Roland Barthes et l

Roland Barthes et l'action des langages

-

Documents
358 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Nous avons tenté de montrer dans cette thèse que l’objectif de la
sémiologie barthienne est de suggérer l’inanité du sens, et en sous-main celle
de l’Histoire que Barthes a moins ignorée par rigueur méthodologique que
par hostilité principielle au discours historique. Estimant que les hommes
produisent du sens à partir de rien, par exemple d’une opposition
sémantique, il a mis l’accent sur l’aspect arbitraire et mécanique (donc
dérisoire) du procès du sens. On a supposé que l’ « angoisse politique » est à
l’origine de cette quête de la vacuité, qu’elle a pu dicter aussi bien l’idée de
mobiliser l’action de l’écriture contre celle des langages théoriques, que le
parti de refuser l’esthétique de la transparence, soupçonnée d’avoir
collaboré à la destruction de l’ « ordre de l’Antithèse ».

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 04 juin 2012
Nombre de visites sur la page 484
Langue Français
Signaler un problème
Université PARIS VIII (Vincennes  Saint Denis) Ecole doctorale Pratiques et théories du sens Discipline : Langue et littérature françaises Thèse Nouveau régime soutenue publiquement le 14 octobre 2008 pour obtenir le grade de Docteur de l’université de Paris VIII Roland Barthes et l’action des langages par Stéphane Vaz de Barros Directeur de recherche : Madame Tiphaine Samoyault Professeur à Paris VIII Jury : Monsieur Gérard Dessons Professeur à Paris VIII Monsieur Eric Marty Professeur à Paris VII Monsieur Gilles Philippe Professeur à Paris III Madame Tiphaine Samoyault Professeur à Paris VIII Barthes et l’action des langages Thèse Nouveau régime préparée au Département de littérature générale et comparée de l’Université de Paris VIII (Vincennes-Saint-Denis), 2 rue de la liberté, 93526 Saint Denis cedex. Résumé Nous avons tenté de montrer dans cette thèse que l’objectif de la sémiologie barthienne est de suggérer l’inanité du sens, et en sous-main celle de l’Histoire que Barthes a moins ignorée par rigueur méthodologique que par hostilité principielle au discours historique. Estimant que les hommes produisent du sens à partir de rien, par exemple d’une opposition sémantique, il a mis l’accent sur l’aspect arbitraire et mécanique (donc dérisoire) du procès du sens. On a supposé que l’ « angoisse politique » est à l’origine de cette quête de la vacuité, qu’elle a pu dicter aussi bien l’idée de mobiliser l’action de l’écriture contre celle des langages théoriques, que le parti de refuser l’esthétique de la transparence, soupçonnée d’avoir collaboré à la destruction de l’ « ordre de l’Antithèse ». Mots-clés: Roland Barthes, Analyse du discours, Formalisme, Poétique, Rhétorique, Sémiologie, Structuralisme, théorie littéraire. Barthes and the action of languages Abstract We tried to show that the purpose of the barthian semiotics is to suggest the inanity of sense, and indirectly the inanity of the History which is ignored less by methodological strictness than by hostility against historical speech. Thinking that men produce sense from nothing, for instance from a semantic opposition, he put down quite clearly the arbitrary and mechanical aspect (therefore miserable) of the process of sense. We assume that “political anxiety” is at the origin of this search of vacuity, of this quest of emptiness, that it could dictate as well the idea of mobilizing the action of the Scripture against the theoretical languages than the theoretical perspective, the refusal of the aesthetics of transparency, suspected of having collaborated with the destruction of the “order of Antithesis”. Key words: Roland Barthes, Formalism, Literary theory, Poetics, Rhetoric, Semiotics, Speech analysis, structuralism. 2 Remerciements à Monsieur Lucien Adami, Monsieur Saïd Boumghar, Mademoiselle Amélie Da Silva, Madame Catherine Josset, Madame Nathalie Léger, Monsieur Eric Marty, Monsieur Yakup Ozturk, Madame Tiphaine Samoyault, Mademoiselle Lise Thibeault, Madame Roberte Touchard. 3 A Lucien Adami 4 Pour les renvois à l’œuvre de Roland Barthes, nous avons choisi de référer à la nouvelle édition (Seuil, 2002) en cinq volumes, établie et présentée par Eric Marty. Nous utiliserons l’abréviation OC, t. I, t. II, t. III, t. IV, t. V pour indiquer le tome auquel nous renvoyons. 5 SOMMAIRE Résumés et motsclés p.2 Références de l’édition des Œuvres complètes de R. Barthes p.5 Tables des matières p.6 Introduction p.9 Partie I : Sémiologie et évaluation p.34 Chapitre 1 : Mythologie et sémioclastie p.35 Section I - La démystification : un déniaisement pour qui ? p.38 Section II - Le nouveau discours intellectuel p.46 Section III - Le refus du sens p.62 Partie II : L’action des langages intransitifs p.70 Chapitre 1 : Le don de l’écrivain p.71 Section I - La contre-division des langages p.73 Section II - Poétique de l’explication et poétique de la déception p.82 Section III - L’assomption de l’écriture classique p.91 Chapitre 2 : Le discours du défaut des langues p.102 Section I - Histoire abrégée d’une poétique rhétoricienne p.104 Section II - Le français, idiome d’une civilisation du signifié p.113 Section III - Le défaut des langues : une poétique de l’Ecrire p.124 Partie III : La représentation mise en question p.132 Chapitre 1 : Le rôle de l’écrivain progressiste p.133 Section I - L’échec du réalisme phénoménologique p.135 Section II - La confusion idéologique Réalisme/naturalisme p.139 6 Section III - Surface versus profondeur p.152 Chapitre 2 : L’extermination du référent p.162 Section I - Utilisation assumée et monstration sibylline p.164 Section II - La pensée du discontinu contre celle de la Totalité p.174 Partie IV : La fin de l’histoire p. 189 Chapitre 1 : La résistance à l’histoire p.190 Section I - Le fait historique mis en question p. 191 Section II - Michelet sans le socialisme p. 199 Section III - L’histoire contre l’histoire p. 207 Chapitre 2 : L’opération structuraliste p.224 Section I  Validité versus Vérité p. 226 Section II  L’usurpation du nom p. 237 Chapitre 3 : Déstalinisation et déstabilisation p. 247 Section I - La topologie des langages grégaires p. 248 Section II - La macro-critique de la modernité théorique p. 251 Section III - Le système des figures p. 266 Section IV- L’Assomption oratoire du Neutre : propédeutique à « Autre chose » p. 278 Conclusion p. 286 Bibliographie p. 291 Annexe p. 315 Index p.325 Table des matières 7 L’observation scientifique est toujours une observation polémique Gaston Bachelard La formation de l’esprit scientifique 8 INTRODUCTION 9 Pourquoi faire une thèse de plus sur Roland Barthes ? N’aton pas tout dit sur le critique littéraire le plus étudié aux EtatsUnis ? Dans cette œuvrefleuve, y auraitil encore des recoins à explorer ? Peuton supposer qu’un aspect essentiel de la pensée de Barthes ait pu échapper à la vigilance de la critique aussi bien qu’à celle de la recherche académique ? On ne compte en effet pas moins d’une trentaine de thèses soutenues (une par an en moyenne) rien qu’en France. L’écriture fragmentaire, la photographie, l’éthique des signes, la subversion des métalangages, les enjeux de la théorie littéraire, le retour du sujet, Proust et le roman absolu, telles sont les directions qui ont orienté la recherche de mes prédécesseurs. Je ne traiterai donc aucun de ces sujets en particulier ; je n’isolerai pas un thème, un investissement particulier, un déplacement particulier de Barthes (la photo, la peinture, le Nouveau Roman, la sémiologie, la théorie brechtienne de l’art, les mystiques rhénans...) ; je ne prendrai pas l’œuvre comme une succession de 10