Présentation du bloc-diagramme : Grand Canyon du Verdon - article ; n°1 ; vol.102, pg 17-24
9 pages
Français

Présentation du bloc-diagramme : Grand Canyon du Verdon - article ; n°1 ; vol.102, pg 17-24

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Méditerranée - Année 2004 - Volume 102 - Numéro 1 - Pages 17-24
Ce document synthétise les principaux aspects géomorphologiques étudiés dans le secteur du Grand Canyon :
- de vieilles formes : lambeaux d' aplanissement basculés, paléo- poljés (Canjuers) et paléoformes karstiques (sur les blocs soulevés au nord ) ;
- les champs de dolines des monts, les formes nivales, les formations périglaciaires ou dues aux mouvements de masse ;
- l'incision des canyons dans leur rapport avec les données structurales et tectoniques.
Les données fournies par les formations sur la bordure du piémont de Valensole permettent d'analyser les phases morphotectoniques et de discuter des stades d'évolution du canyon.
This document synthesizes the main géomorphologic
aspects studied in the Grand Canyon sector :
- old forms : peneplaned strips, ancient sink holes (Canjuers) and
paelokarstic forms (on blocks raised to the north) ;
- fields of mountain dolines, nival forms, formations of periglacial
origin or the result of mass movement ;
- canyon incision in their relationship to structural and tectonic
data.
Data furnished by the formations on the edge of the Valensole
piedmont permit analysis of the morpho-tectonic phases and
discussion of the canyon's evolutionary stages.
8 pages

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 2004
Nombre de lectures 38
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Jean Nicod
Présentation du bloc-diagramme : Grand Canyon du Verdon
In: Méditerranée, Tome 102, 1-2-2004. Geosystèmes montagnards et méditerranéens. Un mélange offert à Maurice
Jorda. pp. 17-24.
Résumé
Ce document synthétise les principaux aspects géomorphologiques étudiés dans le secteur du Grand Canyon :
- de vieilles formes : lambeaux d' aplanissement basculés, paléo- poljés (Canjuers) et paléoformes karstiques (sur les blocs
soulevés au nord ) ;
- les champs de dolines des monts, les formes nivales, les formations périglaciaires ou dues aux mouvements de masse ;
- l'incision des canyons dans leur rapport avec les données structurales et tectoniques.
Les données fournies par les formations sur la bordure du piémont de Valensole permettent d'analyser les phases
morphotectoniques et de discuter des stades d'évolution du canyon.
Abstract
This document synthesizes the main géomorphologic
aspects studied in the Grand Canyon sector :
- old forms : peneplaned strips, ancient sink holes (Canjuers) and
paelokarstic forms (on blocks raised to the north) ;
- fields of mountain dolines, nival forms, formations of periglacial
origin or the result of mass movement ;
- canyon incision in their relationship to structural and tectonic
data.
Data furnished by the formations on the edge of the Valensole
piedmont permit analysis of the morpho-tectonic phases and
discussion of the canyon's evolutionary stages.
Citer ce document / Cite this document :
Nicod Jean. Présentation du bloc-diagramme : Grand Canyon du Verdon. In: Méditerranée, Tome 102, 1-2-2004. Geosystèmes
montagnards et méditerranéens. Un mélange offert à Maurice Jorda. pp. 17-24.
doi : 10.3406/medit.2004.3335
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/medit_0025-8296_2004_num_102_1_333517 N° 1.2-2004 Méditerranée
Présentation du bloc-diagramme
Grand Canyon du Verdon
Presentation of the block-diagram : Grand Canyon of the Verdon
Jean NICOD'
Résumé - Ce document synthétise les principaux aspects Abstract - This document synthesizes the main géomorphologie
géomorphologiques étudiés dans le secteur du Grand Canyon : aspects studied in the Grand Canyon sector :
-de vieilles formes : lambeaux d' aplanissement basculés, paléo- -old forms : peneplaned strips, ancient sink holes (Canjuers) and
poirés (Canjuers) et paléoformes karstiques (sur les blocs paelokarstic forms (on blocks raised to the north) ;
soulevés au nord ) ; -fields of mountain dolines, nival forms, formations of periglacial
origin or the result of mass movement ; -les champs de dolines des monts, les formes nivales, les
formations périglaciaires ou dues aux mouvements de masse ; -canyon incision in their relationship to structural and tectonic
-l'incision des canyons dans leur rapport avec les données data.
structurales et tectoniques. Data furnished by the formations on the edge of the Valensole
Les données fournies par les formations sur la bordure du piedmont permit analysis of the morpho-tectonic phases and
piémont de Valensole permettent d'analyser les phases discussion of the canyon's evolutionary stages.
morphotectoniques et de discuter des stades d'évolution du
canyon.
Ce bloc-diagramme (fig. 1 = PL. II hors-texte) est l'Arc de Castellane (Mennessier, 1959 et 1964) et à la
une synthèse simplifiée de travaux géomorphologiques et partie méridionale de l'Arc de Digne, chevauchant à
de documents cartographiques antérieurs : Carte des l'ouest le bassin de Valensole {infra §5).
phénomènes karstiques des Plans du Verdon (Nicod, Dans l'ensemble le Jurassique, puissant d'un
1967-68), Carte géomorphologique et géodynamique millier de mètres dans les Plans, est calcaire, avec
Grand Canyon du Verdon, (Nicod, 1998). Cette quelques intercalations dolomitiques, et récifal dans sa
présentation nous permet de rappeler les grands traits de partie supérieure (Portlandien de Collet Barris). Le
l'évolution géomorphologique du secteur, de les Crétacé, surtout gréseux et marneux, n'est conservé que
confronter aux données récemment publiées sur la dans les synclinaux, principalement dans celui de La
tectonique régionale (spécialement au contact du front Palud. Rappelons (malgré l'exiguité de ses affleurements),
subalpin et du piémont de Valensole), et de poser quelques l'importance du Trias argilo-gypseux au point de vue
problèmes en suspens. tectonique (semelle de certains chevauchements),
hydrogéologique (aquicludes) et géomorphologique
(mouvements de masse, secteur de Rougon).
Le canevas tectonique est composé : 1. Le schéma structural
-de voussoirs et anticlinaux d'orientation provençale
(WNW-ESE) comme le Grand Marges et le synclinal Le Grand Canyon du Verdon s'inscrit dans le vaste
coffré associé du Grand Plan de Canjuers ; ensemble de Plans de Provence, hauts plateaux calcaires
(Plans de Canjuers) dominés par des monts (anticlinaux). -des unités chevauchantes à vergence SW à W, au N du
Ces reliefs appartiennent à l'extrémité occidentale de Grand Canyon (tectonique alpine) ;
* Professeur honoraire, Florida 1, 35 Avenue du 24 Avril 1915, 13 012 Marseille. 18
-de failles et de fossés subméridiens, oligocènes, à l'amont petits cours d'eau subaériens, devenus des ravins secs
dans le secteur de Rougon ; (sauf par saturation de l'épikarst lors d'épisodes pluvieux
majeurs) ; leur débouché s'effectue par un «gradin de -de nombreuses failles décrochantes et d'accidents confluence karstique» ( Nicod, 1967 et 1997). conjugués NW-SE .
Le rôle des mouvements récents, néotectoniques
sera étudié à propos des problèmes de structuration du
3. Importance des paléomorphologies karst et des stades d'encaissement du canyon (§ 5).
Ce sont d'abord les lambeaux d'anciens
aplanissements, souvent déformés et basculés, par les 2. Le tracé du Grand Canyon : relations avec la mouvements tectoniques tertiaires ( Nicod, 1992, Blanc, structure et le système karstique 1992b), largement développés au sud et à l'ouest, au
voisinage du domaine provençal mais présents aussi à
Le Verdon recoupe plusieurs unités structurales l'est, (panneau ployé de l'Irouelle) et au NW (panneau
(définies depuis Goguel, 1936), d'où le caractère basculé de l'Ourbès, au NW du Verdon). Mais nous
composite de son tracé : insisterons surtout sur les paléoformes karstiques.
-dans le secteur amont (du confluent de l'Artuby) il a scié
l'anticlinal de Collet Barris, par antecedence dirigée par 3.1. Les Plans de Canjuers,
des fractures subméridiennes ( Nicod, 1967) ; au S du Grand Canyon, présentent les formes les
-à l'aval du confluent de l'Artuby, le canyon traverse un plus caractéristiques, depuis longtemps étudiées et
champ de failles, défonce le synclinal de Mayreste et cartographiées (Mennessier, 1964 ; Nicod, 1967/68). Ce
recoupe en biais l'anticlinal du Grand Marges. Le rôle de sont des paléo-poljés, caractérisés par des surfaces de
failles directrices est moins évident, sauf dans le cas du corrosion, une couverture discontinue de terra rossa, des
double coude de l'Imbut. dolines et bogaz et de nombreux avens. Le Grand Plan
(870 m au Grand Aven, ancien ponor) est particulièrement Le Verdon supérieur et son affluent l'Artuby sont
typique, avec le vieux niveau corrodé de la Bastide-Neuve des rivières exogènes issues de bassins montagnards, donc
(930 m) et les cônes rocheux {rock-fans) au débouché des bien alimentés (spécialement lors des phases glaciaires sur
ravins descendant du mont de La Colle (au N). Le nord du le haut Verdon). Mais comme dans tout canyon dans les
Petit Plan a été recoupé par l'incision du Verdon. calcaires, l'écoulement est affecté par ses relations avec
l' hydrosystème karstique (Fabre et Nicod, 1978 ; Nicod,
1997). Sauf en hautes eaux, l'Artuby est totalement
3.2. Les massifs de Barbin et des Réglés 3, absorbé dans son canyon, et le Verdon (à la Mescla) et le
Jabron subissent des pertes. au nord du Grand Canyon conservent aussi
quelques formes caractéristiques, totalement déconnectées La plus grande partie du débit des pertes et des
par le soulèvement récent de ces massifs : infiltrations sur Y impluvium des Plans aboutit au système
constitué par la source vauclusienne pérenne de Fontaine- -sur les plaines de Barbin, dominant le Grand Canyon par
l'Évêque (Qm 5,7 m3/s) et les exsurgences temporaires un escarpement de chevauchement à corniches multiples,
des Garrubys, toutes maintenant noyées dans le réservoir Youvala 1189 m a été tronçonné par le recul de cet
escarpement, et le petit poljé suspendu du Jas de Barbin, EDF de Sainte-Croix l.
est aligné sur un décrochement NE-SW (qui commande Les circulations karstiques s'effectuent principa aussi la combe de Vénarelle) ; lement suivant des zones privilégiées correspondant
-sur le revers nord de la cime de Barbin (1561 m) un sensiblement aux zones synclinales, particulièrement sous
ensemble de tourelles, couloirs et dolines au fond garni de le Grand Plan de Canjuers, où le Grand Aven a permis
dépôts et vieux sols fersiallitiques, est aussi disposé d'accéder vers -252 m aux galeries horizontales, réseau
suivant la fracturation dominante NE-SW ; vadose temporaire, proche de la zone noyée2. À l'aval
toutefois, le canyon du Verdon est hydrogéologiquement -dans l'unité des Réglés, au nord de Rougon, le petit poljé
séparé du système de Fontaine-l'Évêque, par le cœur de Suech (fig. 2) présente des embayments et plans de
triasique de l'anticlinal du Grand Marges. corrosion. Ce dernier est encore évolutif : grâce à la terra
rossa qui garnit son fond, il est mal drainé par infiltration, Le développement du drainage souterrain a eu
et un lac temporaire s'y forme en hiver. comme corollaire l'assèchement à peu près complet des
1- Fonctionnement étudié par E.A. Martel (1905-1906. Nombreuses colorations et études effectuées, spécialement pour la
construction du barrage de Sainte-Croix, cf. Therond, 1973 et Agence de Bassin 1986. Références in J. Nicod (1973 p.487, et 1998).
2- Dont une longue galerie à siphons multiples, située vers -260 m ; explorée en 1978 (topographie de P. Courbon, cf. CDS 83,
Fichier des cavités du Var, n° 3002001). Cette galerie a donné accès au Puits des Castors, le point le plus bas du réseau, à -285 m,
soit 565 m NGF. Il est donc possible que le système inférieur du Grand Aven se soit développé en fonction d'un paléo-exutoire en
rapport avec l'accumulation de Valensole.
3- Levés et observations de J. Bourdens et J.M. Cano (1981), repris et complétés par J. Nicod (1998). 19
kPraoux
- CARTE DU MASSIF KARSTIQUE DES RÉGLÉS ET DU PALÉO-POLJÉ DE SUECH FIG. 2
1 -failles, chevauchement, 2-Trias argilo-gypseux / Oligocène détritique, 3-escarpements tectoniques, 4-mouvement de masse / fente de décollement,
5-chevron, petite corniche, lapiés, 6-dolines, 7-avens, baumes, 8-poljé, banquette de corrosion, 9-éboulis, solifluxion, écroulement, 10-grèze, glacis,
11-brèches, bloc glissé, \2-terra-rossa, zone hydromorphe.
Carton : azimuts des alignements de dolines, de 5 en 5°.
Ces paléoformes peuvent être corrélées à divers nous avons trouvé des spéléothèmes épars signifiant le
dépôts résiduels -souvent en poches et dans des cavités recoupement de cavités fossiles par la surface
karstiques- qui témoignent de processus d'altération : topographique4.
-au sud des Plans de Canjuers, les gites du minerai de fer
de Beausoleil témoignent d'une altération de la couverture
des marnes pyriteuses et glauconieuses du Crétacé
4. Formes et formations quaternaires, héritées ou inférieur, aujourd'hui disparue) dont la goethite a été
évolutives stockée dans des cavités karstiques, affectées ensuite par
la tectonique du Miocène supérieur (Rousset, 1973) ;
4.1. Les champs de dolines monogéniques des -au sud et à l'ouest, des dépôts rouges (éo-oligocènes), monts sols fersiallitiques remaniés sont pinces sous les
Le plus caractéristique est celui de la Colle chevauchements de la phase tectonique alpine, ou
comblent les paléo-vallées, comme celle de la Bastide-de- d'Aiguines (vers 1200/1300 m), sur la voûte anticlinale
des calcaires du Jurassique supérieur. Les dolines en Vivarès au S d'Aiguines (Mennessier, 1964) ;
cuvettes ou en baquets, de diamètre comparable (50 m) -sur l'anticlinal de Collet Barris, une méga-brèche à sont disposées suivant un réseau de fractures losangique, matrice rouge observable dans la coupe du virage cote en Daubrée. Leur aspect traduit une influence nivale 1281 m sur la route des Crêtes (D 23) a été étudiée par héritée, mais elles continuent d'évoluer dans un contexte A. El Bouch (1990). biogénique semi-forestier (lisière de la hêtraie, buxaie et
De nombreuses paléocavités, totalement déconn enneigement hivernal prolongé). Il en est de même du
ectées, sont observables en haut des parois de canyons champ de dolines des Réglés et des Plaines de Barbin. Sur
(baumes porches des falaises de l'Escalès, sur Collet ce dernier massif toutefois les formes sont plus variées :
Barris, dans la gorge amont, et en face celles d'Encastel. doline d'effondrement en chaudron (cote IGN 1200) qui
Et sur les Plaines de Barbin (près des dolines au N du Jas), conserve une chênaie relictuelle, couloirs orientés N 30°
4- À comparer avec les dolines de type « unroofed caves » du Plan de Calern (Prealpes de Grasse), en particulier celle, située à côté
de l'observatoire du CERGA, qui contient un massif stalagmitique (présentée par Ph. Audra, Réunion de l'AFK, 14/IX/2002). :
1
1
'■•
1
20
dans la zone dolomitique. Sur le revers des monts, des l'incorporation d'éléments de brèches antérieures
vallons nivaux et des couloirs (ou bogaz) constituent des remaniées traduisent le rôle des mouvements de masse.
formes de transition entre dolines et ravins fluviatiles.
4.4. Divers types de mouvements de masse.
4.2. Les niches de nivation et les baumes de Les plus ubiquistes sont liés à la détente des parois, gélifaction différentielle marquée par des lapiés de fissures, au déséquilibre des
Ce sont des formes essentiellement héritées des masses rocheuses et à la gravité : couloirs d'éboulisation
phases froides pleistocenes. Des niches échancrent les actuelle ou réactivée, chaos de blocs spectaculaires dans le
hautes corniches du Marges et de Barbin ; certaines ont pu fond du canyon (dans le couloir de Samson et à l'Imbut).
se développer à partir de dolines éventrées par le recul des Toutefois le cas des Réglés (fig. 2), les profondes «fentes
hautes falaises calcaires. Sur certains escarpements de décollement» générées par la détente et le déséquilibre
constitués par des couches redressées et fracturées (W de des masses rocheuses de l'escarpement SE (cote 1447)
l'Ourbès, front S de Collet Barris), l'action combinée de la ainsi que les générations de brèches à mégablocs du
cryoclastie et de la dissolution a produit un modelé en versant sud, au pied de la Barre de Catalan, témoignent
clochetons et couloirs. Sur les parois des canyons, d'une évolution vigoureuse, en raison de l'activité
certaines suites de baumes sont liées à des couches séismique proche (séismes récents de 1853, 1951 et 1985),
localisée sur des epicentres proches de Castellane et finement litées, donc plus gélives : ce sont donc des
baumes de cryoclastie différentielle, telle la Baume aux Talloire (Ritz, 1992). Sur le front subalpin, les grands
Hirondelles, inclinée suivant le pendage (sur le sentier tabliers de brèches d'Aiguines peuvent être attribués à
l'activité néotectonique du front subalpin. Et au sommet Martel).
de Collet Barris, des coupes données par la route des
Crêtes (D 23, NW du Pas d'Abauc, Belvédère du Tilleul et
4.3. Les formations de pente de caractère virage cote 1281) montrent des rejeux en extension et en
périglacaire coulissement de la corniche surplombant le Verdon de 690
En contre-bas des corniches et hautes parois qui les m (El Bouch, 1990). Certes le processus de détente joue
ont nourris subsistent de nombreux tabliers d'éboulis. Les un rôle évident, mais on doit aussi envisager le rejeu des
plus caractéristiques de la dernière période froide sont les grands accidents NNE-SSW décrochants de ce secteur ; et
éboulis ordonnés et grèzes que l'on peut observer sur les les écroulements du Couloir de Samson et de l'Imbut sont
coupes le long de la D 952, entre St-Maurin et le col voisins de failles de même orientation...
d'Ayens. Lorsque les calcaires finement lités affleurent Des mouvements de masse plus lents, liés au
(du Jurassique moyen dans le cœur de l'anticlinal de tassement de couches marneuses et mamo-calcaires sous-
Collet Barris incisé en cluse par le Verdon), ces éboulis jacentes se sont produits dans le secteur des Couestes, sur
sont en rapport avec la réalisation de versants réglés le versant sud des Réglés et dans la zone disloquée de
- incisés depuis par les ravines. Mais dans les tabliers de Bouen, au SE de la cime de Barbin. Des convois de blocs
brèches anciennes à éléments anguleux cimentés par la sont transportés par les coulées solifluidales des
calcite, la présence de blocs calcaires volumineux et
wsw ENE
Végétation La Barbin
1247 104C vv broussailles a mu lavandaies Le Verdon f Pir! noir ■ hêtraie 94g St-Maurin (reboisement) ^t 1000- 9
- f chênaie (Q.pubescents) verte (Buxus sempervirens)
®doline
1462 Le Grand Marges NE sw
La Barbin 1 jjl ju]± m Gd Plan de
Canjuers q #1- Le Verdon , <2L ii Li i^i 1*^" ^C " -/• Mayreste 1200-
800-
f» 1 km 2 km 5-^ C 400 -I
FIG. 3 - DEUX TRANSECTS À TRAVERS LE GRAND CANYON DU VERDON (SECTEUR AVAL)
a -au niveau des balcons de travertins de St.-Maurin ; b -par le hameau de Mayreste ; d'après la Carte géologique au 1/50 000 Moustiers-Ste-Marie,
et pour la végétation Molinier et Archiloque (1967). jm- : Jurassique moyen : calcaires et calcaires marneux, jj-Jurassique sup. calcaro-dolomitique,
c-Crétacé marneux, t-travertins. 21
affleurements argilo-gypseux, en contre-bas de Rougon, Au sud de Moustiers, sur le versant E de la vallée
ou sur les versants E de la vallée du Baù. de la Maire, plusieurs générations de dépôts détritiques et
brèches à mégablocs, principalement sismo-tectoniques
sont situés en contre-bas de l'escarpement de l'Ourbès,
4.5. Processus fluviatiles et karstiques actuels dont la corniche est très tectonisée. On a des conglomérats
Comme ils sont très «classiques», on se bornera à oligocènes très redressés, des brèches miocènes à
mégablocs au dessus de la ferme Chauvin, faciès latéral les rappeler brièvement.
des calcaires lacustres du bassin des Salles (Helvétien- L'érosion mécanique se poursuit dans le fond du Tortonien ; Mercier, 1988) et des brèches pliocenes qui canyon du Verdon, dans les secteurs les plus resserés, avec passent aux couches rouges de la formation de Valensole des marmites de géants et des baumes de méandres en (Dubar, 1984). Au nord de Moustiers, les travertins de cavitation active. Dans le canyon de l'Artuby, aux Ségriès sont plissés au contact de la faille inverse du front écoulements spasmodiques, c'est l'évolution par à-coups subalpin (de Lapparent, 1938) ; or ces travertins, daté de de la Baume du Chaos et des multiples marmites du cours 2,2 Ma, sont intercalés dans le grand cône détritique des inférieur en forte pente. Plaines de Balène et de Barènes ; l'ensemble de cette
L'ensemble de la région est soumise à un climat formation de piémont est attribué au Pleistocene ancien
méditerranéo-montagnard, relativement bien arrosé : (période de polarité inverse Matuyama), grâce à deux
V impluvium se situe entre les isohyètes de 850-1000 mm, gisements de faunes dans le bassin lacustre de Puymoisson
croissant vers l'E (Comps 1053 mm/an) ; l'enneigement (Dubar et al., 1999). Au sud d'Aiguines, sur la
hivernal est fréquent sur les monts (Grand Marges, terminaison occidentale du Marges, des paquets glissés et
Barbin...). La végétation forestière est dense aux ubacs amas de brèches chaotiques très cimentés, failles et
(hêtraie d'Aiguines sur le versant NE du Grand Marges) ; karstifiés peuvent être rapportés à la même époque (coupe
des taillis de chênes blancs, dégradés en buxaies, couvrent sur la D19, près de la source des Mines). Toutes ces
les Plans calcaires au sud du Verdon. Au nord, les pinèdes données témoignent du rejeu du front subalpin au
de pins sylvestres dominent particulièrement sur les Pleistocene ancien, en continuité avec ce qui a été
dolomies de Barbin (fig. 3). démontré plus au nord, près de Saint-Jurs (Clauzon,
1975/1982). Ces conditions expliquent la valeur élevée de la
dissolution spécifique de l'ordre de 49-56 mm/103 ans,
d'après les mesures hydrochimiques effectuées à 5.1. L'évolution régionale avant le Miocène Fontaine-l'Evèque et une tranche d'eau écoulée supérieur annuellement de 630 mm (Nicod, 1967 ; Julian et
La réalisation des grands aplanissements est à Nicod, 1989, tabl. 1). L'importance de la dissolution
mettre en rapport avec les phases d'altération sous climats actuelle est corroborée par des processus observables en
d'affinité tropicale de l'Éocène jusqu'au Miocène moyen, quelques sites :
pendant les périodes de stabilité tectonique (Nicod, 1992). -les concrétionnements sur diverses parois, liés aux Mais la karstifïcation était nécessairement limitée, faute de suintements dans les baumes et surtout sur les hautes gradient (mines de fer de Beausoleil, supra § 2). Toutefois falaises du Couloir de Samson, où les encroûtements sont la phase de distension supra-oligocène {.rifting ouest- réciproques de la dissolution au niveau de l'épikarst dans européen), marquée par le jeu des fractures subles champs de lapiés situés au dessus ;
méridiennes de Moustiers, Vénarelle et Rougon a
-le magnifique ensemble des balcons de tufs étages de exhaussé certains panneaux et provoqué le comblement de
Saint-Maurin (fig. 3a), dont la formation active dépend fossés et dépressions par des formations détritiques, sur le
d'une grosse source pérenne. C'est la principale front subalpin et dans le synclinal de La Palud (fig. 4.1).
exsurgence (au niveau du chevauchement) de l'unité des
Plaines de Barbin. Le fonctionnement hydrochimique
favorable à la travertinisation est en rapport avec les 5.2. La crise du Miocène supérieur
conditions biogéniques en altitude productrices de CO2, la Un changement drastique s'opère à la fin du
nature dolomitique d'une partie du massif et la situation de Miocène : il s'agit de l'effet cumulé de la tectonique alpine
l'exutoire, en position de karst barré, donc avec une zone (phase rhodanienne) et du creusement induit par la
noyée importante, réserve assurant le débit estival. régression messinienne (fig. 4.2).
La tectonique alpine se caractérise par un jeu en
compression NE-SW, induisant racourcissement et
5. L'évolution morphotectonique (fig. 4) exhaussement des unités, chevauchements et
décrochements (pour le secteur des Plans de Canjuers,
synthèse récente de Laurent et al, 2 000). Elle est connue principalement au niveau régional,
et particulièrement grâce à l'étude des formations La vague d'érosion induite par la régression
synorogéniques et/ou tectonisées sur le front subalpin, messinienne (5,8-5,3 Ma) dans le bassin de Valensole
dans le secteur de Moustiers-Sainte-Marie, au contact des (Clauzon et al., 1987) a eu comme conséquence
formations du bassin de Valensole. l'abaissement des circulations karstiques. À l'amont des 22
sw Négaras Barbjn NE Pt. Segriès...§ m
700
^ Verdon au~Qm
VërdôrTactûel
200 Canyon de Baudinard
- ■ ■ ■ ■ J* ■ ■ ■ ■■ QUATERNAIRE ancien
2-1 Ma
Verdon au Quat. ancien? ^£
Grand Canyon
Canyon de Baudinard Anticlinal de Bauduen Néotectonique bordure subalpine
Karst à buttes NE PLIOCENE
5-2 Ma
brèches pi. ..S apports du Verdon pliocène
Enfouissement Subsidence de la Fosse Exhaussement bordure subalpine
Domaine subalpin
Paléo-réseaux M. Affaissement Chevauchement
OLIGOCENE
33- 23 Ma
Domaine provençal Aplanissement g
apports de dépôts karst
Paléo-réseaux M. Affaissement
HG. 4 - SCHÉMA D'ÉVOLUTION DE LA BORDURE SUBALPINE DANS LE SECTEUR DE MOUSTIERS-STE-MARIE ET D'AIGUINES
(hypothèses dans le cadre des connaissances actuelles).
moyennes gorges du Verdon (à l'aval du bassin des Baume-l'Eglise (colmaté par le matériel de Valensole) est
Salles), le deuxième niveau des galeries supérieures de attribué à ce stade (Blanc, 1992a)5.
5 - Toutefois un problème demeure : il est possible que des cavités ante-pliocènes aient été creusées à un niveau très inférieur : cf. les
conduits colmatés recoupés par le canyon du Verdon et étanchéifiés lors de la construction du barrage de Sainte-Croix, et en aval, les
plus anciens dépôts (miocènes ?) dans la Baume-Bonne. 23
est donc probable que c'est à cette époque que le Dans les canyons du Verdon et de l'Artuby Il
Verdon a commencé à creuser son canyon : interviennent les relations entre écoulement subaérien et
-par antecedence dans les anticlinaux en surrection, où les circulation karstique, attestées par les baumes-porches et
vieilles surfaces ont été portées en altitude ; les conduits tronçonnés, la mécanique de détente et les
-par encaissement généralisé en fonction de l'abaissement rejeux tectoniques (vraisemblables dans le cas des
des circulations karstiques. écroulements du Couloir de Samson et de l'Imbut), et les
effets des actions cryoclastiques génératrices d'éboulis. Mais dans l'état actuel de nos connaissances, et du
fait de la conjonction des phénomènes, il est impossible de L'évolution des hautes surfaces est caractérisée par
faire la part de ces deux facteurs dans le creusement du le développement des champs de dolines nivales, agencés
canyon, et des modalités d'organisation du réseau du suivant la fracturation héritée des phases tectoniques
paléo- Verdon au début de l'encaissement. successsives, et rouverte par un jeu général en distension
et le processus de détente. Dans les poljés et les ouvalas
les vieux sols fersiallitiques (terra rossa) sont érodés et
5.5. L'évolution au Pliocène et les effets de la migrent à l'intérieur des réseaux karstiques.
phase néotectonique du Quaternaire ancien
Le recul des escarpements et des hautes parois
Au cours du Pliocène la sédimentation dans le résulte de l'interférence entre processus : détente et des
bassin subsident de Valensole induit le blocage des déséquilibres des masses rocheuses induits par l'appel au
circulations karstiques profondes, par remontée du niveau vide, crises séismiques dans le cas des Réglés, actions
de base et colmatage. C'est donc une période favorable au cryoclastiques. Il en résulte des tabliers de brèches et
développement des poljés et ouvalas : dans le Grand Plan d'éboulis, localement affectés par le ravinement ou la
de Canjuers, une nappe d'inondation est possible. Mais la solifluxion. Mais une chronologie précise des formations
karstification bénéficie aussi de la tendance persistante des reste à établir.
rejeux en extension NW-SE (Ritz, 1992) et du
développement de l'épikarst sous couverture pédologique,
corrélable au puissants sols rouges fersiallitiques
Conclusion intercalés dans la sédimentation du piémont de Valensole
(Dubar, 1984). Le karst à mamelons et tourelles de la
Ce schéma d'évolution est présenté à titre cime de Barbin s'est accentué cette époque. Et la valeur
d'hypothèse de travail. Des recherches seraient élevée de la dissolution perdure au début du Pleistocene :
nécessaires surtout dans trois domaines : le dépôt des travertins de Ségriès est corrélatif du
- une étude plus précise des tabliers de brèches, fonctionnement du «géosystème karstique» (Neviere,
spécialement sur les versants où plusieurs générations 1991).
coexistent ; Ce n'est qu'à la fin du Pliocène que l'on est - une analyse plus systématique des dépôts dans les cavités renseigné sur les modalités de creusement du Verdon : de l'épikarst et poches paléokarstiques, amorcée l'abondance des galets calcaires, dans les couches seulement dans quelques secteurs (Plaines de Barbin, sommitales du piémont de Valensole, en face du débouché Collet Barris) ; ce type d'investigation permet de déceler du Verdon, nous indique l'importance de l'érosion dans les les phases de karstification sous les formations résiduelles calcaires jurassiques et la position du cours d'eau et de leur corréler les niveaux d'aplanissement, comme (fig. 4.3). L. Bruxelles (2001) l'a montré sur le Causse du
La phase néotectonique du Pleistocene ancien, Larzac ;
jouant en compression NE-SW, a surélevé le front - une prospection méthodique des dépôts endokarstiques
subalpin (fig. 4.4), mais aussi les autres unités et le recours à des méthodes de datation (paléo
chevauchantes : témoignage des «paquets glissés» et des magnétisme, U/Th, etc) : cela permettrait d'apprécier les
brèches anciennes en contre-bas de la cime de Barbin, sur conditions initiales d'organisation du système du Verdon
les Réglés, et dans la vallée du Baù. Elle a entraîné un et des circulations souterraines, et de préciser les étapes
approfondissement des canyons, une déconnexion des d'incision des canyons comme le montre les recherches
réseaux karstiques des monts, et un abaissement du niveau karstiques récentes effectuées sur la bordure méridionale
des circulations hydrologiques sous les Plans. des Grands Causses (Camus, 1997) et dans plusieurs
autres régions karstiques (Nicod, 2002 tabl. 2 synoptique).
Plus près du Verdon, l'analyse de la structure du réseau de 5.4. La géodynamique quaternaire : interaction l'Adaouste et des concrétions de cette cavité apporte de
des facteurs tectoniques et morphoclimatiques nouvelles données sur les deux incisions successives de la
Le creusement du canyon est commandé de l'aval Durance, messinienne et quaternaire, dans le pli de
par l'encaissement du Verdon dans les basses et moyennes Mirabeau (Audra et al, 2002).
gorges (témoignage des réseaux étages de Baume-l'Église, Il est donc à souhaiter que des recherches sur le Blanc, 1992a) et du déblaiement du bassin des Salles, où Grand Canyon et sur les paléokarsts environnants puissent le système des terrasses du Pleistocene moyen/récent être réalisées avec ces méthodes nouvelles, dans le cadre (spécialement le niveau de Costebelle, 508m -maintenant des travaux scientifiques du Parc naturel régional du une île !-) marquent les stades d'évolution (Nicod, 1967) Verdon, et du nouveau Musée de la Préhistoire de (fig. 4.5). Quinson. 24
REFERENCES
NB - Ce texte résume avec quelques compléments, notre article Université de Provence, Aix-en-Provence, 1 14 p.
(en diffusion restreinte) : Fabre G. et Nicod J., (1978), Niveaux de base actuels dans les
-Paléomorphologies et morphogenèse récente/actuelle sur les principaux canyons du Languedoc oriental et des Plans de
massifs au N du Grand Canyon du Verdon, J. Nicod (1998), Provence, Int. J. Speleology, 104 p. 2*79-290. Etudes de Géog. physique, bibliographie détaillée. On n'a retenu Julian M. et Nicod J. (1989), Les Karsts des Alpes du Sud et de ici que les travaux cités, les plus significatifs et les plus récents. la Provence, Z.Geomorph. N.F., Suppl. Bd. 75, p. 1-48.
Lapparent A. de, (1938), Études géologiques sur les régions Audra Ph., Bigot J.Y. & Mocochain L., (2002), Hypogenic
provençales et alpines entre le Var et la Durance, Bull. Serv. caves in Provence, specific features and sediments, Acta
Carte géol. Fr., t. XI, 198 p. carsologica (Ljubljana), 31/3, p. 33-50.
Laurent O., Stephan J.F., Popoff M., (2000), Modalités de la Blanc J.J., (1992a), Signification géodynamique des réseaux
karstiques étages du canyon de Baudinard, Karstologia, structuration miocène de la branche sud de l'arc de
n°20, p.37-48. Castellane, Géologie de la France, BRGM, n°3, p.33-65,
16 fig. Blanc J.J., (1992b), Importance géodynamique des surfaces
Mennessier G., (1964), Sur l'évolution tectonique et d'aplanissement en Provence, Karst et évolutions
morphologique des chaînons de l'Arc de Castellane entre climatiques, PU Bordeaux, p.291-307.
le Verdon et la Siagne, Rev. Géog. phys. Géol. dyn., vol. VI, Blanc J.J., (1995), Étapes et facteurs de la spéléogenèse dans le n°2, p.91-111. SE de la France, Karstologia, n°26, p. 13-26.
Mercier H., (1988), Le bassin durancien à l'aval de Sisteron au Blavoux B., Dubar M., Daniel M., (1999), Indices isotopiques Néogène et au Quaternaire, Géol. Alpine, Mém. h.s., n°14, (13C et !8O) d'un important refroidussement du climat à la p. 147-214. fin du Pliocène (formation lacustre de Puymoisson, Alpes-
NeviÈre C, (1991), Un géosystème carbonate : la Serre de de-Haute-Rovence), CR Acad. Se. Paris, Se. Terre et
Montdenier et le piedmont de Valensole, Mémoire de DEA, Planètes, II, 329 n°3, p. 183-188.
Université de Provence, Aix-en-Provence, 83 p. + annexes. Bruxelles L., (2001), Dépôts et altérites des plateaux du Larzac
Nicod J., (1967), Recherches morphologiques en Basse central : Causses de YHospitalet et de Campestre, Thèse,
Provence, Études et Travaux de Méditerranée, Ed. Ophrys, Aix-en-P., 266 p.+ 3 cartes h.t.
Gap, 557 p. + annexes. Bourdens J. et Cano J.M., (1981), Étude géomorphologique des
Nicod J., (1992), Formes d'aplanissement et de régularisation reliefs au N du Verdon, Mémoire de Maîtrise, Université de
des versants dans les roches carbonatées..., Tùbinger Provence, Aix-en-Provence, 2 vol., 127 p.
Geog. Studien, H. 109, p. 1-22. Camus H., (1997), Formation des réseaux karstiques et
Nicod J., (1997), Les canyons karstiques, nouvelles approches..., creusement des vallées (Larzac-Hérault), Karstologia, 29,
Quaternaire, 8 (2-3), p. 71-89. p. 23-40.
Nicod L, (1998), Paléomorphologies et morphogenèse Clauzon G., (1982), La mise en place au Pleistocene inf.
récente/actuelle sur les massifs au nord du Grand canyon (Villafranchien sup.) du front subalpin..., Colloque «Le
du Verdon, Etudes de Géog. physique, Suppl. Travaux Villafranchien méditerranéen» Lille, p. 145- 169.
n° XXVI, p. 17-30 +carte h.t. Clauzon G., Aguilar J.P., et Michaux J., (1987), Mise en
Nicod J., (2002), Karsts, paléogéomorphologies, paléoévidence d'un diachronisme de 5 Ma dans le mur de la
environnements. Panorama des recherches récentes en formation conglomératique de Valensole, CR Acad. Se.
France (1992-2001), Géomorphologie, Relief, Processus, Paris, série II, t.305, p. 133-137.
Environnement, n°3, p. 253-268. Dubar M.,(1984), Chronologie et signification des dépôts
Ritz J.F., (1992), Tectonique récente et sismotectonique des continentaux du Néogène du bassin de Riez- Valensole,
Alpes du Sud, analyse en termes de contraintes, Bull. Soc. Géol. Fr., (2) vol. XXVII, n°5 ,p 971-978.
Quaternaire, t.3, n°3-4, p. 11 -124. Dubar M., Aguilar J.P., Chaline J., Michaux J., Semah F.,
Rousset C, (1973), Rôle de la karstification dans l'élaboration (1998), Données chronologiques (mammifères et
des reconstitutions paléogéographiques : les cycles magnétostratigr.) sur les dépôts plio-pleistocènes de
karstiques en Provence, Rev. Géog. phys. Géol. dyn., t. 15, Valensole, implications morphodynamiques, Géol. de la
n°3, p.273-293. France, BRGM, n°l, p.57-68.
Roux M., (1972), Étude tectonique des chaînons subalpins entre Goguel J., (1936), Description tectonique de la bordure des
Majastres et Castellane..., Géol. Alpine, t.48, p. 187- 199. Alpes de la Bléone au Var, Mém. Serv. Carte géol. Fr., vol.
4, 360 p.+ carte. Terrier M., (1991), Néotectonique de la Provence occidentale
Thèse, Université de Marseille I, 141 p. El Bouch A., (1990), Les brèches tectoniques et canyons,
Gorges du Verdon (Collet Barris), Mémoire de DEA,