Un vocabulaire kanuri de la fin du XVIIe siècle - article ; n°46 ; vol.12, pg 277-290

-

Documents
15 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cahiers d'études africaines - Année 1972 - Volume 12 - Numéro 46 - Pages 277-290
14 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1972
Nombre de visites sur la page 28
Langue Français
Signaler un problème

Monsieur Dierk Lange
Un vocabulaire kanuri de la fin du XVIIe siècle
In: Cahiers d'études africaines. Vol. 12 N°46. 1972. pp. 277-290.
Citer ce document / Cite this document :
Lange Dierk. Un vocabulaire kanuri de la fin du XVIIe siècle. In: Cahiers d'études africaines. Vol. 12 N°46. 1972. pp. 277-290.
doi : 10.3406/cea.1972.2764
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cea_0008-0055_1972_num_12_46_2764DIERK LANGE
Un vocabulaire kanun de la fin du XVIIe siècle*
1960 Deux Gregersen études récentes 1967 et sur la des publication emprunts de linguistiques quelques vocabulaires Greenberg
antérieurs au xixe siècle Habraszewski 1967 Hair 1967 et 1969
témoignent de intérêt on porte depuis peu une étude dia-
chronique du kanuri Une telle étude avait nécessairement un caractère
comparatiste tant on ne possédait pas un matériel écrit suffisam
ment ancien pour déceler des changements lexicologiques et phonétiques
internes ici on disposait un vocabulaire une trentaine de
mots recueillis vers 1671-72 en Ethiopie par le célèbre voyageur
Evliya Celebi Notés en caractères arabes les mots sont difficilement
identifiables Pour ceux on pu identifier imprécision de la
notation des voyelles et absence de la consonne transcrite comme
kaf ou comme qaf rendent aléatoire pour un lexique aussi restreint
une confrontation des sons Aucun changement phonétique pu
être décelé partir de ce matériel
Un siècle plus tard Niebuhr 1770 et Lucas 1789 ont
recueilli les dix premiers numéraux du kanuri le premier au Caire
le second Mesurata près de Tripoli Un vocabulaire dépassant cent
termes été recueilli par Burckhardt Shendy Nubie en 1816-17
Il fallut attendre expédition de Denham et Clapperton 1822-1825
pour que soit publiée par la suite la première ébauche une étude
grammaticale du kanuri laquelle était joint un vocabulaire de plu
sieurs centaines de termes Klaproth 1826 Les études très importantes
que Koelle consacrées au kanuri ont été publiées en 1854
Au cours de mes recherches sur histoire du Bornu ai pu mettre
au jour un vocabulaire kanuri inconnu ici Il figure dans un
manuscrit en langue fran aise intitulé Tripoly de Barbarie autrefois
les Lotophages Le manuscrit est actuellement conservé la Biblio
thèque Nationale de Paris1 La première partie du manuscrit contient
comme son titre indique des remarques sur la ville de Tripoli elle
Je tiens remercier le professeur Lukas qui aidé identiner
certains emprunts linguistiques et plus particulièrement Cyffer pour intérêt
il pris ce travail et les nombreuses corrections il apportées
Une édition critique de ce manuscrit B.N. Nouvelles acquisitions
Ms 7488 est prévue pour une date prochaine DIERK LANGE 278
Z7-7 <--
a.O l3-<-
JLC c/n ïë
f-o fi A- c- ë-* t-t-t*
ry --
rn
ïë--
-/- --
<7>1 àTV
-x
ë-é-
Z- o-t

**
Vt.M-Je-
rt
7t
-- CA uL AA t/A
COWA-C rw lt
<* -i<
<- /&
<r a.A
A.t f-e -e
ëë
FIG Mots en langue Barnaony 311 r0
Bibliothèque Nationale Nouvelles acquisitions Ms 7488) KANURI DU XVIIe SIECLE VOCABULAIRE
sl <rvTLe yA- ipo l<-
ë& à-
** ./â
C-
ê- -é-
ffd-y
-ï ü- ë- -ï
-ï PW-
M-t tf <- ZA *- Jt -- 0éëë 1- -ur
-A TTvi-i -C-<?W <A C-
cn
Ay ëë ër -- C- ïï r- h-c-
é- yvtr -mu OïS -Cfv- ffw-
t- K-t VM-
yt ff irys! OO ö-ft v&<
-C yc
AH G- l.A- f-U Ji-
nZt -u -<7-
e. CffYhl yl LO
C-< iW-.- L-
<JK Ol
r-Uî-y
<=LA <7.
eiy <(-
Mery
FIG Mots en langue Barnaony 311 v0
Bibliothèque Nationale Nouvelles acquisitions Ms 7488) 28o DIERK LANGE
est signée Petis de La Croix et porte la date de 1697 La seconde partie
intitulée Suitte des remarques de Tripoly de Barbarie contient en
fait une brève description du commerce transsaharien laquelle
ajoute une liste de Mots en barnaony crite une autre main
cette seconde partie ne porte signature ni date Il ressort cependant
du texte elle été également rédigée en 1697 Le lieu de la rédaction
été soit la ville même de Tripoli soit Paris où séjournait au début de
année 1697 une délégation tripolitaine conduite par un nommé Hadji
Mustafa Aga Deux esclaves bornouans faisaient partie de sa suite
Le texte de la seconde partie du manuscrit représente sans doute
le résultat une enquête menée auprès de plusieurs sujets Des phrases
courtes et sans lien entre elles des répétitions et des rectifications
successives font penser on est en présence des notes mêmes qui
ont été prises au cours de enquête Aucune modification ultérieure
affecté leur authenticité
Au texte ajoute un vocabulaire fran ais-kanuri qui accuse le
même caractère de matériel brut En ce qui concerne la notation
on remarque abord son inconséquence et transcrivent indifférem
ment semble-t-il des voyelles situées entre et La consonne
est le plus souvent rendue par mais aussi par et par Par ailleurs
est bien entendu orthographe fran aise qui est appliquée la
transcription de sons étrangers On trouve ou pour u] pour et
ch pour Le terminal porte toujours un accent aigu Deux signes
diacritiques longation et tréma) dont un est inconnu orthographe
fran aise précisent par endroits la valeur phonétique des voyelles
Quelques signifiants kanuri ont été notés deux fois par inadvertance
Casca apparaît une première fois comme traduction de baston et
une seconde fois comme traduction arbre Les deux syllabes
sont alors écrites séparément cas La répétition du terme kanuri
pour rivière est plus significative car il est écrit avec deux graphies
différentes Comme équivalent de mer il été transcrit cameudco
et comme nom propre une rivière camodcou Cet exemple illustre
quelle différence il pu avoir entre une notation très approximative
des voyelles et leur prononciation réelle Les consonnes par contre
restent stables et la seule variation par rapport aux auteurs contem
porains qui notent le plus souvent komadugu peut être attribuée
une évolution du système phonétique kanuri le non initial
devenant g]
La structure lexicologique du kanuri est également modifiée
au cours des deux siècles qui séparent les études linguistiques modernes
de la date de rédaction du manuscrit Certains termes apparemment
courants au xvne siècle ne sont plus usités dans le kanuri actuel
Le terme ghourasa pain par exemple attesté également par Celebi
ne figure pas dans les lexiques récents du kanuri Il est encore courant
de nos jours en teda et en hausa Bano boul argent monnayé
et bano or monnayé sont des signifiants proprement kanuri VOCABULAIRE KANURI DU XVIIe SI CLE 28l
qui ont disparu du lexique la suite un changement culturel Bote-
ïè lit et cmii vin sont encore attestés par Koelle mais ne sem
blent plus être usités de nos jours Certains termes subsistent dans des
dialectes kanuri Laouir cale on est encore usité en idi-kanemb
Une transformation sémantique ne peut être déduite avec certi
tude pour aucun lexeme kanuri Pour certains lexemes le sens donné
dans le manuscrit ne correspond pas son signifié actuel mais il
semble que pour tous les cas ceci soit attribuable soit une traduction
imprécise soit une traduction erronée Les erreurs de
peuvent cependant renseigner en absence indications plus précises
sur la manière dont est déroulée enquête
Comme traduction de bouche on trouve en kanuri tmi graphie
correspondant au timi moderne Or timi signi hui dent
et on peut difficilement imaginer que ce terme ait désigné autre chose
au xvne siècle Le pronom lui été rendu en kanuri par aty qui
correspond en réalité au démonstratif ceci Ma tête été traduit
par el nùm qui signifie ta tête Ces exemples prouvent que par
moment enquêteur et informateur ou les informateurs ont
communiqué par gestes ils devaient recourir pour communiquer
un moyen si rudimentaire est que sûrement la traduction présentait
des difficultés Les mêmes difficultés percent dans des déplacements
de sens souris été traduit par houby qui signifie rat souris
étant en réalité jilwa arc traduit par doudo est en réalité käbi
doudo signifiant probablement tir arc Par ailleurs la traduction
au moins celle des termes abstraits dû se faire par intermédiaire
de arabe On peut en voir la preuve dans le terme ca ou pour lequel
deux significations ont été données en fran ais air et vent Les
auteurs contemporains accordent pour ne donner que le deuxième
signifié comme sens de kakku En arabe par contre air et vent
ont un signifiant kawa)
Aucune indication explicite ne nous renseigne sur origine et le
statut social de informateur Une note qui précède le vocabulaire
parle de deux esclaves bornouans qui ont accompagné leur maître
Paris Une deuxième note sur les langues parlées au Soudan central
renferme des renseignements indirects sur horizon ethno-géographique
propre informateur et peut-être sur son lieu origine
Afno terme kanuri qui désigne les Hausa] Barnou pronon
ciation arabe de Bornu] Mandara royaume situé au sud du Bornu]
Cardy terme dérivé de arabe qui désigne les populations païennes
en kanuri kördi] na nom donné par les Kanuri aux Kwararafa qui
habitent une région au sud du Bornu] Enghzeum population habitant
une région entre le Bornu et Kano leur nom en kanuri est Ngizim
après Lukas ygézffm Cachua Katsina] Soudan nom on donne
Tripoli aux pays hausa sont nations Afrique ayant langues
différentes Afnou et Cachna ont une mesme langue 282 DIERK LANGE
Les royaumes les peuples et la ville dont il est fait mention dans
ce bref passage sont tous situés dans des régions au sud et au sud-ouest
du Bornu Ils sont désignés par leur nom kanuri ou par leur nom arabe
La nation hausa est désignée trois fois par des termes différents
Aucune population de Est est nommée par contre il est fait
mention des Ngizim qui ne semblent pas avoir constitué un royaume
comme les autres nations et dont importance historique est moins
grande Peut-on partir de la situation géographique des nations
connues par informateur inférer il était originaire une région
située dans le sud-ouest du Bornu
Son statut esclave bien il ait pas été indiqué explicitement
peut être déduit avec une assez grande vraisemblance partir de la
première note qui précède le vocabulaire En outre plusieurs erreurs
dans ordre des numéraux et la substitution un terme inventé pour
arasks six montrent que informateur était peu familier avec les
nombres kanuri Ceci exclut il était venu Tripoli dans le but de
faire du commerce utilisation du substantif maître pour
investigation concernant les pronoms possessifs est probablement
pas due au hasard après Lukas ksmâ est un terme utilisé par des
esclaves pour désigner leur maître Les syntagmes emanùm ton
maître et cmantchi son suggèrent que étaient deux
esclaves qui servaient informateurs Ils étaient probablement inter
rogés en présence de leur maître
On en sait encore moins sur enquêteur Sans doute il était de
langue fran aise mais est-ce il parlait arabe ou était-il servi
un interprète Quelles raisons ont pu amener intéresser une
langue exotique dont la connaissance ne pouvait lui être aucune
utilité On ne peut que étonner une date aussi précoce un
ait commencé étude et une fa on désintéressée semble-t-il
une langue de intérieur de Afrique
Note sur la présentation du vocabulaire
Dans original les lexemes se suivent de fa on assez incohérente
Un certain ordre est introduit par affinité sémantique Ici on choisi
de présenter le vocabulaire dans ordre alphabétique des termes
fran ais
En première colonne on trouvera par conséquent la signi
fication fran aise des termes kanuri telle elle est donnée dans le
manuscrit Lorsque la signification est erronée on lui substitué la
traduction correcte
Puis en seconde colonne on trouvera le syntagme kanuri dans
sa graphie de 1697 suivi de la signification donnée dans le manuscrit
lorsque celle-ci diverge du sens réel Elle est alors donnée entre guille
mets et dans la graphie de époque KANURI DU XVIIe SIECLE VOCABULAIRE
En troisième colonne on trouvera équivalent moderne tel
il est donné dans les différents lexiques du kanuri La plupart des
équivalents ont été empruntés Lukas Study of the Kanuri
Language1 Tous les autres sont signalés par les deux premières lettres
du nom des auteurs on trouvera dans la bibliographie
Les syntagmes nominaux et les syntagmes verbaux sont présentés
dans ordre suivant sens donné par auteur anonyme du manuscrit
entre guillemets) le syntagme kanuri dans sa graphie originale
et équivalents modernes
Il toutefois pour des raisons typographiques été impossible de noter
opposition 0.1
SYNTAGMES AUTONOMES
coro koro âne
casca arbre et sk tree wood arbre
baston
peut-être kulo bow-shot arc tir arc doudo arc
Be
ondaca beurre nd butter gs oil Lu) nd kendago gs fève
beurre No
blanc boul bul
blé ar gsm millet argom
mghla ygélà bon adj
cale on laoüir laer Hose Lu kb
calotte zacoüa zava Lu kr) ts ga Ko kr)
tsagûa Ko kb
10 ceci aty luy
11 chambre neghim njîm hut Lu) ngim
room Be) ngim
house Ko
Celebi note kzndak signifiant après lui huile graisse Habraszewski
Terme 1967) qui apparaît pas dans les lexiques kanuri Il subsiste dans le
dialecte idi-kanemb étudié par Lukas 1931)
On peut reconstituer le développement phonétique suivant îéà zakua
-> tsàgua zagua -> [zawua -> zawa forme notée par Cyffer
Zava représente une forme indépendante qui ne dérive pas de zacoüa
la transformation du en étant exclue en kanuri
11 La palatalisation de qui devient devant est par conséquent
un phénomène relativement récent On étonne que ce changement soit
considéré par Gregersen 1967 comme ancien DIERK LANGE 284
12 chameau calghémo kaligimo Lu) kaigtmo
Du
13 champ les champs bare hoeing farming
14 chat nghäm ygâm
15 cheval ferr
16 lenghremne p.-ê ygérmà ngérmà
beautiful big and fast
horse
17 chien kery keri
18 cinq îé ugù
dgya 19 corde je rope Lu) gyé dye
corde No) dj cou p.-ê coude
dée No
20 cou abou davu Lu) dabu Ko
21 cour fato la cour fat
la maison
22 court cabouco kaf ugù Lu) kabu Be
23 couteau agana jana Lu) dj ana No
24 datte dbino dattes divin dif Lu) dibuno
dif uno Ko) debino No
25 dent tmi bouche timi
näy 26 deux indi Lu) ndi indi Du
27 dix meg my egu No maycou
28 doigt ghiondo doigts ygulond
29 dos gafo yg nghafou
30 eau nky LvL)nki Be) yi No
31 femme camou WM
32 fer sou SM
33 feu cannou kannu
34 flèche cméco p.-ê kwyig arrow
35 froid ca ou
36 fusil bondoc ?W
37 gazelle inghri Lu) ngri Du
30 20 23 24 34 13 12 un Ternie Palatalisation Quelquefois Dans Terme P.-ê kalgamou Fori phénomène en est et bdrè-nyi le position dérivé kindige par dialecte Denham palatalisation conséquent de du récent du intervocalique ce en yerwa copte que teda berbère kelghimmo qui ai Le ii-bine Maiduguri) devient un cultivé de alyem phénomène dg cf ur La Greenberg devant 24 1955) Greenberg formation cf le 66 phonème récent 11 75 1960 cf 89) de 1960 19 la La syllabe 63) Burckhardt transformation est réalisé li paraît comme donne être du
36 Dérivé de arabe SJ-J bundukiyya) KANURI DU XVIIe SIECLE VOCABULAIRE
domdom 38 genou p.-e yguruygurum
ygurumygurùm knee
Lu
ra coura large 39 grand adj.
oûara grand rà 40 grands adj
41 homme cam kam man person
42 coüa kwâ husband
oüescou neuf 43 huit wusk
44 hyène beltou elephant buliu
qlo kulo farm 45 jardin
46 lait cam Lu) kiäm Ba qyam
47 lance casaca kaza Lu) ka Ko)
ka aga Du
48 langue talam talam tongue language
49 lièvre tarcouna târvunà Lu) fargûna Ko
50 lit bötenum boteram place for lying
down resting-place
couch Ko
51 long crouco
52 lune kémbàl compar
53 main moscou mu ko
54 maître ksmâ
55 membre vini inghly géR golo Lu
56 viril laiky
57 mer cameudco modugu sea ocean
lake large river Ko
58 merde bely bai
59 moi oma
kâu Lu) mountain ü-ma Ba stone 60 montagne pierre caou
61 navire macara ma ara Lu kr) ma ara
Ko kr) màkare Ko par
ler doai du Bode
62 ne pas baco
43 Les erreurs dans les numéraux sont très probablement imputables
informateur Dans le manuscrit les nombres sont donnés de dans
ordre
50 P.-ê composé de bo- allonger -to- particule nominale -ï suffixe
possessif de la 2e personne du singulier
56 En teda wuz wo udi dagar Lukas 1953)
57 Lukas donne njî kura pour mer Duisburg traduit également nji kurra
ancienneté de ce terme semble être attestée par le nom L$J kuwra
donné au xme siècle par Ibn Saîd au lac Tchad
59 -ma est un suffixe emphatique cf 94)
61 Le non-initial devient cf 22 34 36 49 51 57 62 79 90
Il peut se maintenir par analogie avec la première consonne cf 35
Il se maintient derrière une sifflante cf 43 53 86 95)