs studie ausgerichtet der sozialen Formen und Bedingungen — berufliche, familiäre und eheliche — des Eintrittes in das Leben. Auf diese Weise wird jede naturalistische Versuchung vermieden, die der Jugend ewige Eigenschaften zuschreibt, unverànderlich in Zeit und sozialen Raum. Hiervon ausgehend, bietet der Verfasser eine Analyse der kürzlichen Veränderungen des Uebergangs in das Erwachsenenleben, der heute durch eine immer stàrkere Unentschlossenheit gekennzeichnet wird, sowohl beruflich als auch ehelich. Er untersucht, infolge dieser grundlegenden Veränderungen, zwei Interpretationsmodelle des Verhaltens und der Strategien der Jugend, das eine auf dem Begriff der Alterskultur fussend, das andere auf dem Begriff der Ausklassierung/Einklassierung.
Olivier Galland : Insecurity and entrance into adulthood.
Are categories such as young people or youth effective concepts for the sociology of this particular age group ? In reflecting upon this question, and without wishing to do away with a sociology of youth or to reduce it to an ideological analysis of an essentialist and hence a-sociological category, the author proposes another concept, that of entrance into adult life. In so doing the sociology of youth becomes the sociology of a phenomenon of transition from one social state to another, and the analysis is directed towards a comparative study of the social forms and conditions — professional, familial and matrimonial, of this entrance into adult life. Any naturalistic inclination to endow youth with eternal unvarying qualities through social time and space is thus avoided. This approach is used to analyse recent transformations in the transition to adulthood which is characterized today by a growing uncertainty on both the professional and matrimonial levels. With respect to these mutations the author examines two interpretative models of young people's behavior and strategies, one based on the notion of age group's culture, the other on the concept of down-and up-grading.
Olivier Galland : Précarité et entrées dans la vie.
La sociologie d'une classe d'âge s'appuie-t-elle sur des concepts opérants lorsqu'elle utilise des catégories telles que celles de « jeunes » ou de « jeunesse » ? C'est en partant de cette interrogation que l'auteur propose — non de renoncer à une sociologie de la jeunesse, ni de réduire celle-ci à une analyse idéologique d'une catégorie essentialiste et donc a-sociologique — mais d'adopter un autre concept, celui d'entrée dans la vie adulte ; ce faisant, on marque bien la sociologie de la jeunesse comme la sociologie d'un phénomène de passage entre deux états sociaux, et l'on oriente d'emblée l'analyse vers l'étude comparative des formes et des conditions sociales — professionnelles, familiales et matrimoniales — d'entrée dans la vie. On s'écarte ainsi de toute tentation naturaliste qui assignerait à la « jeunesse » des qualités « éternelles » et invariantes dans le temps et l'espace social. Partant, l'auteur propose une analyse des transformations récentes du passage à l'âge adulte marqué aujourd'hui par une indétermination croissante, aussi bien sur le plan professionnel que matrimonial, et interroge, au regard de ces mutations, deux modèles d'interprétation des comportements et stratégies juvéniles, l'un fondé sur la notion de culture d'âge, l'autre sur le concept de déclassement-reclassement.
18 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1984
Nombre de visites sur la page 15
Langue Français
Signaler un problème

Olivier Galland
Précarité et entrées dans la vie
In: Revue française de sociologie. 1984, 25-1. pp. 49-66.
Citer ce document / Cite this document :
Galland Olivier. Précarité et entrées dans la vie. In: Revue française de sociologie. 1984, 25-1. pp. 49-66.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1984_num_25_1_3767Resumen
Olivier Galland : Precaridad y entrada en la vida.
¿ Se apoya la sociológia de una clase de edad en conceptos operantes cuando utiliza categorias como
las de "jóvenes" o "juventud" ? Basándose en esa interrogación, no propone el autor renunciar a una
sociológia de la juventud y reducir esta a un análisis ideológico de una categoria esencialista y pues no
sociológica sino adoptar otro concepto, el de entrada en la vida adulta; con esto se marca bien la
sociológia de la juventud como la sociológia de un fenómeno de paso entre dos estados sociales y se
orienta de una vez el análisis hacia el estudio comparativo de las formas y de las condiciones sociales
— profesionales, familiares y matrimoniales — de entrada en la vida — Asi se aparta de cualquier
tentación naturalista que otorgaria a la "juventud" cualidades "eternas" e invariables en el tiempo y el
espacio social. Por consiguiente propone el autor un análisis de las transformaciones recientes del
paso a la edad adulta hoy marcado por una indeterminación creciente tan bien en el piano profesional
como matrimonical, e interroga en comparación de esas mutaciones, dos modelos de interpretación de
los comportamientos y estrategias juveniles, uno fundado en la noción de cultura de edad, otro en el
concepto de desclasificamiento y nuevo clasificamiento.
Zusammenfassung
Olivier Galland : Anfälligkeit und Eintritt in das Leben.
Sttitzt sich die Soziologie einer Altersklasse auf wirksame Konzepte, wenn sie Kategorien verwendet
wie "Jugendliche" und "Jugend" ? Von dieser Fragestellung ausgehend, schlägt der Verfasser vor —
nicht auf die Jugendsoziologie zu verzichten, noch diese auf eine ideologische Analyse einer
essentialistischen und somit a-soziologischen Kategorie zu reduzieren — sondern ein anderes Konzept
zu ubernehmen, nämlich den Eintritt in das Erwachsenenleben. Somit wird die Jugendsoziologie als die
Soziologie einer Uebergangserscheinung zwischen zwei sozialen Stellungen unterstrichen, und die
Analyse wird von Anfang an auf eine Vergleichs studie ausgerichtet der sozialen Formen und
Bedingungen — berufliche, familiäre und eheliche — des Eintrittes in das Leben. Auf diese Weise wird
jede naturalistische Versuchung vermieden, die der "Jugend" "ewige" Eigenschaften zuschreibt,
unverànderlich in Zeit und sozialen Raum. Hiervon ausgehend, bietet der Verfasser eine Analyse der
kürzlichen Veränderungen des Uebergangs in das Erwachsenenleben, der heute durch eine immer
stàrkere Unentschlossenheit gekennzeichnet wird, sowohl beruflich als auch ehelich. Er untersucht,
infolge dieser grundlegenden Veränderungen, zwei Interpretationsmodelle des Verhaltens und der
Strategien der Jugend, das eine auf dem Begriff der Alterskultur fussend, das andere auf dem Begriff
der Ausklassierung/Einklassierung.
Abstract
Olivier Galland : Insecurity and entrance into adulthood.
Are categories such as "young people" or "youth" effective concepts for the sociology of this particular
age group ? In reflecting upon this question, and without wishing to do away with a sociology of youth or
to reduce it to an ideological analysis of an essentialist and hence a-sociological category, the author
proposes another concept, that of entrance into adult life. In so doing the sociology of youth becomes
the sociology of a phenomenon of transition from one social state to another, and the analysis is
directed towards a comparative study of the social forms and conditions — professional, familial and
matrimonial, of this entrance into adult life. Any naturalistic inclination to endow "youth" with "eternal"
unvarying qualities through social time and space is thus avoided. This approach is used to analyse
recent transformations in the transition to adulthood which is characterized today by a growing
uncertainty on both the professional and matrimonial levels. With respect to these mutations the author
examines two interpretative models of young people's behavior and strategies, one based on the notion
of age group's culture, the other on the concept of down-and up-grading.
Résumé
Olivier Galland : Précarité et entrées dans la vie.La sociologie d'une classe d'âge s'appuie-t-elle sur des concepts opérants lorsqu'elle utilise des
catégories telles que celles de « jeunes » ou de « jeunesse » ? C'est en partant de cette interrogation
que l'auteur propose — non de renoncer à une sociologie de la jeunesse, ni de réduire celle-ci à une
analyse idéologique d'une catégorie essentialiste et donc a-sociologique — mais d'adopter un autre
concept, celui d'entrée dans la vie adulte ; ce faisant, on marque bien la sociologie de la jeunesse
comme la sociologie d'un phénomène de passage entre deux états sociaux, et l'on oriente d'emblée
l'analyse vers l'étude comparative des formes et des conditions sociales — professionnelles, familiales
et matrimoniales — d'entrée dans la vie. On s'écarte ainsi de toute tentation naturaliste qui assignerait à
la « jeunesse » des qualités « éternelles » et invariantes dans le temps et l'espace social. Partant,
l'auteur propose une analyse des transformations récentes du passage à l'âge adulte marqué
aujourd'hui par une indétermination croissante, aussi bien sur le plan professionnel que matrimonial, et
interroge, au regard de ces mutations, deux modèles d'interprétation des comportements et stratégies
juvéniles, l'un fondé sur la notion de culture d'âge, l'autre sur le concept de déclassement-reclassement.R. franc, socioi, XXV, 1984, 49-66
Olivier GALLAND
Précarité
et entrées dans la vie *
La « jeunesse », catégorie floue et ambiguë, offre au sociologue tous les
pièges du sens commun tant ce terme fait partie du discours courant qui, en
naturalisant une classe d'âge à laquelle sont socialement assignées des qualités
spécifiques et parfois contradictoires — de la souplesse d'adaptation à la
virulence contestataire — en vient, comme le remarquait P. Bourdieu (1), à
« subsumer sous un même concept des univers sociaux qui n'ont pratiquement
rien de commun » (2). En outre, le débat sur l'insertion sociale et professionn
elle des jeunes a souvent consisté à poser la jeunesse comme un partenaire
critique de la société globale et de ses valeurs, comme si la jeunesse occupait
une position extérieure à celle-ci sans que le statut de cette extériorité soit plus
précisé. Comment, dans ces conditions, définir la « jeunesse » ? Faut-il
renoncer à construire cette catégorie comme catégorie sociologique ? La
jeunesse n'est-elle, pour paraphraser P. Bourdieu, qu'un « mot », auquel cas la
sociologie de la « jeunesse » se réduirait à l'analyse idéologique des conditions
d'apparition au langage commun d'un concept presque totalement dépourvu
de consistance morphologique ?
Aussi nécessaires que soient les mises en garde et les précautions de
méthode qui déjouent les pièges tendus par les catégories préconstruites autour
de ces fameux « problèmes sociaux » de la jeunesse, il ne semble pourtant pas
suffisant de s'en tenir à une simple analyse idéologique de la « jeunesse » qui
reviendrait à une analyse critique de la construction sociale, dans le discours
dominant, d'une « catégorie », ni de ne retenir de ce terme qu'une pure
dénomination sans implication sociologique. Une analyse sociologique semble
en effet possible et nécessaire si l'on abandonne ce concept trop flou et trop
« manipulable » (3) de « jeunesse », au profit de celui de passage à l'âge adulte
* Cet article s'appuie sur les résultats d'une dieu P., 1980, p. 143-154. Les références biblio-
recherche financée par le Commissariat général graphiques se trouvent en fin d'article,
du Plan (Comité Politiques sociales) sur les (2) De plus, comme le remarquait L. Théve-
« Politiques sociales de la post-adolescence», not (1979) d'un strict point de vue logique, il y
Centre de recherche travail et société, Univer- a opposition entre « la rigueur d'une propriété
site de Paris IX-Dauphine avril 1983. naturellement cardinale (la taille, l'âge) et l'im-
Je remercie vivement J.-C. Chamboredon, précision du langage commun ( « petit »,
qui m'a incité à écrire cet article et dont les « jeune »). La simple question du « classe-
remarques m'ont été précieuses pour améliorer ment » de la jeunesse, de la délimitation des
la première version de ce texte, et J.-R. Tréanton frontières d'une classe d'âge soulève donc des
qui a bien voulu me transmettre les remarques difficultés que le sociologue ne peut se contenter
du Comité de rédaction et ses propres sugges- de résoudre ou d'esquiver en assimilant âge
tions après une première lecture de cet article. social et âge biologique.
(1) « La jeunesse n'est qu'un mot» in Bouř- (3) L'expression est de P. Bourdieu, op. cit.
49 Revue française de sociologie
et des conditions sociales, matrimoniales et professionnelles de ce passage. La
question si controversée de la position de la jeunesse par rapport à la société
globale change alors de perspective : il ne s'agit plus de s'interroger sur la
« crise des valeurs » et ses causes supposées, mais sur les conditions sociales
d'entrée dans la vie, sur les stratégies qui y répondent et les représentations qui
l'accompagnent.
Il nous semble donc nécessaire de réévaluer la question des attitudes et des
comportements des jeunes générations au travers du concept englobant
d'« entrée dans la vie adulte », définie à partir de trois critères socialement
significatifs, puisqu'ils correspondent à des changements de statuts : le début
de la vie professionnelle, le mariage, le départ de la famille d'origine. L'intérêt
d'une approche « biographique » intégrant ces trois aspects est de permettre
une lecture du passage à l'âge adulte en fonction des interactions pouvant
exister entre ces trois calendriers rarement homothétiques. Et c'est précisément
dans les décalages entre ces âges « combinés » de manière spécifique par
chaque classe sociale que devraient surgir des différences socialement signifi
catives.
Dans cette perspective, nous voudrions tout d'abord faire le point sur les
modifications les plus significatives des conditions du passage à l'âge adulte
survenues depuis une dizaine d'années en France. Ces évolutions qui, sur tous
les plans, vont dans le sens d'une indétermination croissante des frontières de
passage à l'âge adulte, tendent à bouleverser, ou au moins à mettre à l'épreuve
les modèles d'entrée dans la vie dont on rappellera la détermination historique.
Ces interrogations se posent avec une particulière acuité au sujet des catégories
sociales qui connaissent les formes les plus longues et les plus indéterminées
de passage à l'âge adulte : les jeunes d'origine ouvrière sans formation et les
enfants des classes moyennes titulaires de formations générales dévaluées.
Enfin, on se demandera si, au-delà du comportement des acteurs, ce n'est
pas la définition sociale de la jeunesse elle-même qui se trouve progressive
ment remise en cause : de temps du dilettantisme réservé à la classe bourgeoise
pendant la période clairement déterminée et bornée de son éducation, ne
devient-elle pas un temps flexible soumis à une double extension qui en rend
la définition plus complexe : extension au-delà des frontières qui en faisaient
le privilège exclusif d'une classe sociale, mais extension aussi au-delà des
frontières institutionnelles — le temps de l'apprentissage — qui en marquaient
clairement le contenu éphémère ?
1. Evolution des formes du passage à l'âge adulte :
indétermination et allongement croissants
Certains éléments de cette extension du phénomène d'indétermination sont
bien connus : ce sont ceux, en particulier, qui contribuent à repousser le
moment de la fixation dans un statut professionnel définitif ou quasi définitif.
Il n'est pas besoin de souligner le rôle du chômage, donc de la crise
50 Olivier Galland
économique, de la précarité professionnelle, donc des stratégies d'emploi des
entreprises, dans l'allongement et l'indétermination croissants de la période
d'insertion.
Aujourd'hui, selon l'enquête récente de С Gokalp (1981), parmi les jeunes
qui souhaitaient travailler dès la sortie de l'école, un sur sept a dû chercher
plus de 6 mois son premier emploi. Cette proportion est bien sûr plus élevée
parmi les jeunes qui quittent l'école sans formation professionnelle : près d'un
jeune sur cinq qui a quitté à la fin du 1er cycle a dû chercher plus de
6 mois un travail. Encore les emplois obtenus ne sont-ils pas tous significatifs
d'une véritable insertion professionnelle : plus d'un jeune sur six déclarait
occuper au moment de l'enquête un emploi précaire (stagiaire, contrat
emploi-formation ou contrat à durée limitée), cette proportion devant être en
réalité plus importante si l'on considère que 40 % des jeunes ignorent la nature
de leur contrat de travail.
Tout ceci contribue à une interpénétration grandissante des situations de
travail, des situations de chômage, des situations d'inactivité et des
de formation : un flou de plus en plus marqué s'introduit donc entre les
frontières de positions sociales auparavant mieux délimitées. Mais il ne faut
pas en rester là. Si on considère l'entrée dans la vie adulte comme un
phénomène aux dimensions multiples et pas seulement professionnelles, il faut
aussi envisager la question matrimoniale et résidentielle. De ce point de vue,
le fait majeur est le renversement depuis les années 1972-1973 de la tendance
au rajeunissement de l'âge au mariage que les démographes enregistraient
jusqu'alors. La baisse très nette des taux de nuptialité (en 1978 ceux-ci étaient
redescendus pour la tranche d'âge 18-24 ans à un niveau inférieur à celui des
lendemains de la Libération) est en grande partie imputable à un diffèrement
de l'âge au mariage. L. Roussel (1978) explique cette évolution par la diffusion
d'un nouveau modèle de conduite pré-nuptiale qu'il a lui-même qualifié de
« cohabitation juvénile », modèle qui s'est diffusé rapidement à partir du début
des années 70 (4).
Le développement de ces conduites pré-nuptiales ne semble s'expliquer
principalement ni par une contestation de l'institution matrimoniale, ni comme
un effet des difficultés d'insertion professionnelle. En ce qui concerne le
premier point, l'enquête de L. Roussel montre que seulement 14% des
cohabitants expriment l'intention de vivre ensemble en refusant le mariage,
alors que 44 % ont des projets de mariage. La cohabitation juvénile équivaut
donc plus à un report du mariage qu'à une contestation radicale de celui-ci.
Pour ce qui est du second point, plusieurs indices semblent indiquer que ce
n'est pas l'incertitude professionnelle qui explique totalement ni même
(4) Selon l'enquête de L. Roussel (portant aujourd'hui 28% des jeunes entre 18 et 24 ans
sur 2 700 jeunes de 18 à 29 ans), l'évolution du qui cohabitent ou ont déjà cohabité, ce pourcen-
pourcentage de cohabitation pré-nuptiale sui- tage étant de 13 % à 18-19 ans et atteignant 41 %
vant les groupes de cohortes de mariage est la à 24 ans. « II ne s'agit donc plus, comme le note
suivante : 17% de cohabitations en 1968-1969, С Gokalp, d'un phénomène marginal mais d'un
24% en 1970-1971, 26% en 1972-1973, 37% en comportement qui atteint toutes les couches de
1974-1975, 44% en 1976-1977. Selon l'enquête la population»,
plus récente menée par С Gokalp, on compte
51 Revue française de sociologie
principalement le report de l'âge au mariage et l'adoption de modes de vie
pré-nuptiaux du type « cohabitation juvénile » : tout d'abord, ces conduites
pré-nuptiales sont apparues et se sont développées avant que la crise économi
que ne fasse sentir tous ses effets sur le marché du travail; en second lieu, il
ressort de l'enquête de L. Roussel que seulement 21 % des personnes interro
gées invoquent comme raison de la cohabitation l'absence d'une situation
stable. Il n'en est pas moins frappant de constater le développement parallèle,
tant sur le plán professionnel que sur le plan matrimonial, de formes de
diffèrement de l'entrée dans la vie adulte. Si ces comportements ne s'expl
iquent valablement ni comme un simple effet de la crise économique, ni comme
le seul résultat d'une « crise des valeurs », il faut sans doute considérer qu'ils
sont symptomatiques d'un changement social plus profond qui affecte l'e
nsemble des stratégies de passage à l'âge adulte.
2. Indétermination du passage à l'âge adulte
et stratégies des acteurs : essai d'interprétation
2.1. Deux formes d'indétermination
C'est ici qu'il convient de rappeler qu'il n'y a pas qu'une jeunesse et que
les modes d'entrée dans la vie adulte se différencient nettement selon les
classes sociales.
L'enquête de С Gokalp montre (comme les travaux de J. Affichard-1981)
que deux catégories de jeunes connaissent plus que d'autres, dans des
conditions certes bien différentes, une période d'inaffectation prolongée au
sortir de l'école :
— les jeunes d'origine ouvrière, qui ont arrêté leurs études à la fin du 1er cycle;
— les jeunes, plus souvent originaires des classes moyennes, qui arrêtent leurs
études à la fin du second cycle général ou après un bref passage à l'Université.
Les premiers (près de la moitié des enfants de manœuvres et d'O. S. arrêtent
leurs études à la fin du 1er cycle) sont, d'après l'enquête de C. Gokalp, parmi
ceux qui mettent le plus de temps à trouver un emploi à la sortie du système
scolaire et qui sont les plus nombreux à occuper un statut à la frange de
l'inactivité : près d'un sur cinq (19,3 %) est aide familial, resté au foyer, ou sans
activité (vacances, voyage...) contre 1 1 % pour l'ensemble de la population
étudiée. Cet accès problématique à l'indépendance économique s'accompagne
d'une prolongation de la dépendance familiale et résidentielle. D'une manière
générale, les enfants d'ouvriers sont, entre 18 et 24 ans, plus nombreux à rester
chez leurs parents que les enfants des autres catégories sociales (hormis les
agriculteurs). L'aggravation des difficultés d'insertion professionnelle contri
bue certainement à accentuer cette tendance : les raisons économiques à la
cohabitation avec les parents sont d'ailleurs plus souvent avancées par les
enfants d'ouvriers. Mais il faut aussi considérer qu'un quart de ces derniers
restent chez leurs parents simplement parce que « la question ne s'est jamais Olivier Galland
posée » (ce qui n'est vrai que pour 16% des enfants de cadres); la différence
avec les enfants de cadres est, pour ce motif, encore plus nette que pour les
motifs économiques. La cohabitation avec les parents entre 18 et 24 ans est
donc plus souvent dans les classes populaires que dans les classes moyennes
ou supérieures un fait d'évidence qui ne soulève pas de contestation et se
présente aux yeux mêmes des intéressés comme une étape normale de l'entrée
dans la vie.
Les jeunes arrêtant leurs études au niveau du baccalauréat (plus souvent
originaires des classes moyennes) connaissent eux aussi une période d'indé
termination professionnelle prolongée : ce sont ceux qui, avec les précédents,
mettent le plus de temps à trouver un emploi. Mais ils ont moins souvent que
les premiers un statut proche de l'inactivité et connaissent par contre plus
fréquemment que toutes les autres catégories une précarité professionnelle
constituée d'une suite d'emplois occasionnels. Mais l'indétermination profes
sionnelle semble s'accompagner ici, plus fréquemment que pour les enfants
d'origine ouvrière sans formation, d'un départ relativement précoce de la
famille d'origine et d'une indépendance résidentielle : selon l'enquête de
C. Gokalp, moins d'un enfant de cadre moyen sur deux réside encore chez ses
parents entre 18 et 24 ans, alors que c'est le cas de 3 enfants de manœuvres
et d'O. S. sur 4. Les départs des enfants des classes moyennes et supérieures
sont d'ailleurs plus souvent liés à une volonté d'indépendance manifestée par
les jeunes que dans les classes populaires où le mariage reste, de loin, le
premier motif de départ invoqué (par plus d'un jeune sur trois contre moins
d'un sur quatre chez les enfants de cadres moyens et un sur cinq chez ceux des
cadres supérieurs).
Là encore, on sent qu'au-delà des contraintes économiques la configuration
sociale et culturelle du passage à l'âge adulte se différencie nettement selon les
classes sociales.
Quelles interprétations avancer des comportements et des stratégies des
groupes de population juvénile pour lesquels cette période intermédiaire se
prolonge le plus nettement ? Pour ce faire, nous nous appuierons à la fois sur
les données statistiques disponibles ayant trait aux états professionnels,
matrimoniaux et résidentiels des différents types de population juvénile et sur
des données plus qualitatives visant à appréhender quelles définitions de
soi-même, quels modes de sociabilité, quels modes de vie semblaient dominer
chez les jeunes qui ne s'insèrent pas immédiatement après avoir terminé leurs
études (5).
2.2. Deux modèles d'entrée dans la vie
Aux deux formes d'indétermination professionnelle et matrimoniale dont
les traits caractéristiques les plus marquants ont été tracés semblent correspon
dre deux modèles d'entrée dans la vie. Par cette dernière expression, nous
(5) Pour la définition de l'échantillon et de la méthode d'analyse cf. note p. 49.
53 :
:
:
Revue française de sociologie
entendons une façon particulière, pour un groupe donné, d'envisager le
passage à l'âge adulte dans ses modalités et la combinaison de ses différentes
composantes (professionnelles, matrimoniales, familiales et résidentielles).
Le modèle de l'« installation »
Un modèle relativement bien défini, d'entrée dans la vie, semble être encore
largement dominant dans la classe ouvrière. En simplifiant, on peut considérer
que ce modèle est fondé sur deux principes : le principe de l'instantanéité du
passage de l'enfance à l'âge adulte; le principe de la concordance nécessaire
de ses trois moments les plus significatifs : le début de la vie professionnelle,
le mariage et le départ de la famille d'origine.
Ces traits de l'entrée dans la vie adulte ouvrière ont leurs racines historiques
qu'il faut rapidement rappeler. La thèse de P. Ariès (1971 et 1973) qui donne
la découverte de l'enfance, puis de l'adolescence, comme le fait de la famille
bourgeoise, de la société bourgeoise naissante, est aujourd'hui bien connue :
c'est au sein de celle-ci que prit corps un nouveau sentiment familial, organisé
autour des enfants et de leur éducation, promotion de l'enfance et de
l'adolescence qui s'accompagne d'une privatisation du couple et d'une baisse
de la fécondité. La jeunesse ouvrière quant à elle ne bénéficiait nullement de
ce même type de reconnaissance sociale au xixe siècle. La stratégie familiale
ouvrière reste dictée, tant que n'apparaît pas l'espoir de réaliser une ascension
sociale, par une haute fertilité — que J.R Gillis (1974) décrit comme une forme
de sécurité économique et sociale pour les parents — et par le départ précoce
des enfants de l'école. Jusqu'aux lois de 1880, les jeunes sont astreints très tôt
au travail en manufacture (6). On comprend donc facilement que l'adolescent
n'apparaisse, comme figure sociale reconnue, que tard dans les familles
ouvrières. Comme le remarque M. Perrot (1973), les textes parlent d'« en
fants », de « jeunes gens », de « jeunes ouvriers », mais jamais d'« adoles
cents », terme réservé à la jeunesse bourgeoise. La jeunesse, si on la définit
comme un temps d'inaffectation entre la famille et la société globale, n'a donc
pas vraiment sa place dans le mode d'insertion ouvrière qui reste tout au long
du xixe siècle étroitement géré par le milieu familial et ordonné très tôt par le
travail. Sans même tenir compte du plan professionnel, cet espace de relative
inaffectation sociale, symptomatique de la « jeunesse », ne se concrétise que
rarement sur les plans familial et matrimonial : dans une étude suggestive
A. Prost (1981) montre qu'au début du xxe siècle à Orléans la norme reste,
surtout en milieu ouvrier, de demeurer dans sa famille tant que l'on n'est pas
marié (7).
(6) Crubellier M., 1978. service militaire et mariage se succèdent en
(7) Prost A. souligne aussi l'importance du quelques mois. Avant le service, on est un jeune
service militaire comme coupure majeure dans homme et l'on se conforme aux rôles sociaux de
les âges de la vie. Il note que les jeunes ouvriers cet âge on va au bal, on s'amuse. Après le
se marient rapidement après le service mili- service, on se marie et l'on adopte les rôles de
taire « Pour eux, les deux barrières institution- l'adulte. Entre les deux, le temps manque pour
nelles qui séparent la jeunesse de l'âge adulte un état intermédiaire ». Prost A., op. cit., p. 685.
54 Olivier Galland
Ce schéma d'insertion ouvrière a bien sûr subi, de la fin du xixe siècle à nos
jours, de profondes mutations, d'abord avec les lois limitant le travail des
enfants, puis avec la diffusion progressive des formes scolaires d'éducation à
l'ensemble des couches sociales. Il demeure cependant de ce modèle plus de
traits qu'on ne pourrait le penser, notamment sur le plan des modalités de
déconstitution-reconstitution des familles ouvrières. En effet, le mariage est
toujours en milieu ouvrier, de façon nettement plus marquée que dans les
autres classes sociales (hormis les agriculteurs), un des facteurs décisifs de
départ de la famille d'origine (8). Le principe de la quasi-instantanéité du
passage de la à la famille de procréation reste donc un des
traits marquants de l'insertion ouvrière. Si les enfants d'ouvriers connaissent
une «jeunesse», celle-ci demeure, plus souvent que dans les autres classes
sociales, sous le contrôle des parents, avant que l'établissement matrimonial
n'introduise définitivement au statut adulte (9). Le report progressif de l'âge
d'accès au premier emploi en milieu ouvrier semble donc avoir eu surtout pour
effet de faire coïncider plus étroitement les trois moments significatifs de
l'entrée dans la vie adulte : départ de la famille, travail, mariage. On pourrait
qualifier ce modèle de « modèle de l'installation » pour suggérer ce qu'il y a
de définitif dans le passage de l'état de dépendance familiale à l'état
d'autonomie. Mais il est bien évident que le fait de retarder l'insertion
professionnelle au sortir de l'école remet en cause pour une partie des jeunes
d'origine ouvrière ce modèle de passage à l'âge adulte. Comment ce boulever
sement est-il géré par les jeunes et la structure dont ils font partie ?
La prolongation du temps de l'enfance (10)
Selon les résultats de nos enquêtes, il apparaît que si le principe de
l'instantanéité est, par force, remis en cause, le principe de la concordance des
(8) Cette plus grande dépendance entre certes contribué à introduire des bouleverse-
départ de la famille d'origine et mariage dans les ments dans ce schéma d'insertion. Mais des
familles ouvrières ne se traduit pourtant pas en institutions spécifiques comme les foyers de
moyenne par des mariages beaucoup plus préco- jeunes travailleurs ont voulu précisément appor-
ces dans cette classe sociale : l'âge moyen au ter une réponse adaptée à ce qui apparaissait
premier mariage des ouvriers est de 26 ans comme un vide dangereux entre la prise en
contre 26,4 pour les cadres moyens, 27,6 pour charge familiale et l'insertion professionnelle,
les professions libérales et cadres supérieurs. en se définissant explicitement comme des
Croze M., 1976, tableau 37, p. 48. substituts familiaux. Cf. O. Galland et
Agnès Pitrou (1978, p. 133) note cependant, M.V. Louis, 1984.
en s'appuyant sur «l'analyse qualitative d'un (10) L'essai d'interprétation qui suit s'ap-
échantillon de 160 families ouvrières non quali- puie sur 30 entretiens semi-directifs approfon-
fiées que « les jeunes qui ont vécu une adoles- dis, réalisés à Garges-les-Gonesses et à Avignon,
cence difficile, une scolarité médiocre ou ratée, Les jeunes interrogés avaient entre 16 et 21 ans,
une entrée précaire dans la vie active, se réfu- avaient quitté l'école soit à 16 ans, soit après un
gient plus que d'autres dans une vie conjugale échec au С A. P., et se trouvaient au moment de
précoce et surtout la sanctionnent par le ma- l'entretien dans une situation professionnelle
riage ». (Il faut noter cependant qu'il s'agit dans indéterminée (chômage, stage, emploi précaire,
ce cas d'histoires de familles dont la constitution en instance de départ au service national). La
est largement antérieure à la crise économique). plus grande partie des jeunes de ce groupe est
(9) La mobilité géographique et en particu- d'origine ouvrière (les 3/4 d'entre eux ont des
lier les mouvements résultant des grandes pha- parents ouvriers). Une petite partie de l'échan-
ses de reconstruction et de réindustrialisation au tillon est cependant constituée de jeunes ayant
lendemain de la seconde guerre mondiale ont des parents petits employés et/ou petits artisans.
55