Tableaux de la Révolution française; publiés sur les papiers inédits du département et de la police secrète de Paris
624 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Tableaux de la Révolution française; publiés sur les papiers inédits du département et de la police secrète de Paris

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
624 pages
Français

Description

w f^-l * -{-_^5^ r / ï l^i TABLEAIX HE LA 1 T? RÉYOLUTIOX FRANCi ITRLTES LES PAPIERS INÉDITSSUR IMlUCE SECRÈTE DE PARISDÉPARTEMENT ET DK 1,ADU PAR SCHMIDT,ADOLPHE JÉNAPROFESSEUR d'hISTOIRK A l"i:\-IVF.RSITF DE TOME TROISIEME LEIPZIG, YEIT & COMP. 1870. lAAÏ'/Ad GlKeKCKi; -t DKVKIKNT, IMPIMMKlliiS AVANT-PROPOS. dernier volume d'un ouvrageEn terminant ce troisième et empêcher de rendreauquel j'ai voué tant de soins, je ne puis m' voulugrâce aux savants en Allemagne et en France, ont bienqui, d'intérêt et de satisfaction.m'encourager par leurs témoignages publics,Tous les jugements, en effet, tant particuliers que lors de la publication des deux premiersqui me sont parvenus l'importance et l'intérêtvolumes, s'accordent à reconnaître réjoui biendes documents contenus dans ce recueil. Ce qui m'a vivement , l'auteur vraiment critique de l'Histoire de lac'est que qualifiés de pré-Terreur, Mr. Mortimer-Ternaux , les a aussi cieux. Mr. Guiffreyqui, danslaRevuecritique(du26février 1870), „Depuisleur donné épithète, est allé jusqu'à dire:a cette même l'objet de tant de tra-que la Révolution française est devenue importants quevaux, on a publié peu de documents aussi yeux."ceux que nous avons sous les poursi favorables, etEn conséquence de ces jugements documents impor-possible l'usage de tant defaciliter autant que de faireque rien ne s'y oppose,tants, je me suis proposé, pourvu pro-1 habé t i ue.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 5
Langue Français
Poids de l'ouvrage 33 Mo

Exrait

w
f^-l*
-{-_^5< V*w
>^
r
/
ï
l^iTABLEAIX
HE LA
1 T?
RÉYOLUTIOX FRANCi
ITRLTES
LES PAPIERS INÉDITSSUR
IMlUCE SECRÈTE DE PARISDÉPARTEMENT ET DK 1,ADU
PAR
SCHMIDT,ADOLPHE
JÉNAPROFESSEUR d'hISTOIRK A l"i:\-IVF.RSITF DE
TOME TROISIEME
LEIPZIG,
YEIT & COMP.
1870.lAAÏ'/Ad
GlKeKCKi; -t DKVKIKNT, IMPIMMKlliiSAVANT-PROPOS.
dernier volume d'un ouvrageEn terminant ce troisième et
empêcher de rendreauquel j'ai voué tant de soins, je ne puis m'
voulugrâce aux savants en Allemagne et en France, ont bienqui,
d'intérêt et de satisfaction.m'encourager par leurs témoignages
publics,Tous les jugements, en effet, tant particuliers que
lors de la publication des deux premiersqui me sont parvenus
l'importance et l'intérêtvolumes, s'accordent à reconnaître
réjoui biendes documents contenus dans ce recueil. Ce qui m'a
vivement , l'auteur vraiment critique de l'Histoire de lac'est que
qualifiés de pré-Terreur, Mr. Mortimer-Ternaux , les a aussi
cieux. Mr. Guiffreyqui, danslaRevuecritique(du26février 1870),
„Depuisleur donné épithète, est allé jusqu'à dire:a cette même
l'objet de tant de tra-que la Révolution française est devenue
importants quevaux, on a publié peu de documents aussi
yeux."ceux que nous avons sous les
poursi favorables, etEn conséquence de ces jugements
documents impor-possible l'usage de tant defaciliter autant que
de faireque rien ne s'y oppose,tants, je me suis proposé, pourvu
pro-1 habé t i ue. Jeparaître encore séparément une Tab 1e a qp
dans un Dis-pour rendre compte,fiterais aussi de cette occasionAVANT-PROPOS.
qui a rap-critique que j'y joindrais, de tout cecours
(jui m'ont étépublication, de quelques objectionsport à notre
depuis.ouvrages de Mr. Dauban qui ont parufaites, et de deux
par la Revue criti-me borne, vis-à-vis d'un regret expriméIci', je
impossibleà une seule remarque, c'est qu'il m'étaitque,
à la suite de chaque pièce la cote qu'elle porte",„d'iudiquer
dont il s'agit (F"' Seine) ne por-])uisque les pièces de la série
pas dans lepas de cotes ou, du moins, n'en portaienttent
je les avais sous les yeux. J'espère pouvoir revenir.temps où y
recueil de documents est maintenant conq)let.En tout cas, notre
Jénale29 avril 1870.
Adolphe Scliiiiidt.